Atelier d’Histoire mmx








télécharger 1.24 Mb.
titreAtelier d’Histoire mmx
page7/16
date de publication18.05.2017
taille1.24 Mb.
typeAtelier
b.21-bal.com > histoire > Atelier
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   16
1371
L’Aquitaine est annexée à la couronne de France par Charles V, qui nomme du Guesclin « connétable de France » (il aurait appris la nouvelle à Brantôme même, alors qu’il venait d’en chasser les Anglais).
Cf. Claire Delbos, Vu de mon clocher : Brantôme, interview de Paul Dubuisson, in Le Journal du Périgord, n° 3, décembre 1989.

Paul Dubuisson, Brantôme, éd. O.R.I.E.N.T., Toulouse, 2oo6.
1371-14o4
Abbatiat de Pierre III Foucault, sous lequel le monastère et la ville eurent à plusieurs reprises à souffrir des guerres anglaises.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Or. François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.
1376
Du Guesclin, à la tête d’un convoi de « trente charrettes traînées par cent paires de bœufs », parti de la place Saint-Martin de Périgueux, vient délivrer Brantôme où sont assiégés entre autres les comtes de Cambridge et de Pembrock ; les Anglais se rendent contre rançon et engagement d’entretenir sept forteresses anglaises (?).
Cf. Paul Dubuisson, Brantôme, éd. O.R.i.E.N.T., Toulouse, 2oo6. (Peut-être y a-t-il confusion avec l’épisode de 1382…)

1382.
138o
Mention de «  Brantholmensis contentas ».
Cf. Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne, comprenant les noms de lieux anciens etc…, Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Dordogne, Périgueux, Imprimerie nationale, 1873.

Or. Procès verbal de P. des Mortiers.
1382
Prise de Brantôme par le seigneur de Mussidan.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898

« Plusieurs fois, les guerres anglaises désolèrent le couvent de Brantôme. Fomentées, favorisées par Archambaud, comte de Périgord, soutenues par de puissants seigneurs, elles devinrent redoutables, surtout vers la fin du XIVème siècle, pour les villes et les monastères qu’une constante fidélité signalait à leur fureur.

Le seigneur de Mussidan, de la noble famille de Grammont, attaché au parti anglais, voulait son triomphe. Courageux, intrépide, il était partout où le danger l’appelait, et il secondait puissamment les entreprises d’Archambaud. 

Maître de la ville de Brantôme, dont il s’était emparé en 1382, il dévasta le couvent et détruisit une partie de l’église.

C’était un ennemi redoutable dont il fallait se débarrasser au plus vite. On sollicita une négociation, on l’obtint ; mais la ville, pour recouvrer sa liberté, prit l’engagement d’entretenir sept forteresses anglaises, et les religieux payèrent une rançon.

Affranchi du joug du vainqueur, on s’empressa d’en effacer la douloureuse trace. Brantôme releva ses murailles, et le monastère restaura son église.

La voûte des deux premières travées fut reconstruite suivant le style de l’époque, et un acte authentique nous fait juger qu’elle était achevée en 1391, neuf ans après sa destruction…»

Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.

Or. Testament de Raymonde de Chambon, du 16 juillet 1391.
Vers 139o
Rétablissement de l’abbatiale.
Cf. E. Vauthier, Explication de la gravure [du clocher de l’abbatiale, par Léo Drouyn], in Annales archéologiques de Didron, 1854, p. 24.

E. Vauthier, Le Chroniqueur du Périgord, t. II, 1854, p. 24, cc. une gravure de Léo Drouyn qui « représente le clocher et l’église de Brantôme avant la grande restauration commencée en 1849 ».
Milieu du XIVème siècle
Grande Peste et Guerre de Cent Ans… passent par Brantôme.
Cf. Claire Delbos, Vu de mon clocher : Brantôme, interview de Paul Dubuisson, in Le Journal du Périgord, n° 3, décembre 1989.
1391
La restauration de l’abbatiale doit être achevée. L’élise a alors quatre autels, dédiés à Notre-Dame (l’autel principal), à saint Sicaire, à saint Michel et à sainte Catherine.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.

Jean Secret, Brantôme en Périgord, Les éditions du Périgord Noir, Montignac, 1962.

Or. Testament de Raymonde de Chambon, du 16 juillet 1391.
Fin du XIVème siècle
Datation de la fontaine Saint-Sicaire, dans la cour de l’abbaye.

« La plus étonnante [des fontaines murmurantes de l’abbaye] est celle qui, sculptée à même le roc, a sa goulotte au centre de d’une rosace traitée en bas-relief sous un arc en plein cintre, orné, par-dessus, de courbes et contre-courbes semblables aux soufflets et mouchettes des remplages flamboyants. Ce travail de la fin du XVème siècle est juxtaposé à une naissance d’arcature romane ornée d’une frise de tête de clous. »

Cf. Jean Secret, Brantôme et sa région, éditions Floury, 1948.

« Sous l’arcature romane et l’ogive gothique, coule, depuis mille ans et plus (sic), l’eau de Saint-Sicaire qui soignait les enfants chétifs et les membres difformes… »

Cf. Pierre Pommarède, Brantôme et Bourdeilles oubliés, éd. Fanlac, Périgueux, 198o.
14oo (3o août)
Réparation des murs de ville et de la maison commune ; fortifications…

Des lettres patentes du roi Charles octroient 1.ooo fr pour réparer et fortifier la vile de Brantôme.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

. Archives départementales de la Dordogne, sous-section IV E 17 - Brantôme.
14o4 - 14o8
Les Anglais reprennent Brantôme, pourtant bien fortifiée, s’établissent dans le couvent déserté et logent leurs chevaux dans l’abbatiale. L’occupation est tyrannique.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.
14o4 - 14o5
Abbatiat éphémère de Pierre IV du Puy-Saint-Astier : il est tué dans un assaut que les Français livrent aux Anglais, menés par les sires de Mussidan, maîtres de l’abbaye, en 14o5. (L’abbé est assassiné lors du pillage.)
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Georges Bussière, in Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. XXVIII, 19o5, p. 53o.

Jean Secret, Brantôme en Périgord, Les éditions du Périgord Noir, Montignac, 1962.
Brantôme est assiégée et prise par les Français. Ce siège voit le triomphe du parti du roi de France, avec un magnifique défilé de 3oo chevaliers et écuyers (dont le futur Charles VII).
Cf. Paul Dubuisson, Brantôme, éd. O.R.i.E.N.T., Toulouse, 2oo6.
14o5
Siège par les Anglais, suivi d’une méthodique mise à sac.
Cf. Jean Secret, Brantôme et sa région, éditions Floury, 1948.
14o8
Contraints par les troupes françaises d’abandonner la ville, les Anglais en renversent les murailles, ruinent les fortifications, bouleversent le monastère et démolissent l’église, reconstruite à peine vingt ans plus tôt.
Cf. François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.

J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

E. Vauthier, Explication de la gravure [du clocher de l’abbatiale, par Léo Drouyn], in Annales archéologiques de Didron, 1854, p. 24.
14o8 - 1444
Abbatiat de Guy de Broilhac, qui sera inhumé à la porte de l’abbatiale.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.
1411
Mention de « Branthomen ».
Cf. Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne, comprenant les noms de lieux anciens etc…, Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Dordogne, Périgueux, Imprimerie nationale, 1873.

Or. Lespine, Lettre du Capitulaire de Montignac.

XIVème ou XVème s.
Datation de la Fontaine Saint-Sicaire par Georges Bussière : « époque où les bénédictins habitaient, sans doute, une partie des grottes contiguës ».
Cf. Georges Bussière, …, Bulletin de la S.H.A.P., tome VI, p. 148.

Re. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.
1427
Les Vies des saints et saintes liés à Brantôme (saint Antime, un des premiers abbés, saint Sicaire, innocent, saint Silain, martyr, saintes Menne et Galle, sœurs ermites…) ainsi que les comptes rendus des translations de leurs restes sacrés existent encore à cette date.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Or. Dom Claude Estiennot, Antiquitates in pago petrogoricensi benedictinae.
XVème s.
Après les destructions de 14o8, il fallut plus d’un demi-siècle pour réparer les dégâts.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.
Construction du cloître, « sans caractère et sans mérite », « Il est, du reste, très mal conservé ; son isolement et sa position pittoresque plairont peut-être aux poètes et aux paysagistes, mais non à l’archéologue. »
Cf. E. Vauthier, Explication de la gravure [du clocher de l’abbatiale, par Léo Drouyn], in Annales archéologiques de Didron, 1854, p. 24.
1446-1465
Abbatiat de Jean de Bernage. Il reçoit le serment de fidélité de Pierre et Guillaume de Ramefort, leur donne le baiser de paix.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.
Pierre de Ramefort, seigneur de la maison ou repaire de Ramefort, sis en la paroisse de Valeuil, et son neveu Guillaume de Ramefort, d’un commun accord et vouloir, sans chapeau ni ceinture, étant à genoux devant Jean Barnage, abbé et seigneur du monastère de saint Sicaire de la Ville de Brantôme, « ont reconnu tenir, avoir et posséder, comme leurs prédécesseurs auparavant tenaient un fief dudit sieur abbé, le susdit repaire de Ramefort… et dorénavant devoir au seigneur abbé un hommage lige avec un denier d’accepte, lors de la mutation de seigneur ou héritier, comme on a coutume ».
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Or. Acte d’Etienne de Laforêt, « prestre de Brantôme et notaire par l’autorité apostolique et impériale », en présence de Pierre et Guillaume de Ramefort et de l’abbé Jean Barnage, de Pierre Machebros, dit Lombros, et de Pierre Meyrejas.
Vers 1463
Pillage du monastère par l’Anglais de Mucidan (alias de Monçada), qui emporta les plus anciens – et donc les plus précieux – documents de l’abbaye, hormis « un très grand volume en parchemin, d’une écriture très ancienne, relevé d’élégantes enluminures, où étaient consignées la fondation de l’église du monastère par Charlemagne, sa consécration par le pape Léon III, et la donation des reliques de saint Sicaire par le grand empereur ». Il a laissé aussi un autre manuscrit fort ancien contenant la fondation de l’abbaye par le même empereur, et un troisième, un très vieux volume des cérémonies du monastère contenant la légende de saint Sicaire.

Duguesclin en conduit le siège avec une machine de guerre amenée de Périgueux mais traite finalement avec l’Anglais : la libération de Brantôme coûte cher à la ville chargée d’entretenir à elle seule sept forteresses ennemies.

( !!!)

Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Re. Farnier (Abbé), Autour de l’abbaye de Ligueux, Pages d’histoire régionale, t. II, Le Livre d’Histoire, Paris, 1931, p. 118.

Jean Secret, Brantôme en Périgord, Les éditions du Périgord Noir, Montignac, 1962.

Ctra.  1376, et 1382, cc. l’entretien de forteresses ennemies… A vérifier.
1463 - 1464
Des maladies épidémiques sévissent à Périgueux, du mois d’août 1463 à Pâques de l’année suivante.

La cour du roi se tient à Brantôme, pendant que l’Official se transporte à Agonac.
Cf. Farnier (Abbé), Autour de l’abbaye de Ligueux, Pages d’histoire régionale, t. II, Le Livre d’Histoire, Paris, 1931, p. 118.
1464
L’Abbé Guy de Broilhac repose désormais sous le porche de l’abbatiale Saint-Pierre.
Cf. Pierre Pommarède, Brantôme et Bourdeilles oubliés, éd. Fanlac, Périgueux, 198o.

N.B. Les autres sources indiquent 1444.

1444 / 14o8-1444 (Abbé Guy de Broilhac).
1564 (5 juin)
Le sacristain et l’aumônier de l’abbaye sont tenus par une transaction de réédifier à leurs frais communs la chapelle de Notre-Dame du Reclus. Oblations et autres émoluments d’icelle seront en échange communs aux deux.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Il cite la Gallia Christiana.

Re. Abbé Farnier, Autour de l’abbaye de Ligueux, Pages d’histoire régionale, t. II, Le Livre d’Histoire, Paris, 1931, p. 118.

Pierre Pommarède, Le Périgord des églises et des chapelles oubliées, Une grotte qui n’est jamais visitée : Notre-Dame-des-Reclus (Brantôme), éd. , Périgueux, .
1465 - 1499
Abbatiat de Pierre V de Piédieu de Saint-Symphorien, érudit, ancien vicaire général d’Hélie de Bourdeille, évêque de Périgueux. Il met fin à la longue querelle entre les abbés de Brantôme et la maison de Bourdeille à propos de l’hommage dû par celle-ci à l’abbaye. Il est le dernier abbé élu par les moines.

Il fut inhumé entre le chœur et l’autel principal dédié à saint Sicaire.
Cf. J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

Re. Farnier (Abbé), Autour de l’abbaye de Ligueux, Pages d’histoire régionale, t. II, Le Livre d’Histoire, Paris, 1931, p. 118.
L’abbé de Piédieu fait rebâtir presque entièrement l’église abbatiale. Et commence la restauration du cloître. On lui doit la curieuse fenêtre en forme de croix qui éclaire le chœur. On édifie alors sa partie la plus ornée et la plus belle : le sanctuaire.
Cf. E. Vauthier, Explication de la gravure [du clocher de l’abbatiale, par Léo Drouyn], in Annales archéologiques de Didron, 1854, p. 24.

J. Pradier (Abbé), Visite aux Monuments de Brantôme et Glane dans son histoire, Imprimerie de la Dordogne, Périgueux, 1898.

François-Georges Audierne (Abbé), Notice sur l’abbaye de Brantôme, son église et son antique clocher, Périgueux, 1842.

Id., réédition à l’identique, Les Amis de Brantôme, 1991.

Re. Farnier (Abbé), Autour de l’abbaye de Ligueux, Pages d’histoire régionale, t. II, Le Livre d’Histoire, Paris, 1931, p. 118.

Marcel Berthier, L’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Brantôme : d’une réforme à l’autre, in Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, tome CXXXI, Périgueux, 2oo4.
Cf. Paul Dubuisson, Brantôme, éd. O.R.I.E.N.T., Toulouse, 2oo6.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   16

similaire:

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier Céramique «l’émaux pour le dire»
«Autour de la nature morte» -musée de la crèche et Musée d'Art et d'Histoire – tous les jours sauf le mardi de 14h30 à 18h30

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier pré-transplantation
«L’objectif de l’atelier est de partager vos connaissances, vos interrogations sur votre insuffisance rénale et de les compléter...

Atelier d’Histoire mmx iconCours de M. Jérôme Kerlouegan () Mme Christine Nguyen Tri chi 003...
«Initiation à la civilisation et à l’histoire de la Chine ancienne et impériale». Ce n’est pas que l’histoire politique mais aussi...

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier chantier de fouilles… exposition Balade dans l’évolution 15
«font parler» les fossiles des êtres vivants retrouvés dans les entrailles de la Terre et retracent ainsi l’histoire de l’évolution...

Atelier d’Histoire mmx iconAuteur de l’histoire “ chez nous ” deuxieme partie l’Institut Kashofu;...

Atelier d’Histoire mmx iconRésumé En vue de corriger la manière d’enseigner l’histoire dans...

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier «jeux»

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier Ferme

Atelier d’Histoire mmx iconHistoire de la préhistoire
«études relatives aux objets matériels qui peuvent éclairer, avec le concours éventuel d’autres données, l’histoire et les modes...

Atelier d’Histoire mmx iconAtelier 1 Entreprendre autrement 1








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com