I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes








télécharger 1.63 Mb.
titreI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes
page12/21
date de publication18.11.2017
taille1.63 Mb.
typeSolution
b.21-bal.com > histoire > Solution
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   21
Il est utile de proposer un calendrier de rencontres, de prévoir comment l’information va circuler entre la famille et l’école au sujet de progrès de l’élève ou des résultats.

Voir p.26, 27 les propositions de réponses aux questions suivantes :

« L’opacité pour l’élève n’existe-t-elle parfois aussi pour les parents ? »

« Certains parents refusent des aides ; la crainte de la stigmatisation n’en est-elle pas l’une des causes ? »

« Quels sont les refus possibles des parents pendant le temps scolaire ? Quelles sont les autorisations écrites obligatoires ? »

« Faut-il informer les parents au sujet des aides à leur enfants et si oui à quel rythme ? Comment les informer ? Comment communiquer avec les familles à propos de la différence entre l’aide personnalisée et l’aide spécialisée ? »

« L’horaire de l’aide personnalisée peut-il être différent d’une classe à l’autre au risque de poser des problèmes d’organisation pour les parents qui ont plusieurs enfants dans l’école ? »

« Des membres de RASED déplorent que les parents n’aient pas été informés des difficultés de l’élève quand ils entrent en scène. »
VI. Le cadre réglementaire, les dispositifs, les formulaires officiels


  • Différencier et aider : au cœur des missions du professeur des écoles et de l’équipe

  • L’aide personnalisée 

  • Les aides spécialisées

  • Les stages de remise à niveau

  • L’accompagnement éducatif

  • Le PPRE

  • Les projets personnalisés : PPRE, PAI, PAS, PPS (les différences)

  • Les professeurs ressources (itinérants)

  • R’école

  • L’accompagnement à la scolarité : à l’école, hors de l’école

  • Le PRE (programme de réussite éducative) du plan de cohésion sociale

  • Le projet d’école

  • Les documents transmis à l’IEN


Les textes réglementaires peuvent être ressentis comme une contrainte. Ils peuvent aussi être un appui, une référence commune, un cadre national pour tous.

Le directeur d’école, en particulier, trouvera dans ce chapitre les informations nécessaires pour informer les débutants, les parents, etc.


  • Différencier et aider : au cœur des missions du professeur des écoles et de l’équipe


Différencier et aider :

- font partie des missions de l’enseignant (référentiel, programmes, loi, circulaires de rentrée) ;

- impliquent l’équipe pédagogique et le directeur.
Les programmes de 2008

Ils affirment dans leur préambule que :

« le véritable moteur de la motivation des élèves réside dans l’estime de soi que donnent l’apprentissage maîtrisé et l’exercice réussi. C’est la raison pour laquelle les élèves en difficulté doivent pouvoir bénéficier d’une aide personnalisée et différenciée dès que les premières difficultés apparaissent et avant qu’elles ne soient durablement installées. »38
Le référentiel de compétences du professeur de 201039

Parmi les 10 grandes compétences du professeur, les compétences « prendre en compte la diversite des eleves », « evaluer les eleves », « travailler en equipe avec les parents et les partenaires de l’ecole » concernent tout particulièrement l’aide aux élèves.

Connaissances du professeur

- Il connaît « les dispositifs éducatifs de la prise en charge de la difficulté scolaire ».

- « Il sait différencier son enseignement en fonction des besoins et des facultés des élèves, afin que chaque élève progresse. »

Attitudes du professeur

- Il « veille à ce que chaque élève porte un regard positif sur lui-même et sur l'autre ».

- Il « pratique l'évaluation dans le cadre d'une relation claire et de confiance et pour cela : il mesure ses appréciations ; il valorise l'exercice et le travail personnel des élèves ; il veille à ce que chaque élève soit conscient de ses progrès, du travail et des efforts qu'il doit produire. »

Capacités du professeur

- Il est capable « d’adapter son enseignement à la diversité des élèves (pédagogie différenciée, aide personnalisée, programme personnalisé de réussite éducative) ».

- Il est capable d’ « analyser les réussites et les erreurs constatées », de « concevoir des activités de remédiation et de consolidation des acquis (exercices d'entraînement, exercices de mémorisation oraux ou écrits, activités d'aide, de soutien et d'approfondissement, etc.) » ; il « veille à ce que chaque élève soit conscient de ses progrès, du travail et des efforts qu'il doit produire. »

- Il inscrit « sa pratique professionnelle dans l'action collective de l'école » ; il contribue « avec les personnels qualifiés, à la mise en œuvre des aides spécialisées » ; avec les parents, il contribue « à l'établissement d'un dialogue constructif dans le but de les informer sur les objectifs de son enseignement ou de son activité, de rendre compte des évaluations dans un langage adapté, d'examiner les résultats, les aptitudes de leurs enfants, les difficultés constatées et les possibilités d'y remédier ».
La circulaire d’orientation pour l’année 2010-2011

La circulaire de préparation de la rentrée de 2010 s’ouvre par ces mots :

« L'École met en œuvre les principes de la devise républicaine : liberté, égalité, fraternité. À cette fin, les politiques éducatives menées en France visent à donner à chaque élève les moyens de la réussite au service d'une société juste. La personnalisation du parcours scolaire de l'élève vient à l'appui de cet objectif d'égalité des chances qui guide la rénovation du système éducatif. »40

Elle rappelle le rôle de l’organisation pédagogique du maître :

« C'est la mise en œuvre systématique des programmes et des progressions dans chaque classe qui garantit l'équité due à tous les élèves dans le service public d'éducation. Leur strict respect, comme celui des rythmes d'acquisition, dans le cadre de programmations de cycle définies par les équipes pédagogiques, favorise la réussite de tous les élèves, dans tous les domaines d'enseignement dont aucun ne saurait être négligé. »

Elle insiste sur la pratique de la pédagogie différenciée :

« La première mesure de personnalisation du parcours scolaire à l'école est la pédagogie différenciée mise en œuvre par le maître au quotidien dans la classe. »

et sur l’éventail des dispositifs :

« Pour mieux y parvenir, il a désormais de nouveaux moyens à sa disposition : l'aide personnalisée et les stages de remise à niveau. Le cas échéant, il a recours à l'aide des enseignants spécialisés des Rased et aux professeurs surnuméraires.

Elle reformule le rôle du PPRE :

« Le Programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) est le cadre de mise en cohérence des actions d'aide. Il s'appuie sur des objectifs précis, des évaluations régulières, une participation active de l'élève et de sa famille. »

Elle souligne les notions d’engagement et de mobilisation liées au parcours de l’élève :

« Cette différenciation implique l'engagement du maître de la classe ainsi que la mobilisation d'une équipe pédagogique animée par le directeur de l'école. Elle doit rendre très exceptionnel le recours au redoublement. »
La loi de 2005

Le PPRE est inclus dans une loi ; la loi du 23 avril 2005 prévoit dans son article 16 la possibilité suivante :

« A tout moment de la scolarité obligatoire, lorsqu’il apparaît qu’un élève risque de ne pas maîtriser les connaissances et les compétences indispensables à la fin d’un cycle, le directeur d’école ou le chef d’établissement propose aux parents ou au responsable légal de l’élève de mettre en place un programme personnalisé de réussite éducative. » 41

L’inscription à un tel niveau réglementaire de ce type de dispositif et des pratiques pédagogiques différenciées qu’elles impliquent a déjà existé, comme en témoigne la demande faite aux maîtres, il y a 35 ans, de mettre en place une pédagogie différenciée grâce à des actions de soutien. Ce terme apparaît dans une loi de 1975 (dite loi Haby), indiquant que :

« dans les écoles et les collèges, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves qui éprouvent des difficultés »42.

Le terme de « soutien » est parfois utilisé hors temps scolaire, alors qu’il est défini officiellement de façon plus restrictive, en distinguant soutien scolaire et accompagnement à la scolarité voir p. 116-117.



  • L’aide personnalisée 


Un ensemble de texte organise les horaires, les objectifs et le rôle de chacun : enseignant, directeur, enseignant spécialisé, inspecteur, parent.
Un décret en mai 2008

Il modifie la durée de la semaine scolaire qui est fixée à 24h d’enseignement scolaire pour tous les élèves et ajoute que :

« Les élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage peuvent bénéficier en outre de deux heures d’aide personnalisée»

Il précise l’organisation institutionnelle (classe/école/circonscription) :

- « L’organisation générale de l’aide personnalisée prévue pour répondre aux besoins des élèves qui rencontrent des difficultés dans leurs apprentissages est arrêtée par l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription sur proposition du conseil des maîtres. »

- « L’ensemble des dispositions retenues est inscrit dans le projet d’école. »

- « Le maître de chaque classe dresse, après avoir recueilli l’accord des parents ou du représentant légal, la liste des élèves qui bénéficieront de l’aide personnalisée organisée pour répondre à leurs besoins spécifiques, dans la limite de deux heures par semaine. »43
Une circulaire en 2008

Elle apporte des précisions44 suite à ce décret à propos de l’aide personnalisée concernant :

- les horaires : « Les élèves rencontrant des difficultés bénéficient, au-delà du temps d’enseignement obligatoire, d’une aide personnalisée de 2 heures maximum par semaine selon des modalités définies par le projet d’école (par exemple, une demi-heure par jour, une heure deux jours par semaine, etc.). »

Des initiatives expérimentales sont possibles : « la mise en œuvre de l’aide personnalisée peut aussi se traduire par l’utilisation à titre expérimental d’horaires décalés. Ceux-ci permettent, dans le cadre du service hebdomadaire dû par les professeurs des écoles, la prise en charge de la difficulté scolaire par une organisation décalée des heures d’entrée et de sortie des classes d’une même école ou de deux écoles proches. Ce décalage autorise l’intervention simultanée de deux enseignants dans la même classe pendant une durée du temps scolaire clairement identifiée par le projet d’école. »
- le rôle du conseil des maîtres :

  • il propose une organisation : « le conseil des maîtres propose à l’inspecteur de l’éducation nationale l’ensemble du dispositif d’aide personnalisée au sein de l’école, comprenant le repérage des difficultés des élèves, l’organisation hebdomadaire des aides personnalisées et les modalités d’évaluation de l’effet de ces aides en termes de progrès des élèves » ;

  • il a connaissance des élèves concernés : la liste des élèves concernés « présentée au conseil des maîtres ou conseil de cycle, peut évoluer au cours de l’année en fonction d’évolutions constatées ou de besoins nouveaux » ;

- le rôle de l’inspecteur : « L’inspecteur de l’éducation nationale arrête ce dispositif pour l’année scolaire » ;

- le projet d’école : « ce dispositif est ensuite inscrit dans le projet d’école selon les procédures en vigueur » ;

- la démarche :

  • les références (programmes, évaluations): « Pour ce travail, les enseignants s’appuient sur les programmes de l’école primaire, références en matière de connaissances et de compétences à acquérir à chaque niveau, sur les évaluations nationales, références précises à des moments clé de la scolarité, ainsi que sur les outils d’évaluation et de contrôle des résultats mis en œuvre dans chaque classe » ;

  • le choix des élèves : « le maître de la classe effectue le repérage des élèves susceptibles de bénéficier de cette aide personnalisée dans le cadre de l’évaluation du travail scolaire des élèves, avec l’aide, le cas échéant, d’autres enseignants » ;

  • la conduite de l’aide : « Le maître de la classe met en œuvre l’aide personnalisée et en assure la coordination lorsqu’il ne la conduit pas entièrement lui-même. Il s’appuie pour cela sur l’ensemble des moyens disponibles.

Le premier de ces moyens est la différenciation pédagogique dans la classe pendant les 24 heures d’enseignement dues à tous les élèves.

En fonction des difficultés rencontrées par les élèves, l’aide personnalisée peut s’intégrer à un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) ou prendre la forme d’un autre type d’intervention, en petit groupe par exemple. Ces actions peuvent se développer en lien avec le dispositif global d’aide aux élèves.

Pour la renforcer, notamment dans l’éducation prioritaire, le maître peut être aidé par des enseignants spécialisés, d’autres enseignants de l’école ou d’une autre école dans le cadre d’échanges de service. »

- les parents :

  • information : il est souhaitable d’« informer les familles le plus tôt possible avant la rentrée scolaire des modalités d’organisation du temps scolaire et des principes de fonctionnement de l’aide personnalisée » ;

  • adhésion et accord : « L’adhésion des parents et de l’enfant est indispensable afin que l’aide personnalisée trouve sa pleine efficacité. Un emploi de temps hebdomadaire est présenté aux parents qui donnent leur accord. »


Un décret et une circulaire en 2008, une note en 2009

Ils fixent les obligations de service des enseignants45 :
Les 60 heures :

- Décret : « Soixante heures consacrées à de l’aide personnalisée ou à des interventions en groupes restreints auprès des élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages et au temps d’organisation proportionné correspondant ».

- Circulaire : « Soixante heures consacrées à de l'aide personnalisée ou à du travail en groupes restreints, notamment en maternelle, auprès des élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages et au temps d'organisation proportionné correspondant.

Dans le cas où ces soixante heures ne peuvent être intégralement mobilisées pour de l'aide personnalisée ou du travail en groupes restreints, elles sont consacrées au renforcement de la formation professionnelle continue des enseignants hors de la présence des élèves.

Le temps d'organisation correspondant à l'aide personnalisée permet d'identifier les élèves en difficultés et de prévoir les modalités de cette aide pour ceux qui en bénéficieront. »

- Note : Les inspecteurs doivent veiller « à ce que les 60 heures que chaque enseignant doit consacrer annuellement à l’aide personnalisée soient utilisées pleinement. Cet horaire comprend, lorsque cela s’avère indispensable, le temps proportionné nécessaire à son organisation en complément des 24 heures déjà consacrées par chaque équipe pédagogique à la concertation. »
Les 24 heures

- Décret : « Vingt-quatre heures consacrées aux travaux en équipes pédagogiques, aux relations avec les parents, à l’élaboration et au suivi des projets personnalisés de scolarisation pour les élèves handicapés ».

- Circulaire : « Vingt-quatre heures consacrées :

- à des travaux en équipes pédagogiques (activités au sein des conseils des maîtres de l'école et des conseils des maîtres de cycle) ;

- aux relations avec les parents ;

- à l'élaboration et au suivi des projets personnalisés de scolarisation des élèves handicapés. »
Le rôle des directeurs d'école est fixée dans cette circulaire :

« Les directeurs d'école contribuent à l'organisation et à la coordination au sein de leur école des soixante heures d'aide personnalisée aux élèves, notamment par l'élaboration du tableau de service. »46
L’organisation pour les enseignants exerçant à temps partiel et sur des postes fractionnés

Elle est fixée par deux circulaires :

- « Le service d'un enseignant exerçant à l'année dans plusieurs écoles doit comporter le même temps d'enseignement devant élève que celui de tout autre enseignant à temps complet ainsi que les cent-huit heures de service complémentaire se déclinant dans les quatre composantes rappelées ci-dessus. L'enseignant effectue ainsi, dans le cadre de son service, le nombre d'heures d'aide personnalisée aux élèves correspondant aux quotités de temps partiel qu'il assure. Par exemple, s'il assure son service en complément de deux enseignants à mi-temps, il effectuera deux fois trente heures d'aide personnalisée aux élèves rencontrant des difficultés. »47

- « Les soixante heures consacrées à l'aide personnalisée sont également proratisées conformément à la quotité considérée. Toutefois, l'enseignant peut, s'il le souhaite et en accord avec l'administration, assurer un volume d'heures d'aide personnalisée plus conséquent. Le reste du service (quarante-huit heures) est organisé sous la responsabilité de l'inspecteur de l'éducation nationale en liaison avec le directeur d'école et l'enseignant concerné. »48
Le rôle des maîtres surnuméraires spécialisés

En éducation prioritaire, ils peuvent intervenir pour apporter cette aide :

« Conformément à leur mission, ils peuvent être présents dans la classe, au moment des activités collectives, afin de pouvoir observer les élèves en difficulté lors de tâches scolaires et leur apporter une aide adaptée. Ils contribuent en tant que de besoin à l’aide personnalisée ».49



  • Les aides spécialisées


Le rôle des aides spécialisées réajusté par rapport à d’autres aides, ciblé sur certains enfants

D’autres dispositifs que l’aide spécialisée existent :

« L’institution de l’aide personnalisée, à la rentrée 2008, offre aux maîtres de nouvelles possibilités pour traiter eux-mêmes, en prolongement de la classe, un certain nombre de difficultés d’apprentissage qu’ils ne pouvaient auparavant prendre en charge efficacement. Les stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires complètent par ailleurs le dispositif. »

Le rôle du RASED se centre sur la prise en charge de la grande difficulté scolaire quand celle-ci s’avère durable :

« Ainsi, est-il apparu nécessaire d’adapter le fonctionnement du dispositif existant des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED), afin de mieux utiliser le potentiel des maîtres spécialisés dont la finalité est la prise en charge de la grande difficulté scolaire quand celle-ci s’avère durable. »

La complémentarité devient essentielle :

« Il s’agit, en effet, de garantir la complémentarité entre l’aide personnalisée et l’aide spécialisée, certains élèves relevant successivement, voire concomitamment, des deux dispositifs. Il est donc impératif que ces derniers s’articulent parfaitement. »50
Le rôle des maîtres surnuméraires spécialisés

Affectés à la rentrée 2009, les maîtres des RASED, titulaires de l’option E ou G du CAPSAIS-CAPA-SH, ont un rôle ainsi conçu en tant que surnuméraires :

Ils « seront affectés, en tant que maîtres surnuméraires, sur un poste spécialisé pour exercer leurs missions dans une ou deux écoles concentrant un nombre élevé d’élèves en difficulté relevant de l’aide personnalisée et/ou de l’aide spécialisée. Ces maîtres spécialisés apporteront leur expertise à l’équipe enseignante de l’école, dans le cadre des cycles. Ils seront le lien privilégié avec les membres du RASED ayant une autre spécialité, notamment dans le cadre du temps consacré à la coordination et à la synthèse. » 51

Ils interviennent dans la classe, pendant l’aide personnalisée, individuellement auprès d’un enfant ou en regroupement d’aide spécialisée :

« Conformément à leur mission, ils peuvent être présents dans la classe, au moment des activités collectives, afin de pouvoir observer les élèves en difficulté lors de tâches scolaires et leur apporter une aide adaptée. Ils contribuent en tant que de besoin à l’aide personnalisée ainsi qu’à la définition des programmes personnalisés de réussite éducative. Ils peuvent également prendre en charge individuellement un élève ou animer au sein de l’école des groupes d’aide spécialisée. »

C’est pourquoi leur appartenance est en quelque sorte double :

« La diversité des modes d’intervention de ces maîtres spécialisés doit être adaptée aux élèves qui en ont besoin. Toujours rattachés au réseau d’aide spécialisé, ils sont également membres à part entière de l’équipe enseignante de l’école ou des écoles dans lesquelles ils exercent leurs missions. »

Leur action est incluse dans le projet d’école :

« Les modalités de mise en œuvre de ces aides spécialisées devront être inscrites explicitement dans le projet d’école. »
Le rôle des enseignants spécialisés et des psychologues scolaires auprès des enseignants

Leur expertise est mise en avant : aide à l’évaluation et à la définition des aides ; ce rôle concerne les élèves préalablement identifiés par l’enseignant, et non tous les élèves d’une classe :

« Les enseignants spécialisés et les psychologues scolaires apportent leur expertise au sein de l'équipe enseignante de l'école. Ils contribuent à l'observation des élèves identifiés par l'enseignant de la classe, à l'analyse de leurs compétences et des difficultés qu'ils rencontrent et à la définition des aides nécessaires ».

Les compétences des enseignants spécialisés du référentiel de compétences de tout enseignant52, mais également d’un référentiel qui leur est propre53, déclinant des compétences spécifiques constituant leur expertise.

L’inspection générale insiste sur le rôle de conseil qu’ils peuvent avoir :

« De manière générale, les enseignants des RASED ne jouent pas encore, auprès de leurs collègues non spécialisés, le rôle de conseil attendu d’eux. »54
Des aides spécialisées, en complément d’autres aides (classe, aide personnalisée, SRAN)

Dans la classe :

« Afin de prévenir l'apparition de difficultés scolaires, tous les enseignants conduisent un travail de prévention systématique, principalement par la pratique d'une différenciation pédagogique et d'une progression rigoureuse des apprentissages, guidé par une évaluation continue des compétences acquises par chaque élève. »

Des difficultés dès la maternelle peuvent mobiliser les autres dispositifs :

« Dès l'école maternelle, certains élèves attirent l'attention des enseignants car leur attitude envers à l'activité scolaire, leur manière de répondre aux consignes, leur mode d'adaptation à la vie collective sont révélatrices de difficultés susceptibles de grever leur avenir scolaire. À l'école élémentaire, certains élèves manifestent des écarts importants par rapport aux attentes des enseignants. Lorsqu'une difficulté survient, le maître de la classe, dans le cadre de l'équipe pédagogique, mobilise immédiatement les dispositifs d'aide correspondant aux besoins des élèves. »

L’aide du RASED apparaît en complément des différents dispositifs:

« L'aide personnalisée, ou les stages de remise à niveau au cours moyen, lorsqu'ils sont mis en place, peuvent se révéler insuffisants ou inadaptés pour certains élèves, soit parce ceux-ci présentent des difficultés marquées exigeant une analyse approfondie et un accompagnement spécifique, soit parce qu'ils manifestent des besoins particuliers en relation avec une déficience sensorielle ou motrice ou des atteintes perturbant leur fonctionnement cognitif et psychique ou leur comportement. Pour aider ces élèves, les enseignants spécialisés des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) viennent renforcer les équipes pédagogiques en apportant des compétences spécifiques permettant de mieux analyser ces situations particulières et de construire des réponses adaptées. »
Le RASED peut intervenir de la petite section au CM2

« Les aides spécialisées peuvent intervenir à tout moment de la scolarité à l'école primaire. Elles permettent de remédier à des difficultés résistant aux aides apportées par le maître. »
La complémentarité aide personnalisée/aide spécialisée

« Quand un élève relève successivement, voire concomitamment, de l'aide personnalisée et de l'aide spécialisée, il convient de garantir la complémentarité entre les deux modes d'action. »
L’outil de la coordination

« Lorsque la difficulté scolaire est importante, les aides sont coordonnées et évaluées dans le cadre du P.P.R.E. » 
Les parents

- Les enseignants spécialisés « contribuent à une relation positive avec les parents pour faciliter la réussite scolaire. »

- « Les parents sont systématiquement mobilisés autour du projet d'aide de leur enfant. »
Deux types d’aides

Selon les besoins des élèves, l'aide proposée peut être « à dominante pédagogique » ou « à dominante rééducative ». 

L’aide du maître E : « L'aide spécialisée à dominante pédagogique est adaptée aux situations dans lesquelles les élèves manifestent des difficultés avérées à comprendre et à apprendre, mais peuvent tirer profit de cette aide. Elle vise à la prise de conscience et à la maîtrise des attitudes et des méthodes de travail qui conduisent à la réussite, à la progression dans les savoirs et les compétences, en référence aux programmes de l'école primaire. Cette aide est dispensée par des enseignants spécialisés titulaires du C.A.P.A.-S.H. option E. »

L’aide du maître G : « L'aide spécialisée à dominante rééducative est en particulier indiquée quand il faut faire évoluer les rapports de l'enfant aux exigences de l'école, instaurer ou restaurer son investissement dans les tâches scolaires. Elle a pour objectif d'engager les élèves ou de les réintégrer dans un processus d'apprentissage dynamique. Cette aide est dispensée par des enseignants spécialisés titulaires du C.A.P.A.-S.H. option G. »
Deux types d’aides non cloisonnées

« Ces deux formes d'aides, quoique distinctes, ne sont pas cloisonnées. Le maître chargé de l'aide à dominante pédagogique doit prendre en considération le découragement induit par des difficultés persistantes, voire des moments de désaffection ou de rejet de l'école. Le maître chargé de l'aide à dominante rééducative doit prendre en compte les demandes scolaires des enfants et de leur famille, en référence aux programmes de l'école primaire. »
Les élèves porteurs de handicap

Les enseignants spécialisés « aident au repérage des élèves en situation de handicap et à la réalisation des projets personnalisés de scolarisation. »
Le rôle du psychologue scolaire

« Le psychologue scolaire réalise, en concertation avec les parents, les investigations psychologiques comprenant éventuellement les examens cliniques et psychométriques nécessaires à l'analyse des difficultés de l'enfant et au choix des formes d'aides adaptées. Il peut organiser des entretiens avec les enfants en vue de favoriser l'émergence du désir d'apprendre, de s'investir dans la scolarité, de dépasser une souffrance psycho-affective ou un sentiment de dévalorisation de soi. Il peut aussi proposer des entretiens aux maîtres et aux parents pour faciliter la recherche des conduites et des comportements éducatifs adaptés aux problèmes constatés. »
Les modalités d’intervention auprès des élèves

« Les enseignants spécialisés peuvent intervenir directement dans la classe, regrouper des élèves pour des durées adaptées à leurs besoins, ou leur apporter une aide individuelle. Dans cette hypothèse, les maîtres veillent à ce que les élèves concernés ne soient pas privés des enseignements qui leur sont nécessaires. Ils veillent également à ce que la fréquence et la durée des regroupements soit suffisante pour être efficace. »
Un document écrit, le PAS

« Dans tous les cas, le projet d'aide spécialisée donne lieu à un document écrit qui permet de faire apparaître la cohérence entre cette aide spécifique et l'aide apportée par le maître de la classe. Le document précise les objectifs visés, la démarche envisagée, une estimation de la durée de l'action et les modalités d'évaluation de sa mise en œuvre. »
Un seul RASED dans la circonscription, des antennes

Un seul RASED : Les enseignants spécialisés, avec les psychologues scolaires, « constituent, pour la circonscription, un réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté exerçant sous l'autorité et la responsabilité de l'inspecteur de l'Éducation nationale ; ce réseau peut, le cas échéant, fonctionner en antenne, notamment dans les secteurs ruraux. Il est composé de trois types de personnes-ressources -maîtres E, maîtres G et psychologues scolaires - qui interviennent selon les priorités définies à l'issue d'une analyse de besoins conduite avec les personnels spécialisés, les équipes d'écoles et l'équipe de circonscription. »

Des secteurs d’intervention constituant des antennes : « Les maîtres spécialisés sont tantôt amenés à intervenir dans plusieurs écoles d'une circonscription, tantôt dans une ou deux écoles lorsqu'elles comportent un nombre élevé d'élèves en grande difficulté. »

Des secteurs évitant la dispersion : « Le secteur d'intervention des personnels est déterminé de telle façon qu'il garantisse une véritable efficacité pédagogique, en évitant une dispersion préjudiciable.»
L’emploi du temps du RASED et les obligations réglementaires

- « Les obligations réglementaires de service des psychologues scolaires définies par la circulaire n° 74-148 du 19 avril 197455 doivent permettre la souplesse nécessaire à l'exercice de leurs missions. Elles incluent leur participation aux instances réglementaires et aux formations auxquelles ils sont convoqués. »

Ils exercent 24h à l’école.

- « Les obligations réglementaires des enseignants spécialisés sont régies, comme pour les autres enseignants du premier degré, par le décret n° 2008-775 du 30 juillet 200856 (…) : le temps consacré par les maîtres spécialisés à la concertation, aux travaux en équipes pédagogiques, aux relations avec les parents ou à la participation aux conseils d'école est égal à 108 heures annuelles soit une moyenne de 3 heures hebdomadaires. » Ils exercent 24h devant élève et 108h hors présence des élèves.

- « Dans ce cadre, l'inspecteur de l'Éducation nationale chargé de la circonscription veillera à ce qu'un temps de concertation propre au réseau (…) permette une réflexion sur son fonctionnement, sur l'évaluation de ses effets et, le cas échéant, sur la situation particulière de certains élèves. »

- « Les enseignants spécialisés peuvent participer aux animations et formations pédagogiques de la circonscription (…) ainsi que, le cas échéant, les psychologues scolaires. »
Le rôle du conseil des maîtres concernant les aides spécialisées

« Les enseignants spécialisés apportent une aide directe aux élèves en difficulté, selon des modalités variées, définies en concertation avec le conseil des maîtres, sous l'autorité de l'I.E.N., et s'inscrivant dans le projet d'école. »
Le conseil d’école et les aides spécialisées

« Le conseil d'école est informé des modalités retenues ». 
L’équipe éducative

Le RASED fait partie de l’équipe éducative réunie autour d’un enfant qui le concerne :

« Quand cela s'avère nécessaire, il est fait appel à l'équipe éducative ».
Les aides extérieures

« Quand des investigations approfondies semblent nécessaires ou lorsque la situation requiert une prise en charge qui ne peut être assurée au sein de l'école, les enseignants spécialisés et le psychologue scolaire contribuent, avec l'accord des parents, à la recherche de réponses adaptées en dehors de l'école. »
Le rôle de l’inspecteur chargé de circonscription (autorité, pilotage, responsabilité, évaluation)

- Les aides « se mettent en place sous la responsabilité de l'inspecteur de l'Éducation nationale chargé de la circonscription, depuis l'aide personnalisée jusqu'aux aides spécialisées. »

- Le réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté exerce « sous l'autorité et la responsabilité de l'inspecteur de l'Éducation nationale ».

- « Les enseignants spécialisés apportent une aide directe aux élèves en difficulté, selon des modalités variées, définies en concertation avec le conseil des maîtres, sous l'autorité de l'I.E.N., et s'inscrivant dans le projet d'école. »

- Les enseignants spécialisés « interviennent selon les priorités définies à l'issue d'une analyse de besoins conduite avec les personnels spécialisés, les équipes d'écoles et l'équipe de circonscription. »

- « Les inspecteurs de l’éducation nationale veilleront, dans le cadre du pilotage du RASED, à ce que les missions confiées à ces maîtres spécialisés s’inscrivent dans une durée compatible avec les besoins constatés afin de garantir leur pleine efficacité conformément aux présentes orientations. »

- « L'inspecteur de la circonscription évalue l'action du réseau après avoir procédé, avec ses membres, à l'examen critique de son fonctionnement et de ses résultats. Il mène les inspections individuelles nécessaires à l'évaluation de ces différents personnels. Il fait appel, quand c'est nécessaire, à l'I.E.N.-A.S.H. »
La nécessaire évolution du fonctionnement des RASED dans le domaine de la collaboration entre enseignants

Un rapport de l’inspection générale fait en 2009 les constats et les préconisations suivantes57 :

- « L’instauration de l’aide personnalisée et la démarche de recentrage des RASED sur les classes et les écoles les plus en difficultés ont donc amplifié des questions que se posaient les enseignants et les inspecteurs sur les finalités, les compétences et l’organisation des RASED. »

- « Dans les cas où les élèves participent simultanément à l’aide personnalisée et à l’aide spécialisée, la situation n’est pas plus claire ».

- « Il n’y a pas de coordination pédagogique entre l’activité en aide personnalisée et l’activité en rééducation. » 

- « Les RASED n’ont guère modifié leur fonctionnement traditionnel au cours de l’année scolaire. La pratique la plus courante, s’agissant des maîtres E et G, consiste toujours à ''prélever'' un ou plusieurs élèves de la classe pour une rééducation ou un enseignement individualisé. De manière générale, les enseignants des RASED ne jouent pas encore, auprès de leurs collègues non spécialisés, le rôle de conseil attendu d’eux. »

- « Peut-on continuer à parler de "projet d’aide individualisée", de "projet d’aide spécialisée" et de PPRE comme si ces éléments étaient indépendants ou alternatifs, comme s’ils étaient pensés plus en fonction des dispositifs que des élèves ? »

- « Il faut désormais lier le projet à l’élève : il ne devrait donc plus y avoir qu’un seul projet d’aide pour un élève, ce projet permettant l’articulation et la coordination des diverses prises en charge.

Les PPRE doivent devenir la référence d’un unique programme individualisé de réussite, intégrant les aides données dans la classe, les temps d’aide personnalisée, les interventions des enseignants spécialisés et aussi, le cas échéant, les stages pendant les vacances et certaines interventions offertes dans le cadre de l’accompagnement éducatif. »



  • Les stages de remise à niveau


La réforme de l'école primaire a modifié l'organisation du temps scolaire et introduit deux dispositifs d'aide aux élèves assurées par les enseignants :

- l'aide personnalisée à l’école maternelle et élémentaire ;

- les stages de remise à niveau en CM1 et CM2.
Le ministre a annoncé en février 2008 la mise en place de stages de remise à niveau pendant les vacances, pour les élèves de CM1 et de CM2 présentant des difficultés en français ou mathématiques58.
Les stages ont été ensuite mis en place aux périodes suivantes :

- une semaine lors des vacances de printemps ;

- pendant la première semaine de juillet ;

- pendant la dernière semaine des vacances d’été.

La capacité des stages est déterminée sur la base de groupes (un stage/un groupe).

Les stages se déroulent en petits groupes (six élèves environ), sur trois heures quotidiennes pendant cinq jours, en français et en mathématiques. 

Ils sont encadrés par des enseignants volontaires, qui sont rémunérés en heures supplémentaires.
A Paris, un document de communication entre l’enseignant de l’élève et l’enseignant encadrant le stage permet à ce dernier de cibler son intervention et son aide et à l’enseignant de l’élève d’avoir un retour sur le stage :



Fiche navette – compétences


NOM et Prénom de l’élève :

Ecole de l’élève :
Classe de l’élève :
Ecole du stage : 

Enseignant de l’élève :
Adresse électronique de l’enseignant de l’élève :
Nom de l’enseignant du stage :
Adresse électronique de l’enseignant du stage :

Fiche compléter (en y associant les précisions jugées nécessaires, au verso par exemple) :

- par le maître de la classe d’origine (avant le stage) qui indique à partir du tableau de progression du cycle 3 joint, en les hiérarchisant, jusqu’à 3 compétences à travailler prioritairement ;

- par le maître assurant le stage de remise à niveau (à l’issue du stage) qui en rendra compte aux parents par les moyens appropriés et la transmettra au maître de la classe d’origine.

La copie de cette fiche est à renvoyer au secrétariat de l’inspection avant et après le stage.

L’original est à transmettre entre enseignants (classe d’origine/stage).

FRANCAIS : compétences à travailler prioritairement







CM1

CM2

A la fin du stage

1





Traitéee 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 

2





Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 

3





Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 

MATHEMATIQUES : compétences à travailler prioritairement

1





Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 

2





Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 

3





Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 








Traitée 

Non traitée 



Traitée 

Non traitée 


Acquis 

Quelques progrès 

Pas de progrès notables 




  • L’accompagnement éducatif


En octobre 2006 lors de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait plaidé sur TF1 pour une généralisation des études à l’école :

« pour que l’ensemble des familles de France puissent venir chercher leurs enfants une fois les devoirs faits, à 18 heures», évoquant alors les « orphelins de 16 heures ».

Annoncé en juillet 2007, la mise en œuvre a pris le nom d’« accompagnement éducatif » :

« L’organisation de cet accompagnement éducatif répond à une forte demande sociale de prise en charge des élèves après les cours. Il s’agit d’assurer en toute équité à chaque élève, quel que soit son milieu familial, l’encadrement de son travail personnel, l’épanouissement par la pratique du sport et l’ouverture au monde de l’art et de la culture, conditions nécessaires au bon déroulement de sa scolarité. Ce dispositif contribuera ainsi à l’égalité des chances entre tous les élèves. »59

Le dispositif est mis en place à partir de la rentrée 2007 dans les collèges de l'éducation prioritaire puis généralisé aux écoles élémentaires de l'éducation prioritaire dans le cadre de la dynamique « Espoir banlieues »60 à partir de la rentrée 200861.
L'accompagnement éducatif est une offre éducative complémentaire aux enseignements.

D'une durée indicative de deux heures par jour, il est organisé tout au long de l'année, de préférence en fin de journée après la classe, quatre jours par semaine. Pratiquement, dans les écoles parisiennes, il trouve sa place dans certaines écoles de l’éducation prioritaire en général à la même heure que les études surveillées, les « ateliers bleus », l’aide personnalisée quand elle a lieu après la classe, les Clubs Coup de pouce, les ateliers ALEM lorsqu’ils existent dans l’école voir p.100

Trois domaines sont privilégiés :

- l'aide au travail scolaire : elle permet aux élèves d’apprendre leurs leçons ou d’approfondir le travail de la classe ;

- la pratique sportive ;

- la pratique artistique et culturelle.

Les langues étrangères peuvent être proposées. L’accompagnement éducatif favorise également l’accès des élèves aux TICE, permettant l’utilisation des outils numériques.
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   21

similaire:

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconI. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconThèmes émergeant des résultats d’apprentissage spécifiques et des...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconMasse, volume et concentration : des grandeurs physiques liées aux...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconQue demander comme examens complémentaires pour confirmer un syndrome inflammatoire ?
«standardisation interne» = le «gbea» : Guide des Bonne Exécution des Analyses. IL impose notamment les critères: de réception et...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLe scénario pédagogique
«Matière à réflexion» sur la page 118 du manuel de cours, concernant l’hérédité. Après 5 minutes, demander aux groupes de partager...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconRéunion questions juridiques
«Nous ne voulons pas voir que les enfants peuvent avoir des problèmes psychiatriques» 34

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconLeçon 1 physique 2
«j’aime comprendre le monde où je vis») pouvoir ultérieurement oser poser des questions sur tout phénomène physique avec des repères...

I. Des problèmes, des questions légitimes, notamment concernant l’aide personnalisée ? Des réponses, des solutions, des pistes iconEssai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique
«Le Cerveau et la Pensée» (1980), in G. Canguilhem, philosophe, historien des sciences, 1992, p. 11 à 33 isbn 2226062017








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com