L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission








télécharger 227.69 Kb.
titreL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission
page8/11
date de publication17.05.2017
taille227.69 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > littérature > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

CHAPITRE VII



LES JEUX LES JOUETS


Retour à la table des matières

Encore une section du folklore qui n'est représentée en France par aucun ouvrage d’ensemble scientifique, alors que la Suisse a celui de Mlle Zuricher, l'Allemagne un excellent traité de Wehrhan, la Hollande et la Flandre un beau recueil de Teirlinck et de Cock, la Grande-Bretagne les deux volumes de lady A.-B. Gomme, etc. L'étude des jeux populaires et des jouets d'enfants français conduit pourtant bien plus loin qu'on ne croit communément et oblige de chercher des parallèles jusque dans l'antiquité classique et parmi les populations relativement primitives extra-européennes.

Les ethnographes ont démontré depuis longtemps déjà que beaucoup de jeux ruraux de l'Europe sont des restes de vieilles cérémonies. Mais ce n'est là qu'un aspect d'nu problème complexe qu'il faut résoudre à part dans chaque cas spécial. Il convient aussi de regarder les jeux comme le point de départ de toute une catégorie d'activités qui sous le nom plus aristocratique de « sports, » ont de tout temps, été un moyen pour l'humanité de se maintenir « en forme » en vue d'un but que les biologistes ont démontré être l'instinct de reproduction. Les travaux de Kart Groos sur les Jeux des Animaux (Alcan) et les Jeux des Hommes (en allemand) ont mis bien en lumière l'importance biologique des exercices rythmés, plus ou moins violents, exécutés soit par quelques individus seulement, soit par les groupements parfois considérables.

Que le jeu des enfants et des adolescents soit un préexercice, c'est-à-dire un entraînement à des activités pratiquement ou physiologiquement utiles au cours de la maturité, c'est l'évidence même : pourtant cette évidence n'est apparue que depuis peu ; et un excès s'est produit, puisque la manière de concevoir les jeux et les sports de nos jours tend à surmener et affaiblir ses adeptes.

Je ne veux pas dire cependant que les jeux anciens ou primitifs ne causaient pas ainsi un certain surmenage ; mais il était temporaire, non pas comme dans les sports modernes continu et même progressif. Rien de plus fatigant par exemple que le célèbre jeu normand de la soule qui est l'ancêtre du football et du cricket ; ou certain jeu de paume à cheval, si en vogue dans l'ancienne France, et qui, connu aussi des Indiens de l'Amérique du Nord, nous est revenu mieux ordonné sous le nom de polo.
E
xplication de figures

6. – Diable de Bessans

Pour avoir des renseignements sur nos jeux, il faut, recourir aux monographies locales ; encore beaucoup de descriptions sont-elles trop brèves ou visiblement dues à des observateurs qui, n'ayant pas participé eux-mêmes aux jeux, n'ont pas su insister sur les détails typiques. La plupart des jeux d'adultes sont pendant le XIXe siècle tombés au rang de jeux d'enfants, quoique certains d'entre eux conservent comme une sorte de caractère sacré. Il est encore de règle, par exemple, dans les Alpes, que les enfants ne soient pas autorisés à jouer aux quilles ni aux boules dans les lieux publics consacrés à ces jeux, places de village, ruelles, terre-pleins de café, « boulodromes ». Ce sont des jeux réservés aux adultes et auxquels, les garçons ne peuvent participer qu'à, partir de quinze ou seize ans ; ni les femmes, ni les filles n'ont le droit traditionnel d'y jouer. Ce n'est pas une question de force ou d'adresse, mais une sorte d'interdiction, de tabou, une réserve sexuelle très ancienne.

Un classement des jeux français ne saurait être proposé que selon des lignes très générales, à moins d'accepter celui des biologistes et de distinguer les jeux sensoriels et les jeux intellectuels, et parmi les premiers, ceux de la vue, de l'ouïe d'une part, et les jeux musculaires de l'autre. Dans la deuxième catégorie se classeraient les énigmes, devinettes, etc. Les jeux populaires qui on le plus attiré l'attention sont ceux qui exigent de la force musculaire et comme acteurs des « rustres » : sauts en Provence, luttes un peu partout.

Certains jeux qu'on a cru populaires ne le sont devenus que par suite d'une influence de cour ou de château. Il en est ainsi de la quintaine, qui consistait à courir à cheval sur un écusson ou un mannequin de bois et à le frapper au milieu de la poitrine avec une lance de bois. C'était une dégénérescence des nobles tournois ; il avait en Touraine acquis une forme particulière, étudiée par Carré de Busserolle (Usages singuliers de la Touraine, Tours, 1884) : la joute se faisait exclusivement sur une rivière et les meuniers, bateliers et pêcheurs demeurant dans la circonscription d'une seigneurie étaient astreints à y prendre part par ordre du châtelain de cette seigneurie ; « et s'ils feignent de rompre leurs perches ou s'ils défaillent au jour, lieu et heure, il y a soixante sous d'amende. » Ce règlement a été longtemps en vigueur dans toutes les Seigneuries de la Touraine ; le jeu se pratiquait le jour de la Pentecôte dans certaines localités, celui de la Trinité dans d'autres. Mais il faut se garder, je crois, d'y voir une survivance de joutes sur l'eau plus anciennes comme il en existait ailleurs notamment en Italie, et comme on en voit encore dans les îles de l'Océanie ; c'était une transposition narquoise par les seigneurs à leurs sujets d'un divertissement noble par excellence et qui les amusait fort, parce que, ces chevaliers improvisés tombaient le plus souvent à l'eau.

Les jeux des enfants sont quelquefois, mais pas toujours, une déformation ou une imitation des jeux d'adultes. Par exemple les jeux de balle des garçons sont le reste de jeux de paume pour jeunes gens et guerriers ; mais les billes, le saute-mouton, le jeu de l'ours (aujourd'hui presque disparu et qui m'a valu, au lycée de Nice, de fortes bosses), les barres, etc., sont bien spécifiquement des jeux, enfantins. Cependant le colin-maillard, qui sort aussi des mœurs modernes, était encore un jeu d'adultes au XVIIIe siècle, comme en témoignent maintes estampes.

Plus complexe est le problème des rondes enfantines, et surtout des scènes dialoguées et chantées comme La Tour prends garde ; Pass' pass' les allumettes, la dernière y restera. Faut-il voir dans les rondes Qui marierons-nous ou Les yeux d'amour, comme le veut Saintyves, des restes d'incantations magiques ou, comme je le crois plus volontiers, des chansons d'adultes du temps des cours d'amour et des réunions de chevalerie tombées ensuite sinon dans le ridicule, en tout cas dans le domaine enfantin, au même titre que le jeu de colin-maillard ? On ne pourra répondre que lorsque aura été publié un recueil complet de ces rondes et formulettes enfantines de France, classées par séries scientifiques et avec une comparaison aussi étendue que possible.

La recherche est plus avancée en ce qui concerne les jouets. Ainsi les crécelles que nos gamins achètent à la foire et font tourner tout le long de l'année viennent tout droit des crécelles qu'on devait mouvoir pendant l'office de Ténèbres seulement et qui représentent les cloches primitives de nos églises ; car pendant les premiers siècles du christianisme, les églises n'avaient pas de cloches et les fidèles étaient appelés à l'office par des cliquettes et des crécelles parfois énormes, comme il en subsiste encore dans quelques églises d'Orient.

Explication des figures
7
. – Santons provençaux

De même les poupées de nos filles étaient primitivement les représentations de diverses divinités ; au Maroc des poupées figurent encore la Pluie et on les promène cérémoniellement en temps de sécheresse. C'étaient donc des statuettes sacrées portatives, qui n'ont perdu cette signification que relativement tard en Europe, j'entends depuis trois ou quatre siècles à peine, pour devenir un jouet commun à toutes nos filles. Ce n'est pas à dire que les petites filles ne se soient pas fait de tout temps des « bébés » ; car jouer à la maman est biologiquement un préexercice, tout comme le cheval représenté par une canne est un préexercice des garçons dans toutes les nations du monde.

On a trouvé, dans des tombeaux néolithiques des animaux façonnés en terre glaise ; étaient-ce des jouets, ou des représentations de divinités animales, on n'en sait trop rien en règle générale. En tout cas les animaux en poterie sont de nos jours un jouet dans maintes campagnes (Heimberg, en Suisse, s’est fait une spécialité de cette production) ; de même les bergeries de la Forêt-Noire rappellent les représentations animales et humaines que depuis le moyen âge on a faites pour les crèches de Noël et dont les santons de Marseille sont des exemples célèbres.

Parmi les animaux en poterie, il existe une série curieuse, celle, des oiseaux-sifflets ; j'en ai réuni une assez bonne collection et je crois pouvoir affirmer que ces oiseaux-sifflets étaient primitivement des objets employés au cours de certaines cérémonies agraires. Quelques-uns sont creux ; en y mettant de l'eau, on imite à volonté le chant du rossignol, dont le caractère sacré est très ancien ; il s'est conservé dans maintes chansons populaires, dont l'écho affaibli se retrouve dans Roméo et Juliette.

Sacrés aussi primitivement les petits drapeaux que promènent les enfants du Nord de la France et qui possèdent encore en Belgique leur signification ancienne, sous la forme de « drapelets de pèlerinage ». Bref, les jouets sont un sujet d’étude non pas seulement curieux ou amusant, mais qui évoque sous sa futilité apparente, toutes sortes de coutumes et de croyances anciennes et primitives. Les enfants ont tous d'ailleurs quelque chose de primitif ; c'est très tard seulement qu'ils se « civilisent » comme le veut la norme de leur époque.

Il ne faut pas oublier non plus les jouets qui dérivent de la littérature, par exemple les polichinelles, pierrots, arlequins et colombines datant du XVIIe siècle, auxquels correspondent de nos jours les animaux de peluche suscités par la littérature qui forme ce que je nommerais volontiers le « roman zoologique » de Kipling, Pergaud, Colette, et plus haut la fable, bien que La Fontaine, par exemple, soit trop complexe, trop adulte, pour avoir excité beaucoup l'imagination plastique des enfants. Nous touchons ainsi à l'histoire littéraire et aussi à la psychologie de l’enfant, qui a fait ces années dernières des progrès remarquables.

Des jeux de hasard, seuls quelques-uns sont tombés dans le domaine enfantin : alors que les dés et les cartes font encore le bonheur des adultes, le toton et les osselets ont perdu leur signification première d'instruments de divination, qu'ils étaient chez les Romains et sont encore chez la plupart des populations nègres. Chez les Barongas, seuls les magiciens jouent aux osselets : ils ont combiné en véritable traité de divination selon la situation des divers osselets en particulier et leurs groupements. Parfois les jeux de billes ont eu aussi un caractère divinatoire ; les billes remplacent ici des cailloux choisis, des noix, etc. ; mais chez nous cette utilisation magique est très atténuée, sinon disparue.

On ne saurait terminer ce chapitre sans rappeler que Rabelais a dressé un catalogue des jeux en usage de son temps, auquel je renvoie le lecteur qui veut comprendre l'importance des jeux dans la vie sociale au XVIe siècle et combien Rabelais leur reconnaissait une valeur éducative. Un grand nombre des jeux énumérés par Rabelais a subsisté davantage en Alsace que dans nos autres provinces. Enfin pour l'histoire de plusieurs catégories de jouets, on consultera non sans profit un bel ouvrage, bien illustré de Henry d'Allemagne. Les séries de nos musées régionaux sont rarement complètes.

_______




1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\Education à l’Environnement et au Développement Durable
«Our Common Future» (Notre avenir à tous) publié en 1987 est l’un des documents fondateurs du développement durable et a servi de...

L\Organe conscient du Parti Imaginaire
«le cours normal des choses». Inversez. C'est ce cours ordinaire qui est la suspension du bien. Dans leur enchaînement, les mouvements...

L\«La recherche de l’eau dans notre système solaire»
«En quoi la recherche de l’eau dans notre système solaire est-elle un défi pour l’avenir»

L\Biologie des micro-organismes et conservation des aliments
«libre» est disponible : plus cette quantité d’eau est importante (le maximum étant pour l’eau pure), plus les micro-organismes se...

L\Lignes directrices relatives aux biobanques et bases de données de...
«Adn: Molécule qui renferme toutes les informations génétiques transmissibles qui dirigent les activités des cellules de notre corps....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com