Alain (Émile Chartier) (1927)








télécharger 1.04 Mb.
titreAlain (Émile Chartier) (1927)
page58/58
date de publication19.11.2017
taille1.04 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   50   51   52   53   54   55   56   57   58


Goethe

Retour à la table des matières
Ce que vaut une idée dans le commun patrimoine, c'est la preuve qui le dira. Beaucoup d'hommes travaillent à cet ajustement ; ainsi l'humanité apprend toujours, et nécessairement abrège. On conçoit un univers d'abrégés, qui est effrayant. Cependant n'importe quel enfant naît nu et sauvage. L'âge de pierre est mis en demeure de pousser d'étonnantes machines, et de penser des abrégés, autres machines. Chose digne de remarque, la peau des bêtes est encore le meilleur vêtement, et le plus recherché. La danse, la musique, la poésie, vêtues de peaux de bêtes, font leurs rondes au premier soleil ; et, sous les porches en forme de cavernes, l'homme oublie les idées et se prend à penser. Il rime encore, comme rimaient les anciens proverbes ; il applaudit encore en battant des mains ; l'ode à la joie de Beethoven ressemble à l'acclamation immémoriale plus qu'on n'oserait dire. Les sources chantent au poète. Le chêne au vent est toujours l'oracle. L'homme repousse l'abrégé. Les combinateurs qui se jettent par là n'y retrouvent point leur musique. Mais je les retrouve, eux, au concert, comme à un repas, découvrant leurs dents. Il se fait donc un ciel d'idées, dont les idées ne redescendent point. Ce mouvement s'est fait en perfection au moins une fois, par le génie de Spinoza ; mais on peut bien dire aussi que l'Éthique est le tombeau de Descartes. Les systèmes sont des vieillards ; mais nous ne naissons point vieux. C'est pourquoi le progrès tant vanté ne retrouve audience que par la fatigue, et disons même par l'excès du malheur. La sagesse des forts, cependant, reste la même ; elle s'étend seulement ; elle est moins rare. Elle agira par un art de s'instruire et d'instruire qui aura plus d'égard à la machine d'os et de chair. Kant s'est tenu, en ses sévères recherches, tout près de l'expérience, et tout près aussi du corps humain ; mais, toute précaution prise, les catégories n'en ont pas moins remonté au ciel des idées par leurs légèreté et pureté spécifiques. Et, en dépit de tous les efforts qu'il fit pour les faire redescendre, le schématisme, qui devait rendre les catégories applicables, resta profondément caché dans les replis de la nature humaine. C'est que, selon la loi des âges, il n'y a sans doute point de chemin pour revenir du savoir d'autrui à l'ignorance propre. La nature humaine ne peut recevoir l'idée, mais doit la produire de peur et de fureur, de danse, de chant et de prière. Oui, la moindre idée. Il faudrait donc inventer de nouveau la hache, le coin, le clou, la fronde, l'arc, et, du même mouvement, le courage, la tempérance, la justice et la sagesse, mais à notre mesure et selon notre forme. Ne pas user d'armes reçues. Quand c'est la pensée propre de cha­cun qui lui donne puissance, le méchant est subordonné. L'homme qui invente l'arc oublie vengeance un peu. Au lieu que le revolver donne la puissance de mille savants peut-être au premier fou. Non, mais que d'abord le fou danse et chante selon la mesure. En vue de quoi j'ai écrit cette genèse imparfaite de nos réelles idées. Mais il faut terminer l'esquisse selon l'humaine mesure. À quoi peut servir le plus savant sans doute des poètes, un des hommes qui surent le mieux se tromper selon l'esprit.
La majesté propre à Gœthe, sans aucun lien avec la puissance matérielle, et par cela même presque surhumaine, tenait à ce jugement solitaire et libre, chose rare, vénérée, redoutée. Quand un homme exerce ce pouvoir royal, il s'arrange sans peine du dessous, moins soucieux sans doute de le changer que de le tenir en subalterne position. Il ne descend point là. Les petitesses sont alors visibles, mais en leur place, comme de s'obstiner contre l'expérience du prisme, ou d'être homme de cour, ou de ne point supporter les gens à lunettes. Ces choses sont prises comme dans une masse solide, et au plus haut est la lumière, comme dans le phare  : mais combien plus difficile est l'assiette et la fondation en ce mobile et sensible édifice humain ! En ce modèle de précieuse qualité, il faut reconnaître cette sagesse terrestre qui s'accommode de l'ordre inférieur tel quel ; cela détourne d'abord de l'adorer. Pourvu que l'on s'élève, c'est bien assez. Dans l'art de vivre est compris l'art d'accepter des travers, qui, par cette négligence, restent petits, au lieu que la vanité les compose toujours d'après un modèle extérieur. Comme dans un état où l'inférieur est trop composé et refait, par petits règlements ; il est instable alors, de même que ces abstraites mécaniques qui, pour une petite cause, font un amas de ferraille. Bref, c'est la marque d'un grand jugement de savoir boiter si l'on a une jambe plus courte, par cette vue que deux jambes égales font encore une espèce de boiterie ; car rien n'étant ici suffisant, il faut que tout soit suffisant.
Ce genre de pensée, donc, s'élève toujours et jamais ne redescend. Il faut sans doute appeler poésie ce mouvement de bas en haut qui appuie les pensées sur la nature, et ainsi de tout hasard fait beauté d'abord, et vérité finalement. Ce qui sauva Gœthe des vertus médiocres est certainement cette liberté tout près de la nature, qui fait marchepied de tout. Laissant donc Gœthe, qui se tient si bien de lui-même, il faut considérer enfin ces petits d'hommes qui sont des petits hommes déjà si l'on sait bien voir, plus pressés de se hausser que de se changer. Poésie et grâce en chacun ; mais, ici comme ailleurs, ne raturez pas témérairement. À la place de ce que vous effacez, vous n'avez rien à mettre, songez-y bien. Exercez-vous donc sur cette idée, familière à tous les artistes, qu'il faut faire avec ce qu'on a. Chacun de ces petits d'hommes ne peut faire qu'avec ce qu'il a. Ne détruisez point, mais élevez. Comme l'alpiniste, qui ne fait pas des objections à chaque pierre, mais fait escalier et escalade de tout, ainsi, que chaque trait de nature, mais bien assuré et même confirmé, soit une marche pour cette ambition d'homme. Tout peut servir, pourvu que ce soit naturel et non emprunté ; comme l'écriture le montre, qui résiste si bien, et compose la nature avec le modèle. C'est donc du griffonnage que vous ferez écriture, comme du mensonge pudeur, comme de la rencontre métaphore, comme de violence courage, comme de paresse modestie. Ainsi de rime le poète fait pensée. Conservant donc ces différences de nature, ces belles variétés qui sont tout mal en apparence et en réalité toute richesse. Au lieu de récriminer, constater et s'assurer de soi. Car tout ce qui est inférieur est matière ; et c'est la forme qu'il faut trouver dans la matière même, comme ces génies rustiques qui sculptent les montagnes. Que l'homme donc soit l'enfant délivré et la vertu le vice développé. Ne corrigez que ce qui est faute, et n'appelez faute que ce qui est du dehors et étranger. En toute œuvre, d'autrui et de soi, il faut deviner beaucoup ; et le plus résistant n'est pas le pire. Le même Gœthe terminera ce chapitre et ce livre. « Il faut, disait-il, être vieux dans le métier pour s'entendre aux ratures. »


1   ...   50   51   52   53   54   55   56   57   58

similaire:

Alain (Émile Chartier) (1927) iconFonds raymond maillet (1927-1994)

Alain (Émile Chartier) (1927) iconChapitre 2 : Les pères fondateurs : Emile Durkheim et Max Weber

Alain (Émile Chartier) (1927) iconAndrianaivo alain Paul

Alain (Émile Chartier) (1927) iconMichel-alain combes la terre bombardéE version 4 / 2012

Alain (Émile Chartier) (1927) iconMichel-alain combes la terre bombardéE version 1 / 2013

Alain (Émile Chartier) (1927) iconMichel-alain combes la terre bombardéE version 4 / 2012

Alain (Émile Chartier) (1927) iconAlain bordeau formateur – Consultant Conférencier Mon Arbre Généalogique

Alain (Émile Chartier) (1927) iconRaymond Robert Tremblay Professeur au cégep du Vieux-Montréal (1990)
«Savoir Plus», maquette de la mise en page : Denis Hunter Sur la couverture : Figures contrariées (1957) de Paul-Émile Borduas. Huile...

Alain (Émile Chartier) (1927) iconAstier alain Louis Gilbert Joseph
«Mise au point et évaluation de matériaux d’intérêt thérapeutique et biologique», Ecole

Alain (Émile Chartier) (1927) iconLes éditions Rue du monde, fondées par Alain Serres, autrefois collègue...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com