Traditionnellement, l'utilisation de l'espace marin, en particulier la pêche, a été réglementée par les populations locales afin de protéger des ressources








télécharger 464.45 Kb.
titreTraditionnellement, l'utilisation de l'espace marin, en particulier la pêche, a été réglementée par les populations locales afin de protéger des ressources
page1/14
date de publication17.11.2016
taille464.45 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14
AIRES MARINES PROTÉGÉES



Traditionnellement, l'utilisation de l'espace marin, en particulier la pêche, a été réglementée par les populations locales afin de protéger des ressources essentielles pour leur survie, mais c'est seulement au début du XXe siècle que les fondements de la conservation des espaces marins ont été établis. Commence alors une évolution dans les mentalités, les concepts et leur mise en œuvre : on est passé de la gestion de l'usage de l'espace marin à la création de petites aires protégées marines, à gestion très stricte, pour finir par privilégier la gestion d'espaces de grande dimension à usages multiples. Si l'objectif est resté le même – la protection du milieu marin et/ou de ses espèces – cette évolution est le résultat d'une meilleure connaissance du domaine marin, mais aussi d'une sensibilisation du public et des utilisateurs de ce milieu.




L'ÉVOLUTION DU CONCEPT D'AIRE MARINE PROTÉGÉE

Au début du xxe siècle, la gestion du milieu marin se limite à réglementer l'ensemble des activités menées par les individus, et notamment la pêche commerciale. Sa mise en œuvre est assurée au niveau national par diverses agences gouvernementales. Lorsque c'est nécessaire, les décideurs se réfèrent à des accords ou à des institutions internationales tels que le Conseil international pour l'exploitation de la mer, fondé en 1902, la Convention pour la protection des phoques du Pacifique nord, signée en 1911 entre les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie et le Japon, ou, plus récemment, la Commission internationale baleinière, créée en 1947, et la Convention internationale sur le droit de la mer, adoptée en 1982.

Une deuxième approche du concept de protection du milieu marin a vu le jour dans la seconde partie du xxe siècle. L'objectif est alors de créer de petites aires marines protégées au sein de l'espace maritime national, généralement adjacentes à des aires terrestres protégées, afin d'assurer une plus grande protection de ces sites en appliquant des principes de gestion différents. Selon leur rôle, les aires protégées sont appelées :

réserves de pêche, lorsqu'elles doivent permettre d'assurer la reproduction des espèces commerciales (poissons, crustacés) ; –

parcs marins, lorsqu'elles protègent une – espèce, un écosystème ou un paysage sous-marin tout en permettant en partie de nombreuses activités touristiques ou commerciales ;

sanctuaires marins ou réserves intégrales, lorsqu'elles visent une – évolution naturelle du milieu ; dans ce cas, aucune activité humaine n'est possible sur ces lieux.

C'est dans le cadre de cette politique nationale de conservation qu'ont été adoptées de nouvelles législations. On peut citer, entre autres, aux États-Unis, la loi de 1972 sur la protection marine ainsi que le programme national sur les sanctuaires marins, ou encore au Japon (1972), en Grande-Bretagne (1973), en France et en Allemagne (1976), l'adoption de textes majeurs sur la conservation de la nature. Cette période a aussi été l'une des plus importantes pour la déclaration d'aires marines protégées : parcs marins et réserves marines en Méditerranée, tels que Port-Cros (1963), Cerbère-Banyuls (1974) et Scandola (1975) en France, Castellabate (1972) et Portoferraio (1971) en Italie, Zembra (1973) et Zembretta (1977) en Tunisie, ou, dans l'hémisphère Sud, le parc marin de la Grande Barrière de corail (Australie), fondé en 1975.

La troisième approche s'est développée surtout depuis les années 1980. Elle consiste à établir des aires protégées de grande dimension, pouvant être multinationales, à usages multiples et fondées sur un système de gestion intégrée. À l'intérieur de cet espace, les niveaux de protection sont différents selon l'importance des ressources naturelles (rareté, richesse), l'intérêt scientifique ou économique et l'usage que l'on veut en faire à long terme. La similarité avec l'évolution des espaces protégés terrestres est grande, passant, dans beaucoup de pays, de petites aires situées au milieu de zones de développement à de vastes espaces englobant les sites précédemment protégés, ce qui renforce leur protection. C'est par une zonation de l'espace et de ses usages que l'on gère ces grands ensembles qui comportent ainsi, à la fois, des réserves de pêche, des parcs marins, des sanctuaires ainsi que de nouvelles zones récemment dénommées (réserves scientifiques, réserves strictes...).

De manière idéale, cette nouvelle approche nécessite une gestion coordonnée entre les domaines marins et terrestres. La prise en compte des diverses influences possibles est nécessaire. Celles-ci proviennent, pour n'importe quelle partie du domaine marin, des territoires adjacents : le domaine marin alentour, l'atmosphère qui la surplombe, les fonds océaniques et le domaine terrestre qui la borde.

Les deux premiers éléments sont en mouvement permanent et pratiquement incontrôlables, une influence transmise par eux pouvant avoir sa cause à des milliers de kilomètres. Le troisième est plus ou moins stable à l'échelle humaine et son évolution est liée aux mouvements très lents des plaques tectoniques et à des épisodes catastrophiques (tremblement de terre, volcanisme).

Le dernier élément est le siège principal des activités humaines, ses influences peuvent être redoutables. Par exemple, les réserves situées à proximité du delta du Rhône ou en Camargue sont sous l'influence de toutes les activités existant le long de ce fleuve et de ses affluents, non seulement en France mais aussi en Suisse. D'une manière idéale, la gestion intégrée ne sera que meilleure si elle est le fait d'une seule autorité ou agence. C'est le cas en France pour les grands fleuves, chacun d'entre eux étant géré par une seule agence de bassin.




DÉFINITION ET RÔLES D'UNE AIRE MARINE PROTÉGÉE

En se référant aux standards internationaux, notamment à la classification établie par l'Union internationale pour la conservation de la nature (U.I.C.N.), une aire marine protégée (quel que soit son nom) peut être définie comme « toute zone de balancement des marées ou marine, comprenant les eaux, la faune, la flore, les caractéristiques historiques et culturelles couvertes par une législation visant à protéger tout ou partie de l'environnement marin et de systèmes terrestres adjacents ».

Les aires marines protégées ont des objectifs divers qui peuvent être :

de protéger et de gérer des espaces marins ou des estuaires afin – d'assurer leur viabilité à long terme et de respecter leur diversité génétique ;

de protéger des espèces ou des populations animales ou végétales – dont le statut est considéré comme endémique, rare, vulnérable, menacé, en préservant les habitats considérés comme critiques pour ces espèces ;

de protéger et de gérer des espaces nécessaires au cycle naturel d'espèces économiquement importantes ; –

de limiter les activités autour d'une zone sensible ; –

d'assurer l'accès aux ressources naturelles des populations pouvant être affectées par la création des aires protégées ; –

de préserver, de protéger et de gérer les sites historiques, – culturels et les paysages naturels afin d'en faire bénéficier les générations futures ;

de faciliter l'accès à la connaissance du milieu marin dans un but – de conservation, d'éducation ou de développement du tourisme ;

de permettre, en les réglementant, les activités humaines qui respectent les objectifs ci-dessus ; –

de favoriser la recherche et la formation afin d'assurer un suivi – permanent du milieu à l'intérieur de l'aire protégée et en zone périphérique ; dans cette dernière, certaines activités peuvent être réglementées, voire interdites, par l'administration régionale ou centrale.




CRÉATION D'AIRES PROTÉGÉES

Une meilleure connaissance des aires existantes a permis de mieux en apprécier la valeur et a poussé des pays ou des organisations à développer ces zones afin de mieux gérer les milieux et les espèces les peuplant.

La création de ces aires de protection est souvent fort complexe en raison de la multiplicité des juridictions du domaine marin et côtier. À chaque niveau d'intervention – local, régional, national et international –, la responsabilité est souvent partagée entre différentes administrations, chacune ayant sa législation, accompagnée de décrets d'application parfois contradictoires. La prise de décision par une seule administration est insuffisante. La concertation entre les diverses administrations s'impose, et le recours à un niveau supérieur (souvent le Premier ministre) est souvent nécessaire mais parfois considéré comme hors de proportion au regard de l'objectif visé. Lenteurs, retards et changements de gouvernement enterrent souvent le projet au niveau administratif, même si les associations restent très actives.

Depuis quelques années, ce sont en général les acteurs économiques en relation avec un environnement de qualité, et en particulier le secteur lié aux loisirs (organisateurs de voyages, hôteliers), qui sont demandeurs d'espaces protégés à proximité des zones touristiques. L'impact économique d'une aire protégée croît considérablement d'année en année avec la réduction des espaces naturels de qualité. Les visiteurs ont une influence directe sur l'économie locale et nationale (emplois) ou indirecte avec les activités associées aux loisirs (agences de voyages, visites guidées, plongées, etc.) et les services qui les entourent. Cet impact économique est difficilement évalué par les gouvernements, mais l'impact social, en termes d'emplois en particulier, est important et peut emporter la décision..

Voir de plus en plus grand semble l'objectif pour réussir à gérer un espace protégé. Il faut donc souvent envisager des mesures internationales. Aujourd'hui, les efforts sont beaucoup mieux récompensés au niveau national qu'au niveau international. Par exemple, il a été facile de créer un espace marin multinational pour l'Antarctique, mais le traité signé par les différents pays n'a toujours pas été mis en œuvre, cet espace n'étant encore qu'un « parc de papier » (expression consacrée) avec une gestion quasi inexistante.

En revanche, dans chaque pays, les efforts de conservation sont importants. Parmi les parcs de nouvelle génération, les plus connus et les plus grands sont aujourd'hui, pour l'hémisphère Sud, le parc de la Grande Barrière de corail, qui protège près de 2 000 kilomètres de côtes australiennes et de récifs, et, pour l'hémisphère Nord, le réseau d'aires marines protégées le long de la côte égyptienne du golfe d'Aqaba, qui couvre près de 260 kilomètres et qui, avec l'extension en cours le long des côtes est de la mer Rouge, constituera un ensemble de plus de 1 000 kilomètres.

En réalité, au niveau international comme au niveau national, la multiplication des aires protégées, tant marines que terrestres, résulte d'une prise de conscience. En 1992, à Rio de Janeiro, lors de la Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement (C.N.U.E.D.), l'accent a été mis sur la protection de notre seul espace vital, la planète Terre, avec un chapitre entier consacré à la protection des océans. Le nombre de demandes de création de sites et leur répartition montrent que cette prise de conscience est générale. Toutefois, notons que les déclarations de sites sans réelle gestion peuvent s'avérer plus néfastes que bénéfiques, servant de justification pour d'autres actions.

La gestion intégrée de l'espace terrestre, d'une part, et celle de l'espace marin, d'autre part, est de plus en plus efficace, les scientifiques ayant défini les problèmes et les administrations ayant précisé leurs rôles. Le problème majeur restant à traiter ces prochaines années concerne l'interface entre ces deux milieux. La gestion intégrée de la zone côtière (parties terrestre et marine) est un des sujets majeurs des grandes organisations internationales, notamment le Programme des Nations unies pour l'environnement (P.N.U.E.) ou pour le développement (P.N.U.D.), la Banque mondiale, l'U.I.C.N. ou le W.W.F. (World Wildlife Fund), spécialement dans les pays en développement.

Alain JEUDY-DE-GRISSAC

Bibliographie

  • A. Price & S. Humphrey, « Application du concept de réserve de la biosphère aux aires marines et côtières », rapport de l'atelier de travail U.N.E.S.C.O., 1993

  • U.I.C.N. de San Francisco (14-20 août 1989), Marine Conservation and Development Report, I.U.C.N., Gland, Suisse.

sites Internet:

  • http ://www.iucn.org

  • http ://www.wwf.org

  • http ://www.wcmc.org

  • http ://www.environnement.gouv.fr

  • http ://www.sinaiparks.gov.eg



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Traditionnellement, l\Fiche “ Valorisation des résultats des campagnes océanographiques en série”
«sih-ressources» et «Durabilité et dynamiques des populations et peuplements exploites» du programme P6 de l’Ifremer «Approche écosystémique...

Traditionnellement, l\Distinction d’avec les phytotechnologies/Inconvénients/Avantages
«Le génie végétal se définit comme l’utilisation de plantes, de parties de celles-ci et de semences afin de résoudre les problèmes...

Traditionnellement, l\Par cette étude est recherchée, entre autres, la participation dans...

Traditionnellement, l\Note de presentation
«chimie, bio-industrie, environnement» du ministère de l’éducation nationale et de la cpc «des métiers de l’agriculture, de l’agro-industrie...

Traditionnellement, l\En l’absence d’inventaires et de suivis de terrain réalisés dans...
«fiches espèces» ont été par ailleurs été considérablement enrichies par la valorisation des travaux menés par le Conservatoire des...

Traditionnellement, l\Les champignons sont des organismes eucaryotes apparentés aux végétaux,...

Traditionnellement, l\Recherche Année 2014 Recherche contre la leucémie
«Contre la leucémie» (dont les membres fondateurs sont les Présidents respectifs des associations Laurette Fugain et Cent pour Sang...

Traditionnellement, l\Ensemble des moyens mis en œuvre afin de démontrer, réfuter. Recherche...

Traditionnellement, l\L’indication de la source des ressources génétiques et des savoirs...

Traditionnellement, l\Club subaquatique
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com