Manuel Bonjour Henri !!!








télécharger 2.56 Mb.
titreManuel Bonjour Henri !!!
page8/60
date de publication04.03.2017
taille2.56 Mb.
typeManuel
b.21-bal.com > loi > Manuel
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   60

10/1/2007

les petits et moins petits potaches du college leclerc avait droit à une forme de bizutage!!!

tirer par les pieds , les fesses au sol, les marches d un etage etaient devalees!!

quelle chance d etre sous la protection d un grand!!!

bien a tous

jp
11/1/2007

l'école d'algérie était si bonne

avec tant de personnalité chez les maitres

que, comme nous maintenant,

nos parents parlaient souvent de leur enfance scolaire

époque autour de la guerre de 14 donc
j'ai encore dans l'oreille la voix

de la maitresse d'école de ma mère

Mme lichtenstein (elle disait lichtintin)

déclamant victor hugo:

"oh, combien de marins, combien de capitaines..."

or cette dame était disparue avant ma naissance
mon pere contrairement à moi

était turbulent (mais oui)

ça fait les bons professeurs dit-on

et sportif
un jour dans l'Oise nous avons rencontré

un vieux pharmacien oublié depuis l'autre guerre

il a dit avec révérence: Ah! Kessis... LE VENT!!!
Voila l'histoire

en 5e peut-être, mon père avait écrit

une piece en 5 actes et en vers, "LE VENT"...

probablement satirique, sur un de ses profs

le manuscrit a circulé

pour aboutir sur le bureau du principal

mon pere, terrifié, se retrouve devant le grand chef

celui-ci a feuilleté, a souri

et lui a rendu son oeuvre sans rien dire

JJK
11/1/2007

ce qui m'y fait penser

c'est l'histoire de la comptine-"pomme"

de "marie margot et son bourricot"

reflexion faite c'est le vocabulaire et la pratique

de ma cousine janine

d'ailleurs c'est la femme de manuel qui l'a reconnue
alors on pourrait lister

ces jeux des filles et leurs noms

plus énumératifs et moins violents

comme la marelle ou la balle au mur ou la corde à sauter

(l'elastique je crois n'était pas inventé)
alors à vous les petites

JJK
le livre="Nous les filles"

"Marie Rouanet raconte son enfance, à Béziers, dans les années cinquante. Des années dorées où la petite fille collectionnait les buvards réclames, jouait aux osselets..."

faubourgs modestes assez analogues, là aussi une autre langue en parallèle (l'occitan) , épatant

JJK
bravo

est ce que ce n'est pas

ce que font les filles de maintenant

sous le nom de 1 2 3 soleil?

JJK
bravo c'est- tout à fait ce jeu, nous on disait "pigeon" ici c'est "soleil" por eso la vieja no se queria morir......

je crois que les jeux et le reste sont un éternel recommencement.... à méditer!!!!!!

Adrienne
Les mauvaises perdantes. Ecole Marceau filles, ambiance

Quant une fille attrapait une rabia, ses camarades de classe en l'entourant chantaient ce petit air que l'instit leur avait appris "quant la vieille est en colère, elle jette son bonnet par terre, quand la colère lui a passé, elle va vite le ramasser" c'était efficace...et ça finissait souvent par un sourire

Henri
11/1/2007

Photo du bassin jardin public

Adrienne n'aurait-elle pas une photo de son oncle, gardien des lieux, le manchot "el manco" ,que l'on pourrait ajouter.

On l'apercevait souvent dans sa tenue et son képis de garde, là devant ce petit jet d'eau.

Manuel
bonjour Manuel,

en effet j'ai revu la photo sur le site elle est vraiment très jolie, j'ai une photo de mon oncle prise au même endroit sur les marches du jet d'eau mais elle est très vieille et je n'ai pas l'original c'est une photo que j'ai sur l'ordi. Je l'ai d'ailleurs passée à Alexis mais je ne sais pas si elle est exploitable, il n'a pas le képi mais on le reconnait bien.
Mais bien sûr!

Le bassin est en couleur en plus!

A+

Manuel
Je ne vois pas le"manco". Où est-il caché?

manuel
Effectivement, le Manco ne figure pas dans l'Echo de Sidi-Bel-Abbès. Mais vous le trouverez dans le site ci-dessus, site intitulé "L'auberge espagnole bel-abbésienne" et ce, grâce à Adrienne ! Amicalement à vous tous !

Alexis
11/1/2007

Photo Murcia

Le No 25, était le neveu de Mr Riu l'intituteur. Il habitait rue d'Arras, mon quartier ( Henri connait bien)

Le No 3 c'était le fils du concierge de l'école.Son nom? Cohen?Diaz?

Le No 24, Rios : il devait faire partie d'une famille nombreuse car j'avais déjà un Rios en classe de CP en 58-59 et il avait dejà deux frères plus âgés que lui à l'ecole.

Manuel
11/1/2007

Qui a une idée de la date exacte de l'eclipse de soleil visible à SBA entre 1954 et 1961 ?

Henri
j'étais petite mais j'en ai gardé un grand souvenir, avec des verres fumés sur les feux de bois pour pouvoir regarder je crois que c'était en Juin 1954, à vérifier....

Adrienne

dans un de ses textes, manuel évoque

charly finaltéri

("en bas et à gauche de votre cadran")

et sa façon de prononcer les noms espagnols

qu'il impute aux algérois
hélas cela est la façon de tous les journalistes sportifs

et de tous les siècles

le petit cycliste Djoulio Rimenez

encore maintenant

doit escalader les cols privé de ses deux jotas

différemment trafiquées d'ailleurs
Il me semble bien par ailleurs

que l'interprète de "riquita"

chantait "viva Espana" au mépris de tout tilde
A Bel-Abbès, nous avions aussi un reporter sportif amateur, mais pas polyglotte... Il tenait un bar Bd. de la République. Tous les dimanches après-midi, il affichait les résultats sportifs sur un grand tableau et, prenant son micro, il commentait les résultats. Les amateurs se tenaient assez nombreux sur le trottoir pour écouter notamment les éloges du SCBA. Vous souvenez-vous de son nom ? Mazaud.

André
On se souvient bien de Mazaud qui écrivait dans "L'Echo du Soir; toujours des artcles à sensation, bien dans son style.

Je l'ai revu à Angoulême où il tenait un bar restaurant.

Je finissais mon service militaire au 16è RIMA d'Angoulême- La Braconne.

Devant son bar à Bel-Abbès, il avait installer une "bascule ". Avec les copains, nous passions souvent tous à la pesée, en rang d'oignons. C'était à celui qui était le plus lourd. Un signe de force et de bonne santé, pensions-nous.Que tontos!

Manuel

j'allais en parler

au début de l'après guerre on n'avait meme pas de radios

c'était notre charly finaltéry à pattes

on était en rond devant le bistro

avec sa sono il nous faisait meme du direct

en écoutant, lui, la radio

matchs de foot, et même

je crois me souvenir d'un grand match de cerdan
En general les journalistes Français polyglottes sont surtout doués pour prononcer les patronymes ou autres noms propres Anglosaxons.Les Algérois aussi l'étaient!

Eux, des latins , présentent par contre des lacunes assez sérieuses pour tout ce qui est italien, espagnol et tout ce continent d'Argentins, Mexicains..etc...

C'est comme ça! On n'y peut rien.

Si on ne peut reprocher à quelqu'un de ne pas prononcer correctement un mot étranger, je pense qu'on pourrait tout de même exiger un minimum d'efforts pour un journaliste. Cela ferait tellement plaisir aux joueurs concernés.

Maintenant que le PSG a "embauché" l'argentin Gallardo[gayardo), on n'a pas fini d'entendre "Galardo"par ci et "Galardo" par là.

Il est vrai que nos amis Botella[Botéya] et notre "paella"[paéya] sont aussi sérieusement menacés, même parmi certains d'entre nous.Hélas! Ils ne volent plus que "d'une seule aile": Botéla, paéla.

Le comble c'est quand un certain Angel Marcos - les footeux connaissent- se voit prénommé "Anguel". Il serait plus logique pour un Français de dire [Angelle] et bien non, on a recours à la prononciation Allemande[Anguel]. Un comble!

Attention, je ne dis pas tous les journalistes. Il y en a qui se documentent et prononcent très bien, à RMC, Canal+ notamment, il y en a ..mais ils ne sont pas légion.

Manuel
Une belle blague!

Dans le faubourg, lorsque l'on s'ennuyait,nous allions très souvent au stade Paul André ,assister aux entraînements du SCBA . C'était le mardi et le jeudi., pour l'équipe fanion.

On se retrouvait à 5 ou 6 ,assis côte à côte sur les tribunes latérales Nord, à l'entrée pratiquement.

les joueurs, revêtus de maillots anonymes, tapaient dans le ballon sur le haut mur du fond, au sud.

Au bout d'un instant, quelqu'un derrière nous, s'exclame:" Ché qui c'est celui-là , là-bas, avec le maillot rouge.Il est costaud, il a une bonne frappe et des deux pieds.Putain qui c'est?"

Un copain de la bande, prénommé Gaby ,un burlón de première, un moqueur, qui ne reconnaissait même pas le joueur en question répondit: "c'est un stagiaire professionnel , de Nice ,je crois.Il est arrivé cette semaine."

Immédiatement derrière nous, le scoop faisait mouche:" C'est un pro! Il vient de Nice! Il est à l'essai!"" Comment il s'appelle?Comment tu le sais?" " Joer! là devant, ils l'ont dit!"

Nous jouions des coudes,complices, les fous rires commençaient à partir et il nous fallu déguerpir tout de suite pour nous asseoir à l'autre bout, de peur de nous faire lyncher ,lorsque l'inconnu serait reconnu par quelqu'un..

Manuel
12/1/2007

La ‘ castagne ‘ fut l un des jeux favoris des potaches : jeunes coqs, il fallait nous mesurer, pour s affirmer ,voir délimiter un territoire !!!

Cela se passait toujours à la loyale et toujours sous les escaliers, à l abri des cerbères de service !! jamais de coups bas ou tordus sauf peut être le coup de boule !!! ciel Zidane !!! les lointains cousins de MARCEL CERDAN se montraient redoutables !!

La grigna ne durait jamais, et souvent se terminait par une amitié !!

Bien à tous

JP
La castagne pour les externes c'était sous les glacis, à côté du canal.

Dans le faubourg c'était prsque toujours les grands, ceux qui avaient 2 ou 3 ans de plus que nous qui, lorsqu'ils s'ennuyaient, organisaient ces combats singuliers.

" Ché Pierrot? Celui-là , il te la casse? Allez donne-lui!

Ou alors: " Jeannot! Le Paulo,Il a dit qu'il "te peut"! C'est pas possible!"

"Il te peut" expression traduite de l'espagnol..., il est plus fort que toi.

Difficile de refuser le...combat.

Après quelques "técas", coups de poings, tout s'arrêtait.

Manuel
kesseta, tépacontent ! une formule qui doit vous rappeler des moments de votre jeunesse...je retrouve cela aujourd'hui comme spectateur au hasard des rues de banlieue.

Henri
la seule difference avec avant, c est que maintenant ,souvent c est 10 contre un seul: vaut mieux etre du bon cote!!!

jp
"Quècetia? Tiépacontent?"

A Oran ils disaient, paraît-il:"Tia beaucoup? Tia beaucoup?

Manuel


13/1/2007

La faune bélabésienne. Le citadin que j'étais n'a pas vu beaucoup d'animaux à SBA, bourricots, chevaux, mulets, bovins, ovins, caprins,lapins,volaille de basse-cour, chiens, chats,rats, souris, tortues, crapauds, cigogne, passereaux,cafards, bousiers, saurerelles, mouches diverses et variées. Une fois un marcassin ramené de la campagne et des cameleons à Damesme, c'est à peu prés tout. Jamais vu de scorpions qui alimentaient nos fantasmes enfantins. c'est assez pauvre, je dois en oublier. Concernant les poissons de nos côtes ou j'ai appris la pêche sous-marine,la mer était si riche que ça mérite un topic particulier. je pense qu'il doit avoir des connaisseurs parmi nous pour en parler.

Henri
je pense que " la jente del pueblo " s'est exprimait sur la faune , je voudrais ajouter le chacal que vous ne pouviez pas entendre en ville !!mais qui venait souvent aux portes des villages !!Le lézard vert qui n'avait rien avoir avec le lézard de muraille de par sa taille !!!La vipère, la couleuvre, l'orvet trouvaient refuges dans les pierres de la montagne , le lièvre , le lapin de garenne qu'on faisait sortir de leur terrier avec un furet , le sanglier à certains endroits.

Pour la pispistrelle ou chauve-souris au village à la tombée de la nuit les enfants se réunissaient pour faire le concours de celui qui en attrapait le plus !!cela consistait à mettre un béret noir au bout d'un long roseau et attendre que la chauve- souris s'agrippe à l'intérieur du béret , nous leur faisions aucun mal car on les relancait en l'air pour qu'elles reprennent leur envol .Les "tordos" ont les piègés avec des larves de hanneton une fois bien gavés d'olive au pied des oliviers.

Les autres oiseaux étaient piègés avec "L'esparto" enduit de glue que l'on faisait avec de la résine et du caoutchou !!

Pour le grives on utulisait un grand tamis avec une béquille que l'on tirait avec une ficelle depuis notre cache etc....etc...

JPH
n'oublions pas les têtards que je ramenais du ruisseau du glacis

dans des verres à boire

(ma mère en a bu une fois)

et leurs parents les crapauds invisibles

qui nous donnaient concert le soir

pendant l'agua limon
rappel du passé marécageux de SBA

(le paludisme a sauvé une fois bel abbès!

fallait-il qu'il y ait de nombreux "portés malade"

dans la redoute bedeau

pour venir à bout de 58 assaillants!)
plus tard l'assainissement fut complet

(les américains mettaient encore des moustiquaires

vertes aux fenetres)

grâce à une autre petite bête

que j'élevais aussi

le poisson "gambusia" voisin du guppy

vivipare, guère plus gros qu'un têtard

qu'on a mis dans la moindre flaque

JJK
Chardonnerets, verdiers, serins, étourneaux(tordos) chasseurs d Afrique multicolores, perdrix, gorion, hirondelles, martinets, cigognes !!

Les chardonnerets , font l objet d une protection de l état algérien !!

jp
Les dérapages d'une langue vivante.

A propos de "tordo".

Par ce mot nous désignions tous l'étourneau. Pourquoi?

Or l'étourneau se dit "el estornino" dans la péninsule.

"El tordo" est néanmoins un mot très espagnol mais il désigne :la tourde, la grive.

Comme nous nous servions du "tordo" pour l'étourneau, la pauvre grive dut se contenter du néologisme" griva".

C'est dimanche , on peut dons plaisanter un peu.

Voici un proverbe très connu chez nous et très utilisé par les gens de la génération de nos parents.

Lorsqu'une jeune fille mignonne, aux traits fins, visage mince avait des hanches et un postérieur quelque peu imposants ,elle avait droit à ceci:

" Elle a la maladie du"tordo": la cara flaca y el culo gordo."

A+

Manuel
Tordo viendrait peut etre du pataouete, dialecte derive de l espagnol, arabe, francais,et d une certaine improvisation comique locale !!!

jp
"Tordo" est le mot espagnol qui désigne la tourde ou la grive.Le pataouète n'a rien inventé!

Nous l'utilsions, par erreur, pour l'étourneau.C'est tout !Pourquoi?

Le mot "estornino" était oublié comme beaucoup d'autres mots. Sans que l'on sache très bien pourquoi, des mots de vocabulaire sont restés intacts et étaient fréquemment utilisés plus de 100 ans après et d'autres sont passés à l'oubli....remplacés par facilité par des mots Français ou des mots francisés?

Une langue vivante est en perpétuel mouvement.

Manuel
Quand j'énonçais plus haut "passereaux", j'aurai dû préciser et par ex citer les hirondelles . On en a pas ici, et ça me manque. Je pense à une récitation mal apprise à l'Ecole Marceau. Il ne me reste que cette phrase "les hirondelles tiennent des conciliabules". Qui aurait le reste ?

Henri
Henri j'ai aussi appris cette poésie de Théophile Gautier (je ne sais pas si c'est vraiment la même elle est très longue en voici un petit bout)

déjà plus d'une feuille sèche

parsème les gazons jaunis

soir et matin la brise est fraîche

hélas les beaux jours sont finis!

on voit s'ouvrir les fleurs que garde

le jardin, pour dernier décor

le dahlia met sa cocarde

et le souci sa toque d'or

la pluie au bassin fait des bulles

les hirondelles sur le toit

tiennent des conciliabules

voici l'hiver, voici le froid

elles s'assemblent par centaines

se concertant pour le départ

l'une dit "oh que dans Athènes

il fait bon sur le vieux rempart

etc etc...... voilà

Adrienne
Je vois qu'Adrienne a de bon souvenirs de Théophile Gautier;

Ce grand romantique né au pied des Pyrénées françaises fut un grand amoureux de l'Espagne.

A la suite d'un long séjour dans la péninsule, il écrivit "Voyage en Espagne", un ouvrage dont je recommande la lectue à ceux qui veulent découvrir ce pays ou en savoir plus .

Rien ne lui a échappé: la géographie, l'histoire, la peinture, les coutumes, la cuisine..etc

Manuel
Merci Adrienne, c'est ça mais on n'apprenait pas la totalité. Autre animal, autre souvenir scolaire :la première leçon de sciences naturelles de monsieur Pastorel en sixième : "La pipistrelle", ça nous faisait rire. On en avait déjà vu des centaines mais on ne connaissait pas son nom scientifique. Et j'ai appris grace au forum que des garnements leur faisaient des misères...

Henri
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   60

similaire:

Manuel Bonjour Henri !!! iconHenri Atlan «Science et sagesse Des déterminismes et de la liberté»
«La science est-elle inhumaine ? Essai sur la libre nécessité» (Bayard, 2014), l’Institut français de Tel Aviv reçoit Henri Atlan...

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconBibliographie Ouvrages. Association Henri Capitant, La publicité

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconIntervention du Dr Henri Lafont sur «L’embryon : Sujet ou Objet»

Manuel Bonjour Henri !!! iconLa Bibliothèque électronique du Québec
Bonjour, Oh-là-là ! fit Dick Forrest en l’accueillant avec un sourire des yeux et des lèvres

Manuel Bonjour Henri !!! iconHello. My name is Amy and I was born in Quito, Ecuador. I'm 16 years...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com