1 Données expérimentales et phénotypes








télécharger 37.02 Kb.
titre1 Données expérimentales et phénotypes
date de publication11.09.2017
taille37.02 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
II. Le brassage génétique dans le cas d'un organisme diploïde : exemple de la Drosophile.

B. Transmission de deux caractères.

1) Données expérimentales et phénotypes.


P1 x P2 parents

[long, brun] x [vestigial, noir] phénotypes

ê

100 % [long, brun] F1 (1° génération)


L’homogénéité de la 1° génération prouve l’homozygotie des parents.

Le phénotype de la F1 montre que :

  • Les phénotypes long et brun sont dominants ;

  • Les phénotypes vestigial et noir sont récessifs.

2) Le croisement-test et les génotypes.


F1 x P 2 croisement-test.

[long, brun] x [vestigial, noir] phénotypes

ê

85 soit 34 % [long, brun]

97 soit 39 % [vestigial, noir] 73 % de types parentaux

31 soit 12.5 % [vestigial, brun]

36 soit 14.5 % [long, noir] 27 % de types recombinés

a. Nombre de gènes impliqués.

Il faut étudier un caractère à la fois.

  • La longueur des ailes : on obtient 26 mouches à ailes longues et 24 mouches à ailes vestigiales.

On en déduit que ce caractère est gouverné par un seul gène. On notera les allèles L et v.

  • La couleur du corps : on compte 26 mouches à corps brun et 24 mouches à corps noir.

On en déduit que ce caractère est gouverné par un seul gène. On notera les allèles B et n.

Comment peut-on savoir si les gènes sont situés sur le même chromosome ou sur des chromosomes différents ?

b. Localisation des gènes impliqués.

Hypothèse 1 : les gènes sont indépendants (c'est-à-dire situés sur deux paires de chromosomes)


F1 [long, brun]

x

P2 [vestigial, noir]

phénotypes








garniture chromosomique



x



génotypes








gamètes formés



ê



génotypes des gamètes et pourcentages




Gamètes F1

Gamètes

P2































phénotypes

¼ [long, brun]

¼ [long, noir]

¼ [vestigial, brun]

¼ [vestigial, noir]




Lors de la formation des gamètes des hybrides F1 (par méiose), les allèles L et v sont séparés, il y a disjonction des facteurs héréditaires.

On a ici deux paires de chromosomes concernés : on dit que les gènes ne sont pas liés (ou indépendants). Lors de la méiose, 4 gamètes peuvent être formés, dans les mêmes proportions.

On obtient dans ce cas 4 phénotypes équiprobables.

Interprétation : Dans le cas de 2 gènes indépendants (situés sur des chromosomes différents) la méiose produit un brassage interchromosomique qui dépend de la séparation des chromosomes homologues lors de l’anaphase I.

Cette hypothèse est infirmée par les résultats expérimentaux.

Hypothèse 2 : les gènes sont liés.


F1 [long, brun]

x

P2 [vestigial, noir]

phénotypes











garniture chromosomique






x



génotypes











gamètes formés






ê



génotypes des gamètes et pourcentages




Gamètes F1

Gamètes

P2




















Echiquier des gamètes







phénotypes

½ [long, brun]

½ [vestigial, noir]








Interprétation : Dans le cas de gènes liés (situés sur le même chromosome) on obtient deux phénotypes, dans les mêmes proportions : les allèles des deux gènes ne sont pas séparés lors de la méiose.

Cette hypothèse est infirmée par les résultats expérimentaux.

Les résultats obtenus.

On obtient ici 4 phénotypes, comme dans le cas de gènes indépendants mais dans des proportions différentes de ce que l’on a obtenu dans l’hypothèse 2.

- Comme on a une majorité de phénotypes parentaux, on peut dire que les gènes sont liés.

- Deux combinaisons géniques sont minoritaires : elles sont dites de type recombiné car un gène provient d’un parent, le second de l’autre parent : il y a eu crossing-over.





F1 [long, brun]

x

P2 [vestigial, noir]

phénotypes











garniture chromosomique






x



génotypes











gamètes formés



ê



génotypes des gamètes et pourcentages




Résultats du TP








Interprétation : les gènes sont liés mais la méiose a produit un brassage intrachromosomique par crossing-over entre les locus des deux gènes.

similaire:

1 Données expérimentales et phénotypes iconCompétences expérimentales exigibles

1 Données expérimentales et phénotypes iconDescriptif : hottes de change pour zones experimentales

1 Données expérimentales et phénotypes iconLe projet copex : construire des Protocoles pour apprendre les sciences expérimentales

1 Données expérimentales et phénotypes iconPackages r proposés pour l’analyse différentielle de données de séquençage...
«Le pendant du test limma adapté aux données de séquençage (cf moderated t-test du même auteur)»

1 Données expérimentales et phénotypes iconCollecte de données et production d’informations proposition de pistes...
«nom» comme les noms que nous voyons ici et qui correspondent à des haies bien précises. L’information du nom d’objet doit être suffisante...

1 Données expérimentales et phénotypes iconTP11 L’expression de l’information genetique
«les phénotypes drépanocytaire», «drépanocytose», références gènes béta globine» puis «allèle globine béta». Refaite la même opération...

1 Données expérimentales et phénotypes iconQuelques données chiffrées

1 Données expérimentales et phénotypes icon* création de la base de données xxxxxx*

1 Données expérimentales et phénotypes iconDonnees personnelles mohamed Khaled choulli

1 Données expérimentales et phénotypes iconRecensement des données du 01/01 au 31/12 de l’exercice considéré








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com