Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2








télécharger 33.78 Kb.
titreQuestion N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2
date de publication20.05.2017
taille33.78 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos



PQRST 24

2012

2013




Enoncé

Mme V., 32 ans, mariée, 2 enfants de 8 et 6 ans, secrétaire dans un laboratoire de biologie, vient vous consulter, en urgence, car elle se plaint de voir double depuis le matin, au réveil.

Elle n’a pas de céphalées, de nausées ni de vomissements, et n’a pas de fièvre.

Elle a été traitée par antithyroïdiens de synthèse pendant 2 ans, à l’âge de 25 ans, pour une maladie de Basedow et s’inquiète d’une possible rechute (elle avait eu, alors, des troubles oculaires).

Mme V. pratique la natation de manière régulière, ne fume pas et ne boit pas. Elle ne prend aucun médicament et ne signale pas de traumatisme crânien récent.

Question N°1


En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ?

Question N°2


A l’examen de cette patiente en bon état général, pesant 60 kg pour 1,69 m, la pression artérielle est à 130/80mmHg, la fréquence cardiaque à 70/mn. Vous retrouvez une diplopie binoculaire maximale dans le regard à gauche, avec un défaut d’adduction de l’œil droit, sans trouble de la convergence, sans abolition du réflexe photo-moteur. L’examen neurologique est normal. Quel diagnostic retenez-vous concernant la diplopie ?

Question N°3


En reprenant l’interrogatoire, la patiente vous décrit un épisode de baisse de l’acuité visuelle de l’œil gauche, un an plus tôt, accompagné d’un engourdissement du bras droit. Elle n’avait pas réussi à avoir un rendez-vous de consultation rapide, mais sa vision était redevenue normale en quelques heures et l’examen ophtalmologique pratiqué quelques jours après s’était révélé normal, ce qui l’avait rassurée. Depuis cet épisode, elle avait seulement constaté, à plusieurs reprises, une sensation de flou visuel très passagère, notamment à l’occasion de bains chauds et d’efforts physiques importants. Quel diagnostic envisagez-vous ? Justifiez.

Question N°4


Devant ce tableau, vous avez demandé une imagerie cérébrale (Cf. Iconographie). Interprétez-la.

Question N°5


D’autres examens complémentaires vous semblent-ils nécessaires? Justifiez.

Question N°6


Mme V. vous demande un rendez-vous en urgence quelques mois plus tard. Alors qu’elle garait sa voiture en marche arrière, elle a ressenti brutalement un grand vertige, associée à un état nauséeux. Elle n’a pas eu de fièvre, de céphalées ou de signes oculaires. Elle ne se plaint ni d’otalgies, ni d’acouphènes, ni de surdité. Elle est allée voir, le jour même, un ORL qui l’a un peu inquiétée en lui disant que « ces manifestations pouvaient être en rapport avec le problème des yeux ».

A l’examen, alors même que le vertige a vite régressé, vous notez un nystagmus dans le regard droit, une tendance à la chute vers la droite quand elle ferme les yeux et une déviation des index vers la droite. Le reste de l’examen neurologique ne vous apporte rien de plus.

Quel diagnostic évoquez-vous ? Que faites-vous pour le confirmer ?

Question N°7


Vous suivez Mme V. depuis plus de 2 ans, sans problème particulier, quand elle vient vous voir pour une consultation de routine au cours de laquelle elle vous fait part de son désir de grossesse. Que lui répondez-vous ?

Question N°8


Alors que Mme V. a renoncé à une nouvelle grossesse, elle revient vous voir, cette fois, pour des troubles mictionnels à type d’impériosité. L’ECBU fait dans son laboratoire est stérile. Quels examens demandez-vous ? Quel traitement proposeriez-vous en fonction du mécanisme en cause ?

Question N°9


Quelques mois plus tard, c’est Mr V. qui vous ramène en consultation son épouse. Alors qu’un traitement de fond avait été mis en route malgré ses réticences, il s’inquiète : « loin de s’améliorer, Mme V. se plaint depuis plusieurs semaines, d’une asthénie importante, physique et psychique. Elle n’a plus goût à grand chose, sort peu de chez elle, prétextant à ses amis que c’est sa maladie et son traitement qui l’empêchent de les voir ». Elle prend depuis peu un somnifère pour dormir et a perdu 3 kg. L’examen neurologique est inchangé et le reste de l’examen physique sans particularité.

Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous ?

Question N°10


L’aggravation du tableau clinique vous amène à organiser une prise en charge dans le cadre d’un réseau de soins multidisciplinaire. Qu’est ce qu’un réseau de soins ? Quels en sont les objectifs principaux?
Iconographie




CORRECTION DU PQRST 24


Q1/

10 pts

Les 4 urgences diagnostiques à éliminer devant une diplopie sont :

  • Anévrisme de la carotide interne homolatérale (douleurs oculaires + diplopie = transfert en URGENCE en neurochirurgie pour imagerie)

  • Hypertension intra-crânienne : processus expansif intra-crânien (tumeur cérébrale, hématome) : HTIC idiopathique

  • AVC, AIT

  • Tumeur cérébrale


3
3
2

2

Q2/

10 pts

Ophtalmoplégie internucléaire droite

par atteinte de la bandelette longitudinale postérieure droite.

5 points si gauche ou coté non précisé

5

5

Q3/

10 pts

Diagnostic : SEP en poussée, de forme rémittente

  • Terrain femme jeune, antécédents d’auto-immunité

  • Phénomène d’Uhthoff : apparition d’une baisse de l’acuité visuelle lors d’un effort physique ou d’une élévation de la température traduisant la thermolabilité des axones démyélinisés

  • Dissémination temporo-spatiale clinique (NORB de l’œil gauche + atteinte sensitive il y a 1 an et OIN actuelle).

2+2+2
2

2

Q4/

10 pts

IRM cérébrale en coupes axiales, Flair et T1 avec injection de gadolinium.

  • Lésions hyperintenses (en flair) de la substance blanche (pas d’atteinte corticale), multiples, périventriculaires, de grand axe perpendiculaire à celui des ventricules, sans effet de masse, compatibles avec des lésions inflammatoires démyélinisantes.

  • Lésions d’âge différent : plaques récentes en isosignal T1 pouvant se rehausser après injection de gadolinium (dissémination temporelle) ; plaques anciennes en hyposignal T1 non rehaussées par le gadolinium)

  • Dissémination temporo-spatiale radiologique des lésions.

NC

2+1

2+1

2

2

Q5/

5 pts

AUCUN autre examen n’est nécessaire devant ce tableau caractéristique de SEP (critères de Mac Donald) avec lésions du SNC central, dissémination temporelle (indispensable) et spatiale et inflammation du SNC (non indispensable)

NB/ Certains examens sont utiles pour exclure certains diagnostics différentiels :

  • NFS-VS, AC anti-nucléaires (recherche d’un LED)

  • Sérologie VIH ; sérologie de Lyme ; TPHA, VDRL

  • Enzyme de conversion de l’angiotensine

5

Q6/

15 pts

Devant ce vertige aigu avec syndrome vestibulaire périphérique aigu harmonieux droit, il faut évoquer un vertige paroxystique périphérique bénin par otolithiase.

La manœuvre diagnostique de Hallpicke et le succès de la manœuvre libératoire confirmeraient le diagnostic.

En cas d’échec, dans ce contexte, les épreuves cochléo-vestibulaires sont nécessaires

3+1

1+4

2

1

3

Q7/

10 pts

Information claire, loyale et appropriée.

Grossesse possible et normale.

Pas d’aggravation de la maladie et du handicap par la grossesse.

Diminution de la fréquence des poussées au cours du 3eme trimestre.

Augmentation du risque de poussée dans les 3 premiers mois du post-partum

Contre indication au traitement de fond par interféron bêta.

Traitement des poussées possibles.

Pas de contre indication à l’allaitement en l’absence de traitement de fond

Pas de modification du risque obstétrical par la SEP (mais enfant plus à risque de développer une maladie inflammatoire type SEP : susceptibilité génétique de 3 à 5%)

NC

3

1
2

1
1

2

Q8/

10 pts

Examens à demander :

  • Echographie réno-vésicale : recherche d’un résidu post-mictionnel.

  • Bilan uro-dynamique + débitmétrie: recherche de dysynergie vésico-urétrale

Traitement symptomatique :

  • Si dysynergie vésico-sphinctérienne avec dysurie : alpha bloquant.

  • Si résidu post mictionnel avec dysurie : auto sondage.

  • Si hyperactivité vésicale : anticholinergique.


2

2
2

2

2

Q9/

8 pts

Episode dépressif réactionnel caractérisé : ralentissement psycho-moteur et trouble de l’humeur + asthénie, trouble du sommeil, anorexie depuis plus de 15 jours.

Majoration du risque dépressif par l’interféron bêta ?

Recherche de principe d’une dysthyroïdie (hypothyroïdie induite par l’interféron > rechute de Basedow) ou d’une insuffisance surrénale sur ce terrain auto-immune.

5

1

1

1

Q10/

12 pts

Définition HAS : Formation organisée d’actions collectives apportées par des professionnels de santé en réponse à un besoin de santé d’une population à un moment donné sur une zone géographique donnée.

Objectifs :

  • Prise en charge d’une pathologie de manière globale et multidisplinaire

  • Optimiser l’accès aux soins d’une population cible.

  • Formation médicale continue

  • Renforcer l’éducation thérapeutique du patient, ses compétences.

  • Améliorer l’efficience, l’efficacité et le coût de la prise en charge.

  • Etre un lieu d’observation épidémiologique et d’évaluation l’état de santé de la population (réseau GROG pour la grippe)

2

2+2

2+2
2 si 3 items sur 6


Références programme de l’ENC

N°013. Organisation des systèmes de soins. Filières et réseaux

N°125. Sclérose en plaques.

N°187. Anomalie de la vision d'apparition brutale.

N°285. Trouble de l'humeur. Psychose maniaco-dépressive.

N°304. Diplopie.

N°341. Trouble de la miction.

N°344. Vertige (avec le traitement).

Dossier sur 100 points avec 50 items côtés. Pas de points de présentation.

similaire:

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Quel(s) diagnostic(s) devez-vous évoquer devant ce tableau...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Quel diagnostic devez-vous évoquer devant les douleurs...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Quel diagnostic psychiatrique évoquez-vous chez cette...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Citez les 6 questions que vous posez à la patiente. Question N°2

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Comment interprétez-vous les résultats de la bandelette...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Quel diagnostic évoquez-vous? Justifiez votre réponse. Question N°2

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Quel est le germe le plus probablement impliqué ? Comment...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Décrivez l'iconographie N°1, que suspectez-vous ? Question N°2

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 En tenant compte du contexte, quel élément d’interrogatoire...

Question N°1 En l’absence de traumatisme, quelles sont les grandes urgences à éliminer devant ce tableau ophtalmologique ? Question N°2 iconQuestion N°1 Que lui répondez-vous ? Justifiez votre réponse. Question N°2
«verticalement» au fœtus, principalement au moment de l’accouchement (risque de transmission de l’ordre de 5%)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com