Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l'auteur a publié un bon nombre de livres, qui traitent de la politique et de la foi. Une grande partie de son travail est








télécharger 0.84 Mb.
titreSous le pseudonyme de Harun Yahya, l'auteur a publié un bon nombre de livres, qui traitent de la politique et de la foi. Une grande partie de son travail est
page8/22
date de publication07.01.2017
taille0.84 Mb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   22

Une brève digression et un court message

concernant "l'adaptation"

Dans le reste de ce chapitre nous allons examiner les caractéristiques terrestres qui mettent en évidence le fait que notre planète a été conçue précisément pour permettre à la vie d'émerger. Mais avant cela, nous devons faire une brève digression dans le but d'éviter tout malentendu. Cette digression est surtout adressée à ceux qui ont pour habitude d'admettre que la théorie de l'évolution est une vérité scientifique et qui croient fortement au concept d'adaptation.

L'adaptation est un nom formé à partir du verbe "adapter". Ce verbe suggère une modification due à des circonstances changeantes. Utilisé par les évolutionnistes, ce verbe implique la "modification" d'un organisme entier ou de certaines de ses parties afin de le rendre plus apte à vivre dans les conditions de son environnement. La théorie de l'évolution affirme que toute vie sur terre ne provient que d'un seul organisme (un ancêtre commun unique) et que l'apparition de la vie elle-même est le fruit du hasard. D'ailleurs, les évolutionnistes font fréquemment recours au mot "adaptation" pour soutenir leur thèse. De plus, ils maintiennent que les organismes vivants se transforment en de nouvelles espèces en s'adaptant à leur environnement. Nous avons déjà discuté du non-sens de cette déclaration, à savoir que les mécanismes d'adaptation des êtres vivants aux conditions naturelles ne jouent un rôle que sous certaines conditions et que ces mécanismes ne peuvent en aucun cas transformer une espèce en une autre. Notre point de vue à ce sujet a été démontré en détail dans nos autres livres.55 (Ceci est résumé dans l'appendice intitulé "La mystification de l'évolution"). La théorie de l'évolution ainsi que son concept d'adaptation ne sont que des formes de Lamarckisme, une théorie d'évolution organique qui maintient que les changements environnementaux entraînent chez les animaux et les plantes certains changements structuraux qui peuvent être transmis aux générations suivantes. Cette théorie a été, à juste terme, rejetée par les cercles scientifiques à l'aide d'arguments solides et exacts.

Cela dit, malgré le fait qu'elle n'ait aucune base scientifique, l'idée d'adaptation impressionne beaucoup de gens ; c'est pourquoi nous devons maintenant faire le point à ce sujet avant de poursuivre. Croire au concept de l'adaptabilité des formes vivantes ne se situe qu'à un pas de croire que la vie aurait pu se développer sur d'autres planètes de la même manière que sur terre. La possibilité qu'il existe des créatures minuscules de couleur verte vivant sur Pluton, qu'elles transpirent légèrement quand la température atteint 238°C, qu'elles respirent de l'hélium à la place de l'oxygène, et qu'elles boivent de l'acide sulfurique à la place de boire de l'eau, semble titiller l'imagination de certaines personnes, en particulier celles dont l'esprit a été nourri des programmes des studios d'Hollywood.

Mais, ceci ne peut qu'alimenter des rêves (et créer des sujets pour les studios d'Hollywood). Les évolutionnistes qui sont un peu mieux informés en biologie et en biochimie ne tentent même pas de défendre ces notions. Ils savent très bien que la vie ne peut exister que si certaines conditions et éléments nécessaires sont rassemblés et disponibles. S'ils croient vraiment en cela, les partisans des petits bonhommes verts (ou d'autres formes bizarres de la vie) sont ceux qui adhèrent aveuglément à la théorie de l'évolution et sont ignorants même des principes essentiels de la biologie et de la biochimie et qui, de part leur ignorance, proposent des scénarios absurdes.

Ainsi, pour discerner l'erreur du concept de l'adaptation, la première chose à souligner est que la vie peut seulement exister si certains éléments et conditions essentiels sont présents. Le seul modèle de vie basé sur des critères scientifiques est celui basé sur le carbone. D'ailleurs, tous les scientifiques sont d'accord qu'il n'existe aucune autre forme de vie qui pourrait se trouver quelque part dans l'univers.

Le carbone est le sixième élément du tableau périodique. Cet atome est la base de la vie sur terre car toutes les molécules organiques (telles que les acides nucléiques, les acides aminés, les protéines, les graisses et les sucres) sont formées par une combinaison de carbone et d'autres éléments très variés. Le carbone forme des millions de différents types de protéines en se combinant avec de l'hydrogène, de l'oxygène et de la nitrogène etc. Aucun autre élément ne peut remplacer le carbone. Comme nous le verrons dans les chapitres à suivre, seul le carbone a la capacité de former différentes sortes de liaisons chimiques dont la vie dépend.

Par conséquent, si la vie existe sur une planète quelque part dans l'univers, elle doit être basée sur le carbone.56

Il y a un nombre de conditions essentielles à l'existence d'une vie basée sur le carbone. Par exemple, les composés organiques basés sur le carbone (tels que les protéines) peuvent exister seulement à l'intérieur d'un intervalle précis de température. Ils commencent à se dissocier au-delà de 120°C et subissent un dommage irrémédiable quand ils gèlent au-dessous de -20°C. Cependant, la température n'est pas seule à jouer un rôle essentiel pour que la vie basée sur le carbone puisse exister : il faut aussi tenir compte du type et de la quantité de lumière, de la force de gravitation, de la composition de l'atmosphère et de la force du champ magnétique. La Terre fournit précisément toutes ces conditions nécessaires pour rendre la vie possible. Si même l'une de ces conditions changeait, si par exemple la température moyenne dépassait 120°C, il n'existerait pas de vie sur Terre.

C'est pourquoi nos petits bonhommes verts qui suent ! quand la température s'élève au-delà de 238°C, qui respirent de l'hélium au lieu d'oxygène et qui boivent de l'acide sulfurique au lieu d'eau, n'existeront à nulle part car les formes de vie basée sur le carbone ne peuvent exister que dans un environnement qui contient des limites et a des conditions délibérément conçues pour la vie. Cela est vrai pour la vie en général et pour les êtres humains en particulier. La Terre est un environnement conçu délibérément.
La température du monde

La température et l'atmosphère sont les premiers facteurs essentiels à la vie sur Terre. La Planète Bleue possède à la fois une température convenable et une atmosphère respirable pour les êtres vivants, en particulier pour des êtres aussi complexes que les humains. Ces deux facteurs extrêmement différents sont néanmoins apparus sous des conditions qui se sont avérées idéales pour tous les deux.

L'une de ces conditions est la distance qui sépare la Terre du Soleil. La Terre ne pourrait pas abriter la vie si elle avait été aussi proche du Soleil que l'est Vénus ou aussi loin du Soleil que l'est Jupiter : Toutes molécules à base de carbone ne peuvent survivre que dans un intervalle de températures allant de 120°C à - 20°C. La Terre est la seule planète dont les températures moyennes varient justement à l'intérieur de cette limite.

Quand on considère l'univers dans sa totalité, rencontrer un intervalle de température si petit est une tâche assez difficile, car les températures dans l'univers varient entre des millions de degrés dans les étoiles les plus chaudes et zéro absolu (-273 °C). En tenant compte d'une telle variation de températures, l'intervalle thermique qui permet à la vie d'émerger est en effet très petit ; pourtant, la planète Terre le possède.

Les géologues américains Franck Press et Raymond Siever attirent notre attention sur les températures moyennes que l'on trouve sur Terre. Ils remarquent que "la vie telle que nous la connaissons n'est possible que dans un intervalle de température très étroit. Cet intervalle constitue peut-être 1 ou 2 pour cent de la variation de température entre le zéro absolu et la température de surface du Soleil."57

Le fait de maintenir cette étendue thermique a également un rapport avec la quantité de chaleur que le Soleil diffuse, tout comme avec la distance qui sépare la Terre du Soleil. D'après des calculs, une réduction de seulement 10% de l'énergie diffusée par le Soleil entraînerait la formation de couches de glace de plusieurs mètres d'épaisseur à la surface de la Terre. De plus, si cette énergie augmentait d'un pouce, tous les êtres vivants seraient brûlés vifs et mourraient.

De plus, il n'est pas suffisant que la température moyenne soit idéale, il faut aussi que la chaleur dont on dispose soit distribuée de manière uniforme sur toute la planète. Un nombre de précautions particulières ont été prises pour s'assurer que ceci se passe réellement.

L'axe de la Terre est incliné de 23° 27' par rapport au plan de l'écliptique. Cette inclinaison empêche un excès de chaleur provenant de l'atmosphère entre les régions des pôles et de l'équateur, leur permettant d'avoir un climat plus tempéré. Si cette inclinaison n'existait pas, le gradient de température entre les pôles et l'équateur serait bien plus élevé qu'il ne l'est actuellement, les zones tempérées ne seraient alors pas aussi tempérées et vivables.

La vitesse de rotation de la Terre sur ses axes permet aussi d'équilibrer la distribution thermique. La planète fait une rotation complète toutes les vingt-quatre heures, ceci a pour conséquence que l'alternance des périodes diurnes et nocturnes est assez courte. En raison de cette brièveté, le gradient thermique entre les parties éclairées et non éclairées de planète est assez modéré. L'importance de ce phénomène peut être illustrée par l'exemple extrême de Mercure où un jour dure plus longtemps qu'une année et dont la différence entre la période diurne et nocturne se compte par des températures qui montent jusqu'à 1000°C.

La géographie contribue également à distribuer de la chaleur de manière uniforme sur Terre. Il existe, sur Terre, une différence d'environ 100°C entre les régions polaires et les régions équatoriales. Si un tel gradient thermique avait existé sur une surface complètement plane, les vents atteindraient des vitesses de l'ordre de 1.000 kilomètres à l'heure en balayant tout ce qu'il existe sur leur passage. Cependant, la Terre regorge de barrières géographiques qui bloquent les énormes mouvements d'air qui pourraient être causés par un tel gradient thermique. Ces barrières sont des chaînes de montagnes qui s'étendent de l'océan Pacifique à l'Est jusqu'à l'océan Atlantique à l'Ouest, comme par exemple la chaîne de l'Himalaya en Chine, les montagnes du Taurus en Anatolie, et les Alpes en Europe. En mer, l'excès de chaleur des régions équatoriales est transféré vers le nord et le sud, grâce à la capacité de l'eau à conduire et dissiper la chaleur.

Simultanément, il y a un nombre important de systèmes autorégulateurs qui aident à maintenir la température atmosphérique en équilibre. Par exemple, si une région atteint un degré de chaleur importante, le taux d'évaporation de l'eau augmente, entraînant la formation de nuages. Ces nuages renvoient davantage de lumière dans l'espace, empêchant à la fois l'air et la surface en dessous de se réchauffer.
La masse de la Terre et le champ magnétique de la planète

La taille de la Terre est aussi importante pour la vie que l'est sa distance du Soleil, sa vitesse de rotation ou encore ses particularités géographiques. En observant les planètes, nous remarquons une grande variation de tailles : Mercure fait moins d'un dixième de la taille de la Terre alors que Jupiter fait 318 fois sa taille. Est-ce que la taille de notre planète, comparée à celle des autres, est une coïncidence ou bien a-t-elle été choisie délibérément ?

Nous pouvons aisément nous rendre compte, en examinant les dimensions de la Terre, que notre planète a été conçue telle qu'elle l'est maintenant. Les géologues américains Franck Press et Raymond Siever écrivirent, en commentant sur "la perfection" qui règne sur Terre :

Et la taille de la Terre est tout à fait exacte – pas assez petite pour perdre son atmosphère car sa gravité est trop petite pour empêcher les gaz de s'échapper vers l'espace, et pas assez grande pour que sa gravité ne retienne trop l'atmosphère, y compris les gaz nocifs.58

En plus de sa masse, l'intérieur de la Terre a aussi été conçu de manière particulière. A cause de son noyau, la Terre possède un champ magnétique puissant qui joue un rôle vital dans le processus de préservation de la vie. D'après Press et Siever :

L'intérieur de la Terre est un moteur de chaleur gigantesque et bien équilibré, mû par la radioactivité… S'il fonctionnait plus lentement, l'activité géologique aurait été plus lente. Le fer n'aurait peut-être pas fondu pour former le noyau liquide, et le champ magnétique n'aurait donc jamais pu se développer… Si, en revanche, il y avait eu plus de combustible radioactif et si le moteur fonctionnait plus rapidement, les gaz et la poussière volcaniques auraient voilé le Soleil, l'atmosphère aurait été d'une extrême densité, et la surface de la Terre aurait été secouée par des tremblements de terre et des explosions volcaniques quotidiens.59

Le champ magnétique dont parlent ces géologues est d'une grande importance pour la vie. Ce champ magnétique tire son origine de la structure du noyau de la Terre. Ce noyau est constitué d'éléments lourds, comme le fer et le nickel, qui sont capables de porter une charge magnétique. Le noyau intérieur est solide alors que l'extérieur est liquide. Les deux couches de ce noyau se déplacent l'une autour de l'autre et ce mouvement est ce qui génère le champ magnétique de la Terre. Ce champ magnétique, s'étendant loin de la surface de la planète protège la Terre des effets de radiations nocives de l'espace. Les rayons cosmiques nocifs et les nuages de plasma provenant du Soleil et des étoiles de l'espace extérieure ne peuvent franchir cette barrière. La ceinture de Van Allen, dont les lignes magnétiques s'étendent à plus de dix mille kilomètres de la Terre, protège le globe contre cette énergie mortelle.

Il a été calculé que les nuages de plasma qui menacent la Terre atteignent parfois une énergie cent milliards de fois plus puissante que la bombe atomique lâchée sur Hiroshima. Les rayons cosmiques peuvent être tout aussi nocifs. Cependant, le champ magnétique de la Terre ne laisse passer que 0.1% de cette radiation, qui est elle-même absorbée par l'atmosphère. L'énergie électrique nécessaire à la création et au maintien d'un tel champ magnétique avoisine le milliard d'ampères, ce qui équivaut à l'énergie produite par l'humanité au cours de son histoire.

Si cette couche protectrice n'existait pas, la vie aurait été sans doute détruite par des radiations nocives et n'aurait peut-être même jamais apparu. Pourtant, comme Press et Siever l'ont remarqué, le noyau de la Terre est exactement conçu de façon à maintenir la sécurité de la planète.

Autrement dit, il y a ici un objectif particulier, comme déclaré dans le Coran :

Et nous avons fait du ciel un toit protégé. Et cependant ils se détournent de ses signes. (Sourate al-Anbiyâ : 32)

La perfection de l'atmosphère

Comme nous l'avons vu, les particularités physiques de la Terre – sa masse, sa structure, sa température et ainsi de suite – sont "parfaites" pour permettre à la vie d'émerger. Néanmoins, ces particularités à elles seules ne sont pas suffisantes pour permettre l'existence de la vie sur Terre. Un autre facteur vital est celui de la composition de l'atmosphère.

Nous avons ci-dessus souligné la façon dont les films de science-fiction se jouent parfois du bon sens des gens. Ceci peut être illustré par la facilité avec laquelle les voyageurs et explorateurs de l'espace se retrouvent sur des planètes qui ont une atmosphère respirable : il semble que ces films sont de la pure fiction. Si nous pouvions réellement explorer l'univers, nous découvririons que ceci n'est pas du tout vrai : la possibilité que l'atmosphère d'une autre planète nous soit respirable est d'une haute improbabilité. En fait, l'atmosphère de la Terre est la seule qui soit spécialement conçue pour la vie.

L'atmosphère de la Terre est composée de 77% d'azote, de 21% d'oxygène et d'1% de dioxyde de carbone. Commençons par le gaz le plus important : l'oxygène. L'oxygène est d'une importance vitale pour la vie parce qu'il est présent dans la plupart des réactions chimiques qui libèrent l'énergie nécessaire à toute forme de vie complexe.

Les composants du carbone réagissent avec l'oxygène. De l'eau, du dioxyde de carbone et de l'énergie sont produits à la suite de ces réactions. De petits "ballots" d'énergie appelés ATP (adénosine triphosphate) et utilisés dans les cellules vivantes sont générés par ces réactions. C'est pourquoi nous avons constamment besoin d'oxygène pour vivre et que nous respirons afin de satisfaire ce besoin.

L'aspect intéressant de ce fonctionnement est que le pourcentage d'oxygène qui se trouve dans l'air que nous respirons est déterminé avec une extrême précision. Michael Denton écrivit à ce sujet :

Est-ce que l'atmosphère pourrait contenir plus d'oxygène et malgré cela supporter encore la vie ? Non ! L'oxygène est un élément très réactif. Même le pourcentage moyen d'oxygène dans l'atmosphère (qui est de 21%) est proche de la limite de sécurité pour la vie à température ambiante. La probabilité d'un feu de forêt augmente de 70% à chaque augmentation de 1% du pourcentage d'oxygène qui se trouve dans l'atmosphère.60

D'après le biochimiste anglais, James Lovelock :

Seulement 25% de la végétation de notre terre actuelle pourrait survivre aux conflagrations puissantes qui détruiraient les forêts tropicales de même que la toundra… Le niveau d'oxygène actuel est à un point où risque et bénéfice sont bien équilibrés.61

Le fait que la proportion d'oxygène dans l'atmosphère se maintienne à cette valeur précise, s'explique par l'existence d'un système merveilleux de "recyclage" : Les animaux consomment de l'oxygène constamment et produisent du dioxyde de carbone qu'ils ne peuvent respirer. Les plantes font exactement l'opposé ; elles absorbent le dioxyde de carbone dont elles ont besoin pour vivre et dégagent en échange de l'oxygène. Grâce à ce système, la vie continue. Les plantes libèrent chaque jour des tonnes d'oxygène dans l'atmosphère.

Sans la coopération et l'équilibre de ces deux catégories d'êtres vivants, notre planète serait invivable. Par exemple, si les êtres vivants n'absorbaient que du dioxyde de carbone et ne dégageaient que de l'oxygène, l'atmosphère de la Terre serait sujette à la combustion bien plus facilement qu'elle ne le fait actuellement. Sous ces conditions, même une petite étincelle provoquerait des feux énormes. Parallèlement, si chacune de ces deux catégories absorbait de l'oxygène et dégageait du dioxyde de carbone, la vie finirait par s'éteindre après que tout l'oxygène a été utilisé.

En fait, l'atmosphère se trouve, comme l'a souligné Lovelock, dans un état d'équilibre dans lequel les zones à risque et à bénéfice sont bien équilibrées.

Un autre aspect parfaitement ajusté de notre atmosphère est sa densité qui est idéale pour nous permettre de respirer.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   22

similaire:

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\D. U. K. E catalogue Livres – Décembre 2014 Chapitre 2
«Cerbe», qui est d'une grande beauté bien que son visage ne comporte ni bouche, ni nez, ni oreilles, mais un seul œil, énorme, à...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\D. U. K. E catalogue Livres – Février 2014 Chapitre 2
«Cerbe», qui est d'une grande beauté bien que son visage ne comporte ni bouche, ni nez, ni oreilles, mais un seul œil, énorme, à...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Bouquinorium Catalogue Livres – Janvier 2016 Chapitre 2
«Cerbe», qui est d'une grande beauté bien que son visage ne comporte ni bouche, ni nez, ni oreilles, mais un seul œil, énorme, à...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\La quatrième et dernière partie est plus personnelle et n’engage que son auteur…

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Document d’information
«portfolio», de la plus usuelle : «Collection d’œuvres propre à refléter le talent de son auteur», à la plus éducationnelle : «Collection...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Politique et vérité
«Écartons tous les faits» (le géré, l’idéologique) permet ainsi de poser la question de la politique : celle d’une distinction dont...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Dany et encore, je vous préviens, c’était pas du 100% j’en garde...

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Résumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\Résumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Sous le pseudonyme de Harun Yahya, l\RÉsumé Dans le contexte industriel actuel, l’innovation est une question...
«familiale» qui conçoit et fabrique des produits intégrant des éléments mécaniques, électroniques et informatiques dans le domaine...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com