Pathologies du grele et du colon (bis) Dr








télécharger 26.43 Kb.
titrePathologies du grele et du colon (bis) Dr
date de publication18.11.2017
taille26.43 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
MODULE GASTRO

PATHOLOGIES DU GRELE ET DU COLON (bis)



Dr


18 septembre 2006.

  1. RAPPELS.

  • L'intestin absorbe tous les nutriments.

  • Le colon absorbe essentiellement l'eau et quelques nutriments.



  1. EXPLORATIONS.

  • Endoscopie digestive : FOGD et coloscopie.

  • Radiologie : ASP, échographie, scanner abdominal, I.R.M., transit du grêle, lavement baryté ou aux hydrosolubles.

  • Exploration fonctionnelle : biologie, exploration de la digestion (D-xylose, stéatorrhée, schilling), manométrie.



  1. DIVERTICULOSE COLIQUE.

  • Diverticule : hernie de la muqueuse et de la musculaire muqueuse à travers la musculeuse.

  • Diverticulose :

    • nombreuses diverticules.

    • Fréquence +++ (30 % > 50 ans et 50 % > 70 ans).

  • Asymptomatique.

  • Complications :

    • diverticulite aiguë.

    • Hémorragie.



    1. Diverticulite.

  • Inflammation aigue d'un diverticule.

  • Matières fécales coincées dans une hernie.

  • Souvent au niveau sigmoïde.

  • Douleur en fosse iliaque gauche, fièvre, vomissements : appendicite gauche.

  • Syndrome inflammatoire.

  • Diagnostic TDM :

    • épaississement du sigmoïde.

    • Micros abcès.

    • Perforation.

  • Traitement :

    • médical : diète ou régime sans résidus, antibiothérapie (Augmentin*), antalgiques (glace).

    • Chirurgical : sigmoïdectomie, anastomose 1 ou 2 temps (stomie provisoire).

  • Récidives et complications fréquentes de diverticulite : 50 % après une poussée, 100 % après la deuxième.



    1. Hémorragie.

  • Érosion d'une micro artériole.

  • Rectorragie isolée.

  • Biologie : hémoglobine, groupe.

  • Prise en charge infirmière de l'hémorragie digestive :

    • 2 voies veineuses périphériques.

    • Oxygène.

    • Surveillance +++.

  • Coloscopie : visualise le saignement.

  • TDM : fuite de produits de contraste.

  • Évolution spontanément favorable 80 %.

  • Traitement :

    • médical : diète ou régime sans résidus, transfusion, surveillance +++.

    • Chirurgical : sigmoïdectomie, anastomose 1 ou 2 temps (stomie provisoire).



  1. CONSTIPATION.

  • Selles < 100 g/j, fréquence < 3 semaines, ou difficulté exonération.

  • Idiopathique +++, éliminer les causes incurables (cancer, médicament, hypothyroïdie) :

    • examen médical (interrogatoire).

    • Biologie.

    • Coloscopie de dépistage.

  • Exploration fonctionnelle si échec du traitement symptomatique :

    • manométrie anorectale.

  • Constipation terminale (troubles de la défécation) ou de progression (troubles de la motilité).

  • Laxatif : attention à l'automédication.

  1. TROUBLES FONCTIONNELS DIGESTIFS.

  • Fréquence +++.

  • Douleurs abdominales.

  • Intestin irritable, constipation idiopathique, dyspepsie chronique idiopathique.

  • Anomalies motrices ou sensitives du tube digestif.

  • Symptomatologie variée non spécifique, diagnostique d'exclusion :

    • pas d'altération de l'état général.

    • Symptômes anciens.

    • Examens normaux.

  • Importance du dialogue, traitement symptomatique « personnel ».



  1. MALADIES INFLAMMATOIRES (MICI).

  • Maladie de crohn et rectocolite hémorragique :

    • chronique : pas de guérison.

    • Inflammatoire : invalidant.

    • Début entre 15 et 30 ans.

    • Poussées-rémission.

    • Gravité variable et imprévisible.

    • 5000 malades en France (idem diabète).



    1. Rectocolite hémorragique.

  • Atteinte de la muqueuse continue du rectum vers le colon.

  • Douleurs abdominales, colique, émissions glairosanglantes, fièvre.

  • Poussée : antibiotiques et corticoïdes environ 10 jours.

  • Entretien : immunosuppresseur (Imurel*, methotrexate*, Remicade*).

  • Chirurgie : guérison (procto-colectomie, anastomose iléo anale).



    1. Maladie de crohn.

  • Tous les segments du tube digestif (de la bouche à l'anus), lésions discontinues, hétérogènes et Trans pariétales :

    • abcès, fistules, sténose.

    • Poussée : antibiotiques et corticoïdes.

    • Entretien : immunosuppresseur.

    • Chirurgie : résections limitées aux segments atteints.

  • Association de malades, soutien psychologique.



  1. MALADIE COELIAQUE.



    1. Définition.

  • Malabsorption digestive par atrophie villositaire duodénale.

  • Maladie auto-immune.



    1. Clinique.

  • Altération de l'état général.

  • Syndrome de mal absorption : diarrhée chronique.

  • Syndrome carentiel (déficit multi vitaminique).



    1. Diagnostic.

  • Auto anticorps.

  • FOGD : aspects d'atrophie villositaire duodénale.

  • Biopsie pour examen anatomopathologique = diagnostic.

  • Dépistage de maladies associées (diabète, thyroïde, etc.).



    1. Traitement.

  • Supplémentation vitaminique.

  • Régime sans gluten à vie (seigle, blé, orge).



  1. DIARRHEE AIGUE.

  • > 3 selles/j ou > 300 g/j depuis < 3 semaines.

  • Bénin le plus souvent, risque liés au terrain :

    • infectieuse (bactéries, virus +++).

    • Rarement médicaments (antibiotiques).

    • Allergie.



    1. Mécanisme invasif.

  • Syndrome dysentérique.

  • Destruction de la paroi intestinale.

  • Glaire, pus, sang, fièvre, douleurs abdominales.

  • Salmonelle, shigella, Escherichia coli, etc.

    1. mécanisme toxinique.

  • Syndrome cholériforme.

  • Diarrhée aqueuse abondante, déshydratation +++.

  • Choléra, staphylocoque doré.



    1. Prise en charge.

  • Limiter les examens complémentaires (coproculture, parasitologie des selles, biologie standard).

  • Traitement symptomatique, régime sans résidus, ralentisseurs du transit.

  • Antibiothérapie selon le germe (fluoroquinolone).



  1. DIARRHEE CHRONIQUE.

  • > 3 selles par jour > 4 semaines.



    1. Étiologie multiple.

  • Inflammatoire (MICI).

  • Mal absorption.

  • Motrice (hyperthyroïdie).

  • Hypersécrétion digestive (humorale ou tumorale).

  • Insuffisance pancréatique.

  • Colopathie fonctionnelle.



    1. Clinique.

  • Antécédents, médicament +++.

  • Recherche organicité (AEG, dénutrition, fièvre).

  • Étude du retentissement (nutritionnel).

  • Caractéristiques :

    • aspect, fréquence des selles.

    • Aliments non digérés ?

    • Sang ?



    1. Biologie.

  • Anémie, syndrome inflammatoire, ionogramme.

  • Bilan nutritionnel.

  • Coproculture.

  • Stéatorrhée (mal absorption).



    1. Autres examens.

  • Endoscopique (coloscopie + FOGD).



    1. Traitement.

  • Symptomatique puis étiologie.



  1. CANCER COLO-RECTAL.

  • Fréquent et grave (50 % à 5 ans).

  • Âge moyen 70 ans.

  • Facteurs de risque :

    • 90 % sporadiques.

    • MICI.

    • Antécédents familiaux : polypose familiale et syndrome de Lynch (dérèglement du gène suppresseur de cancer).



    1. Clinique.

  • AEG.

  • Troubles récents du transit.

  • Rectorragie.

  • Complications (occlusion, infection, hémorragie).

  • Toucher rectale.



    1. Biologie.

  • Anémie.

  • Marqueurs tumoraux.

  • Dépistage : test hémocult.



    1. Diagnostic.

  • Coloscopie et biopsie.

    1. Bilan d'extension.

  • Locale et générale (scanner thoraco abdo pelvien).

  • Classification TNM (tumor none metastase) :

    • T1 : muqueuses.

    • T2 : sous muqueuse.

    • T3 : musculeuse.

    • T4 : séreuses.

    • N+ = ganglions atteints.

    • N0 = ganglions non atteints.

    • M + = métastases présentes.

    • M0 = pas de métastases.



    1. Traitement.

  • Chirurgie (résection tumorale).

  • Chimiothérapie.

  • Radiothérapie pour le cancer du rectum.

  • Surveillance et dépistage de la famille.



  1. PROCTOLOGIE.



    1. Hémorroïdes : veines physiologiques.

  • Crise hémorroïdaire : douleurs intenses permanentes, aspect local inflammatoire.

    • Traitement : anti-inflammatoire local et général.

  • Thrombose hémorroïdaire : douleur, saignement, aspect bleuté.

    • Traitement : incisions sous anesthésie locale.

  • Contrôle du transit (boissons +++, fibres +++).

  • Sclérose (injection), ligature élastique voir traitement chirurgical.



    1. Fissure anale : déchirure superficielle.

  • Douleur à l'exonération.

  • Sang sur le papier.

  • Traitement local (crème cicatrisante).

  • Parfois nécessité d'un traitement chirurgical.

similaire:

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconExercice de la chirurgie du grêle

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconBcpst1 colle de biologie n°2 bis

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconBcpst1 colle de biologie n°1 bis

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconDsn-25 colon-octobre 2013. pdf0pmnnln

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconLe sucre / dysglycemies
«mauvaises» bactéries et parasites prolifèrent, induisant des fermentations dans le colon droit(acidose et déminéralisation) et des...

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconPathologies infectieuses

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconLes pathologies valvulaires mitrales

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconFiches révisions podologie Pathologies Question n°1

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconAuto anticorps anti-protéine s et pathologies associées

Pathologies du grele et du colon (bis) Dr iconRésumé en 5 situations cliniques pratiques principales avec tableaux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com