Essai de classification générale des agc 308








télécharger 2.76 Mb.
titreEssai de classification générale des agc 308
page14/81
date de publication18.11.2017
taille2.76 Mb.
typeEssai
b.21-bal.com > droit > Essai
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   81

§ 3 - Maintien de l'argumentaire et redéfinition de la démarche partenariale


Les conditions générales de la délibération politique ont certes changé depuis la controverse publique de l'hiver 1989, mais l'argumentaire de projet qui préside à la relance de la politique Semeddira à partir de 1990/1991 est, pour l'essentiel, le même. La convention signée entre l'Etat, la Région et la Semeddira (Convention E.R.S.) connaît trois développements : le lancement, à titre pilote en France, du plan régional d'élimination des déchets industriels (PREDIRA) ; la signature d'accords entre la Région et les organisations patronales sur la réduction des quantités produites de déchets industriels (Contrats de maîtrise) ; la relance de la politique partenariale représentée par la Semeddira. Cette relance de la politique Semeddira, notamment parce qu'elle se fonde sur une expérience passée difficile, est soigneusement préparée et mise en oeuvre.
A - La préparation du programme d'action

Les deux années (21 mois exactement) qui suivent la signature de la Convention E.R.S. constituent une phase transitoire durant laquelle l'Etat commence à remplir ses engagements conventionnels et, ce faisant, tente de redéfinir le cadre d'action et la légitimité de la recherche d'un site de décharge. La Semeddira, pour sa part, participe à l'élaboration de ces interventions étatiques et parallèlement prépare sa nouvelle stratégie d'action pour l'implantation de la décharge.
1) Attente et participation aux interventions étatiques régionales et nationales visant à relégitimer le projet Semeddira

• Lancement du PREDIRA : En 1991, le lancement du plan régional d'élimination des déchets industriels en Rhône-Alpes (PREDIRA) s'inscrit dans un contexte national de recherche d'information sur les flux de déchets industriels :

- une étude nationale est lancée par le Ministère de l'environnement (STPD) pour permettre de connaître ces flux et de définir les besoins en matière de traitement. Elle prépare la réalisation de PREDI dans l'ensemble des régions françaises ;

- un décret en préparation doit demander la mise en place de ces plans basés sur des études régionales de flux complétant l'étude nationale ;

- enfin la circulaire ministérielle n°90-98 du 28 décembre 1990458 demande la réalisation d'ici cinq ans d'études-déchets dans 2000 entreprises choisies au plan national.

La préparation du PREDIRA est lancée dès le 15 janvier 1991 dans le cadre du "Comité de gestion" de la Convention E.R.S. Cette anticipation régionale par rapport aux futures réglementations répond à au moins deux catégories distinctes de préoccupations :

- il s'agit d'expérimenter dans une région des dispositifs qui doivent être généralisés à l'ensemble du territoire français ; le PREDIRA est une opération pilote destinée à informer les décideurs nationaux préparant la réglementation nationale ; comme l'indique M. Destot "Le PREDIRA fait de Rhône-Alpes un laboratoire national pour l'élimination des déchets toxiques. Ce plan déterminera l'action à mener pour les dix années à venir. Il servira de référence."459

- il s'agit aussi de renforcer la légitimité de la Semeddira en inscrivant son action dans un cadre global (ensemble de la filière) de gestion des déchets industriels et en offrant à ses promoteurs un cadre approprié pour entamer une concertation élargie sur le thème des déchets industriels et, particulièrement, sur l'action de la société. Le groupe de suivi de l'étude préliminaire au plan est constitué des principaux responsables de la Semeddira qui participent aussi à la commission élargie de suivi de l'élaboration du plan.

• Réformes législatives et réglementaires : Comme l'annonçait l'État par ses engagements dans la Convention E.R.S., le cadre juridique et politique national qui concerne le projet Semeddira est progressivement remanié ou précisé durant les années 1991 et 1992. La Semeddira, ses dirigeants et son comité scientifique, participent activement à ces évolutions nationales. Le rapport du député de l'Isère M. Destot à l'OPECST460 , en juin 1991, accorde une large place à l'expérience rhônalpine et la met en valeur comme modèle pour l'ensemble du pays. La Semeddira est consultée tout au long de la préparation administrative notamment de la loi du n°92-646 du 13 juillet 1992, des arrêtés du 18 décembre 1992 relatifs au stockage des déchets industriels, du décret n°93-140 du 3 février 1993 relatif aux plans d'élimination de déchets, etc.

Dès juin 1992, les promoteurs de la Semeddira peuvent s'estimer satisfaits des avancées législatives et réglementaires nationales : "le projet de loi sur les déchets est adopté en 1ère lecture à l'Assemblée ; la Semeddira est intervenue auprès de Monsieur Destot, rapporteur du projet, et de parlementaires, pour obtenir des amendements allant dans le sens de nos demandes ; le résultat est en grande partie conforme à nos attentes même si certains points peuvent encore être améliorés et si des éléments non contenus dans le projet de loi doivent aussi avancer ; Monsieur le Sénateur Hugo, administrateur de la Semeddira, va rapporter ce projet au Sénat"461.

Ce constat permet à la Semeddira, d'envisager une relance de son activité "de terrain" à partir de septembre 1992. Toutefois, une revendication régionale vis à vis du niveau national n'a jamais été totalement satisfaite : celle d'une grande campagne nationale de communication sur le thème des déchets industriels et sur la nécessité des décharges de classe 1. Formulée dès le début de l'année 1990, cette revendication est réexprimée à plusieurs reprises par le Président R. Fenech et notamment dans une lettre au Ministre de l'environnement : "Ce programme d'information et de concertation [Semeddira] doit pouvoir s'ancrer sur des actions de communication nationales sur les déchets, qui renforceront la légitimité de l'action de la Semeddira vis-à-vis du public"462. R. Fenech propose alors la signature d'une Charte Nationale "Environnement-Déchets-Qualité-Sécurité" qui traduirait, selon lui, un consensus national sur la politique à mettre en oeuvre. Cette idée sera reprise par le Cabinet du Ministre et présentée par un membre de ce cabinet à l'Assemblée Générale de la Semeddira le 27 juin 1991463. R. Fenech interpelle néanmoins le gouvernement en septembre 1991, lors des Assises Nationales des Déchets Industriels de la Baule, et lui demande d'accélérer les travaux ministériels.
2) Préparation de la nouvelle stratégie d'action collective régionale

Cette préparation commence dès le début de l'année 1991. Le soin d'élaborer la nouvelle stratégie d'action collective est confié aux bureaux d'étude privés. Un appel d'offre, préparé depuis plusieurs mois, est lancé le 30 janvier 1991 dont l'objet est ainsi formulé : "il convient maintenant de mettre au point une procédure de choix de sites d'implantation basée sur une réelle concertation avec ces partenaires, définissant qui est informé, qui est associé aux études, les modalités de l'information, de la consultation et de la décision"464 (nous soulignons).

Le groupe de suivi, chargé de sélectionner les bureaux d'étude est identique à celui constitué pour l'étude préliminaire du PREDIRA : Préfecture de Région (SGAR), Ministère de l'environnement, ANRED, APORA, Région. Les deux bureaux d'étude sont sélectionnés dans la même période : SOCOTEC Environnement pour le PREDIRA (mars 1991), Intercorporate pour la Semeddira (avril 1991).

En ce qui concerne la Semeddira, il est important de souligner que la définition du programme d'action (prévue pour plus tard) a été, au moins partiellement, prédéterminée par le choix du bureau d'étude, puisque ce dernier a été sélectionné sur la base d'un dossier comportant des propositions de programme d'action. Dans la compétition que se livrent les candidats en réponse à l'appel d'offres, une des clefs du succès réside dans leur aptitude à percevoir rapidement et de manière informelle qu'elles sont les arguments ayant la préférence du jury afin de déposer un dossier coïncidant le plus possible avec ces préférences. On peut donc considérer que le rôle du cabinet d'étude se limite à reformuler, parfois en les clarifiant, les arguments des commanditaires. De fait, la stratégie de communication qui sera suivie est connue, pour l'essentiel, dès le 25 avril 1991, date de la désignation officielle par le conseil d'administration du consultant retenu465. Cette stratégie sera précisée par un rapport définitif du consultant à l'automne 1991.

• Une coalition renforcée et étroitement soudée : Une activité de "relations publiques" est alors développée par la Semeddira visant à consolider la coalition d'acteurs soutenant son projet. Cette activité concerne en particulier les industriels producteurs et éliminateurs ainsi que leurs organismes de représentation. Les éliminateurs de déchets (FNADE, France-Déchets, SIRA, UNED, USP, Waste-Management), alliés "naturels" de la Semeddira sont consultés dès février 1991 par le Président de la Semeddira qui les interroge sur l'arrêté ministériel en préparation relatif aux décharges de classe 1 : "Nous sommes très intéressés par la “traduction technique et économique” que vous pensez donner à ce texte appliqué à la création de centres de stockage en Rhône-Alpes, dans le cadre de la Semeddira. Nous sommes demandeurs d'un document de votre part que vous pourriez, dans un premier temps présenter devant le Comité scientifique de la Semeddira. Si vous le jugez utile, des visites tant en France qu'à l'étranger, pourraient être organisées à partir de vos suggestions"466. Un repas est organisé le 12 mars 1991 dans un restaurant lyonnais où se réunissent trois personnes de l'APORA, deux de la CRCI, une de Rhône-Poulenc, deux de l'ANRED et deux de la Région. Ce repas à pour objet d'apprécier comment se positionnent les industriels par rapport à l'action de la Semeddira et aux nouvelles réglementations préparées467. Le sens de ces consultations est donné par une note interne de la Semeddira explicitement intitulée "Pour une implication directe des industriels dans la démarche Semeddira."468 Cette note déplore la faible implication des industriels à l'exception de l'APORA qui a reconduit le contrat passé avec l'ANRED pour le co-financement (50%) et la maîtrise d'oeuvre du programme Semeddira469.

D'autres repas furent organisés qui répondaient notamment à cette volonté de souder la coalition Semeddira470. Par ailleurs des études sont commandées et financées par la Semeddira à certains membres du comité scientifique : réception en février 1991 de l'étude de l'économiste G. Bertolini "Pour la promotion d'un nouveau concept de décharge de classe 1. Approche économique" ; commande le 30 mars 1991 à INSAVALOR d'une "Mise en forme pédagogique de données techniques relatives aux décharges de classe 1" ; commande le 10 avril 1991 à l'APRED d'une "Etude des différents scénarios possibles dans le cas de l'absence de création de décharge de classe 1 en Rhône-Alpes" ; une étude est commandée au CETE de Lyon (INSA) sur "l'affranchissement des contraintes géologiques"471. Au-delà de l'intérêt propre de chaque étude, ces passations de contrats ont aussi pour effet de renforcer les liens au sein de la coalition.

Le consultant Intercorporate, précisera les objectifs de cette démarche coalisante, en appelant à l'élaboration d'un discours commun et à l'élimination des divergences de discours. L'objectif énoncé de la "communication interne" à la coalition est de "maintenir la cohésion interne" : "La composition large de la Semeddira est un atout majeur en terme de légitimité. Elle peut se révéler un handicap en terme de fonctionnement si des divergences importantes apparaissent entre certains de ses membres. Pour anticiper ce type de crise, il convient, dès que la Semeddira entrera dans une phase plus active, de rechercher un consensus et de créer les flux de communication qui éviteront que ne se développent des points de vue discordants."472 "Il est en effet indispensable que tous les membres de la Semeddira aient une conscience aiguë qu'une divergence de discours, notamment dans la presse ou lors de réunions publiques, peut casser la dynamique actuellement mise en place et influencer très sensiblement la crédibilité technique et politique de la Semeddira"473.

• Un dispositif départementalisé : La configuration du dispositif adopté repose sur un diagnostic prédictif ainsi formulé par le consultant : "Les entretiens ont clairement montré que les difficultés seront plus probablement rencontrées au niveau départemental."474. "L'étude a montré que le niveau départemental du processus de choix des sites d'implantation constituera sans aucun doute une des étapes les plus difficiles. En effet à ce stade l'identification des acteurs locaux est suffisamment précise pour que le dossier devienne le support de polémiques politiques, desquelles la Semeddira doit être absente de par sa vocation et son positionnement d'organisme technique, mais qui la concernent directement"475. Quels sont les fondements ou les sources de ces analyses ? Nous l'ignorons.

Mais il est certain que, dès l'origine, les dirigeants de la Semeddira choisissent de focaliser la concertation et l'information sur les départements : "Un des points clefs est la prise en compte des niveaux locaux pour réaliser cette information et concertation. A cet effet seront constituées des commissions départementales"476. Cette stratégie exclue, très précocement, le niveau communal d'une participation éventuelle au pilotage des opérations. Une première preuve de cette exclusion est donnée par le refus de laisser accéder des collectivités locales du niveau communal (COURLY, SICRLA) au capital de la Semeddira. Le conseil d'administration considère que "ces collectivités doivent se rapprocher de leur Conseil Général qui est partie prenante de la Semeddira. L'administrateur représentant le département concerné est le “porte-parole” des préoccupations de ces collectivités"477. En aval, le dispositif de consultation des Maires est aussi départementalisé : ils pourront participer aux commissions départementales dont les travaux seront synthétisés dans un Livre Blanc qui servira de plate-forme politico-technique fondant le travail de la Semeddira. Mais ce n'est qu'après la sélection de 10 sites que seront créées des commissions locales (communales) d'information et de concertation.

Ce choix stratégique peut être lié aux expériences passées (prudence des Préfets de Département durant la controverse de 1989, retournement de certains conseillers généraux) qui ont amené les responsables de la politique à considérer le niveau départemental comme la principale source de risques pour le projet et ceci d'autant plus que les Conseils Généraux sont actionnaires de la Semeddira. D'où, cette stratégie focalisée sur le département et reléguant assez loin de ses préoccupations la participation du niveau communal. Le consultant en communication accompagnant la démarche n'a pas pensé ou n'a pas pris la peine, ni le risque de remettre en question cette conviction déjà solidement implantée dans les esprits des acteurs-clefs. Confortant leurs convictions, il ne leur suggère à aucun moment de développer une approche plus centrée sur les acteurs communaux. Ce choix stratégique, collectivement assumé, laisse pourtant perplexe puisque la dynamique de contestation du projet s'amorce toujours au niveau communal et que c'est seulement sous la pression d'acteurs de ce niveau (maires, adjoints, riverains, associations, médecins...) que les élus cantonaux et les "grands" élus d'un département se mobilisent ensuite et tardivement contre le projet. Pourquoi, dès lors, ne pas avoir développer une stratégie de concertation, participation et communication destinée spécifiquement aux communes ?

• Une transparence limitée : Un autre élément clef de la nouvelle démarche Semeddira est la transparence. Le bureau d'étude indique : "La démarche proposée repose sur le développement de la concertation et du dialogue avec les élus et toutes les parties concernées directement par le projet. Elle intégrera la transparence comme principe"478. Mais, dès l'origine celui-ci est limité par un autre : "Un principe : les aspects techniques étant, pour des raisons évidentes, de la seule responsabilité de Semeddira, la concertation devra porter sur les critères d'intégration locale des projets et sur l'organisation de l'information"479. Ces "aspects techniques", dissociés des critères d'intégration locale, incluent les motifs de création d'une telle décharge et les éléments de conception de la future décharge. Ces "raisons évidentes" d'exclusion, qui par la suite ne paraîtront pas du tout évidentes à certains acteurs, brident la discussion, notamment des commissions départementales, sur les seuls critères (géologiques, économiques, sociaux...) de sélection du site d'implantation.

• Une sélection réduite de secteurs favorables : Un troisième élément clef de cette stratégie est de limiter rapidement l'éventail des sites étudiés pour une telle implantation : "La démarche technique de sélection des sites ne peut pas passer par une série d'étapes chronologiques (du type 150, 70, 30, 10 puis 2). En effet, cette succession de choix génère des demandes d'information très multiples et de plus en plus locales et donc précises, qu'il est difficile de satisfaire efficacement. A l'aide du Livre Blanc, qui devra être suffisamment précis, Semeddira ne devra passer que par une ou deux étapes de sélection (150, 10, 2 sites)"480. La responsabilité de ce choix politique, lourd de conséquences pour la suite des événements, est difficile à imputer. Selon notre analyse du rôle du bureau d'étude, celui-ci n'a fait que reformuler cette option politique dont l'origine et la signification restent à découvrir : craignait-on qu'un nombre trop élevé de sites sélectionnés comme potentiellement favorables, mette "à feu et à sang" l'ensemble de la région ? Souhaitait-on minimiser les coûts de la procédure de concertation et de communication publique ? Voulait-on simplement "gagner du temps" dans une démarche qui s'annonçait longue ?

• Une méthodologie "scientifique" : La méthodologie de sélection de site commence à être clarifiée par un bureau d'étude (CPGS Horizon) en juin 1991 481. Là encore le conseil du consultant fait écho aux souhaits du commanditaire de focaliser le débat local sur la discussion de "critères techniques" utilisés ultérieurement dans un système informatisé pour sélectionner les sites favorables. Le consultant CPGF propose notamment de distinguer des critères d'exclusion des zones et des critères de classement des zones non-exclues.
3) Contraintes de l'agenda institutionnel

Deux événements vont, en nécessitant un renouvellement des personnes dans la coalition Semeddira et en s'ajoutant à l'attente régionale de la loi et des décrets en préparation, entraîner un gel des activités durant le premier semestre de l'année 1992.

La création de l'ADEME par fusion de trois agences publiques nationales (AFME, ANRED, AQA), prévue par le Plan National pour l'Environnement (1990), crée une rude compétition entre les deux principales agences (AFME, ANRED) notamment pour la répartition des postes de responsables régionaux. L'AFME est beaucoup plus importante en personnel et en moyens budgétaires que l'ANRED ; mais celle-ci comptait bien obtenir, dans les négociations nationales, la direction de Rhône-Alpes : la délégation rhônalpine de l'ANRED était en effet devenue, grâce au projet Semeddira, une des plus importantes en France (nombre de personnes, reconnaissance administrative) et une des rares a être indépendante de la DRIRE. La fusion des agences est effective à compter du 1er janvier 1992 et la compétition se solde par un échec pour l'ANRED : le délégué régionale de la nouvelle agence régionale est l'ex-délégué régional de l'AFME, J.L. Plazy. Le premier semestre est donc celui d'une passation de pouvoir qui nécessite que le nouveau responsable prenne connaissance, en peu de temps, du projet Semeddira. Par ailleurs, l'ADEME remplace l'ANRED au sein du Conseil d'Administration de la Semeddira. Le représentant nommé par l'ADEME est le Directeur national des services productifs.

Les élections régionales de mars 1992 entraînent une autre modification : R. Fenech, vice-président du Conseil régional chargé de l'environnement et Président de la Semeddira, n'est pas sur la liste de la majorité conduite par C. Millon. Disparaissant du Conseil régional il doit donner sa démission de la Présidence de la Semeddira. Il restera membre du Conseil d'Administration au titre d'un autre mandat, celui de Conseiller Général du Rhône. Lors de sa séance du 9 juin, le Conseil d'Administration prend acte de cette démission et élit la nouvelle représentante de la Région, F. Grossetête, Présidente de la Semeddira. Juridiquement, R. Fenech, en tant que représentant du Conseil Général du Rhône, aurait pu être réélu Président. Ce changement reflète donc l'absence de souveraineté politique du Conseil d'Administration qui reproduit, en fait, l'état des rapports de force et des engagements individuels au sein de la coalition Semeddira.
B - La sélection de zones "favorables"

Le programme mis en oeuvre durant cette période repose sur plusieurs principes affichés482. Restant dans le cadre de notre problématique relative aux conditions de délibération politique, nous limiterons l'étude de cette période à la mise en oeuvre de deux principes affichés par la Semeddira : le caractère "démocratique" et la "transparence" du processus de décision483.
1) La participation aux délibérations

L'idée de caractère démocratique du process semble être exprimée par ce slogan : "Tous les publics doivent pouvoir avoir la parole ou être représentés"484 ; cela ne signifie pas que l'espace de délibération est ouvert au tout venant mais seulement à "l'ensemble des parties concernées plus ou moins directement par le problème des déchets (élus, services préfectoraux et départementaux, association de protection de l'environnement, industriels, scientifiques...)"485. Le dispositif de consultation est départementalisé et la composition des commissions reflète ce choix. Très peu d'acteurs communaux y participent : au demeurant il n'a jamais été prévu d'inviter un grand nombre de Maires. Les administrations sont les services départementaux de l'Etat (DDASS, DDAF...). Les associations sont essentiellement la FRAPNA et des fédérations départementales d'associations souvent membres de la FRAPNA.

"La composition des commissions est publique"486 signifie que le nom des participants peut être aisément connu. Mais cela n'implique pas que la composition des commissions soit mise en débat sur la place publique : le Préfet de Région demande (lettre 4.11.92) aux Préfets de Département de réunir ces commissions en étroite collaboration avec le Président du Conseil Général et la Semeddira : ainsi dans la Loire une réunion préparatoire a eu lieu entre la Préfecture, le Conseil Général et la Semeddira pour trouver un accord sur la mission et la composition de la commission487. En tout état de cause, les promoteurs du projet Semeddira ont la prérogative de choisir qui intervient dans le débat. Comme l'affirme le plan de communication, "le consensus maximal est recherché"488...mais seulement entre les personnes autorisées à participer.

La mise en place de ces huit commissions départementales n'est pas toujours aisée : certains invités semblent bien peu pressés d'y participer. Ainsi dès le mois de février 1993, la Préfecture de Région relève des difficultés pour réunir certaines commissions489. Dans un département c'est l'antenne départementale de la DRIRE, très écoutée du Préfet, qui craint qu'une telle réunion fournisse une chambre de résonnance à des conflits latents entre certains acteurs locaux concernés par l'élimination des déchets ; le SGAR propose au Préfet de Région d'intervenir auprès du Préfet de Département concerné. Dans un autre département, c'est le Président du Conseil Général qui, malgré les relances de la Préfecture de Département et de la Semeddira, n'arrive pas à trouver de date disponible pour une réunion... Les premières réunions des commissions révèlent parfois l'absence de motivations des invités : ainsi dans la Loire (01.03.93) lorsque la Semeddira présente ses activités et demande la mise en place d'un groupe de travail sur les critères, un compte rendu note que "cette demande a été accueillie sans enthousiasme". Une multitude de petits faits s'accumulent qui marquent l'absence de volonté dans ce département - aussi bien de la Préfecture que des élus - de faire avancer la démarche Semeddira490.

Enfin, d'autres formes de participation cohabitent avec celle des commissions départementales. Au niveau régional, les associations sont consultées à la demande de la Préfecture de Région (lettre du 25.01.93) par la DIREN : celle-ci, comme dans toutes les régions, est réputée avoir tissé autour d'elle un réseau de relations étroites avec les organisations de protection de l'environnement. La Semeddira elle-même organise des "réunions supplémentaires" avec les représentants des Chambres d'agriculture de Rhône-Alpes (17.03.93), avec les représentants des comités départementaux du tourisme et les services Tourismes des CCI de Rhône-Alpes (19.03.93) et avec les associations de protection de l'environnement membres de la FRAPNA en Isère (29.03.93).
2) L'objet des délibérations "publiques"

"Ces commissions se réuniront pour définir les critères d'intégration du projet dans son environnement (transport, proximité de l'habitat, origine des déchets, contrôles, information des populations...)"491. L'objet des délibérations "publiques" est, dès l'origine, étroitement encadré par les organisateurs (Semeddira, Préfectures, Conseils Généraux). L'ordre du jour commun à toutes les commissions départementales est donc fixé et ces commissions ne sont pas autorisées à le redéfinir : elles peuvent délibérer sur "les critères d'intégration du projet dans son environnement" mais ne le peuvent pas sur d'autres sujets (utilité de la décharge, conditions de sécurité de celle-ci une fois implantée, compensations pour la communune d'accueil, etc)

La première série de réunions a eu pour objet de présenter, dans chaque département, aux participants le contexte général du travail de la commission : politique nationale relative aux déchets, développements régionaux (PREDIRA, Semeddira, etc...) situation départementale. Il s'en est suivi des débats débordant le cadre définit par la Semeddira mais ne pouvant déboucher sur aucune décision politique492. Ainsi, les associations de la FRAPNA-Isère, consultées par la Semedddira en dehors de la commission départementale (29.03.93), se montrent très critiques : "[les 3 années de silence de la Semeddira]= “pour laisser les choses se tasser” ; [l'intéressement proposé aux communes d'accueil]= “faut bien aider les pays sous-développés” ; “le trou perpétue les déchets” ; “il vaudrait mieux mettre de l'argent à l'amont pour réduire la production de déchets” ; “la précipitation nuit à la concertation” ; “manque de connaissance sur la partie amont du stockage”"493.

Les réunions suivantes sont plus "techniques" : elles concernent la discussion des fiches de critères proposées par la Semeddira. Le travail des commissions fait en effet l'objet d'une préparation par des "pilotes de réflexion" désignés par la Semeddira : ceux-ci sont chargés d'explorer les familles de critères définies par la Semeddira et d'indiquer aux commissions les critères pouvant figurer dans la grille de sélection : la famille de critères "géologie, hydrogéologie, climatologie" est confiée à un ingénieur de l'Agence de l'Eau ; la famille de critères "Aménagement du territoire" est confié à un responsable de l'APORA, les familles "Agriculture, sylviculture, tourisme" et "Environnement, santé" sont confiées à un ingénieur de la DIREN.
3) Les modalités de la prise de décision

"La règle de la majorité s'applique à tous en cas de désaccord" 494: cette affirmation du plan de communication correspond naturellement à une pure profession de foi et éventuellement à un mode de légitimation des décisions. Dans la mesure où le système "démocratique" ne repose sur aucune institution prévue par la loi, les décisions ne s'imposent juridiquement à personne. Mais la portée purement politiquement d'une telle pétition de principe est tout aussi limitée dans la mesure où le "tous" ne désigne qu'un nombre limité de participants choisis par les promoteurs du projet Semeddira. La règle de la majorité ne peut donc pas s'appliquer à tous ceux, les plus nombreux, qui n'ont pas participé directement ou qui n'ont pas été représentés dans les commissions départementales.

"Les résultats de leurs travaux sont publiés dans le Livre Blanc"495 : cela signifie que ces résultats sont publiés sous une forme synthétique. Comme l'indique par ailleurs la Semeddira : "Le livre blanc est un document de travail à l'échelle de la région. Il synthétisera autant que faire se peut, les souhaits particuliers des Commissions Départementales mais ne sera pas décliné en huit versions départementalisées"496 Comment, en ce qui concerne un même critère d'implantation, les décisions éventuellement différentes des diverses commissions départementales ont-elles pu être synthétisées en une décision unique valable pour l'ensemble de la région ? Une méthode sophistiquée est conçue par la Semeddira pour opérer cette synthèse en associant son Comité Scientifique et les commissions départementales. Le but est d'obtenir une décision objective, valable et s'imposant à tout le monde du fait de la rationalité des étapes et des procédés d'obtention des résultats : il s'agit d'affecter à chaque critère de sélection ou d'exclusion des sites un coefficient de pondération exprimant en pourcentage sa valeur relative par rapport aux autres critères. Une fois donnée pour chaque zone, par la commission départementale, une note relative à chacun des critères retenus, il suffit alors de faire calculer les moyennes pondérées par un ordinateur pour obtenir les résultats finaux. Cet objectivisme technique aboutit à une légitimation politique plutôt fragile de la décision obtenue : il suffit en effet que la pondération de certains critères varie de manière infime pour que les résultats obtenus soient susceptibles de varier aussi, mais de manière cette fois ci tout à fait considérable - en tout sur le plan politique - puisque les zones sélectionnées ne sont alors plus les mêmes. Une question se pose donc : quelle est le degré de résistance des résultats obtenus si l'on venait à faire varier la pondération d'un critère ne serait-ce que de quelques unités ? Or la réponse hypothèque d'autant plus la démarche que la subjectivité inhérente à la pondération ne peut jamais être totalement réduite. La Semeddira se heurte là une impasse qui est celle de toute démarche ayant pour objet de rendre "objective" une décision politique en se fondant exclusivement sur une légitimation technique de la décision.

On a déjà indiqué, que la transparence de la démarche n'est pas conçue comme illimitée par les promoteurs du projet. Elle ne concerne pas en particulier la vérification des conditions d'utilisation des critères d'exclusion et de classement des zones faite avec le système d'aide à la décision élaboré par l'Ecole des Mines de Saint-Etienne (système-expert ELECTR), c'est à dire le passage du Livre Blanc à la sélection des 10 zones finalement sélectionnées : qui peut s'assurer qu'aucune erreur dans l'obtention des résultats intermédiaires (10 zones) ne vient invalider les résultats ? La même question peut être posée en ce qui concerne l'éventualité de malversations destinées à biaiser les résultats pour des raisons politiques. Or les réponses à ces questions paraissent d'autant plus incertaines que l'examen des premiers résultats obtenus a été réalisé, non pas publiquement, mais confidentiellement durant l'été 1993497.

Une autre question se pose qui rejoint la précédente : qui a défini le nombre de zones à sélectionner et en fonction de quels critères ce nombre a-t-il été arrêté ? Là encore la transparence de la démarche est prise en défaut. Il semble que le nombre de 10 zones ait été adopté de préférence à un nombre plus élevé pour éviter de propager trop largement une éventuelle crise politique. Les dix zones sont publiquement annoncées en novembre 1993. Mais plusieurs personnes interrogées confirment qu'un nombre plus élevé de secteurs ont été sélectionnés durant l'été 1993 : certains parlent de 16 d'autre de 13 secteurs. Or passer de 16 ou 13 à 10 zones peut ne pas être neutre politiquement, en particulier dans l'hypothèse où la réduction du nombre de zone aboutirait à exclure un département entier de la sélection. Or deux départements ne sont pas représentés dans la sélection finale : la Drôme et la Savoie. Ces deux départements auraient-ils fait partie d'une sélection de 16 secteurs ou plus ? Quel écart entre les notes de deux zones successives dans le classement a justifié le renoncement à la dernière zone ? La note de la onzième zone était-elle si éloignée de celle de la dixième pour justifier le renoncement à la onzième zone ? idem entre la onzième et la douzième ? etc.

Ainsi, malgré l'ambition ou l'illusion d'une décision politique "techniquement" objective, la subjectivité des arbitrages peut difficilement être réduite. Or cette subjectivité même résiduelle peut paraître particulièrement importante à certains acteurs comme ce maire de Haute-Savoie qui s'interroge : "Pourquoi aucun site n'a été prévu en Savoie, département du ministre de l'environnement ?"498.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   81

similaire:

Essai de classification générale des agc 308 iconEssai clinique réciser, si thérapeutique, phase 1,2, 3 ou 4, caractéristiques...

Essai de classification générale des agc 308 icon1-Classification des glucides

Essai de classification générale des agc 308 iconB classification des entérobactéries

Essai de classification générale des agc 308 iconClassification des bacteries

Essai de classification générale des agc 308 iconLa classification des plantes

Essai de classification générale des agc 308 iconI classification des acides aminés

Essai de classification générale des agc 308 iconMycologie medicale : classification des organismes

Essai de classification générale des agc 308 icon1. 2 Classification selon Delay et Deniker, 1957
«designer drugs» ou les drogues de bricolage, substances synthétisé artificiellement dans des laboratoires clandestins à partir des...

Essai de classification générale des agc 308 iconI. DÉFinitions, classification

Essai de classification générale des agc 308 iconDe la linguistique générale à la linguistique cognitive
«cognitive» (par différence avec la linguistique générale), et d’illustrer les collaborations interdisciplinaires dans lesquelles...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com