Manuel Bonjour Henri !!!








télécharger 2.56 Mb.
titreManuel Bonjour Henri !!!
page18/60
date de publication04.03.2017
taille2.56 Mb.
typeManuel
b.21-bal.com > loi > Manuel
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   60

2/2/2007 l’Olympique de Marseille

Avec 24 h de retard( livebox oblige!), je reviens sur la perf de l'OM.

J'ai vibré comme jamais pendant ce match. Pensez-vous! il s'agissait d'affronter ce terrible O.Lyonnais.

Devant ma télé , à la cuisine, j'ai engueulé Cissé qui ratait des buts tout cuits. J'ai été grossier avec Maoulida qui laissait passer une occasion en Or......et l'OL qui allait une fois de plus gagner son match avec un petit but d'avance.

[Mé Casséne la mar!]

Puis j'ai applaudi, j'ai crié "Ouai! Bravo! Ouai enfin, Bravo!"

Ma femme est arrivée, abandonnant son film, pour venir me dire:"Ça va pas? Mais tu es devenu fou ou quoi?

L'espace d'un instant je me revoyais , dans les tribunes latérales du stade paul André, en train de sauter de joie, prenant mon voisin immédiat dans mes bras....parce que Gros venait de loger la balle dans les filets après un centre lobé avec effet: Ilié!Ilié!Ilié!( il y est , je suppose!)

Avec ça , le"niéto" de Lucien Aguilar , il nous a sorti deux ou trois ballons brûlants qui ne demandaient qu'à entrer dans les buts.

Bravo! Bravo!.......et pourvu que ça dure!

Manuel
bon Manuel vous n'allez pas remplacer André, ma parole, moi je suis pour................LYON.............A fond a fond a fond... mais déjà 2 contre moi ça fait beaucoup. En plus Cédric qui arrête les beaux buts lyonnais hum.... je vais dire comme André : c'est "GUERNICA".

Adrienne
Bravo Manuel

moi aussi j'ai vécu ce match comme toi, il y un moment que j'attendais qu'ils se

réveillent , ils méritaient de mettre plus de buts

j'espere que leur nouveau président leur donnera les moyens de completer l'équipe

avec d'autres internationaux

Georges
Pos vaya! Adrienne!

Que Lyon il a 14 points d'avance sur le deuxième en championnat. Qu'il a battu le Réal( son ombre il est vrai)déjà 3 fois en deux ans.

Que l'an dernier ils ont gagné 7 ou 8 matchs en marquant un petit but entre la 87e et la 94e minute.Qué te parece, ces tchambonés?

Laisse-nous savourer cette victoire....elle m'a rappelé certaines victoires du SCBA....Tu sais quand on se levait tous au stade Montréal et on criait , avec les Oranais tous derrière nous, "Bel-Abbès! Besl-Abbès!"

Hier dans ma cuisine c'était presque la même ambiance;

On sera tous derrière L'OL en ligue des champions. Promis!

En attendant laisse-nous "sauter" comme disent les Lyonnais.

Tu sais ,même dans ma famille, il y a des anti OM.

"Pos qu'ils se jodent"

Je te fais une petite confidence, ne le répète pas: Sur le vu du match d'hier je n'aurais pas retenu Cissé en sélection. Mais ce Domenech là adore les contre-pied.!Ça l'amuse!

Manuel
on apprend des choses

chez les manuel

il y a une télé à la cuisine

pour le foot

JJK
Tu n' as pas été le seul à souffrir, mais le happy end a tout effacé, je dirai même que dans ces moments là, la souffrance est belle.

J' ai la chance d'avoir une épouse qui aime le foot autant que moi ce qui permet de libérer notre joie dans ces moments de folie.

Apres le match, on n' a pas le temps de souffler, les enfants la famille nous accaparent chacun sur notre téléphone "on refait le match" comme dirait Saccomano

Quant à Cédric, après un mauvais passage il retrouve sa forme.

Et Nasri comment le trouves- tu?

Si sa progression continue, il n'a que 19 ans, il devrait devenir un grand de notre championnat.

Sa technique et son dribble sont déroutants, quand il lèvera la tête pour donner le ballon plus rapidement il devrait devenir un 10 que la France n'a plus depuis le départ de Zidane.

Je vais te dire l'OM comme le sporting ......

André
C'est incroyable ce camembert cela me rappelle les colonies de vacances au Tessala, à

l'époque on nous donnait une portion de" vache qui rit"

il faudrait demander aux bel Abbesiens qui partent en voyage avec Gisele Ferrarisd'en

ramener !

Georges
2/2/2007 Camenbert de Sidi-bel-Abbès

C'est incroyable ce camembert cela me rappelle les colonies de vacances au Tessala, à

l'époque on nous donnait une portion de" vache qui rit"

il faudrait demander aux bel Abbesiens qui partent en voyage avec Gisele Ferrarisd'en

ramener !

Georges
un camembert du TESSELA ?? calembour ou vérité?? je veux bien y goûter si c'est la vérité. D'ailleurs dans un mois je serais la bas et je verrai....

Adrienne
Il y avait déjà une fromagerie à SBA avant 61. Il y eut également des essais de fabrication de Roquefort à Mercier-Lacombe; Le fromage obtenu était de qualité, mais l'entreprise aurait eu des difficultés liées au transport de la marchandise vers la Métropole ?

Henri
3/2/2007 Ecole Voltaire

J'ai revu avec plaisir la photo de Mr Buisson, mon maître de CM2( 48-49).J'imagine encore sa démarche sportive, sur la pointe des pieds.

Mr Gilette, "pata palo", un grand monsieur dans le primaire, n'était plus à Voltaire quand je suis arrivé en 44-45.

Je crois qu'il a même enseigné au faubourg Thiers et en 58-59 il était à Victor Hugo. Un grand pédagogue que ce globe- trotteur des écoles!

j'étais retourné en 60 à l'école Voltaire pour m'entretenir avec Mr Nicolas (le barbu)pour une question syndicale.

je fus catastrophé de ne plus reconnaître mon école:avaient disparu ce jardinet fleuri sur la droite, devant la maison du Directeur (Mr Martinez), la petite tonnelle couverte de roses et de plantes grimpantes sous laquelle les instits faisaient "le boulevard" tandis qu"un des leurs assurait le "service d'ordre"., le préau qui occupait tout le côté nord de la cour où nous jouions au pitchak et aux tchappes....

Je trouvai là une cour goudronnée avec quatre arbustes aux quatre coins ,des bâtiments neufs sur deux étages?

Non! ce n'était plus l'école dont j'ai toujours gardé l'image.Quelle déception!Elle avait perdu son âme!

Manuel
j'ai fait toute mon école primaire à voltaire .

en 1960 , j'ai eu Mlle Panassier comme maitresse au CP

en CE2 en 1962-63 , un Monsieur Nicolas , qui était aussi directeur de l'ecole . j'en garde un tres bon souvenir car il nous recompensait avec des images à chaque bonne réponse et une balle de tennis au bout de 10 images

Abou
En effet Mr Nicolas était un grand joueur de tennis.

Mais il fréquentait plutôt le "tennis" dit des fonctionnaires situé à la sortie de l'Avenue Jean Mermoz sur la gauche.

L'autre "tennis" plus ancien, un peu plus loin, derrière la Maison de Retraite, était trop sélect.

Manuel
Quelqu'un pourrait-il me confirmer l'existence d'une bibliothèque réservée aux enseignants à l'école Voltaire. J'ai le souvenir d'avoir accompagné mon père (très gros lecteur)le jeudi après-midi à l'école Voltaire, l'entrée de la bibliothèque était sur la gauche, la dimension grosso modo celle d'un bureau.

Henri
j'ai eu Mr Privat comme prof en CM1 année 51/52 mais je me souviens avoir été "délocalisé" dans le quartier des Amarnas(?) pour un an, peut -être en raison detravaux à l'école Voltaire il me semble me souvenir que Mr Privat était venu enseigné au

Collège quelq'un s'en souvient-il?

Georges
Nous avons échappé à madame B..... en 4ème grace à monsieur Privat qui est venu enseigner les maths. La pauvre dame avait chuté d'un train et perdu la raison, ses élèves se souviennent mieux des recettes de cuisine que des équations. J'ai le souvenir dans cette classe d'un externe arabe fan de james Dean qui s'habillait exactement comme l'acteur et parlait avec un accent pointu parisien.

Henri
Cité des Amarnas?

N'était-ce pas l'école située sur la route des Amarnas? " L'école Négrier" peut-être? appelée ensuite "école Marcellin Berthelot"

Tu étais pourtant en classe avec mon jeune frère Francis( 1941)et je ne me souviens pas qu'il ait déménagé de Voltaire.

Mr et Mme Bousquet ainsi que Mr Navarro ont enseigné un moment dans cette école ex Négrier.

La cité des Amarnas, les jeunes du quartier nous y passions notre vie: terrains de foot obligent.Je ne me souviens pas de la présence d'une école.

Je ne peux pas répondre à tes interrogations.

Manuel
3/2/2007 immeuble place Carnot

Bonjour ,

mes parents habitent dans le batiment qui fait coin ( sud -est) avec la pl carnot et la rue du cinéma versailles. Je crois qu'il a été conçu par un cazanova , il y a 4 étages . l'entrée rue clauzel donne sur 3 étages ( 1 appart par étage ) , et l'entrée du coté du versailles sur le 1er étage composé de 3 appart.

Si qq'un connait l'histoire de batiment , les gens qui y habitaient... j'ai eu un jour une info que le proprio l'avait construit pour ses 3 filles ...

merci

Abou
est-ce le batiment sud-ouest qui fait coin

le coin en forme de tour cylindrique

et qui masque les immeubles de la rue prudon

sur certains panoramiques?

JJK
c'est plutot SUD-OUEST , à droite de tribunal en venant du théatre

Abou

Bonjour, je connais l'immeuble dont vous parlez car j'y suis né.

Je vous envoie un mail.

Raymond

4/2/2007 « les jambes croisés » texte de Georges Winum

Ah! Les fantasmes des pensionnaires!

Rassure-toi Geo, internes ou externes ,nous étions tous logés à la même enseigne. Les fantasmes. les fantasmes!Condamnés à déshabiller....du regard.

" Mírame y no me toques! n'est-ce pas?

La "leçon du jour" balayait bien vite la"leçon de choses" ex Sciences d'observations.

Manuel
il me semblait bien que les pensionnaires n'étaient pas les seuls à laisser leur imagination vagabonder. tout n'était-il pas prétexte ? Et puis là, n'est-ce pas un souvenir commun à chacun d'entre nous ?

Geo
Un grand bravo Geo, pour la délicatesse dont tu fais preuve !!!

A l unanimité ces jambes dé…croisées, provoquaient un émoi sans pareil, et une libido adolescente en furie !!!

Jean-Paul
4.2/2007 « El Pëlico »

-Allez ! Approchez-vous, je vais faire "pélico"-

J'avais donné une explication de cette expression en réponse à une question de Georges.

Personne n'a eu l'air de se souvenir de cette expression ni de confirmer ou d'infirmer mon explication....car j'ai longuement hésité. Je l'avais complètement oubliée.

Au secours!

Manuel
tu as raison Manuel on faisait Pélico quand on avait par exemple beaucoup de

"pignoles " et qu'on voulait les distribuer à la volée

serions nous les seuls à avoir joué aux pignoles

Georges
Non, vous n'étiez pas les seuls...entre 50 et 53 à l'école Thiers nous avions des sacs de pignoles et à la récré on y jouait sous le préau. On confectionnait une façade de maison en carton avec porte et fenêtres, qu'on installait appuyée sur le mur et les copains pouvaient lancer des pignoles...un dans une fenêtre gagnait plus...mais il y avait aussi les petits tas ( 1 posé sur 3 ) qu'il fallait déglinguer pour gagner. Et je me souviens d'avoir fabriqué un sifflet en frottant les côtés du pignole sur le bord du trottoir...vous voyez...

Raymond
Le carton avec les fenêtres ,on appelait ça " la maison pichpinette"

Manuel
Bravo raymond c'est bien ça tu as parfaitement décrit le jeu des pignols et la

confection du sifflet ; tu es un pro! c'est dommage que la dernière fois où nous étions

en classe ensemble nous étions un peu"grands" pour jouer aux "Pignoles" ou "pinyols"

(selon Manuel)

Georges
Le mot "pignol" n'est pas admis par les dictionnaires français . Nous n'avons donc jamais eu à l'écrire dans une dictée.

C'est un mot que nous devons à la langue valencienne "pinyols"( orthographe valencienne).

Manuel
4/2/2007 Jean vadel

Vadel?

Qui se souvient de jean Vadel ?

Ce grand gardien du SCBA était un enfant d’Hussein Dey , un faubourg d’Alger.

Il rejoignit le SCBA après avoir défendu les couleurs de l’ASMonaco.

Il remporta, sous le maillot blanc, la coupe d’Afrique du Nord en mai 1960 en battant en finale, l’OHD ( Hussein Dey d’Alger) 1 à O, au Stade Municipal d’Alger.

J’eus le plaisir d’assister à cette victoire.

Il me fallut jouer au malade imaginaire et feindre une blessure au genou, pour sécher les cours du samedi à l’école de Détrie, j’étais alors intituteur .

Mr Bartche, mon directeur, me pardonnera s’il lit ces lignes, mais l’occasion de me rendre à Alger( 460 km) par la route avec des copains était trop belle.

Il habitait le faubourg, dans ma rue (Borysthène) et venait souvent à l’épicerie de mon beau-père avec qui il avait sympathisé.

A vol d’oiseau, il logeait donc à 100m du stade.

Il nous montra un jour un cadeau offert par son Altesse le prince Rainier de Monaco : un magnifique piano à queue (boîte à musique), modèle réduit, sur lequel étaient gravés quelques mots aimables de remerciements du Prince pour un trophée gagné.

Pour la petite histoire, il aida ensuite un sixte de « la calle del sol » à remporter un tournoi de foot, stade des curés, Av. Bretaudeau, en 58( ou 59).

Que Dieu ait ton âme Jeannot !

Manuel
Concernant le stade des Curés de l'Avenue BRETAUDEAU,il est appelé stade "COURA" par nos amis Algériens.Je ne sais pas si cela à un rapport avec les curés ou Koura qui veut dire ballon en arabe?

Jean-Michel
Mais bien sûr qu'il s'agit des curés, los curas[couras].

On est surpris du vocabulaire espagnol gardé par les Algériens.

On ne le dira jamais assez mais ORAN et Bel-Abbès étaient les villes les plus européennes et surtout les plus espagnoles d'ALgérie.

Même les historiens, qui pourtant nous agacent souvent par leur mauvaise foi, sont unanimes à le reconnaître.

C'est vrai que jouer à la balle se dit:" lab el kora"

Manuel
Rendons à James ce que j’avais donné à Vadel !

Un échange de message avec JP Déharo m’oblige à revenir sur ce que j’écrivais sur Vadel.

En effet celui-ci assista aussi à cette finale de mai 60 à Alger et m’affirme qu’il y avait un petit problème sur ce que je disais sur Vadel . Et pour cause !

Il n’avait pas vu le même gardien de buts que moi dans les buts du SCBA ce jour-là. Pour lui, c’était James !

Joer che ! J’ai rêvé ou quoi ?

C’est bien Vadel que j’avais vu sur le terrain. C’était lui qui avait procuré les billets d’entrée à mon beau-frère. J’étais bien assis dans les tribunes à côté du père et du beau-père de Vadel.

J’appelle mon beau-frère au tél …. et je lui explique la chose : « Ote- moi d’un doute ! » lui dis-je.

-"Mais non Manou ! Vadel était déjà parti de chez nous. Mon père l’avait appelé au Tél. de chez Mr Lévréro, le liquoriste, pour qu’il nous prennent les billets et ma tante les avait récupéres à Alger , chez lui." Il pensait, à tort, que c’était Gutierrez le gardien.

Mais ce qu’il m’apprit, va sûrement surprendre aussi J Paul, c’est que Vadel était bien sur le terrain - je n’avais pas rêvé- mais, mais…dans les cages de l’OHD, son club d’origine où il était retourné .

Pardon Jeannot , tu n’avais pas gagné cette coupe ! Mais on t’aime toujours !

Manuel

4/2/2007 Marcel et Edith

Marcel Cerdan

En suivant l’émission de Drucker sur Edith Piaf, comment ne pas penser à lui en écoutant

les chansons : Mon légionnaire, la vie en rose….

Notre Marcel né à Sidi-Bel-Abbès, route d’Oran, qui deviendra ensuite Avenue Marcel Cerdan.

Il restera pour tous les français un inoubliable champion du Monde des poids Moyens.

Savent-ils qu’ils vénèrent ainsi les exploits d’un boxeur exceptionnel dont les grands-parents, les parents et lui-même étaient des ….pieds noirs ? J’en doute !

Je me souviens lorsqu’il revint dans sa ville natale en 48 , peu après sa victoire par KO sur Tony Zale. Il visita la légion , fut photographié avec un KépiBblanc sur la tête .

L’après- midi, il joua une bonne demi-heure au foot au cours d’un match amical entre le SCBA et une équipe Marocaine spécialement invitée pour la circonstance.

Je me souviens de ce jour d’octobre 49 où mon père arrivant à midi à la maison, jeta l’Echo d’Oran sur la table en disant à ma mère : Marcel Cerdan « s’ha matao » en avión.

Ce jour- là nous vivions un véritable deuil à table, complètement assommés.

Nous qui nous levions à 4h du matin pour suivre ses exploits à la radio.

J’étais en 6ème à leclerc et en revenant au collège, j’avais un cours d’Anglais avec Mr Gross de 2h à 3h. Nous entrâmes dans la classe puis nous entendîmes le classique « sit down » et immédiatement il commença son cours.

Dans ma petite tête de gamin de 10 ans, je me disais : Mais il ne le sait pas ? Il ne nous en parle pas ?
Comme toi, je me souviens de m' être levé à 4 heures du matin pour écouter les commentaires du match.

Les postes de radio étant rares, nous nous sommes retrouvés une tentaine chez un voisin qui avait posé son poste sur l'appui d'une fenêtre et pendant que nous vibrions, les mères et grands-mères au pied d'une statue de la vierge priaient...

Andre
Une récente émission de tele nous informait :

- qu’une très proche parente de MARCEL CERDAN ,vivait SEULE, dans une quasi-misère au bord de l eau au Maroc !!!

Son interview, démontrait une grande quiétude !!!

Les jeunes marocains non seulement la respectaient mais s en inquiétaient souvent !!!
La famille CERDAN !!! DES GRANDS !!!

Jean-Paul
je me souviens aussi de cette visite en 1948, il avait été reçu en grande pompe à la

mairie de SBA je me souviens de la foule qui se préssait devant l'entrée de la mairie,

c'était le soir et pourtant nous étions tous là, je n'avais que 7 ans et j'étais descendu à

pieds du mamelon en compagnie de mes camarades du quartier,( c'était une autre

époque)

Georges
non Marcel Cerdan est parti de SIDI BEL ABBES à l'âge de 6 ans pour Casablanca, et donc ses premiers matchs ont lieu dans cette ville, y compris le tout premier (où le prix était une paire d'espadrilles)

Adrienne
Au moins MARCEL CERDAN, pieds noirs, ne pouvait être taxé de raciste!!!

une des grands mère d EDITH PIAF etait algerienne!!!

Jean-Paul
devinette

=========

comment s'appelaient les deux grand mères d'edith

nom, prénom, nom de jeune fille

ou etaient-elles

que faisaient-elles dans le civil

(ce n'est pas entièrement hors sujet pour ce forum!!)

JJK
...Et son véritable prénom ?

Henri
GIOVANNA

Adrienne
rectification Anita Maillard est la maman d'edith et non sa grand mère, par contre sa grand mère EDITH GASSION tient bien une maison close.

Adrienne
voici la réponse exacte à la devinette :

maternelle : AICHA SAID BEN MOHAMMED MAILLARD dresseuse de puces

paternelle : Louise léontine Descamps tenanciere de maison close

voilà...................

Adrienne
Ma pauvre Adrienne!

Mais qui sait en France que Marcel Cerdan est pied-noir, né à Sidi-Bel-Abbès?...et ceux qui le savent n'ont pas envie, mais pas du tout envie de le dire ou de l'écrire.Ça leur donnerait des coups de pieds dans le ventre.

"Pos que se mueran de asco!"

Manuel
pos que se mueran de asco claro!!!!!!!!!!!!!!

Adrienne
4/2/2008 faubourg Négrier

Quand je vous disais que "La calle del Sol"est historiquement ancrée dans les mémoires, plus de 40 ans après notre départ..
Voici un extrait du quotidien Algérien "El Wattan" d'Alger( la Nation)

"Edition du 29 janvier 2007 > Culture

Expo-Collection de guitares de Lotfi Attar

Un musée cordialement Rock

Son amour démesuré pour la musique est tel qu’il a dédié tout un musée à son art pas du tout mineur... franchement chez lui à la maison, à Sidi Bel Abbès, plus précisément au quartier Cayassone (Calle Del Sol, la rue du soleil). Un musée consacré aux six cordes.."

Vous voyez bien ! Je n'en rajoutais pas lorsque je vous parlais de mon dernier voyage et de ce que je constatais curieusement à propos de l'empreinte espagnole.

Manuel
Notre quartier était un quartier de contraste entre une population modeste de travailleurs et de gens aisés et même riches habitant de luxueuses maisons donnant sur le glacis sud. On ne prêtait jamais attention à ces maisons parce qu'on y voyait jamais personne, je n'ai jamais connu à Leclerc un enfant habitant une de ces maisons. Manifestement, on ne se mélangeait pas dans ces endroits-là. Aujourd'hui ces mêmes maisons sont habitées par d'autres bélabésiens qui, d'après ce que je sais font exactement pareil, l'histoire est un éternel recommencement. Est-ce que je me trompe Manuel ?

Henri
Quartier de contraste! oui certainement!

De très belles villas donnant sur l'avenue Bir Hakeim, où vivaient des gens qui nous tournaient le dos que nous ne connaissions pas,puis quelques villas de gens vivant moyennement apparues dans les années 50 et appartenant à des fonctionnaires..

On y trouvait la glacière municipale, le stade paul André, une distillerie , un liquoriste, un négociant en vins bien connu dans toute la ville ,quelques petits fonctionnaires et les gros bataillons des artisans et ouvriers modestes, très modestes , parfois misérables.

Il y avait même un pâté de maisons que l'on appelait "la casbah" constitué d'une suite de petites cours communiquant entre elles où vivaient à l'étroit des gens aux tout petits revenus, des démunis et quelques familles d'Algériens, tous hispanophones.

Mais aujourd'hui, on ne parle plus des très belles villas et la Calle del Sol est toujours là, bien vivante dans les mémoires .

C'est notre petite revanche à nous!

Manuel
En parlant de la grande cour que l'on appelait "la casbah", il y avait au 29 rue du soleil, au coin de cette casbah, un petit commerce de quartier: ma grand mère tenait là une petite épicerie qui dépannait bien les habitants du coin. Et souvent la clientèle qui était très très modeste, lui disait au moment de payer " marca Rosa " et ma grand mère notait sur une petite fiche avec son crayon; j'ignore si elle arrivait à encaisser ces petites dettes qui aidaient les voisins à manger. En tous cas, moi j'en profitais pour me faire un bon casse-croute à la longanisse ou au boudin faits maison, et je me servais un peu de vin "al baril". Que de bons souvenirs de ce quartier...

Raymond
Alors, Raymond, tu te cachais dans l'arrière-boutique, je ne te voyais pas, j'aurais bien partagé ta charcuterie. Notre famille se servait dans les boutiques du quartier pour l'épicerie proprement dite, j'étais quelquefois de corvée (en vélo SVP pour faire 100m). J'allais un certain jour de la semaine dans une boulangerie située au coin calle del sol, avenue Jean Mermoz, est-ce que je me trompe ?

Henri
Oui je me souviens bien de cette épicerie que l'on appelait "chez Luis" puis après sa mort "chez Rosa".Pour parler vrai c'était plutôt "Enca Luis" ou "enca Rosa".Ces expressions" "enca "ou "aca" d'origine Valencienne pour traduire "chez".

Oui beaucoup de clients venaient acheter à crédit avec la "livreta". Un carnet où l'épicière inscrivait le montant des achats. On payait à la quinzaine quand le mari recevait la paye. Mais il y en avait qui ne parvenaient pas à payer le tout et la dette grossissait. Souvent les épiciers ne récupéraient jamais leur argent.

Tout le monde vivotait, épicier et clients. C'est cette image de l'Algérie qui est toujours occultée.

Manuel
Et oui Henri, tu te trompes. L'avenue Jean Mermoz se trouvait à 400m de chez toi.C'était la fin de la Rue du Soleil.

A 100M, c'était la rue du Stade et la boulangerie du coin c'était "Alejandro Gil"

Manuel
Non il n'y a jamais eu de chapelle au faubourg. On devait estimer qu'on était trop près de la ville.

En allant vers l'avenue J Mermoz, vers l'Est donc, il y avait sur la gauche, tout près de l'école victor Hugo, une petite salle qui servait de catéchisme.

Bien peu de gens allaient à la messe le dimanche. Le centre ville c'était un petit "dépaysement"pour nous.

je raconterai un jour comment le chanoine Caparros s'y était pris une année pour mobiliser les petites gens du faubourg.Quel succès!

Manuel
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   60

similaire:

Manuel Bonjour Henri !!! iconHenri Atlan «Science et sagesse Des déterminismes et de la liberté»
«La science est-elle inhumaine ? Essai sur la libre nécessité» (Bayard, 2014), l’Institut français de Tel Aviv reçoit Henri Atlan...

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconBibliographie Ouvrages. Association Henri Capitant, La publicité

Manuel Bonjour Henri !!! iconFiche de poste hopitaux universitaires henri mondor

Manuel Bonjour Henri !!! iconIntervention du Dr Henri Lafont sur «L’embryon : Sujet ou Objet»

Manuel Bonjour Henri !!! iconLa Bibliothèque électronique du Québec
Bonjour, Oh-là-là ! fit Dick Forrest en l’accueillant avec un sourire des yeux et des lèvres

Manuel Bonjour Henri !!! iconHello. My name is Amy and I was born in Quito, Ecuador. I'm 16 years...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com