La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité








télécharger 8.46 Kb.
titreLa crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité
date de publication19.10.2016
taille8.46 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
LA CRISE D’ADOLESCENCE N’A RIEN D’UNE FATALITÉ

Conseils et exemple de ce que l’on peut dire

Le sujet est le suivant :



MANIERE DE PROCEDER :

  1. Lire le sujet en détail et dégager le thème de l’article // Dégager les sous-thèmes ou les idées qui permettent de débattre et d’orienter une argumentation

La crise d’adolescence est en fait une idée reçue, car son existence n’a été prouvée que par des ado instables. Depuis le XVIIIè, on parle d’elle.

Sous-thèmes : il n’y a qu’ado révoltés ou déprimés / la biologie n’y est pour rien dans la soi-disant crise d’ado / opposition aux parents ou aux prof, aux adultes en général / il vaut mieux faire une crise jeune que plus vieux / pour étudier la crise, on se base sur des ado ayant des difficultés, donc on ne voit pas les autres, ceux qui n’ont aucun problème

  1. Rechercher ce qu’on a à dire sur ce thème : pour / contre

  1. Définir la crise d’ado : moment pendant lequel un « jeune », entre 12 et 17 ans, est instable émotionnellement et s’oppose à l’autorité en s’affirmant. Cela provoque des conflits entre parents et enfants, plus ou moins graves, qui vont plus ou moins loin suivant les enfants.

  2. Rechercher les causes : besoin de s’affirmer, instabilité physique qui se traduit par une fragilité morale, processus normal qui fait partie de la croissance et permet une véritable indépendance. C’est le moment où le jeune se rend compte que ses parents n’ont pas tjs raison, et même qu’ils ont svt tort.

  3. Chercher des exemples, des idées pour ou contre : regarder autour de soi, réfléchir à sa propre expérience, à celle de ses amis, frères et sœurs, parents, etc. Est-ce un phénomène qui a tjs existé, qui est nouveau, qui, comme le dit l’auteur de l’article, n’est qu’une fable ?

  4. Classer les idées : en deuxième partie, ce qui me semble vrai, en première partie, des contre-arguments à ma propre position. Mettre des numéros devant les idées.



  1. Préparer son plan

  1. Faire une introduction : on a maintenant une idée claire de ce qu’on va dire, donc on peut faire son intro : définition du thème (reformuler la question de l’énoncé), puis définition des termes-clés du thème (ds ce cas, crise d’ado), puis éventuellement, annonce du plan (dans un premier temps, nous verrons pourquoi on peut dire que la crise d’ado est un phénomène bien réel, puis nous montrerons comment, en réalité, cette manifestation n’est pas une fatalité, en nous appuyant sur des exemples concrets).

  2. Détailler ses arguments : analyser les exemples qu’on a pris pour voir si les personnes avec crise d’ado la font par « programmation biologique », et qu’est-ce qui permet de le dire, ou au contraire, la font parce qu’ils ont des problèmes pathologiques, et qu’est-ce qui permet de le dire. (exemple : un ami : il a causé de gros problemes a sa famille, a eu un accident grave qui a mis en danger sa vie et la stabilité émotionnelle de sa famille proche / Pourquoi a-t-il fait cela ? ses parents divorçaient / il se droguait / tous les jeunes ft cela / il lui manquait des limites à la maison / il était éduqué d’une manière trop stricte) – Réfléchir en tout cas si c’est pathologique ou non.

Préparer par écrit une phrase de transition entre chacune des idées pour montrer qu’elles ont un lien, qu’elles ne sont pas séparées les unes des autres.

  1. Préparer sa conclusion : en conclusion, résumer en une phrase tout ce qui a été dit, puis donner son opinion personnelle, en répétant rapidement son argument le plus fort, puis ouvrir le débat sur une question plus vaste, par exemple : est-ce qu’en Afrique, où la population subit des dommages corporels et psychiques graves, du au manque de nourriture, la crise d’adolescence est également présente ? On peut se demander si nos parents ou grands-parents ont vécu ce problème, auquel cas la crise serait un phénomène de société, provoqué non pas par une pathologie quelconque, mais plutôt par « l’air du temps ».

Il faut évidemment RELIER les idées entre elles par des CONNECTEURS LOGIQUES principalement.

Créé par Stéphanie Bartomeu


similaire:

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconBibliographie Dans un premier temps je vais vous décrire un peu ce...
«La crise», nous avons d’abord le mot crise même qui selon le dictionnaire dans sa le cadre médical est défini comme «moment d’une...

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconAutour de la question du tiers
«un langage […] sans Je et sans Tu, rien qu’Il, rien que ça, [… ], rien qu’Ils, et seulement cela»

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconPour une sortie de crise positive

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconEssais de cannabis dans l’adolescence. Quelques joints par an actuellement

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconNous sommes à la fin des années 1950. Au Japon, Kenzo Tange (1913-2005),...
...

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconQ2/ Quel bilan paraclinique minimal demandez-vous devant cette première crise d’épilepsie ?

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconCours La reproduction sociale (M1)
«reproduction sociale». IL est désormais ressenti comme synonyme de déterminisme, de fatalité, de destin. IL est devenu un thème...

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconSocrate (469-399 av. J. C.)
«Je ne sais qu’une seule chose, c’est que je ne sais rien» pour se rendre capable ensuite de s’acheminer vers la difficile découverte...

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconL’Aiguille creuse
«Il perd son temps, murmurait-elle. Voilà des années que je connais Élisabeth. Aucun espoir pour les amoureux. C’est une belle statue,...

La crise d’adolescence n’a rien d’une fatalité iconNote argumentée
«moyenne» n’est pas la même pour toute les disciplines. La note de 8/20 peut être une note moyenne ! Pour des interlocuteurs étrangers,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com