Mailto: julie kerespars8457@Gmail. Com








télécharger 0.97 Mb.
titreMailto: julie kerespars8457@Gmail. Com
page1/22
date de publication06.12.2016
taille0.97 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22



JE ME PRESENTE /
citation-folie-certitude

https://lh5.googleusercontent.com/-s648whajywm/unvc_l2dmzi/aaaaaaaaciy/igj0ufpnvya/w760-h499/img_6765.jpg

mailto:julie.kerespars8457@Gmail.COM

cassouille, couture, cuisine, hygiène de vie, jardin,, ma princesse, ma ville, parc floral, poésie, technologie

Pour mon blog je vais me servir des notes de silence ça pousse, bien sûr mes connaissances et de mes recherches personnelles.


Julie n’est pas mon vrai nom.je me prénomme Renée Defrance






Oh, jolie les teintes

Julie la Gravère

Est un chrisanthème

Je suis ok avec Stéphane Marie

Il y a de très beau Chrisanthèmes

Je trouve cette splendide, j’ai pas pu la laisser de côté. Je pense que je vais en faire un table cassouillecouturecuisinehygiène de viejardinjavascript:;javascript:;ma princessema villeparc floralpoésietechnologieau.

Ce sera pas identique, c’est sûr mais l’idée est là . merci à l’auteur


Je le mets en grand pour mes frères et sœurs mais surtout pour mes parents. Pour leurs respects. Je leur dois la vie et c’est une chance.

Je suis née à Maretz dans le nord, j’aimerai d’ailleurs un jour et je me le promets d’y aller. J’ai bien fait d’arrêter de fumer, je vais faire des économies,

Je vais pouvoir faire pleins de choses, accomplir pleins de rêves, pour commencer à Noël, je vais à Toulouse voir ma fille que j’adore, mon gendre que je veux connaître

Et mes petits enfants chéris. J’essaie de donner le plus d’affection possible à mes petits. Je n’ai pas étais assez présente auprès de ma fille et cela dû à ma maladie qui est l’anorexie

Dû à la maltraitance, le refus de la vie. Je vous expliquerai un jour mon anorexie. Je suis persuadée qu’il a plusieurs anorexies et plusieurs raisons de devenir malade (maladie très handicapante).


Heureuse la famille qui n’a pas trop de richesses, et qui ne souffre pas la pauvreté. Thalès


inde gpa bebes

Copie d’un article paru dans Sud-Ouest.

Selon BBC news, le marché indien de la gestation pour autrui est estimé à plus d’un milliard de dollars par an, dans un pays où un tiers de la population vit avec moins de 0,6 dollar par jour. Pour porter un enfant, une femme pourra espérer toucher jusqu’à 8000 dollars.

Ça c’est si l’enfant se porte bien, si la gestatrice se porte bien et respecte les termes de son contrat, si les parents sociaux n’abandonnent pas le projet en cours de route, et si la livraison est jugée conforme. Sinon ça fait des remises de prix (-50% pour le bec de lièvre ou le doigt surnuméraire), des procès (spina bifida non détectée = tribunal pour vice de fabrication), des remboursements (IVG, IMG), ou des invendus soldés (trisomie, avortement voulu par les parents sociaux mais refusé par la mère gestatrice qui se retrouve avec un « projet parental » sans parents). Vous ajoutez la loi de la concurrence entre cliniques, les forfaits et formules, et vous avez des être humains « Premium » ou « Discount ».

Le médecin reçoit énormément de demandes, et a établi des critères de sélection stricts. « Les femmes doivent avoir moins de 45 ans, être en bonne santé et avoir déjà eu au moins un enfant, pour éviter qu’elles ne s’attachent au bébé » explique-t-elle dans un reportage de la National Geographic Channel.

Bah tiens, bien sûr, c’est bien connu : plus on a d’enfants, moins on s’attache à eux. Au bout du troisième enfant, toute femme vous dira qu’on se souvient à peine de son prénom, et après le quatrième on oublie même son existence.

Nayna Patel demande tout de même 28 000 dollars aux parents souhaitant concevoir un enfant, une marge plus que confortable mais toujours inférieure aux tarifs pratiqués aux Etats-Unis.

Loin de promettre « l’égalité devant la parentalité », la GPA est donc un luxe réservé aux ceux qui ont les moyens de se payer un enfant. Sauf si cela devient un droit, financé par un gouvernement comme l’est la Sécurité Sociale. Cela signifierait alors l’existence officielle du « droit à l’enfant » (déjà réel dans les faits et dans les esprits) et le financement des enfants par l’impôt.

Et cela crée évidemment une attente énorme de la part des parents vis-à-vis de leur enfant : « on t’a payé 28.000 dollars et tu veux faire laveur de vitres ? Non mais ho, c’est quoi cette arnaque ? Je te rappelle que ton père génétique a fait Harvard, lui ! Je savais bien qu’on n’avait pas sélectionné le bon embryon sous le microscope. On va en décongeler un autre : on a un bon de réduction pour la deuxième grossesse. »

Contre les critiques qui l’accusent d’exploiter la pauvreté et le corps de ces femmes, le médecin se défend : « Ces femmes réalisent un travail physique et elles sont rémunérées pour cela. Elles savent qu’on n’obtient rien sans peine. Font-elles quelque chose de mal ? Ont-elles tué quelqu’un ? (…) Commettent-elles un acte immoral ? Non.»

Être enceinte n’est pas un travail, ni un métier. Encore une fois, le progressisme et l’égalitarisme font le lit de la marchandisation des choses qui échappaient jusqu’alors aux lois du capital.

Les mères porteuses signent un contrat d’obligation d’abandonner à des tiers l’enfant qu’elles portent (sauf à considérer qu’elles ne sont pas des personnes – en l’occurrence des mères – mais juste des ventres) ; elles s’engagent à avorter d’un enfant porteur de maladie contre leurs propres convictions (selon la tolérance de la famille adoptante qui passe commande) ; elles sont soumises à une privation de liberté forcée pour garantir un meilleur état de santé possible de la mère et de l’enfant, ce qui constitue de graves entraves à la liberté individuelle et à la responsabilité individuelle ; et la mise en fabrication d’êtres humains sur commande (projet déjà terrifiant) se double de celui, inévitable, de l’eugénisme puisqu’il y a sélection et élimination (l’eugénisme est toujours condamné par la Cour européenne des droits de l’homme).

Et évidemment, elles n’« offrent » rien du tout, puisque ça coûte 28.000 dollars. Est-ce que mon boulanger m’« offre » une baguette contre 90 centimes ? Non, cela s’appelle un achat de marchandise ou de prestation. Si c’était gratuit, ça se saurait. La notion d’altruisme que semble contenir le « Pour Autrui » est donc un terrible piège sémantique. Mon boulanger ne fait pas du Pain Pour Autrui : il l’échange contre du fric. Même si ça paraît vulgaire d’échanger du pain contre du fric.

Depuis le début du projet, Nayna Patel aurait déjà accompagné la naissance de plus de 500 bébés. Les couples viennent de partout : Angleterre, Allemagne, Canada, et beaucoup des Etats-Unis, occultant les dérives du système par le bonheur d’être enfin parents.

Le système ne « contient » pas de dérives, c’est le système en lui-même qui est une dérive.

Interrogée par L’Express, l’association pour le droit des femmes All India Democratic Women’s s’inquiète de « la pratique même de la gestation pour autrui dans un pays où les femmes n’ont pas de ressources financières ».

C’est reparti pour un tour de luttes de classes exploitées et exploitantes, créées et encouragées par la gauche. C’est magique.

Elle est vraiment pas belle, la bestiole

Et si en plus elle fait des ravages !

http://www.jackylamainverte.com/wp-content/uploads/2013/10/bvkier0cqae5lx4.jpg

Voici donc la toute dernière information dont on dispose sur les plathelminthes terrestre invasifs, ces vers plats venus de Nouvelle-Zélande qui dévorent nos lombrics. Découverts en France il y a quelques mois, ils constituent une menace de catastrophe écologique majeure.

Le professeur Jean-Lou Justine, chercheur au muséum national d’histoire naturelle, lance un appel à témoins, pour tenter de reconstituer une cartographie la plus précise possible de la présence de ces prédateurs en France. Cet appel a débouché sur plusieurs signalements dont un confirme la présence de ces vers en Ile-de-France, plus précisément dans le département de l’Essonne.

Un habitant a récolté deux vers plats la semaine dernière et il vient de retrouver une dizaine d’autres plathelminthes sur la même pelouse. Il avait décidé d’inspecter cette pelouse pendant la nuit. D’où ce constat fait par le professeur Justine sur twitter « ils sortent la nuit… », et ce conseil : « regardez dans le jardin, la pelouse, attrapez-les sans les abîmer puis contactez-moi ». C’est une information importante qui devrait faciliter vos recherches…

C’est donc un élément à prendre en compte pour la recherche des plathelminthes terrestres invasifs, une véritable urgence afin d’avoir une idée la plus précise possible de la présence en France de ces vers.

Retrouvez d’autres infos sur le site du professeur Justine en cliquant ici

Publié le 7 octobre 2013

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « LES TUEURS DE LOMBRICS SORTENT LA NUIT… »

  1. Le 28 octobre 2013 à 6 h 51 minkerespars julie a dit :

Votre article me plait beaucoup, je suis moi-même jardinier, amoureuse de la nature. je dessine et peints à mes heures de loisirs. Mon site, je l’ai mal démarré mais à présent allant beaucoup mieux sur le plan santé, je compte l’améliorer et le mettre à jour régulièrement. Pouvez-vous inviter à lire vos nouveaux articles par le biais d’un envoi mail. j’en ferai de même, dès que mon site évoluera. En vous remerciant par avance.

Bas du formulaire

http://www.jackylamainverte.com/wp-content/uploads/2013/09/image-600x400.jpg Une rose pour une bonne cause

Pour fête ses 100 ans, la station thermale de Bagnoles de l’Orne, en Normandie, a créé une rose qui porte son nom. Cette magnifique fleur qui sera mise en vente au printemps 2014. Le produit de la vente de ces rosiers profitera à la lutte contre le cancer.

Mais attention il faut les réserver dès maintenant.

http://www.jackylamainverte.com/wp-content/themes/jardinage/images/jacky-guyon-conseil-jardinier.png

Présentation

Journaliste professionnel depuis 35 ans, j’ai décidé de lancer ce site internet pour vous faire partager mes deux passions, le jardinage et la cuisine.

Liens

Le Mulot : économies d’énergies Pays de Questembert et Malestroit

Mots-clefs

abeilles ail apiculture arbre, arbre de l'année,  Bagnoles-de-l'Orneboutures, calendrier des semis, citrouille, Courson, créer son potager,  cuisine, cuisine des légumes,  Delbard diététique,  fleurs,  froid,  Globe, planter : haricots, iris  iris cayeux , jardin , jardinage,  jardinage enfantsjardin des enfants,  jardiner autrement,  jardinons à l'école,  jardins : lombrics, légumes,  petits pois, plathelminthes,  plathelminthes terrestres invasifs, pommes de terre,  potager,  potager des enfants,  pâtisson,  rose,  rotation des cultures,  semis,   tomates,  tueurs de lombrics, 


Plathelminthe terrestre invasif


Si vous voulez citer cette page dans une autre page, un forum, un tweet, etc, utilisez le lien court :

http://bit.ly/Plathelminthe

Vous pouvez aussi utiliser le lien complet, mais il est plus long et compliqué :

http://sites.google.com/site/jljjustine/plathelminthe-terrestre-invasif

Pour des informations à jour et en continu, voir le compte tweeter (depuis le 20 septembre 2013)

https://twitter.com/Plathelminthe4

Je tweete dès que je reçois une nouvelle mention de Plathelminthe terrestre invasif en France, bien confirmée avec photo.

Vous n'avez pas besoin d'avoir un compte tweeter pour lire ces infos, il suffit de cliquer sur https://twitter.com/Plathelminthe4

Cette page est mise à jour régulièrement mais attention les informations les plus récentes sont en haut...

Nouvelle page pratique : que faire si vous trouvez un Plathelminthe dans votre jardin ?


https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381916346000/system/app/images/icon_feed.gif Subscribe to posts

Carte des Plathelminthes terrestres invasifs en France, mise à jour au 25 octobre

posted 26 Oct 2013 03:11 by Jean-Lou Justine   [ updated 26 Oct 2013 03:12 ]

Cette carte vient juste d'être mise à jour.

Par rapport à la carte précédente, établie le 2 octobre, on trouve de nombreux nouveaux départements infestés par les Plathelminthes invasifs terrestres. Ce n'est pas parce qu'ils se sont déplacés, mais parce que nous avons reçu des nouvelles informations !

La carte est ici.

Encore merci à tous ceux qui nous envoient des informations, des photos, des spécimens. Le travail n'est pas fini, continuez!

Parakontikia ventrolineata, le vrai nom de Kontikia ventrolineata

posted 26 Oct 2013 02:24 by Jean-Lou Justine   [ updated 26 Oct 2013 02:25 ]

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949155/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/worm_flatworm_kontikia_ventrolineata_01-05-13_1.jpg?height=320&width=320

Dans cette page, j’ai souvent parlé de la deuxième espèce sous le nom Kontikia ventrolineata.

Ce n’est pas tout à fait exact. Les noms des animaux doivent suivre les règles de la Nomenclature zoologique, qui est régie par un code. Après avoir tout considéré, l’espèce doit s’appeler Parakontikia ventrolineata.

Et même, pour être tout à fait complet, l’espèce s’appelle :

Parakontikia ventrolineata (Dendy, 1892) Winsor, 1991

Bien, maintenant, si vous êtes très courageux, j’explique. C’est une histoire en quatre étapes.

Première étape

Arthur Dendy, zoologiste australien, publie en 1892 une description d’une nouvelle espèce, qui a été trouvé par une certaine Mme Grayson, et qui était très abondante dans une pépinière à Saint Kilda, État de Victoria, Australie, en juillet et août 1891 (en hiver donc – nous sommes en Australie). Dendy nomme sa nouvelle espèce Geoplana ventrolineata. Il note que l’espèce a probablement été introduite avec des plantes d’une autre localité, mais qu’on ne sait pas d’où elle vient.

Au passage, le journal est daté 1891, mais il a été publié en 1892, le détail a son importance, parce que les zoologistes utilisent la vraie date de parution d’un article, pas la date imprimée sur la couverture.

Tout est donc très simple. L’espèce s’appelle Geoplana ventrolineata Dendy, 1892. Elle appartient au genre Geoplana, espèce ventrolineata.

L’article :

Dendy, A. (1891). Short descriptions of new Land Planarians. Proceedings of the Royal Society of Victoria, pp. 35-38.

 

Deuxième étape

Cent ans plus tard. Leigh Winsor, zoologiste australien, étudie de nombreuses espèces et propose en 1991 une nouvelle classification de la famille des Geoplanidae. Il crée le nouveau genre Parakontikia, et décide que l’espèce Geoplana ventrolineata Dendy, 1892 est l’espèce–type du genre (c’est-à-dire le modèle). De ce fait, l’espèce s’appelle maintenant Parakontikia ventrolineata.

Son nom complet est même Parakontikia ventrolineata (Dendy, 1892) Winsor, 1991 ; Dendy est entre parenthèses parce qu’il a décrit l’espèce, mais sous un autre nom.

Winsor note que les espèces du genre Parakontikia proviennent de l’est et de l’ouest de l’Australie et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L’article:

Winsor, L. (1991). A provisional classification of Australian terrestrial geoplanid flatworms (Tricladida: Terricola: Geoplanidae). Victorian Naturalist (Blackburn), 108(2), 42-49.

 

Troisième étape

En 1998, Jones, Johns et Winsor (le même) discutent différentes espèces et décident que Parakontikia est un synonyme du genre Kontikia (Kontikia est un genre décrit par Hyman en 1939). Du fait de cette synonymie, voilà notre espèce qui change de genre et qui s’appelle maintenant Kontikia ventrolineata.

Oui, je sais, c’est le nom que nous avons employé à plusieurs reprises. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

L’article :

Jones, H. D., Johns, P. M., & Winsor, L. (1998). The proposed synonymy of Parakontikia ventrolineata (Dendy, 1892) and Kontikia mexicana (Hyman, 1939): what is a penis papilla? In E. Schockaert, N. Watson & J.-L. Justine (Eds), Biology of the Turbellaria. Hydrobiologia, 383(1-3), 91-96.

 

Quatrième étape

Tout récemment en 2009, dans une grande révision de tous les Triclades, les auteurs Sluys, Kawakatsu, Riutort et Baguña (un hollandais, un japonais, deux espagnols) décident finalement que le genre Parakontikia doit être conservé.

Et voilà notre espèce qui reprend le nom qu’elle avait en 1991, Parakontikia ventrolineata.

Article:

Sluys, R., Kawakatsu, M., Riutort, M., & Baguña, J. (2009). A new higher classification of planarian flatworms (Platyhelminthes, Tricladida). Journal of Natural History, 43 (29-30), 1763-1777.

 

Vous êtes un peu perdu ? C’est normal. Vous comprenez maintenant comment nous avons pu nous y perdre aussi…

Mais la conclusion de tout ceci, c’est que l’espèce s’appelle :

Parakontikia ventrolineata

Et même, en y mettant tous les détails :

Parakontikia ventrolineata (Dendy, 1892) Winsor, 1991

 

Est-ce que ça peut changer encore ?

Oui, si un autre article rechange tout cela. Ce sont les règles de la nomenclature qui régissent tout cela.

 

Et notre Parakontikia ventrolineata pendant tout ce temps ? Il se moque complètement du nom que lui donnent les humains, mais se déplace tranquillement de continent en continent dans les pots de fleurs. Et c’est comme cela que, parti du Queensland, passé par l’État de Victoria, il est maintenant arrivé en Europe (Angleterre, France) et aux États-Unis (Floride, Texas). Si vous avez bien lu depuis le début, vous avez remarqué que dès sa description (étape 1) les scientifiques ont noté qu’il n’était pas chez lui, mais proliférait allègrement.

Phots gentiment fournie par www.aphotofauna.com

Plathelminthes invasifs: Quoi de neuf depuis une semaine?

posted 20 Oct 2013 12:39 by Jean-Lou Justine   [ updated 22 Oct 2013 08:27 ]

Découverte de cocons de ponte de Kontikia ventrolineata en Bretagne

Comme mes photos n'étaient pas très belles, j'ai demandé l'autorisation d'en utiliser d'autres.

Voilà ce que vous pouvez trouver dans votre jardin, plus ou moins caché sous les pierres, les pots de fleurs.

Si vous en trouvez, il faut me contacter. Vous pouvez faire des photos aussi. Les cocons mesurent 5 mm

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949155/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/worm_flatworm_kontikia_ventrolineata_01-05-13_1.jpg?height=320&width=320  https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949177/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/worm_flatworm_kontikia_ventrolineata_01-05-13_2.jpg?height=320&width=320

Photos gentiment fournies par www.aphotofauna.com

Plusieurs signalements de Bipalium kewense

Cette espèce est originaire du Sud-Est asiatique et est maintenant presque partout dans le monde dans les régions chaudes. C'est un peu plus étonnant de la trouver en France qui n'a pas un climat tropical. J'ai reçu en 48 heures des signalements dans trois départements nouveaux ! Et d'autres arrivent...

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949064/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/dsc00048.jpg?height=320&width=320  https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382455477090/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/photo%201%20beaulieu.jpg?height=320&width=320  https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382455541666/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/photo%201%20corse.jpg?height=320&width=316

De gauche à droite: Photo TR, Photo J. Pelcer, Photo X.

De gauche à droite : Bipalium kewense de Saubrigues (Landes), de Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes) et de Pietrosella (Corse du Sud). 

Facile à reconnaître : c'est la plus grande espèce (jusque 40 centimètres !) et elle a une tête en marteau - les autres ont une tête fine.

L'espèce jaune rayée du sud de la France trouvée pour la première fois en Bretagne

Tout à fait inattendu. Cette espèce jaune rayée, la première espèce trouvée en mars 2013 dans les Alpes-Maritimes, avait été trouvée dans plusieurs localités du même département et dans quelques autres endroits, toujours dans le sud (voir carte). Je rappelle que nous ne savons pas le nom de cette espèce.

Et voilà maintenant qu'on la trouve dans un jardin en Bretagne.

Attention, cela ne signifie pas qu'elle a migré... c'est simplement que des informations nouvelles arrivent.

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949086/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/dscn2519.jpg?height=320&width=320  https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1382297949110/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsquoideneufdepuisunesemaine/dscn2522.jpg?height=320&width=320 Photos Emmanuelle Cadiou

D'autres informations en attente

Plusieurs personnes m'ont promis d'envoyer des paquets avec des Plathelminthes vivants, il y aura donc moisson de nouvelles informations cette semaine.

Merci à tous ceux qui contribuent.

J'essaie de rendre public l'information qui m'arrive au fur et à mesure, mais parfois je suis un peu dépassé par le nombre d'emails.

J'essaie de répondre à tout le monde.

Cocons de ponte de Plathelminthes invasifs

Mauvaise nouvelle, je viens de recevoir un envoi de Guiclan (Finistère). L'envoi contenait des vers, qui malheureusement étaient morts,

et des cocons de ponte.

Les cocons de ponte sont des boules noires, assez dures, d'un diamètre de 4-5 millimètres. Chaque cocon donnera naissance à 5-10 jeunes.

La mauvaise nouvelle, c'est que ces cocons de ponte sont une forme de résistance à l'hiver. L’infestation continuera donc probablement l'année prochaine.

Et cela fait probablement quelques années que les Kontikia ventrolineata se reproduisent ainsi en Bretagne, année après année.

Cherchez des cocons de ponte : les animaux vont les laisser sur le sol, sous les pots de fleurs, un peu partout.

cocons de ponte de plathelminthe invasif terrestre - bretagne

Cocons de ponte de Plathelminthe invasif terrestre (probablement Kontikia ventrolineata)

Un carré=5 mm, les cocons font 4-5 millimètres de diamètre et sont noirs.

(Photo Jean-Lou Justine - reproduction autorisée)


Bilan des nouveaux signalements de Plathelminthes terrestres invasifs ce week-end

posted 14 Oct 2013 12 :52 by Jean-Lou Justine   [updated 14 Oct 2013 13:00 ]

Après un début de week-end assez médiatisé (à la télévision, le 19/20 de France 3 le vendredi soir, repris sur Télé matin de France 2 le samedi, et à la radio, France Inter le samedi matin et France Bleu Pays d’Auvergne le dimanche matin) j’ai reçu un nombre assez impressionnant d’emails et appels téléphoniques.

Voir aussi mon compte tweeter pour avoir une idée des informations arrivées, et des photos.

Voilà un bilan rapide :

Présence de Plathelminthes terrestres invasifs rapportée, confirmée par photos :

Sulniac (Morbihan) : espèce marron plate.

Plancoët (Côtes-d'Armor) : espèce marron plate.

Gaillac (Tarn) : espèce marron plate.

C’est curieux de voir que cette espèce marron plate, que nous pensions rare au début, est la seule qui a donné lieu à des confirmations nouvelles. D’un autre côté, les Bretons en ont peut-être assez de rapporter la présence de l’espèce Kontikia ventrolineata qui est un peu partout.

Je rappelle que nous ne connaissons toujours pas le nom de cette "espèce marron plate", c'est pour cela que je suis obligé de l’appeler ainsi.

Présence de Plathelminthes rapportée, en attente de confirmation par photos ou spécimens :

Salies de Béarn (Pyrénées Atlantiques).

Savenay (Loire-Atlantique).

Lacanau (Gironde).

Plougonvelin (Finistère).

Draguignan (Var).

Mosnes (Indre-et-Loire).

Gleizé (Rhône).

 

J’attends bien sûr d’autres signalements, et plusieurs personnes m’ont envoyé des paquets avec des vers vivants, qui arriveront cette semaine au laboratoire.

 

Plathelminthes invasifs au 19/20 de France 3

posted 11 Oct 2013 13 :13 by Jean-Lou Justine   [ updated 11 Oct 2013 13:14 ]

C'est passé ce soir, et on peut le revoir en replay.

Si vous ne voulez pas voir tout le Journal, c'est 20 minutes après le début, et ça dure 2 minutes.

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381522390380/plathelminthe-terrestre-invasif/plathelminthesinvasifsau1920defrance3/capture%20plein%20%c3%a9cran%2011102013%20220924.jpg?height=222&width=400

(Le Plathelminthe, c'est l'animal sur l'écran, derrière...)


Spécimens reçus de Plabennec (Finistère)

posted 11 Oct 2013 06:57 by Jean-Lou Justine   [ updated 11 Oct 2013 06:59 ]

J'ai déjà eu l'occasion de montrer des jolies photos faites sur place.

Des spécimens sont arrivés au laboratoire - voilà une photo.

Ils sont maintenant précieusement rangés dans les collections du Muséum National d'Histoire Naturelle.

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381499866114/plathelminthe-terrestre-invasif/specimensrecusdeplabennecfinistere/dsc_4290.jpg?height=200&width=200

(Photo Jean-Lou Justine - reproduction autorisée)

Un carreau = 5 mm

L'espèce est probablement Kontikia ventrolineata, cela sera vérifié par analyse moléculaire.

Première mention en Morbihan

Posted 11 Oct 2013 06 :52 by Jean-Lou Justine

Je viens de recevoir cette photo de Sulniac (Morbihan).

Première mention donc pour ce département.

Il va falloir modifier la carte - on savait bien qu'elle était provisoire !

Cela ressemble bien à Kontikia ventrolineata, comme ailleurs en Bretagne.

Attention, une mention dans un nouveau département ne signifie pas que les Plathelminthes se répandent...

c'est simplement que nous recevons de nouvelles informations.

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381499552620/plathelminthe-terrestre-invasif/premierementionenmorbihan/plath%20sulniac%201.jpg?height=200&width=199

(Photo Sandy H.)

Une photo qui montre la taille de l'animal

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381397674998/plathelminthe-terrestre-invasif/kontikiaventrolineatadeplougastel-daoulasfinistere/pa090083.jpg?height=110&width=200

(Photo anonyme - reproduction autorisée)

Les vers sont surtout trouvés sur les pommes

https://sites.google.com/site/jljjustine/_/rsrc/1381397674977/plathelminthe-terrestre-invasif/kontikiaventrolineatadeplougastel-daoulasfinistere/pa090069.jpg?height=112&width=200

(Photo anonyme - reproduction autorisée)

Photo magnifique prise de près. Cliquez sur la photo pour l’agrandir : si vous regardez bien, vous verrez des petits points noirs tout le long du corps.

Ce sont les yeux !

kontikia ventrolineata sur pomme

(Photo anonyme - reproduction autorisée)


Radio et télévision ce week-end - Plathelminthes terrestres invasifs

posted 11 Oct 2013 05 :06 by Jean-Lou Justine   [updated 11 Oct 2013 06:47 ]

J'ai été interviewé par Dorothée Barba de France Inter pour "le bestiaire".

Cela passera Samedi 13 octobre au matin... vraiment le matin... 5h !

Mais on pourra écouter l'émission même si on se lève plus tard.

Anne-Charline Lambard de France 3 est venue au laboratoire, et cela doit passer au Journal Télévisé national ce week-end aussi - date pas encore décidée.


Kontikia ventrolineata de Plougastel-Daoulas (Finistère)

posted 10 Oct 2013 02:34 by Jean-Lou Justine

Petites réflexions sur des bouquins, des films….

Combien de mails par jour ? Combien d’amis sur Facebook, de contacts professionnels sur LinkedIn ? Combien de résultats sur Google ? Si la réponse tend plus ou moins vers zéro, verdict : vous êtes un no body, un has never been. Vous n’attirez pas l’attention, effacé des registres, privé de toute surface médiatique. En un mot : vous êtes discret. Soit le rebut d’un monde contemporain voué au régime de « l’apparaitre », où la valeur se juge à l’aune du stock de visibilité disponible. Passer inaperçu, tare irrémissible à l’ère du tout-communicationnel ? Bonne nouvelle : peut-être pas.

Remarqué, lui, pour son essai La Traversée des catastrophes (Seuil, 2010) consacré aux crises existentielles, Pierre Zaoui jette un regard nouveau sur ce thème apparemment inactuel : la discrétion. Foin ici de psychologie ou de morale : la discrétion n’est pas considérée comme un trait de caractère (réserve, modestie), ou analysée sous l’angle des bonnes manières (tact, charme discret de la bourgeoisie…). Elle est hissée au rang d’expérience métaphysique. Le ton est donné dès l’ouverture, imaginant la scène suivante : un être cher (enfant, amant[e], parent) s’adonne à une activité quelconque (jouer, dormir, regarder Des chiffres et des lettres). Il ignore que vous êtes là, que vous l’observez subrepticement. Alors, petit miracle, affleure un autre monde que le vôtre – le sien. Voyeurisme déplacé ? Non, car le regard, en l’occurrence, ne possède rien ; celui qui, invisible, voit, s’absorbe pleinement dans ce qui est vu. La discrétion désigne précisément cet effacement qui fait sortir l’ego de sa gangue ; elle consiste à « disparaître momentanément pour s’abandonner à l’apparition de l’autre », pour « cesser pour un instant d’être soi ». C’est une « déprise » à la vocation épiphanique : le « je » se dépersonnalise, se sépare de lui-même – discretio, en latin, signifie à la fois « discernement » et « séparation » – pour qu’advienne le sens d’une altérité.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

Mailto: julie kerespars8457@Gmail. Com iconFormulaire d’inscription
«Les Éditions Thula» à l’adresse suivante : Les Éditions Thula, 391 rue du Roussillon, Ste-Julie Qc J3E 1B4

Mailto: julie kerespars8457@Gmail. Com iconSuper-Julie
«oui», qui est l’heureux élu de son coeur ? Le sait-elle elle-même ? Pas sûr … Vraiment pas sûr … Mais c’est décidé : exit les contes...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com