«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons








télécharger 54.39 Kb.
titre«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons
date de publication19.05.2017
taille54.39 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > histoire > Documentos
REMISE DES INSIGNES DE CHEVALIER DE L’ORDRE NATIONAL DU MERITE
A JEAN –RENE EJARQUE

Salle des mariages, Mairie de Nissan

22 février 2014
Monsieur le Maire, et cher Pierre, cher Pierre Cros,

Monsieur le Maire de Lespignan Claude Clariana et cher Claude,

Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames et messieurs les présidents,

Chers amis,

Monsieur et cher Jeanot,
Jaurès et Guesde
Vous avez grandi à Nissan, puis à Colombiers. Voici, je crois, une belle description de votre région natale :
« La vigne y déploie jusqu’à l’horizon ses vertes rangées rectilignes et parallèles ; et çà et là, en quelques nœuds du paysage, des arbres puissants, groupés en une sorte d’architecture, enveloppent ou protègent des édifices spacieux ; les demeures des petits vignerons sont rassemblées en village. »
Ces mots sont ceux de Jean Jaurès, décrivant sa journée du 1er mai 1905 : ce jour-là, il était venu saluer les membres fondateurs des « Vignerons libres », l’une des toutes premières coopératives viticoles apparues sur le territoire français.

Celle-ci existe toujours aujourd’hui : elle s’appelle les « Vignerons du Pays d’Ensérune », et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons.
Quand, un matin de septembre, tu ouvres, au Plô, pour la première fois tes yeux dans la maison natale qui jouxte le Porche de l’Horloge, le premier bruit qui vient à tes oreilles est le pic et le repic qui égrène l’heure. La première odeur qui arrive à tes narines est celle de la vendange, que Marius Caïl, venu te visiter, transporte dans ses vêtement. C’est ton grand-père.
Marius est vigneron. Au tournant des années 30, ouvrier agricole, il cultive la journée la terre des autres ; le soir jusqu’à la nuit et le dimanche la sienne : deux vignottes, à peine un demi- hectare, accrochées aux tènements pierreux des Moulières, et dont la vente du vin devrait améliorer l’ordinaire de la famille. A tour, tu cultiveras comme Marius, après ta journée, la terre familiale des Ourmens.
Au tournant des années 30, Marius Caïl, figure parmi les fondateurs de la Cave de Nissan. Il a mis ses pas dans ceux d’un limonadier de Maraussan, Elie Cathala, véritable artisan dans l’Hérault des premières caves de vinification en 19011 et dont les premiers pas dans la coopération avaient été guidés par Jaurès.
Marius Caïl est engagé dans la vie publique. Conseiller municipal, adjoint au maire, Marius, comme tous les maires et tous les conseillers municipaux qui vont se succéder jusqu’à aujourd’hui et pendant près de 110 ans à Nissan, va délibérer sous l’œil des deux géants de la pensée politique qui se font face depuis 1905, dans cette salle chargée de notre histoire : Jean Jaurès et Jules Guesde.
Avec toutefois une parenthèse.
En 1943, Nissan est occupé par les Allemands. Je ne résiste pas à l’anecdote.
Il faut sauver Jaurès et Guesde ! Le buste de Jules Guesde trouvera naturellement refuge auprès de Roger Vieux, un militant communiste connu et respecté dans le village. Celui de Jaurès sera recueilli par Marius Caïl dans sa maison à l’autre bout du Plô. Et c’est avec Jaurès que dans sa prime enfance, le jeune Jeanot partagera sa chambre, quand il sera un temps logé chez ses grand-parents.
En 1977, succédant à votre père et à ce grand-père adoré, vous serez, seul rescapé d’une municipalité qui n’avait pas compris tout le sens et toute la portée du Congrès d’Epinay de François Mitterrand, vous serez élu conseiller municipal. Fidèle à vos convictions, instituteur dans la tradition Républicaine, réélu en 1983, vous deviendrez, à 57 ans, donc dans la « fleur de l’âge », Maire de Nissan-lez-Ensérune.
Instituteur
Instituteur, vous devez votre carrière à Monsieur Laurès, votre maître au Cours moyen 2e année de Colombiers. Il fera de vous ce « paysan des Moulières et des Ourmens cultivé », (Jaurès disait de lui : « je suis un paysan cultivé »), en vous poussant du concours d’entrée en 6e, au Lycée Henri IV de Béziers, puis à la Fac de Droit de Montpellier que vous quitterez ; vous n’y êtes pas à l’aise, vous vouliez, ambition inaccessible d’un simple nissannais, devenir scientifique ou médecin.
Alors, sursis résilié, vous vous retrouvez, Service militaire oblige, à 21 ans, en Algérie à Bougie. Sont-ce ces galons de Sergent qui ont, - prestige de l’uniforme -, séduit Lili ?  Il n’empêche ! A la première permission, vous « fricotez un peu avec elle », et décidez une fois libéré, de l’épouser.

On fixe les noces à septembre 1955 ; en attendant, vous allez vendanger.
Là encore, je ne résiste pas a l’anecdote
Je suis au bord de la vigne. Sur les terres familiales de La Renardière où bat la vendange, Jeanot Ejarque est à mes yeux de toute petite fille un bien beau jeune homme ; son épopée en Algérie – il raconte à la vigne et je lis les grosses lettres des journaux, on en reçoit beaucoup à la maison – ajoute au romanesque. J’observe. Deux gendarmes arrivent. Branle bas de combat dans la vigne ! Il l’avait compris, c’est lui que l’on vient chercher, le contingent est rappelé en Algérie ! Nissan bruisse de la nouvelle, au café on dit que les évènements se crispent en Algérie ; on annule le maire et le curé ; le mariage est retardé !

Il aura lieu trois mois après. Ouf ! Lili, je te présente mes respects.
Vous postulez comme instituteur suppléant. Ce n’est ni Bougie, ni Constantine en Algérie, mais, le département de la Somme, pour tout dire, HARDECOURT AU BOIS puis AULT –ONIVAL, une station balnéaire de la mer du Nord, où « en juin, il faut un pull over au bord de la mer ». Lili vous a rejoint à l’autre bout de la France, mais elle a froid. Et puis Nissan devait bien vous manquer !
Est –ce parce que son buste a bercé vos nuits d’enfant que Jaurès vous inspire ?
La légende dit qu’en voisin, de la Somme, vous montez à ARRAS, vous voyez son maire, c’est Guy Mollet, il est aussi Président du Conseil des ministres, c’est lui qui vous a renvoyé avec le contingent en Algérie, mais c’est aussi un enseignant comme vous, il a milité comme vous au Syndicat National des Instituteurs, vous partagez des valeurs, des principes, des convictions, le sens d’une certaine éthique … si bien qu’à la rentrée suivante, vous obtenez votre mutation dans l’Hérault.

La légende dit encore que lorsque vous le rencontrez, pour parler de votre poste, l’Inspecteur d’académie de Montpellier, vous propose… Lespignan ….au plus près de Nissan. Il faut dire qu’instituteur de classe unique dans la Somme, vous avez obtenu des résultats : 100% de réussite au Certificat d’Etude. Pour sûr, le Président du Conseil a dû y être sensible, surtout que vous oubliez de lui dire que cette année là vous n’aviez présenté qu’un seul candidat unique.
Si Jeanot n’avait qu’une seule qualité, ce serait le sens du compromis !
Alors vous allez entamer un long périple dans l’Hérault, qui vous conduira de Castanet –le-Haut, - « a la montagne … sans voiture, on y montait avec Lili avec l’autobus de Barascut»- , à Valras, Montady, Roujan, Capestang, puis Nissan où vous terminerez comme Directeur d’Ecole.



Mais entre temps vous serez passé par l’Ecole Normale d’Instituteur de Montpellier.
La préparation du CAP d’instituteur titulaire et un séjour de Lili à la capitale régionale vous vaudront une jolie petite fille, Maryelle, que je salue. Infirmière anesthésiste en Avignon, Maryelle compensera en partie vos regrets de n’avoir pas suivi médecine. Ses enfants, Elise (comme sa grand –mère), bientôt ingénieurE en bio-chimie et bio-technique, et Clément, étudiant à la Faculté de science de Montpellier (pour être au plus près de Nissan), atténueront définitivement vos regrets de n’avoir pas été vous-même un scientifique.
Vous obtiendrez en 1992  pour cette belle carrière d’enseignant, les Palmes académiques.
Le goût des autres
Parti parmi les premiers en Algérie, vous en ramènerez trois médailles : la Médaille commémorative Algérie Agraphe ; la Médaille de reconnaissance de la Nation, et la Croix du Combattant.

Mais vous ramènerez aussi de ces 21 mois passés de l’autre côté de la Méditerranée, non seulement le goût des autres, mais aussi, ce ciment d’appartenance identitaire à un moment fort de l’histoire de la Nation. Et ce ciment va sceller le reste de votre vie.
Vous avez en tête d’organiser les Anciens d’Algérie pour agir en faveur de la paix, pour garder vivace la mémoire des anciens combattants. Vous serez à Nissan/Colombiers, fondateur de l’Association locale d’Anciens combattants en Afrique du Nord (FNACA), dont je salue le Président départemental, M. Michel Martel, Chevalier de l’Ordre national du Mérite a qui je présente mes respects, ainsi qu’à M. Michel Combeau, Membre du Comité national. Je souligne la présence de Mme Maryse Allemand, épouse de André Allemand, Membre du Comité national in mémoriam.
Mais je ne peux poursuivre sans penser à mes propres amis.
Christian Pistre, dit Pistrou . Je m’incline avec émotion sur sa mémoire. Son souvenir est toujours vivant dans nos cœurs et nos pensées, et ceux de son épouse, Marie-Claude à qui j’exprime toute mon affection.
Je n’oublie ni Alain Marquès qui a fait avec Pistrou une partie de mon éducation à propos de la Guerre d’Algérie ; les deux écrivaient régulièrement à mon grand-père, Edmond Delon, et je lisais leurs lettres dès qu’il avait le dos tourné. Ni bien entendu Claude Vayssière, René Galinier, Gérard Espinosa, Zinou alias Henri Gouzy qui revint estropié, et aussi, Gérard Germa et Robert Mario. S’ils n’étaient pas de Nissan ils le sont devenus. Je salue Christiane Bordes et Claude Brenac dont le nom imprègne encore les murs de cette mairie, leurs deux épouses qui leur ont respectivement conféré la « nationalité » nissannaise.
Ton talent, Jeanot, sera de faire vivre ce réseau pour faire vivre le village.
L’amitié indéfectible construite sur le souvenir (et les épreuves, certainement mais vous n’en parlez pas), de l’Algérie se déclinera, je dirais, au Four et au Moulin et à la Chapelle, au sein des « Amis de Nissan », j’ai déjà cité le Président Claude Vayssière ; vous avez des âmes de bâtisseurs !

Ensemble, quand vous lâcherez le pic, la pelle et la truelle, vous vous appuierez sur le talent des femmes, je pense notamment à Claude Brenac Mario, Monique Espeluque et Colette Balay, et participerez à la rédaction de trois tomes d’un ouvrage consacré à l’Histoire de la commune. Vous rencontrerez un franc succès.
On vous retrouve aussi au Conseil des Sages présidé par M. le Maire si tant est que la sagesse soit venue ! Dans bien d’autres fonctions aussi : Délégué cantonal du Syndicat des Instituteurs, Président fondateur des Parents d’Elèves FCPE, Délégué départemental de l’Education nationale, Administrateur de l’Observatoire régional de la parité, Trésorier des Chœurs d’Ensérune… tant votre spécialité semble être celle de Trésorier.

Trésorier départemental de FNACA, vous me devez M. le Président Michel Martel, la comptabilité départementale sur EXCEL que Jean Ejarque vous remet désormais chaque année. A ses 70 ans je lui ai demandé, nécessité faisant force de loi, d’apprendre l’informatique… et il l’a fait !
Vous l’aurez compris, Jeanot est un véritable ami. C'est-à-dire de la trempe de ceux pour qui la fidélité, la solidarité, l’entraide, la loyauté, le sens et le service de l’intérêt général sont des maîtres mots… En 40 ans, il ne m’a jamais manqué !
Jaurès
L’année 2014 qui marque le centenaire de sa mort le 31 juillet 1914 est l’Année Jaurès.
Je terminerai donc, - après avoir salué la présence parmi nous de Hussein Bourgi, Premier secrétaire de la Fédération socialiste qui témoigne de la continuité à Nissan d’une, formation politique qui nous est chère - , comme j’ai commencé sur Jaurès : discours du Pré Saint Gervais sur la Jeunesse, le 25 mai 1913.
« Ils n’ont pas lutté pour se ménager de vrais honneurs, pour les quelques joies du pouvoir, ils ont combattu pour préparer un avenir de justice. Leur foi, leur ardeur doivent être un exemple ; car c’est cette foi, cette ardeur  qui fait notre force et qui fera la force des générations futures. Et c’est avec confiance que nous reprendrons la bataille demain ».
De fait, Monsieur Ejarque, ces propos semblent fait pour vous.
Chevalier dans l’Ordre national du Mérite
A l’initiative du Président de la République, François Hollande, vous avez été distinguée dans l’Ordre national du Mérite2. Avec la Légion d’Honneur, l’Ordre national du Mérite forment les deux plus hautes décorations françaises.
Ce très grand honneur que vous avez reçu, témoigne d’une reconnaissance publique de vos mérites par les plus hautes autorités de l’Etat. Et j’ajouterai, de la reconnaissance de vos valeurs humaines et morales.
Vos insignes que j’ai pour tâche ce matin de vous remettre soulignent 55 ans de votre engagement au service de la France.
Aujourd’hui, Jean- René Ejarque, la Nation vous remercie !
Geneviève Tapié

Officier de la Légion d’Honneur

Officier de l’Ordre national du Mérite
Nissan-lez-Ensérune

22 février 2014





1 . Ses premiers pas dans la coopération avaient été guidés par Jaurès, - les deux hommes s’étaient rencontrés lors d’une campagne électorale à Pézenas en 1897- . A Maraussan, Cathala concevait, en véritable militant du guesdisme, la coopération comme un instrument au service du prolétariat viticole…

2 Décret du 15 novembre 2013 portant promotion et nomination (Grande Chancellerie). M. Ejarque (Jean-René, Gaston), ancien directeur d’école, trésorier départemental d’une association d’anciens combattants ; 55 ans de services.




similaire:

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconLe cahier que tu tiens dans tes mains sera ton cahier de route pour...
«Données» apparaît avec une flèche dérouleuse. Choisis «Générales» et tu pourras observer les principales caractéristiques de cette...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconRhumatologie cca + Hémochromatose
«n’a jamais été gros et n’a jamais eu de cholestérol». IL mentionne aussi que son père est décédé d’un cancer du foie «alors qu’il...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconRéingénérie Diplôme as-ap
«valorisant». De même le constat a été fait que les établissements recrutaient de nombreux contractuels

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconRecherche du bonheur et retour à l’identité [ Th ] Le bonheur est...
«repli sur soi», une fuite du monde; mais elle implique un retour à soi qui permet de parcourir le monde selon un chemin qui soit...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconL’écriture avait depuis longtemps conquis d’autres domaines que celui...
«connais-toi toi-même», si bien repris dans la pensée socratique, introduisit sur la place publique le débat principal de la réflexion...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconPremière partie chapitre I
«Maisons de la Victoire», pas assez rapidement cependant pour empêcher que s’engouffre en même temps que lui un tourbillon de poussière...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconTraites des peuples sur la durabilite
«pays en développement» et souvent accueillie par les élites économique et sociales de ces pays, n'a fait qu'exacerber les effets...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconConversations à propos d’une émission de télévision
Hey Christine, j’ai pensé à toi hier. J’ai regardé un reportage sur les chats hier, toi qui aimes tellement les animaux !

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de Papeete n°53/2017
«Par le Seigneur vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort !»… Mais Nathan, aujourd’hui pourrait nous redire la même chose :...

«Vignerons du Pays d’Ensérune», et tu en fait partie, toi, Jeanot, le vigneron que tu as été à tes heures, lui même issu d’une lignée de vignerons iconEn Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com