Les mémoires du racisme








télécharger 73.7 Kb.
titreLes mémoires du racisme
date de publication18.05.2017
taille73.7 Kb.
typeMémoires
b.21-bal.com > loi > Mémoires



Les mémoires du racisme


Parcours pédagogique


Contenu : Peut-on catégoriser l’espèce humaine en « races » ? Parler d’un sujet délicat tel que le racisme sans trop s’impliquer.

Thème : histoire

Niveau : B2, avancé

Public : adultes
Séquences de l’émission utilisées :

- 00’16  04’15 : les différentes conceptions de la notion de races.

- 04’16  07’16 : les causes économiques et politiques du racisme.

- 07’19  10’22 : la situation en Europe, aux États-Unis et en Afrique du Sud à la moitié du XXe siècle.

- 10’23  12’45 : la conclusion de l’émission.

- 12’45  13’20 : la bibliographie.




Liste des activités et objectifs




  • Mise en route

  • Développer son répertoire lexical concernant le racisme.

  • Analyser des faits

  • Repérer des informations sur les différentes conceptions des races au fil des siècles.

  • Comprendre les causes du racisme.

  • Résumer des informations.



  • Repérer une prise de position

  • Repérer les procédés utilisés par le présentateur pour se distancier des faits énoncés.

  • Exprimer la perception des explications par le téléspectateur.




  • Participer au débat

  • Présenter un mouvement ou un parti politique intransigeant/raciste.

  • Prendre de la distance par rapport aux idées d’autrui.

  • Échanger sur les causes du racisme.

  • Choisir ses mots pour ne pas trop s’impliquer dans la discussion.

  • Faire des propositions concrètes pour remédier au racisme dans le sport.


Mise en route





Avant de diffuser l'émission, noter le mot « racisme » au tableau et demander aux apprenants de définir ce terme puis de venir noter d'autres mots qui renvoient au racisme.

Comment pourriez-vous définir ce terme ? Trouvez d’autres mots qui évoquent le racisme.

Former ensuite des groupes de trois et leur demander de définir les différents mots.

Mettre en commun et se mettre d'accord, ensemble, sur une définition. Demander aux apprenants quels sont les mots les plus utilisés aujourd'hui et dans quels contextes ?
Pistes de corrections / Corrigés :

- Définition de racisme : idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. Attitude d'hostilité systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes.
Autres mots :

- xénophobie : hostilité systématique manifestée à l'égard des étrangers.

- repli identitaire : isolement par rapport aux personnes qui n'ont pas la même origine, la même religion ou la même culture, souvent en raison de conditions extérieures considérées comme difficiles.

- ostracisme : procédure en usage au Ve s. avant J.-C., à Athènes, permettant de bannir pour dix ans les citoyens dont on craignait la puissance ou l'ambition politique. Action de tenir quelqu'un qui ne plaît pas à l'écart d'un groupe, d'une société, d'une manière discriminatoire et injuste.

- islamophobie : hostilité envers l'Islam, les Musulmans.

- antisémitisme : doctrine ou attitude systématique de ceux qui sont hostiles aux Juifs et proposent contre eux des mesures discriminatoires.

- ségrégationnisme : politique de discrimination raciale.

- apartheid : ségrégation systématique des populations de couleur, en Afrique du Sud.

- injustice : caractère de ce qui n’est pas juste, qui n’est pas équitable.

- inégalité : le fait de ne pas être égaux, devant la loi, pour l’accès au travail, à un logement par exemple.
Aujourd'hui les mots « racisme » ou « xénophobie » sont moins utilisés. On parle davantage d'islamophobie, d'antisémitisme ou même d'homophobie (hostilité envers les homosexuels). Ce sont donc les communautés qui sont directement visées lorsqu'on parle de racisme aujourd'hui.
Analyser des faits - Activité 1

Faire lire les affirmations. Diffuser l’émission (0'16  04'15).

Réalisez l’activité 1 : lisez les affirmations. Écoutez attentivement le reportage et indiquez si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses en justifiant vos réponses.

Si nécessaire, rediffuser l'émission une seconde fois. Faire comparer les réponses. Mettre en commun.
Poursuivre l'activité en demandant aux apprenants s'ils ajouteraient des moments-clés ou de nouvelles conceptions des races, notamment en ce qui concerne leur pays.

Quelles sont, selon vous, les étapes à ajouter pour le XXIe siècle ? Y a-t-il d'autres étapes ou conceptions que vous ajouteriez concernant plus particulièrement votre pays ?
Pistes de corrections / Corrigés :

Les justifications ci-dessous sont des extraits de la transcription :

1. Faux : Il y aurait quatre races, chacune déterminée par la couleur de la peau et chacune correspondant à un continent. Eh bien ce que je vous raconte là est complètement faux.

2. Vrai : En 1907, le géographe français Vidal de La Blache fait un atlas sur lequel on constate la corrélation entre continents et prétendues races qui s’y rattachent.

3. Faux : D’après cette carte vue par des millions de jeunes Français, l’espère humaine est divisée en races se distinguant les unes des autres par certains traits héréditaires, comme la couleur de la peau qui est la différence la plus visible.

4. Vrai : Carl von Linné, dans « Systema Naturæ », définit quatre variétés d’Homo sapiens auxquelles il associe une couleur de peau et des caractéristiques précises : homo asiaticus : jaune pâle, mélancolique, rigide ; homo afer : noir, flegmatique, décontracté ; homo europeus : blanc, sanguin, musculaire ; homo americanus : rouge, colérique et droit.

5. Faux : Dans « Histoire naturelle du genre humain », on trouve une illustration montrant trois profils, de l’Apollon de la statuaire grecque, à l’orang-outan, en passant par le Nègre. Dans cette présentation, le Nègre forme le chaînon manquant entre le singe et l’idéal humain.

6. Vrai : Le manuel scolaire « Le Tour de France par deux enfants » nous enseigne qu’il y a quatre races et que la race blanche est « la plus parfaite des races humaines ». Entre 1877 et 1977, ce livre est vendu à 8 millions et demi d’exemplaires.



Analyser des faits - Activité 2

Pour cette activité, imprimer la fiche matériel qui reprend les cartes en taille plus grande. Diffuser l’émission (04’16  07’16).

Faites l’activité 2 : observez attentivement ces cartes puis écoutez l’émission et expliquez à quoi elles correspondent.

Faire comparer les réponses puis mettre en commun.
Pistes de corrections / Corrigés :

Carte n°1

Carte n°2

Carte n°3







Les grandes découvertes de B. Dias, C. Colomb, V. de Gamas, F. Cabral, Magellan, et le partage du monde entre le Portugal et l’Espagne.

Les Européens vont chercher des esclaves en Afrique, les emmènent de force dans le Nouveau Monde et rapatrient les bénéfices en Europe: c’est le commerce triangulaire.

En plus de sa domination économique, institutionnelle, technique, militaire, l’Europe impose une domination morale et religieuse. Elle pense également avoir une mission civilisatrice qui apporte le progrès et la foi aux populations d’Amérique, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie.




Carte n°4

Carte n°5

Carte n°6







La quasi-totalité du continent africain est colonisée par les grandes puissances européennes.


En 1914, à la veille de la Première Guerre mondiale, voici les empires contrôlés par la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie.

Le Japon a aussi cette idée de supériorité et de mission impériale : il va conquérir Formose, la Corée, le Mandchoukouo en Chine puis un peu plus tard l’Asie du Sud-Est.


Analyser des faits - Activité 3

    Diffuser la 3e partie de l’émission (07’19  10’22).

    Réalisez l’activité 3 : écoutez l’émission. Prenez des notes puis résumez pour chaque pays ou continent la situation par rapport au racisme au XXe siècle. Comparez vos réponses.

    Mettre en commun.


Pistes de corrections / Corrigés :

Europe

États-Unis

Afrique

Le nazisme amène l’idée de la supériorité de la race aryenne. Extermination de tout ce qui s’écarte de cette « race » (Juifs, Noirs, handicapés, etc.). Mais toutes ces horreurs ont fait évoluer la pensée sur la supériorité de la race blanche.


La guerre civile américaine éclate en 1891. 11 États américains souhaitent pouvoir continuer à profiter gratuitement des esclaves noirs mais les Confédérés perdent la guerre : l’esclavage est aboli. Toutefois des lois raciales ségrégationnistes imposent la séparation entre Blancs et Noirs dans les espaces publics ou privés. Ce sera le Civil Right Act qui y mettra un terme en 1964.

Malgré un processus de décolonisation, le racisme perdure en Afrique du Sud (dû aux idées coloniales). La ségrégation entre Blancs (descendants des colons néerlandais et britanniques) et Noirs restera en application durant 43 ans.


Repérer une prise de position - Activité 4





Faire des binômes.

Faites l’activité 4 : lisez les extraits de l’émission proposés. Dans chaque extrait, soulignez les mots ou expressions utilisés par le présentateur pour se distancier des faits.

Mettre en commun.

En groupe classe : indiquez pour chaque élément le procédé linguistique utilisé et l’effet produit.

Discuter avec les apprenants autour des effets produits. Réaliser un tableau avec les réponses.
Pistes de corrections / Corrigés :

Extrait 1 : Regardez cette carte ethnographique du monde. Elle vient d’un atlas de 1907 du géographe français Vidal de La Blache et l’on y constate la corrélation entre continents et prétendues races qui s’y attachent. Il y en aurait neuf et on repère notamment, sur le continent africain et dans une partie de l’Asie, les Nègres, les Négroïdes, je cite la légende, la race mongoloïde, les Européens en Europe, Amérique du Nord, partiellement en Amérique du Sud et en Océanie, les Berbères et Arabes, les Pygmées d’Afrique, les Indiens d’Amérique, etc.
Extrait 2 : D’après ces cartes, l’espère humaine est divisée en races, c’est-à-dire des populations qui se distinguent les unes des autres par certains traits héréditaires, comme la couleur de la peau qui est la différence la plus visible. Ce type de catégorisation remonte aux travaux de naturalistes comme le Français Buffon ou le Suédois Linné.
Extrait 3 : L’anthropologue allemand Blumenbach, lui, identifie cinq races.
Extrait 4 : Par exemple, le manuel scolaire Le Tour de France par deux enfants nous enseigne qu’il y a quatre races et que la race blanche est, je cite, « la plus parfaite des races humaines ». Et songez qu’entre 1877 et 1977 ce livre est vendu à 8 millions d’exemplaires, soit autant d’enfants qui assimilent ces idées-là à l’école et ces enfants ont été nos grands-parents ou peut-être même nos propres parents. Alors cela explique évidemment en partie comment nous avons été conduits à penser de façon aussi fausse.
Extrait 5 : À la domination économique, institutionnelle, technique, militaire qui est tout à fait réelle, l’Europe impose en plus une domination morale et religieuse. Elle estime avoir une mission civilisatrice, censée apporter le progrès et la foi aux populations d’Amérique, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie, vues comme moins avancées.
Ce tableau expliquant les procédés linguistiques et effets produits est donné à titre indicatif :

Exemples

Procédés linguistiques

Effets

Il y en aurait quatre.


Utilisation du conditionnel.

Mise en doute, éloignement de l’information.

Et bien ce que je vous raconte là est complètement faux.

Négation totale de ce qui est cité précédemment. Procédé rhétorique.

Éloignement de conceptions considérées comme totalement fausses

Et pire encore…

Modalisation.

Indignation.

Les races pourraient ne pas être tout à fait égales entre elles.

Utilisation du conditionnel.

Mise à distance de l’information.

Prétendues races

Adjectif.

Éloignement vis-à-vis de la source.

Il y en aurait neuf.

Utilisation du conditionnel.

Mise en doute, éloignement de l’information.

Je cite la légende.

Référence.

Éloignement vis-à-vis de la source.

D’après ces cartes…

Utilisation du démonstratif.

Éloignement vis-à-vis de la source.

lui

Utilisation du pronom tonique.

Éloignement vis-à-vis de l’auteur.

je cite…

Référence.

Éloignement vis-à-vis de la source.

Et songez que...

Impératif.

Interpellation du spectateur pour mettre en relief l’indignation.

Ces idées-là…

Utilisation du démonstratif + -là.

Considération péjorative.

Alors cela explique évidemment en partie comment nous avons été conduits à penser de façon aussi fausse.

Utilisation de l’adverbe « évidemment » + passif.

Prise de position par rapport aux faits passés.

censée apporter…

Vocabulaire.

Mise en doute et éloignement de l’objectif de la mission.



Participer au débat - Activité 5





Former des groupes.

Faites l’activité 5 : présentez les idées et arguments d’un mouvement ou d’un parti politique intransigeant et/ou raciste de votre choix. Utilisez des mots ou expressions vus précédemment pour prendre de la distance avec ce qu’ils avancent.

Corriger les erreurs éventuelles.
Pistes de corrections / Corrigés :

- Moi je vais parler d’un parti politique de mon pays qui fait beaucoup parler de lui en ce moment. Il s’agit du parti politique « Aube dorée ». C’est un parti d’extrême droite néo-nazi, raciste et antisémite qui est devenu le 5e parti de Grèce. Il prétend vouloir effacer la dette de la Grèce. Selon ce parti, expulser les immigrés serait un premier pas pour sortir la Grèce de la crise. Alexandros Plomaritis a d’ailleurs dit – je cite – « nous sommes prêts à ouvrir les fours et on fabriquera des abat-jour avec leur peau » en parlant des immigrés. Etc.

Participer au débat - Activité 6





Diffuser la fin de l’émission (10’23 12’45).

Faites l’activité 6 : écoutez la conclusion de l’émission. Soyez particulièrement attentifs aux derniers points développés ainsi qu’au paradoxe qui est mis en relief.

Faire expliciter par les apprenants le paradoxe mis en évidence dans la conclusion.

Puis, lancer la discussion à partir d’autres causes du racisme qui n’ont pas été développées dans l’émission et qui expliqueraient que le racisme perdure.

Demander aux apprenants de réemployer dans leurs interventions les procédés de distanciation vus précédemment.

Noter les erreurs des apprenants et faire un retour linguistique une fois la discussion terminée.
Pistes de corrections / Corrigés :

L’opposition mise en relief :

Nous savons aujourd’hui que l’espèce humaine est unique, que nous avons tous des origines communes. Nous comprenons que les couleurs de peau sont le résultat de l’adaptation du corps à l’environnement. La biologie, la génétique, l’archéologie ont permis d’établir que tous les peuples étaient égaux. Et pourtant, le racisme existe toujours.
Propositions pour lancer/relancer la discussion :

1. Pourquoi le racisme perdure-t-il selon vous ?

- Je crois que la conception biologique et la conception de la société sont indépendantes l’une de l’autre. Même si les connaissances scientifiques ont avancé, cela ne signifie pas malheureusement que les conceptions des peuples aient avancé à la même vitesse.

- En effet, je comprends ce que tu veux dire. Des gens seraient encore effrayés par la différence.

- Songez aux nombreuses idées qui circulent sur les Roms par exemple ! Etc.

2. Quelles autres causes peuvent expliquer ce phénomène ?

- La peur de l’autre.

- Oui, la différence est souvent vue comme une menace. Et ce qui menace un individu ou un groupe est rejeté.

- Les stéréotypes qui sont installés sont difficiles à changer. Il me semble que des caractéristiques morales sont souvent attachées à des caractéristiques physiques. Et ce n’est pas correct. Etc.

3. Quelles autres formes de discrimination sont souvent associées au racisme ?

- Le statut social.

- La pauvreté.

- Le retard dans l’éducation. Etc.

Participer au débat - Activité bonus





Diffuser les dernières secondes de l’émission (12’45  13’20) consacrées aux documents recommandés par le présentateur et utiliser la référence au livre de Lilian Thuram afin d’aborder le thème du racisme dans le sport, et notamment le football.

Proposez des pistes concrètes pour résoudre le problème du racisme dans le sport.


Alliance française de Bruxelles-Europe – Octobre 2013

Les mémoires du racisme /

Niveau avancé, B2




similaire:

Les mémoires du racisme iconTranscription : Les mémoires du racisme Jean-Christophe Victor, présentateur...

Les mémoires du racisme iconPierre Parlebas Docteur d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines Président...
«Ce sont les passions qui utilisent la science pour soutenir leur cause. La science, écrit-il, ne conduit pas au racisme et à la...

Les mémoires du racisme iconLe Racisme Expliqué à Ma Fille
«les livres sacrés» ? Donnez des exemples. Qu’est-ce qu’ils disent à ce sujet ?

Les mémoires du racisme icon• Mémoires de vigne
«du bon et du local», qui valorise les produits de nos entreprises et des territoires voisins. Une initiative illustrée dans le dossier...

Les mémoires du racisme iconMémoires de guerre

Les mémoires du racisme iconDe l’invention du racisme

Les mémoires du racisme iconLe racisme toujours d’actualité

Les mémoires du racisme iconHsp3u anthropologie écoles de pensée et méthodes de recherche Anthropologues 1
...

Les mémoires du racisme iconHsp3c- anthropologie écoles de pensée et méthodes de recherche Anthropologues 1
...

Les mémoires du racisme iconMémoires de traduction scientifique (manuel de biologie cellulaire et cours de neuro-anatomie)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com