Programme Lundi 20 Octobre 2014








télécharger 0.52 Mb.
titreProgramme Lundi 20 Octobre 2014
page4/13
date de publication06.12.2016
taille0.52 Mb.
typeProgramme
b.21-bal.com > histoire > Programme
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

SESSION 1


SESSION 1




Roiz D1, Paupy C1, Ayala D1, Simard F1, Fontenille D1

1UMR MIVEGEC, IRD, Montpellier, France



O7 - ecological tenets of the invasive succes of the Tiger mosquito, aedes albopictus

SESSION 1


SESSION 1

The recent invasion of the Asian Tiger mosquito, Aedes albopictus in southern Europe raises major concerns for Human health. This excellent vector of Dengue and Chikungunya viruses, among others, is currently spreading worlwide, soon followed by devastating epidemics. Its ability to breed in artificial, man-made containers eventually filled with water together with prolonged resistance of its eggs to dessiccation has favoured global expansion through human transportation in goods (e.g. used tires and bamboo shoots). Locally, females frequently travel inside vehicules (e.g. trucks and cars), spreading along major roads and highways. As a result of its rapid and successful spread, invasive populations of Ae. albopictus have become established in a wide range of environments throughout the World, from Gabon’s equatorial forests to the Mediterranean areas of southern Europe. We will review its broad ecological plasticity in relation to colonization and adaptation to novel niches including larval development sites, climate, feeding behaviour, diapause, vector competence and other ecological traits that are relevant to diseases transmission. Such integrative knowledge about the ecology of Ae. albopictus is needed to further explore the genetic and physiological mechanisms underlying the extraodinary invasive success of Ae. albopictus, and to guide the search for new and efficient strategies for its control. Recent progress towards this aim will be presented and innovative research avenues will be proposed for discussion.



Lombaert E1, Estoup A2, Guillemaud T1

1 UMR ISA, INRA PACA, Sophia-Antipolis, France

2 UMR CBGP, INRA Montpellier, Montferrier-sur-Lez, France



O8 - Méthodes pour retracer les routes d’invasion : écueils possibles et complémentarité des différentes approches

SESSION 1


SESSION 1

Retracer les routes d’invasion constitue une importante mais difficile étape pour l’étude de la biologie d’une espèce envahissante. Beaucoup d’espoir a été placé dans l’application sur des données de génétique des populations de « l’Approximate Bayesian Computation » (ABC). Cette méthode statistique permet en effet théoriquement de gérer la complexité et la stochasticité des processus démographiques et évolutifs à l’œuvre au cours d’une invasion biologique. Toutefois, son utilisation efficace reste difficile car il s’agit d’une méthode particulièrement complexe qui peut tout à fait produire des résultats erronés si elle est mal utilisée. Au travers du cas de la coccinelle asiatique Harmonia axyridis, qui est envahissante sur presque tous les continents, nous allons illustrer quelques écueils possibles, et proposer un mode d’emploi pour retracer les routes d’invasion. Nous allons particulièrement insister sur l’intérêt de combiner différentes méthodes statistiques, ainsi que de profiter de la structuration génétique elle-même comme une source de réplica pour les analyses ABC.

Boivin T1, Gidoin C1, Suez M2, Lander T A1

1 INRA, UR 629 Recherches Forestières Méditerranéennes, Avignon, France

2 UMR 7138 CNRS-PARIS VI- MNHN, Paris, France

3 The Natural History Museum London, London, Grande-Bretagne


O9 - Succès invasif en environnement hétérogène : le rôle de la dispersion dans le temps et dans l’espace

SESSION 1


SESSION 1

Les populations envahissantes sont généralement confrontées à un monde hétérogène où les conditions abiotiques, la distribution et la disponibilité en ressource et les densités d’espèces natives varient à la fois dans le temps et dans l’espace. Une telle hétérogénéité environmentale peut jouer un rôle décisif dans le succès d’établissement et sur la vitesse d’expansion d’une invasion. Des capacités de dispersion dans le temps et dans l’espace sont attendues pour permettre aux populations envahissantes de faire face à ces contraintes. Les Hyménoptères spécialistes des graines du genre Megastigmus (Torymidae) sont des modèles invasifs intéressants parce-qu’ils exploitent des populations d’arbres qui sont réparties en patchs discontinus dans le paysage et qui montrent des variations inter-annuelles synchronisées et de forte amplitude dans la production de graines (masting). Nous nous sommes intéressés à l’invasion récente des forêts de cèdre de l’Atlas du sud-est de la France par M. schimitscheki, qui montre de fortes propensions à : (i) la dispersion passive par le vent (dispersion spatiale), et (ii) la diapause prolongée, une forme de dormance larvaire pouvant durer de 3 à 5 années consécutives (dispersion temporelle). Dans un premier temps, nous montrons que, malgré une distribution très fragmentée de son hôte obligatoire à l’échelle du paysage, M. schimitscheki a pu envahir la quasi-totalité des cédraies de la région PACA par des évènements de dispersion à longue distance depuis sa zone d’introduction, à la faveur d’un vent régional dominant (le Mistral). Dans un second temps, nous montrons que, à l’échelle d’une population, la diapause prolongée peut constituer un refuge temporel démographique et génétique pour des cohortes soumises aux variations extrêmes de disponibilité en ressources, qui résultent du masting de leur hôte obligatoire.


Belaud A1,2,, Chauvel B2,3, Fried G3

1Anses, Laboratoire de la Santé des Végétaux, Unité entomologie et plantes invasives, Montferrier-sur-Lez, Cedex France

2Inra, UMR1347 Agroécologie, Dijon, France

3Observatoire des ambroisies, Dijon, France


O10 - Introduction et dispersion des Ambroisies en France : Approche comparative

SESSION 1


SESSION 1

La France compte à ce jour 4 espèces exotiques du genre Ambrosia sur son territoire. Trois d’entre elles sont connues pour leur allergénicité et l’une d’elle, l’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.), est une espèce invasive majeure dans de nombreuses parties du monde. Les nombreux travaux sur cette espèce font que sa dynamique est bien mieux connue par rapport aux autres ambroisies. On peut se demander dans quelle mesure les patrons d’introduction et de dispersion diffèrent entre ces 4 espèces, représentant différents types biologiques (annuelles et vivaces à drageons) et différentes aires d’origine (Amérique du Nord et Sud) avec par conséquent des exigences éco-climatiques variables. Puis ce que ces différences impliquent dans l’évaluation de leur potentiel invasif ? Une enquête basée sur les informations de parts d’herbiers, de la littérature et des bases de données a permis de reconstruire leur historique d’introductions et de dispersion sur le territoire français. La comparaison de ces patrons a mis en évidence des différences dans les modalités d’introduction, dans le degré de naturalisation et dans la vitesse de dispersion des ambroisies, mais aussi certaines similarités. Bien qu’éloignée de la fulgurante dynamique invasive d’A. artemisiifolia, l’ambroisie à épis lisses se démarque des deux autres ambroisies et montrerait une tendance de conquête territoriale lente mais certaine. Les modalités d’introduction d’une espèce étant bien souvent mal connues, ce type d’approche permet d’évaluer, à partir d’espèces mieux suivies (i.e A. artemisiifolia), des espèces dont la dynamique est moins connue. Cette démarche s’inscrit dans la détection des espèces invasives émergentes établies sur un territoire depuis de nombreuses années et peut servir de critère décisionnel quant à leur statut.



Dias P.M.B., Bellot S., Aïnouche M.L., Misset M-T., Aïnouche A1

1Université de Rennes 1, UMR CNRS 6553 Ecobio, Rennes, France


O11 – Formation et origine génomique d’une espece envahissante : L’ajonc d’Europe, Ulex europaeus ssp. europaeus





SESSION 1


SESSION 1

Ulex est constitué par un petit nombre d’espèces de légumineuses épineuses, pérennes et buissonnantes typiques de la façade Ouest-Européenne, présentant différents niveaux de ploïdie (2n = 32, 64, ou 96 chromosomes). Alors que la distribution de la majorité des espèces est restreinte à la Péninsule Ibérique, trois d’entre elles ont étendu leur aire de distribution vers le Nord-Ouest européen. Parmi ces dernières, une seule, U. europaeus ssp. europaeus (l’ajonc d’Europe), se comporte comme une espèce envahissante agressive dans diverses régions du Monde où elle a été introduite au cours des deux derniers siècles. Afin d’explorer l’impact de l’origine génomique de cette espèce sur son comportement invasif singulier au sein du genre, des investigations s’appuyant sur l’analyse phylogénétique de différents séquences d’ADN nucléaires et chloroplastiques ont été menées en vue : de clarifier le contexte évolutif de cette espèce, élucider son mode de formation, et identifier l’origine de son génome. Les résultats ont principalement mis en évidence une divergence des ajoncs diploïdes (~ 8 Millions d’Années) en deux lignées géographiques, une en Région « Atlantique » et l’autre « Méditerranéenne ». Les analyses ont révélées principalement: (i) que la majorité des espèces polyploïdes, à distribution éco-géographique restreinte, se rattachent à l’une ou à l’autre de ces lignées et sont très probablement d’origine autopolyploïde (duplication d’un même génome) ; (ii) et que la seule espèce héxaploïde aux capacités envahissantes, l’ajonc d’Europe, est une espèce allopolyploïde (issue d’une hybridation et polyploïdisation) formée il y a moins de 4 MA et combinant des génomes « Méditerranéen » et « Atlantique » ; ce qui expliquerait ses capacités colonisatrices.

Renault D1

1Université deRennes 1, UMR CNRS 6553 Ecobio, Rennes, France


O12 – Les ecosystèmes insulaires : des instruments ideaux pour traiter des questions relatives aux invasions biologiques
Les écosystèmes insulaires se distinguent des autres écosystèmes par leur fort isolement géographique, leur importante sensibilité aux perturbations environnementales, ou encore leur fort taux d’endémisme. Ainsi, ces îles constituent des modèles exceptionnels pour la compréhension des processus d’invasions biologiques à différentes échelles spatiales et temporelles. Dans les Iles subantarctiques francaises, telles que Crozet et Kerguelen, la dynamique des populations animales et végétales terrestres est suivie depuis plusieurs décennies au travers de programmes soutenus par l’Institut Polaire Français Paul-Emile Victor (IPEV). Ces relevés à long terme dans des zones où les activités humaines sont réduites permettent de détecter l’arrivée, l’établissement et la dispersion des organismes introduits. Les suivis en conditions naturelles et les approches expérimentales en conditions contrôlées, contribuent grandement à augmenter notre connaissance des principales caractéristiques comportementales, morphologiques, écophysiologiques et génétiques favorisant le succès invasif. Au cours de cet exposé, les points suivants suivants seront abordés et illustrés d’exemples issus de nos recherches sur les insectes invasifs des Iles subantarctiques françaises : (i) la caractétisation des scénarios et routes d’invasions, (ii) la dispersion et les ajustements phénotypiques dans le temps et dans l’espace le long du gradient d’invasion, et enfin des suivis de la dynamique des populations contribuant à (iii) évaluer si le réchauffement climatique s’avère être un réel allié pour les espèces introduites.

SESSION 1


SESSION 1




Porté AJ1,2, Merceron NR1,2, Ducousso A1,2, Kremer A1,2

Avec l’aide de M. Bertocchi, J. Boireau, J. Brach, N. Cheval, J. Daugey, J-L. Denou, F. Duverger, F. Lagane, A. Lardit, J-M. Louvet, C. Gauvrit, B. Issenhuth, P. Pastuska, R. Petit, L. Puzos, G. Roussel, Techniciens de l’UE Lorraine INRA, Gestionnaires de l’ONF

1INRA, UMR 1202 Biogeco, Cestas, France

2Université de Bordeaux, UMR 1202 Biogeco, Pessac, France
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconCompte rendu de la Commission Médicale d’Etablissement du lundi 10 Mars 2014

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconN° 615 Lundi 24 mars 2014
«raconte-moi l’entreprise» qui vous paraît la plus convaincante, ou prévoir votre venue le 11 avril aux

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconThèse de la 1ère séance de travail du 9 octobre 2014

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconCours d’octobre, 2016 leur programme „bio-camp

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconProgramme montpellier 2016 Lundi 19 Septembre 2016
«De la microdélétion 19p13 chez une patiente marocaine à l'espoir thérapeutique de la bêta-thalassémie.»

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconProgramme 2012-2014

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconProgramme Vendredi 9/5/2014

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconProgramme de Formation Mise à jour le 10/01/2014

Programme Lundi 20 Octobre 2014 icon«La coopération vivante» «La cooperación víva»
«Samedi à la Campagne : 6 octobre». Diffusion du programme courant septembre. Contact : Michel Durand ( )

Programme Lundi 20 Octobre 2014 iconType d’Opération 44 du Programme de Développement Rural centre val de loire 2014-2020








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com