Pathologies infectieuses








télécharger 19.57 Kb.
titrePathologies infectieuses
date de publication21.01.2018
taille19.57 Kb.
typeDocumentos
Pathologies infectieuses

CYSTITE



1-Définition

C’est une inflammation de la paroi vésicale qui est secondaire à une colonisation bactérienne d’origine infectieuse.

Des germes d’origine digestive (E.coli+++, Klebsielle ou proteus) transitent par la peau et colonisent l’urètre de la femme. Arrivés dans la vessie, cela donne une bactériurie=présence de bactéries dans les urines. De plus il y a une pyurie qui est la présence de pus dans les urines, donc présence de leucocytes qui traduisent l’inflammation de la paroi.

Donc cystite=bactériurie+pyurie

C’est une maladie très fréquente, qui quand elle est isolée, ne touche que la femme. ( chez l’homme, inflammation de la prostate en +)
2-Symptomes

  • Pollakiurie

  • Brûlures mictionnelles

  • Dysurie

  • Parfois hématurie macroscopique

Les signes négatifs sont :

  • Pas de fièvre

  • Pas de douleurs lombaires (dans cystite simple)


3-Diagnostic différentiel

  • Cystite compliquée=pyélonéphrite aigue

  • Valvulo-vaginite(souvent MST) dont les signes sont des leucohrées(=pertes) + prurit en dehors de la miction.Le diagnostic se fait par un ECBU et par bandelettes urinaires qui seront tous les deux négatifs.

  • Calculs vésicaux : ECBU et bandelettes urinaires négatifs


4-Diagnostic

  • Soit le tableau est typique : le diagnostic se fait par bandelettes urinaires avec présence ou absence de leucocytes et présence ou absence de nitrite. Si présence de 2 ou de l’un des deux ; c’est une cystite. On traite alors tout de suite sans ECBU.

  • Soit on a un doute, soit cela est répétitif, soit on a un terrain à risque(diabète), on fait un ECBU et un antibiogramme pour savoir à quel antibio la bactérie est sensible.


5-Traitement

Dans une cystite simple :

  • Traitement minute : une seule prise

  • Traitement sur 3 jours



PYELONEPHRITE AIGUE= cystite compliquée



1-Définition

C’est une infection du parenchyme rénal uni ou bilat d’origine urinaire ascendante (vient de la vessie). A partir d’une infection urinaire basse, les germes remontent jusqu’aux reins. Ceci entraîne une infection d’un organe plein et se traduit donc par de la fièvre et des douleurs.
2- Symptômes

On a les signes de la cystite+ fièvre+ douleurs lombaires uni ou bilat.

Dans la pyélonéphrite atypique , il n’y a pas de signes urinaires. Il n’y a que de la fièvre ou que des douleurs lombaires ou rien du tout.Si il n’y a réellement rien, on s’en rend compte quant la personne a une IRC :on retrouve au scanner des petits reins bosselés qui sont typiques de pyélonéphrite chronique sans aucun symptôme.
3-Complications

Il existe 3 types de complications :

  1. Abcès rénal

  2. Choc septique :ensemble de cascade de réactions qui aboutissent à une défaillance viscérale généralisée. Cliniquement se traduit par un collapsus qui est chute brutale de la TA ; un choc cardiaque qui se caractérise par un pouls rapide , petit et filant ;une grande pâleur ; des marbrures violacées au niveau des genoux ;des troubles de la conscience qui peuvent aller jusqu’à la mort.

  3. Insuffisance rénale aigue si les 2 reins sont touchés.


4-Diagnostic différentiel

    • Devant des lombalgies aigues en contexte infectieux :élimination des spondylodiscites

    • Pas de douleurs ni de fièvre :cystite

    • Infection rénale :pyélonéphrite aigue qui survient sur une lithiase


5-Diagnostic

Dans un tableau typique, on demande une biologie :

  • NFS :si pyélonéphrite, on aura une augmentation des polynucléaires neutrophiles(7000) (normal=1000-2000)

  • VS et CRP qui seront augmentées en cas de pyélonéphrite

  • ECBU


6-Traitement

Se fait souvent avant le résultat de l’ECBU.

Association de 2 antibiotiques : CIFLOX et OFLOCET pendant 10 j.

Si ce traitement ne fonctionne pas, on adaptera en fonction de l’ECBU et de l’antibiogramme.

On hospitalise dans les cas où la patiente va mal ou personne diabétique ou personne âgée ou personne immuno déprimée.

PROSTATITE AIGUE



1-Définition

C’est une infection de la glande prostatique par voies urinaires ascendantes. Maladie plus rare que la cystite simple chez la femme car l’urètre est plus longue chez l’homme. Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une infection urinaire ;dans quelques cas il s’agit d’une MST.
2-Symptômes

Dans sa forme typique, elle donne :

  • Fièvre élevée, brutale avec frissons

  • Signes d’une cystite

  • Douleurs sus pubiennes

  • Au maximum, une rétention aigue d’urine

Dans sa forme atypique, elle donne :

  • Douleurs isolées sus pubiennes

  • Fièvre isolée


3-Diagnostic clinique

TR :la prostate infectée est douloureuse, augmentée de volume, molle.

Les examens biologiques sont les mêmes que la pyélonéphrite.
4-Traitement

Traitement antibiotique pendant minimum un mois car la prostate est un organe encapsulé donc il y a une mauvaise pénétration des antibio.Donc traitement prolongé.

Risque de chronicité.
5-Complications

Idem que la pyélonéphrite.

MST



Les virus :

  • HPV qui donne un condyleme ou un cancer du col de l’utérus

  • HIV

  • Herpès génital qui donne des vésicules regroupées en bouquet et qui sont douloureuses

  • Hépatite B



Les microbes


  • Syphilis : donne un chancre (ulcère) indolore + une adénopathie inguinale. Cela se guérit tout seul, mais le microbe se dissémine dans l’organisme pour donner une syphilis secondaire ou tertiaire qui contamine tous les

viscères. Ceci entraîne des délires très particuliers orientés vers l’or.

  • Gonocoque : donne des urétrites aigues. (= « Chaude pisse »)

  • Chlamydiae :c’est un petit germe intracellulaire qui donne des urétrites subaiguës, voir chroniques.Chez la femme, peut donner des salpingites(=infection des trompes) et une pelvi péritonite. Cela peut aussi être asymptomatique.Les complications à ce microbe sont : stérilité, grossesse extra utérine.

ORCHITES



1-Définition

C’est l’inflammation des testicules qui peut être d’origine :

  • Virale (ex :les oreillons)

  • Bactérienne : gonocoque, chlamydiae, germe urinaire(E. Coli)


2-Symptômes

Se traduit par une inflammation locale : on aura de la fièvre et un gonflement des testicules.
3-Diagnostic différentiel

TORSION DU TESTICULE : 3h pour sauver le testicule, sinon mort de celui-ci.






similaire:

Pathologies infectieuses iconConnaître les principales pathologies inflammatoires et infectieuses...

Pathologies infectieuses iconMaladies infectieuses de l'enfant 16 Novembre 2006

Pathologies infectieuses iconCVx (PM) : Endocardites infectieuses; physiopathologie, diagnostic et traitement

Pathologies infectieuses icon"Emergences des Maladies Parasitaires et Infectieuses/Emergence of...

Pathologies infectieuses iconLes pathologies valvulaires mitrales

Pathologies infectieuses iconPathologies du grele et du colon (bis) Dr

Pathologies infectieuses iconCours 3 Epidémies et maladies émergentes «Les maladies infectieuses...
«Les maladies infectieuses : IL en naîtra de nouvelles, IL en disparaîtra lentement quelques unes; celles qui subsisteront ne se...

Pathologies infectieuses iconFiches révisions podologie Pathologies Question n°1

Pathologies infectieuses iconAuto anticorps anti-protéine s et pathologies associées

Pathologies infectieuses iconRésumé en 5 situations cliniques pratiques principales avec tableaux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com