Techniques d’imagerie morphologiques








télécharger 164.05 Kb.
titreTechniques d’imagerie morphologiques
page5/10
date de publication18.01.2018
taille164.05 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

2.Tomographie par émission de positon (ou PET-Scan)

2.1.Généralités


Sa technique a été mise au point fin des années 70, qui permet une étude physiologique et biochimique (consommation accrus en sucre).
Le PET-Scan permet une image très précise mais nécessite une infrastructure très lourde :

  • cyclotron, qui produit l’antimatière

  • centre de synthèse bioélectrique

  • caméra gamme


Les applications pratiques divergent selon le traceur utilisé (débit sanguin, barrière hémato encéphalique, métabolisation du glucose…)
Cette technique s’adresse principalement à la recherche, mais depuis quelques années, il y a un retour vers la clinique pour :

  • la cardiologie

  • la cancérologie

  • la neurologie

2.2.Principe


Globalement, le principe est le même mais la technologie est différente.
L’isotope injecté est une antiparticule (particule d’antimatière). Lorsque de la matière et de l’antimatière se rencontrent, elles annihilent en libérant une grande quantité d’énergie.
Ex d’isotope : Oxygène 15, Carbone 11, Azote 13, Fluor 18…
Lorsque la matière et l’antimatière se rencontrent, il y a libération de positrons. Lorsqu’il y a rencontre entre ions positifs et ions négatifs, ils s’annihilent et émettent deux photons émis dans deux directions opposées à 180°. Il y a libération d’une grande quantité d’énergie.
Une caméra va recueillir des photons à l’aide d’une caméra gamma et va y transformer en signaux électriques.
Il y a mesure de la consommation de diverses molécules en fonction du marqueur par les neurones activées (ex : glucose). Cette méthode repose sur l’hypothèse que les neurones, en s’activant, va consommer des nutriments spécifiques.
Les signaux sont reconvertis en image interprétable. L’image obtenue est fonctionnellement un peu différente de la technique précédente.


3.Avantages et inconvénients


Dans les protocoles PET, la localisation et le comptage des photons est facilité car il n’y a que deux photons, là où il y en a n dans le SPECT
La demi-vie des radios traceurs plus courts pour le PET (2min versus 15 pour le SPECT) :

Investigations similaires en temps plus cours

En nombre plus élevé

A des doses plus élevées (précision accrue) pour un même taux d’irradiation

Meilleur résolution spatiale pour les PET
Les coûts d’acquisition et de fonctionnement sont dix fois plus élevés pour le PET que pour le SPECT.

4.Obtention d’une image


Dans tous les cas, l’image fonctionnelle n’est pas interprétable. Il faut faire une somme d’image d’activation et une somme de repos, puis la soustraction des deux donne une autre image, mais qui n’est toujours pas interprétable. Il faut ainsi prendre la précaution d’avoir des images anatomiques, pour recaler les images entre elles pour avoir une image finale interprétable.

4.1.PET-Scan



4.2.IRM


L’acquisition d’une image fonctionnelle se fait par injection d’un produit de contraste et permet d’observer des modifications d’oxygénation au niveau du cortex cérébral dans des tâches de stimulation.


Les états de vigilance

Introduction


Le terme de vigilance recouvre des définitions différentes selon le champ étudié :

  • Psychophysiologique

    • Etat de vigilance

    • De l’état de comas à l’hyperexcitation

  • psychologique

    • Attention

    • Efficience

    • rendement

Initialement, la vigilance renvoie a des concepts d’efficience et de rendement
LA description des états de vigilance passe forcement par la description d’ondes corticales lentes, mesurer par l’électroencéphalographie.
Berger (1930) : le cerveau émet des courants électriques qui peuvent être captés. Il définit principalement trois états de vigilance :

  • veille active (ou veille attentive)

  • veille diffuse (ou somnolence)

  • sommeil

    • sommeil léger

    • sommeil profond


Dement : dans les années 50, les états de sommeil seront étudiés plus profondément. Le sommeil sera décomposé en stades :

  • Sommeil I

  • Sommeil II

  • Sommeil III

  • Sommeil IV

  • Rêve (ou sommeil profond)


Jouvet : les états de vigilance s’organisent les uns par rapport aux autres sous forme de cycles. Au cours d’une nuit de sommeil normal, plusieurs cycles d’états de vigilance différents se succèdent.

Schéma 2
Reprendre schéma poly.


Etats de conscience

Etats de vigilance

Niveau d’efficience

Niveau ’activation du système nerveux central

Obnubilation de la conscience

Hyperexcitation

 coma transitoire

Très bas ou nul

Critique

Affects ou « chocs »

Etat de veille active

Emotion

Rection de surprise

Elevé ou dégradé

Intense

Concentration

Attention

Réaction d’orientation

Optimum

Important

Relaxation mentale


Veille diffuse

Bas

Faible

Activités de mentisme hypnagogique

Sommeil lent

Très bas

Bas

Rêve


Sommeil paradoxal

Très bas

Elevé

Inconscience


Comas

Nul

Très déprimé




Mort







Ces états d vigilance doivent être caractérisés avec une méthode précise.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Techniques d’imagerie morphologiques iconImagerie médicale : les techniques photoniques de l'uv aux ir

Techniques d’imagerie morphologiques iconA. Les techniques d’imagerie morphologique aujourd’hui Principe de radiologie conventionnelle
«coefficient d’atténuation» des rayons X en fonction de la densité des tissus traversés

Techniques d’imagerie morphologiques iconLes techniques d’imagerie morphologique aujourd’hui A. Principe de radiologie conventionnelle
«coefficient d’atténuation» des rayons X en fonction de la densité des tissus traversés

Techniques d’imagerie morphologiques iconImagerie moléculaire : une nouvelle ère dans le management des affections malignes
«L’imagerie moléculaire permet de localiser et de visualiser in vivo une cellule et son fonctionnement, comme le fait l’histologiste...

Techniques d’imagerie morphologiques iconII\ Caractères morphologiques et cytologique des

Techniques d’imagerie morphologiques iconExploration et imagerie de la thyroide

Techniques d’imagerie morphologiques iconCommissariat à l'Énergie Atomique
«biologie» dans un menu à la droite – IL y a une explication des adaptations morphologiques, physiologiques, etc. (au fond de la...

Techniques d’imagerie morphologiques iconUniversite kofi annan de guinee
...

Techniques d’imagerie morphologiques iconCommissariat à l'Énergie Atomique
«biologie» dans un menu à la droite – IL y a une explication des adaptations morphologiques, physiologiques, etc. (au fond de la...

Techniques d’imagerie morphologiques iconL’examen d’imagerie suivant (Dia 1) vous est fourni








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com