Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii»








télécharger 0.74 Mb.
titreProgramme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii»
page5/15
date de publication19.11.2017
taille0.74 Mb.
typeProgramme
b.21-bal.com > loi > Programme
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

1.5. Contexte des régions d’intervention du programme



Les régions de Kayes et de Koulikoro ont été retenues pour l’intervention du Programme GEDEFOR II. En effet, ces deux régions concentrent un certain nombre de facteurs importants qui peuvent contribuer à l’atteinte des objectifs poursuivis. Elles ont fait partie des régions d’intervention de la première phase. En outre, elles ont abrité des sites pour des actions concernant l’adaptation aux changements climatiques. Aussi constituent-elles les bassins d’approvisionnement en bois énergie du District de Bamako. Elles comptent un total de 14 cercles dont six étaient concernés par le Programme GEDEFOR Classique (Bafoulabé, Kayes, Kita dans la région de Kayes et Kangaba, Kati, Nara dans la région de Koulikoro) sur lesquels quatre ont été retenus pour le Programme GEDEFOR II. Il s’agit de :

  • Bafoulabé et Kita pour la région de Kayes ;

  • Kangaba et Kati pour la région de Koulikoro

Carte n°2 : Carte des régions de Kayes et Koulikoro avec la localisation des cercles d’intervention


1.5.1 Région de Kayes



Présentation générale 

Située à l’extrême ouest du pays, la région de Kayes est limitée à l'est par celle de Koulikoro, à l'ouest par la République du Sénégal, au nord par la République Islamique de Mauritanie et au sud par la République de Guinée. Couvrant une superficie de 120 700 km2 la région de Kayes est une entité située entre les 11°53’ et 15°42’ de latitude nord et 8°07’ et 12°11’ de longitude ouest. A cheval sur le fleuve Sénégal et ses affluents et à l’extrême ouest du Mali, la région de Kayes s’étend d’Est en Ouest sur environ 400 km et du Sud au Nord sur 400 km, ce qui lui donne une superficie d’environ 120.860 km2, soit 9,7% du territoire national.

Carte n°3 : Carte de la Région de Kayes, localisation des cercles d’intervention


Cadre physique 

La géologie de la région de Kayes est constituée du birimien sur lequel repose en discordance une couverture sédimentaire gréseuse. De nombreuses fractures et failles masquées ont favorisé des intrusions doléritiques et la monté du fluide magmatique minéralisateur (or et diamant). Son relief en apparence peu accidenté, présente une succession de plateaux inclinés vers le nord et découpés en une série de compartiments par les cours d’eau. Son altitude est de 200 à 400 mètres, mais elle dépasse 400m vers le sud. Le climat se subdivise en quatre zones bioclimatiques : le domaine pré guinéen (pluviométrie 1150 à 1400mm/an), le domaine soudanien sud (pluviométrie 750 à 1400mm/an), le domaine soudanien nord (pluviométrie 550 à 750 mm/an), le domaine sahélien (pluviométrie 350 à 550mm/an).

Le système hydrique de la région de Kayes comporte les éléments suivants :

  • le réseau hydrographique est constitué par le fleuve Sénégal et ses affluents (1700km dont 669 dans la région)

  • Le réseau lacustre est constitué par le lac Magui, la mare de Doro (cercle de Kayes), les mares de Goumbou, de Lehé de GARARA (cercle de Yélimané), de Korkodio (cercle de Nioro), de Tinkaré, de Madina et de Lamé (cercle de Diéma).

  • La végétation de la région comporte des formations ouvertes dans le sahel (savane, steppe, forêts galeries, mosaïques de forêts claires), moins fermées dans la zone soudanienne, (savane boisée, forêts claires, forêts galeries fermées), les forêts galeries fermées dominent la zone pré guinéenne. Les forêts classées occupent une superficie de 744,192 ha, soit 6,2% de la superficie régionale.

Caractéristiques démographiques


La région de Kayes compte une population de 1,996,812 habitants (résultats provisoires RGPH, 2009) alors que sa population a été estimée à 1,374,316 habitants en 1998 (RGPH 1998). Le taux de progression de la population a été estimé pour la même période à 4,12% (1998 – 2009).
La population de la région de Kayes représente environ 14% de la population du Mali. La densité au niveau de la région est variable mais la moyenne est évaluée à 17 habitants au km² (RGPH, 2009). Dans la région de Kayes, 21 personnes sur 100 vivent en ville et ce taux d’urbanisation varie également selon les cercles.
Problématique de la gestion des ressources forestières dans la région
La région de Kayes possède d’importantes ressources forestières suscitant ainsi l’intérêt de projets et programmes d’aménagement et de gestion pour en assurer la durabilité. Les expériences menées dans la région ont permis d’élaborer des outils pertinents qui restent encore peu valorisés.
La région de Kayes étant une région d’élevage par excellence, on note une grande pression des animaux sur les ressources forestières notamment les transhumants venus du nord et de la Mauritanie. En outre, le phénomène des changements climatiques se manifeste de façon remarquable dans cette région située à l’entrée du sahel.

1.5.2 Région de Koulikoro



Présentation générale 

La région de Koulikoro est située au centre-ouest du Mali. Elle est limitée au Nord par la Mauritanie, à l’Ouest par la région de Kayes, au Sud par la Guinée et la région de Sikasso et à l’Est par la région de Ségou
Caractéristiques physiques
La géologie de la région de Koulikoro est constituée de sols sableux de dunes mortes ou aplanies, préférentiellement situés dans les cercles de Nara et Banamba (35,7% de la superficie régionale) - les sols latéritiques, sableux et argileux, à l’ouest, (27% de la superficie de la région) - les sols latéritiques et alluvionnaires (24% de la superficie de la région) - la partie sud de la région est dominée par le mont mandingue constituant ainsi une zone de plateaux opposée à une vaste plaine le long du fleuve Niger avec des terres inondables : existence de sols ferrugineux, au sud de la région, (13,3% de la superficie régionale).
Carte n°4 : Carte de la Région de Koulikoro, localisation des cercles d’intervention
c:\gedefore\rapportcartes\sans titre.png

Le réseau hydrographique est constitué par les Cours d’eau qui traversent le territoire régional : Niger (250km), Baoulé (120km), Bagoé (90km), Baninfing (70km), Sankani (40km) et Bani (20km).

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconBonjour Danielle. Quel est l’animal que nous évoquons aujourd’hui ?
«d’ingénieur» doublé d’un industriel. IL est maître des forges de Montbard. IL s’intéresse de près à la gestion de son domaine, de...

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconL'absorption est un processus de transfert de masse d'un composé...

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconGestion électronique des documents … Acquisition de documents papier...
«papier» pour les intégrer dans le système de gestion électronique des documents produits et exploités au sein de l’organisation

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconDes eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice
«dossier de motivation», d’émettre un quelconque jugement de valeur sur les candidats

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconElaboration du sros 3 – cahier des charges – phase 2

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconInterviews 44
«refuge d’écosystèmes naturels», participant à la biodiversité des agglomérations urbaines [4]. IL est donc nécessaire de préserver...

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» icon1. Qu'est-ce que c'est "la gestion sociale" et "le management social"
Политология comprend la gestion comme l'influence sur la société du côté de l'Etat par les méthodes politiques etc

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconProgramme ci-dessous Programme des activités 2015/2016

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» icon2/- adjoud-Sadadou D., Halli-Hargas R. Effectiveness of mycorrhizal...
«Étude de la diversité floristique de la forêt de l'Akfadou (Algérie)». Bois et forêts des tropiques 2007, no291, pp. 75-81

Programme de gestion decentralisee des forets phase II «gedefor ii» iconApport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies
«sensibilisés». Cette phase est dite silencieuse car elle n’entraîne pas de signes cliniques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com