Darwin, séquence pédagogique cycle 3








télécharger 58.09 Kb.
titreDarwin, séquence pédagogique cycle 3
date de publication20.01.2018
taille58.09 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos

Darwin, séquence pédagogique cycle 3

Education à l’image en Sciences


DARWIN


Les compétences du socle
Compétence 4 :

La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication

L’élève est capable de faire preuve d’esprit critique face à l’information et à son traitement.
Compétence 3 :

Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

[…] En ce qui concerne la culture scientifique et technologique, l’élève étudie :

[…] les caractéristiques du vivant (cellule, biodiversité, évolution des espèces)

Il est initié à la démarche d'investigation tout en acquérant des connaissances et apprend à agir dans une perspective de développement durable.

L’unité et la diversité du vivant
Présentation de la biodiversité : recherche de différences entre espèces vivantes.
Présentation de l’unité du vivant : recherche de points communs entre espèces vivantes.
Présentation de la classification du vivant : interprétation de ressemblances et différences en termes de parenté.


  • Démarche :


1/ Ce que je sais sur un sujet

2/ Visionnage d’une séquence vidéo.

3/ Ce que j’ai retenu

4/ Nouveau visionnage commenté collectivement, confrontation à des textes, des peintures, les documents audio

5/ Ecriture de la trace de structuration.

Le grand voyage de Charles Darwin :

Utilisation d’extraits de la vidéo « Le grand Voyage de Charles Darwin », de Hannes Schuler et Katarina Von Flotow.

En parallèle, lecture des séquences TDC école n°43, Darwin et le Darwinisme.
Sciences & vie, « D’où venons-nous » juin 2010, n°1113, pages 58 à 79.
Le livre « de l’origine des espèces » est libre de droit et disponible sous ce lien :

http://www.ebooksgratuits.com/pdf/darwin_de_l_origine_des_especes.pdf

Objectif : comprendre la notion d’évolution des espèces : définir ensemble le terme EVOLUTIONNISME et l’unité du vivant.


Séance 1 

I Biographie de Charles Darwin

NB : La carte retraçant le voyage de Darwin à bord du Beagle restera la toile de fond de toute la séquence. Elle sera reprise régulièrement pour permettre aux enfants de situer géographiquement toutes les découvertes.
A/ Ce que je sais :
Qui est Charles Darwin ? Pourquoi ce personnage est-il si connu ? Qu’est-ce qu’un naturaliste ?

Il ne s’agit pas de répondre aux questions à la place des élèves. Il s’agit de permettre l’émergence de leurs représentions.

Nous pourrons apporter un commencement de réponse en donnant la définition suivante que certains élèves auront probablement eux aussi trouvé dans le dictionnaire : « personne qui se livre à l’étude des plantes, des animaux, des minéraux. »

B/ Premier visionnage de la séquence vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (0min à 14 min),


C/ Ce que j’ai retenu :
Nous reprenons collectivement. Nous notons au tableau ce que le groupe classe a retenu du visionnage :

Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.


D/ Lecture documentaire et nouveau visionnage commenté collectivement :
Distribution d’un court extrait de la biographie de Charles Darwin avec le visionnage.
Ressource wiki : http://fr.vikidia.org/wiki/Charles_Darwin


« Darwin (Charles) (1809-1882), naturaliste britanique. Ayant receuilli au cours d’une croisière autour du monde sur le Beagle (1831-1836) d’innombrables observations sur la variabilité des espèces, il fut conduit à élaborer la doctrine évolutionniste appelée depuis lors « Darwinisme », qu’il fit connaître dans son ouvrage majeur : de l’origine des espèces par voie de sélection naturelle (1859) »

E/ Ce que je retiens :
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :
« Darwin, naturaliste, fait des dessins et prend des notes sur ce qu’il observe. Il veut dessiner les zones inexplorées de la planète. Il se pose beaucoup de questions :

Pourquoi des animaux se ressemblant beaucoup vivent dans des environnements totalement différents…et qu’au contraire des animaux de la même espèce ont développé des caractères totalement différents tout en vivant dans des environnements séparés identiques ? »
Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.

Séance 2

II Charles Darwin et l’anatomie comparée
NB : La carte retraçant le voyage de Darwin à bord du Beagle restera la toile de fond de toute la séquence. Elle sera reprise régulièrement pour permettre aux enfants de situer géographiquement toutes les découvertes.

A/ Ce que je sais :

Qu’est ce que l’anatomie comparée ? Pour commence, qu’est-ce que l’anatomie tout cout ?
Laisser le temps aux enfants de chercher seul, avec ou sans outil (dictionnaire, encyclopédie…)

Pour rappel, il ne s’agit pas de répondre aux questions à la place des élèves. Il s’agit de permettre l’émergence de leurs représentions.
Nous pourrons apporter un commencement de réponse en donnant la définition suivante que certains élèves auront probablement eux aussi trouvé dans le dictionnaire : « L’anatomie c’est l’étude de la forme, de la disposition et de la structure des organes d’un être. L’anatomie comparée a pour objectif de comparer l'anatomie de différentes espèces. Par exemple, on peut comparer entre elles toutes les espèces qui ont quatre pattes ; définir les points communs et les différences. »

B/ Premier visionnage de la séquence vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (22 min à 36 min),
C/ Ce que j’ai retenu :
Nous reprenons collectivement. Nous notons au tableau ce que le groupe classe a retenu du visionnage :

Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.

D/ Lecture documentaire et nouveau visionnage commenté collectivement :
Avant le nouveau visionnage, individuellement, les élèves répondent à quelques petites questions :


Question 1 : Regarde bien tous ces animaux. Ont-ils tous quatres membres munis de doigts ?

Quel animal ou quels animaux n’ont pas quatre membres munis de doigts ?


Question 2 : Observe bien le squelette des membres de ces tétrapodes (rechercher la définition de ce mot dans le dictionnaire.) Colorie de la même couleur les os des membres en commençant par le bras humain. Que remarques-tu ?

E/ Ce que je retiens :
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :
« Darwin s’interroge : quels liens les espèces peuvent-elles avoir entre elles ? L’anatomie comparée et notamment la comparaison des squelettes de différentes espèces lui apprennent que les espèces ont des points communs.

Pendant longtemps les naturalistes ont pensé que les espèces étaient invariables et que l’homme se situait au sommet de l’échelle des espèces.

Toutes les espèces auraient-elles un lien de parenté ? L’homme et la grenouille sont-ils des parents ? »

Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.
Séance 3 

III Anatomie comparée des crânes humains et des crânes de singes
NB : La carte retraçant le voyage de Darwin à bord du Beagle restera la toile de fond de toute la séquence. Elle sera reprise régulièrement pour permettre aux enfants de situer géographiquement toutes les découvertes.
A/ Ce que je sais :

Quels points communs et quelles différences les crânes des singes et des humains ont-ils ?
Laisser le temps aux enfants de chercher seul, avec ou sans outil (dictionnaire, encyclopédie…)

Pour rappel, il ne s’agit pas de répondre aux questions à la place des élèves. Il s’agit de permettre l’émergence de leurs représentions.
B/ Premier visionnage de la séquence vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (36 min à 43 min),

D/ Lecture documentaire et nouveau visionnage commenté collectivement :
1/ L’homme et le singe : Projection de l’image d’un crâne humain et de l’image d’un crâne de singe.

Débat oral et collectif. Nous notons ce que la classe retient de cette comparaison.


« Différences : L’homme a une boite crânienne et donc un gros cerveau. Les canines sont très développées chez le singe.
Points communs :Les dents (molaires, canines et incisives) et les deux mâchoires. La cavité du nez et les deux cavités des yeux. »
2/ Il est également possible à ce stade d’utiliser les crânes d’animaux dont nous disposons dans la classe. Les enfants peuvent aussi apporter le matériel dont ils disposent. Comme a pu le faire Darwin, les élèves peuvent eux-mêmes se constituer une collection de crânes !
Par groupe de 4, les élèves disposent de deux crânes différents. Nous disposons de deux crânes de moutons, de deux crânes de lapin, de d’un crâne poulet.
Sur leur feuille, les jeunes scientifiques notent les points communs et les différences entre les spécimens qu’ils observent.


Points communs

Différences








E/ Ce que je retiens :
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :
« Darwin s’interroge : quels points communs et quels différences entre le crâne d’un être humain et celui d’un singe. Les points communs sont frappants. L’homme est-il un bourgeon terminal ou a-t-il été créé tel qu’il est aujourd’hui ?

Peut-on dire que l’homme a pour descendant le singe ou doit-on dire que l’homme et le singe ont un ancêtre commun ?

Darwin n’a jamais dit que l’homme descendait du singe.»
Imaginer avec les élèves deux représentations différentes et susciter le débat :





Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.
Séance 4

IV Phénomène et mécanisme
NB : La carte retraçant le voyage de Darwin à bord du Beagle restera la toile de fond de toute la séquence. Elle sera reprise régulièrement pour permettre aux enfants de situer géographiquement toutes les découvertes.
A/ Ce que je sais :

Qu’est ce qu’un phénomène ? Donner des exemples. Qu’est-ce qu’un mécanisme ? Donner des exemples.

Que signifie cette phrase : « Ceux qui s’adaptent survivent. »
« Phénomène : fait observable, un évènement. Par exemple : la pluie est un phénomène météorologique.

Mécanisme : fonctionnement d’un ensemble d’éléments dépendant les uns des autres. Par exemple : pour qu’il pleuve, il faut qu’un ensemble d’éléments soient réunis et donc qu’une mécanique météorologique se mette en place. »
B/ Premier visionnage de la séquence vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (48 min à 57 min),

D/ Lecture documentaire et nouveau visionnage commenté collectivement :
Avant ce nouveau visionnage, nous regardons la présentation de l’équipe de Peter et Rosemary Grant dont le lien est noté ci-dessous. Nous nous arrêterons au phénomène de 1977. Visionner les diapositives 1 à 7 puis passer directement de la diapositive 7 à la 14. Les intermédiaires sont trop complexes à comprendre pour des élèves du primaire. S’arrêter à la diapositive 14 pour le phénomène de 1977.


Les enfants écrivent les questions suivantes :
1/Combien existe-t-il d’espèces de pinsons ?

Distribution de la diapositive représentant les deux pinsons.
2/Que va-t-il se passer pour la population de pinsons ?
3/Certains pinsons ont survécu, qu’avaient-ils de particulier ? Qui est alors majoritaire sur l’île ?
Nouveau visionnage de la séquence vidéo.
« Il existe une douzaine d’espèces de pinsons. Une saison, il y a eu une terrible sécheresse. De nombreux pinsons sont morts de faim. Seuls quelques-uns ont survécu. En effet, du fait de cette sécheresse, les pinsons ne disposaient que de grosses graines pour se nourrir. Or, certains pinsons ont développé un plus gros bec que les autres, lequel bec leur permis de casser les coques de ces graines et de se nourrir. Aujourd’hui, les pinsons à gros bec sont dominants. Ceux qui ont réussi à s’adapter survivent. On parle de mécanisme de l’adaptation. »
Pour plus d’information, on peut consulter cette page : http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/biologie/spip.php?article453
E/ Ce que je retiens :
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :
« Darwin s’interroge : quelle est donc l’origine des espèces ? A cause ou grâce à certains phénomènes, certaines espèces disparaissent. Ce mécanisme se nomme : la sélection naturelle. »
Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.

Séance 5

V Le corail de vie
NB : La carte retraçant le voyage de Darwin à bord du Beagle restera la toile de fond de toute la séquence. Elle sera reprise régulièrement pour permettre aux enfants de situer géographiquement toutes les découvertes.
A/ Ce que je sais :
Projection de cette image :

Un atoll Corallien


Comment cette île s’est-elle formée ?
B/ Premier visionnage de la séquence vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (1h03 à 1h10).

D/ Schématisation, lecture documentaire et nouveau visionnage commenté collectivement :
1/ Nous posons une nouvelle fois la question : Comment cette île s’est-elle formée ?

Quelle explication Darwin a-t-il donné ?
Quelle explication le scientifique de la vidéo donne-t-il ? Quel schéma scientifique a-t-il fait ?

Les enfants font leur propre schéma. Nous pouvons ainsi évaluer d’une part les prises de notes et d’autre part le niveau de compréhension.
« Selon Darwin, l’océan s’affaisserait et le continent d’élèverait.

Selon le scientifique, le mouvement des plaques vers le bas et l’organisme vivant qu’est le corail grossissant vers le haut, expliquent la formation des atolls. »
Distribution du schéma :



2/ Quelle idée Darwin va-t-il avoir en observant le corail ?
« Jusqu’à présent on parlait d’arbre de vie, ou d’échelle, au sommet de laquelle se trouvait l’homme.

Darwin avance la théorie du corail de vie. Les développements des espèces sont possibles dans toutes les directions. L’homme n’est qu’une branche parmi les autres. »
E/ Ce que je retiens :
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :
« L’observation des atolls coralliens a permis à Darwin de construire le « coral of life » ou « corail de vie ».

« L’homme est une branche parmi les autres branches, qui évolue au même titre que les autres branches. L’homme évolue encore.»
Noter ici ce qu’ont retenu les enfants.



Séance 6 : VI Evolutionnisme et créationnisme


A/ Ce que je sais :

Que signifient les mots « Evolutionniste » et « Créationniste » ?
Pourquoi l’église n’est-elle pas d’accord avec les théories de Darwin ?
Après un temps de recherches, distribution, lecture individuelle et débat collectif autour de ces deux définitions.
« Evolutionniste : Selon Darwin, toutes les espèces vivantes ont évolué au cours du temps à partir d'un seul ou quelques ancêtres communs grâce au processus connu sous le nom de « sélection naturelle ».
Créationniste : Dieu a créé l’homme à son image. Dieu est parfait. L’homme est donc l’espèce suprême depuis sa création. Il est impossible que l’homme et le singe aient un ancêtre commun. Cela voudrait dire que l’homme n’aurait pas toujours été parfait. Cela signifierait aussi que la création telle qu’elle est écrite dans l’ancien testament n’est pas une réalité scientifique. »
B/ Visionnage de la vidéo :
Nous invitons les enfants à prendre des notes, comme nous apprenons à la faire lors de l’écoute de l’exposé d’un camarade. Ils peuvent écrire ou faire des dessins (schéma).

Visionnage de la séquence vidéo (1h20 à la fin).
C/ Débat philosophique autour de ces deux notions :
Pour nourrir le débat, distribution de l’article sur « le procès du singe », célèbre procès aux Etats-Unis, sur un professeur refusant d’enseigner les théories de la création.
« Le plus connu de ces affrontements judiciaires fut le procès du singe, qui s'est déroulé en 1925, dans le Tennessee. Le 28 janvier 1925, l'État du Tennessee mit en place le Butler act qui déclare qu'« il est illégal pour tout enseignant de toute université, école normale et toutes les autres écoles publiques de l'État [...], d'enseigner toute théorie qui nie l'Histoire de la Création Divine de l'homme comme enseigné dans la Bible, et d'enseigner à la place que l'homme est descendu d'un ordre inférieur des animaux. ».
Le Butler act n'interdisait pas l'enseignement de l'évolution génétique des autres espèces que l'homme, de la géologie, de la création de l'univers selon les connaissances scientifiques de l'époque, et il n'obligeait pas à l'enseignement de la création selon la Bible. L'unique interdit était d'enseigner que l'homme évolue ou toute autre théorie reniant la création de l'homme par Dieu tel qu'exposé par la Bible.
L'Union américaine pour les libertés civiles passe par les petites annonces pour trouver un professeur acceptant d'enfreindre la loi en enseignant que l'homme a évolué selon la théorie de Darwin. Un jeune professeur de sciences naturelles de 24 ans de la ville de Dayton, John Thomas Scopes, se porte volontaire. Un procès eut lieu.
John Thomas Scopes perdit et fut condamné à une légère amende, mais le procès fut fortement médiatisé. L'ACLU considéra avoir remporté une victoire médiatique, car l'opinion publique fut sensibilisée à la question et se montra en grande partie favorable à Scopes. Mais le Butler act fut déclaré conforme à la constitution, et l'interdiction se maintint jusqu'en 1967. De plus, le sujet de l'évolution fut jugé trop politiquement sensible, et les éditeurs de livres scolaires retirèrent la théorie de Darwin et l'évolution de l'homme de leurs ouvrages.
En 1967, un enseignant se plaignit que le Butler act violait son droit à la liberté d'expression et la séparation de l'Église et l'État. Craignant un nouveau procès médiatique, les progrès scientifiques soutenant la théorie de l'évolution et en conséquence l'évolution des mentalités dans l'opinion publique, l'État du Tennessee abrogea le Butler act. »


D/ Ce que je retiens
Il convient de créer la trace avec les élèves. Les informations principales à retenir de cet extrait sont les suivantes :

« Darwin propose une espèce commune à toutes les espèces. Il n’a certainement pas dit que l’homme descend du singe. Il n’a pas nié l’existence de Dieu. »



David Charpentier ; http://ecolenouvelle.wordpress.com

similaire:

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconUe ob j e c t I f s du d oss I e r
«Séquence pédagogique» ci-après en répondant aux différentes questions qui vous seront posées…

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconLe programme d'enseignement du cycle des apprentissages fondamentaux...

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconPreparation de stage actif lecon n° 2
«Relation entre le cycle menstruel, le cycle ovarien et la fluctuation des concentrations hormonales»

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconD’un organisme est l’information stockee dans son materiel genetique:...

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 icon• Noter vos observations dans un tableau à 2 lignes (Séquence nucléotidique...
«5», en supprimant toujours le 7ème nucléotide et noter vos résultats à chaque fois dans un tableau

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconRésumé : Quelle est l'origine du monde ? Sur ce sujet, science et...

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconRecherche d'un criterium. Examen des diverses théories transformistes...

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconSéquence 8 : Change de l’enfant

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconSéquence d’une séance de travail

Darwin, séquence pédagogique cycle 3 iconSéquence #1 : langage : Individuelle avec réplique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com