Chapitre 1








télécharger 0.97 Mb.
titreChapitre 1
page1/19
date de publication21.01.2018
taille0.97 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19


Chapitre 1



— Un cow-boy, un avocat et une garagiste regardaient La Reine des Damnés, murmurai-je.

Warren, qui, il y a très longtemps, avait effectivement été un cow-boy, ricana en remuant ses orteils nus :

— On dirait le début d’une blague à deux balles ou d’une histoire qui fait peur.

— Non, intervint Kyle, l’avocat, dont la tête reposait sur ma cuisse, si c’était une histoire qui fait peur, cela commencerait ainsi : « Un loup-garou, son bel amant et une changeuse… »

Le loup-garou en question, Warren, eut un rire amusé et secoua la tête :

— Non, pas assez clair. Personne n’a la moindre idée de ce qu’est une changeuse.

En général, on nous confondait plutôt avec les marcheurs de peau, puisque ces deux créatures sont des métamorphes amérindiens. Cela ne m’étonnait pas, vu que le terme de « changeur » était probablement l’invention d’un Blanc ignorant incapable de faire la différence.

Mais je ne suis pas une marcheuse de peau. Déjà, je ne viens pas de la bonne tribu. Mon père était un Pied Noir, originaire du nord du Montana, alors que l’on retrouvait plus les marcheurs de peau dans les tribus du Sud-Ouest, en particulier chez les Hopis et les Navajos.

De plus, les marcheurs de peau, comme leur nom l’indique, ont besoin de la dépouille d’un animal, loup ou coyote, la plupart du temps, pour pouvoir changer d’aspect, et leurs yeux restent toujours les mêmes. Ce sont des magiciens maléfiques qui répandent la mort et la pestilence où leurs pas les mènent.

Quand je me transforme en coyote, je n’ai nul besoin d’une peau ou – je considérai Warren, autrefois cow-boy et aujourd’hui loup-garou – de la Lune. Sous mon aspect de coyote, je ressemble à n’importe lequel de mes congénères. Un être assez inoffensif, si l’on devait le placer dans la hiérarchie de pouvoir des créatures magiques de l’État de Washington. C’était d’ailleurs l’une des raisons qui m’avaient permis de rester en sécurité jusqu’à présent : je n’étais pas assez dangereuse pour mériter qu’on s’occupe de mon cas. Néanmoins, tout cela avait un peu changé ces derniers temps. Pas que je sois soudain devenue plus puissante, non, mais mes actions avaient attiré l’attention de certains. Et si les vampires découvraient que j’avais tué non pas seulement un, mais deux des leurs…

Comme si le film avait lu dans mes pensées, je vis un vampire traverser l’écran de télévision, l’un de ces écrans géants qui n’auraient même pas tenu dans le salon de mon mobil-home. Le vamp était torse nu et la ceinture de son pantalon tombait quelques centimètres sous les muscles très sexy de ses hanches.

À mon grand dam, ce fut de la peur, et non du désir, que je ressentis face à cette image. Bizarre comme le fait de tuer des vampires ne les rendait que plus effrayants. Mes rêves étaient peuplés de vampires rampant hors des interstices de mon parquet, murmurant dans les coins sombres, de la sensation du pieu s’enfonçant dans la chair et de crocs déchirant mon bras.

Si Warren avait reposé sa tête sur mes genoux et non pas Kyle, il aurait remarqué mon malaise. Mais Warren, étendu au sol, était captivé par l’écran.

— Vous savez quoi ? dis-je d’un ton léger en m’enfonçant encore plus profondément dans les coussins moelleux du canapé en cuir (celui-ci trônait dans la salle télé au premier étage de l’énorme maison de Kyle). Je me demandais pourquoi Kyle avait choisi ce DVD. Bizarrement, je ne m’attendais pas qu’il y ait tant de jeunes mâles dévêtus dans un film dont le titre est La Reine des Damnés.

Warren eut un ricanement de dérision en saisissant une poignée de pop-corn dans le bol posé sur son ventre plat et dit, avec une nette pointe d’accent texan :

— Tu t’attendais à plus de femmes nues et moins de garçons à moitié à poil, Mercy ? Pourtant, tu devrais mieux connaître Kyle. (Il désigna l’écran en riant doucement :) Hé, je ne savais pas que les vampires n’étaient pas soumis aux lois de la gravité. Vous avez déjà vu un vampire suspendu au plafond, vous ?

Je secouai la tête et regardai le vampire en question se laisser tomber sur ses deux groupies de victimes.

— Oh, ils en seraient bien capables. Après tout, je n’en ai pas encore vu manger des gens, non plus. Beurk.

— Chut, vous deux. J’aime ce film, plaida Kyle, l’avocat, pour défendre son choix. Plein de jolis garçons qui se tortillent dans des draps et galopent partout seulement vêtus de pantalons à taille basse. Je me disais que ça te plairait à toi aussi, Mercy.

Je baissai mes yeux vers son corps tonique et bronzé et me fis la réflexion qu’il était plus intéressant que n’importe lequel de ces jolis garçons à l’écran, plus réel.

Au premier regard, il avait tout du stéréotype de l’homosexuel, en passant par le gel dans ses cheveux coupés chaque semaine jusqu’aux vêtements de luxe sur mesure qu’il portait. Et si l’on s’arrêtait à cela, on risquait de ne pas voir l’extrême intelligence qui se dissimulait sous cette belle façade. Ce qui était d’ailleurs le but de la manœuvre, Kyle étant ce qu’il était.

— Ce film n’est vraiment pas assez mauvais pour mériter de figurer dans nos soirées navets, reprit Kyle, pas vraiment inquiet à l’idée de nous empêcher de suivre l’action : aucun d’entre nous ne regardait celui-ci pour ses dialogues étincelants. J’aurais bien pris Blade III, mais, étonnamment, il était déjà loué.

— Tout film où joue Wesley Snipes mérite d’être vu, même s’il faut pour cela couper le son, décrétai-je en me tortillant pour attraper une poignée de pop-corn dans le bol de Warren.

Ce dernier était toujours un peu maigre. Avec son boitillement, c’était la seule séquelle des blessures qu’on lui avait infligées un mois plus tôt, et dont j’avais cru qu’elles lui seraient fatales. Mais les loups-garous sont costauds, heureusement, car, sinon, il aurait été l’une des nombreuses victimes d’un vampire possédé par le démon. Celui-ci était le premier vampire que j’avais tué, avec la permission expresse de la maîtresse de l’essaim de vampires du coin. Le fait qu’elle ne s’attendait vraiment pas que je le tue n’entrait pas en compte, je l’avais fait avec sa bénédiction. Elle n’avait pas le droit de me punir pour sa mort, et elle ignorait que j’étais derrière celle de l’autre vampire.

— Sauf s’il joue les travestis, grogna Warren.

Kyle pouffa en acquiesçant :

— Wesley Snipes est certes un bel homme, mais il fait une femme d’une laideur atroce.

— Hé, objectai-je en revenant à la conversation en cours, Extravagances était un bon film.

Nous l’avions regardé chez moi la semaine précédente.

Un bourdonnement léger retentit du bas de l’escalier et Kyle se releva du canapé dans un mouvement gracieux de danseur qui échappa totalement à Warren. Celui-ci était en effet focalisé sur l’écran, même si son grand sourire n’était probablement pas la réaction que les auteurs avaient voulu susciter chez le spectateur en imaginant cette scène de festin sanglant. Ce que je ressentais, moi, en revanche, y ressemblait peut-être plus. Il m’était bien trop facile de m’imaginer à la place de la victime.

— Les brownies sont prêts, mes chéris, dit Kyle. Quelqu’un veut quelque chose à boire ?

— Non merci, dis-je en me répétant devant le spectacle du repas des vampires que ce n’était qu’un film.

— Warren ?

Entendre son nom réussit à sortir Warren de sa transe télévisuelle :

— Un peu d’eau, merci.

Warren n’était pas aussi mignon que Kyle, mais il maîtrisait à merveille le style « rude homme de la pampa ». Il admira Kyle qui descendait l’escalier avec des yeux gourmands.

Je réprimai un sourire. Cela faisait du bien de voir Warren de nouveau heureux. Mais son regard sérieux se porta sur moi aussitôt que nous fûmes seuls. Il monta le son avec la télécommande et se redressa en se tournant vers moi, sachant que Kyle ne pourrait entendre ce que nous dirions.

— Il faut que tu choisisses, me dit-il sur un ton pressant. Adam ou Samuel, ou aucun des deux. Mais tu ne peux pas les laisser dans cette situation.

Adam était l’Alpha de la meute de loups-garous de la ville, mon voisin, et parfois mon cavalier. Samuel était mon premier amour, ma première grande déception et, ces temps-ci, mon colocataire. Et seulement cela, même s’il aurait parfois aimé plus.

Je ne faisais confiance ni à l’un ni à l’autre. Sous l’apparence bonhomme de Samuel se dissimulait un prédateur patient et sans pitié. Et Adam… eh bien, Adam me fichait tout simplement les jetons. Et ce qui me faisait encore plus peur, c’est que je croyais bien être amoureuse des deux.

— Je sais.

Warren baissa le regard, ce qui trahissait son malaise.

— Je n’ai pas sorti les décorations de Noël juste pour le plaisir de t’enguirlander, Mercy, la situation est sérieuse. Je sais bien que ce n’est pas facile, mais il est impossible que deux loups dominants se disputent la même femelle sans qu’à un moment ou un autre, le sang coule. Et aucun autre loup ne t’aurait laissé une telle marge de manœuvre, mais si tu ne fais rien rapidement, l’un d’eux va finir par craquer.

Mon téléphone sonna, faisant retentir la « Baby Elephant Walk ». Je le sortis de ma poche et regardais qui appelait.

— J’en ai bien conscience, répondis-je à Warren. Je n’ai juste pas la moindre idée de ce que je dois faire.

L’amour persistant qu’il me portait n’était que l’un des problèmes de Samuel, mais cela ne concernait que nous deux, pas Warren. Quant à Adam… pour la première fois, je me demandai s’il ne vaudrait pas mieux que je lève tout simplement le camp.

Le téléphone sonnait toujours.

— C’est Zee, dis-je. Il faut que je réponde.

Zee était mon ancien employeur et mon mentor. Il m’avait tout appris : comment reconstruire de zéro un moteur… et comment tuer les vampires responsables de la patte folle de Warren et des cauchemars qui lui faisaient un regard fatigué. Cela lui donnait donc le droit d’interrompre le sacro-saint Cinéma du Vendredi Soir.

— Réfléchis-y, insista Warren.

Je lui fis un petit sourire et ouvris mon téléphone :

— Salut, Zee.

Il y eut un moment de silence, puis mon mentor dit, d’un ton étrangement incertain que l’accent allemand ne pouvait camoufler :

— Mercedes.

Quelque chose n’allait pas.

— Que se passe-t-il ? dis-je en me redressant sur le canapé. Warren est avec moi, précisai-je afin que Zee sache que la conversation ne serait pas confidentielle.

La présence d’un loup-garou rendait tout concept de conversation privée complètement obsolète.

— Cela te dérangerait-il de m’accompagner à la réserve ?

La réserve en question aurait pu être celle d’Umatilla, juste à l’extérieur des Tri-Cities, mais vu que c’était Zee qui me parlait, j’imaginais qu’il s’agissait en fait de la réserve Ronald Wilson Reagan, non loin de Walla Walla, plus connue sous le sobriquet de « Royaume des Fées ».

— Maintenant ? demandai-je.

En même temps, me dis-je en considérant le vampire à l’écran, même s’ils n’avaient pas parfaitement réussi à transcrire la nature intrinsèquement maléfique de ces créatures, c’était bien trop proche de la réalité à mon goût. Et bizarrement, je ne voyais pas d’inconvénient majeur à rater la fin du film… ou à cesser cette conversation sur mes amours, d’ailleurs.

— Non, grogna Zee d’un air agacé, la semaine prochaine. Jetzt. Bien entendu, maintenant ! Où es-tu ? Je passe te prendre.

— Tu sais où Kyle habite ? lui demandai-je.

— Kyle ?

— Le copain de Warren. (Zee connaissait ce dernier, je me rendis compte qu’il n’avait jamais rencontré Kyle.) C’est à West Richland.

— Donne-moi l’adresse, je me débrouillerai.
Le camion de Zee ronronnait en remontant l’autoroute, alors qu’il était plus vieux que moi. Dommage que les sièges n’aient pas été dans l’état impeccable du moteur, me dis-je en bougeant mon derrière pour éviter qu’un ressort récalcitrant s’y enfonce trop profondément.

La lumière du tableau de bord éclairait le visage buriné que Zee arborait à la face du monde. Ses fins cheveux blancs étaient ébouriffés comme s’il s’était frictionné le crâne.

Warren n’avait pas poursuivi la conversation au sujet d’Adam et de Samuel parce que, Dieu merci, Kyle était revenu avec ses brownies. Je n’étais pas contrarié par son intervention : après tout, j’étais moi-même assez intervenue dans sa vie sentimentale pour considérer qu’il en avait un peu le droit. C’est juste que je n’avais pas envie de penser à ça.

Nous sortîmes de West Richland, traversâmes Richland puis Pasco dans le silence le plus complet. Je savais que cela ne servirait à rien de tenter d’arracher quoi que ce soit au vieux gremlin avant qu’il l’ait décidé, alors, je me résolus à attendre qu’il soit prêt. Enfin, c’est-à-dire après qu’il eut refusé de répondre à une bonne quinzaine de mes questions.

— Tu es déjà venue à la réserve ? demanda-t-il soudain alors que nous traversions le fleuve, juste en sortant de Pasco, sur l’autoroute menant à Walla Walla.

— Jamais, répondis-je.

La réserve fae du Nevada était ouverte au public. Ils y avaient même ouvert un casino et un parc d’attractions pour attirer les touristes. La réserve de Walla Walla, pour sa part, décourageait activement les visiteurs non faes. Je n’étais pas vraiment certaine de qui, des agents fédéraux ou des faes eux-mêmes, venait cette inamicale réputation.

Zee tapota son volant d’un air malheureux, ses mains, incrustées de tant de cambouis que la plus rugueuse des pierres ponces n’y pouvait rien, mais trahissaient une vie entière de travail manuel à réparer des voitures.

C’étaient les mains qui convenaient à l’humain que Zee prétendait être. Lorsque les Seigneurs Gris, ces êtres impitoyables et infiniment puissants qui dirigent les faes dans le plus grand secret, l’avaient forcé à révéler sa vraie nature, une dizaine d’années après les premiers coming out de faes, il n’avait pas pris la peine de changer d’apparence.

Cela faisait un peu plus de dix ans que je le connaissais, et ce vieux visage grincheux était le seul que j’avais jamais vu. Mais il en avait un autre, je le savais. La plupart des faes arboraient leur glamour en présence d’humains, même s’ils étaient sortis du placard. La plupart des gens n’étaient en effet pas prêts à voir les faes sous leur jour véritable. Oh ! bien entendu, certains avaient presque l’air humain, mais c’est surtout qu’ils ne vieillissent pas. Son crâne dégarni et sa peau tavelée et ridée étaient là pour prouver qu’il ne s’agissait pas de son véritable visage. Néanmoins, son expression contrariée était bien à lui.

— Ne mange ni ne bois rien, dit-il abruptement.

— J’ai bien lu tous les contes de fées, le rassurai-je. Ni boire, ni manger, ni devoir rien à personne, ni remercier.

Il eut un grognement de dérision :

— Les contes de fées. Maudites histoires pour gamins.

— J’ai lu Katherine Briggs, aussi, ajoutai-je. Et la version originale des frères Grimm.

La plupart du temps, je traquais la mention d’un fae qui aurait pu être Zee. Il refusait d’en parler, mais j’étais persuadé qu’il était célèbre. Du coup, découvrir qui il était précisément était devenu l’un de mes passe-temps préférés.

— Bon, c’est mieux. Mais à peine. (Il se remit à marteler son volant.) Briggs était une archiviste. Ses livres sont aussi authentiques que ses sources, et, la plupart du temps, celles-ci sont au mieux dangereusement incomplètes. Les contes des frères Grimm, eux, sont plus tournés vers le divertissement que vers la réalité. (Il me considéra d’un œil scrutateur.) C’est Oncle Mike qui a suggéré que tu pourrais peut-être nous aider. Je me suis dit que ce serait une manière d’acquitter tes dettes plus agréable que ce qui pouvait te tomber dessus.

Pour tuer le vampire-démonologue, de plus en plus dominé par le démon qui faisait de lui un démonologue, Zee avait risqué la colère des Seigneurs Gris en me prêtant quelques trésors des faes. J’avais donc tué ce vampire, puis j’étais allée tuer le vampire qui avait transformé le démonologue. Et comme précisé dans les contes de fées, si l’on utilise l’un de leurs cadeaux plus que permis, il y a des conséquences.

Si j’avais su qu’il s’agissait de régler ma dette, j’aurais dès l’abord ressenti plus d’appréhension : la dernière fois que l’on m’avait demandé de payer mon dû, cela ne s’était pas bien terminé.

— Ça va aller, le rassurai-je sans tenir compte du nœud de peur qui venait de serrer mon estomac.

Il me jeta un regard revêche :

— Je n’avais pas pensé aux conséquences si je t’amenais à la réserve après la tombée de la nuit.

— La réserve n’est pas interdite aux visiteurs, observai-je, bien que je n’en sois pas réellement certaine.

— C’est différent pour les gens comme toi, et c’est différent la nuit. (Il secoua la tête.) Les humains ont le droit de nous rendre visite et ne voient que ce qu’ils sont censés voir, en particulier de jour, lorsqu’il est plus aisé de tromper leur regard. Mais toi… Les Seigneurs Gris ont interdit la chasse à l’humain, mais nous avons notre lot de prédateurs, et il est difficile de réprimer sa nature. Surtout quand les Seigneurs Gris ne sont pas là pour s’assurer que les ordres sont respectés, et que je suis seul pour te protéger. Si en plus tu vois quelque chose que tu n’es pas censée voir, il leur sera facile de plaider la légitime protection de ce qui doit rester secret.

Ce n’est que quand il se mit à parler allemand que je compris qu’il se parlait à lui-même plus qu’à moi. Grâce à Zee, ma maîtrise de l’allemand était meilleure qu’après mes deux années de cours à l’université, mais elle n’était pas suffisante pour pouvoir le suivre une fois qu’il était lancé.

Il était 20 heures passées, mais le soleil dardait toujours ses rayons à travers les branches des arbres qui soulignaient la vallée. Les plus grands d’entre eux étaient encore verts, mais certains bosquets commençaient à prendre les nuances flamboyantes de l’automne.

Dans les environs des Tri-Cities, les seuls arbres se trouvaient en ville et étaient irrigués pour pouvoir survivre aux cruels étés ou bien ils poussaient en bordure du fleuve. Mais à mesure que nous nous rapprochions de Walla Walla, là où les Montagnes Bleues procuraient un peu plus d’humidité à l’air, le paysage devenait de plus en plus vert.

— Le pire, reprit Zee en revenant à l’anglais, c’est que je pense que tu ne pourras rien nous dire que nous sachions déjà.

— À quel propos ?

Il me regarda d’un air penaud, ce qui ne lui allait pas du tout.

— Ja, je m’embrouille. Je vais reprendre depuis le début. (Il prit une grande inspiration qu’il relâcha par la bouche.) À l’intérieur de la réserve, c’est nous qui nous occupons du maintien de l’ordre : cela fait partie de nos prérogatives. Nous nous en occupons de manière discrète parce que le monde des humains n’est pas prêt à admettre les méthodes que nous utilisons. C’est que c’est difficile de garder l’un d’entre nous emprisonné, pas vrai ?

— Les loups-garous ont le même problème, lui dis-je.

— Ja, j’imagine, acquiesça-t-il d’un brusque mouvement de tête. Reprenons. Il y a eu plusieurs meurtres dans la réserve, ces derniers temps. Nous pensons qu’il s’agit d’un seul et même meurtrier.

— Tu appartiens à la police de la réserve ? lui demandai-je.

Il secoua la tête.

— Il n’existe rien de tel. Enfin, pas à proprement parler. Mais Oncle Mike appartient au Conseil. Il s’est dit que ton odorat pourrait nous être utile et c’est lui qui m’a envoyé te chercher.

Oncle Mike tenait un bar à Pasco, fréquenté par les faes et autres créatures magiques qui peuplaient la ville. Qu’il soit puissant, je n’en avais jamais douté : il fallait une sacrée puissance pour faire en sorte que toutes ces faes se tiennent tranquilles. Mais je n’avais pas la moindre idée qu’il appartenait au Conseil. Remarquez, si j’avais su qu’il existait un tel conseil, j’aurais pu m’en douter.

— Vous n’avez personne qui peut remplir cette mission aussi bien que moi ? (Je levai la main avant qu’il prenne la parole.) Non pas que ça me dérange. Je peux imaginer bien pire manière de payer mes dettes. Mais pourquoi moi ? Jack n’a-t-il pas fait sentir à son géant le sang d’un Anglais pour sauver Pete ? Et la magie ? Personne ne peut l’utiliser pour trouver le tueur ?

Je n’y connaissais pas grand-chose en magie, mais j’étais persuadée qu’une réserve de faes devait recéler des créatures dont la puissance leur serait bien plus utile que mon odorat.

— Peut-être les Seigneurs Gris pourraient-ils faire en sorte de révéler magiquement l’identité de celui-ci, répondit Zee, mais nous préférerions ne pas attirer leur attention. Ce serait trop risqué. Et en dehors des Seigneurs Gris… (Il haussa les épaules.) Il s’avère que le meurtrier sait étonnamment bien dissimuler ses traces. Et en matière d’odorat, la plupart d’entre nous ne sont pas particulièrement gâtés : c’est un don que surtout les créatures bestiales ont. Or, lorsque les Seigneurs Gris ont décidé qu’il serait mieux pour nous de nous fondre parmi les humains plutôt que de vivre à l’écart, ils ont fait exécuter une grande partie de ces bêtes, tout au moins celles qui avaient déjà survécu à l’arrivée du Christ et du fer. Il en reste peut-être un ou deux en mesure de renifler la piste de l’assassin, mais ils sont tellement faibles qu’on ne peut leur faire confiance.

— Qu’est-ce que ça veut dire ?

Il me décocha un regard sinistre :

— Nous ne fonctionnons pas selon les mêmes règles que les humains. Si un fae n’est pas assez puissant pour assurer sa propre protection, il ne peut se permettre d’offenser qui que ce soit. Si l’assassin est puissant ou s’il a des relations haut placées, aucun des faes en mesure de reconnaître son odeur ne voudra le dénoncer.

Il eut un petit sourire amer.

— Nous sommes peut-être incapables de mentir, mais il y a une sacrée différence entre vérité et honnêteté.

Ayant été élevée par des loups-garous capables de sentir le mensonge à une centaine de mètres, je savais parfaitement de quoi il parlait. Mais il y avait quelque chose qui m’ennuyait dans ce qu’il avait dit.

— Euh, je ne suis pas puissante, moi. Qu’est-ce qui se passe si j’offense quelqu’un ?

Un sourire étira ses lèvres :

— Tu seras là en tant que mon invitée. Cela ne garantira peut-être pas ta sécurité si tu en vois trop car nos lois sont très claires en ce qui concerne le sort des mortels qui se retrouvent dans le Monde d’En-Dessous et mettent leur nez là où il ne faut pas. Le fait d’être invitée par le Conseil et de ne pas être tout à fait humaine devrait tenir lieu d’immunité dans une certaine limite. Mais quiconque se sentirait offensé par tes paroles ou tes actions, de par les lois de l’hospitalité, devra me demander des comptes à moi. Et moi, j’ai les moyens de me défendre.

Je n’avais aucun mal à le croire. Zee se désigne lui-même sous le terme de « gremlin », ce qui est probablement aussi proche que possible de la réalité : sauf que le mot lui-même est bien plus récent que Zee. C’est l’un de ces rares faes dotés d’une affinité pour le fer, ce qui constitue un avantage certain sur les autres faes. Le contact du métal leur est en effet la plupart du temps fatal.

Aucun panneau n’indiquait l’intersection où nous tournâmes, nous menant de l’autoroute vers une petite route de campagne bien entretenue. Celle-ci serpentait au milieu de petites collines boisées qui me rappelaient plus le Montana que les plaines couvertes de brome et de sauge qui entouraient les Tri-Cities.

Nous prîmes un embranchement qui nous mena à travers une épaisse forêt de peupliers qui s’interrompit brusquement, nous laissant face à un grand mur de béton couleur cannelle. Avec ses cinq mètres de haut et le barbelé qui s’enroulait à son sommet, on ne se sentait franchement pas les bienvenus.

— On dirait une prison, remarquai-je.

La combinaison de ce mur et de la petite route encaissée me rendait un peu claustrophobe.

— En effet, acquiesça Zee d’un air sinistre. J’ai oublié de te demander, tu as bien ton permis de conduire avec toi ?

— Oui.

— Parfait. Mercy, il faut vraiment que tu gardes à l’esprit qu’il y a beaucoup de créatures dans cette réserve qui n’apprécient pas particulièrement les humains… et tu n’es pas assez éloignée de l’humain pour que leur ressentiment ne t’atteigne pas. Si tu t’aventures trop en dehors des sentiers balisés, ils te tueront d’abord et me laisseront réclamer justice ensuite.

— Je tiendrai ma langue, promis-je.

Il ricana d’un air franchement ironique :

— Ouais, c’est ça, j’y croirai quand je le verrai. J’aimerais bien qu’Oncle Mike soit avec nous. Au moins, là, personne ne s’aviserait de te chercher noise.

— Je croyais que tout cela était son idée ?

— C’est le cas, mais il travaille ce soir et ne peut se permettre d’abandonner la taverne.

Nous parcourûmes encore quelques centaines de mètres avant que la route tourne abruptement vers la droite, révélant une petite guérite et un portail. Zee arrêta le camion et descendit sa vitre.

Le garde était vêtu d’un uniforme militaire avec un gros écusson BFA sur le bras. Je n’en savais pas assez sur le BFA (Bureau des Affaires Faes) pour pouvoir dire à quel corps d’armée ses agents étaient associés… ni d’ailleurs si c’était seulement le cas. Ce garde avait un côté vigile, comme s’il n’était pas tout à fait habitué à l’uniforme, mais savourait le pouvoir que celui-ci lui conférait. L’insigne sur sa poitrine indiquait le nom d’O’DONNELL.

Il se pencha et je sentis une bouffée d’ail et de sueur, même si l’homme ne semblait pas avoir négligé de se doucher. C’est simplement que j’ai vraiment un odorat plus développé que la moyenne.

— Papiers, dit-il.

Son nom était irlandais, mais il avait plus l’air d’un Italien ou d’un Français. Ses traits étaient noyés dans la graisse et il perdait ses cheveux.

Zee ouvrit son portefeuille et en sortit son permis de conduire. Le garde examina avec une attention exagérée le document puis Zee. Il finit par grogner son assentiment avant de dire :

— Les siens, aussi.

J’avais déjà sorti mon portefeuille de mon sac et tendis mon permis à Zee afin qu’il le passe au garde.

— Aucune désignation, remarqua-t-il en faisant cliqueter l’ongle de son pouce sur le coin du document plastifié.

— Ce n’est pas une fae, monsieur, répondit Zee d’un ton révérencieux que je ne lui avais jamais entendu.

— Vraiment ? Qu’est-ce qu’elle vient faire ici, alors ?

— C’est mon invitée, s’empressa de dire Zee comme pour m’empêcher de dire à cet abruti que cela ne le regardait pas.

Et c’était un abruti, lui et qui que ce soit qui s’occupait de la sécurité par ici. Des pièces d’identité avec photo pour identifier des faes ? Le seul point commun des faes, c’était justement le glamour, cette capacité à changer d’apparence à volonté. L’illusion est tellement bonne qu’elle n’affecte pas seulement le regard du spectateur, mais aussi la réalité physique. Cela explique comment un ogre de 250 kilos haut de trois mètres peut porter des robes en taille 38 et conduire une Mazda MX5. Ce n’est pas de la métamorphose, m’a-t-on assuré. Mais en ce qui me concerne, ça y ressemble assez pour que je ne cherche pas plus loin.

Tout ça pour dire que je ne sais pas quel type de documents aurait pu être utilisé, mais que les photos d’identité n’avaient pas la moindre valeur. Bien sûr, les faes essayaient de faire croire qu’ils ne pouvaient avoir qu’une seule apparence humaine, sans jamais le dire en ces termes précis. Peut-être avaient-ils réussi à convaincre un bureaucrate obscur.

— Voulez-vous bien descendre de ce camion, madame ? dit l’abruti en sortant de sa guérite et en passant de mon côté du véhicule.

Zee me fit un signe de tête. Je sortis du pick-up.

Le garde me tourna autour et je dus réprimer le grondement qui montait en moi. Je n’apprécie pas qu’un inconnu se trouve dans mon dos. Il ne devait pas être aussi idiot qu’il en avait l’air parce qu’il sembla s’en rendre compte et revint devant moi.

Les gradés n’aiment pas qu’on amène des visiteurs civils, surtout après la tombée de la nuit, fit-il remarquer à Zee, qui était sorti de la voiture et s’était posté à mes côtés.

— J’ai l’autorisation, objecta Zee, mais toujours avec cet air hyper respectueux.

Le garde eut un ricanement de dérision et parcourut quelques feuilles de son bloc-notes, même si j’aurais pu jurer qu’il n’en lisait pas un mot.

— Siebold Adelbertsmiter, dit-il, prononçant mal le nom de Zee (Plus « Sibolde » que « Zibolte »), Michael McNellis et Olwen Jones.

Michael McNellis pouvait être Oncle Mike… ou pas. Je ne connaissais aucun fae appelé Olwen, mais, d’un autre côté, les faes que je connaissais par leur nom pouvaient se compter sur les doigts d’une seule main, et encore, avec du rab. En général, les faes avaient tendance à rester entre eux.

— C’est exact, répondit Zee d’un ton faussement patient, mais qui semblait pourtant authentique. (Ce qui me rendait certaine qu’il était faux, c’était que Zee n’avait pas la moindre patience avec les imbéciles. Ou avec qui que ce soit, en fait.) Je suis Siebold, expliqua-t-il, en prononçant son nom de la même manière qu’O’Donnell.

Le minityran garda mon permis en main et revint vers la guérite. Je restai où je me trouvai, ce qui m’empêcha de voir ce qu’il fabriquait, mais j’entendis le bruit d’un clavier d’ordinateur qu’on tapotait. Quelques minutes après, il ressortit et me tendit mon permis.

— Essayez d’éviter les ennuis, Mercedes Thompson. Le Royaume des Fées n’est pas un endroit pour les gentilles petites filles.

Visiblement, O’Donnell avait été malade le jour où ils avaient abordé l’empathie lors de sa formation. Je n’étais pas du genre ultra tatillon, mais la manière dont il avait dit « petite fille » le faisait sonner comme une insulte. Consciente du regard inquiet de Zee sur moi, je repris mon permis, le mis dans ma poche et tentai de garder mes pensées pour moi.

Mais je ne devais pas avoir conservé une expression assez neutre, car l’homme rapprocha son visage du mien et dit :

— Tu m’as bien compris, jeune fille ?

Je sentais l’odeur du jambon rôti au miel et de la moutarde qui avaient agrémenté son sandwich du dîner, mais aussi l’ail qu’il avait vraisemblablement ingéré la veille au soir. De la pizza, peut-être, ou des lasagnes.

— J’ai compris, dis-je d’un ton aussi plat que possible, ce qui, je le reconnais, n’était pas une performance éblouissante.

Il tripota l’arme qu’il portait à la ceinture. Puis, jetant un coup d’œil à Zee, il cracha :

— Autorisation de séjour de deux heures. Si elle n’est pas sortie alors, on viendra la chercher.

Zee inclina la tête comme les combattants dans les films de kung-fu, sans jamais quitter des yeux le visage du garde. Il attendit que celui-ci soit remonté dans sa guérite pour grimper à bord du camion, et je fis de même.

Le portail métallique s’ouvrit avec une réticence qui trahissait celle d’O’Donnell. L’acier dans lequel il avait été fabriqué était le premier signe de compétence que je voyais depuis que j’étais arrivée. À moins que les murs soient dotés d’une armature métallique, leur béton réussirait à m’empêcher d’entrer, mais pas les faes de sortir. Les barbelés brillaient trop pour être autre chose que de l’aluminium, et l’aluminium ne fait aucun effet aux faes. Évidemment, la version officielle était que la réserve avait pour but d’offrir un lieu où les faes pourraient vivre en sécurité, cela n’était donc pas étonnant que les faes soient libres d’aller et venir à leur guise, avec ou sans portail surveillé.

Zee franchit celui-ci et nous nous retrouvâmes au Royaume des Fées.

Je ne sais pas exactement à quoi je m’attendais dans la réserve, des baraquements militaires, peut-être, ou alors des cottages anglais. Au lieu de cela s’étendaient sous mon regard rangée après rangée de maisons de type ranch, avec un garage attenant pour une voiture sur des parcelles de taille égale, avec les mêmes clôtures, le même grillage, la même barrière de cèdre d’un mètre quatre-vingts autour du petit jardin à l’arrière.

Les différentes maisons ne se distinguaient que par leur couleur et par les plantes qui se trouvaient à l’avant. Je savais que la réserve datait des années 1980, mais on aurait dit que ces bâtiments n’avaient pas plus d’un an.

Il y avait quelques voitures de-ci, de-là, majoritairement des 4 x 4 et des pick-up, mais personne n’était visible. Le seul être vivant, à part Zee et moi, était un gros chien noir qui nous considérait d’un regard plein d’intelligence, assis sur la pelouse d’une maison d’un jaune pâle.

Ce chien accentuait l’effet Femmes de Stepford de manière complètement flippante.

Je me tournai vers Zee pour partager mon impression quand je me rendis compte que mon nez me transmettait des informations contradictoires.

— Y a de l’eau, dans le coin ? demandai-je.

— De l’eau ? répondit-il en haussant un sourcil.

— Je sens une odeur de marais, de pourriture et de plantes en pleine croissance.

Il me considéra d’un regard énigmatique.

— C’est bien ce que je disais à Oncle Mike. Notre glamour fonctionne de manière optimale sur le toucher et la vue, pas trop mal sur l’ouïe et le goût, mais pas très bien sur l’odorat. Pour la plupart des gens, qui n’ont qu’un odorat fort limité, ce n’est pas un problème. Mais tu as détecté que j’étais un fae dès qu’on s’est rencontrés.

Il n’avait pas tout à fait raison. Je n’ai jamais senti deux personnes avec la même odeur : j’avais juste pensé que l’odeur légèrement terreuse qu’il partageait avec son fils Tad était simplement leur odeur naturelle. C’est bien plus tard que j’avais appris à faire la distinction entre fae et humain. À moins de vivre à moins de une heure en voiture d’une de leurs réserves américaines, on n’avait pas beaucoup d’occasions d’en croiser. Jusqu’à mon arrivée dans les Tri-Cities, et jusqu’à ce que je commence à travailler pour Zee, je n’avais à ma connaissance jamais rencontré de fae.

— Où est donc ce marais ? demandai-je.

Il secoua la tête :

— J’espère sincèrement que tu vas déjouer les méthodes utilisées par notre assassin pour couvrir ses traces. Mais dans ton propre intérêt, Liebling, j’aimerais que tu laisses les secrets de la réserve en paix.

Il prit une route qui ressemblait exactement aux quatre rues précédentes, à part qu’une petite fille de huit ou neuf ans jouait au Yo-Yo sur la pelouse d’une des maisons. Elle ne quitta pas le jouet tournoyant de son regard attentif alors que Zee s’arrêtait sur la voie d’accès au garage. Il fallut que Zee ouvre le portail pour qu’elle lève les yeux, ceux d’une adulte, en attrapant son Yo-Yo d’une main.

— Personne n’est entré, dit-elle.

Zee fit un signe d’approbation.

— Voici la scène du crime le plus récent, me dit-il. Nous l’avons découvert ce matin. Il y en a six autres. Elles ont toutes été envahies, mais personne n’est entré dans cette maison, hormis elle (il désigna la petite fille de la tête), qui est membre du Conseil, et Oncle Mike, depuis la mort de son occupant.

Je considérai la petite fille qui était donc membre du Conseil et elle me décocha un sourire en faisant claquer sa bulle de chewing-gum.

Je décidai qu’il valait mieux ne pas faire attention à elle.

— Tu veux que je renifle toutes ces maisons ? demandai-je.

— Si c’est possible, acquiesça-t-il.

— Le problème c’est qu’il n’existe aucune base de données des odeurs, contrairement aux empreintes digitales, par exemple. Même si j’isole l’odeur d’une personne, je n’aurai pas la moindre idée de qui il s’agit… sauf s’il s’agit de toi, d’Oncle Mike ou de ton amie membre du Conseil, dis-je en désignant la Fille au Yo-Yo d’un signe de tête.

Zee eut un sourire sans joie.

— Si tu trouves une odeur commune dans toutes les maisons, je t’accompagnerai personnellement dans les moindres recoins de la réserve et, s’il le faut, de l’État de Washington, jusqu’à ce que tu débusques ce fils de pute.

Ses paroles me firent prendre conscience que pour Zee, l’affaire était personnelle. Zee jurait peu, et jamais en anglais. « Pute », en particulier, était un mot que je ne l’avais au grand jamais entendu prononcer.

— Il vaut mieux que j’y aille seule, alors, dis-je. Ce sera plus simple si on évite que les odeurs que tu portes sur toi viennent contaminer la maison. Est-ce que ça te dérange si j’utilise ton camion pour me changer ?

— Nein, nein, dit-il. Va te changer.

Je retournai au pick-up, sentant tout le long du chemin le regard de la gamine peser sur ma nuque. Elle avait l’air trop innocent et inoffensif pour être autre chose qu’une créature des plus terrifiantes.

Je grimpai dans la cabine du côté passager pour avoir le plus de place possible et me déshabillai. Chez les loups-garous, la métamorphose est très douloureuse, surtout s’ils attendent trop après la pleine lune et que celle-ci les contraint à changer.

Pour moi, ce n’est pas le cas. Au contraire, c’est même agréable, comme de s’étirer voluptueusement après une bonne séance de sport. En revanche, ça me donne faim, et si je passe trop rapidement d’une forme à l’autre et inversement, ça m’épuise.

Je fermai les yeux et me glissai dans ma forme de coyote. Je me grattai l’oreille avec la patte arrière pour évacuer les derniers picotements et sautai à travers la fenêtre que j’avais pris le soin de baisser avant de me transformer.

En tant qu’humaine, j’ai les sens particulièrement aiguisés. Quand je change de forme, cela s’améliore encore, et même davantage. Sous forme de coyote, j’avais plus de facilité que lorsque j’étais humaine à interpréter les informations que me transmettaient mes oreilles et mon nez.

Je commençai à renifler les pavés juste à l’intérieur du portail, essayant de m’habituer peu à peu aux odeurs de la maison. Avant même d’arriver sous le porche, j’avais réussi à isoler l’odeur du mâle (ce n’était certainement pas un homme, mais je n’arrivais pas à savoir exactement ce qu’il était) qui avait occupé les lieux. J’avais aussi détecté les effluves de ceux qui lui rendaient le plus souvent visite, comme la petite fille, qui avait l’air d’avoir recommencé à jouer avec son yoyo, mais qui ne me quittait pas des yeux.

En dehors de la phrase qu’elle avait prononcée en nous voyant arriver, je n’avais pas entendu le moindre échange entre elle et Zee. Ce qui pouvait signifier qu’ils ne s’appréciaient pas, mais rien dans leur langage corporel n’indiquait le moindre antagonisme. Peut-être n’avaient-ils rien à se dire.

Zee ouvrit la porte en me voyant arriver devant, et une bouffée de mort tourbillonna autour de moi.
Je ne pus m’empêcher d’avoir un mouvement de recul. Même les faes, semblait-il, n’étaient pas immunisés contre les abjections de la mort. Il n’y avait nul besoin d’entrer avec les plus grandes précautions, comme je le fis, mais, et particulièrement sous forme de coyote, on ne peut pas grand-chose contre l’instinct.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Chapitre 1 iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Chapitre 1 iconEr Les sections I à III du chapitre II du titre troisième du livre...
R. 6132 I. La convention constitutive de groupement hospitalier de territoire est constituée de deux volets

Chapitre 1 iconChapitre

Chapitre 1 iconChapitre 1 – La rencontre

Chapitre 1 iconInterrogation: Chapitre 2

Chapitre 1 iconChapitre 5 I epidémiologie

Chapitre 1 iconBienvenue Chapitre 2 (p. 61)

Chapitre 1 iconChapitre 3 Staphylocoques

Chapitre 1 icon1- la biosphère (chapitre 50)

Chapitre 1 iconF rançais II chapitre 2, devoir 6








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com