Vive Montpellier Méditerranée Métropole !








télécharger 327.67 Kb.
titreVive Montpellier Méditerranée Métropole !
page6/7
date de publication03.02.2018
taille327.67 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Exposition

Une circulation cohérente

Le 23 octobre, Pascal Krzyzanski a constaté les soucis de circulation affectant les riverains de la rue de la Laïcité, dans le secteur Saint-Martin. L’adjoint au maire délégué au quartier Prés d’Arènes a acté la demande de « Zone 30 », reconnaissant la crédibilité du projet. « Il est actuellement examiné en cohérence avec le Plan local de déplacement dans sa globalité. La décision d’aménagement interviendra en conséquence des conclusions de cette analyse », explique Pascal Krzyzanski. Auparavant, une concertation, rue de Centrayrargues a conduit à des travaux d’amélioration de voirie.

..............................................................................................................
P37

VISION DE VIE > C’EST DÉJÀ DEMAIN


Article 1

LE FAB’LAB D’ICI

Les Fab’Lab sont des ateliers de « bricolage numérique » ouverts à tous, où tout est encore à « inventer ensemble ».
Lancé à la fin des années 90 par Neil Gershenfeld, professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), le Fab’Lab - contraction de l’anglais fabrication laboratory (laboratoire de fabrication) - est un atelier de fabrication numérique.

Dans ce lieu ouvert à tous les publics, différents outils sont mis à disposition, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets.

Pour les adhérents de l’association, le Fab’Lab s’apparente à un café du commerce 2.0. Chacun apportant ses idées ou ses connaissances.

C’est un lieu d’expérimentation technique, scientifique, artistique ou industriel. Un atelier collaboratif d’échange, d’apprentissage, de création et de réalisation où les inventeurs partagent leurs avancées, posent leurs questions, échangent des solutions… Chacun peut trouver sa place au sein de la structure. Les non initiés sont accompagnés par des mordus de technique et les experts peuvent puiser leur inspiration dans les discussions avec les novices, afin de concrétiser des projets, de fabriquer des pièces uniques, voire des prototypes industriels pour les entreprises.

Ce concept a été décliné à Montpellier en 2012. Le LabSud est hébergé dans l’Hôtel d’entreprises de l’Agglomération à La Pompignane. Comme chaque Fab’Lab du monde, il respecte la charte édictée par le MIT, un texte fondateur qui édicte quelques grands principes, notamment : outils mis à disposition, fonctionnement de la structure, responsabilités et conditions d’utilisation.

LabSud - 120 Allée John Napierlabsud.org

Encadré

PERSPECTIVES

« LabSud est un lieu où seront inventés les tendances de demain et les nouveaux métiers. Les champs d’innovation sont immenses : modèles économiques, informatique embarquée, design, organisation sociale, droit, propriété intellectuelle… ».

Colonne

Témoignages

« Au LabSud, nous bricolons au sens noble du terme. Les adhérents y viennent pour collaborer et travailler en équipe. »

Jean-Philippe Civade Président de LabSud
« Je me suis fabriqué une imprimante 3D au Fab’Lab. J’ai commencé à imprimer des objets pour les enfants ou la vie quotidienne et un phare de plongée. C’est un plaisir de dessiner et de créer un objet. »

David Gautheron

Membre du Labsud

..............................................................................................................
P38-39

VISION DE VIE > QUALITÉ DE VILLE


Article 1

AGRICULTURE URBAINE

Avec les jardins familiaux et les jardins partagés, la Ville de Montpellier développe le lien social et initie les citadins à la production alimentaire.
Manger les légumes de son jardin, lorsque l’on vit en ville, c’est possible. La municipalité de Montpellier développe en effet plusieurs initiatives pour mettre à disposition des habitants des parcelles à cultiver.

La direction Paysage et Biodiversité gère aujourd’hui 158 jardins familiaux, répartis sur trois zones géographiques : Malbosc, Grands Grès, Rieucoulon. Ces parcelles, d’une superficie moyenne de 110 m² sont proposées à la location et réservées à la production familiale. « Si les jardins collectifs restent associés à une pratique de loisirs et de détente, on constate aussi qu’ils permettent de fournir un complément alimentaire non négligeable », explique Maarten Thiels, chargé de mission agriculture urbaine à la Ville. Pour bénéficier d’une parcelle, il suffit simplement de résider à Montpellier depuis plus de cinq ans et de ne pas posséder de jardin personnel. Petit bémol à ce dispositif exemplaire : son succès ! « Nous avons aujourd’hui d’importantes listes d’attente et les nouveaux inscrits doivent s’armer de patience ». D’autres expériences, menées dans d’autres quartiers de la ville, permettent un peu de consoler les candidats jardiniers. À l’exemple des 18 jardins partagés, gérés par des associations ou des structures (Maisons pour tous, club du 3e âge, CAF…).

Parmi les derniers en date, celui du Grand Mail à la Paillade ou le jardin partagé des Arceaux. « Ils permettent à tout le monde de se retrouver, quels que soient son âge ou ses compétences. Au cœur des quartiers, le jardin devient alors un facteur de lien social, d’échange, de solidarité, qui développe le mieux-vivre ensemble ».

Direction Paysage et BiodiversitéVille de Montpellier : 04 67 20 99 00montpellier.fr

Exergue

Un complément alimentaire pour les familles

Article 2

CULTIVONS NOTRE JARDIN

Stéphane Canet, président de l’association DSD*, décrypte le rôle social et pédagogique des jardins collectifs.
Fabriquer son compost, apprendre à gérer l’arrosage, connaître les plantations de saison… Pendant un an, l’association DSD* a assuré pour le compte de la Ville, l’animation du Jardin école à Malbosc et aux Grands Grès. « Cette animation gratuite, ouverte à tous, permet d’échanger techniques et expériences, notamment autour de l’agriculture biologique. Mais cette activité, qui fonctionne sur le mode participatif et la responsabilisation, est aussi vecteur de lien social. Entre les pratiquants, mais aussi entre les usagers des autres parcelles ou les habitants des quartiers alentours.

Au même titre que la culture ou le sport, le jardinage est un moyen d’insertion extraordinaire. On l’a vu lors de la création du jardin partagé sur le Grand Mail, qui a déclenché une vraie dynamique à l’échelle du quartier. Aujourd’hui, sous la tutelle de l’association Les Jardins de l’Espoir, ce sont les habitants qui ont pris le relais. Et le succès est si grand que les services de la Ville sont sollicités pour installer de nouvelles parcelles. Il faut cependant veiller à multiplier les liens avec différents usages et différents acteurs. Pour que ce qui relève de l’expérimentation s’inscrive dans la durée. Actuellement, dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires, nous travaillons d’ailleurs à des ateliers d’initiation pour les enfants ».

dsd-asso.com

*Association Développement Solidaire et Durable : DSD

Encadré

DE LA GRAINE

Légumes anciens, espèces rares… Dans les jardins collectifs, priorité est donnée à la préservation de la biodiversité semencière et potagère.

Colonne

Le projet

LE GOÛT DES SAISONS

Marie-Claude Passouant. Présidente de l’association La Rouquette des Arceaux.

« Le jardin collectif des Arceaux est né à la demande des riverains. La Mairie a mis le terrain à disposition, l’a aménagé, équipé. Nous sommes constitués en association et nous demandons une petite adhésion. Actuellement, nous sommes une trentaine à nous retrouver régulièrement. Avec une grande majorité de jeunes. Chacun vient quand il a le temps. On se retrouve souvent le mercredi soir dans un café pour parler des projets à mettre en place. En ce moment, nous préparons les plantations d’hiver. L’ambiance est très sympathique dans un site exceptionnel. Aux pieds des Arceaux. Avec beaucoup de passage. Les gens s’arrêtent pour donner des conseils. Nous avons même des personnes qui viennent pour les Restaurants du Cœur, qui se sont intégrés à notre équipe et nous donnent un coup de main. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues ».

..............................................................................................................
P40-41

VISION DE VIE > CULTURE
Article 1

Le Thalamus sur internet

La mise en ligne sur internet du Thalamus, la chronique médiévale de Montpellier, est le fruit d’un travail exemplaire d’historiens-chercheurs.
Que le plus grand nombre de personnes puisse avoir accès au document historique montpelliérain le plus célèbre. Voici le pari lancé par une équipe de chercheurs de l’université Montpellier 3 il y a 5 ans. Ce document est le Petit Thalamus, une chronique rédigée durant 2 siècles par des notaires montpelliérains.

Ce « journal de bord » de la seigneurie de Montpellier enregistrait les événements qui ont marqué la vie de la cité du Moyen-âge jusqu’au début du XVIIe siècle.

Au fil des pages, toute une époque apparaît : catastrophes climatiques, épidémies, troubles sociaux, dommages collatéraux de la guerre de Cent Ans, élections consulaires, visites royales, ­problèmes religieux. Rédigé en latin, puis en occitan, enfin en français à partir de 1502, le Petit Thalamus est actuellement conservé aux Archives municipales de Montpellier. Pour consulter ce document unique, les historiens doivent prendre moult précautions. L’idée a donc germé de le mettre en ligne, sur internet.

Il fallait d’abord traduire le document. Et retranscrire toutes les ­versions. « On en recense huit, dont deux conservées à Montpellier, explique Christine Feuillas, directrice des Archives municipales. Les autres se trouvent notamment à Nîmes, à Paris et même à la Bibliothèque royale de Belgique. Écrits à différentes périodes, certains faits historiques relatés ne se retrouvent pas dans les autres. Il ­fallait être exhaustif ».

Les latinistes et les occitanistes de l’université se sont attelés à la tâche. Un véritable travail de fourmi car certains mots sont abrégés, d’autres difficilement lisibles. La numérisation de l’exemplaire montpelliérain, réalisée par la Ville, a été un énorme gain de temps. Outre la ­traduction, les historiens ont relevé tous les signes, dessins ou commentaires apparus successivement sur les parchemins au cours des siècles.
Un autre volet du travail a été d’élaborer les « Notes critiques », c’est-à-dire les explications et commentaires des événements indiqués. Le projet a été alors rejoint par les historiens de la faculté de droit de l’Université Montpellier 1. La science historique a pris tout son sens, comme le laisse deviner Vincent Challet, maître de conférences et coordinateur du projet : « Au fur et à mesure que le travail avançait, des pistes de recherches s’ouvraient devant nous. Par exemple, les liens familiaux entre les consuls, qui ne sont pas encore très clairs. Que ce Petit Thalamus complet puisse dorénavant être accessible à tout le monde sur le web, va relancer l’intérêt pour l’histoire médiévale montpelliéraine qui est d’une richesse infinie ».

Un aspect qui a séduit l’Agence nationale de la recherche qui a accepté de financer le projet à hauteur de 120 000 euros aux côtés de la Ville de Montpellier et de la Région Languedoc-Roussillon.
La création du site internet sur lequel le Petit Thalamus sera désormais visible a bénéficié du savoir-faire numérique et humain de la prestigieuse École Nationale des Chartes. Une technologie de pointe a été utilisée pour le traitement de ce type de documents, celle du balisage électronique du texte (Text Encoding Initiative). Elle permet à l’internaute de faire apparaître sur son écran les pages numérisées du manuscrit et de dévoiler simultanément, en fonction des déplacements de la souris, la transcription ligne par ligne mais aussi l’ensemble de l’appareil critique, à la fois juridique, historique et philologique.

L’adresse du site internet sera dévoilée lors de l’inauguration de l’exposition consacrée au Petit Thalamus. Cette manifestation, du 19 novembre au 18 décembre, est exceptionnelle. Les 8 Thalami seront présentés au public dans la prestigieuse Bibliothèque universitaire de médecine. Le public pourra ainsi découvrir ces documents-mémoires, dont certains contiennent de superbes enluminures.
Le travail accompli par la vingtaine d’universitaires montpelliérains est exemplaire non seulement par l’ampleur du projet, mais aussi par les méthodes de recherches, associant de nombreuses disciplines. Il a parfaitement rempli l’objectif du départ : donner, par le biais des technologies les plus innovantes, un accès simple et direct à l’un des monuments de l’histoire et de l’identité médiévale montpelliéraine. « Le Petit Thalamus, qui est une œuvre consciente et planifiée, n’enregistre pas seulement l’histoire de la ville en créant une mémoire commune, constate Vincent Challet. Il joue un rôle fondamental dans l’émergence d’une conscience urbaine. Aux côtés de la Commune Clôture qui réalise l’unité physique de Montpellier à partir des années 1180, le Petit Thalamus, en contribuant à l’unité mentale de ses citoyens, a été l’un des éléments essentiels de la création de la ville ».

Exergue

Traduire les huit versions afin d’établir un Thalamus complet


Légende photo

1- Une vingtaine de chercheurs ont travaillé sur le projet.

2- Les enluminures et les dessins ont été numérisés et figurent dans l’édition en ligne du Petit Thalamus.

3- Le passé du Montpellier médiéval accessible à tous.

Encadré

Exposition

L’exposition sur le Thalamus se tient tous les après-midi dans la bibliothèque de la Faculté de médecine, 2 rue de l’École-de-Médecine du 19 novembre au 18 décembre.


..............................................................................................................
P42-43

VISION DE VIE > CEUX QU’ON M

Article 1

BD ENQUÊTE DU PÈRE

Scénario subtil et dessins épurés font d’Un jour il viendra frapper à ta porte une BD puissante sur la quête des origines. Un thème universel conté par Julien Frey et Dominique Mermoux.
Un jour il viendra frapper à ta porte est un bijou. De force et de justesse. À partir de son histoire intime, Julien Frey a conçu une bande dessinée universelle qui remue le lecteur. À la veille de devenir papa, le trentenaire part à la rencontre de son père qu’il n’a jamais vu. Loin de lui expliquer son absence, cet inconnu lui raconte un secret de famille s’étant déroulé dans le ghetto de Varsovie durant l’occupation nazie. Cette révélation déclenche une quête des origines qui l’amène de Montpellier jusqu’à Jérusalem. De cette matière première forte, ce scénariste, plus habitué à des productions jeunesse comme Casper le gentil fantôme, a su tirer un récit limpide. Il a bénéficié du regard de son ami, le dessinateur Dominique Mermoux, qui s’est fait connaître avec L’invitation. Leurs talents conjugués ne laissent place à aucun pathos.

« La plupart des BD autobiographiques sont écrites et dessinées par la même personne. Sur ce projet, Dominique a pu garder de la distance sur mon histoire et m’amener à simplifier mon propos », estime Julien Frey. Le Montpelliérain Guy Delisle, auteur de Chroniques de Jérusalem, leur a suggéré de travailler ensemble. « Mon travail s’affine, s’épure au fil du temps », note Dominique Mermoux, qui va jusqu’à gommer la bouche de Julien « afin que le ­lecteur puisse s’identifier, se projeter ». Un geste qui fait écho au thème du silence, du secret qui innerve leur BD. « Pour mon visage, Dominique a conservé mes traits. Pour le corps, il s’est inspiré du sien », note Julien. De fait, les deux jeunes montpelliérains sont complémentaires. De sa voix posée, Dominique confie qu’il aime la nature, est fan d’escalade. Là où Julien est plus urbain et carrément tête en l’air. « Moi, si je fais de l’escalade, je me tue ! D’ailleurs, je me perds tout le temps. Cela fait rire les dames de la crèche de mon fils ».

Le jeune papa s’attend à ce que la publication de son parcours suscite des questions. « J’ai raconté mon histoire en pensant que cela peut être utile à d’autres ». Aucune image, ni dialogue inutile dans la BD. Comme dans la dernière scène qui ravira tous ceux qui, un jour, se sont retrouvés Place de la comédie.

RDV : 22 novembre, 15h, FNAC de Montpellier

Exergue

Raconter mon histoire peut être utile à d’autres

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconC2m institut Charles Gerhardt Montpellier, Equipe C2M, umr 5253 cnrs,...

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconLe magazine d’information de la métropole

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconIi les mutations de la métropole : de nouveaux aménagements

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconEtude technico-économique de la mesure en continu. Présentation résumée...

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconLa France est situé à la fin de Europe de l’Ouest. Bordé au nordpor...

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconLa Délégation fnppsf des p o organise une réunion d’information et...

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconLa mémoire schématise toujours et, impressionnée par la rémanence...

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconÉconomie : le modèle de Montpellier

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconMontpellier notre ville / n ° 3

Vive Montpellier Méditerranée Métropole ! iconRapporteur, ensc, Montpellier








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com