Sommaire (cliquer sur n° de page)








titreSommaire (cliquer sur n° de page)
page1/8
date de publication01.04.2017
taille0.5 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8

frame1

sommaire (cliquer sur n° de page)



Namur, Jette, Anderlecht... Plongée au coeur de kots de luxe 2

Carnet numérique du logement : quelles pistes de mise en œuvre ? 3

Une maison de poupée comme logement 5

Bâtiments biosourcés : 7 projets étudiants récompensés 6

Airbnb squatte les logements de Bordeaux 7

COLOC’ INTERGÉNÉRATIONNELLE, TOUT LE MONDE Y GAGNE 9

Bourse, mutuelle, CDD, logement... Valls dévoile son plan pour les jeunes 11

Immobilier locatif : nouvelles mesures pour le logement étudiant 13

Les Ulis lancent le partage de logement entre seniors et étudiants 14

Open 18 et Open 15 : deux logements étudiants plus spacieux sans m2 supplémentaires 15

ARPEJ signe un protocole de partenariat pour le campus Condorcet 16

Le Crous de Poitiers lance trois grosses opérations 17

Avec Newton, les résidences étudiantes deviennent intelligentes 18

Financement et bénéfices solidaires 19

Dometude intensifie son développement et réorganise ses équipes en France 19

Un « Petit déj’ équilibré ! » 21

Yestudent, le «Airbnb» toulousain qui séduit les étudiants du monde entier 21

Essonne : la cohabitation entre jeunes et séniors a le vent en poupe 22

ImmoJeune for School 24

Logement : le gouvernement veut faciliter la colocation en HLM 25

Qu’est-ce que l’assurance habitation étudiant ? 25

Étudiants, un guide pratique de la colocation en Europe 26

374 euros par mois 27

Toulouse : Cemex au service des étudiants 28

Une résidence étudiante novatrice va ouvrir à Montaudran 29

Bordeaux : ces quartiers qui ont la cote auprès des étudiants 30

Le logement étudiant change d'image 31

16 mesures pour « simplifier » la vie des étudiants 32

Deux Palois lancent un site d'échanges de chambres et de familles d'étudiants 33

Des Bordelais inventent le Airbnb de la colocation 34


* * * * *
BELGIQUE

Namur, Jette, Anderlecht... Plongée au coeur de kots de luxe
http://www.lalibre.be/economie/actualite/namur-jette-anderlecht-plongee-au-coeur-de-kots-de-luxe-photos-5718bfe635708ea2d4c31eb9
Les kots étudiants peuvent se transformer en vastes résidences tout confort. Illustrations dans plusieurs grandes villes belges.

GARDEN CAMPUS (Namur)

Le groupe Eckelmans Immobilier, actif sur le marché néolouvaniste du logement étudiant depuis 1968, a, le premier, montré la voie des résidences tout confort assorties de services et équipements, baptisées "Génération Campus". L’aînée de la fratrie, Ladeuze, a vu le jour à Louvain-la-Neuve en 2008, rapidement suivie, en 2011, par sa cadette, Lovano. Deux ans plus tard, c’est au tour de Liège d’accueillir Meuse Campus (2013), tandis que la benjamine, Garden Campus, s’annonce à Namur, non loin du site des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP).

"Le coup d’envoi du chantier a été donné en mars 2015, détaille Thibaut Van Dieren, directeur d’Eckelmans Immobilier. La livraison de l’immeuble est prévue en juillet, à temps pour la rentrée académique 2016-17." Au programme, pas moins de 150 studios - des individuels pour la plupart, en ce compris quelques doubles. "Tous ont déjà trouvé acquéreur auprès d’investisseurs privés. Et ce, sur plans, un an avant le début du chantier."

Munis d’une kitchenette et de sanitaires privés, les logements s’étendent sur 18, 27 ou 32 m². "Nous avons décidé de faire évoluer le mobilier sur base d’une enquête réalisée auprès des étudiants de nos 3 premières résidences", poursuit M. Van Dieren, qui pointe aussi des évolutions dans les équipements communs. "La capacité de la salle d’étude a été doublée par rapport à notre dernier projet liégeois, passant de 20 à 40 places." Pour le reste, le "schéma habituel" est de mise : concierge, local vélos, buanderie, espace détente (billard, cinéma) et sport (fitness). Une agence-relais (services location et technique) est aussi prévue sur le site.

Des prix au diapason du marché des… studios

La gestion locative est assurée par la branche ‘courtage’ du groupe, suivant sa formule établie de pool de location avec mutualisation des loyers. "Actuellement, nous venons à peine de lancer la mise en location, qui porte ses fruits puisque nous avons déjà écoulé une vingtaine de logements", signale le directeur.

Budget ? Entre 409 et 469 euros mensuels, auxquels s’ajoutent 127 euros de charges pour les studios individuels; 566 euros mensuels et 136 euros de charges pour les studios doubles. "Les loyers réclamés sont plus onéreux que la fourchette habituellement pratiquée sur le marché du logement étudiant namurois, convient M. Van Dieren.Mais si on se place sur le marché des studios, nos tarifs s’alignent tout à fait sur ceux des autres." D’après lui, c’est au niveau des charges que se situe la différence de prix, celles-ci étant "plus importantes du fait des communs et des services".
* * * * *

Carnet numérique du logement : quelles pistes de mise en œuvre ?
Un carnet numérique de suivi et d'entretien sera obligatoire pour les logements neufs à partir de 2017, selon la loi de transition énergétique. Un rapport formule plusieurs recommandations pour définir ses modalités d'application.
http://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-neveu-mise-en-oeuvre-carnet-numerique-suivi-entretien-logements-26635.php4
Missionné en septembre 2015 par les ministères du Logement et de l'Environnement, Alain Neveü, ingénieur général des Ponts, des eaux et des forêts, a remis son rapport visant à définir le contenu et les modalités de gestion du carnet numérique de suivi et d'entretien des logements.

Publié le 6 avril dernier, ce rapport s'inscrit dans le cadre du Plan de transition numérique dans le bâtiment (PTNB), lancé en décembre 2014 par le ministère du Logement.

Prévu par la loi sur la transition énergétique d'août 2015, ce carnet numérique vise à aider les propriétaires et occupants à réaliser de futurs travaux d'amélioration de la performance énergétique. Il sera obligatoire pour toute construction neuve dont le permis de construire est déposé à compter du 1er janvier 2017, puis pour tous les logements faisant l'objet d'une mutation (achat/vente) à compter du 1er janvier 2025. Il n'est pas obligatoire pour les logements locatifs sociaux. Un décret doit préciser ses modalités d'application.

Ce carnet doit rassembler l'ensemble des informations utiles à la bonne utilisation et à l'entretien de "tous les équipements et systèmes techniques" du logement, précise Alain Neveü. Il vise également "l'amélioration progressive de la performance énergétique" du logement et des parties communes, lorsque le logement est soumis au statut de la copropriété. Il comprend les dossiers de diagnostics techniques, en cas de vente ou de mise en location.

Le champ du carnet

Ce carnet doit s'appliquer à tous les logements qu'ils soient neufs ou existants, individuels ou collectifs, et quel que soit leur statut d'occupation : résidence principale ou secondaire ou logement vacant, précise le rapport. "Une expertise juridique" reste toutefois "à poursuivre" pour savoir si les logements de structures collectives du type foyer (tels que les résidences étudiants, les foyers de jeunes travailleurs et les foyers pour personnes âgées autonomes) sont inclus dans son champ.

Ce carnet sera un carnet du logement, "pas un carnet de l'immeuble". "Chaque logement d'un immeuble collectif, que celui-ci constitue une unique propriété ou qu'il relève du statut de la copropriété, bénéficie d'un carnet qui lui est propre". Actuellement, le nombre total de logements potentiellement concernés par le carnet dépasse 29 millions. Il devrait s'établir entre 32 et 33 millions en 2025. Le flux de carnets à créer et la montée en puissance du stock de carnets gérés reste cependant difficile à évaluer.

Le principal utilisateur du carnet sera l'occupant, en ce qui concerne la bonne utilisation de son logement et ses équipements et systèmes techniques, ainsi que la réalisation d'opérations d'entretien courant à sa charge. Le propriétaire sera également utilisateur dans le cas des travaux d'amélioration progressive des performances énergétiques, ainsi que pour partie de l'entretien. Les professionnels "doivent trouver dans ce carnet l'ensemble des informations techniques utiles pour la conception et la réalisation des travaux d'amélioration des performances énergétiques", précise le rapport. Les particuliers doivent quant à eux "pouvoir s'approprier les informations du carnet (…) pour être mis en situation de décider d'engager ces travaux".

Un service en ligne

Tous les interlocuteurs interrogés, lors de la mission, s'accordent sur la mise en place du carnet numérique, sous la forme d'un service en ligne. Un avis partagé par Alain Neveü. Le service en ligne serait susceptible de pouvoir répondre aux objectifs de conservation, mise à jour et disponibilité de l'information attachés au carnet. Il devra présenter "toutes les qualités attendues d'un service numérique". L'hypothèse d'un carnet, sous la forme de documents numérisés sur support individuel, remis à chaque propriétaire, a été rejetée. Une disposition jugée "inefficace et contre-productive".

Pour les logements neufs, le carnet devra conserver la totalité des informations issues de la construction, sous des formats variés, "faisant une place croissante aux données issues de la maquette numérique dans le cadre de la généralisation progressive de la modélisation des informations du bâtiment (BIM)". Le carnet devra conserver les données numériques notamment d'entrée et de sortie des moteurs de calcul de la RT 2012, puis de la prochaine réglementation. Pour les logements existants, l'auteur recommande la création "rapide" de carnets sans attendre 2025, "que ce soit à l'occasion de travaux de rénovation effectués ou d'une mise en location".

Le carnet devra également prévoir des données d'usage, dont notamment le suivi des consommations réelles de fluides. Il ne s'agit pas d'une obligation : le choix sera laissé à l'occupant "de profiter ou non du service que peut lui rendre le renseignement de ces données". Ce qui supposerait de construire des interfaces avec les gestionnaires de réseau, qui déploient les compteurs communicants ou les fournisseurs d'énergie, et de définir comment présenter ces données de suivi.

Compléter la réglementation

Alain Neveü pointe néanmoins "un cadre légal incomplet" pouvant compromettre l'atteinte des ambitions fixées. La loi ne précise pas "sur qui pèse quelle obligation", que ce soit en termes de renseignement, de mise à jour ou de transmission du carnet. "Cette imprécision du texte rend difficile toute mise en œuvre de la disposition". Les articles L. 271-4 et L. 721-2 du code de la construction et de l'habitation (CCH) devraient, selon lui, être modifiés "pour imposer la transmission du carnet numérique, dès qu'il existe, à l'acquéreur, et ne prévoir, la transmission du dossier de diagnostic technique et des autres documents ayant été incorporés au carnet, qu'en cas d'absence de carnet".

Il préconise également des dispositions miroirs, au sein du nouvel article L. 111-10-5 du CCH, obligeant les constructeurs à fournir à leurs clients, à la livraison du logement, un carnet numérique renseigné. Pour les logements existants relevant du statut de la copropriété, la création et la mise à jour de la partie "parties communes" des carnets numériques devrait incomber au syndic. "Cette responsabilité est à inscrire à l'article 18 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis", ajoute M. Neveü.

Le Plan de transition numérique dans le bâtiment vient d'annoncer le lancement d'un appel à projets portant sur l'expérimentation de solutions de carnet numérique.

* * * * *

Une maison de poupée comme logement
http://www.lesoir.be/1177920/article/soirmag/meilleur-du-soir-mag/2016-04-11/une-maison-poupee-comme-logement
Vivre dans une cabane n’est plus un rêve d’enfant. Même si cette dernière ne se trouve pas dans un arbre! À mi-chemin entre la caravane et le chalet de jardin, les Tiny Houses sont un nouveau mode de vie dont les adeptes sont tous les jours plus nombreux. Ces mini-maisons posées sur des remorques renferment tout le confort moderne. Petite cuisine, salle de douche ou carrément salle de bain, lit en mezzanine, petit salon et coin à manger, chaque centimètre carré est pensé et intelligemment utilisé. Ce mouvement né aux États-Unis suite à la crise du logement, commence doucement à faire parler de lui sur le continent européen. Amoureux de la nature désirant poser leur habitation dans un écrin de verdure, personnes désireuses d’avoir un chez eux sans s’endetter pendant des années, idéalistes cherchant à renouer avec la simplicité de vie, la Tiny House répond à plusieurs attentes. Chacun y trouve grand nombre d’avantages. Si certains amateurs de mini-maisons ont pris le pari de construire eux-mêmes leur petit habitat et partagent leur expérience sur le Web, certains entrepreneurs ont flairé le bon coup à ne pas rater. En France, l’entreprise La Tiny House est le premier constructeur français de ce nouveau type de logement. Et les demandes ne cessent de se multiplier. «Nous avons entre 12 et 15 commandes par an», nous confie-t-on. Le carnet de commandes de la société est d’ailleurs plein jusque mars 2017! Côté clients, il n’y a pas un profil particulier pour ces amateurs de petits espaces. «La clientèle est assez variée. Ce sont des personnes qui veulent y vivre à l’année, d’autres qui désirent la placer sur un terrain à la campagne pour passer le week-end. Nous avons aussi des demandes pour des campings. Cela peut également convenir pour des logements pour étudiants.»

Écologique et esthétique
Peu onéreuse, facile à déménager au gré de ses envies, les motivations pour acquérir une mini-maison sont diverses et variées. «Les acheteurs sont attirés par l’aspect écologique mais aussi l’aspect esthétique de ces maisons. L’aménagement intérieur est aussi un atout», nous confie-t-on chez La Tiny House. Les gens aiment l’idée de pouvoir être sur route mais aussi d’être propriétaire à moindres frais. Notre modèle le plus cher, le plus complet est disponible pour 45.000 euros, toutes taxes comprises».
À déconseiller aux bordéliques, les Tiny Houses s’adressent à des personnes désireuses de ne plus s’encombrer d’objets superflus et inutiles. Un courant de simplicité volontaire qui compte déjà de nombreux adhérents. Aux États-Unis, la mode des Tiny Houses a même donné lieu à l’organisation d’un premier festival du genre. Acheteurs et constructeurs se réunissent pour échanger leurs idées mais aussi découvrir les astuces pour aménager au mieux ces espaces de vie qui dépassent rarement les 20 mètres carrés.
Construites dans des matériaux respectant la nature (elles sont en bois), certaines sont également énergiquement autonomes grâce à la pose de panneaux solaires sur leur toit. Une composante écologique qui contribue également au succès du mouvement. Si certains comparent les Tiny Houses aux traditionnels mobile homes, elles se différencient toutefois d’eux par leur facilité de transport. Niveau législation, la Tiny House est, en Belgique tout comme en France, considérée comme une caravane et elle doit dès lors répondre aux mêmes spécificités. Le constructeur de ce type de véhicule doit la faire homologuer et obtenir une attestation qu’il réponde aux normes légales spécifiques à leur catégorie. Concrètement, la largeur maximale de la maison ne peut dépasser 2,55 mètres. Quant à son poids, il ne peut excéder les 3,5 tonnes. Dans le cas contraire, le propriétaire de la Tiny House devra posséder un permis de conduire poids lourd et il ne pourra plus se contenter du permis BE. Du fait qu’elles sont inscrites dans la bande de données des immatriculations belges comme les caravanes, il n’est pas possible de chiffrer le nombre de Tiny Houses circulant en Belgique. Si aucun constructeur officiel n’existe dans le plat pays, la société La Tiny House nous confie cependant avoir déjà construit un modèle pour un client belge. Propriétaire d’un terrain en France, il désirait pouvoir faire voyager sa Tiny House entre la Belgique et le pays voisin. Dans les années à venir, les conducteurs des autoroutes belges ne devraient pas être surpris de croiser sur les routes des escargots à taille humaine, transportant sur leur dos leur maison.

* * * * *

Bâtiments biosourcés : 7 projets étudiants récompensés
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire (cliquer sur n° de page)

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconDescription des capa et cap pour revenir à cette page, cliquer sur...

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire Contribution Auteur Page

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconCours de biologie. Chapitre 22 : l’appareil génital féminin. Livre page 230 Page sur 5

Sommaire (cliquer sur n° de page) iconSommaire Page à finaliser Règlement général du brevet professionnel








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com