Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré








titreAdresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré
page1/3
date de publication16.05.2017
taille102 Kb.
typeAdresse
b.21-bal.com > loi > Adresse
  1   2   3
UNIVERSITÉ DE NGAOUNDÉRÉ

The University of Ngaoundéré
FACULTÉ DES SCIENCES FACULTY OF SCIENCE
DÉPARTEMENT DES SCIENCES BIOLOGIQUES

---------

LABORATOIRE D’AGROFORESTERIE, DE BOTANIQUE ET D’ETHNOECOLOGIE (LABE)


Arbre local pour le développement local

The native tree for the native land












REPERTOIRE DES TRAVAUX DE RECHERCHE

Volume 1, Numéro 1

Editeur

Pierre Marie MAPONGMETSEM

Année 2010

Dynamique Verte pour la Restauration de la Région Soudano-Sahélienne

(DYNAVERS) / Centre d’interface recherche et applications pour le développement durable en Afrique (CIRADA)
Sommaire

Avant – Propos

THEME 1: SAVOIRS ENDOGENES ET VALORISATION DES PLANTES MEDICINALES DE LA ZONE SOUDANO-SAHELIENNE

Sous-thème 1 : SAVOIRS ENDOGENES ET UTILISATION DES PLANTES MEDECINALES DANS LE MAYO REY (Nord-Cameroun)

NOM ET PRENOMS : ABBE HABIBA

ADRESSE : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur TGI de Ngaoundéré

Tél. : (00237) 77 26 90 06 /77 40 13 64

E-mail :



Résumé

La zone du Mayo-Rey dans la région du Nord Cameroun regorge d’énormes potentialités en matière de flore médicinales. L’objectif général du présent travail est de répertorier les plantes médicinales et les systèmes locaux d’exploitation de ces ressources dans l’optique de développer des stratégies appropriées de gestion durable des écosystèmes naturels. Une enquête a été effectuée auprès de 120 ménages repartis entre les groupes ethniques majoritaires : les Dii, les Mboum et les Peulh. Les résultats révèlent que des 56 affections identifiées, 10 sont récurrentes et fréquentes avec le paludisme qui figure en tête de liste dans la région. Les outils de diagnostiques des maladies, de préparation et de conservation de médicaments sont très importants chez les tradithérapeutes. Un effectif de 111 espèces végétales a été identifié et près de 160 recettes décrites dans le traitement des maladies. Les observations de terrain révèlent que les plantes les plus sollicitées deviennent de plus en plus rares. Les méthodes de conservation et de gestion durable des ressources telles que la domestication contribueront à la protection et à la conservation des ressources naturelles dans la zone.

Mots clés : Savoirs endogènes, Plantes médicinales, Biodiversité, Santé, Outils, Durabilité, Mayo-Rey.

Sous-thème 2 : CARACTERISATION ETHNOBOTANIQUE ET PHARMACOLOGIQUE DE QUELQUES PLANTES MEDICINALES UTILISEES DANS LE TRAITEMENT DES MALADIES INFLAMMATOIRES DANS LA PERIPHERIE DE NGAOUNDERE (ADAMAOUA, CAMEROUN)

NOM ET PRENOMS : Dongmo Faustin

ADRESSE :

E-mail : dongmofost@yahoo.fr

Tél. : (00237) 77 22 11 15



Résumé

Dans la zone périurbaine de Ngaoundéré, les maladies inflammatoires figurent parmi les maladies récurrentes recensées. Malheureusement, le traitement de ces maladies en médecine moderne pose de problèmes suite à la crise multiforme qui frappe les pays africain au sud du Sahara et surtout les multiples effets secondaires des médicaments modernes. L’objectif de ce travail est de recenser les principales plantes médicinales valorisées par les populations et d’évaluer les propriétés anti-inflammatoires et antipyrétiques de l’extrait aqueux de la plante la plus commune sur les rats et les souris albinos et évaluer les principaux groupes de composés chimiques de la dite plante. Au terme de nos enquêtes ethnobotanique, 71 plantes médicinales à propriétés anti-inflammatoires et antipyrétiques ont été recensées. Ces plantes sont réparties dans 35 familles dont Sanseviera senegambica (Agavaceae) a été la plus commune L’inflammation aiguë a été réalisée avec de la carragénine et le xylène, l’inflammation chronique avec les pellets de cotons et la pyrexie quant à elle a été induite par la solution de levure de bière. Les doses administrées ont été déterminées par évaporation de 10 ml de la solution mère de l’extrait aqueux de Sanseviera senegambica à l’étuve à 105°C pendant 24 heures. L’administration de 100mg/kg et 200mg/kg de l’extrait chez les rats entraîne une inhibition de l’inflammation induite par la carragénine et le xylène. Le pourcentage maximal d’inhibition respectif pour ces doses est de 49 et 60, 36% pour la carragénine, 22,22 et 67% pour le xylène, 23 et 35,5% pour le test au coton. Pour la pyrexie, on a observé une diminution considérable de la température 16heures après injection de levure. Ces résultats montrent que l’extrait aqueux des rhizomes de Sanseviera senegambica possède les propriétés anti-inflammatoires et antipyrétiques et pourrait justifier l’utilisation traditionnelle de cette plante dans la zone périurbaine de Ngaoundéré dans le traitement des maladies inflammatoires.

Mots clés : Maladies inflammatoires, Carragénine, Xylène, Levure, Propriétés anti-inflammatoires, Propriétés antipyrétiques, Rats, souris, Ngaoundéré, Sanseviera senegambica.

Sous-thème 3 : ETUDE ETHNOBOTANIQUE ET PHYTOCHIMIQUE DES PLANTES MEDICINALES UTILISEES DANS LE TRAITEMENT DU PALUDISME AU TCHAD




NOM ET PRENOMS : Souad Taboye

ADRESSE :

E-mail :souadtoboye@yahoo.fr

Tél. : (00237) 76 25 44 99
Résumé

La persistance de la résistance de Plasmodium falciparum à la plupart de médicaments modernes, constitue une motivation importante pour la recherche de nouvelles molécules actives notamment naturelles. L’objectif principal de présent travail est de caractériser les plantes médicinales utilisées dans le traitement du paludisme au Tchad dans la perspective de mettre au point un médicament traditionnel amélioré. Pour ce faire, des enquêtes ethnobotaniques ont été effectuées auprès de 200 personnes. Les enquêtes se sont concentrées sur trois groupes ethniques : les Arabe, les Sara et les Kototo. Au total 38 plantes médicinales ont été recensées. Sept de ces plantes recensées ont fait l’objet d’un screening phytochimique, puis leurs extraits testés aux souris pour l’activité antipaludique à différentes doses et durées de traitement. Les espèces les plus citées sont : Anogeissus leicarpus, Bauhinia rufescens, Capparis decidua, Cassia sieberiana, Sclerocarya birrea, Guiera seneganlensis, et Kaya senegalensis. La teneur de ces espèces en alcaloïdes, flavonoïdes et tanins varie significativement. Les tanins sont les composés les plus abondants (P<0,001). L’extrait de l’écorce de Sclerocarya birrea et les feuilles de Guiera seneganlensis ont montré l’activité antipaludique la plus élevée (72,2 ± 1 et 69,8±1 %respectivement), alors que l’extrait de l’écorce de Kaya senegalensis a montré l’activité la plus faible (59,2±1 %). La forte activité antipaludique de ces plantes pourrait s’expliquer par la présence des alcaloïdes et des flavonoïdes. Cette forte activité observée pour ces plantes témoigne bien de la présence de molécules actives. La mortalité observée démontre le caractère nocif très souvent associé à des plantes médicinales. Des investigations futures des molécules actives permettront de comprendre les activités et la toxicité inhérentes à ces plantes.
Mots clés : Plante médicinale, Ethnobotanique, Antipaludique, Phytochimie, Test in vivo, Plasmodium berghei, Tchad

THEME 2 : STRUCTURE ET POPULATION, DOMESTICATION DES PLANTES AGROFORESTIERES

Sous-thème 1 : STRUCTURE ET POPULATION DE Garcinia livingstonei T. Anderson DANS LA PERIPEHRIE DE NGAOUNDERE (ADAMAOUA, CAMEROUN)

NOM ET PRENOMS : Fawa Guidawa

ADRESSE : B. P. 454 Ngaoundéré

E-mail : fawaguidawa@yahoo.fr

Tél. : (00237) 79 94 58 62 / 99 55 79 88



Résumé

Garcinia livingstonei figure parmi les fruitiers sauvages prioritaires des savanes soudano-guinéennes du Cameroun. Elle fait l’objet malheureusement d’une sur exploitation. L’objectif du présent travail est d’évaluer la structure de sa population dans la perspective de développer les stratégies appropriées pour sa domestication. Pour ce faire une étude ethnobotanique et floristique a été mené e dans les localités de Hangloa et Margol. Les résultats montrent que 49 tiges ont été recensé soit une densité de 6,75 individus à l’hectare. Le Dbh varie 3, 82 à 28,98cm tandis que le diamètre de la cime oscille entre 2,2 et 11cm. La régénération de la plante est mauvaise et le maintien des individus adultes est difficile. Les facteurs responsables en sont le ramassage des fruits, l’écorçage mentionné du tronc et les activités agropastorales. Ces informations contribuées à l’élaboration des stratégies de gestion durable de la plante.

Mots clés : Garcinia. livingstonei, ethnobotanique, population, structure, durabilité, Ngaoundéré.

Sous-thème 2 : ETUDE ETHNOBOANIQUE ET ECOLOGIQUE DE Vepris heterophylla (Engl.) R. Let. DANS LA ZONE SOUDANO-SAHELIENNE DU CAMEROUN

NOM ET PRENOMS : HAMAWA YOUGOUDA

ADRESSE : - Doctorant Ph D, Laboratoire de Botanique et de Systématique, Université de Yaoundé I, B. P. 812 Yaoundé, Cameroun.

-S/C de Prof. MAPONGMETSEM P. M., Laboratoire d’Agroforesterie, de Botanique et d’Ethnoécologie (LABE), Faculté des Sciences, Université de Ngaoundéré, B. P. 454 Ngaoundéré, Cameroun

E-mail : hamawayougouda@yahoo.fr

Tél. : (00237) 96 28 97 29 / 74 96 73 86

Résumé

Dans le but de contribuer à la valorisation des plantes à usages multiples, une étude ethnobotanique et écologique a été réalisée sur Vepris heterophylla dans la zone soudano-sahélienne du Cameroun. Pour ce faire, une analyse participative de l’usage de V. heteropylla a été conduite auprès de 200 personnes reparties en 9 groupes ethniques (Guiziga, Mofou, Mafa, Zoulgo, Peulh, Fali, Tchamba, Mboum). 10 localités ont servies de lieu d’interview. Cette démarche a été complétée par une analyse écologique sur 10 différentes montagnes de la zone soudano-sahélienne. Les résultats montrent que V. heterophylla offre une dizaine de produits et services dont les plus importants sont la conservation des denrées alimentaires, la médecine traditionnelle, le bois de feu et de construction. Le milieu des montagnes est plus densifié que le sommet des monts. L’aire de distribution de V. heterophylla va de 150 m à 950 m, avec un point de forte densité (115,2 individus par hectare et 18,6 individus par hectare respectivement pour le versant nord et le versant sud) entre 550 m et 650 m pour la zone sahélienne. Par contre dans la zone soudanienne, cette aire se situe entre 150 m à 1250 m avec un optimum (52,8 et 18,6 individus par hectare pour le versant nord et le versant sud respectivement) atteint entre 650 m et 750 m. Suivant l’opposition des versants, V. heterophylla est plus dense sur le versant nord (22,96 individus par hectare) que du côté sud (5,8 individus par hectare) pour l’ensemble de la zone soudano-sahélienne. Le dbh (F= 8,23 ; P= 0,0102), la surface foliaire (F=3,11 ; P= 0,0950) et la hauteur (F=13,50 ; P=0,0025) des individus de V. heterophylla sont influencés par l’altitude alors que l’opposition des versants n’agit que sur le dbh (F=4,64 ; P=0,0451) et la hauteur (F=5,47 ; P=0,0347) mais n’a pas d’influence sur la surface foliaire (F= 0,04 ; P= 0,8352). Pittosporum sp., Pachystela pobeguenia, Bombax costratum, Tricalysia okolensis, Phyllanthus virosus, Canthium venosum, Terminalia macroptera, Gambaya gigantea constituent le fond floristique commun à toutes les montagnes. Les Moraceae, les Euphorbiaceae, les Tiliaceae, les Rubiaceae, les Sapotaceae forment les familles les plus abondantes des espèces compagnes de V. heterophylla. Le nombre d’espèces compagnes est estimé à 36. La surexploitation et la perte de l’habitat militent pour la disparition de la ressource. Cependant il faut des mesures adéquates pour favoriser sa conservation. La domestication serait une meilleure solution pour résoudre ce problème.

Mots clés : Ethnobotanique, écologie, altitude, versant, espèce compagne, Vepris heterophylla, zone soudano-sahélienne.

Sous-thème 3 : INFLUENCE DES SYSTEMES D’EXPLOITATION DES TERRES SUR LA DISTRIBUTION DE Sclerocarya birrea (A. RICH) Hochst DANS LA PERIPHERIE DE NGAOUNDERE (ADAMAOUA, CAMEROUN)

NOM ET PRENOMS : JACQUES DOMINANT BEYO

ADRESSE: s/c de l’Université de Ngaoundéré B. P. 454 Ngaoundéré, Cameroun

E-mail : jacquesbeyo@yahoo.fr

Tél. : (00237) 75 32 93 85



Résumé

La croissance démographique et la recherche du bien être humain entraîne une pression sur les ressources végétales. Parmi les nombreux fruitiers sauvages d’intérêt socio-économique utilisés par les populations de l’Adamaoua se trouve Sclerocarya birrea. La présence de cette plante en zone soudano-guinéenne suscite maintes interrogations. Compte de la pression, elle serait une espèce menacée. L’objectif du présent travail est de déterminer son origine et d’évaluer son potentiel sur pied dans la région. Des enquêtes ethnobotaniques doublées d’inventaires floristiques ont été réalisés dans les localités de Boumdjéré, Toumbéré et de Digong dans les champs de brousse, les jardins de case et la savane naturelle. Les résultats montrent que la plante serait introduite dans la région vers le 19e siècle. Un total de 50 tiges a été recensé. Le DBH moyen varie de 26,65cm (jardins de case) à 46,65cm (champs de brousses). Le diamètre de la cime par contre varie de 5,66m dans les jardins de cases à 10,71m dans les champs de brousse. Il existe une corrélation positive (r = 0,77 ; P<0,05) entre le diamètre de la cime et le diamètre de l’arbre à hauteur de poitrine.

Mots clés :Sclerocarya birrea, systèmes d’exploitation des terres, distribution

Sous-thème 4 : STRUCTURE ET POPULATION DE Prunus africanus (Hook. F.) Kalkman (ROSACEAE) DANS LE MAYO BANYO (ADAMAOUA, CAMEROUN)

NOM ET PRENOMS : TALONTSA TSONA OLIVIER

ADRESSE :

E-mail :talontsa@yahoo.fr

Tél . :


  1   2   3

similaire:

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse de l’établissement (mentionner l’adresse physique et l’adresse postale si différentes)

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconEt hop deux réactions Catherine et Philippe plus ses commentaires
«posant l'interdit», en «mettant des limites», etc., IL aura un quelconque effet sur la structure. Limites et interdits n'opèrent...

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconLe juge des référés du tgi de Nantes a contraint l'État à délivrer...
«identité». «Nous sommes contents mais cet appel nous empêche de nous réjouir», commente Sylvie Mennesson

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse  

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse:  

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse

Adresse : S/C de Mbaga Missa, substitut du Procureur tgi de Ngaoundéré iconAdresse








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com