Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres.








télécharger 4.41 Mb.
titreBibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres.
page5/225
date de publication07.01.2017
taille4.41 Mb.
typeBibliographie
b.21-bal.com > loi > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   225

AMOUR PROFESSIONNEL (clinique du travail social)

  1. Francis Alfôldi

« L’aide aux familles requiert à mon sens une forme d’investissement, que j’appelle amour professionnel. Rien à voir avec l’amour primitif, dont l’expression se réduit au sexuel. Il ne s’agit pas non plus d’idéaliser le parent en banalisant l’inacceptable. L’amour professionnel consiste plutôt en un sentiment d’empathie pondérée par une certaine retenue. Il surgit dans le sillage de la relation de confiance. L’empathie distanciée dynamise les relations tout en stimulant la clairvoyance du praticien. Complément des arsenaux juridiques et scientifiques, l’amour professionnel est un outil indispensable à la mission de protection. »
  1. ALFÖLDI F., 2002, Mille et un jours d’un éducateur, Paris, Dunod, p.37




  • Le principe d’amour en tant que moteur clinique du travail social


« Répondre à ceux que vous aimez et qui vous aiment, tout autant qu’à ceux que vous avez heurté, est au cœur du processus des Conférences. Savoir que vous êtes aimés et aimable même si vous avez commis une erreur, vous permet de faire face à la peine causée par le dévoilement complet de l’impact de votre comportement. Et ceux qui vous aiment savent qu’il est bon pour vous que vous vous fassiez face à vous même, dans une pleine compréhension de ce que vous avez fait aux autres – mais il serait dommageable pour vous de faire cela sans amour et sans soutien. »
  1. PRANIS K., 2000, « Conferencing and the community », in BURFORD G., HUDSON J., dir., Family Group Conferencing New directions in community-centered child and family practice, New York, Adline de Gruyter, p.43




  1. ANALYSE (méthodologie)

  1. Francis Alföldi

« L’analyse construit un raisonnement explicatif en trois étapes : la décomposition, le discernement et la synthèse ».
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§176




  1. ANALYSE DES PRATIQUES (clinique du travail social)

  1. Odile Martin Saint-Léon

« L’analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole est une méthode de formation qui consiste à proposer un travail de réflexion sur leur pratique à des salariés d’un même secteur professionnel. L’objectif de ces groupes, dans lesquels il est fait appel à l’implication personnelle des participants, est de les accompagner dans la prise de conscience de leur pratique professionnelle et de leur identité sociale. Ce qui est, avant tout, recherché par l’animateur, c’est d’aider le praticien à devenir par lui-même un « analyste de » sa pratique ». »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.225




  1. André Lévy

« La notion d’analyse des pratiques, pise ici dans sa généralité, désigne une méthode de formation ou de perfectionnement fondée sur l’analyse d’expériences professionnelles, récentes ou en cours, présentées par leurs auteurs dans le cadre d’un groupe composé de personnes exerçant la même profession. Cette méthode, ou ces méthodes, car elles peuvent varier, concerne en priorité des professions dont le point commun est de répondre à des demandes d’aide ou de soin (médecins et psychiatres, personnels para-médicaux, psychologues cliniciens, analystes de troupe, psychosociologues, formateurs, travailleurs sociaux, éducateurs, enseignants…) et pour lesquelles la dimension relationnelle constitue un élément central » (Lévy, 2003, p.302).
  1. A LEVY A., 2003, « Analyse des pratiques », in Vocabulaire de psychosociologie, BARUS-MICHEL J., ENRIQUEZ E., LEVY A. (dir.), Toulouse, Erès, p.302



  1. A.N.E.S.M.

L’Anesm recommande de « Favoriser la mise en place d’instances de travail centrées sur l’analyse des pratiques professionnelles où la question de la fonction, de l’investissement de chaque professionnel resitué dans la dynamique de l’équipe peut être abordée de manière à : repérer les problèmes à travers une élaboration commune ; rechercher des solutions constructives et les mettre en application dans le travail d’équipe. » 
  1. A.N.E.S.M., avril 2013, Recommandation de bonnes pratiques professionnelles L’évaluation interdisciplinaire de la situation du mineur/jeune majeur en cours de mesure, Saint-Denis, p.48

  2. Pierre Vermersch

« Situation sociale dans laquelle un individu ou un groupe composé de professionnels à parité de statut (en formation initiale, formation continue, régulation), aidé par un animateur qualifié non impliqué dans le cadre institutionnel habituel des participants (principe de neutralité institutionnelle), opère un retour réflexif et réfléchissant sur des situations professionnelles effectivement vécues. »
  1. VERMERSCH P., 2006, [1994], L’entretien d’explicitation, Paris, ESF, p.187

  2. Patrick Viollet

« L’analyse des pratiques est une réflexion sur l’action et non dans l’action, permettant d’analyser sa pratique pour comprendre le passé afin d’agir de façon adaptée dans les situations à venir. Elle repose sur le postulat, admis par le narrateur, d’accepter l’analyse critique de ses actions ».
  1. VIOLLET P., 2013, L’analyse des pratiques professionnelles, Paris, De Boeck, p.139




  1. Francis Alföldi

« L’analyse des pratiques est un travail de perfectionnement, de distanciation et de conscientisation, engagé par un groupe de professionnels accompagnés par un animateur qualifié, sur l’exercice de leur métier dans les situations de terrain qui mettent en difficulté ou posent question ».
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§29




  • Processus d’analyse des pratiques


  1. Exprimer le ressenti vécu dans une situation professionnelle difficile.

discussion collective

  1. Relater ensuite les faits, de manière descriptive en distanciation avec le ressenti.

l’intervenant parle sans être interrompu

  1. Engager l’analyse diagnostique des faits, en appliquant les concepts de la clinique du travail social socio-éducative.

chacun est convié à exprimer son point de vue

  1. Procéder à la recherche de solution et de piste de travail

discussion collective
  1. ALFÖLDI F., Dico de Francis, Mise en ligne du 31 août 2016


« L’organisation de chaque séance obéit au même modèle. La séance est divisée en trois parties distintes. Un partipant expose un problème qu’il rencontre actuellement dans sa vie professionnelle, les membres du groupe réagissent, l’animateur reformule la question en faisant la synthèse des différents points de vue. L’objectif n’est pas l’élaboration de solutions, mais l’éclaircissement du probème posé. Pour déterminer quel praticien exposera son cas, il a plusieurs possibilités : soit au début de la séance, chacun fait état de ses interrogations et le groupe (ou l’animateur) choisit le cas qui sera immédiatemnet analysé, soit à chaque séance le groupe choisit celui qui interviendra la fois prochaine. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.230




  • Application du Groupe Balint au travail social


« Notre attention s’est centrée essentiellement sur la relation travailleur social-client, dont l’étude serrée au sein du groupe permet au travailleur social de comprendre le problème de base ayant amené le client à demander de l’aide. Ce problème est celui des relations tendues entre le client et son partenaire sexuel, qui entraînent ou menacent d’entraîner une rupture entre eux. Les trois niveaux de la structure sont donc : la relation client-travailleur social, la relation du client avec son partenaire et la relation du travailleur social avec le groupe et son leader. L’attention se concentre sur la relation client-travailleur social telle qu’elle est rapportée au groupe »
  1. BALINT M., 1996, [1957], Le médecin, son malade et la maladie, Paris, Payot, p.332

  2. Taille du groupe


« La taille du groupe peut varier de sept à quinze personnes. Dans des groupes trop petits pourrait se développer une demande de psychothérapie individuelle. On considère que le nombre optimal se situe autour d’une dizaine de personnes. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.229




  • Périodicité


« La périodicité est généralement d’une séance par mois d’environ deux à trois heures. Pour les institutions, cela représente donc une dizaine de séances qui peuvent être plus nombreuses si le contrat est reconduit, la condition étant que le groupe demeure constitué des mêmes individus. Pas d’entrée en cours de route. Dans mon expérience personnelle la durée de vie du même groupe n’a jamais excédé deux ans. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.229

  2. Principes clef


L’analyse des pratiques vise la réduction des problèmes d’implication émotionnelle des éducateurs en situation professionnelle ; elle ne vise pas la résolution des conflits intra-personnels qui ressort davantage de la psychothérapie. Bien que le travail soit centré sur le ressenti du professionnel en situation éducative, la visée finale reste la personne de l’usager pris en charge par l’institution. Les séances ont lieu une fois par mois. La conception psycho-pédagogique développe plusieurs orientations :

Dynamique participative 

Le programme de chaque séance est déterminé par les situations apportées par les professionnels ; chaque situation fait l’objet d’une discussion clinique du travail social et donne lieu à des expérimentations prospectives de résolution de problème.

Collégialité des échanges

Chaque professionnel est convié à exprimer ses remarques, questionnements, doutes (y compris ses difficultés et/ou ses satisfactions), dans un esprit de mutualisation des savoirs et de partage des difficultés.

Bipolarité positive

L’analyse des pratiques poursuit un double objectif : elle tend à encourager le travail, par la valorisation des efforts et le soutien mutuel face aux difficultés ; tout en développant la critique rigoureuse mais non disqualifiante envers les comportements professionnels ; le travail collectif est orienté vers la conscientisation et la réciprocité.

Analyse des difficultés 

Les obstacles rencontrés par les professionnels sont analysés et discutés en terme de piste de travail ; il est tenu compte des difficultés implicationnelles suscitées chez les professionnels par la mise en situation auprès des usagers.

Apports théoriques

Rappels et compléments théoriques sur la psychopédagogie du travail éducatif, sont apportés au cours des séances en fonction des questions formulées par les professionnels, et des problèmes soulevés par la teneur des situations exposée.

Repositionner chacun à sa place

La majeure partie des problèmes d’équipe et de dynamique institutionnelle surgissent lorsque les places et fonctions ne sont pas respectées ; par exemple, un éducateur en conflit avec son chef de service, refuse de rédiger un rapport sur un usager demandé par son responsable, pour un motif lié au conflit inter-personnel.
  1. ALFÖLDI F., Dico de Francis, Mise en ligne du 31 août 2016

  2. Positionnement de l’animateur


« L’indépendance de l’animateur, essentielle pour obtenir la confiance du groupe, se définit surtout par la négative. Il ne doit pas faire partie des instances hiérarchiques de l’entreprise et dans le cas d’une institution de formation il ne doit pas délivrer de certification. En ce qui concerne sa déontologie, l’animateur est garant de la confidentialité des séances vis-à-vis de l’instance prescriptrice. Il protège les individus au sein du groupe et veille au respect des règles de fonctionnement. Il est garant auprès de celui qui expose son cas du fait que sa parole ne sera pas retournée contre lui mais qu’elle lui sera restituée pour une meilleure compréhension par lui-même de son problème. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.229




  • La synthèse de séance


« Je prends des notes pour préparer ma synthèse en privilégiant toute formulation nouvelle du problème exposé aussi minime soit-elle. C’est grâce aux interventions du groupe, en effet, que peut se produire un déplacement de la problématique qui pourra être profitable à l’exposant lorsqu’elle lui sera restituée. Je remarque parfois que des associations ou des projections inconscientes semblent émerger dans tel ou tel propos, mais je m’efforce de ne pas en faire état dans ma synthèse qui ne foit être que la reformulation du problème et non l’interprétation de la parole du praticien. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.233

  2. Traiter l’acte et pas la personne


« La gestion par le praticien de l’implication de sa personne dans ses actes est déterminante dans son processus d’analyse des pratiques. Elle est implicite dans la distanciation nécessaire au travail sur les situations de travail autant qu’au travail sur soi. En effet si […] le praticien confond sa personne et ses actes, il risque de se sentir très vite menacé dès que ses actes seront mis en cause. Le risque de confusion est d’autant plus important si le compagnon réflexif a tendance à confondre les actes et la personne du praticien. »
  1. DONNAY J., CHARLIER E., 2008, Apprendre par l’analyse des pratiques Initiation au compagnonnage réflexif, Namur, Presse universitaires de Namur, p.122




  • L’expérience


« L’expérience, même si elle recèle des savoirs en actes, n’est pas en soi formatrice, si ce savoir n’est pas explicité par l’analyse des pratiques (seule ou partagée). La réflexion sur les pratiques est une façon d’apprendre et, par là, de créer du savoir sinon au moins de se le révéler à soi-même. »
  1. DONNAY J., CHARLIER E., 2008, Apprendre par l’analyse des pratiques Initiation au compagnonnage réflexif, Namur, Presse universitaires de Namur, p.63




  • Garantir la sécurité des participants


« Le formateur joue le rôle de garant de la sécurité des acteurs impliqués en faisant la chasse aux jugements de valeur portés par les autres. »
  1. DONNAY J., CHARLIER E., 2008, Apprendre par l’analyse des pratiques Initiation au compagnonnage réflexif, Namur, Presse universitaires de Namur, p.161




  • Eviter de trop parler


« Si le thérapeute commence à trop parler, et à s’écouter parler, il envahit l’espace thérapeutique et mélange immanquablement ce qui concerne son interlocuteur et ce qui vient de lui. »
  1. ALBERNHE K. et T., 2013, [2008], Applications en thérapie familiale et systémique, Issy les Moulineaux, Elsevier Masson, 2è éd., p.41




  • L’engagement


« L’engagement dans l’analyse des pratiques lie les participants par un contrat moral d’assiduité et de collaboration qui repose sur le maintien du cadre assuré par l’animateur. »
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§152




  • Check-list du dispositif



check-list du dispositif

d’analyse des pratiquesIntitulé de la prestation

Caractère obligatoire

engagement / participation volontaire

Composition et nombre de groupes en équipe / groupes transversaux / position des cadres

Fréquence

durée / dates / horaires / localisation

Coût de la prestation

formation continue / ou pas

Rencontre préalable avec les participants

Modalités de bilan

intermédiaire / en fin de cycle

Bénéfices attendus par le commanditaire

Axes pédagogiques et éthiques du prestataire

Analyse des pratiques et prise de décision Analyse des pratiques et tensions institutionnelles Analyse des pratiques et problèmes personnelsAnalyse des pratiques et analyse des situations
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§118



  • Le cadre de l’analyse des pratiques


« Le cadre de l’analyse des pratiques délimite les frontières du processus qui s’engage entre les praticiens et l’intervenant. La règle du jeu assure la cohésion du groupe, confirme l’engagement des participants, réduit l’angoisse et le surcroît d’excitation. »
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§120




  1. Règle du jeu des ateliers d’analyse des pratiquesLe calendrier, les horaires et la ponctualitéLa disposition de la salleL’engagement de participationLa confidentialité du contenuLe respect au sein du groupeL’aide réciproque Le tour de paroleLe tact dans les temps difficilesPartir d’une situation vécue Centrer sur la personne accompagnéePas d’atteinte aux personnes extérieuresPas de prise de décision Pas de focalisation sur l’institutionPas de focalisation sur l’institutionPas de focalisation sur la vie personnelleLe rappel de la séance précédenteALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§124




  • Articulation dispotif institution cadre



et recouvrements

chevauchements

cadre

espace de l’analyse des pratiques

institution

dispositif



« Le cadre, le dispositif et l’institution se conjuguent dans la configuration de l’analyse des pratiques. Agissant sur un objet commun, leurs aires interfèrent. Plus que connexes, les trois composants partagent des zones de recouvrement, sans qu’une réflexion attentive ne puisse les confondre. D’un point de vue méthodologique, chacune tient un rôle distinct et nécessaire. Mettre en œuvre l’analyse des pratiques requiert une institution, un dispositif et un cadre. Il convient de définir chacun avant de marquer les différences et chevauchements. L’intelligence de cette articulation cultive l’harmonie lors des ateliers. »
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§125




  • La trame d’atelier


« La trame d’atelier est une structure modélisée qui permet d’organiser la réflexion du groupe d’analyse des pratiques sur la situation difficile ou posant question présentée par l’un des participants. »
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§127



Trame d’atelier d’analyse des pratiques Question de départ centrée sur la situation centrée sur la pratiqueRécit clinique 10 mn de parole ininterrompueRéaction de chacun les autres praticiens pas l’animateur Discussion du groupeQuel est le problème ? pour qui et en quoi est-ce un problème ? Comment va la personne accompagnée ?
  1. Que veut la personne accompagnée ?Quelles solutions ont été tentées pour résoudre le problème ?Chacun est-il à sa place ?Quels sont les sentiments éprouvés ?Que faire de différent de ce qui a déjà été tenté ?Synthèse de la séance ce qu’a produit le groupe et ce qu’en retient le praticien Titre de la situationALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§133




  • La fiche d’atelier


« La méthode proposée offre l’opportunité d’une trace écrite fortement structurée : la fiche d’atelier. Cet outil reprend le canevas de la trame présentée à la section précédente, auquel s’ajoutent la date, le nom du présentateur de la situation et la référence du site où se tiennent les ateliers. Un seul item de la trame d’atelier n’apparait pas directement dans la fiche d’atelier : la réaction de chacun, les notes correspondant à cette étape étant distribuées dans les différentes parties de l’instrument. L’écriture se fait immédiatement à l’issue de la session en complétant chaque rubrique mobilisée par la situation du jour. »
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§133




fiche d’atelier

d’analyse des pratiques

Nom du siteTitre donné à la situation :

Situation présentée par _____________________, le _____________________Question de départ centrée sur la situation centrée sur la pratique

Récit clinique 10 mn de parole ininterrompue

Discussion du groupeQuel est le problème ? pour qui et en quoi est-ce un problème ?

Comment va la personne accompagnée ?

Que veut la personne accompagnée ?

Quelles solutions ont été tentées pour résoudre le problème ?

Chacun est-il à sa place ?

Quels sont les sentiments éprouvés ?

Que faire de différent de ce qui a déjà été tenté ?

Synthèse de la séance ce qu’a produit le groupe et ce qu’en retient le praticien
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§135




  1. Exemples

« Y. est directrice d’un centre social géré par une association de quartier qui, entre autres projets, veut organiser des cycles de formation destinés aux habitants. Elle est en conflit avec la présidente du conseil d’administration qui a fait appel récemment à des intervenants extérieurs, lui semblant ainsi tenir à l’écart les travailleurs sociaux du centre et plus particulièrement leur responsable. « Elle – la présidente du C.A. – m’ignore. C’est une femme qui a fait des choses formidables mais je me rends compte que c’est surtout une femme de pouvoir, elle veut tout diriger et ne me laisse aucune place… C’est bien ma veine à moi qui avait choisi de travailler non pas dans une institution mais plutôt dans une association à cause de son fonctionnement familial… » Au cours de la séance consacrée à son cas, Y. prend conscience de l’ambivalence de ses sentiments à l’égard de cette femme qu’elle admire et par laquelle elle se sent rejetée. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.231



« S. est kinésithérapeute dans un service horspitalier de traumatologie. Il est en difficulté avec un infirmier à qui il reproche de ne pas respecter les règles dans le fonctionnement du service. « Il fait exprès de ne pas m’amener les malades en temps voulu… il me met des bâtons dans les roues… En fait, il ne reconnaît pas mon travail de kiné et me traite comme un aide-soignant… ». Grâce aux questions du groupe, nous apprendrons que S. a suivi une formation en ostéopathie à laquelle il attache une grande importance, formation qui n’est pas reconnue par le médecin-chef du service auquel il n’ose pas s’affronter. S. prendra conscience de l’aspect redondant de ces deux situations. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.232



« M. est formatrice dans une institution de travail social. Elle est en difficulté avec des étudiants dans l’exercice de son autorité car elle sait « trop de choses intimes sur eux, ayant travaillé avec le groupe sur leurs biographies ». Elle évoque plusieurs cas et particulièrement « celui d’une femme qui a repris des études à plus de cinquante ans et dont la vie est difficile ». M. se rendra compte, en exposant son problème, que dans ses difficultés avec les étudiants interfèrent certains projections liées à son hostoire familiale et plus particulièrement à sa relation avec sa mère. »
  1. MARTIN SAINT-LEON O., 2012, « Analyse des pratiques professionnelles dans les groupes de parole », in MESNIER P.-M. et VANDERNOTTE C., En quête d’une intelligence de l’agir, Paris, L’Harmattan, tome 2, p.232




  • Analyse des pratiques en méthode Alföldi


  • Objet de l’analyse des pratiques

« L’objet de l’analyse des pratiques est l’exercice du métier dans les situations de terrain qui mettent en difficulté ou posent question ».
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§18





  • Finalités de l’analyse des pratiques

« Les finalités de l’analyse des pratiques visent l’amélioration de l’action professionnelle dans l’accompagnement des personnes en difficultés sociales, psychologiques, sanitaires et matérielles ».
  1. ALFÖLDI F., 2016, L’analyse des pratiques en travail social, Paris, Dunod, p.§§§19





 Carte L’approche méthodologique
ANALYSE DE CONTENU (méthodologie)
  1. Madeleine Grawitz

« C’est une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative, du contenu manifeste des communications, ayant pour but de les interpréter. » (Grawitz, 1996, p.551)
  1. GRAWITZ M., 1996, Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 10ème éd., p.551




  1. Laurence Bardin

« L’analyse de contenu est un ensemble de techniques d’analyse des communications. »
  1. BARDIN L., 1977, L’analyse de contenu, Paris, PUF, p.31




1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   225

similaire:

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconBibliographie 657 2cartes conceptuelles 687 3 687  abstraction (méthodologie)...
«Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement...

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconRésumé Abstract Resumen Introduction Cadre théorique de référence...
«Les concepts ne se distinguent pas des autres notions, conventionnelles ou annexes, à l'intérieur d'une discipline»

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconCours de méthodologie de la recherche documentaire en sciences exactes...
«Si j'ai vu plus loin que les autres, c'est parce que j'étais assis sur les épaules de géants.» Newton, Isaac (1642-1727)

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconAction d’une protéine sur une molécule unique d’adn

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconContribution à une étude sur la représentation collective de la mort

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconNotes pour une présentation sur l’infini et autres curiosités mathématiques
...

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconAcquisition des Habiletés Motrices
«ce qui, dans une action est transposable, généralisable ou différenciable d’une situation à la suivante, autrement dit ce qu’il...

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconLes fraises bio ont une meilleure qualité nutritive
«modernes» en nutriments. Alors qu’une pêche suffisait en 1950 pour absorber une bonne ration de vitamine A, IL faudrait aujourd’hui...

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconTâche : Conception d’une maquette fonctionnelle représentant le système...

Bibliographie 647 2cartes conceptuelles 677 3 677  abstraction (méthodologie) André Lalande «Action de l’esprit considérant à part un élément (qualité ou relation d’une représentation ou d’une notion) en portant spécialement l’attention sur lui, et en négligeant les autres. iconI. action d'une pensée sur une autre penséE








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com