Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique








télécharger 0.83 Mb.
titreEléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique
page1/20
date de publication20.11.2017
taille0.83 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

Sacha Loeve, Timothée Deldicque, Pierre Steiner, « Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique »,

Cahiers Costech, mai 2017, n°1, 116 p. - [publié dans la rubrique : HomTech / Rapports de recherche] - p.

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique



Sacha Loeve1, Timothée Deldicque2, et Pierre Steiner3


Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique 1

1. Quels éléments pour quelle anthropologie ? 2

1.1. Enjeux 2

1.2. Recueillir et restituer : éléments de méthode 6

1.3 Structure générale de l’article 14

2. Une anthropologie opportune, mais impossible ?  Pratiques, environnements, univers et milieux technologiques 14

2.1. Où sont les pratiques ? 15

2.2. Univers, environnement et milieux technologiques 20

2.3. Une anthropologie embarquée 23

3. Structuration et transformations institutionnelles de la recherche en SHS en environnement technologique 26

3.1. Université de Technologie de Compiègne (UTC) 29

3.2. Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) 35

3.3. Université de Technologie de Troyes (UTT) 41

3.4. UniLaSalle Beauvais 51

4. L’articulation entre recherche et enseignement des SHS en environnement technologique 58

4.1. Coup d’œil socio-historique sur l’enseignement des SHS dans la formation des ingénieurs 58

4.2. Nouvelle typologie et reconfiguration potentielle 62

4.3. Se démarquer de la position traditionnelle occupée par l’enseignement des SHS en écoles d’ingénieurs : études de cas 66

5. Les SHS en relation   85

5.1. Les espaces-temps de la recherche 86

5.2. La recherche technologique en situation 89

5.3. Figures du chercheur-entrepreneur 94

5.4. La co-conception en question 97

5.5 Concepts-milieux et objets intermédiaires 99

6. Conclusions 105

Références bibliographiques 111

Liste des entretiens 116

Liste des acronymes utilisés 117


1. Quels éléments pour quelle anthropologie ?

1.1. Enjeux


L’existence, la place et l’importance de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) dans les écoles d’ingénieurs et universités de technologie françaises sont reconnues par tous, même si l’originalité (putative) et les modes de déploiement de cette recherche en environnement technologique n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie4. Les rares travaux qui portent sur la place des SHS en environnement technologique s’intéressent avant tout aux pratiques d’enseignement, essentiellement à partir d’une analyse des curricula et des discours portés par les institutions5. L’ouvrage collectif Les recherches en sciences humaines et sociales dans les écoles d'ingénieurs6 donne certes la voix à un ensemble d’acteurs de cette recherche en SHS, mais plutôt dans une logique d’état des lieux thématique qui prête en définitive peu attention aux modes concrets de structuration et de fonctionnement de cette recherche.

Dans le cadre du projet régional HOMTECH (« Sciences de l’homme en univers technologique », 2015–2017)7, nous avons souhaité instruire de manière épistémologique, historique et empirique la question de la singularité des méthodes, des pratiques et des finalités de la recherche en SHS lorsqu’elle s’inscrit dans un univers de formation et de recherche technologique. C’est dans le cadre de ce projet que nous avons réalisé une anthropologie de la vie de laboratoire SHS en univers technologique.

Qu’entendons-nous ici par « SHS » ? Sans prétendre à l’exhaustivité ou à l’exclusivité, les disciplines des SHS abordées par cette étude incluent la philosophie, l’histoire, les sciences de l’information et de la communication, la psychologie, les sciences cognitives, la sociologie, l’économie et les sciences de gestion. Il s’agit de partir de la présence institutionnelle de disciplines (reconnues par le CNU) à partir desquelles les acteurs eux-mêmes définissent le champ de leur travail, et qu’ils incluent dans une catégorie générale appelée « Sciences humaines et sociales ». Nous ne statuons pas sur la légitimité ou l’homogénéité de cette appellation générale, ou sur la spécificité de sa scientificité. L’existence de ces SHS, ici, est plutôt décrite et évaluée à partir d’une observation de ses effets performatifs : concrètement, que – et comment – font celles et ceux qui se revendiquent des SHS dans ces univers technologiques, et qui identifient et décrivent leurs activités dans ces univers en invoquant les SHS ?

Les études d’anthropologie de laboratoire ont, depuis la fin des années 1970, montré comment l’observation des chercheurs dans leurs activités les plus concrètes permet d’analyser la manière dont les « faits » scientifiques se constituent et se stabilisent à travers des réseaux d’outils, d’instruments et de dispositifs d’inscription circulant entre groupes et disciplines (textes, courriels, représentations visuelles, technologies numériques, modélisation, bases de données, archives, échantillons, analyses discursives, économie expérimentale, systèmes de communication, …)8. Jusqu’ici ces approches ethnographiques ont été principalement développées par les SHS pour étudier d’autres collectifs de recherche, principalement ceux des sciences de la nature, et leurs lieux de production de faits scientifiques et techniques. Ces approches ethnographiques ont rarement porté sur les pratiques des SHS elles-mêmes.

Ce constat doit cependant être nuancé. Il existe bien quelques études sur la matérialité du travail des chercheurs en SHS, notamment ceux qui privilégient les pratiques quotidiennes9, comme l’écriture10 et la fréquentation de lieux de savoir comme les bibliothèques11. Mais ces travaux portent avant tout sur des pratiques individuelles. Certains ouvrages d’anthropologie des sciences et des techniques prennent la forme d’un roman d’enquête ou d’une biographie qui inclut le chercheur (réel et/ou fictif) dans le récit de l’enquête12. Ce procédé narratif consistant à intégrer le point de vue de l’observateur dans le compte-rendu d’observation répond à la fois à une exigence de pédagogie (incarner la posture de l’anthropologue de terrain pour mieux la faire comprendre) et à un souci de réflexivité (intégrer l’observateur dans le champ d’observation)13. Mais il ne vise pas une étude systématique des pratiques de recherche en SHS. Il en va de même des réflexions sur les pratiques des « SHS embarquées »14. Ces études se sont surtout focalisées sur les expériences individuelles de chercheurs isolés plus ou moins durablement hors de leur communauté d’origine, et intégrés ou incorporés15 à d’autres collectifs d’acteurs des environnements sociotechniques contemporains avec lesquels ils sont liés par des formes d’engagement qui pèsent lourdement sur le déroulement et la nature des résultats de la recherche (contrats de recherche avec l’organisme commanditaire de l’enquête, confrontation à des demandes d’acceptabilité sociale de l’innovation ou de légitimation des acteurs, confidentialité, engagement associatif, enjeux de pouvoir, vulnérabilité des acteurs, terrains « sensibles » ou à risque,...). Dans tous les cas ces études sur l’embarquement des SHS comportent un aspect d’auto-ethnographie voire d’autoscopie des SHS16 mais celui-ci ne porte pas directement sur les modes d’existence des collectifs de recherche en SHS intégrés à ces environnements sociotechniques – même si la question est posée17.

Le projet HOMTECH prend pour objet différentes équipes de recherche SHS en écoles d’ingénieurs et universités de technologie et procède à une étude systématique des pratiques de recherche de ces équipes et de leurs relations concrètes avec d’autres secteurs de recherche des sciences et techniques de l’ingénieur (STI), en mettant l’accent sur l’organisation matérielle de leurs interactions et sur les conditions techniques de production des formes d'expression des acteurs.

Comme nous l’avons fait pour « SHS », il nous faut dire ici quelques mots de l’acronyme « STI » (pour Sciences et techniques de l’ingénieur), que l’on trouvera systématiquement utilisé tout au long de ce texte en lieu et place du sigle généralement adopté par les acteurs, celui de SPI (Sciences pour l’ingénieur)18. Ce choix, tout en s’appuyant sur des considérations historiques qui seront évoquées plus loin19, tient avant tout à une prise de position épistémologique. Le sigle SPI nous paraît en effet doublement critiquable, d’une part pour son adhésion non questionnée au modèle de la « science pure puis appliquée » (1), d’autre pour la place qu’il assigne implicitement aux SHS en univers technologique (2).

(1) Le sigle SPI fait disparaître « techniques » au profit de « sciences ». Il suggère ainsi que les techniques ou technologies ne seraient que le produit des sciences, appliquées ou finalisées par l’ingénieur et/ou pour l’ingénieur. L’insistance sur le « pour » marque le caractère de finalisation, c’est-à-dire de mise au service des sciences originellement « pures » car préoccupées de connaissance, à des fins autres que la connaissance. Mais il suggère aussi que les sciences en question seraient des « produits finis » qu’il n’y aurait plus qu’à appliquer « clés en main ». Avec toutefois l’ambiguïté suivante : s’agit-il d’un corpus de sciences « pures » que l’ingénieur traduit lui-même en sciences finalisées et applicables, donc en sciences pour l’ingénieur (le processus de finalisation des sciences faisant alors partie intégrante du travail de l’ingénieur) ; ou s’agit-il de sciences déjà finalisées en amont du travail de l’ingénieur et que l’ingénieur n’aurait plus qu’à appliquer telles quelles à des problèmes concrets ?

Évidemment, il n’y a pas lieu de trancher cette question20, car en pratique, les deux possibilités – entre sciences de la finalisation et sciences finalisées, ou entre sciences de l’applicabilité et sciences appliquées – ne font pas alternative : elles dessinent plutôt un gradient admettant une diversité de cas de figure, de combinaisons et de boucles de rétroaction en fonction des situations considérées. Par exemple, la discipline « traitement du signal » peut être considérée comme une discipline déjà finalisée à partir de l’électromagnétique, des sciences de l’information, de la physique des champs et des matériaux, etc., et donc appartenant au deuxième cas de figure, celle des sciences (déjà) finalisées ou appliquées. Mais ce statut épistémique peut résulter à son tour d’un transfert de savoirs élaborés dans le premier cas de figure... Aussi son ambiguïté explique-t-elle en partie le succès du sigle SPI, sans oublier bien sûr la fonction de prestige du vocable « science » relativement au vocable « technique »21. Il n’en demeure pas moins que le sigle SPI reste tributaire d’une hiérarchie implicite entre sciences et techniques, alors que le sigle STI (sciences et techniques de l’ingénieur) les place tout simplement au même niveau22. Certes, « SPI » prend en compte le fait que les techniques incorporent et requièrent des connaissances, mais il néglige le fait qu’elles suscitent et génèrent des connaissances sui generis par les activités spécifiques qu’elles impliquent (analyse des situations, diagnostic, optimisation, modélisations, schématisation, instrumentation, mise à l’échelle, etc.), ce qui au-delà de SPI ou de STI, relève du credo de la technologie comme « savoir technique », où la technique est à la fois sujet et objet du savoir (sujet : connaissance technique, c’est-à-dire opérante et opérative, participant au fait et au faire techniques / objet : connaissance des techniques).

(2) Le sigle SPI délimite implicitement la place des SHS en univers technologique et les situe derechef dans une certaine division du travail en soi critiquable : en suggérant que les techniques ou les technologies sont le résultat des « sciences pour l’ingénieur », elle cantonne les SHS à un rôle d’évaluation des impacts de l’utilisation des techniques et de leur acceptabilité sociale. Aux SPI les techniques, aux SHS le social23.
Au-delà de son intérêt épistémologique propre, cette recherche a très vite rencontré des enjeux et des préoccupations actuellement nourris par nos structures institutionnelles. Cette congruence d’intérêts a pu servir de caisse de résonance au déploiement de notre recherche, même s’il a fallu en permanence distinguer soigneusement les finalités de ce travail avec les objectifs poursuivis par ces structures.

Ainsi, depuis 2013 s’est constitué un GIS (Groupement d’intérêt scientifique) « Unité des technologies et des sciences humaines » (UTSH). Mobilisant les trois universités de technologie nationales (Compiègne, Belfort-Montbéliard, Troyes) et l’institut polytechnique UniLaSalle (Beauvais), ce GIS vise à fédérer et à valoriser la recherche SHS prenant place dans ces institutions, à partir notamment du constat que les unités de recherche SHS de ces institutions portent un modèle original de recherche. Ce modèle s’élaborerait d’une part à partir du dépassement ou du refus d’alternatives comme « science pure vs. science appliquée » ou « SHS en surplomb vs. SHS instrumentalisées », et d’autre part à partir d’une thèse ambitieuse portant sur le caractère constitutif de la technique pour l’humain24.  

Deuxièmement, depuis 2014, le Conseil Scientifique de l’Université de technologie de Compiègne a décidé de (re)mettre en avant le concept de « Recherche technologique » pour définir l’originalité et la spécificité de la recherche prenant place à l’UTC dans l’ensemble des laboratoires, y compris en SHS (au laboratoire COSTECH). De même qu’il existerait un modèle original de recherche technologique en mécatronique ou en bio-ingénierie, il existerait un modèle original de recherche technologique en sciences humaines et sociales. Dans les documents du Conseil Scientifique de l’UTC, la recherche technologique est définie principalement à partir d’oppositions ou d’alternatives initiales qu’elle permettrait alors – presque comme un instrument – d’articuler et de combiner : à la fois « produire des connaissances scientifiques/académiques » et « répondre à des stimulations socio-économiques » ; à la fois « faire pour comprendre » et « comprendre pour faire »25.

Dans les deux cas, nous avons affaire à des modèles de recherche, qu’il est utile de compléter voire de confronter à la réalité des terrains et des pratiques existants. Car il s’agit moins d’affirmer ou d’imaginer ce que la recherche en SHS pourrait ou devrait être dans ces établissements que de s’intéresser à la manière dont elle se fait et a pu se faire (difficultés, transformations,…). Existe-t-il dans les faits, une unité des pratiques de recherche des SHS dans les environnements techno- logiques ? Le modèle de « recherche technologique en SHS » mis en avant par COSTECH dans l’environnement UTC peut-il par exemple valoir pour d’autres pratiques de recherche en SHS dans d’autres environnements ? Dans des environnements de technologie et dans des environnements d’ingénierie, d’académie, d’entreprise ? S’il paraît de prime abord bien naturel que « université de technologie = recherche technologique » (UT = RT), et que, par conséquent « SHS en université de technologie = recherche technologique en SHS », les équipes SHS des UT autres que Compiègne revendiquent-elles ce modèle de RT en SHS ? Et qu’elles ne le revendiquent pas signifie-t-il qu’elles n’en font pas ou tout simplement que la définition de leur singularité passe par d’autres revendications ? Ou alors que la recherche technologique est moins une réalité de terrain qu’un discours et une représentation portée par certaines institutions – et si tel est le cas, à quelle fin ?  

La « recherche technologique en SHS » consiste-elle à prendre la technique pour objet d’étude voire à en faire la théorie, ou à instrumenter les pratiques de recherche pour traiter et enrichir les problématiques des disciplines de SHS ? S’il faut répondre « les deux », comment ces deux volets s’articulent-ils ? En quoi le mantra du « faire pour comprendre / comprendre pour faire » mis en avant par COSTECH propose-t-il un mode d’articulation différent de celui qui régit les rapports entre une recherche fondamentale d’un côté et une recherche appliquée de l’autre, dès lors que l’on admet que l’une se nourrit de l’autre et réciproquement (ce qui est largement acquis aujourd’hui) ? S’agit-il pour les SHS de participer à une démarche de co-conception voire de design de dispositifs ou s’agit-il d’intervenir ponctuellement sur un segment donné d’un dispositif à des fins d’expertise, d’évaluation, de validation ou parce le dispositif fournit un terrain d’étude ?

Les équations (UT = RT) et (SHS en UT = RT en SHS) se vérifient-elles d’ailleurs chacune à tous les coups ? Et doit-il y avoir entre elles une relation d’implication, telle que (UT = RT) => (SHS en UT = RT en SHS), qui sous-entendrait une sorte de détermination du tout (l’environnement technologique) sur les parties (les unités de recherche, dont les SHS) ? Le terrain, nous le verrons, ne nous livre rien d’aussi systématique. C’est bien plutôt la diversité des modes d’existence des SHS en environnement technologique qu’il permet de faire ressortir avant tout.  Dès lors, la question se pose de savoir si l’on doit pour autant en rester à ce qui a tout l’air d’une liste d’éléments hétérogènes, ou si l’on doit malgré tout tenter de monter en généralité, énoncer des propriétés définitoires distinctives ou au moins dégager un dénominateur minimum commun de la recherche SHS en environnement technologique. Si l’unité de cette recherche existe sur un plan administratif ou institutionnel, existe-t-elle sur un plan épistémologique, matériel, ou encore organisationnel ?



1.2. Recueillir et restituer : éléments de méthode


Notre enquête de terrain s’est étendue sur une période de neuf mois, d’octobre 2015 à juin 2016, correspondant à une année scolaire. Pendant ce laps de temps, nous avons effectué une anthropologie de vie de laboratoires SHS en environnement technologique au sein des quatre terrains suivants : le laboratoire COSTECH (Connaissance, Organisations et Systèmes TECHniques) de l’UTC, le laboratoire RECITS (Recherches sur les Choix Industriels, Technologiques et Sociétaux) de l’UTBM, l’équipe Tech-CICO (TECHnologies pour la Coopération, l’Interaction et les COnnaissances dans les collectifs) de l’UTT, et l’équipe INTERACT (Innovation, Territoire, Agriculture & Agroindustrie, Connaissance et Technologie) de l’institut UniLaSalle.

Afin d’appréhender la spécificité supposée des SHS en univers technologique, nous avons investi nos terrains à l’aide d’un dispositif de recherche évolutif comprenant une phase de recueil, et une phase de restitution dont cet article fait partie.
1.21. Recueillir : observations et entretiens

La phase de recueil s’est focalisée sur la première tâche de toute enquête de terrain, également la plus instructive : l’observation. Mais dans le cadre de ce projet, il s’agissait d’une observation particulière. Le projet est en effet porté par l’équipe CRED (Cognitive Research and Enaction Design) du laboratoire COSTECH de l’UTC, qui est également un des terrains du projet. Sans rouvrir le débat sur le degré de connaissance ou d’étrangeté qu’un enquêteur doit entretenir vis-à-vis des acteurs qu’il étudie, le recrutement de Sacha Loeve et de Timothée Deldicque dans le cadre du projet leur a conféré un statut hybride : à la fois dedans et dehors, ils étaient prompts à comprendre les dynamiques et les problématiques des acteurs en tant que membre de l’équipe CRED et d’une université de technologie, mais aussi à apporter un regard distancié et comparatif en tant qu’observateurs venus de l’extérieur. Cette immersion s’est traduite par une forme d’observation participante et située.

Qu’avons-nous observé ? Nous nous sommes premièrement attachés aux situations d’interactions constitutives et contextuelles de la recherche en SHS en univers technologique. Ces situations observables composent le quotidien de la vie d’enseignants-chercheurs, de la pause cigarette aux réunions du comité de direction du laboratoire. Elles comprennent des réunions, des ateliers, des séminaires, des manipulations, des passations d’expériences, les événements particuliers (visites, colloques,…), sans compter les repas, les trajets en transports en commun jusqu’aux lieux de travail et les différents temps de pause. Les réunions sont elles-mêmes de plusieurs types : réunion de département, de laboratoire, d’équipe, de projet, de collaboration en petit groupe ou à deux, avec des collègues SHS, des collègues STI ou des étudiants. Il peut s’agir de réunions formelles et programmatiques où l’on traite de questions administratives, de véritables séances de travail à plusieurs, ou bien d’un mixte des deux. D’autres situations, difficilement classables, constituent des moments importants de la recherche. C’est le cas des discussions dans les bureaux ou dans les couloirs ou bien des passages dans les bureaux des secrétaires et de l’administration.

Au travers de ces situations, qui avons-nous observé ? Cherchant à rendre compte de toutes les parties prenantes de la recherche SHS en environnement technologique, nos observations participantes ont fait intervenir des enseignants-chercheurs de tout statut : professeur des universités, maître de conférences, enseignants-chercheurs contractuels, post-doctorants, doctorants, ingénieurs d’études et de recherche, en SHS mais également en STI. Nous avons aussi observé les personnels administratifs, les étudiants, les usagers, les entrepreneurs et les institutions quand ces derniers interviennent dans la recherche SHS en environnement technologique.

Comment avons-nous observé, autrement dit, quels ont été nos supports techniques d’observation ? Nous avons écrit dans un « carnet des situations » plutôt que dans un journal ethnographique proprement dit. Nous avons pris des photos et nous avons enregistré, le plus souvent par captation audio et (plus rarement) par captation vidéo.

Évidemment, ce travail d’observation participante n’a de sens que s’il s’étend sur un temps relativement long permettant une réelle immersion. Les neuf mois de présence régulière sur le terrain nous ont permis d’observer au quotidien la fréquence et la durée des interactions ainsi que la présence et l’occupation des lieux de recherche. Les situations d’interactions étant elles-mêmes polarisées par la disposition spatiale spécifique des différents lieux de recherche, il faut également l’étudier.

Enfin, il était primordial d’observer les objets intermédiaires qui relient les acteurs humains et constituent les situations d’interactions26. En prenant les objets intermédiaires comme marqueurs pour étudier les relations que les acteurs nouent avec et par eux, il est possible d’établir une échelle de commensurabilité et de comparabilité contribuant à spécifier la recherche SHS en environnement technologique. Les objets intermédiaires dont nous parlons comprennent les instruments de la recherche : dispositif expérimental, ordinateur, logiciel, base de données avec commande de recherche, mais aussi tous les documents écrits : article, bibliographie, présentation Powerpoint, compte-rendu de réunion, rapport de travail, tableau, brouillon, mail professionnel…etc. Très vite, il nous est apparu nécessaire d’inclure dans les objets intermédiaires un type d’entité particulier : les concepts, dans la mesure où ces derniers circulent dans les publications, les rapports, les salles de réunions, les bureaux et les couloirs et que s’instituent, par eux, des dynamiques collectives. Cette position est défendue et détaillée plus loin dans l’article (section 4.4).
1.2.2. Couverture et acuité du dispositif d’observation participante

La couverture de notre dispositif d’observation participante peut être schématisée par un emboîtement de cercles concentriques ayant pour centre commun la salle K100 du Centre Pierre Guillaumat à l’UTC, qui constituait dans notre cas une sorte de point-clé depuis lequel étaient appréhendés les environnements technologiques étudiés. C’est dans cette salle qu’est installé le système TACTOS27 qui, historiquement a cristallisé et cristallise toujours (bien que dans une moindre mesure) les activités de l’équipe CRED. Les expériences avec TACTOS sont menées dans ou depuis cette salle (à partir de ses serveurs informatiques quand elles ont lieu dans une salle attenante)28. Charles Lenay, à l’origine du système TACTOS, possède son bureau juste en face de la salle. Il y vient souvent discuter ou travailler avec Loïc Deschamps, post-doctorant en psychologie expérimentale sur le projet SPACEI29 et Dominique Aubert, ingénieur d’étude informaticien et développeur du code de TACTOS (tous deux installés en salle K100, qui est aussi leur bureau) ou encore Gunnar Declerck (maître de conférences travaillant en philosophie de la perception, il avait intégré des expériences sur TACTOS à sa recherche dès son travail de thèse)30. Posté dans la salle K100, Timothée Deldicque bénéficiait ainsi d’un point de vue privilégié sur les pratiques de recherche de l’équipe CRED31. Il pouvait aussi bénéficier d’un riche aperçu sur les multiples interactions qui prennent place autour de TACTOS entre les membres du groupe CRED et d’autres acteurs impliqués soit dans le développement matériel et logiciel32, soit dans la conception des usages du dispositif33, soit dans des relations d’échange et de collaboration scientifiques34.

L’acuité avec laquelle notre dispositif d’observation participante s’est déployé décroissait à mesure que nous nous éloignons de cet épicentre (figure 1). Un premier cercle comprenait l’équipe CRED35, un deuxième cercle, le COSTECH36 et les deux autres équipes EPIN et CRI, un troisième cercle, l’environnement UTC en général et plus particulièrement les laboratoires et collègues STI, enfin un quatrième cercle comprenait les deux autres UT et UniLaSalle37. En effet, il nous a été donné de réaliser des observations participantes dans de nombreuses situations hors de notre équipe de rattachement au COSTECH, à l’UTC et sur les autres terrains, comme par exemple lors d’une réunion hebdomadaire du groupe CREIDD à l’UTT38, d’une réunion de l’unité INTERACT à UniLaSalle portant sur leur future évaluation HCERES39 ou d’une intervention de Sacha Loeve en collaboration avec RECITS dans un forum organisé par l’UMR FEMTO-ST à Sochaux40. Cependant force est de constater qu’au vu des forces vives et des moyens dont nous disposions, mais également de la difficulté à se coordonner et à prévoir de longues plages de temps réunissant une majorité des membres des groupes étudiés, il n’a pas été possible de maintenir un niveau d’acuité équivalent sur l’ensemble des terrains.


Figure 1. Couverture et degré d’acuité du dispositif d’observation participante, du plus au moins fort.

Nous avons contourné ce problème de deux façons. Premièrement, à défaut de pouvoir choisir la configuration des situations lorsque nous effectuions nos terrains, nous avons décidé de prendre comme objet d’observation le déroulement même de nos visites. En effet, au cours des neuf mois de l’enquête, en plus des terrains effectués à l’UTC, nous avons pu faire de grandes visites de plusieurs jours dans chacun des environnements technologiques étudiés : d’abord à UniLaSalle en décembre 201541, puis à l’UTBM en février 201642 et enfin à l’UTT en avril 201643, à laquelle on peut ajouter des visites plus courtes, préliminaires ou additionnelles44, ou effectuées à l’occasion d’événements particuliers. À rebours de tout systématisme, chacune de ces visites a été menée de manière différente. Elles ont toutes été planifiées en collaboration avec le référent GIS UTSH des groupes étudiés45. Leur format a largement été dépendant de notre guide, des emplois du temps et de la volonté des équipes étudiées et de leurs membres. De même, ces visites ayant eu lieu à différents moments de notre enquête, nos cadres de pensée ont, entre-temps, évolué. C’est pourquoi nous avons décidé de considérer nos visites elles-mêmes comme des situations épistémiques pouvant nous renseigner sur la spécificité de ces environnements. Cet aspect est développé plus loin dans l’article (partie 2.3).

Deuxièmement, nous avons mené des entretiens ouverts et semi-ouverts avec les membres des groupes étudiés. Tous types d’entretiens confondus, nous avons rencontré 53 personnes durant notre enquête46. Forme d’accès au terrain plus conventionnelle, l’entretien est plus facilement accepté par les membres des groupes étudiés. Il correspond à un mode d’interaction discernable dans le temps et l’espace. Objet d’un rendez-vous souvent individuel, il a un début et une fin, et on a une idée de son mode opératoire : celui d’une succession de questions posées par un ou des intervieweurs à un ou plusieurs interviewés orientant la discussion sur un thème prédéfini en amont lors de la demande d’entretien47. Dans le cas des entretiens HOMTECH, les demandes ont été effectuées soit par mail en présentant le projet et l’intérêt d’un éventuel entretien, soit prévues par les représentants GIS UTSH des groupes étudiés, soit sur place à la suite d’une réunion de présentation du projet HOMTECH ou parfois directement en frappant aux portes dans les couloirs des établissements visités. Plus la couverture et l’acuité de notre dispositif d’observation participante décroissaient, plus nous avons eu recours à l’entretien comme forme d’accès au terrain48. C’est pourquoi c’est finalement à l’UTC que nous avons fait proportionnellement le moins d’entretiens.
1.2.3. Construction d’une grille d’entretien

Après quelques entretiens ouverts à l’UTC, nous avons pu organiser une grille d’entretien pour mener des entretiens semi-directifs que nous avons pu expérimenter une première fois lors d’une rencontre avec Thierry Gidel et roder lors de notre visite à UniLaSalle en décembre 201549. Cette grille d’entretien se compose d’une série de questions permettant d’orienter la discussion. Les réponses des interviewés sont ouvertes. Cette grille parcourt six grands thèmes déclinés en plusieurs sous-catégories contenant elles-mêmes plusieurs questions.

Le premier thème concerne la formation de l’interviewé. Quel était le degré d’interdisciplinarité de sa formation initiale, de même pour la thèse ? L’interviewé peut développer l’objet et la problématique de son doctorat. Nous demandons également s’il a eu ou a toujours une activité professionnelle hors recherche et comment il en est venu à faire de la recherche. Après ce récit de parcours nous en arrivons à des questions plus concises sur les disciplines représentées dans son jury de thèse, l’adéquation entre la ou les qualifications CNU obtenues et celles désirées, les postes de recherche occupés auparavant.

Ce qui nous amène au deuxième grand thème de l’entretien : la perception du champ disciplinaire. Il s’agit de savoir où et comment les membres des équipes SHS étudiés se positionnent vis-à-vis de leur rattachement disciplinaire ou interdisciplinaire : que dit l’interviewé quand une personne extérieure au monde de la recherche l’interroge sur ce qu’il fait ? Se revendique-t-il d’une discipline en particulier ? Quelle importance attache-t-il à la recherche monodisciplinaire ? Se réfère-t-il à une école, un courant, des méthodes, des outils ou des concepts propres à un champ disciplinaire ? À propos de l’interdisciplinarité, se reconnaît-il dans le sigle SHS défini par le CNRS et le CNU ? Sa discipline de rattachement lui semble-t-elle tenir une place particulière au sein des SHS ? Que représente l’interdisciplinarité pour lui et quelle importance y attache-t-il50 ? Fait-il des différences entre les termes de pluridisciplinarité, interdisciplinarité et transdisciplinarité ?

La troisième thématique se rapporte plus concrètement à l’intégration de l’interviewé dans sa structure de recherche. Sont interrogés la présence dans les locaux, l’agencement des locaux eux-mêmes et la disposition spatiale, également la fréquence des interactions avec les collègues de la structure et le ratio entre réunions qualifiées d’« administratives » et réunions de travail. Trouve-t-il que sa structure a une cohérence d’ensemble ? Est-ce d’ailleurs nécessaire ? Y a-t-il des objets, des terrains, des méthodes ou des concepts en particulier qui circulent et fédèrent la structure ? Quels sont ceux qu’ils partagent avec des collègues ? Vient un point central : les collaborations passées, présentes et futures intra-SHS et surtout extra-SHS avec les STI, évoqués sous toutes leurs coutures : leur nombre, les occasions (publication, projet, partenariats, travaux d’étudiant, etc.), les motivations, la répartition des rôles51, le déroulement52, et plus précisément : les manières d’échanger (en face à face ou à distance et sur quel support), le partage et la nécessité ou non d’avoir un objectif, un terrain, un objet, une méthode, un vocabulaire ou des concepts communs.

Le quatrième thème concerne la finalité et les enjeux de la recherche. La question principale était : « pour vous, qu’est-ce que l’aboutissement d’une recherche » ? Est-ce une publication par exemple, ou l’expérimentation d’un dispositif technique, son prototypage, sa commercialisation ? La recherche vise-t-elle à décrire ou à modifier le monde ? Sont aussi questionnées les rapports avec les industriels, et la posture de recherche adoptée (analyse distanciée ou engagement auprès des acteurs ? Description ou intervention ?53). Une place est également faite à l’articulation entre recherche et enseignement.

Avec les questions du cinquième grand thème, il s’agit de documenter les techniques de travail de l’interviewé : quelle place et quel temps accorde-t-il à la lecture et à l’écriture dans son travail ? Quels sont les objets techniques qu’il utilise54 ? Combien de temps par jour et comment utilise-t-il sa boîte mail ?

Le sixième et dernier thème concerne les perceptions de l’interviewé sur le rôle que devrait avoir, selon lui, les SHS en environnement technologique et celui qu’elles ont véritablement, « dans les faits ». Est aussi interrogée la relation que l’interviewé entretient avec le terme ambivalent de technologie.

La grille d’entretien que nous venons de détailler correspond à celle d’un entretien semi-directif individuel55. La plupart des entretiens collectifs avec des membres de structures SHS56 ou des entretiens individuels et collectifs avec des membres de structures STI57, bien qu’ils reprennent des éléments de la grille, sont ouverts car nous y cherchons d’abord à susciter le débat ou à recueillir des perceptions sur la place des SHS et de la technologie en environnement technologique.

À travers les questions de cette grille, il est visible que nous souhaitions centralement interroger les modes d’interaction entre SHS et entre SHS et STI au cœur du projet HOMTECH. C’est pourquoi nous avons focalisé notre attention sur la perception et la pratique de l’interdisciplinarité et des collaborations concrètes au sein des environnements technologiques étudiés. Par ailleurs, nous trouvons dans ces environnements un certain nombre de « doubles profils » ayant une formation à la fois en STI et en SHS. L’interdisciplinarité peut alors se trouver à l’intérieur de la même personne. Cependant, ces profils ne sont pas majoritaires dans les groupes étudiés. De plus, le projet HOMTECH s’intéresse aux modes d’interaction entre SHS et entre SHS et STI qui se construisent dans des dynamiques collectives, et qui peuvent être à l’origine de modèles d’organisation structurant la vie d’un laboratoire. Or pour remarquables que soient les profils interdisciplinaires individuels, et bien qu’ils puissent s’intégrer préférentiellement dans certains modèles de recherche plutôt que d’autres, ils ne sauraient à eux seuls constituer ou résumer un mode d’organisation de la recherche.
1.2.4. Restituer : traiter les entretiens

Afin de traiter les entretiens, nous avons créé une grille Excel où chacune des questions posées est devenue une entrée du tableau. Ainsi à la grille d’entretien correspondait une « grille de décodage », comme nous l’appelions. Nous y avons reporté les réponses des interviewés en réécoutant les enregistrements. Ce ne sont pas des retranscriptions intégrales mais des résumés qui, selon leur affinité avec la réponse d’autres interviewés et leur récurrence au travers des différents entretiens, ont pu être stabilisés en énoncés qu’on pourrait nommer « catégories de réponse ». Par exemple à la question « quels ont été les obstacles au bon déroulement de cette/ces collaborations extra-SHS ? », nous avons pu dégager différentes catégories de réponses comme « cadres théoriques trop éloignés », « temporalités de recherche trop différentes » ou « manque de vocabulaire commun ». La création de ces catégories de réponses était évolutive : lorsque nous avions plusieurs réponses allant dans le même sens nous créions une nouvelle catégorie. Le but était de faire ressortir, avec une certaine systématicité, des invariants par comparaison ou des profils-types sans trop les formaliser pour autant en amont, voire, comme cela est apparu au fur et à mesure, de faire émerger non seulement des résultats, mais aussi de nouvelles questions. On voit dès lors les difficultés d’une telle démarche : soit être réducteur, soit faire proliférer les catégories au risque de perdre toute systématicité (chaque réponse devenant à la limite l’unique représentante de sa catégorie…). Si une tabulation en catégories de réponses peut sembler pertinente pour des questions demandant des réponses arrêtées comme « Avez-vous participé à une collaboration extra-SHS avec des collègues STI, et si oui à combien de reprises ? », Lorsque les questions appellent des réponses plus complexes, de nombreux biais d’interprétation peuvent s’immiscer : l’interprétation de l’intervieweur qui présupposait un type de réponse de la part de l’interviewé, l’interprétation de l’interviewé qui a anticipé cette présupposition et décide de faire ou non un type de réponse attendue, l’interprétation de l’intervieweur qui traite les réponses après coup et se demande si l’interviewé a répondu à sa question et pas à une autre question, etc. Et il a parfois fallu créer a posteriori la question à laquelle l'interviewé avait répondu. De ce fait, le tableau final compte 99 entrées bien que les interviewés n’ont pas répondu aux 99 questions. Contrairement à nos attentes initiales, l’intérêt de cette grille Excel des réponses aux entretiens que nous avons réalisés n’a pas consisté à cracher des résultats objectifs, c’est-à-dire indépendants des situations et des démarches d’observation, des « produits finis » parfaitement objectivés. Notre « grille de décodage » s’est plutôt avérée constituer un objet intermédiaire possédant sa systématicité propre, et qui nous a aidé à faire progresser notre réflexion sur le caractère résolument situé de notre anthropologie de laboratoire58.
1.2.5. D’autres modes de restitution possibles

Comment rendre compte de la vie des laboratoires étudiés, sans en manquer la substantifique moelle ou même un bout ? Comment faire tenir ensemble l’intégralité des matériaux recueillis ? Certainement, il n’est pas possible de tout restituer, mais l’anthropologie a montré de nombreuses ressources pour rendre compte de son travail. Parmi elle, un mode de restitution des plus convaincants : la narration. C’est dans cette perspective qu’est publié aux côtés de ce premier article, un deuxième écrit par Sacha Loeve et intitulé « Où l’expérience “Soleil” devint “co-direction” : ethnographie d’un moment de recherche technologique en SHS », qui narre très précisément le déroulement d’un atelier expérimental du CRED59. De même, les deux premières restitutions de notre enquête à l’AG COSTECH (juin 2016) puis lors d’une réunion du GIS UTSH (juillet 2016) ont adopté un style tendant vers le narratif qui correspondait bien aux conditions d’une présentation orale. Enfin, le présent article cède parfois la place à une certaine narrativité en campant certaines scènes ou en retraçant les étapes de notre enquête. Par souci d’efficacité, nous avons néanmoins privilégié dans cet article une focalisation sur différents thèmes, appelant des réponses qui synthétisent les résultats de certaines de nos observations et de certains de nos entretiens.

1.3 Structure générale de l’article


Face à la richesse de ce qui a été révélé dans les entretiens et dans les observations, il a bien fallu faire des choix.

La deuxième partie du texte mêle ainsi réflexions méthodologiques et restitution de quelques éléments de visite, afin d’approcher une première singularité des pratiques de recherche étudiées : l’enchevêtrement inextricable entre discours et dispositifs, interdisant dès lors de cantonner la recherche SHS en univers technologique à l’un de ces deux pôles, mais permettant aussi de mieux définir la teneur de l’univers et du milieu technologique de cette recherche. Dans la troisième partie, nous nous concentrons ensuite sur les singularités historiques, épistémologiques et institutionnelles des structures de recherche visitées et observées. La diversité des circonstances locales prévaut, tout comme celle des modes d’insertion et de collaboration avec les STI. La quatrième partie s’attache aux liens entre recherche et enseignement des SHS en environnement technologique. Elle montre comment l’enseignement par la recherche permet de dépasser l’opposition entre des SHS pourvoyeuses de culture générale et humaniste et des SHS instrumentales. Enfin, la cinquième partie de ce texte synthétise de nombreux éléments qui concernent les modes de présence et de travail des SHS dans les institutions visitées : qu’il s’agisse des espaces-temps, du sens accordé à la notion de « technologie », des relations entre recherche et entrepreneuriat, de la co-conception, ou encore du statut des concepts produits et partagés, ces éléments visent à saisir de manière concrète et problématisante quelques traits structurants (parfois singularisants) et quelques enjeux des SHS en univers technologique.



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconRoyal West Academy
«univers» qui sont l’univers matériel, l’univers vivant, l’univers de la Terre et de l’espace, et l’univers technologique. Au

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconEn Sciences Humaines et Sociales : Socio-Anthropologie des relations...
«Sensibiliser à un milieu» et «Evaluer ses projets d’éducation à l’environnement» 2003-2004 Plérin

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique icon1, sciences humaines, sociales, gestion et droit

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconLes règles de la méthode sociologique
«sciences humaines», distincte des «sciences de la nature» : conformément au projet d’Auguste Comte, c’est bien la méthode des sciences...

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconLes règles de la méthode sociologique
«sciences humaines», distincte des «sciences de la nature» : conformément au projet d’Auguste Comte, c’est bien la méthode des sciences...

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconBiologie du Cancer, Recherche Clinique et Recherche en Sciences Humaines et Sociales

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique icon«Sociologie et sciences sociales.» Un document produit en version...
«Sociologie et sciences sociales» — De la méthode dans les sciences, Paris: Félix Alcan, 1909, pp. 259-285

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconLa Sémiologie est une méthode d’analyse qui va être en priorité celle...
«Opus» se réfère à la création et la construction de ce fait musical, de sa facture. IL rajoute un autre niveau à cette étude, l’importance...

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconDes sciences de la vie-sciences de la terre et de l’univers

Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique iconX avier Moreau Docteur en Sciences
«Sciences de la Vie» et «Sciences de l’Univers & de l’Environnement» : Panorama du Monde Vivant (systématique)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com