Manuel Bonjour Henri !!!








télécharger 2.56 Mb.
titreManuel Bonjour Henri !!!
page6/60
date de publication04.03.2017
taille2.56 Mb.
typeManuel
b.21-bal.com > loi > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60

8/1/2007

Chere Adrienne

puisque tu as fait de l'arabe (fut il classique)

pourrais tu nous expliquer

pourquoi ce marabout s'appelait BEL Abbès

et non pas BEN comme ses copains???

JJK
Bonjour après un w.e. au soleil me revoilà!!!!!!!!!!

J'ai bien fait de l'arabe classique mais bon voilà une petite

mais alors toute petite explication : on peut utiliser BEL ou BEN ce mot vient de l'hébreu LEHEM qui signifie pain ou LAHAM qui signifie manger donc en "contournant" le père donne du pain à ses enfants, BEL ou BEN veut dire la même chose "fils de" voila à vous..... messieurs....

Adrienne
et BEN KI MOON???

s'il est coréen

et secrétaire de l'ONU

pourquoi il a un nom COMME LA BAS, dis???

JJK
5/1/2007

Qui peut donner une explication à ce mot.Depuis quand ce mot a été employé pour désigner les Français de France ?

JM
Pour ce que je sais , on a qualifié de Patos les métropolitains parce que trouvant "notre" méditerranée chaude dès avril , mai ,n ' hésitaient pas à y piquer une tête . Les autochtones disaient alors : " son como los patos , non tiennen frio " Bigli .
J. Michel, en fait moi j'ai commencé à entendre ce mot au moment de la guerre d'Algérie, comme celui d'ailleurs de pieds noirs.

j'ai retrouvé donc ceci : au début ce terme de "patos" s'appliquait aux français métropolitains arrivant en Algérie et patos en espagnol désignant comme chacun le sait un canard, on trouvait que ces "pauvres métro" avaient une démarche lourdaude comme les canards. (je suis mariée avec un "patos" et je trouve sa démarche très souple et déliée!!!!!!!!!!!!!!!!!

Adrienne
Oui Adrienne, tu as bien raison.

Définir une ethnie aussi multiraciale et provenant de régions aussi diverses que celle de l'Hexagone, par la singularité de leur démarche, c'est une première mondiale assez fantaisiste.

Enfin quelqu'un a fait le rapprochement entre le mot pato ou patico avec la démarche des canards et tout le monde s'y est engouffré. C'est écrit dans le marbre comme on dit.

C'est le pendant de la définition des pieds-noirs Quoi!

Avec les copains, lorsque nous faisions allusion aux "Métropolitains" nous imitions surtout leur accent pointu que nous trouvions partculièrement nasillard.

De là, au coin coin des canards, il n'y avait qu'un pas que nous étions bien seuls à franchir.Tant pis!

Manuel
Mais bien sûr! le mot patos est nè en même temps que le mot pied-noir. C'est à dire vers 1956.

Jamais, au grand jamais, mes grands-parents, mes parents, moi-même avons entendu parler de ce mot Pied-noir avant 56.

Les Algériens eux-même le reconnaissent, ils n'en ont jamais entendu parler. Si ce mot datait de 1830, inutile de vous dire que dans le quartier, lorsqu'on se chamaillait entre francophones, hispanophones et arabophones, ces derniers ne se seraient pas privés de nous le balancer au visage.

Je ne comprends pas que des compatriotes, "Français d'Algérie" se laissent encore abuser par ces explications rocambolesques, il y en a 3 ou 4 d'ailleurs, trouvées à postériori.Encore une idée reçue.

Ce sont les "patos", Français de Métropole venus avec le contingent qui nous l'ont "collé aux fesses". C'était péjoratif bien sûr. On nous assimilait un peu à des indiens d'Amérique.

Comme le disent certains à juste titre, ce mot nouveau pour nous , nous irritait beaucoup. Puis par la suite , c'était pour nous une fierté. Nous le revendiquions sans complexe .On se distinguait ainsi des Parisiens, des Bretons, des Basques ..etc et on y tenait . JJ kessis a bien fait le tour du problème. Losqu'un petit Algérien voulait nous "insulter", il parlait de roumi, ençahara, gitano, khalouf . Pied-noir? Inconnu au bataillon!

Manuel
Désolé de te contredire, mon cher Manou, mais le qualificatif "pied-noir"

existait bien avant 1956. Mon frangin l'avait déjà rapporté de son service

militaire en 51 . Ce terme n'était alors utilisé que par les trouffions

métropolitains pour désigner leurs compagnons issus de notre

communauté. Il est vraisemblable que le mot "patos" ( les canards) soit

apparu en même temps par simple réaction. Quant à connaître

l'explication et l'origine de ces appellations, ça c'est une autre histoire.

Une chose est certaine, ça ne peut venir de nos amis arabes qui auraient,

plus logiquement, utilisé leur langue. Au fait, en arabe, pied-noir se dirait

comment ?-----

Antoine
Antoine j'ai eu peur de ta réaction. Surtout quand tu dis "Bien avant 56". je pensais que tu allais remonter à 1830.

Bon 1951, je veux bien, 5 petites années avant, ça passe.

Manuel
pour les patos

moi j'ai plus anciennement entendu

"frangaoui" ou "frankaoui"

JJK
5/1/2007

L'appel à témoin a été fructueux. Le Maconnais, la Gare de l'Etat et le mamelon se sont réveillés; Alors à vos plumes. Racontez-nous un peu quelques anecdotes, quelques petites histoires vécues.

Antonia nous a donné toute une liste de voisins de son patio[pa-ti-o]s'il vous plaît. Tous des patronymes péninsulaires. J'ai connu un Cazorla René et un Molina jean Pierre. Mais ce dernier habitait peut-être la cité Perret. Il était tartajoso,il bégayait . Un gentil copain de collège.J'ai bien connu dans ce faubourg, Picon joseph et Linares.

Quant au [Mamélone]je connaissais une"caterva", ribambelle, de garçons. Figurez-vous que je suis allé à l'école Voltaire( glacis sud) en primaire et non à Victor Hugo( Rue du soleil. Encore "un coup" de mon père.Et là,dans cette école de la ville, il y avait une cohorte de garçons du Mamelon:les Huber,les HAusberg,les Ruiz, Perles,les Lahuna, Fuentes, Martinez,les Kaiser,Winschelle, Sierra , Riklewski...

Manuel
Alors "téléphone arabe" qu'est ce que c'est ? de quelle époque ça date? à vous.....

non je plaisante,je ne sais pas de quel quartier était ma rue Descartes (gare de l'état, mamelon ?) no lo se, par contre ce que je sais c'est que j'ai été à l'école Eugène Etienne, puis à l'ecole Molière et j'ai fini au collège moderne de jeunes filles. J'habitais aussi un patio où se cotoyaient espagnols, juifs, arabes etc... et des soirs il y avait une certaine ambiance quand les juifs et les arabes se bagarraient. dans "mon patio" habitait les familles Cazorla (leur fils René) Sanchez (plusieurs enfants José Josette Agueda Sauveur) Sespedes (2 fils Ange et Yves) Martinez (Hélène Fernande J. Michel) la famille Benhamou (qui n'avait que des filles au grand désespoir du père qui tentait desespéremment d'avoir un garçon)et les propriétaires qui étaient algériens la famille Gacem avec Nordine, Zohra Aicha. nos soirées étaient identiques à celles de tous les quartiers, petites chaises devant les perrons les parents refaisaient le monde et nous on cherchait quelle bétise on allait faire. Antonia s'amusait à estourbir les chauvesouris, nous avec des petits batons on agacait les araignées en grattant leur toile jusqu'à ce qu'elles sortent pensant avoir une proie. On jouait à courir derrière une "roue" de vélo et un fil de fer, ou à descendre la rue avec un carico et des roulements à bille. Enfin voilà je vais arrêter sinon ça ne va plus tenir sur le site....ce dont je me souviens c'est qu'il fallait ruser pour que les garçons nous acceptent dans leurs jeux.

Grand merci pour tous ces souvenirs que vous faites ressurgir de nos mémoires c'est comme une seconde jeunesse.

Adrienne
Nous on s'amusait à assommer les chauves souris avec de longs roseaux quand elles apparaissaient, entre chien et loup . Mais jamais, jamais on a su qu'en agissant ainsi , nous les estourbissions .

[Tché] Adrienne! Que ceux de ton quartier, ils vont plus te comprendre, Mujer!"

Ces "murciélagos" nous les appelions "mostagalillos". Encore" un régionalisme importé des régions du Sud-est espagnol.

Antonia
7/1/2007

Ou est cette ecole victor hugo? est-ce le nom?

j'aimerais bien trouver des photos de classe

de perrier et des filles

elle n'est pas listée ni ici ni dans photo-de-classe

ni dans oran50

je jouais avec colette perrier

quand j'étais petit

elle m'avait appris un jeu

probablement importé de son quartier

la "carrica"

l'un des enfants s'accroupit

et l'autre le traine comme une charrette

en le faisant glisser

JJK
Vicor Hugo au bout de la calle del sol derrière Leclerc. J'ai fait mon CM2 en 53-54 là avec Bourgues instit. Je me souviens de Saintorens et Salvatori mais pas de Perrier.

Henri
Ça devait-être plutôt le "carrico"

Nous jouions aussi" a la brouéta". On ne savait pas dire la"carretilla" dans le sens de brouette.Pour nous "carretilla" c'était des pétards( régionalisme espagnol).

L'un s'appuyait su les mains au sol, les bras tendus, et l'autre le saisissait par les chevilles et le faisait avancer.

En lisant tes commentaires sur la photo, deux souvenirs me viennent à l'esprit.

D'abord le journal "Oran Républicain". Mon père était tellement mordu de foot que lorque le SCBA avait disputé un grand match le dimanche, coupe de France ou coupe d'Algérie, il achetait le lundi, l'Echo d'Oran et Oran Républicain. Il voulait ainsi, disait-il, avoir plusieurs commentaires d'un même match.

Mr Perrier , enseignant,était sûrement le directeur de l'école Victor Hugo que mes amis de quartier appelaient "el tio Pérrété"

Je me souviens bien de ses filles.

Manuel
7/1/2007

A propos de la Mekerra, pouvez vous me dire où prend t-elle sa source ? se jette-t-elle dans la mer ?.Vous les anciens( Respect ) connaissez-vous le lac qui se trouve à la sortie de Bel-Abbés sur la route d'Oran. Mon père ne souvient pas de l'existence de ce Lac.

JM
Extrait de la revue algérienne et coloniale, 1859. De janvier à juin 1860(1ère série/tome 2)

Dans la subdivision de SBA, le seul cours d'eau exploré par les pêcheurs est l'oued Mekerra, qui prend sa source à 32 km au-sud-ouest de Daya, au lieu dit Raz-el-Ma, et va se jeter dans la mer après avoir traversé la subdivision, où elle prend différents noms, suivant les localités parcourues. cette rivière coule, depuis sa source jusqu'à Sidi-Ali-Ben-Joub, sur un lit de cailloux roulés : aussi est-elle, dans ce trajet, d'une assez grande limpidité. Au-delà de ce dernier point, dans la plaine de Sidi-Khaled, son lit devient vaseux et encaissé, l'eau se trouble et coule avec moins de rapidité. Malgré la différence de cobditions d'existence résultant, pour le poisson, de cet état de choses, les mêmes espèces se trouvent dans toute l'étendue du trajet parcouru par la mekerra ; toutefois, ces espèces sont d'une qualité très supérieures dans les eaux claires. Ce sont dtoujours des barbeaux et d'autres poissons blancs : on y trouve également de très belles anguilles.

Il existe encore dans la subdivision de SBA un petit cours d'eau d'une limpidité remarquable, mais d'un volume excessivement réduit pendant les chaleurs de l'été ; c'est l'Oued-Rasoul, qui prenant sa source à Bou-Hanech, traverse très obliquement la chaîne du Tessalah et va se perdre dans les plaines de la M'leta. On y trouve pas de poisson, probablement à cause de l'insuffisance de son volume d'eau pendant l'été.

Mon commentaire : Le bélabésien citadin que j'étais n'a jamais vu de poissons dans la Mekerra, mais des rats, oui, et de belle taille...

Henri
J'ai pu voir ce lac, au Nord- est de la ville, en mai 2006. Il est assez important et bordé de pins. Les Algériens m'ont dit qu'il était alimenté par une source(?!)C'est un coin très agréable.

Je n'en avais jamais entendu parler du temps où nous y étions.Existait-il?

Il est très fréquenté en été mais et il commence à subir les effets de la pollution. Les Bel-Abbésiens viennent y laver leur voiture paraît-il et des mesures ont été prises récemment.

ET oui, nous savions où étaient nées la Garonne, la Seine, la loire, le Rhône etc. On apprenait par coeur le nom de leurs affluents et le nom des villes traversées par leur cours et nous ne savions pas où naissait notre rivière, sa longueur et surtout personne ne savait où elle se jetait dans la Méditerranée.On voyait à peu près.

A croire qu'il était écrit que nous devions abandonner ce pays et rejoindre l"Hexagone.

Si on m'avait dit là-bas , en classe, qu'un jour mes beaux-parents habiteraient au confluent de l'Aveyron et du Tarn...!!!???..

Je me souviens encore de ces résumés de géographie:" la Garonne reçoit sur sa droite l'Ariège , le Tarn grossi de l'Aveyron, le Lot...etc-

La Mekerra naît à Crampel, au nord de Bedeau que les Algériens appellent "ras elmaa", la tête, la source de la rivière.

je sais qu'après avoir traversé Bel-Abbès, elle change de nom a hauteur de St Denis- du - Sig et s'appelle Oued SIG. Elle se jette dans la mer par une zone marécageuse au sud d'Arzew.

Sa longueur? Aucune idée. Je connais plutôt celle des fleuves français.

Manuel
Muchas gracias sénor Don Manuel.

JMM
Crampel est au sud de Bedeau. Bien sûr!

Manuel
Concernant le lac au nord de Sidi-Bel-Abbès il s'agit du lac de Sidi M 'hamed Benalisite un site écotouristique construit après notre départ non loin de là se trouve le barrage de l'oued sarno près des Trembles vous pouvez le voir avec Google Earth . Voilà de quoi éclairer les recherches du mystérieux lac !

JPH
8/1/2007

Il me semble queJP Rodriguez estde 47. 9ans d'écart avec moi, amigo, c'est toute une génération à l'adolescence.

Mais je ne suis pas bredouille? J'en ai reconnu deux. Comme tu les as oubliés je vais essayer de t'aider.

Au 4è rang, en partant du bas, le 4eme en partant de la gauche s'appelle Pérez Joseph( Pépico). Il habitait pratiquement en face de chez moi, dans la rue perpendiculaire à la rue du stade P. André.

Au 5eme rang, le 3eme en partant de la gauche, à coté de toi, c'est Gomez Vincent. Il habitait dans le patio que Raymond Galipienso connaissait bien. Là précisément où se trouve la mosquée actuelle. Son frère Gomez François( né en 35 ou 36) a été gardien de buts en cadet au SCBA.

Manuel
9/1/2007

Je transmets le message d'Alexis Panof (alias papidoc)

Bonjour à tous,

Une surprise vous attend, cliquez http://perso.orange.fr/Papidoc (sur le forum, vous copiez l'adresse et fichier/ouvrir/coller/ok)

ce site remplace le site "triste"...

Qu'en pensez-vous ?

Bien amicalement à vous tous,

Alexis
j'ai connu autrefois (à paris) un alexis panoff bel-abbésien

il serait bien "papi" (au moins potentiel)

puisqu'il avait mon âge

mais il n'était pas "doc"

mystère...

Papidoc semble etre le rugbyman catalan dr lucien mias

alors? dédoublement de personnalité? parent?

JJK
Je ne suis pas rugbyman, je n'étais qu'un modeste athlète de la 1ère équipe d'athlétisme du S.C.B.A., équipe dirigée par M. MICHEL prof de gym. A ce titre je faisais partie de l'équipe de relais 4 x 80 m qui avait battu le record d'Afrique du Nord ; les 3 autres coureurs étaient BOUCHER, DEMAILLE (lycée laperrine) et j'avoue que je n'arrive pas à me souvenir du 4ème (ALLOUCHE ?).

Je ne suis pas docteur non plus, le DOC veut dire DOCUMENTALISTE.

Amitiés à vous tous, très heureux d'apparaître sur le site d'Henri.

Alexis
Puisqu'on en est aux personnages typiques

il y en a un que je n'ai jamais vu

mais qui était légendaire à la suite de quelque bizarrerie mentale

il ne marchait que dans l'axe des rues

on l'appelait "le Tram"

JJK
Je remercie Alexis d'avoir évoquer monsieur Michel; j'en suis très heureux, je m'étonnais que personne ne parlât de cet homme passionné. Voilà quelqu'un qui arrivait à donner le goût de l'effort à ceux, comme moi,qui n'étaient pas naturellement doués pour le sport.Sa passion était communicative; Je me demande si aujourd'hui certains profs accepteraient de passer bénévolement leurs jours de congés sur les stades (et quand je dis bénévolement, c'était du vrai bénévolat, pas ce bénévolat mi-figue mi-raisin qu'on voit souvent aujourd'hui) C'est vrai que l'on trouvait ça naturel, tout était normal, insouciance de la jeunesse.

Et Alexis nous parle du SCBA athlétisme, que l'on ne retrouve pas dans les différents livres sur Bel Abbès. J'ai le très vague souvenir d'en avoir entendu parler à la maison. Qui pourrait nous en dire plus ?

Quand Monsieur Michel mettait son nez quelque part, il avait des résultats parce qu'il avait le don de détecter sans exclusive les talents.

Henri
Pour celui la, au pas chaloupé et au survêtement bleu, il n’y avait qu’admiration et respect. Monsieur Michel était hors normes, remarquable, aimé. Une prodigieuse capacité à transmettre sa passion, à créer l’émulation, à emporter l’adhésion de tous. Son sourire était la récompense de nos efforts. Derrière lui, avec lui, le collège était une seule et même équipe toutes disciplines et catégories confondues. L’émotion est grande à son évocation tant est grande l’affection toujours présente. Lui ressembler dans la vie, rien qu’un jour, rien qu’une fois. Pouvoir lui dire notre chance à l’avoir connu, côtoyé, à avoir partagé quelques instants avec lui.

Geo
Mr Michel.

Chaque année, à l'automne avait lieu un cross Ufolep avec participation de tous les établissements secondaires.

On l'appelait le "Challenge du Nombre" et un classement était établi dans toute l'Algérie d'après le pourcentage d'élèves capables de se" taper" les 2, 3 ou 4 kms de course selon les catégories dans un temps donné.

Il avait lieu , avec Mr Morin comme chef d'orchestre,au champ de course, route de Détrie ou au stade Minicipal, route de Mascara.

Le collège Leclerc était toujours classé parmi les meilleurs: 500 et quelque collègiens à l'arrivée et plus de 80% de paticipation.

Je me souviens que nous nous bousculions , à la récréation , pour aller voir ces résultats sur un petit papier épinglé au tableau . Le nom du collège bien souligné en rouge et "en haut de l'affiche", très bien placé.

Ce cross n'avait normalement rien d'obligatoire? Pour beaucoup de collègiens ce n'était pas une partie de plaisir et pour certains c'était un calvaire.

Oui mais voilà! Mr Michel était là pour signifier à tout le monde que l'honneur du collège était en jeu.Nous étions prévenus!

Avant le départ , nous recevions de sa main , un carton , un genre de dossard, que nous lui remettions à l'arrivée.

Il pouvait ainsi repérer les bons résultats de certains pour les compétitions à venir mais , mais....... surtout aussi les "gandules", fainéants, qui n'avaient pas fait l'effort de venir courir.....et c'était 4 heures de colle.

En classe de Terminale,à Laperrine, le prof de gym. nous parla à peine de ce cross, et y allèrent ceux qui aimaient ça. Pas grand monde!Aucun contrôle, pas la moindre sanction.

C'était comme le préconisait déjà Rabelais le "Fais ce que voudras".

Question de méthode et surtout de savoir-faire

pours susciter...... la motivation.

Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60

similaire:

Manuel Bonjour Henri !!! iconHenri Atlan «Science et sagesse Des déterminismes et de la liberté»
«La science est-elle inhumaine ? Essai sur la libre nécessité» (Bayard, 2014), l’Institut français de Tel Aviv reçoit Henri Atlan...

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconBibliographie Ouvrages. Association Henri Capitant, La publicité

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconIntervention du Dr Henri Lafont sur «L’embryon : Sujet ou Objet»

Manuel Bonjour Henri !!! iconLa Bibliothèque électronique du Québec
Bonjour, Oh-là-là ! fit Dick Forrest en l’accueillant avec un sourire des yeux et des lèvres

Manuel Bonjour Henri !!! iconHello. My name is Amy and I was born in Quito, Ecuador. I'm 16 years...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com