Chapitre premier








télécharger 0.94 Mb.
titreChapitre premier
page1/36
date de publication16.05.2017
taille0.94 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   36


Chapitre premier



Montre-moi ta bagnole, et je te dirai qui tu es. Pour ma part, je roule en Corvette Sting Ray 327 modèle 1965 décapotable, entièrement restaurée, et héritée de ma grand-mère May à la mort de papy Lew. C’est lui qui m’a tout appris sur les voitures rapides et puissantes. Comment les conduire, les entretenir, et les aimer avec passion.

Ce qui expliquait peut-être que, malgré le casque intégral qui dissimulait alors mon visage, si un gouffre béant s’était soudain ouvert sur la route, je me serais volontiers jetée dedans pour y trouver illico une mort prématurée, plutôt que de devoir rester une seconde de plus le cul vissé sur la selle d’une pétrolette modèle 1993. Parfois, mon boulot, ça craint. Ce que n’aurait pas démenti Cole Bemont, mon compagnon de chevauchée mécanique. Il roulait poussivement à mes côtés sur la Bay Trail et fredonnait une chansonnette dans le micro de son casque, tout en évitant de percuter un autre Texan égaré. Par ce doux après-midi ensoleillé, la moitié de Corpus Christi avait dû sentir le souffle de l’aventure qui nous animait, en se disant : « Super ! On va se mettre en travers de leur route ! »

Skateurs, motards et pêcheurs rivalisaient d’astuce pour occuper le macadam au milieu des parents qui surveillaient les poussettes et les gamins qui gambadaient. Sur la gauche, une magnifique digue blanche se paraît d’un petit belvédère accueillant et formait un bras de mer d’un bleu étincelant dans le golfe du Mexique. Sur la droite, une vaste pelouse montait en pente douce et bordait un auditorium désert, pour rejoindre des rangées d’hôtels, restaurants et autres discothèques. Devant nous, un parking entouré de palmiers et une marina regorgeant de bateaux marquaient la fin des loisirs de Monsieur Tout-le-monde et le début d’autres festivités. Et c’était là qu’on entrait en piste.

On avait décidé de venir en repérage au Festival d’hiver de Corpus Christi, qu’on voyait en ce moment même se dresser à l’horizon. Ensuite, il était prévu de faire notre rapport à notre chef, Vayl. Une fois qu’il se réveillerait… d’entre les morts. C’est un vampire, une minorité en plein essor qui a choisi d’unir sa destinée à la société pour le meilleur ou, le plus souvent, pour le pire.

Quoi qu’il en soit, comme on nous avait bien briefés sur notre cible, Cole et moi, on se disait que ce serait sympa, et tout à fait pro, de localiser l’endroit où elle planterait sa tente. Ça ferait pas de mal non plus de se familiariser avec la configuration des lieux, d’autant qu’on n’allait pas tarder à faire aussi partie des attractions.

Quelques minutes plus tard, nous arrivions sur le site. Ça grouillait de machinos et de forains qui installaient stands de jeux, baraques à hot dogs et autres boutiques itinérantes où l’on pouvait se délester d’un paquet de billets en achetant des potions, des pendentifs ou des bougies dont le parfum vous faisait rêver de vos chers disparus. Tandis qu’on se frayait un chemin parmi les étals d’artisanat et les cabanes à désenvoûtement, Cole me dit :

— Jasmine, promets-moi qu’on s’arrêtera là avant de quitter cette foire !

Il désigna un stand dont l’enseigne d’un mètre cinquante de haut annonçait en grosses lettres orange fluo :

« Boogie Chickens ». À en croire la notice au-dessous, moyennant un dollar on pouvait voir quatre poules Brahma danser sur les tubes des Bee Gees.

— On devrait les louer pour ouvrir le bal à notre place, suggérai-je.

— Ça ne marcherait pas, répondit Cole. Vayl avait son regard obstiné, tu sais. Il tient au numéro de danse du ventre et n’en démordra pas.

Aïe.

Vayl n’avait même pas essayé d’amortir le choc. Il m’avait balancé ça deux jours plus tôt, tandis qu’on traversait encore l’Indiana. Quand je lui demandai ce que notre équipe allait faire au Festival de Corpus Christi, il répondit :

— Chien-Lung, notre cible, y emmène une troupe d’acrobates chinois pour divertir des foules de Texans pendant la dernière semaine de février. Comme il dispose d’un service de sécurité sans égal, le meilleur moyen de l’obliger à se montrer consiste à faire nous-mêmes partie des attractions. En sa qualité de voyante et de cartomancienne, Cassandra sera notre atout majeur. Chien-Lung adore les médiums et ne pourra pas résister à l’envie d’assister à son numéro. Avant qu’elle entre en scène, nous aiguiserons l’appétit de notre cible en faisant montre de nos talents uniques. Cole jonglera, je chanterai, et vous exécuterez une danse du ventre, tandis que Bergman se chargera de l’appareillage électronique, qu’il s’agisse de l’éclairage, de la sonorisation ou de la surveillance.

Je levai les deux mains, comme si elles pouvaient stopper net la bombe qu’il venait de m’envoyer :

— Waouh ! Attendez une minute. Pas question que je fasse une danse du ventre !

— Mais bien sûr que si. C’est un sublime art ancestral. Vous devriez être fière de nous en faire profiter.

— Je ne maîtrise pas la technique.

— Mais si. C’est dans votre doss…

— Quand est-ce que vous cesserez de lire mon putain de dossier ?

Tout le monde se tut. J’avais l’impression de me retrouver en classe, quand le prof pique une crise et jette un manuel scolaire par la fenêtre. Un court instant, j’envisageai de filer de la même manière, mais comme on roulait alors sur l’Interstate 70 à bord d’un camping-car géant, ce n’était pas franchement conseillé.

Notre incursion dans le monde du spectacle expliquait la présence de Cassandra, qui nous avait aidés à mater notre dernier monstre en date, même si la Tor-al-Degan avait failli me bouffer l’âme avant que notre beauté aux tresses d’ébène renvoie enfin la bête au pays des Kyrons, là où était sa place. En revanche j’ignorais pourquoi Bergman nous accompagnait. Vu le numéro pépère que Vayl prévoyait pour nous, on n’avait pas besoin d’un génial inventeur névrosé pour s’occuper des projos et du lecteur de CD. Toutefois j’étais prête à laisser ce mystère de côté. Pour le moment, j’avais mon honneur à défendre !

— Il existe certainement un meilleur moyen d’approcher ce Chien-Lung, repris-je d’un ton tout ce qu’il y a de raisonnable, compte tenu du fait que j’avais envie d’arracher les sourcils de Vayl pour les lui coller ensuite à la Super Glue au-dessus des lèvres.

Il ne répondit pas et s’adossa simplement à son canapé beige, lequel était la réplique exacte de celui que j’occupais, face à lui. Il fit donc comme si je n’étais pas là et se tourna vers Cassandra, assise à mes côtés, pour lui dire :

— Chien-Lung est un vampire séculaire qui fait une fixation sur les dragons. On raconte que peu après sa transformation, on l’a surpris en train de vider de son sang la fille du chef de clan. Pour ce crime, il fut plongé vivant dans l’eau bouillante.

Cassandra émit un petit bruit à mi-chemin entre la compassion et l’écœurement, tout en lissant un pli imaginaire sur sa jupe rouge vif.

— Il prétend qu’un dragon l’aurait sauvé, mais au dernier moment. Il a perdu la raison mais pas son génie. Chez lui, c’est devenu un mélange explosif. (Vayl enchaîna :) Pendant au moins trois précédents mandats présidentiels, Chien-Lung a bénéficié de l’immunité diplomatique, alors qu’il dérobait de la technologie nucléaire et influençait la politique étrangère envers la Chine. Puis il a disparu. Nos sources indiquent qu’il essayait de parachever sa transformation de vampire en dragon.

Sans quitter la route des yeux (un bon point pour lui, puisqu’il conduisait) Cole intervint :

— Attendez voir… Il passerait de vampire à dragon ? C’est quoi, cette histoire ?

— Il pense que son vampirisme est un état larvaire dont il peut émerger, grâce à une stimulation adéquate, sous la forme d’un dragon.

La remarque fit se tourner Bergman, assis sur le siège passager à côté de Cole :

— Vous n’êtes quand même pas sérieux ?

— Je vous ai dit qu’il était fou.

Ouais, mais c’est pas une raison pour faire appel à nos services, songeai-je. Je posai donc la question :

— Qu’est-ce qu’il a fait cette fois ?

Vayl haussa à peine le sourcil gauche pour me signifier qu’il allait faire une révélation capitale.

— Il complote avec Edward Samos.

Un silence suivit, pendant lequel tout le monde digéra l’information. Lors de notre dernière mission, on avait évité un désastre national programmé par Samos et quelques-uns de ses nouveaux alliés. Sauf qu’on l’appelait « le Rapace » à l’époque, car on ignorait encore sa véritable identité. Malheureusement seuls ses partenaires avaient payé pour leurs crimes. Samos nous avait carrément filé entre les doigts.

— Qu’est-ce qu’ils complotent au juste ? demandai-je d’un ton désinvolte, alors que j’avais envie de boxer quelque chose.

— Nous avons pu intercepter une conversation téléphonique au cours de laquelle ils discutaient de la manière dont Samos se débrouillerait pour que Chien-Lung entre et sorte de White Sands sans être repéré.

Bergman se redressa comme un chien qui vient de flairer un steak.

— Je connais cette base de l’armée, dit-il. J’y ai envoyé deux ou trois trucs pour les faire tester.

J’étais tellement perturbée par cette histoire de danse du ventre et par la bombe lâchée par Vayl que je faillis louper son hochement de tête accompagné d’un léger plissement de lèvres. Signes évidents des ennuis qui s’annonçaient.

— Vous êtes en train de me dire que le même fils de pute qui a failli répandre la Peste rouge dans notre pays a pu pénétrer dans l’une de nos installations militaires ?

Vayl serra si fort les mâchoires que je vis se contracter les muscles de ses joues.

— La perspective m’horrifie tout autant que vous, admit-il. Mais nous savons que Chien-Lung s’est rendu à Las Cruces la semaine dernière en compagnie de ses acrobates chinois. Il a présenté le spectacle à la base et, une fois sur place, nous pensons qu’il s’est servi des complicités du Rapace pour dérober une invention technologique capitale.

Il se tourna vers Bergman, qui gigota nerveusement, gêné d’être le point de mire du vampire.

— Miles, je suis désolé. Il s’agit d’un prototype que vous avez créé.

— Mais la seule pièce qu’ils testent en ce moment à White Sands, c’est…

Le regard de Bergman se perdit dans le vague. Son visage vira au rouge. Il blêmit, puis s’avachit tellement dans son siège que je crus qu’il s’était évanoui.

— Oh ! mon Dieu ! gémit-il en agrippant des touffes de poils bruns entre ses doigts. Pas le M 55. Pas ça… Pas ça.

— Qu’est-ce que c’est ? s’enquit Cole.

— Les chercheurs avec lesquels je travaillais ont appelé ça « armure de dragon ». C’est un genre de protection individuelle pour les soldats au combat et qui épouse le corps de celui qui la revêt, au niveau cellulaire. J’ai mis huit ans pour mettre au point le prototype et vous m’annoncez maintenant qu’il a disparu ?

Bergman porta la main à sa bouche comme pour s’empêcher de vomir.

— Nous allons récupérer l’armure, Miles, reprit Vayl d’un ton si rassurant que je me sentis tout de suite mieux. Cela fait partie de notre mission. Même si lors de leur conversation interceptée par nos services Chien-Lung et le Rapace n’ont pas révélé la raison de leur collaboration, il va sans dire que Samos pense poursuivre ses ignominieux desseins dès lors qu’il contrôlera l’armure. Ce que nous ne pouvons en aucun cas tolérer.

Malgré la gravité de la situation je me délectai l’espace d’une seconde du lien qui subsistait entre Vayl et le xviiie siècle. Oh ! il essayait de s’adapter. À notre QG (on est délocalisés à Cleveland, car la CIA en a marre de payer les loyers en vigueur à Washington, j’imagine), Vayl et notre patron, Pete, pouvaient échanger des anecdotes de foot comme si tous deux avaient joué dans l’équipe de l’Ohio State University. Tout à fait crédible pour Pete. Quant à Vayl… il suffisait de l’entendre prononcer un mot comme « ignominieux » pour se douter qu’il n’avait pas touché une seule peau de porc de sa vie. Du moins pas sous la forme d’un ballon de foot américain. Il croisa mon regard.

— La deuxième partie de notre mission se situe dans le droit fil de la première. Afin de récupérer l’armure, nous devons éliminer celui qui la porte. Lorsque Bergman aura recouvré ses esprits, il nous expliquera pourquoi.

C’en était trop. Je rejoignis Miles et m’accroupis près de lui en prenant ses mains tremblantes dans les miennes.

Il me dévisagea avec un air accablé :

— Mon Dieu ! Jasmine, je t’en prie… Récupère-la.

On aurait dit qu’il avait perdu son seul enfant. En un sens, c’était le cas. Pour vous dire à quel point il s’investissait dans ses créations !

— On va la récupérer, dis-je. Je te le promets. Depuis lors Bergman avait à peine desserré les dents.

Quand on gara enfin notre mammouth devant chez Moe, un garage-station-service, j’accueillis avec soulagement la mission de repérage que me proposa Cole. Celle-ci me donnerait l’occasion d’échapper à la sinistrose qui plombait tellement notre voyage que j’avais l’impression de suivre un enterrement.

— Il y a une cabine avec un annuaire, dis-je en désignant une espèce de guérite en plastique dans un coin du parking, tandis qu’on descendait du mobil-home.

— On va appeler qui ? demanda Cole, comme je partais dans cette direction.

— Un taxi. Je suppose que le festival est trop loin pour qu’on s’y rende à pied.

— Oh ! mais on n’a pas besoin de marcher.

Je m’arrêtai, tournai les talons et le suivis vers la remorque qu’on traînait depuis l’Ohio. Bien que de taille modeste, elle pouvait largement contenir tout ce que je possédais. Comme il était le dernier à avoir tenu le volant, Cole avait le trousseau de clés dans sa poche. Il déverrouilla les portières et les ouvrit. Je jetai un œil à l’intérieur et toutes mes côtes se mirent à jouer des castagnettes, avant de dégringoler dans mes talons comme un tas d’osselets. Nul doute que le vacarme se répercuta jusqu’au nord du Texas.

— Bon sang ! c’est pas possible ! m’écriai-je.

— Quoi ?

— Des scooters ? C’est ça les deux-roues que nous file Pete ? Je savais bien qu’il était en rogne contre moi ! À cause de tout ce temps que j’ai passé à l’hôpital, non ? À moins que ce soient les épaves de bagnoles ? Pourtant j’en ai bousillé qu’une seule la dernière fois ! Et c’était pas ma faute ! pleurnichai-je.

— Jaz, calme-toi ! reprit Cole. Ils n’autorisent rien de plus puissant sur le site de la foire. Pete a pensé nous offrir le meilleur moyen de locomotion dans les limites du règlement.

— Ah !…, fis-je d’un air dépité, en le regardant décharger les engins.

L’insipide choix de couleurs du fabricant – blanc avec réservoir bleu et selle beige – avait de quoi frustrer ma vision accrue de Sensitive. Bref, ces deux-roues étaient nazes. Le pire, c’est que même en les poussant à fond, ils auraient à peine fini en milieu de peloton au marathon de Boston.

Néanmoins ils nous amenèrent au festival, où l’on passa tranquillement devant la multitude de tentes abritant l’exposition florale, le futur site du concours de mangeurs de hamburgers, et les manèges. Miteux, songeai-je en détaillant du regard les vieilles installations, la peinture écaillée, les fuites d’huile… L’ensemble avait l’air aussi épuisé que les forains qui s’escrimaient à tout remettre en marche.

— Regarde ce truc, dis-je à Cole en désignant l’espèce de pieuvre géante qui ferait bientôt tournoyer les gens comme des assiettes sur une baguette de jongleur. La prochaine fois qu’on devra interroger quelqu’un, on pourrait commencer par le coller dans une de ces nacelles pendant une vingtaine de minutes, non ?

— Pense à l’argent qu’on économiserait en sérum de vérité, dit Cole.

— Pete nous donnerait à coup sûr une promotion.

— C’est moi ou il y a de plus en plus de monde ?

— Ça devient difficile d’éviter ces mioches qui courent partout. Je propose qu’on aille garer ces bécanes et qu’on continue à pied.

On s’éloigna de la cohue pour rejoindre le parking d’un Four Seasons ; on se débarrassa des scooters et on garda nos casques. Avec un peu de chance quelqu’un volerait les engins pendant qu’on aurait le dos tourné. Sinon, j’envisageais sérieusement de faire le bonheur d’un ado en lui refilant mes clés.

Durant la demi-heure qui suivit, on se promena sur la vaste allée en paillis qui longeait tout le site de la foire et serpentait parmi les attractions comme un long ruban de réglisse rouge foncé. Outre les échoppes et les manèges, on passa devant huit scènes différentes où chanteurs, danseurs, comédiens, médiums et autres magiciens électriseraient les foules au cours des sept jours à venir. Mais pas nous. Cole me précisa que nous disposions de notre propre chapiteau, afin de mieux contrôler les imprévus qui pourraient survenir et foutre en l’air toute l’opération.

On découvrit les acrobates chinois de Chien-Lung qui installaient leur arène sur un énorme terre-plein au nord-ouest du site. Pour l’heure, un nombre incroyable de compresseurs, dont chacun avait la taille du vanity case de Cassandra, étaient reliés à des tunnels de plastique. Le tout pour gonfler la toile rouge, jaune et violet que les acrobates déployaient encore. J’imaginais très bien le résultat, car, quatre mois auparavant en France, Vayl et moi avions suivi un gars dans le même genre de structure. Encore qu’en la voyant ainsi dégonflée, c’était peu ressemblant.

— Waouh ! s’exclama Cole. Ils ont l’air organisés.

— Et pas franchement rigolos, ajoutai-je. Apparemment t’as le droit de te lâcher seulement si tes un citoyen américain.

Un cri et des éclats de rire suivirent ma remarque. Je me retournai pour voir qui me trouvait si amusante… et bien entendu je n’y étais pour rien. Agenouillée sur une nappe de pique-nique à carreaux, une jeune femme chinoise en corsaire rouge et en tee-shirt vert s’amusait à lancer son bébé en l’air et à le rattraper. Quand je dis « en l’air », je ne parle pas d’une balle de tennis avant un service… mais du coup d’envoi d’un match de la NFL. Et le gamin adorait vraiment ça. Chaque fois qu’il s’envolait, il riait comme un fou et quand sa mère le rattrapait, il gigotait de plus belle pour l’encourager à le propulser encore plus haut.

Je donnai un coup de coude à Cole, qui souriait à belles dents et trouvait lui aussi que le bébé volant était génial.

— Tu sais, dis-je, si j’essayais ça avec ma nièce, elle me dégueulerait dessus.

— Elle a l’estomac sensible, hein ?

— On va dire ça… J’ai aidé ma sœur à s’en occuper pendant trois semaines, et chaque jour à midi j’avais suffisamment de bouffe projetée sur moi pour nourrir tous les chats du quartier.

Je ne disais pas ça pour me plaindre. Après un mois d’hospitalisation pour une perforation sur le côté, des côtes fracturées et un collapsus pulmonaire à la suite de notre ultime confrontation avec la Tor-al-Degan lors de notre dernière mission, j’avais eu hâte de rejoindre Evie par le premier vol et de lui donner un coup de main après la naissance de sa fille, E.J. Le séjour s’était plutôt bien annoncé. La venue au monde de leur fille avait rendu les nouveaux parents heureux comme des gamins à Noël. Mais à mon arrivée, la petite avait cinq jours… eux avaient tout juste dormi quatre heures par nuit… et elle hurlait comme un coyote depuis qu’ils l’avaient amenée à la maison.

— Des coliques, avait diagnostiqué le pédiatre à sa première visite, en réponse aux questions fébriles de ma sœur. Ça va lui passer, avait-il ajouté d’un air distrait, tandis que je m’étais retenue de lui sauter dessus dans l’intention de le secouer comme un prunier jusqu’à ce que son stéthoscope dégringole et – s’il existait un Dieu sur Terre – de le frapper en plein dans les cojones.

J’étais sûre que Tim aurait réagi comme moi, mais il en avait profité pour récupérer un peu dans le rocking-chair, dans un coin de la salle de consultation.

Ce jour-là j’avais découvert un nouveau moyen de calmer ma colère.

Après avoir reconduit chez elle la petite famille épuisée, j’avais laissé Evie mettre Tim au lit, puis surveillé E.J. dont les vocalises étaient reparties de plus belle au salon, et j’avais emporté un pack de six Pepsi dans l’arrière-cour.

Il avait neigé dans la nuit et le sol gelé était recouvert d’une fine couche scintillant de mille et une couleurs qui m’avaient remonté le moral. La hache de Tim était posée sur la véranda en séquoia, là où il l’avait laissée après avoir fendu quelques bûches. J’avais redressé le manche et l’avais fait tournoyer d’un air songeur. Puis une idée m’était venue.

— Tu sais quoi ? avais-je murmuré en sortant une canette pour la poser par terre. Ça pourrait peut-être me faire du bien.

J’avais pris le temps de mesurer la distance, j’avais balancé la hache au-dessus de ma tête, puis l’avais abaissée d’un seul coup. J’avais écrabouillé la canette dans un merveilleux fracas métallique, tandis que le soda avait giclé de toutes parts. Je n’avais pas pu m’empêcher de sourire à belles dents.

Plus tard, j’avais montré à Evie et à Tim mon petit défouloir pour éviter de perdre la boule. Cela dit, je ne pensais pas que cette maman chinoise en avait besoin. Pas avec un gamin si coopératif. Elle finit par se fatiguer et installa son mini-astronaute dans un trotteur dont les roues semblaient bloquées. Comme la balade dans les airs était finie et qu’il se retrouvait coincé à terre, je crus qu’il allait piquer une colère noire. Pourtant il souriait jusqu’aux oreilles. Ses quatre dents étincelaient comme des perles dans le jour déclinant. Je croisai le regard de sa mère qui lui donna des petits morceaux de hot dog, avant de lui tendre une tasse antifuites remplie de lait.

— Il est adorable, dis-je en souriant.

Elle me sourit à son tour :

— Mer… ti.

À son accent, je devinai qu’elle ne devait pas bien maîtriser notre langue. Toutefois une question me brûlait les lèvres :

— Il est toujours si joyeux ?

Elle hocha fièrement la tête.

— Lui pleure seulement quand lui faim ou fatigué.

— Waouh, c’est génial ! Vous faites donc partie de la troupe d’acrobates ?

— Oui, mon mari et moi ensemble. Mais moi eu légère blessure (elle désigna sa cheville bandée façon « vilaine entorse »), alors moi rester assise toute la semaine.

Soudain Cole bondit en avant et nous fit toutes les deux sursauter.

— Le bébé a un problème, expliqua-t-il en s’agenouillant à côté du trotteur, la tête tout près du petit. Il s’étouffe !

La maman chinoise et moi, on échangea un regard horrifié en constatant que les lèvres du gamin bleuissaient à vue d’œil.

Cole tenta de lui dégager la gorge.

— Ça ne veut pas sortir, dit-il.

Il arracha le petit à son siège et l’étendit sur le dos. Puis, avec douceur mais fermeté, il posa deux doigts de chaque main sur son torse pour expulser l’air de ses poumons vers sa gorge. Après quatre tentatives infructueuses, il réussit enfin. Le bébé cracha un morceau de hot dog assez gros pour étrangler un éléphant.

Il inspira un grand coup. Regarda sa mère, l’air surpris. Et éclata en sanglots. Elle craqua dans la seconde et tendit les bras. Cole lui donna l’enfant, et tous deux pleurnichèrent en chœur, tandis qu’elle le berçait pour le calmer, sous nos regards attendris.

— On y va ? demanda Cole.

— J’ai quelques doutes sur ta manière d’appliquer la manœuvre de Heimlich, répondis-je, mais il se fait tard. (Je tapotai le bras de la maman chinoise en ajoutant :) On est contents qu’il aille mieux. Tout va bien pour vous aussi ? (Elle hocha la tête). Super. Bon ! on doit filer.

— Oh non ! je dois d’abord remercier vous comme il faut ! Et mon mari aussi ! Lui voudra vous remercier !

Elle parut si terrifiée à l’idée de nous voir partir que Cole la rassura aussitôt.

— On ne s’en va pas vraiment. On est aussi des artistes. Vous savez quoi ? Pourquoi ne pas venir nous rendre visite demain sous notre chapiteau ? On vous offrira des billets pour notre spectacle et ce sera l’occasion de rencontrer votre mari.

— Oh oui ! très bien. Ensuite vous venir voir nous à notre spectacle aussi. Oui ?

— Bien sûr, accepta Cole, avant que je puisse lui flanquer un coup de coude pour lui rappeler qu’on était venus tuer un vampire et non pas se lier d’amitié avec ses employés.

On sourit les uns aux autres en inclinant la tête. Puis Cole et moi fîmes nos adieux au bébé volant, qui avait déjà séché ses larmes et trouvé de quoi se distraire, en essayant de s’accrocher aux boucles d’oreilles de sa mère, pendant qu’elle nous remerciait encore une bonne trentaine de fois.

— Waouh ! dis-je à Cole tandis qu’on s’éloignait. Ton acte de bravoure t’assure une place au paradis, j’imagine.

Il haussa les épaules.

— Je suis sorti un petit moment avec une infirmière. Et une urgentiste, précisa-t-il en me faisant un clin d’œil. J’ai eu ma période « femmes en uniforme ».

— Ce qui me donne l’occasion de changer de sujet. Ce gosse est incroyable. Ne dis pas à ma sœur que certains bébés ne pleurent quasiment jamais. Pour l’heure, sa maternité la fait tellement flipper qu’elle serait fichue d’en conclure que les coliques sont de sa faute. Avant d’entrer illico au couvent pour confesser ses péchés, entre deux séances d’auto-flagellation, à un pauvre prêtre qui n’aura rien demandé.

— J’ignorais que vous étiez catholiques.

— On ne l’est pas.

On eut vite fait de parcourir le reste du site. Au-delà de l’arène des acrobates chinois, une minable clôture orange gardée par deux agents de sécurité marquait les limites nord-ouest. Bedonnants et pleins de morgue, les vigiles se tenaient de dos au bout de l’allée et surveillaient un groupe de neuf contestataires qui avaient réquisitionné les derniers vingt-cinq mètres d’une étroite voie d’accès pour manifester.

Quatre femmes et cinq hommes entouraient des enfants installés sur des chaises pliantes et qui feignaient de faire leurs devoirs, alors qu’ils étudiaient le plan de la foire. Je repérai au moins deux ados dans le lot qui fileraient en douce à la première occasion pour faire un tour de manège. En attendant, ils continuaient à jouer le jeu, tandis que leurs parents brandissaient de gigantesques pancartes. Ils semblaient tellement crevés à force de les porter qu’ils arrivaient tout juste à psalmodier d’un ton las : « Les alter-humains ne sont pas nos copains. » Les pancartes affichaient des slogans un peu plus énergiques : « Le surnaturel n’est pas naturel. L’être humain est divin ! », « Dieu déteste les alter-humains, vive les humains ! » Et, bizarrement : « Votez pour l’eau purifiée ! »

— Qui sont ces gens ? murmura Cole.

— Oh ! à coup sûr ils représentent environ la moitié de la congrégation de l’Église sanctifiée dans le Christ crucifié. (Il éclata de rire.) Ça s’invente pas, crois-moi.

— Comment tu les connais ?

— Un de leurs membres a envoyé une lettre au président. Il menaçait de le tuer s’il accordait aux alter-humains le droit de vote, alors Pete nous a transmis une note de service.

— Le président n’a même pas ce pouvoir.

— Je ne crois pas que la question ait été évoquée pendant le sermon.

Je cherchai la fourgonnette du groupe. À en croire Pete, leurs slogans se révélaient si agressifs que même les alter-humains qui essayaient de se fondre dans la masse seraient peut-être tentés de balancer le véhicule du haut d’une falaise. Non, il était là, garé en amont de la route. De l’endroit où je me tenais, je distinguais seulement une vitre brisée, deux drapeaux américains plantés de part et d’autre du pare-chocs avant et une banderole blanche sur la calandre proclamant : « Dieu est avec nous ! » Cole reprit :

— Tu crois qu’ils s’aventurent parfois hors des sentiers battus… chez les alter-humains ?

— C’est péché, j’imagine.

Cole me jeta un drôle de regard.

— Ben quoi ? répliquai-je.

— Ces imbéciles ne te rendent pas folle ?

— Pourquoi ?

Il haussa les épaules.

— Vayl est un alter-humain. En outre, après ce qui s’est passé à Miami, tu pourrais théoriquement en être une. Ils dénigrent les gens comme toi, bon sang !

— Tu t’inquiètes trop de ce que pensent les autres. Et puis, ils ont le droit d’avoir leur propre opinion. Moi aussi d’ailleurs. Le problème, ce ne sont pas nos divergences.

— Ah bon ?

— C’est qu’ils veulent tuer quelqu’un au moindre désaccord. Comme le président, par exemple. Si ça va jusque-là, on fera appel à moi et je devrai alors assassiner l’un des leurs. La première règle que tu apprends dans ce job, c’est…

Je le laissai finir ma phrase :

— … de « ne jamais tuer sous l’emprise de la colère », acheva-t-il, car c’est à ce moment-là que ça peut devenir un meurtre.

Je ne précisai pas combien de fois j’avais transgressé cette règle. Il s’en rendrait compte lui-même assez tôt.

Je finis par me lasser de rester plantée là et j’allais proposer qu’on retourne à nos scooters (qui, par chance, auraient disparu), quand l’un des vigiles se tourna pour parler à son collègue.

— T’as vu ça ? dis-je à Cole.

— Quoi donc ?

D’instinct, je l’attirai vers une tente de réception, dont on avait rabattu les côtés pour éviter que le vent renverse plusieurs cartons remplis de gobelets, dont chacun contiendrait plus tard une tonne de glaçons et une cuillerée de sirop. Je jetai un coup d’œil dans l’interstice entre la toile et le mât auquel elle était attachée. Une seconde après, je le revis :

— Le gardien sur la droite. Observe son visage quand il bouge.

Cole regarda attentivement et plissa les yeux jusqu’à ressembler au bébé chinois.

— Je ne vois rien.

Bizarre. J’espérais une confirmation. Un accident survenu dans sa jeunesse avait fait de lui un Sensitif, comme moi. Cette faculté nous permettait de détecter la présence de vampires et autres créatures de la nuit. Mais le fait d’avoir donné mon sang à mon chef – vampire de son état – m’octroyait peut-être un avantage sur Cole.

— Qu’est-ce que tu as vu, Jaz ?

— Chaque fois qu’il bouge, sa tête est comme floue, comme en décalage par rapport au reste du corps.

— Waouh !… étrange, en effet.

— Ouais. Et d’après moi c’est pas le genre de type devant lequel on peut se pointer les mains dans les poches.

— Tu veux qu’on reste dans le coin, pour voir ce qu’il mijote ?

Je jetai un autre coup d’œil.

— Il n’ira nulle part. Allons chercher le reste de la troupe. Peut-être qu’ils sauront quelque chose.

Si le destin m’avait souvent frappée fort au point de m’aveugler, il m’offrait peut-être une paire d’as avec Cassandra et Bergman. Alors que j’avais toujours eu des réserves quant à l’idée de faire appel à des experts conseils, celles-ci disparurent sur-le-champ. Je sentais que ce nouveau problème nécessiterait le déploiement de toutes nos ressources si on voulait l’élucider un jour.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   36

similaire:

Chapitre premier iconEr Les sections I à III du chapitre II du titre troisième du livre...
R. 6132 I. La convention constitutive de groupement hospitalier de territoire est constituée de deux volets

Chapitre premier iconBut du texte : Comme l’indique son titre, le but du premier chapitre est de définir
...

Chapitre premier iconTu parles l’anglais? La langue anglaise vient d’où? Vous avez des mots allemands par exemple
«Mayday ! Mayday !» Traduction en français, «Le premier mai! Le premier mai !»

Chapitre premier iconBibliographie bottero jean, «Naissance de Dieu»
«la tête», «le commencement» (de l’année : le roch hachana), auquel on a ajouté le préfixe b / «dans». Littéralement, ce premier...

Chapitre premier iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Chapitre premier iconDeclaration de politique generale du premier

Chapitre premier icon1 La diminution de la force musculaire habituellement le premier signe

Chapitre premier iconLivre premier L’arrivée des Martiens I
«But who shall dwell in these Worlds, if they be inhabited ? Are we or they Lords of the World? And, how are all things made for...

Chapitre premier iconSi l’on analyse une performance sportive, on se trouve dans un premier...

Chapitre premier iconChapitre








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com