Sommaire Contribution Auteur Page








télécharger 418.86 Kb.
titreSommaire Contribution Auteur Page
page8/12
date de publication18.01.2018
taille418.86 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

Du gâteau ! Tels étaient les termes d’Angel quand elle leur avait donné leurs identités pour le voyage.

Pourtant face à l’employé des douanes, il se trouvait en position de totale faiblesse.

-A moins que. Le sourire se fit carnassier. Je me suis laissé dire, qu’il y a pas si longtemps vous étiez pilote. Je vous ai même vu gagner le Laguna Seca en 2048. Voila ma proposition. Une petite course, ce soir, ici même. Vous gagnez : vous avez vos bagages. Vous perdez : eh eh !

Vous voyez la Saab Dynamit rouge dehors, c’est ma voiture. J’ai toutes les options, et même d’autres non répertoriées. Vous relevez le défi ?

Une des fiertés de CrO2 était sa capacité de conduire, sa maîtrise… En gros cette part d’ego néandertalien, inscrite intrinsèquement dans vos tripes qui désire que votre carrosse soit le plus rutilant ou le plus véloce, et ça depuis au moins Ben Hur !

Des millénaires de chauffards couraient dans le sang de CrO2, son code ADN et ses chromosomes en forme de pistons en témoignaient.

CrO2 contenait sa rage, pourquoi n’avait il pris , ne serait ce que sa « familiale » sur ce run, sans même parler de la Vector Un vrai marteau dans les mains d’un expert tel que notre ami. Toutefois force était de constater qu’au vu du ratage qui venait de se produire, et des dégâts occasionnés, irréparables sur son honneur, il se devait de reprendre l’avantage.

Ce “Baron Rouge” l’avait piqué au vif, il se devait de relever le gant.

-Viens Goupil, on va chercher une caisse.

La voix du fonctionnaire véreux leur parvint alors qu’il quittait le bureau

-Je prends ça pour un oui, à ce soir alors. Et il éclata de rire.

Goupil le regardait, avec une mine mi-amusée mi-offusquée.

-Je vais me le faire, et tu peux m’aider.

Une courbette du renard :

-En quoi pourrais je t’être utile, mon ami, moi qui ne suis qu’un humble voleur. Et je te rappelle que nous avons besoin du dis matériel pour notre cher Tsuba

-Trouves-moi une voiture puissante quelle que soit. Je la veux, rapide, du genre biplace… ah oui et qu’elle ait de la gueule !

-Bien... je m’en voudrais de te rappeler que nous sommes loin de chez nous, que nous ne jouons pas à domicile. Toutefois..., il sourit, je pense avoir trouvé ta solution !!! Si Messire veut bien me suivre.

Il quittèrent un moment le flux de circulation de la rue principale.

-Je ne suis jamais venu en Allemagne, mais si il y a bien une chose que je sais, mon ami, c’est que les enfants seront toujours les mêmes.

D’ailleurs, toute une bande de moineaux allemands, bruyants et chahuteurs, s’égayaient autour d’un infirme nain occupé à réaliser divers animaux en cordes tressées.

Le zoocanthrope renard observa un petit moment la grande rue, puis paraissant avoir trouvé ce qui l’intéressait, intima au pilote de rester là, à l’attendre.

-Je ne serais pas long.

-Pas long, pas long, il en a de bonnes lui, on est en Allemagne, on connaît pas le milieu, on a pas de caisse, pas même une Midget Smart. En plus, on vient pour se faire des bottes avec la peau d’un grand lézard. Non, vraiment tout va bien ! Eh….

Il venait d’être percuté par un aréopage bruyant de petits gamins qui coursait un autre. Il saisit le dernier par le col et l’amenant à hauteur de nez, lui dit.

-Dis donc, tu peux pas faire gaffe, le mioche ?

Le petit bout battait des pieds, tout à sa rage.

-Arschloch, lass mich an ! Kinderficker7 !!!!!!

-Désolé, je ne pige pas l’allemand, gamin. Ayeeeeeeee, p…. mais ça mort ce truc.

Sitôt reposé sur le sol, le mioche, 8 ans tout au plus s’éclipsa, non sans avoir gratifié CrO2, qui frottait son nez passablement meurtri, d’un sonore « Hurensohn ».

-Nom d’un carbu Weber double Corps, les gosses allemands sont plus vicieux qu’une Countach lancée à 300 km/h. Bon et le rouquin, il est où d’ailleurs ?

Perpétuant le geste ancestral de l’homme qui pour passer le temps et bien qu’au courant des dégâts occasionnés aux alvéoles pulmonaires, se grille une cigarette, l’interfacé entreprit de rechercher son paquet de « John Prayer Special ».

-Oh non mais quel c…

Je vois à vos mines réjouies que vous avez compris le tour pendable qui venait d’arriver à l’interfacé. Argent, portefeuille s’étaient pour ainsi dire évaporés. Il n’avait même plus de paquets de cigarettes et son paquet de chewing-gum s’en était parti buller ailleurs !

Le pickpocket avait eu la décence de le laisser « habillé », car son colt Manhunter était toujours à sa place, soit qu’argent et papier étaient plus facilement monnayables, soit parce qu’une arme de gros calibre est difficilement portable par des menottes !

-Arrrgh (censuré) de gamins, fichus (censuré), c’est vraiment pas ma journée.

-Mon ami, allons, allons tant de bruit pour rien ! Tu as été dépouillé, il est vrai mais… Tout t’est rendu, regarde.

Crédit tubes, papiers vinrent atterrir dans la main de l’interfacé, incrédule.

-Tu …tu étais où ? C’est toi qui avais envoyé les gosses, c’est ça !,

-Savais-tu que la tension nerveuse est dangereuse pour tes coronaires. Je ne me serais pas permis de faire faire un travail dont je suis capable et même mieux. ! Mais, nous nous écartons de notre sujet, j’ai pensé un moment te laisser seul, livré à la faune de ses rues. Qui pourrait la connaître mieux qu’eux, après tout.

Puis se tournant dans l’ombre de la rue, il ajouta :

-Komm zu mir, mein kleines Kind8.

-Ah, tu as réussi à attraper ce petit s…Mais pourquoi il reste là ?

-Disons que j’ai toujours su me montrer persuasif. Et que mes arguments ont toujours été mordants.

C’est alors que le kid de Detroit remarqua que le jeune garçon avait une des jambes de son pantalon crasseux déchirée, et qu’il marchait en se frottant la fesse droite, un lambeau de tissu arraché.

-Ce charmant bout de chou s’est « spontanément » proposé pour nous emmener voir la personne qui pourrait nous être d’un grand secours dans notre petite recherche…

Pendant qu’ils suivaient le bout de chou, Goupil avoua à CrO2, qu’avoir longtemps vécu de squat en squat dans les rues de Londres lui avait appris que les enfants errants en général se mettaient sous la protection d’un adulte, soit par désœuvrement, soit parce que cet adulte leur offre le gîte et le couvert, un embryon de famille, un soupçon de règle, un poil de tendresse… et surtout de quoi prendre sa revanche sur le monde entier et les autres adultes en particulier.

-Il a parlé d’un Strasses Koenig, pardon d’un roi de la rue, qui aurait les rues de Essen sous sa protection. Je suis impatient de le rencontrer.

Effectivement le personnage avait tout du roi : le trône et le port altier.

Le trône tout d’abord, c’était un vieux fauteuil roulant du siècle dernier sur lequel on avait greffé un plateau, assez grand pour servir de stand de vente et d’atelier de fabrication.

Pour le port altier ensuite, les sangles qui maintenaient le corps bien serré contre le dossier du fauteuil y étaient pour beaucoup.

-Salutations Strasses Koenig, je suppose que votre activité d’artisanat local n’est qu’une activité annexe.

Un miracle se produisit, le nain se leva et marcha, et alluma un long barreau de chaise malodorant.

-Ach, ein Moment bitte ! Toute la sainte journée assis sur ce siège n’arrange pas mes érythèmes fessiers.

-Nous nous sommes laissés dire que vous pouviez nous être d’une grande utilité...

-Pour moi, seule cette lame d’argent pourrait trouver son utilité. Comme tu peux le voir Sauhund9, je suis un homme prudent.

-Alors parlons, voulez-vous, vous avez des appuis des adresses dans les ombres ici. Nous ne les avons pas, mais, nous avons les capitaux. Faisons affaires.

Le nain ouvrit la bouche sur une rangée de dents jaunies, les yeux allumés au doux son de l’argent.

-J’adore cette musique.
Trou Normand (2)
De nouveau, le mioche les avait menés, sitôt qu’ils avaient quitté le Roi à travers toute une série de ruelles étroites. Cherchait-il à les perdre, les emmenait-il vers une embuscade composée de moult trolls patibulaires (gourdins de série, sans supplément) ?

Un clin d’œil à son renard de partenaire le rassura un peu. La course se poursuivit un moment. Il parvinrent à une espèce de grande bâtisse. Pour un peu, on se serait attendu à voir l’autrichienne Impératrice Sissi venir vous accueillir.

-C’est ici, meine Herren. Auf wiedersehen !

-Euh, c’est ça bredouilla le kid de Détroit, ail et fines herbes à toi aussi !

Ils sonnèrent. De l’intérieur leur parvint un vacarme assourdissant.

Un frison fit se mettre les poils du rigger au garde à vous !

-Hunaudière, le Mans 2008, p… c’est pas possible… C’est quoi ici, le cimetière des divines caisses !?

La curiosité (un bien vilain défaut convenons en !) l’emportant sur la crainte, ils entreprirent de pousser la lourde porte qui tenait lieu d’entrée pour pénétrer dans le lieu.

-Aaaach, nein, le musée est fermé, les apostrophèrent deux pieds dépassant de dessous ce que CrO2 estima comme étant une BMW modèle 2020.

-Bitte, mein Herr, nous sommes envoyés par le Strasses Koenig, plaida Goupil

-Und ? Et alors, je lui ai déjà dit que je ne suis pas à son service. Ce musée est un peu financé par la ville, le reste, c’est moi qui le finance par mes réparations sur toutes ces voitures, alors vous savez…

-Clef de 12, le coupa CrO2

-Was ?

-BMW 6550, de 2020, c’est ça ? Et elle ne fait que caler. Démontez le cache culasse à la clef de 12, vous verrez c’est la centrale d’allumage qui faisait masse. Oh, un tout petit contact. Sur le modèle 2021 ils ont modifié le cache culbuto…

-Uhhhh … Achhh, en effet, je vais regarder.

Ils purent enfin voir le corps auquel appartenaient ces deux pieds. Etait-ce l’éternel mécanicien nain de circonstance, une orke femelle aux bras couverts de tatouages comme des cartes de trésors jamais conquis, un humain bourru/viril, mais attachant quand même ?

Rien de tout ça en fait !

Il y a 50 ans de ça, ce genre de créature aurait hanté les paddocks des grandes écuries, affublées d’une grande pancarte ou, c’était selon, un splendide parapluie aux couleurs chamarrés des différents sponsors. Ces, osons le terme, bimbos avaient pour mission tant de faire tenir en place le spectateur moyen que célébrer le rite ancestral de la communion «Grosse Caisse-belle nana » . Le moins qu’on puisse dire c’est que son apparition eut le même effet qu’une Venus sortant des Flots de Boticelli. Le cœur de CrO2 manqua une vitesse, les soupapes de ses veines s’affolèrent et sa langue se mit à patiner dans sa bouche.

Pour un peu, il aurait fait une parfaite imitation du Loup Pervers (sur Trid-classic, tous les après-midi 16h-17h).

Comme la voiture dont elle venait de s’extraire, l’apparition était toute en courbes, vive, élancée, un peu comme une Ferrari qui aurait décidé de s’incarner ou une fille à laquelle on aurait fait infuser des pages entières de Road & Track dans son biberon.

Evidemment à l’instant précis, le maquillage de cette, je cite CrO2 :  « …..argh, glups, ouba, ouba, yeaaah », n’était pas véritablement Chanel ou Elite, mais plutôt Castrol et Hélix, tachée qu’elle était des différents liquides du véhicule. De même, point de bijoux, mais une superbe ceinture d’où pendait tout un assortiment de clefs de toute taille et tout diamètre, ceint autour d’un bleu de la plus pur tradition, sans forme et à la teinte indéfinissable

-Messieurs ?

-Je…

Il ne put finir sa phrase, car son renard de partenaire venait de se précipiter et saluait la mécanicienne dans le style démodé et désuet qui était le sien, d’un baise-main. La jeune femme fit un pas en arrière, comme si cette manifestation incongrue de civilité la gênait, à moins qu’elle ne vienne de prendre conscience de son accoutrement. Elle rectifia autant qu’elle put la position, arrangea le bandeau qui tenait ses cheveux aussi ambrés que le soleil se levant sur les 500 miles d’Indianapolis, puis comprenant l’impossibilité de la chose, elle haussa les épaules, elle posa crânement les mains sur les hanches

Alors, prenant son courage à deux mains, CrO2 entreprit de la saluer à sa manière… maladroitement.

-Ha.. hallo, vir vollen… Euh comment dire, bredouilla-t-il

Elle lui tendit sa main spontanément, un flamboyant sourire illuminant son visage et carbonisant le cœur du pilote et là ce fut ce cher rigger qui recula.

-Pauline Delahaye, enchantée !

-Ray… Ray Callawaye, mais vous pouvez m’appeler CrO2 et lui c’est … euh

-Jules Renard, madame. Vos voitures sont en tout point superbes, et ce n’est pas mon ami ici présent qui me contredira. Une connaissance commune nous envoie ici. Nous serions à la recherche d’un véhicule puissant, et cela va sans dire rapide. Auriez vous quelque chose qui pourrait, osons le terme, nous sauver la vie ?!

-Le Roi. Hmmpf, je lui ai déjà dit que je n’étais pas une agence de location de voiture et encore moins à son service. Je suis la conservatrice de ce musée… et puis je ne prête pas ma voiture au premier venu.

-C’est moi qui la piloterai…

Le kid de Détroit fut lui-même surpris du son de sa voix. Calme mais déterminé, le contraire de ce qu’il ressentait quand il croisait le regard de la teutonne (avec un nom français ?)

-Vous êtes un pilote !? De nouveau, le regard s’était adouci. Je veux dire vous êtes un simple interfacé ou bien … vous avez couru ?

Un frisson fantôme parcouru le bras chromé de son interlocuteur, se diffusant dans toute sa partie gauche là où les traumatismes avaient été les plus profonds.

-Oui, il y a longtemps… Nascar, Indy, Grand Tourisme. Déjà son esprit dérivait vers cette période de sa vie, le stress de la course, la délivrance du podium. Et il ajouta :

-J’ai gagné pas mal de prix, jusqu’à ce que j’en paye le prix.

Mesurant alors tout le trouble de son interlocuteur, elle entreprit de détourner le sujet.

-J’aurais bien une Audi Avus de 2010 disponible pour Mardi, enfin si je parviens à remonter son train avant. Une Giotto Capista, aussi, en piteux état mais roulante. Sinon, cette Bmw …

-Jolie carrosse mais je ne cherche pas à emmener Cendrillon en balade, mais plutôt un bolide capable de rivaliser avec une Saab Dynamit écarlate et gonflée…ce soir !

- Alors c’est le Baron Rouge qui vous a défié ! Bien, je vois, et je suppose qu’il fait pression sur vous en retenant un certain matériel qui vous est précieux.

-Vous supposez bien, gente dame répondit le renard. Or il s’avère que ce grossier personnage a eu vent du glorieux passé de mon ami, et qu’il a décidé d’ajouter sa « dépouille » à sa collection.

-Ah, mais je n’ai rien sous la main… A moins que…

-Oui ?

-J’ai la première voiture de ce musée, mais c’est une antiquité de 1992.

-Je prends !

-Attendez de voir. Suivez moi, il quittèrent le garage de restauration pour pénétrer dans la salle d’exposition. L’interfacé se sentit comme un gamin devant les vitrines de noël, et au moins avait-il une excuse de détourner son regard de la belle !

Pauline, retrouvant sa fonction de guide, entreprit de leur faire la visite.

-Nous couvrons une période qui va de 2010 à 2050, ce que vous voyez provient de dons ou de récupération. En fait toute voiture est candidate dans ce musée, du moment qu’elle a une histoire, ajouta-t-elle alors qu’il contournait une Midget Koala garée à coté d’une Fiat TanK.

-Elles roulent toutes ?

-Non, la ville ne nous finance pas des masses et je suis donc réduit à faire des accords avec le Roi. Accords qu’il s’empresse de me rappeler le bougre.

-Voici le premier don, un pilote allemand réputé à son époque a fait don au début de ce siècle de cette voiture à mon grand-père, en souvenir du bon vieux temps, à l’époque. Elle ne lui plaisait plus, et puis il devait rouler avec les voitures de l’écurie. Remarquez, il ne fut pas perdant…

-Il roulait pour Renault ?

-Non, Ferrari. La voilà ! dit-elle avec de la ferveur dans la voix.

Comme un joyau échappé des joyaux de la couronne, la voiture avait été installé sur un piédestal tournant sous des éclairages avantageux. Un superbe agencement troublé par la photo 4x3 d’un homme au menton en galoche et au sourire hautain. La parfaite incarnation du mauvais goût.

-Alors…

-Gente dame, elle est superbe, j’en conviens mais étiez-vous tenu d’afficher la photo de son propriétaire aussi grand ? Dois-je y voir une volonté de dissuader les voleurs en les effrayant , minauda le renard

-Non… mais son ego était aussi grand, et c’était la condition sine qua non du don ! Mr Ray…où êtes-vous ?

-Une Bugatti EB 110 S, V12 6 vitesses, 4 roues motrices, 5 soupapes par cylindres, 4 turbos, bielles en titane psalmodiait CrO2… et j’aime même sa couleur.

-Vous aussi, ce jaune canari est pour le moins… Elle a un défaut, toutefois.

-Elle a un disque de musique bavaroise coincée dans la sono ?

-Pas vraiment, non, elle n’a jamais été câblée pour rouler en interface.

-Ah, comme la voiture de ma mère, quand j’ai appris à conduire. Enfin avant que je la raccourcisse.

-Déjà des velléités de courses mon ami ?

-Non je l’ai vraiment raccourci contre un arbre ! Mais rassurez vous madame, je vous la ramènerai intacte aussi vrai que mon cœur est fait de métal. A propos, vous aimez les chats…

-Pardon ?

-Je voulais dire, vous ne connaîtriez pas un restaurant sur Essen ?
Goupil comprit alors qu’il serait intéressant de laisser les humains deviser seuls à leur aise.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Sommaire Contribution Auteur Page iconArticle auteur Page

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire Contribution Auteur Page iconSommaire Page à finaliser Règlement général du brevet professionnel

Sommaire Contribution Auteur Page iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire Contribution Auteur Page iconCours commun / Oral 2012-2013 qu’EST-CE qu’un auteur ? Foucault, «Qu'est-ce qu'un auteur ?»
«Qu'est-ce qu'un auteur ?», Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, no 3, juillet-septembre 1969, pp. 73-104

Sommaire Contribution Auteur Page iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com