Sommaire








télécharger 262.95 Kb.
titreSommaire
page9/20
date de publication21.10.2016
taille262.95 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   20

Un mot sur les reptiles mammaliens


Les thérapsides (Therapsida), anciennement appelés reptiles mammaliens, forment, avec les « pélycosaures » et les mammifères, la classe des synapsides. Ils font partie des premiers « reptiles » (amniotes) apparus au début du Permien (ère primaire) et concurrencent les dinosaures jusqu’au Trias. Peu après leur apparition, ils évoluent en différentes lignées de carnivores et d'herbivores, une de ces lignées ayant donné lieu à la différenciation des mammifères.

Pistes pédagogiques





  • Les différentes parties de l’œuf et leurs fonctions : comparaison avec le milieu aquatique originel.

  • Les avantages d’une telle organisation : conséquence sur les milieux de vie.

  • Evolution due aux mécanismes de l’hérédité puis sélection par le milieu.


Panneau 11 « Vert tige Végétal »



Au début du Crétacé, la Pangée se disloque de nouveau et le climat devient plus humide. C’est dans ce nouveau contexte que se développent les premières plantes à fleurs : les angiospermes (plantes à graine cachée).


Schéma d’une fleur d’angiosperme



Schéma d’ovule de pin (gymnosperme)



Schéma de grain de pollen de pin (gymnosperme)


Plus évolués que leurs prédécesseurs, ces végétaux innovent notamment par leur mode de reproduction grâce à l’apparition de nouveaux procédés qui attirent les insectes (formes, couleurs, odeurs). Les insectes, qui butinent de fleur en fleur, transportent sur eux quelques grains de pollens et favorisent la pollinisation. Après la fécondation, certaines parties de la fleur se transforment en fruit. La graine que le fruit contient peut ainsi être disséminée par le vent ou par les déjections des frugivores.





Représentation d’artiste du même paysage au Crétacé Inférieur (à gauche) et au Crétacé Supérieur (à droite)
La principale différence entre les gymnospermes et les angiospermes est l’emplacement de l’ovule. Chez les gymnospermes, il est à l’état libre sur des pétales tandis que chez les angiospermes, il est protégé dans un ovaire.
Chez les angiospermes, lors de la fécondation, le grain de pollen se fixe sur le stigmate du pistil et continue sa germination. Un tube pollinique se forme ensuite dans le style jusqu’à atteindre l’ovule. Une fois fécondée, l’ovule constitue la graine et l’ovaire donne le fruit. La graine renferme un embryon de plante et les substances nutritives nécessaires à la croissance du jeune plant.

Pistes pédagogiques





  • La reproduction chez les gymnospermes et les angiospermes

  • Les changements morphologiques des plantes à fleurs pour favoriser leur reproduction

  • Avantage évolutif des mutations génétiques chez les végétaux.


Panneau 12 « Ils dînent aux aurores »


Un mot sur les dinosaures

Les dinosaures, du grec ancien δεινός / deinόs (« terrible ») et σαῦρος / saûros (« lézard »), forment un clade extrêmement diversifié de vertébrés diapsides (animaux dont le crâne possède deux fosses temporales) représentés actuellement par les oiseaux.

Présents dès le Carnien (partie inférieure du Trias supérieur, il y a 230 Ma), ils disparaissent presque entièrement lors de la crise Crétacé / Tertiaire il y a 65 Ma. Seuls les oiseaux, qui émergent de petits dinosaures théropodes du Jurassique moyen, survivent à cette extinction, ce qui leur a permis de prospérer et se diversifier considérablement durant le Cénozoïque.

Avec les oiseaux, les dinosaures forment aujourd'hui un des groupes de vertébrés les plus florissants. De plus, ce sont les tétrapodes les plus diversifiés taxonomiquement et morphologiquement : leurs espèces sont d'ailleurs plus nombreuses (près de 10 000) que celles des mammifères (5 400), ce qui a fait dire au zoologiste Guillaume Lecointre : « nous sommes toujours dans l'ère des dinosaures ».

Si l'on ne prend pas en considération les oiseaux, les dinosaures dits « non-aviens » constituent un groupe de vertébrés majoritairement terrestres qui connaît un succès évolutif considérable au Mésozoïque. Ils dominent les faunes continentales entre le Trias supérieur et le Crétacé supérieur pendant plus de 160 Ma.

Présents sur l'ensemble des continents dès la fin du Trias, ils prennent des formes très diverses. Ils peuvent être terrestres ou volants, bipèdes ou quadrupèdes, carnivores ou herbivores. Ils ont développé toute une série d'innovations squelettiques et tégumentaires telles que des cornes, des crêtes, des plaques et des plumes.

Les dinosaures non-aviens comptent parmi eux les animaux les plus grands et les plus lourds à avoir existé sur la terre ferme. Néanmoins, un grand nombre de dinosaures non-aviens ne dépassait pas la taille d'un être humain et certains d'entre eux étaient plus petits qu'une poule.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   20

similaire:

Sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com