Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies








titreApport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies
page5/6
date de publication18.05.2017
taille0.6 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6
valeur non interprétable : contrôle blanking est >300ng/mL. Le taux de base des leucotriènes en absence de stimulation est trop élevé.

(**)valeur non interprétable : contrôle de stimulation est <500ng/mL. Le patient a une réactivité très faible des leucocytes à la stimulation non spécifique par l’Ac anti-récepteur des IgE.

Valeur en rouge : valeur entre 200 et 270 pg/mL= Intervalle d’incertitude.

Les autres 3 patients pour lesquels on a pas des échantillons antérieures, on a chercher ses résultats dans le logiciel du laboratoire sur base d’une prise de sang.
Tableau 6




RÉSULTAT 1er PDS




RÉSULTATS 2ème PDS

CAST

Patients

IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i3




IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3

CCD

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

Gi.MC

-

fev06: 2.12 avr07: 2.5

4.7

fev06: 0.77 avr07: 2.5




0.17

0.8

3.28

0.07

4.39

0.05

*1657.54

1349.89

462.05

932.75

Ne.O

<0.10

>100

-

-




0.03

27

3.1

0.04

1.24

0

193.51

**460.53

292.15

439.67

Va.N

<0.10

1.01

17.3

0.38




0.03

0.68

20.6

0.12

2.89

0

*1672.29

1931.42

451.98

1081.38

(*) valeur non interprétable : contrôle blanking est >300ng/mL. Le taux de base des leucotriènes en absence de stimulation est trop élevé.

(**) valeur non interprétable : contrôle de stimulation est <500ng/mL. Le patient a une réactivité très faible des leucocytes à la stimulation non spécifique par l’Ac anti-récepteur des IgE.

Valeur en rouge : valeur entre 200 et 270 pg/mL= Intervalle d’incertitude.

Dans ce groupe de 10 patients qui sont en cours de désensibilisation au venin de guêpe, tous sont sensibilisés à la guêpe révélés par un dosage d’IgEs i3 positif (moyenne= 5.95). Cinq d’entre-eux présentent une positivité aux abeilles (IgEs i1 positif : moyenne= 0.52). On remarque que dans ce groupe de patients, le taux d’IgEs est en général plus élevé pour la guêpe en comparaison avec les patients ayant subit uniquement une réaction locale. Parmi les 10 patients qui font partie de ce groupe, deux d’entre-eux présentent un dosage IgEs CCD positif (moyenne= 0.28). Parmi ces 10 patients qui sont en cours de désensibilisation au venin d’hyménoptère, on constate aussi que deux d’entre-eux présentent un taux de tryptase positif (>13.5 µg/L) (moyenne= 23.95). Leur taux de tryptase a même augmenté par rapport à l’antériorité. Une de ces deux patientes présente d’ailleurs une augmentation du taux d’IgEs i3 (guêpe). Nous avons réalisé des CAST chez les 10 patients pour les allergènes de guêpe (n= 10) et/ou d’abeille (n= 10).  Six patients qui avaient des IgEs i3 positifs ont un résultat de CAST positif pour la guêpe. Les quatre autres patients qui ont des IgEs pour i3 positifs ont un résultat de CAST négatif (n= 1) ou ininterprétable (n= 3, mauvais répondeurs). Parmi les cinq patients qui avaient des IgEs i1 positifs, deux d’entre-eux ont un résultat de CAST positif pour l’abeille. Les autres trois patients qui ont des IgEs pour i1 positifs ont un résultat CAST négatif (n=1) ou ininterprétable (n=2), mauvais répondeurs). Un seul patient qui n’avait pas des IgEs pour i1 a présenté un résultat positif au CAST. On ne peut pas interpréter avec assurance les résultats des patients Be.C, Le.A, Ch.M, Gi.MC, Va.N et Sc.A, car les taux de base des leucotriènes en absence de stimulation sont trop élevé (>300pg/mL) : on dira que leur résultat est positif ou négatif, mais sous réserve (à confronter avec la clinique de chaque patient).
2.2 Tableau récapitulatif de l’étude réalisée chez 10 patients en cours de désensibilisation (Groupe 2)





RÉSULTAT 1er PDS




RÉSULTATS 2ème PDS

CAST

Patients

IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4i1

IgG4 i3




IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3

CCD

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

De.C

0.06

13.2

5.59

0.12

5.11




0.07

9.04

5.07

0.06

7.09

0.01

255.59

602.79

464.76

444.74

Be.C

0.05

2.54

3.64

0.07

1.84




0.1

1.2

2.02

0.03

1.22

0

*1620

>>>>>>>

421.35

>>>>>>

Le.A

0.56

14.3

5.50

0.04

3.38




0.79

8.52

5.83

0.02

19.9

0.31

*1749.13

427.91

389.44

254.76

Ch.M

0.02

0.37

6.11

0.07

0.58




0.02

0.14

7.78

0.03

2.39

0

 *1561.14

>>>>>>>

348.25

3043.35

Sc.A

1.49

1.57

2.59

0.13

5.89




1.25

0.97

3.52

0.13

3.98

0.24

*326

409

235.62

225.84

Fr.C

0.03

1.22

19.5

0.07

0.07




0.17

2.59

27.3

0.07

2.22

0

186.65

756.47

745.24

335.51

Pe.D

0.09

4.19

3.10

0.15

2.61




0.22

8.53

5.58

0.17

7.93

0.06

265.03

603.40

333.41

485.87

Gi.MC

-

avr07:2.5

4.7

-

avr07:2.5




0.17

0.8

3.28

0.07

4.39

0.05

*1657.54

1349.89

462.05

932.75

Ne.O

<0.10

>100

-

-

-




0.03

27

3.1

0.04

1.24

0

193.51

**460.53

292.15

439.67

Va.N

<0.10

1.01

17.3

-

0.38




0.03

0.68

20.6

0.12

2.89

0

*1672.29

1931.42

451.98

1081.38

3 Etude réalisée chez 11 patients ayant terminé la désensibilisation (Groupe 3)

3.1. Évolution du profil sérologique au cours du temps

Parmi les 11 patients qui avaient terminé le traitement de désensibilisation (groupe 3), nous avons eu la chance de posséder, pour 4 d’entre eux, un échantillon conservé à -20°C provenant d’une prise de sang antérieure. Nous avons pu ainsi comparer l’évolution au cours du temps de leur profil sérologique : c'est-à-dire l’évolution des anticorps depuis la fin de leur traitement. Nous avons également réalisé un CAST/BAT et le dosage des tryptases sur le nouveau prélèvement.
Tableau 7




RÉSULTAT 1er PDS




RÉSULTATS 2ème PDS

Patients

IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3




IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3

CCD

De.Jo

1.79

0.25

5.95

3.89

0.12




1.16

0.2

8.01

2.59

0.08

<0,10

Bu.F

<0,10

1.37

4.09

0.06

6.36




<0,10

1.49

5.7

0.05

2.85

<0,10

Cu.MH

<0,10

24.1

5.24

0.15

8.90




1.59

21.7

6.55

0.22

9.94

<0,10

Sp.P

<0,10

15.3

3.54

0.08

2.60




<0,10

11.5

2.76

0.06

2

<0,10







CAST

BAT

Patients

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

De,Jo

185

**467.12

399.92

211.12

 NR

NR 

NR 

NR 

Bu,F

186.20

2616.34

234.04

1404.07

2.01%

30.75%

NR

8.48% (100ng/ml)

Cu,MH

182.57

**407.46

380

168.15

0.55%

37.88%

NR

2.39%

(100ng/ml)

Sp,P

176.79

1732.53

209.42

1099.54

NR 

NR 

 NR

 NR

(*) valeur non interprétable : contrôle blanking est >300ng/mL. Le taux de base des leucotriènes en absence de stimulation est trop élevé.

(**) valeur non interprétable : contrôle de stimulation est <500ng/mL. Le patient a une réactivité très faible des leucocytes à la stimulation non spécifique par l’Ac anti-récepteur des IgE.

Valeur en rouge : valeur entre 200 et 270 pg/mL= Intervalle d’incertitude.

Les autres 7 patients pour lesquels on a pas des échantillons antérieures, on a chercher ses résultats dans le logiciel du laboratoire sur base d’une prise de sang.
Tableau 8




RÉSULTAT 1er PDS

 

RÉSULTATS 2ème PDS

Patients

IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i3




IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3

CCD

De,J

-

-

-

-




<0,10

0,47

5.30

0,09

4,88

<0,10

Gr,F

<0,10

3,3

2,65

7,22




0,33

1,35

8,83

0,04

0,78

<0,10

He,E

juin05: 5,99 mai07:1,84

juin05: 2,23 mai07: 1,46

juin05: 1,95 mai07: 2,3

juin05: 0,12 mai07: 0,17




0,52

0,61

3,15

0,06

0,24

0,3

En,C

-

-

-

-




<0,10

0,69

4,6

0,04

1,71

<0,10

Fo,A

-

-

-

-




<0,10

0,11

3,88

0,06

0,24

<0,10

Bu.E

<0.10

Mai07 : 0.37 Fev08 : 0.16

-

-




<0,10

<0,10

3.38

0.07

1.42

<0,10

Gr.Ni
















<0,10

1.98

2.29

0.05

8.96

<0,10






CAST

BAT

Patients

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

De,J

*473,1

1118

NR

423,86

NR

NR

NR

NR

Gr,F

*1446.85

1104.63

384.86

1050.79

NR

NR

NR

NR

He,E

*471,5

1153

NR

748,58

0,71%

12,71%

NR

11,39%(50ng/ml)

En,C

256.93

1202

444.65

838.32

1,81%

14,92%

NR

34,36%(50ng/ml) 50% (100ng/ml)

Fo,A

174.68

1989.92

254.29

1175.97

NR

NR

NR

NR

Bu.E

-

NR

NR

NR

IN

IN

IN

IN

Gr.Ni

95.92

2172.60

NR

181.58

NR

NR

NR

NR

(*) valeur non interprétable : contrôle blanking est >300ng/mL. Le taux de base des leucotriènes en absence de stimulation est trop élevé.

(**) valeur non interprétable : contrôle de stimulation est <500ng/mL. Le patient a une réactivité très faible des leucocytes à la stimulation non spécifique par l’Ac anti-récepteur des IgE.

Valeur en rouge : valeur entre 200 et 270 pg/mL= Intervalle d’incertitude.
Dans ce groupe de 11 patients ayant fini la désensibilisation au venin de guêpe ou abeille (n=1), 9 d’entre-eux sont toujours sensibilisés à la guêpe révélé par un dosage IgEs i3 positif (moyenne=5.65) et quatre d’entre-eux présentent une positivité aux abeilles (IgEs i1 positif : moyenne=1.11).

Parmi ces 11 patients qui ont fini la désensibilisation au venin d’hyménoptère, on constate qu’aucun d’entre-eux ne présente un taux de tryptase positif (<13.5 µg/L). Nous avons réalisé des CAST chez 10 de ces patients pour les allergènes de guêpe (n= 10) et/ou d’abeille (n= 7). Nous avons également réalisé des BAT chez 4 de ces patients pour les allergènes de guêpe (n= 4). Cinq patients qui avaient des IgEs i3 positifs ont également un résultat de CAST positifs pour la guêpe. Les cinq autres patients qui ont des IgEs pour i3 positifs ont un résultat de CAST négatif (n= 1) ou ininterprétable (n= 3, mauvais répondeurs) ou résultat dans l) intervalle d’incertitude (n=1). Parmi les 7 patients chez qui on a réalisé le CAST pour i1, il y a 2 patients qui avaient des IgEs i1 positifs qui ont eu également un résultat de CAST positif pour l’abeille. Les cinq autres patients ne présentant pas un taux d’IgEs pour i1 ont eu soit un résultat négatif pour le CAST (n=1), soit un résultat dans la zone grise (n=3, intervalle d’incertitude), soit de vrais négatifs (n=1). Parmi les 11 patients qui font partie de ce groupe, seulement un d’entre-eux présente un dosage IgEs CCD positif (0.3). Cette patiente He.E est particulière dans le sens où elle a déjà présenté un taux d’IgEs i1 à 5,9 il y a quelques années, par contre, son taux d’IgEs i3 reste assez stable dans le temps... Cette patiente a suivi uniquement 6 mois de désensibilisation pour le venin de guêpe. D’après les résultats totaux obtenus, on estime que cette patiente aurait du suivre une désensibilisation au venin d’abeille également. Parmi ces 11 patients, on a réalisé le test BAT pour le venin de guêpe pour 4 patients d’entre-eux. Les résultats du CAST et BAT sont corrélés en deux cas : pour la patiente En.C le CAST et le BAT révèlent des résultats positif, et pour la patiente Cu.MH le CAST et le BAT révèlent des résultats négatifs au venin de guêpe. La patiente He.E a un résultat positif pour le CAST pendant que le BAT se révèle négatif, mais avec un résultat près de la positivité. Seulement pour un des quatre patients chez qui on a réalisé les deux tests les résultats sont contradictoires : Bu.F présente une positivité sur CAST et un résultat négatif en BAT.
3.3.2 Tableau récapitulatif de l’étude réalisée chez 11 patients ayant terminé la désensibilisation (Groupe 3)






RÉSULTAT 1er PDS




RÉSULTATS 2ème PDS

CAST

BAT

Patients

IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3




IgEs i1

IgEs i3

Tryptase

IgG4 i1

IgG4 i3

CCD

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

Ctrl-

Ctrl+

Venin abeille

Venin guêpe

De.Jo

1.79

0.25

5.95

3.89

0.12




1.16

<0.10

8.01

2.59

0.08

<0.10

185

467.12

399.92

211.12

NR

NR

NR

NR

Bu.F

<0.10

1.37

4.09

0.06

6.36




<0.10

1.49

5.7

0.05

2.85

<0.10

186.20

2616.34

234.04

1404.07

2.01%

30.75%

NR

8.48% (100ng/ml)

Cu.MH

<0.10

24.1

5.24

0.15

8.90




1.59

21.7

6.55

0.22

9.94

<0.10

182.57

**407.46

380

168.15

0.55%

37.88%

NR

2.39%(100ng/ml)

Sp.P

<0.10

15.3

3.54

0.08

2.60




<0.10

11.5

2.76

0.06

2

<0.10

176.79

1732.53

209.42

1099.54

NR

NR

NR

NR

De.Ju

-

-

-

-

-




<0.10

0.47

5.30

0.09

4.88

<0.10

*473.1

1117.71

NR

423.86

NR

NR

NR

NR

Gr.F

<0.10

3.3

2.65

-

7.22




<0.10

1.35

8.83

0.04

0.78

<0.10

*1446.85

1104.63

384.86

1050.78

NR

NR

NR

NR

He.E

mai07:1.84

mai07: 1.46

mai07: 2.3

-

mai07: 0.17




0.52

0.61

3.15

0.06

0.24

0.31

*471.45

1152.99

NR

748.58

0,71%

12,71%

NR

11,39%(50ng/ml)

En.C

-

-

-

-

-




<0.10

0.69

4.6

0.04

1.71

<0.10

256.94

1202

444.65

838.32

1.81%

14.92%

NR

34,36%(50ng/ml) 50% (100ng/ml)

Fo.A

-

-

-

-

-




<0.10

0.11

3.88

0.06

0.24

<0.10

174.68

1989.92

254.29

1175.98

NR

NR

NR

NR

Bu.E

<0.10

Mai07 : 0.37

-

-

-




<0.10

<0.10

3.38

0.07

1.42

<0.10

NR

NR

NR

NR

NR

NR

NR

NR

Gr.Ni



















<0.10

1.98

2.29

0.05

8.96

<0.10

95.92

2172.60

NR

181.58

NR

NR

NR

NR



4. Discussion et conclusion

L’allergie au venin d’hyménoptère est une maladie rare mais aux conséquences physiques et psychologiques graves. Discriminer les patients qui sont à risque de présenter une réaction sévère de ceux qui ne le sont pas n’est pas évident et les tests cutanés et sérologiques ne sont pas très contributifs. La désensibilisation est une technique très empirique mais reste actuellement le seul moyen de guérir cette allergie. Le mécanisme immunologique de désensibilisation n’est d’ailleurs toujours pas connu dans son entièreté.

Notre étude a porté sur 36 patients allergiques vrais (ils ont été piqués et ont développé une réaction) dont le taux d’IgEs était supérieur à 0.10 KUA/L à l’époque. Ce nombre de patients, quoique restreint pour faire des études de grande ampleur, est important vu la faible prévalence de la pathologie et de la difficulté de recrutement.

Chez plupart des participants non désensibilisés, nous avons observé une diminution ou une stabilité de leur taux d’IgEs dans le temps. Ceci est en accord avec la littérature qui relate une diminution des IgEs au cours du temps si le patient n’est plus piqué. Cependant, un patient a vu son taux d’IgEs pour i1 fortement augmenter depuis sa dernière prise de sang. Ce dosage plus élevé s’explique par la récente reprise d’activité d’apiculture de ce patient qui se fait donc régulièrement piquer par des abeilles depuis quelques mois. Nous avons montré que ce patient présentait un CAST et un CD63 BAT positifs. Sur base de cela, on peut imaginer que ce patient risque d’avoir une réaction sévère s’il se fait piquer à nouveau. Il présente aussi un taux d’IgE spécifiques pour les CCD positif et qui peut être le responsable d’un faux positif in vitro pour le venin de guêpe. Sur base de toutes ces informations, le cas de ce patient devrait être réévalué et il pourrait donc être considéré comme un candidat potentiel à l’immunothérapie au venin d’abeille.

On remarque que dans le groupe de patients ayant eu une réaction systémique lors de la piqûre d’insecte, le taux d’IgEs est en général plus élevé en comparaison avec les patients ayant subit uniquement une réaction locale. Cependant, la variation du taux d’IgEs n’est pas un bon paramètre de suivi (mais reste malheureusement le seul test remboursé par l’INAMI). On pourrait proposer un suivi aux personnes avec un antécédent d’histoire systémique et réaliser un CAST/BAT, tests avec lesquels on peut mimer in vitro les effets de l’action de venin de guêpe ou abeille sur les cellules du sang. La positivité des tests semble donner une bonne approche pour évaluer la maladie.

Chez les patients en cours de désensibilisation pour le venin de guêpe, tous sont sensibilisés à la guêpe, révélés par un dosage d’IgEs i3 positif. Nous observons chez tous ces patients une augmentation et une positivité des taux d’IgG4 i3. Ceci montre bien l’évolution de la réponse immunitaire au cours du traitement.

De plus, la majorité de ces patients voient leur taux d’IgEs diminuer. Comme exprimé par Jutel et al (2005) et Bilò et al (2005), la diminution du taux d’IgEs est attribuée au changement de la réponse immunitaire induite par l’IT. Seulement pour deux d’entre les 10 patients en cours de désensibilisation que nous avons contacté, les taux d’IgEs ont augmenté, mais ils nous ont expliqué les conséquences délicates qui surviennent lors de chaque injection de désensibilisation (douleur, malaise et stagnation lors de la montée de dose).

Pour six CAST sur les 10 tests réalisés pour le venin de guêpe, nous avons une belle corrélation entre les résultats et l’histoire clinique des patients. Trois patients parmi les 10 ont eu un résultat probablement bien corrélé avec leur clinique, mais il s’agit de mauvais répondeurs, donc nous ne pouvons pas interpréter avec assurance les résultats. Nous avons retrouvé seulement un résultat négatif pour le CAST qui ne correspond pas avec le taux d’IgEs pour i3 positif du patient.

Parmi les cinq patients qui avaient des IgEs i1 positifs, deux d’entre-eux ont un résultat de CAST positif pour l’abeille, et ses résultats sont en accord avec l’anamnèse de ces deux patients. Deux patients parmi les 5 positifs ont eu un résultat probablement bien corrélé avec leur clinique, mais il s’agit de mauvais répondeurs, donc nous ne pouvons pas interpréter avec assurance les résultats. Nous avons retrouvé seulement un résultat négatif pour le test CAST qui ne correspond pas avec le taux d’IgEs pour i1 positif du patient. Nous avons trouvé des résultats CAST négatifs chez deux patients avec un taux d’IgEs pour i1 négatif.

Malheureusement, nous n’avons pas eu l’opportunité de réaliser des BAT chez les patients qui suivent une thérapie de désensibilisation pour la guêpe. Nous aurions pu comparer la réactivité des basophiles (quantité de leucotriènes relargués et pourcentage de basophiles activés) au cours de l’immunothérapie.
Onze patients ayant terminé leur désensibilisation se sont présentés pour l’étude. Dix d’entre-eux présentent encore aujourd’hui un taux d’IgEs pour le venin de guêpe ou pour le venin d’abeille. Néanmoins, nous avons observé une diminution de leur taux d’IgEs. Parmi ces 11 patients qui ont fini leur désensibilisation au venin d’hyménoptère, nous constatons qu’aucun d’entre-eux ne présente un taux de tryptase positif, donc ils ont un risque mineur de présenter une réaction sévère lors d’une piqûre d’insecte dans le futur. Dix des 11 patients ont des taux d’IgG4 i1 ou i3 positifs mais, dans tous les cas, ce taux a diminué en comparaison avec le taux obtenu lors de la prise de sang antérieure. Nous avons réalisé le test BAT pour le venin de guêpe pour 4 patients d’entre-eux. Les résultats du CAST et du BAT correspondent pour deux cas : nous avons trouvé des résultats négatifs pour le test BAT et CAST chez un patient, et des résultats positifs pour le test BAT et CAST chez un autre patient qui, selon nous, devrait être réévalué au niveau de sa désensibilisation. Un patient a eu un résultat probablement bien corrélé avec la clinique, mais il s’agit d’un mauvais répondeur, donc nous ne pouvons pas interpréter avec assurance son résultat. Pour le dernier cas, le résultat entre le test CD63 BAT et le CAST ne sont pas bien corrélé, parce que l’on a trouvé des résultats positifs en CAST et des résultats négatifs en BAT.

L’apport du laboratoire permet de cibler les patients qui doivent impérativement continuer leur traitement de ceux qui sont protégés, ce qui est encore aujourd’hui décidé de façon empirique en fonction de la négativité des tests cutanés et du dosage des IgEs. Cependant ces tests restent positifs malgré le succès de l’IT dans la plupart des cas. De plus le mécanisme provocant la réaction clinique n’est pas dépendant du taux d’IgEs. Il est donc évident qu’il faut trouver un autre marqueur de suivi de désensibilisation.

Selon nous, en plus des tests cutanés et du dosage des IgEs et les tests d’activation cellulaire pourraient nous apporter plus d’informations. Sur base de nos résultats, si un de ces tests est positif, la poursuite du traitement est conseillée.

La décision de désensibiliser un patient et de s’assurer de la bonne évolution de celui-ci sont des actes loin d’être évidents. Nous avons montré que le laboratoire d’analyse a certainement un rôle à jouer et peut être une aide dans la prise de décision. Principalement, nos résultats montrent de façon claire que certains patients devraient être orientés vers la désensibilisation car sont toujours à haut risque de réaction anaphylactique à la prochaine piqûre par rapport aux autres qui le sont moins.

D’un autre côté, le laboratoire peut apporter une aide quand à la décision de ne pas arrêter l’immunothérapie après 3 ans. Selon nous, si certains patients sous IT ne sont pas encore protégés, ceci peut être dû aux changements de lots de vaccins pendant l’IT. En effet, comme exprimé plus haut, les vaccins sont à base de protéines de venins purifiées mais ces préparations d’extraits d’allergènes contiennent inévitablement d’autres protéines potentiellement allergisantes. L’utilisation de vaccins à base des protéines recombinantes pourrait augmenter l’efficacité du traitement en ne désensibilisant le patient qu’aux protéines du venin auxquels il est sensibilisé (Zollner et al, Bilo et al, 2005 et Larché, 2007).

Pour le patient qui est aussi démuni quand à l’évolution de sa maladie et qui vit dans une crainte permanente, l’apport des tests de laboratoire peut aussi l’aider.
Nous avons montré que chacun des tests que nous avons réalisés présentent des avantages et des inconvénients. Alors que certains pourraient prédire la réaction à la prochaine piqûre d’autres sont de très bons tests de monitoring de l’IT. Toutes ces techniques mises ensemble pourraient tenter répondre à la question « est-ce que le patient est toujours allergique ? » Mais le seul test réellement fiable et qui a démontré son efficacité depuis des années reste l’indétrônable test de provocation in-vivo.

5. Bibliographie
1. Ahlstedt S., Murray C.S. (2006) In vitro diagnosis of allergy : how to interpret IgE antibody results in clinical practice. Primary Care Respiratory Journal, 15, 228-236
2. Akdis C.A., Blaser K. (2001) Role of IL-10 in allergen-specific immunotherapy and normal response to allergens. Microbes and infection, 3, 891-898
3. Akdis M., Verhagen J., Taylor A., Karamloo F., Karagiannidis C., Crameri R., Thunberg S., Deniz G., Valenta R., Fiebig H., Kegel C., Disch R., Schmidt-Weber C. B., Blaser K., Akdis C. A. (2004) Immune Responses in Healty and Allergic Individuals Are Characterized by a Fine Balance between Allergen-specific T Regulatory 1 and T Helper 2 Cells. The Journal of Experimental Medicine, 199 : 11, 1567-1575

4. Biló B. M., Rueff F., Mosbech H., Bonifazi F., Oude-Elberink J. N. G. (2005) Diagnosis of hymenoptera venom allergy. Allergy, 60, 1339-1349

5. Bonifazi F., Jutel M., Bilo B.M., Birnbaum J., Muller U. (2005) Prevention and treatment of hymenoptera venom allergy: guidelines for clinical practice. Allergy, 60, 1459-1470

6. Boumiza R., Debard L., Monneret G. (2005) The basophil activation test by flow cytometry : recent developments in clinical studies, standardization and emerging perspectives. Clinical and Molecular Allergy, 3 : 9, 1-8

7. Boumiza R., Monneret G., Forissier M.-.F, Savoyet J., Gutowski M.-C., Powell W.S., Bienvenu J. (2003) Marked improvement of the basophil activation test by detecting CD203c instead of CD63. Clinal and Experimental Allergy, 33, 259-265

8. Bousquet J., Lockey R., Malling H.-J. and the WHO panel members (1998) Allergen immunotherapy: Therapeutic vaccines for allergic disease. A WHO position paper. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 102 : 4 (1), 558-562

9. Bühring H.-J., Streble A., Valent P. (2004) The Basophil-Specific Ectoenzyme E-NPP3(CD203c) as a Marker for Cell Activation and Allergy diagnosis. International Archive of Allergy and Immunology, 133, 317-329

10. Burasterso S.E., Paolucci C., Breda D.,Monasterolo G., Rossi R.E., and Vangelista L. (2006) Unreliable Measurement of Basophil Maximum Leukotriene Release with the Bühlmann CAST 2000 Enzyme-linked Immunosorbent Assay kit. Clinical and Vaccine Immnology, 13 : 3, 420-422

11. Cavalier E., Carlisi A., Chapelle J.-P. (2005) Validation analytique de l’ImmunoCAP 250 (Sweden Diagnostic). Annales de Biologie Clinique, 64 : 6, 1-4

12. Crockard A.D. and Ennis M. (2001) Laboratory-based allergy diagnosis: should we go with the flow ? Clinical and Experimental Allergy, 31, 975-977

13. Demoly P., Lebel B., Arnoux B. (2003) Progress in diagnosis of allergy in vitro, Allergen-induced mediator release test. Allergy, 58, 553-558

14. Durham S.R. (2006) Allergen immunotherapy (desensitisation) for allergic diseases. Clinical medicine, 6 : 4, 348-351

15. Eberlein-König B.,Varga R., Mempel M., Darsow U., Behrendt H., Ring J. (2006) Comparison of basophil activation tests using CD623 or CD203c expression in patients with insect venom allergy. Allergy, 61, 1084-1085

16. Ebo D.G., Hagendorens M.M., Bridts C.H., Schuerwegh A.J., De Clerck L.S., Stevens W.J. (2004) In vitro allergy diagnosis : should we follow the flow ? Clinical and Experimental Allergy, 34, 332-339

17. Ebo D.G., Sainte-Laudy J., Bridts C.H., Mertens C.H., Hagendorens M.M., Schuerwegh A.J., De Clerck L.S., Stevens W.J. (2006) Flow-assisted allergy diagnosis: current applications and future perspectives, Allergy, 61, 1028-1039

18. Enrique E., García-Ortega P., Sotorra O., Gaig P., Richart C. (1999) Usefulness of UniCAP-Tryptase fluoroimmunoassay in the diagnosis of anaphylaxis. Allergy, 54, 602-606

19. Franklin Adkinson N., Yunginger J.W., Busse W.W., Bochner B.S., Holgate S.T., Simons F.E.R., Middleton's Allergy: Principles and Practice, Mosby, Philadelphia, 2003, 2, 1904p.

20. Gentlesk M.J., Halpern G.M., Scott J.R., Rock H.S., Harris N.S. (1988) Determination of IgG4 Antibodies in treated Hymenoptera Sensitive Patients. New England and Regional Allergy Proceedings, 9 : 1, 17-22

21. Golden D.B.K. (2005) Insect sting allergy and venom immunitherapy : A model and a mystery, Current reviews of allergy and clinical immunology. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 115 : 3, 439-447

22. Goldsby R.A., Kindt T. J., Osborne B.A., Immunologie, le cours de Janis Kuby (IME, ed.), Dunod, Paris, 2003, Sciences Sup, 688p.

23. Haeberli G., Brönnimann M., Hunziker T., Müller U. (2003) Elevated basal serum tryptase and hymenoptera venom allergy : relation to severity of sting reactions and safety and efficacy of venom immunotherapy. Clinical and Experimental Allergy, 33, 1216-1220

24. Hamilton R.G., Franklin Adkinson N. (2004) Current reviews of allergy and clinical immunology. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 114 : 2, 213-225

25. Hemmer W., Focke M., Kolarich D., Dalik I., Götz M., Jarisch R. (2004) Identification by immunoblot of venom glycoproteins displaying immunoglobulin E-binding N-glycans as cross-reactive allergens in honeybee and yellow jacket venom. Clinical and experimental Allergy, 34, 460-469

26. Hesselmar B., Ǻberg B., Eriksson B., Björkstén B., Ǻberg N. (2003) Hight dose exposure to cat is associated with clinical tolerance – a modified Th2 immune response ? Clinical and Experimental Allergy, 33, 1681-1685

27. Jappe U., Raulf-Heimsoth M., Hoffman M., Burrow G., Hubsch-Muller C., Enk A. (2006) In vitro hymenoptera venom allergy diagnosis : improved by screening for cross-reactive carbohydrate determinants and reciprocal inhibition. Allergy, 61, 1220-1229

28. Jutel M., Akdis M., Blaser K., Akdis C.A. (2005) Are regulatory T cells the target of venom immunotherapy ? Current opinion in allergy and clinical Immunology, 5, 365-369

29. Kucharewicz I., Bodzenta-Lukaszyk A., Szymanski W., Mroczko B., Szmitkowski M. (2007) Basal Serum Tryptase Level Correlates with severity of Hymenoptera Sting and Age. Journal of investigational allergology and clinical immunology, 17: 2, 65-69

30. Lang R., Hawranek T. (2006) Hymenoptera Venom Immunotherapy and field Stings. Journal of investigational allergology and clinical immunology, 16 : 4, 224-231

31. Larché M. (2006) Immunoregulation by targeting T cells in the treatment of allergy and asthma. Current Opinion in Immunology, 18, 745-750

32. Larché M. (2007) Peptide immunotherapy for allergic diseases. Allergy, 62, 325-331

33. Lent A.M., Harbeck R., Strand M., Sills M., Schmidt K., Efaw B., Lebo T., Nelson H.S. (2006) Immunologic response to administration of standardised dog allergen extract at differing doses. Journal of Allergy and Clinical Iimmunology , 118 : 6, 1249-1256

34. Mamessier E., Birnbaum J., Dupuy P., Vervloet D., Magnan A. (2006) Ultra-rush venom immunotherapy induces differential T cell activation and regulatory patterns according to the severity of allergy. Clinical and experimental allergy, 36, 704-713

35. Miura K., MacGlashan D.W.Jr. (2000) Dual Phase Priming by IL-3 for leukotriene C4 Generation in Human Basophils : Difference in Characteristics Between Acute and Late Priming Effects. The Journal of Immunology, 164, 3026-3034

36. Mosbech H. (1997) Hymenoptera immunotherapy. Allergy, 52, 1-3

37. Ocmant A., Peignois Y., Mulier S., Hanssens L., Michils A., Schandené L. (2007) Flow cytometry for basophil activation markers: The mesurment of CD203c up-regulation is as reliable as CD63 expression in the diagnosis of cat allergy. Journal of Immunological Methods, 320, 40-48

38. Pereira Santos M.-C., Palma-Carlos M.-L., Pedro E., Palma-Carlo A.-G. (2002) Laboratory diagnosis of hymenoptera venom allergy : comparative study between specific IgE, Western blot and allergen leucocyte stimulation (CAST). Allergie et immunologie, 34 : 1, 6-9

39. Roll A., Hofbauer G., Ballmer-Weber B.K., Schimd-Grendelmeier P. (2006) Safety of specific immunotherapy using a four-hour ultra-rush induction scheme in bee and wasp allergy. Journal of investigational allergology and clinical immunology, 16 : 2, 79-85

40. Rossi R.E., Monasterolo G., Coco G., Silvestro L., Operti D. (2007) Evaluation of serum IgC4 antibodies specific to grass pollen allergen components in the follow up of allergic patients undergoing subcutaneous and sublingual immunotherapy. Vaccine, 25, 957-964

41. Rossi R.E., Monasterolo G., Operti D. (1998) A comparative study of the tryptase release test and the cellular allergen stimulation test (CAST) in mite sensitive patients. Clinical and experimental Allergy, 28, 751-757

42. Sainte-Laudy J., Sabbah A., Drouet M., Lauret G., Loiry M. (2000) Diagnosis of venom allergy by flow cytometry. Correlation with clinical history, skin test, specific IgE, histamine and leukotriene C4 release. Clinical and experimental Allergy, 30, 1166-1171

43. Schuerwegh A.J., De Clerck L.S., Bridts C.H., Stevens W.J.(2001) Wasp venom immunotherapy induces a shift from IL-4-producing towards interferon-gamma-producing CD4+ and CD8+ T lymphocytes. Clinical and experimental allergy, 31, 740-746

44. Stern D.A., Riedler J., Nowak D., Braun-Fahrlander C., Swoboda I., Balic N., Kuan-Wei C., Vrtala S., Grönlund H., Van Hage M., Valenta R., Spitzauer S., Von Mutius E.,Vercelli D., (2007) Exposure to a farming environment has allergen-specific protective effects on TH2-dependent isotype switching in response to common inhalants. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 119 :2, 351-358

45. Szépfalusi Z., Todoran L., Elsässer S., Jagdt B., Wank H., Urbanek R. (1999) Cord blood leucocytes/basophils produce and release sulfidoleucotrienes in response to allergen stimulation. Clinical and Experimental allergy, 29, 382-387

46. Van Rooyen C., Anderson R. (2004) Assessment of determinants of optimum performance of the CAST®-2000 ELISA procedure. Journal of Immunological Methods, 288, 1-7

47. Vervloet D., Magnan A., Traité d'Allergologie (Jouve ed.), Flammarion Médecine-Science, Paris, 2003, Traites, 1148 p.

48. de Weck A.L., Sanz M.L. (2004) Cellular Allergen Stimulation Test (CAST) 2003, a review. Journal of Allergy and clinical immunology, 14 : 4, 253-273

49. de Weck A.L., Sanz M.L. (2002) Flow cytometric Cellular Allergen Stimulation Test (FAST / FLOW-CAST) Technical and clinical Evaluation of a new Diagnostic test in allergy and pseudo-Allergy. ACI international, 14 : 5, 204-215

50. Zollner T.M., Spengler K., Podda M., Ergezinger K., Kaufmann R., Boehncke W.-H. (2001) The western blott is a highly sensitive and efficient technique in diagnosing allergy to wasp venom. Clinical and experimental allergy, 31, 1754-1761


1 La synthèse d’IgE et des autres isotypes d’anticorps (autre que les IgM) requièrent un
1   2   3   4   5   6

similaire:

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconLeica Biosystems Ingénieur d'Application en Laboratoire
«Faire progresser le diagnostic du cancer, Améliorer la vie», est au cœur de notre culture d'entreprise. Nos produits sont développés...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconNeuropathologie et physiopathologie facteurs de risque tableau clinique...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconTechnicien de laboratoire H/f anatomie et cytologie pathologiques
«anapath», est une spécialité médicale peu connue du grand public et pourtant indispensable dans la chaîne des soins. Elle est axée...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconLaboratoire de Biologie médicale
...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconDans le laboratoire de Pharmacologie fondamentale et clinique de...
...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconRésumé L’état fébrile sans foyer représente un motif fréquent de...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconCours 1 : Principes du diagnostic anatomo-pathologique des tumeurs
«je vois une tuméfaction» car cela n’est pas forcément grave, dans ce cas on fait une biopsie pour faire le diagnostic

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconProgramme Universitic
«L'apport des universités belges dans le désenclavement des universités congolaises : communication, échange d'information et coopération»....

Apport du laboratoire de Biologie Clinique dans le diagnostic des allergies iconLe bac stl (sciences et technologies de laboratoire) Le bac stl est...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com