Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies








télécharger 195.62 Kb.
titreChapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies
page2/5
date de publication18.11.2017
taille195.62 Kb.
typeRecherche
b.21-bal.com > droit > Recherche
1   2   3   4   5

Chapitre 2 : La lignée humaine



Nous avons vu dans le chapitre précédent que l’Homme est un eucaryote, un vertébré, un tétrapode, un amniote, un mammifère, un primate.

Quelles sont les relations de parenté au sein des Primates ?

I. La place de l’Homme au sein des Vertébrés

Les relations de parenté entre l'homme et les autres Vertébrés peuvent être précisées en utilisant des données anatomiques, morphologiques, embryologiques, chromosomiques et moléculaires concernant les organismes vivant actuellement.

2 - Pour préciser les relations de parenté entre l'Homme et les autres Vertébrés

(Fichier d'images utilisé = vertebrs.phg)





mâchoires

Choanes

Amnios

Placenta

Fenêtre mandibulaire

Ongles

Orbites fermées

Aigle

1

1

1

0

1

0

0

Babouin

1

1

1

1

0

1

1

Chat

1

1

1

1

0

0

0

Crapaud

1

1

0

0

0

0

0

Crocodile

1

1

1

0

1

0

0

Gorille

1

1

1

1

0

1

1

Homme

1

1

1

1

0

1

1

Lamproie

0

0

0

0

0

0

0

Oreillard

1

1

1

1

0

0

0

Sardine

1

0

0

0

0

0

0

Tarsier

1

1

1

1

0

1

0




Taxons 

Caractères 







Aigle - Babouin - Chat - Crapaud - Crocodile - Gorille - Homme - Lamproie - Oreillard - Sardine - Tarsier

mâchoires - choanes - amnios - placenta - fenêtre mandibulaire - ongles – orbites fermées





On peut ainsi définir des clades (c.a.d un ancêtre commun et tous ses descendants), ou groupes monophylétiques : Gnathostomes, Choanates, Amniotes, Placentaires,... 

On peut également donner une première idée de la notion de Primates  : Mammifères placentaires qui possèdent des ongles. 

D'après ce cladogramme, les plus proches parents de l'Homme sont les autres Primates. Il y a donc un ancêtre commun assez récent à l’Homme et aux autres Primates
II. La place de l’Homme au sein des Primates.

A. Présentation du clade des Primates

Primates : mammifères possédant un pouce opposable aux autres doigts, l’extrémité des doigts est recouverte par des ongles plats, orbites rapprochées sur la face avant permettant une vision binoculaire.

Ecologie : Les primates sont des mammifères arboricoles vivant principalement dans les forêts tropicales et subtropicales, et c’est leur confinement à ces régions (carte) qui est caractéristique. En fait, les Primates sont moins limités par les effets directs de la température que par ses effets sur les chaînes de production écologique, car ils ne migrent (sauf l’homme) et n'hibernent pas.



Une répartition géographique particulière

1) Caractéristiques des Primates

  • membres de structure primitive à 5 doigts

  • mains partiellement préhensiles

  • pieds préhensiles (sauf homme)

  • pouce opposable

  • ongles plats (au lieu de griffes)

  • coussinets tactiles ridés au bout des doigts (dermatoglyphes)

  • calcaneum allongé dans sa partie distale

  • réduction du museau et de l’olfaction

  • plancher du bulbe tympanique formé par l’os pétreux

  • vision stéréoscopique (40 à 50 % des fibres sont ipsilatérales ; grand recouvrement des champs visuels des deux yeux et traitement séparé par moitié au niveau cortical)

  • face réduite

  • orbites de grande taille 

  • orbites convergentes (vers l’avant)

  • présence d’une barre post-orbitaire (jonction des os frontal et zygomatique)

  • cerveau relativement important et néocortex développé

  • masse cérébrale relativement élevée chez les nouveau-nés et les fœtus

  • gestation relativement longue

  • toutes les périodes de la vie sont plus longues et décalées dans le temps

  • vie postnatale prolongée

  • verticalisation du corps

  • dominance des membres postérieurs (centre de gravité près de la ceinture pelvienne)

  • clavicule conservée

  • denture complète (3 types de dents), modérément réduite

  • caecum bien développé

  • testicules dans un scrotum, dès la naissance

  • urètre et vagin complètement séparés chez les femelles

  • faible nombre de mamelles


2) Classification des Primates

Strepsirhinien (Prosimiens)

Haplorhiniens (Simiens ou Singes)

Lemuriformes

Lemur catta (Maki catta)

Lorisiformes

Galago Nycticebe

Tarsiiformes

Platyrhiniens

Atele

Cebus

Callitriche (Tamarin)

Cathariniens

Cercopithecoïdes

Hominoïdes (*) 

Cercopithécinés

Colobinés

Hylobatidés

Pongidés

Hominidés

Macaque

Babouin

Colobe

Gibbon

Siamang

Orang-outan

Homininés

Homme

Paninés

Gorille

Chimpanzé

Bonobo

On connaît actuellement 185 espèces de Primates.

3) Une grande diversité



Les Primates étonnent par la grande diversité de leurs modes de locomotion et de posture. Cependant, ils possèdent un minimum de caractères liés à la vie dans les arbres et aux conditions de déplacement difficiles dans les arbres. Ils ne s’accrochent pas comme les chats, mais ils s’agrippent.

Une grande diversité des modes de locomotion

Des tailles très variées


La taille est également très variée au sein des primates : alors que le Gorille peut mesure jusqu'à 1,80m, le Microcebe ne dépasse pas 15 cm sans la queue.... 







Quelle est la position de l’Homme dans ce groupe ?


1   2   3   4   5

similaire:

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconLa recherche de parenté chez les vertébrés

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconI- la parenté chez les Vertébrés

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconL’appareil digestif est constitué par l’ensemble des organes qui...

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconMise en place du plan d’organisation chez les Vertébrés Acquisition...

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconMise en place du plan d’organisation chez les Vertébrés Acquisition...

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconChapitre 7 I au niveau buccal
«vulgaire» est le plus répandu : IL est épisodique, récidivant et évolue par poussées aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant....

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconChapitre 7 I au niveau buccal
«vulgaire» est le plus répandu : IL est épisodique, récidivant et évolue par poussées aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant....

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconL’utilisation d’animaux faisant l’objet d’une commercialisation destinée à l’alimentation
«invertébrés/animaux à squelette externe ou sans squelette» à l’exception des Céphalopodes et les vertébrés ou les produits issus...

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconAdresse de l’établissement
«Demande d’autorisation de recherche biomédicale» qui explique la procédure à suivre

Chapitre 1 : La recherche de parenté chez les Vertébrés : l’établissement de phylogénies iconChapitre I : Le relativisme normatif
«fausse conscience» c’est-à-dire considérer que les acteurs sont sous le coup de puissances sociales occultes et qu’ils croient agir...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com