La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire








télécharger 16.79 Kb.
titreLa recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire
date de publication19.05.2017
taille16.79 Kb.
typeRecherche
b.21-bal.com > loi > Recherche
LES METIERS DE L’ELEVAGE

L’éleveur est un responsable d’exploitation d’élevage dont la spécialité est le cheval. Il peut être employé dans une exploitation dont il n’est pas forcément propriétaire. Il produit, transforme et commercialise les produits de son exploitation. Il gère et prend les décisions qu’il convient. Il a un rôle dans la gestion de son territoire et des ressources naturelles. Il gère les aspects sociaux de son exploitation. Il doit avoir de bonnes qualités de gestionnaire.
LES DIPLOMES AGRICOLES : Certificat professionnel de spécialisation / Certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA) / Brevet d’études professionnelles agricoles (BEPA) / Brevet professionnel agricole (BPA) / Brevet professionnel (BP) / Brevet professionnel sportif Jeunesse et Sports / Baccalauréat professionnel / Baccalauréat technologique / Baccalauréat général série S (biologie, écologie, agronomie) / Brevets d’Etat / Brevet de technicien agricole / Brevet de technicien

supérieur agricole
Élevage et entretien : Éleveur équin, Inséminateur artificiel, étalonnier, soigneur d’équidés, chef de centre équin, mécanicien agricole, groom (voir soigneur d’équidés), conducteur d’animaux de bât ou de portage, conducteur d’attelage hippomobile, cocher
Élevage et haras nationaux : Délégué régional, Responsable de secteur, conseiller technique de secteur, Responsable de pôle hippique (Ingénieur agricole), Assistant technique de pôle hippique, Adjoint technique, Conseiller technique de secteur.
Élevage et métiers de la santé : Aide vétérinaire, Assistant vétérinaire, Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire, Vétérinaire équin, Dentiste équin, Kinésithérapeute équin, Médecin du sport, Ostéopathe équin, Equithérapeute équin, Éducateur spécialisé.
La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire.
LES METIERS DES COURSES
Le travail de l’entraîneur du cheval de course est important dans la mesure où ce professionnel est celui qui connaît le plus le cheval. Il le soigne, assure son entraînement du matin, vérifie son aptitude et sa forme. Il le travaille en main et monté. Il s’occupe de l’état des ferrures et fait venir le vétérinaire lorsque c’est nécessaire. Il peut travailler des heures la musculature du cheval sans pour autant le faire courir. On peut devenir chef d’entreprise avec ce métier. Les propriétaires lui confient leurs chevaux et comptent sur son rôle de conseiller. Pour être entraîneur, des compétences plurielles sont indispensables : technicien, soigneur d’équidés, spécialiste des courses, être capable de gérer la carrière d’un cheval, posséder des relations humaines indéniables. L’entraîneur est rémunéré par les pensions des chevaux qu’il entraîne ; il reçoit un pourcentage sur les gains acquis dans les courses de chevaux (définition complète dans le guide des formations « les métiers du cheval »).

Les courses : Entraînement du cheval de courses, lad jockey, Lad driver, Jockey, Driver, Premier garçon, Garçon de voyage.
L’environnement : Agent d’entretien à cheval, Débardeur à cheval.
Agence Cheval de France

26 rue des Rigoles

75020 PARIS

06 70 07 39 02

www.chevaldefrance.com
Gilbert DE KEYSER

Spécialiste de l’orientation professionnelle équestre

Journaliste / auteur : Guide des métiers du cheval

Annuaire des formations des métiers du cheval

www.chevalinfo.com www.lessalonsducheval.com

www.lafiliereequestreprofessionnelle.com
LES METIERS DE L’EQUITATION

L’équitation est la base de toute activité équestre, quoiqu’en pensent ceux qui veulent faire l’économie de l’apprentissage et du travail. On pourrait admettre qu’un cavalier, propriétaire de son cheval, monte moyennement bien car, après tout, il a le droit d’utiliser sa monture comme il lui convient, dans les limites du strict respect de l’animal. En revanche, une mauvaise tenue à cheval devient inadmissible dès lors qu’il s’agit d’un professionnel

L’Etat délivre les diplômes liés à l’enseignement de l’équitation (Ministère de la Jeunesse et des Sports). Plusieurs diplômes sont à ce jour proposés par ce ministère.

Le nouveau brevet JEPS, remplace et annule le brevet d’état de BEES1 et il existe toujours le brevet d’aptitude professionnelle aux fonctions d’assistant animateur technicien – BAPAAT. La commission paritaire des centres équestres vient de mettre en route un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP). Le brevet JEPS est un diplôme professionnel permettant une autonomie complète. Son titulaire enseigne, encadre, anime, accompagne. Il vit au milieu de ses chevaux, même s’il est plus souvent à pied qu’à cheval. Il prépare et emmène ses élèves en compétition, mais il peut faire les boxes, nourrir les chevaux, gérer les plannings, acheter les chevaux, organiser les concours dans son centre équestre. Il accueille les clients, supervise le maréchal-ferrant et le dentiste.
Les métiers de l’équitation : Brevet d’aptitude professionnelle aux fonctions d’assistant animateur technicien BAPAAT), Brevet d’État d’éducateur sportif de 2è degré (BEES 2 - instructeur), Brevet d’État d’éducateur sportif de 3e degré (BEES 3 – professeur) Brevet professionnel sportif JEPS, Entraînement du cheval de compétition, Cavalier professionnel, Guide de randonnées équestres, CQP accompagnateur de tourisme équestre, écuyer du cadre noir,
LES AUTRES METIERS
On peut admettre que la passion l'emporte sur le raisonnable et qu'en définitive, on ne puisse exercer un métier ailleurs que dans la filière cheval.

Nous avons vu qu'une multitude de métiers existent (avec des formations agréées, des diplômes, des conventions collectives) et que des emplois en découlent (stables ou temporaires, avec ou sans qualification).

Par exemple, la passion du cheval peut vous amener à choisir un travail classique (secrétariat) que vous pratiquerez dans un cadre équestre.

Et puis, on suit des études pour un métier que l’on croit intéressant, qui cessera de l’être après une dizaine d’années. Donc, dans l’immédiat pourquoi ne pas chercher à assouvir ses passions ?

Artisanat et métiers d’art : maréchal ferrant, peintre animalier, sculpteur, speaker de manifestations équestres, spectacle équestre, artiste de cirque, fauconnier à cheval, photographe d’art, ébéniste, charron, goémonier, dessinateur,
Commerces et services : Courtier de chevaux, Éleveur amateur, Exploitant, Loueur d’équidés, Marchand de chevaux, Transporteur, Vendeur spécialisé de grand magasin, formateurs en école agricole, journaliste, écrivain, avocat,
Les métiers de la sécurité et de la surveillance : Garde champêtre à cheval, Garde de l’office national des forêts, Garde républicain, Gendarme-adjoint cavalier, Policier national à cheval, Policier municipal à cheval, éco-garde, patrouilleur équestre.
On compte plus de 500 000 chevaux en France, et il faut noter que l’effectif des équidés est en hausse depuis une douzaine d’années. Pour gérer et rentabiliser tout ce cheptel, de véritables filières professionnelles ont été mises en place en France, intervenant depuis la production jusqu’à la transformation, ou bien pour la commercialisation de ses différentes utilisations. On dénombre ainsi plus de 50 000 emplois en France dans ces filières, appartenant à tous les domaines : agriculture, environnement, courses, loisirs, sports, etc.1

Le nombre de chevaux qui a d’abord subi une baisse certaine au milieu du XXe siècle en raison de la motorisation, est de nouveau en augmentation suite au développement des pratiques équestres de sports, de loisirs et de courses. Les races de chevaux, d’ânes et de poneys reconnues en France sont au nombre de 41.

On compte environ 72 000 personnes travaillant d’une façon ou d’une autre dans l’élevage équin plaçant ainsi cet élevage comme le secteur de la filière générant le plus d’activité. Les courses constituent un ensemble organisé et ces activités génèrent plus de 1 300 emplois. On trouve actuellement 1764 entraîneurs professionnels et 1125 amateurs. La filière équestre génère des emplois, par les entreprises associatives ainsi que par les autres. il y a dans ce secteur beaucoup plus de salariés qu’il n’y paraît. En effet, 70% des établissements équestres emploient des salariés, 30%, fonctionnant sans salariés : animation et accompagnement (34%) ; entretien (33%) ; enseignement (26%).

On trouve également dans les métiers du cheval des vétérinaires spécialisés (300 personnes), des maréchaux-ferrants (les artisans et leurs employés représentent au total 950 personnes), des marchands de selles (2 500 personnes dont 2 000 salariés), des formateurs et des chercheurs (600 emplois), les personnels des Haras nationaux (1 000 personnes), les fabricants d’aliments (100 sociétés produisant 150 000 tonnes d’aliments) et tous les autres secteurs comme les assurances, la presse spécialisée, les spectacles, etc. On ne peut ignorer tous les salariés intervenant dans la filière de la transformation de la viande de cheval : 33 800 tonnes de viandes ont été consommées en France sur une année, en 2001. La production française n’est que de 7 900 tonnes Au total, le secteur économique appartenant aux différentes filières du cheval est important bien qu’il soit loin d’être majeur dans notre pays. Il représente plus encore beaucoup d’investissements psychologiques et affectifs, peut-être plus importants que les réalités économiques et professionnelles.

similaire:

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconElève ingénieur en agriculture

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconEmploi type: cdd 12 mois (renouvelable) d’assistant ingénieur/Ingénieur...

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconRecherche, faire un travail de précision Nature du travail
«ingénieur chimiste» recouvre plus de trente métiers différents. En effet, l'ingénieur chimiste conçoit les matières et composants...

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire icon2- recherche : Chercheur à l’Institut de Pédiatrie Sociale de l’Université de dakar depuis 1981

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconRecherche Jean-Marc Lemaître, chercheur à l’Inserm, a réussi à inverser...

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconStl : science et technologie de laboratoire Biologie H, végétale,...

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconIngénieur(e) recherche et développement en agroalimentaire

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconIngénieur Recherche & Développement Expérience Professionnelle

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconLeica Biosystems Ingénieur d'Application en Laboratoire
«Faire progresser le diagnostic du cancer, Améliorer la vie», est au cœur de notre culture d'entreprise. Nos produits sont développés...

La recherche : Ingénieur agronome, Chercheur éthologue, Ingénieur en Agriculture. Chercheur en laboratoire iconAssistante Ingénieur / Technicienne de recherche en biologie cellulaire ou moléculaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com