L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission








télécharger 2.02 Mb.
titreL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission
page18/47
date de publication31.03.2017
taille2.02 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   47
LES STUPÉFIANTS

Retour à la table des matières

Sauf pour des fins médicales, la loi prohibe les stupéfiants. Cet interdit confère un caractère criminel à leur usage, de même qu'au "racket" de vente, puissant et très lucratif, créé pour contourner les [240] effets de cette législation.

L'usage des stupéfiants provoque une crise générale passagère au cours de laquelle le malade se perd dans un brouillard de pensées ; la conscience de ses actes s'en trouve amoindrie, sa faculté d'inhibition réduite. Souvent le recul du conscient s'accompagne de l'émergence de l'inconscient et par suite, de délires hallucinatoires. Les effets euphoriques de la drogue poussent irrésistiblement le toxicomane 155 à s'en procurer des doses répétées. Pour ce faire, il entre obligatoirement dans l'illégalité.

NATURE ET EFFETS
DES DIFFÉRENTS STUPÉFIANTS


La morphine

C'est une poudre blanche, dérivée de l'opium. Elle s'administre par voie d'injections. En médecine, on l'utilise comme sédatif. Son usage abusif provoque les effets suivants :

- la période d'initiation est euphorique, l'esprit alerte, mais apaisé ; elle place le sujet dans un état analogue à celui de l'idéal boudhiste : immobilité et paix ; cette période relativement courte est suivie de :

- la période de morphinomanie reconnue comme état criminogène ; la piqûre n'apporte plus de bien-être, à cause de l'accoutumance ; celle-ci peut conduire à l'absorption de 78 doses en l'espace de 16 heures (dose suffisante pour tuer 12 personnes non accoutumées à la morphine) ; la privation de drogue crée une souffrance physique et morale telle que le morphinomane ne craint pas de recourir à tous les moyens [241] possibles pour s'en procurer à nouveau : violence, vol, escroquerie, usage de faux ;

- la période terminale, appelée cachexie, s'accompagne de l'amaigrissement squelettique, de complication pulmonaire, de défaillance cardiaque et de la mort.

Dans la mesure où le morphinomane peut se procurer de la drogue, même son entourage immédiat, pourra ignorer son vice. Certaines anomalies de comportement physiologique ou psychologique se constatent cependant, dès qu'un retard se produit dans la livraison de la drogue.

La jurisprudence ne reconnaît pas comme responsable le morphinomane qui commet un crime, en état de crise.

L'héroïne

Ses caractéristiques sont les mêmes que celles de la morphine, avec cette différence qu'elle est cinq fois plus puissante ; ses symptômes sont aussi ressemblants, mais son évolution est plus rapide et les réactions se font plus violentes.

L'opium

Peu employé dans les pays occidentaux, il provient du pavot et se fume à la pipe ; il entraîne un état aigu qui va d'une légère griserie à une ivresse comateuse, puis d'autre part, à un état chronique d'accoutumance et de besoin, précédant la période terminale de cachexie. Par snobisme, il a été populaire dans le demi-monde du XIXe siècle. En Chine, en Indochine et au Japon, il prend les proportions [242] d'un véritable fléau, comparable à l'alcoolisme dans nos pays.

La cocaïne

Elle s'absorbe par le nez, à l'aide d'une spatule, et provoque un état aigu d'ivresse. Contrairement aux autres stupéfiants, la cocaïne rend plus agressif que l'alcool. L'hallucination résultante de son usage suggère à son adepte un rôle de surhomme irrésistible, capable de tout. Lors du délire hallucinatoire, le toxicomane commet des attaques, meurtres, vols, délits sexuels, habituellement dans la première phase d'intoxication. Les noirs des États-Unis ont implanté l'usage de la cocaïne qui provoque des sensations semblables à l'orgasme sexuel, mais passagères. L'habitude oblige à augmenter le rythme des prises, avec comme résultat, une très grande nervosité : les mains tremblent violemment, la respiration devient difficile, les délires sont convulsifs. Son esclavage cause un problème social grave. Cependant, on a observé une réussite de désintoxication sur 10,000 cas avancés.

TABLEAU MONTRANT LE CHOIX DU PREMIER STUPÉFIANT UTILISÉ ET CELUI DONT L'USAGE A ÉTÉ CONTINUE
DU DÉBUT À LA FIN DE LA TOXICOMANIE

Stupéfiants

Utilisé
la 1ère fois

Préféré

Utilisé
la dernière fois

Morphine

63.1%

67.3%

50.7%

Opium

14.7%

6.9%

3.0%

Héroïne

12.3%

23.2%

43.3%

Cocaïne

4.3%

0.7%

0.2%

Opium

2.5%

0.5%

1.3%

Autres

2.0%

0.7%

0.8%

Absence de renseignements

0.6%

0.0%

0.7%




100%

100%

100%

[243]

La marijuana

C'est une drogue peu violente, dépressive, provenant du chanvre, importée du Mexique et utilisée sous forme de cigarette. Elle contribue à l'affaiblissement des forces d'inhibition et aux premiers pas vers l'usage de stupéfiants plus nocifs.

ÉTENDUE DE LA TOXICOMANIE

On estime que les mesures draconiennes prises contre les usagers de toxiques ont réduit, depuis 40 ans, le nombre des toxicomanes. Pendant la guerre 1914-1918, on a dû réformer un homme sur 1,500 recrues dans l'armée américaine, tandis que pendant la guerre 1939-1945, on n'en a reformé qu'un sur 10,000. En 1952, 60,000 personnes toxicomanes furent poursuivies aux États-Unis. Ce nombre ne constitue cependant qu'une fraction des adeptes de la drogue.

Depuis 1950, parmi la jeunesse, l'usage des drogues a augmenté. On comptait à New York (entre 1950-1955) 90,000 toxicomanes. Plus de la moitié des personnes arrêtées en 1955 avaient moins de 30 ans ; à Chicago, sur 7,500, 60% avaient de 17 à 22 ans ; y figurait une femme pour neuf hommes.

La durée moyenne de vie d'un toxicomane serait d'un peu plus de 12 1/2 ans ; 10% des cas s'adonnent aux stupéfiants durant plus de 25 ans. On a constaté une éducation secondaire et supérieure chez un tiers des patients d'un hôpital spécialisé.

CAUSES DE LA TOXICOMANIE

On donne comme principales causes :

[244]

- une cure de désintoxication trop brève après un traitement médical assez long ;

- une sorte de prédisposition d'ordre psychologique : chez un malade souffrant de déséquilibre névrotique, chez certaines personnes à la recherche de compensations ;

- la contrainte sociale, chez les gens de la pègre ;

- l'évasion, la fuite des réalités jugées décevantes, le désir d'originalité, chez les jeunes.

Le milieu de la drogue

Un nombre considérable de toxicomanes vivent dans des milieux fermés qui constituent de véritables sous-cultures. On y retrouve :

- les trafiquants ;

- les intermédiaires et les colporteurs ;

- les usagers.

Il y a aussi "le monde des entraîneurs" qui recrutent de nouvelles victimes dans les bars, les hôtels, les clubs de nuit. Ce milieu existe pour le profit élevé qu'il rapporte aux trafiquants. La production de 35 onces d'héroïne à 86% s'évalue à $1,000. Il en coûte $5,000 pour l'introduire aux États-Unis. En l'incorporant à du lait en poudre, on en obtiendra 20,000 capsules qui se vendront environ $3,000 chacune. Il faut un marché parfaitement organisé pour réaliser de tels profits.

DAY dans son livre "Opium Addiction", révèle les motivations de 1,078 toxicomanes de Chicago.

[245]

TABLEAU DONNANT LES DIFFÉRENCES MOTIVATIONS À L'USAGE DES STUPEFIANTS CHEZ UN GROUPE D'HOMMES ET DE FEMMES

Motifs

Hommes

Femmes

Total

Influence d'autres toxicomanes

65.6

50.5

61.5

Maladie, auto-administration pour diminuer la douleur

24.8

33.6

27.2

Traitement par le médecin

2.8

5.9

3.7

Choc émotionnel à surmonter

2.6

4.5

3.1

Curiosité

2.6

3.8

2.9

Guérison de l'alcoolisme

1.2

0.4

0.9

Tentative de suicide

0.0

1.0

0.3

Autres

0.4

0.3

0.4




100%

100%

100%

EFFETS CRIMINOGÈNES
DE LA TOXICOMANIE


Quant à l'usager, l'incidence criminogène de la toxicomanie n'est pas clairement établie. Le commencement d'une enquête sénatoriale américaine (1956) faisait valoir deux arguments contradictoires,

l) Les toxicomanes, directement ou indirectement, sont responsables de près de 50% de crimes commis dans les grandes villes, et d'à peu près 25% des délits dans l'ensemble du pays (vols, faux, chèques sans provisions, etc.). En 1955, il fallait de $10r000 à $100,000 par semaine pour satisfaire pour les besoins d'un toxicomane normal.

2) 80% des toxicomanes ont un casier judiciaire précédant l'usage des drogues. Ils sont donc devenus toxicomanes parce que déjà ils [246] étaient des criminels.

Une réponse, à des questions d'ordre pratique, semble prérequise à des affirmations sur l'influence criminogène de la toxicomanie.

a) Le toxicomane est-il un criminel invétéré qui demande d'être traité avec toutes les rigueurs de la loi ?

b) Est-il un malade qui a besoin de thérapie scientifique ?

c) Faut-il le considérer comme un criminel et un malade ?

Ces questions concernent les usagers.

Les colporteurs et les intermédiaires posent un problème particulier ; ils forment le tiers des usagers. Hommes de main de la pègre, le colportage de la drogue représente pour eux, à la fois un gagne-pain et un moyen de satisfaire, à bon marché, leur besoin de stupéfiants.

Comme effets généraux à la toxicomanie, on peut relever, à la suite d'enquêtes sur cette question aux États-Unis :

a) les toxicomanes commettent plus de vols que la population en général ;

b) le taux des vols avec effraction est du même ordre pour les deux groupes ;

c) le taux des délits sexuels et des vols à main armée est moins considérable pour les toxicomanes ;

d) le taux des vols avec violence contre la personne d1autrui est de 1.3 pour les toxicomanes et de 19.7 pour la population en général ;

e) la guérison des toxicomanes est très difficile ; 90% d'entre [247] eux retombent après un essai de cure de désintoxication.

DÉFINITION DE L'ALCOOLISME

L'alcoolisme est un facteur criminogène assez important. Son usage excessif provoque des troubles mentaux dont certains à tendance criminogène.

On peut décrire deux états fondamentaux d'alcoolisme :

1) l'alcoolisme aigu :

a) la sous-ivresse qui s'accompagne d'une diminution de l'attention et de l'allongement du temps de réaction, causes d'un nombre considérable d'infractions non-intentionnelles, d'imprudences, de négligence ; d'après les statistiques, plus d'un tiers des accidents de circulation sont dus à des excès d'alcool ;

b) l'ivresse, état typique de confusion mentale provoque de l'agressivité, exaspère les besoins sexuels, conduit au délire auquel on attribue une partie notable des délits d'homicide, des coups et blessures volontaires, des rébellions et des attentats à la pudeur.

2) L'alcoolisme chronique :

Il modifie la mentalité fondamentale de l'individu et développe chez lui l'agressivité et l'impulsivité (la plupart des bourreaux d'enfants sont des alcooliques). Il s'accompagne de la perte du sens de l'éthique et du sens moral. Ces phénomènes conjugués engendrent le vol, l'abus de confiance, l'abandon de la famille et la grivèlerie (usage des biens d'autrui, sans les payer).

La jalousie, jointe à l'impuissance (cause possible de l'alcoolisme) provoque certains homicides.

[248]

L'alcoolisme peut venir d'un trait de culture ou d'un tempérament psychotique ou névrotique.

1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   47

similaire:

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\Education à l’Environnement et au Développement Durable
«Our Common Future» (Notre avenir à tous) publié en 1987 est l’un des documents fondateurs du développement durable et a servi de...

L\Organe conscient du Parti Imaginaire
«le cours normal des choses». Inversez. C'est ce cours ordinaire qui est la suspension du bien. Dans leur enchaînement, les mouvements...

L\«La recherche de l’eau dans notre système solaire»
«En quoi la recherche de l’eau dans notre système solaire est-elle un défi pour l’avenir»

L\Biologie des micro-organismes et conservation des aliments
«libre» est disponible : plus cette quantité d’eau est importante (le maximum étant pour l’eau pure), plus les micro-organismes se...

L\Lignes directrices relatives aux biobanques et bases de données de...
«Adn: Molécule qui renferme toutes les informations génétiques transmissibles qui dirigent les activités des cellules de notre corps....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com