Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens)








télécharger 253.33 Kb.
titreRésumé du projet mémoire (objectifs, moyens)
page11/14
date de publication03.02.2018
taille253.33 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > droit > Résumé
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

Ostéopathie et anxiété



Nous avons constaté dans les chapitres précédents la prépondérance de l’émotion dans toutes les activités de l’être humain : relationnelle, comportementale, psychique et l’importance du corps pour l’expression et la perception de cette émotion. Il nous faut donc expliquer comment l’ostéopathie agit dessus.

D’abord posons les hypothèses d’origine du trouble fonctionnel en ostéopathie.

La douleur est décrite comme l'expression d'une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou décrite en termes d'une telle lésion. Cette définition sous-entend des mécanismes générateurs anatomophysiologiques, mais aussi d’ordre psychologique.

- Si cette douleur est de nature physique (entorse de cheville par exemple), le patient se souviendra de l’histoire du traumatisme et nous l’inciterons à verbaliser celle-ci. Ce faisant, il réactivera inconsciemment l’émotion attachée au traumatisme (technique utilisée en psychothérapie ou encore en hypnose).

- Si elle est de nature psychique et donc plus en rapport avec une émotion « somatisée » (diaphragme par exemple), nous appliquons le même raisonnement et demandons au patient de nous raconter les circonstances pendant lesquelles se déclenchent cette émotion.

Notre stimulation manuelle va donc engendrer un changement corporel lié à l’émotion.

On peut supposer que, en recréant cette configuration tissulaire émotionnelle, nous faisons revivre au patient l’expérience physiologique de la souffrance passée. L’information donnée au corps enclenche alors la reconnexion et le processus de guérison interrompue par le refoulement de la souffrance. On redonne la possibilité aux tissus de retrouver leur mécanisme d’auto-guérison interrompu à cause du stress émotionnel (du fait de son intensité ou de sa durée).

L’émotion, ressentie de nouveau, va pouvoir alors être intégrée et comprise par le cortex préfrontal et le système limbique et c’est comme ça que l’émotion s’évacue nous l’avons vu en deuxième partie. La réaction émotionnelle lors du traitement ou après celui-ci peut correspondre à la libération des tensions accumulées (somatisation) par refoulement de l’émotion et expliquer l’amélioration obtenue.

Nous connaissons le rôle de la voie paléo-spino-réticulo-thalamique à conduction lente et responsable après stimulation nociceptive de la douleur sourde, mal systématisée (non discriminative). Elle met en jeu des comportements d'éveil et de défense et est à l'origine des composantes affectives (qui confèrent à cette sensibilité son caractère désagréable) et cognitives (à l'origine de phénomènes comportementaux référés à l'expérience antérieure mémorisée : réactions d'attention, d'anticipation, de fuite...) de la sensation douloureuse.

Ce rappel anatomique nous montre le coté émotionnel, psychologique et cognitif de la douleur et nous permet de comprendre la réponse émotionnelle suite à la réactivation d’un point douloureux lors d’un traitement ostéopathique.

Les douleurs viscérales, à l'inverse des douleurs somatiques, sont mal localisées, vagues, diffuses. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette particularité: la complexité du réseau sympathique organisé sous forme de plexus, le trajet parfois complexe de l'influx centripète qui peut pénétrer par le biais de la chaîne latérale à des niveaux segmentaires différents. Les fibres transportant la sensibilité viscérale et celles de la sensibilité tégumentaire et des séreuses (plèvre, péritoine) convergent au niveau médullaire. Cette convergence rend compte des douleurs viscérales projetées et de mécanismes réflexes, en particulier sympathiques à la douleur. Ici encore, la douleur viscérale que nous réveillons par notre palpation et notre traitement va réactiver l’émotion liée à la douleur et expliquer les réactions neurovégétatives qui peuvent se produire.

Nous voyons ici l’importance de l’émotion dans la mémoire, consciente et inconsciente. L’émotion ayant pour support le corps, la réactivation des événements du passé, à connotation émotionnelle, s’obtiendra en travaillant les zones du corps correspondant à la somatisation de celle-ci.

Il reste beaucoup d’inconnues sur l’inscription physiologique d’une douleur et les sites anatomiques impliqués. Le système nociceptif est probablement soumis à une “ finalité ” d’oubli de la douleur, mais tout stimulus douloureux entraîne des modifications neurochimiques et synaptiques durables du système nerveux central24. La réactualisation d’une expérience douloureuse ancienne reste exceptionnelle mais le phénomène de douleur-mémoire est important dans la genèse de certaines douleurs chroniques neurologiques.

On retrouve sensiblement les mêmes structures impliquées dans la douleur, la mémoire de la douleur et l’émotion d’où l’importance du traitement ostéopathique de ces zones.

C’est donc bien le réveil d’un point douloureux et un traitement tissulaire qui déclenchent les sensations corporelles mémorisées, donc une émotion chez le patient et qui par réactivation de la douleur entraine un changement de comportement de sa part.

Histologiquement, tous les éléments du corps sont composés de biopolymères, qui sont les cellules des tissus conjonctifs. Retrouvés dans la dure-mère, les tendons, les muscles, les capsules articulaires, les aponévroses… elles sont capables de se rétracter sous la pression et retrouver leur longueur initiale à la disparition de la pression. C’est ainsi qu’on explique l’efficacité des techniques tissulaires en ostéopathie25.

C’est l’apport d’énergie qui provoque une réaction mécanique sur la zone contractile. Dans la dysfonction ostéopathique c’est une rétention d’énergie qui crée la contraction des fibres de bio polymères et le rétablissement des bonnes tensions se fait par l’apport des pressions supplémentaires exercées par l’ostéopathe. Une fois les fibres réorganisées alors quand la pression s’enlève le tissu retrouve sa longueur initiale.

Plusieurs cas peuvent se présenter :

 Soit les biopolymères demeurent rétractés,

 soit ils demeurent allongés,

 soit ils demeurent rétractés d'un côté et allongés de l'autre, comme cela serait le cas pour des tissus péri articulaires.
L'énergie du MRP est celle censée mobiliser en expansion et rétraction les tissus du corps, mais devient ici insuffisante pour accomplir sa tâche, nécessitant une intervention extérieure pour que le tissu retrouve sa forme physiologique. La nature de l’élément extérieur peut être diverse, la main de l’ostéopathe exerçant une force mécanique par exemple, ou de n’importe quelle énergie car nous avons vu que l’énergie donnée aux bio polymères est transformée en mouvement cinétique.

Il est troublant de noter que cela corrobore parfaitement ce que nous observons dans la résolution des tensions et la fuite des tissus depuis longtemps largement évoquées et décrites par nos maîtres Sutherland et surtout Rollin Becker.

Nous pouvons supposer que l’émotion, par la modification du tissu conjonctif qu’elle entraîne, agit également sur la conformation des bio polymères. Notre action sur ces bio polymères va donc, là encore, changer la conformation tissulaire et le paysage corporel et stimuler tous les capteurs du système somato-sensoriel et de la nociception.


Figure URRY, Dan « Les machines à protéines »,.
(Pour la Science, n°209, mars 1995, fig. 3, 63)


1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

similaire:

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé: Objectifs

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) icon1. resume du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé non confidentiel du projet

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet siric

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet pour un communiqué de presse 14

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRésumé du projet pour un communiqué de presse 14

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconRapport par
«Plateforme de ressources et de références» sur le site internet. Point culminant de la première phase du projet, la conférence de...

Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) iconMasseur-Kinésithérapeute salarié ou libéral
«groupe» doit être nuancée car on trouve plusieurs types d’association : cela va de la simple mise en commun des moyens tels que...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com