L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission








télécharger 1.73 Mb.
titreL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission
page1/41
date de publication20.05.2017
taille1.73 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   41



LÉON-FRANÇOIS HOFFMANN

Professeur, Department of French and Italian, Princeton University,
Princeton, N.J., (1964), spécialiste de la littérature haïtienne
(1973)

LE NÈGRE
ROMANTIQUE
Personnage littéraire
et obsession collective


Un document produit en version numérique par Pierre Patenaude, bénévole,

Professeur de français à la retraite et écrivain, Chambord, Lac—Saint-Jean.

Courriel: pierre.patenaude@gmail.com

Page web dans Les Classiques des sciences sociales.
Dans le cadre de la bibliothèque numérique: "Les classiques des sciences sociales"

Site web: http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/

Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque

Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi

Site web: http://bibliotheque.uqac.ca/



Politique d'utilisation
de la bibliothèque des Classiques



Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, même avec la mention de leur provenance, sans l’autorisation formelle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.
Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle:
- être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

- servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),
Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classiques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif composé exclusivement de bénévoles.
Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est également strictement interdite.
L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission.
Jean-Marie Tremblay, sociologue

Fondateur et Président-directeur général,

LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

Cette édition électronique a été réalisée par Pierre Patenaude, bénévole, professeur de français à la retraite et écrivain,

Courriel : pierre.patenaude@gmail.com

Léon-François HOFFMANN
LE NÈGRE ROMANTIQUE.

Personnage littéraire et obsession collective.
Paris : Les Éditions Payot, 1973, 302 pp. Collection : Le regard de l’histoire.


[Autorisation formelle accordée par le Professeur Hoffmann le 29 novembre 2010 de diffuser toutes ses publications dans Les Classiques des sciences sociales.]
Courriel : hoffmann@princeton.edu


Polices de caractères utilisée : Times New Roman, 14 points.
Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format : LETTRE US, 8.5’’ x 11’’
Édition numérique réalisée le 19 décembre 2013 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, Québec.


DU MÊME AUTEUR

Romantique Espagne, P.U.F., 1961.

La Peste à Barcelone, P.U.F., 1964.

L'Essentiel de la grammaire française, New York, Charles Scribner's Sons, 1964.

Répertoire géographique de « La Comédie humaine »,

Vol. I : L'étranger, J. Corti, 1965.

Vol. II : La Province, J. Corti, 1968

La Pratique du français parlé, New York, Charles Scribner's Sons, 1973.


Léon-François HOFFMANN
Le nègre romantique

Personnage littéraire et obsession collective

Paris : Les Éditions Payot, 1973, 302 pp. Collection : Le regard de l’histoire.

[303]
Table des matières

Avant-propos pour le lecteur blanc [5]]

Introduction [9]

Chapitre premier : Les Ancêtres [13]

Chapitre deux : Le Siècle des Lumières [49]

Chapitre trois : Révolutions et fins d'empires [99]

Chapitre quatre : Le Nègre romantique [147]

Le Noir [172]

Le Mulâtre [229]

Le Blanc [251]

Conclusion [267]

Bibliographie [269]

Index [297]

[3]

Pour mes fils Jacques et Philippe

I sigh that kiss you,

For I must own

That I shall miss you

When you have grown.
(W. B. Yeats)

[4]



ESPÈCES, eau-forte de Mme Migneret, in J.-J. Virey, Histoire naturelle du genre humain, 1824, Tome II, p. 42. (Cliché Bibl. de l'Université de Princeton.)

[5]


Le nègre romantique

Personnage littéraire et obsession collective
AVANT-PROPOS
POUR LE LECTEUR BLANC

Retour à la table des matières

Je sais qu'il n'est plus de mode, après les aberrations nazies, de tenir des propos discriminatoires. Le Français se targue de ne pas être raciste, c'est bien connu. Et pourtant, lequel d'entre nous est certain de n'avoir jamais écouté la voix du mépris ? Ouvertement ou secrètement fier de la « mission civilisatrice de la France », lequel d'entre nous pense à ce que cette formule implique de dédain pour ceux qui ont été « civilisés », Gide et d'autres ont montré comment ?

Du mépris à la persécution, le pas est vite franchi. Dénoncer les lois de Nuremberg et l'apartheid, affirmer que les hommes sont frères et devraient avoir les mêmes droits n'est pas suffisant. Si la discrimination raciale a pu être érigée en système par certains pays occidentaux, c’est non seulement parce qu'elle s'appuyait sur une conviction explicite chez les uns, mais parce qu'elle n'a provoqué chez les autres que de timides protestations, laissant indifférents la majorité de ceux qui n'en étaient pas les victimes directes. Citoyens d'un pays qui fournit des armes au gouvernement de Pretoria, nous sommes bien placés pour le savoir.

Tout Blanc porte sa part de responsabilité dans l'entreprise d'avilissement dont les Noirs ont été – et continuent d'être – les victimes. Les réserves d'Afrique du Sud, les taudis de Chicago ne sont peut-être plus que des anachronismes appelés à disparaître. Le niveau de vie du Noir antillais ou nord-américain rattrapera peut-être celui de ses compatriotes blancs. Les ressources naturelles des pays indépendants d’Afrique enrichiront peut-être les populations locales plutôt que les actionnaires occidentaux. L'équité triomphera... mais ce n'est sans doute pas pour demain. Ni même pour après-demain.

[6]

Parallèlement au long combat pour l'égalité économique, il importe d'extirper cette gangrène qu'est le racisme : il faut que les Blancs deviennent capables de considérer les peuples de couleur et particulièrement les Noirs, comme des hommes à part entière. Et ce ne sera pas facile. Car depuis plusieurs siècles le Noir est tenu par le Blanc pour un inférieur. On se demandait, il n'y a pas longtemps encore, s'il ne constituait pas une espèce intermédiaire entre l'homme et les anthropoïdes. L'Encyclopedia Britannica de 1911 affirme :

Mentally, the Negro is inferior to the White.

Préjugé d'anglo-saxons ? Notre propre Grand Larousse universel est encore plus catégorique :

C'est en vain que quelques philanthropes ont essayé de prouver que l'espèce nègre est aussi intelligente que l'espèce blanche. Quelques rares exemples ne suffisent point pour prouver l'existence chez eux de grandes facultés intellectuelles. Un fait incontestable, et qui domine tous les autres, c'est qu'ils ont le cerveau plus rétréci, plus léger et moins volumineux que celui de l'espèce blanche, et [...] ce fait suffit pour prouver la supériorité de l'espèce blanche sur l'espèce noire.

(P. LAROUSSE, Grand Dictionnaire universel, 1866-1880, art. Nègre).

Les choses ont-elles vraiment changé depuis le temps de nos grands-pères ? L'homme continue à se définir lui-même en fonction de groupes, raciaux, nationaux, sociaux, religieux, etc. et à postuler que les groupes qui ne sont pas les siens sont inférieurs et hostiles. Pour le Français de ma génération, l'endoctrinement commençait dès l'école primaire. On nous apprenait en particulier à considérer les hommes et les choses d’Afrique comme puérils et retardés, tandis que les media nous en offraient la caricature. Pour les besoins de la politique coloniale ? Bien sûr, mais ce mélange de crainte, de mépris et de bienveillance condescendante qui caractérisait, qui caractérise encore notre vision du Noir s'est formé il y a bien longtemps. Un lourd atavisme pèse même sur ceux d'entre nous qui nous prétendons délivrés de tout sentiment raciste envers le Noir. Nos habitudes de pensée, notre langage nous trahissent à chaque instant. Et que nous soyons conscients et satisfaits de notre largeur d'esprit au lieu de l'exercer tout naturellement est un signe troublant.

Il ne s'agit pas de masochisme intellectuel, et la mauvaise conscience ne va généralement pas plus loin. Il s'agit d'exorciser le racisme, d'en dépister et d'en dénoncer toutes les manifestations.

Je voudrais montrer comment nos ancêtres à nous voyaient les [7] ancêtres de ces Noirs qui revendiquent aujourd'hui la dignité qu'on leur a si longtemps refusée. Comme l’écrit Etiemble : « tout humanisme est dérisoire qui ne se propose pas, pour premier objectif, de mettre hors-la-loi le racisme ». Si elle apporte quelques lumières sur l'origine et le développement du préjugé de couleur, je souhaite que la présente étude puisse (combien modestement, j'en suis bien conscient) contribuer à sa disparition.
[9]


Le nègre romantique

Personnage littéraire et obsession collective
INTRODUCTION

Retour à la table des matières

Dans l'imagination collective française, le mot nègre est associé à la notion d'esclave jusqu'à ce que Lamartine, Président de la République, signe en 1848 le décret qui émancipe les Noirs des colonies. Avec l'expansion française en Afrique, une nouvelle image se forme : le Noir est identifié au colonisé. Enfin, après la deuxième guerre mondiale et l'accession des pays d'Afrique à l'indépendance, le Noir est classé parmi les « sous-développés », tout comme les Asiatiques, les Arabes ou la majorité des Hispano-américains ; il partage avec eux la qualité de citoyen du Tiers Monde, de ce Tiers Monde que les deux blocs industrialisés considèrent avec un mélange de mépris, de remords et d'inquiétude.

La présente enquête essaye de dégager les facteurs historiques et psychologiques qui ont contribué à la formation de l'image du Noir avant l'émancipation. Quels éléments de cette première image persistent, quels éléments se sont effacés, quels éléments ont été modifiés ou ajoutés, c'est ce qui pourra faire l'objet d'autres recherches.

Je me propose de passer en revue les personnages noirs présents dans la littérature romantique, et d'expliquer pourquoi tant d'écrivains les ont pris pour héros. Par personnages noirs j'entends non seulement les Africains et leurs descendants « pur sang », mais également les Mulâtres ou « sang-mêlés », ces derniers posant, nous le verrons, des problèmes spécifiques.

Je ne prends pas ici l'adjectif « romantique » dans son acception académique : l'essentiel de mon étude portera sur la période comprise entre la Révolution de 1789 et celle de 1848. Ces dates marquent deux moments importants dans l'histoire des rapports entre Blancs et Noirs. La France révolutionnaire a été le premier pays à décréter l'abolition de l'esclavage colonial et à étendre aux ci-devant esclaves [10] la jouissance des Droits de l'Homme et du Citoyen. Napoléon s'étant empressé d'abroger le décret (qui n'avait d'ailleurs été que très imparfaitement appliqué), il faudra attendre la chute de Louis-Philippe pour que l'esclavage soit définitivement aboli.

Les hommes de la Constituante qui décidèrent la première émancipation étaient bien entendu les enfants des Lumières. J'ai cru bon de consacrer un chapitre à l'image du Noir au XVIIIe siècle. J'y reprends les conclusions des chercheurs qui se sont penchés avant moi sur la question, et je complète certaines de leurs analyses à l'aide d'une série de textes « mineurs » dont ils n'ont pas tenu compte. Ce chapitre m'a paru indispensable car il traite de l'époque où le Noir devient « problématique », où il éveille non plus seulement une curiosité amusée mais la mauvaise conscience d'un peuple à la fois civilisé et esclavagiste, c'est-à-dire vivant dans la contradiction.

Enfin, il m'a semblé opportun de consacrer quelques pages à l'image du Noir depuis les origines jusqu'au Siècle des Lumières. Je me rends parfaitement compte qu'un tel survol est insuffisant. Mais il fallait signaler l'identification du Diable à un Nègre, la légende du Prêtre Jean, le mythe du Bon Sauvage, qui sont à la source de l'image qui m'intéresse. Ces premiers éléments persistent : les années ne font que les modifier, les déformer et les enrichir. En plus, c'est au XVIIe siècle que naît avec la traite le racisme systématique, qui cherche à la justifier en se réclamant d'une prétendue vérité scientifique.

Mon travail se veut en somme contribution à l'étude de l'opinion publique et de la sensibilité collective. Simple contribution, et comment aurait-il pu en être autrement ? Sans remonter à nos ancêtres les Gaulois, qui connaissaient les Nubiens de l'armée romaine et des équipes de gladiateurs, les contacts entre Français et Noirs vont en se multipliant depuis que la France est France. Les conclusions auxquelles j'ai cru pouvoir arriver constituent un dégrossissement, proposent une série d'hypothèses de travail. Même en ce qui concerne la littérature proprement dite, elles demandent à être rigoureusement contrôlées. On sait les difficultés auxquelles se heurte toute recherche en sociologie de la littérature : René Rémond les a résumées dans l'Introduction de son excellent livre sur Les États-Unis devant l'opinion française 1815-1852. Pour chaque texte ou série de textes signalés, il importerait de connaître le milieu social de l'autour, la sûreté de son information, les préjugés qui lui sont propres, l'idéologie à laquelle il se rattache, le public qu'il vise, la diffusion de son œuvre, l'accueil qu'on lui a fait... C'est dire que l'enquête sur le Nègre « personnage littéraire » ne sera pas achevée dans les pages qui suivent. Puissent-elles servir de point de départ à des travaux précis, portant sur des sujets plus limités, et donc passibles d'être traités dans le détail. L'article d'Yvan Debbasch sur le concours de poésie de l'Académie [11] française qui, en 1823, prit pour thème l'abolition de la traite, me semble un excellent exemple du genre de monographies qu'il importe d'entreprendre.

En outre, l'étude sur le « personnage littéraire » ne prend son sens que si elle débouche sur l'« obsession collective ». Elle risquerait autrement de n'être que pur exercice d'érudition, que promenade anecdotique dans le royaume des lettres. Voilà pourquoi, bien que mes sources principales soient littéraires, je n'ai pas hésité à puiser dans les récits de voyages, les essais, les dictionnaires, les pamphlets de toute sorte dans cette plus large optique, l'intérêt d'un document ne dépend guère du genre auquel il se rattache.

De l' « obsession collective », la littérature n'est qu'une composante parmi tant d'autres : elle l'exprime, en partie, elle la détermine et la modifie, en partie, mais en partie seulement. La politique et la mode, les arts plastiques et les recherches scientifiques, l'évolution du langage et les préoccupations religieuses, l'enseignement scolaire et les réalités économiques et sociales, la persistance des mythes et les mystères du subconscient, toutes les productions de la conscience de l'homme prennent ici valeur de témoignage. Or, la présence de l'homme noir dans les manifestations de la Weltanschauung française n'a suscité, jusqu'à ces dernières années, que des travaux fragmentaires et peu nombreux. En particulier, il n'existe, à ma connaissance du moins, aucune étude d'ensemble sur le racisme anti-noir (ou sur la lutte contre ce racisme) dans le domaine français. Ce n'est que très récemment que des travaux comme ceux de Michèle Duchet (sur l'anthropologie au Siècle des Lumières), de Simone Delesalle et Lucette Valensi (sur les

dictionnaires d'Ancien régime), de Gabriel Debien (sur la vie coloniale à Saint-Domingue) sont venus apporter de précieux éléments d'information. Une fois qu'un nombre suffisant de ces éléments auront été réunis, l'historien des idées pourra procéder à des travaux de synthèse. Je souhaite qu'il trouve dans Le Nègre romantique une série de textes intéressants, certains célèbres, d'autres tout à fait ignorés. Ce sont ces textes qui forment l'armature de mon argumentation. Plutôt que de les condenser, j'ai préféré en faire de nombreuses citations ; elles m'ont paru trop éloquentes pour être résumées ou paraphrasées.

Et l'on ne saurait trop répéter que l'étude du passé ne se justifie que .si elle permet de mieux comprendre le présent et de préparer l'avenir. Ces textes enfouis dans les bibliothèques, à quoi bon les déterrer si ce n'est pour nous reconnaître en eux, pour y retrouver la trace de notre bêtise ou de notre générosité, pour que les erreurs et les intuitions de ceux qui nous ont précédés ne tombent pas dans le néant de l'inutilité ? Ces pages jaunies par le temps, je me refuse à les considérer comme des curiosités littéraires, avant que les problèmes qu'elles posent n'aient été résolus. Le jour où le racisme ne sera plus qu'un mauvais souvenir, [12] nous pourrons nous permettre de les oublier. Mais dans cette attente, qui risque d'être longue, historiens et critiques, sociologues et psychologues, chercheurs de tous les bords et de toutes les disciplines doivent, me semble-t-il, en faire la découverte et l'analyse.

Trop de collègues, trop d'amis français et américains m'ont signalé qui une étude critique, qui une œuvre originale pour que je puisse les remercier individuellement. La longueur de ma bibliographie témoigne de leur généreuse obligeance. Si l'intérêt possible de mon étude réside dans la variété des textes présentés, c'est grâce au dévouement de cette équipe. Je la prie de trouver ici l'expression de ma très profonde gratitude.

Je tiens cependant à dire combien je dois à mon camarade Jean Macary. Il a vu et revu mon manuscrit page par page, m'a fait les critiques les plus judicieuses et m'a suggéré la solution à bon nombre de problèmes.

Je remercie également la Commission de recherches de l'Université de Princeton, qui a subventionné mes recherches des deux côtés de l'Atlantique. Enfin, j'ai pu une fois de plus apprécier la grande compétence et la patiente amabilité du personnel de la Bibliothèque Nationale, des archives de l'Institut de France et de la Bibliothèque de l'Université de Princeton.
[13]


Le nègre romantique

Personnage littéraire et obsession collective
Chapitre I
LES ANCÊTRES
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   41

similaire:

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

L\Education à l’Environnement et au Développement Durable
«Our Common Future» (Notre avenir à tous) publié en 1987 est l’un des documents fondateurs du développement durable et a servi de...

L\Organe conscient du Parti Imaginaire
«le cours normal des choses». Inversez. C'est ce cours ordinaire qui est la suspension du bien. Dans leur enchaînement, les mouvements...

L\«La recherche de l’eau dans notre système solaire»
«En quoi la recherche de l’eau dans notre système solaire est-elle un défi pour l’avenir»

L\Biologie des micro-organismes et conservation des aliments
«libre» est disponible : plus cette quantité d’eau est importante (le maximum étant pour l’eau pure), plus les micro-organismes se...

L\Lignes directrices relatives aux biobanques et bases de données de...
«Adn: Molécule qui renferme toutes les informations génétiques transmissibles qui dirigent les activités des cellules de notre corps....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com