Anthropologie préhistorique








télécharger 359.83 Kb.
titreAnthropologie préhistorique
page1/6
date de publication01.04.2017
taille359.83 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6




















































































































Anthropologie préhistorique

Table des matières

Introduction générale... .2

Notions importantes... ..3

La datation... ..4

Repères chronologiques :... ...5

Le Paléolithique... ...6

Les étapes du paléolithique... ...6

Partie 1 : Le paléolithique archaïque et les origines de l'humanité... ...7

Introduction... ..7

La théorie du grand rift... ...9

L'émergence du genre « homo »... .10

Le paléolithique archaïque... ..11

Partie 2 : Le Paléolithique inférieur... ...13

Homo erectus et Homo ergaster ... .13

La culture Acheuléenne... ...13

La domestication du feu... ...14

Le cheminement d'Homo ergaster et d'Homo erectus... ..15

Les premiers peuplements de l'Europe... .15

Partie 3 : Le Paléolithique moyen... ...17

Les Néandertaliens... ..17

Néandertal et Cro-Magnon... .19

Conclusion... ..21

Partie 4 : Le paléolithique supérieur ... .22

L'aurignacien (-35 000 à -25 000 BP)... ..23

Le Gravettien (- 27 000 à - 19 000 BP)... ...26

Le Solutréen (-20 000 à -16 000 ans BP)... ...28

Le Magdalénien (-16 000 à -10 000 ans) ... ...30

L'Homme de Florès... ...32

Conclusion... ..32



Introduction générale
L’anthropologie préhistorique, aussi appelée paléoanthropologie, est la science qui traite des temps anciens, elle étudie l’origine de l’Homme et son évolution.

La préhistoire couvre une période très vaste : depuis l'origine de l’humanité (2,5 millions d' années) jusqu’à l’apparition de l’écriture (3000 ans avant notre ère). La préhistoire représente donc l'essentiel de la vie de l'Homme.

Les paléoliticiens porte leur intérêt sur l’évolution des cultures humaines, également importante pour les anthropologues dans la connaissance des différentes étapes évolutives de ces cultures. Celles-ci s’organisent autours d’aspects majeurs, tels que la fabrication des premiers outils, l’acquisition et la domestication du feu, l’apparition des premières sépultures et rites funéraires (grand changement dans les mentalités avec cette phase), ou encore les débuts de l’Art.

La préhistoire ne se base pas sur l’étude de documents écrits, les populations n’ayant pas encore l’écriture, et doit se fonder sur des vestiges anthropologiques, notamment biologiques, avec l’ostéopathie (découverte de cadavre après une fonte de glacier ou sur des sites archéologiques enfouis), ou sur des vestiges archéologiques (objets de la vie quotidienne,..).
On subdivise donc cette période en trois grandes parties :
Le paléolithique

Cette période correspond à l’âge de la pierre dite taillée ou ancienne. C’est une très longue période qui commence avec l’émergence de l’humanité et ses premières cultures et se termine vers 11 500 BP1, lorsque le climat connaît un fort réchauffement, ce qui implique un changement de mode de vie. L’homme est alors un prédateur, un chasseur et un cueilleur sur tous les continents. Le paléolithique couvre la période géologique du pléistocène.

Le mésolithique

Cette période s’étale entre -10 000 et -5 000, soit durant une phase de réchauffement climatique important. L’Homme reste chasseur-cueilleur, mais cette période est marquée par de nombreux changements économiques et sociaux liés notamment au développement des forêts en Europe. On note alors l'apparition des arcs et flèches, le bois et la pierre constituent les principales matières premières utilisées par les chasseurs.
Le néolithique

L’Homme devient un producteur, créant une véritable économie de production, notamment avec l’élevage, l’agriculture, les nouvelles techniques telles que la céramique et la cuisson des aliments. Cette période est marquée par une forte sédentarisation des populations . On parle de "révolution néolithique".


1 BP : Before Present : le présent étant fixé à 1950 (date des premières datations au carbone 14)




Notions importantes
 Une espèce : De nos jours, tous les Hommes font partie d’une seule et même espèce, celle
des Homo sapiens (homme qui pense), mais l’humanité était autrefois composée de
plusieurs espèces différentes. Nous sommes donc les uniques survivants d’une humanité
plurielle.

La limite de l’espèce se trouve dans l’interfécondité, c’est elle qui définit si des êtres font partie d’un même groupe ou non. Les espèces Cro-Magnon et néandertal sont différentes car toute reproduction entre elles est impossible.

Les paléoanthropologues établissent, pour la reconnaissance de ces espèces, des phylums ou lignées, qui mettent en évidence des relations de parenté, notamment grâce à des caractères morphologiques ou à des données génétiques.
 Un taxon (ou binôme latinisé) : Tous les êtres vivants sur Terre, de l’Homme au microbe en
passant par le platane, sont désignés par un taxon. Celui-ci est composé d’un nom de genre
et d’un nom d’espèce. Le taxon permet aux scientifiques du monde entier de se comprendre.
Exemple d'Homo sapiens et d'Homo neanderthalensis. Homo est le genre, sapiens et
neanderthalensis sont les espèces.
 L'industrie : Les préhistoriens et les paléontologues portent un grand intérêt aux différentes
espèces de la lignée humaine et à leurs productions culturelles, et ce dans leurs cadres
géographiques et climatiques. L’industrie désigne l’ensemble des techniques et des activités
par lesquelles un groupe humain va transformer la matière première pour obtenir des objets
fabriqués. Ce mot désigne aussi tous les objets, les outils, les déchets de fabrications, etc.…
Les matières premières utilisée sont essentiellement la pierre et l’os extrait des proies. Ce sont les seules traces matérielles que nous retrouvons. On peut supposer l’existence du travail du bois ou des plumes, mais le temps en supprime toutes traces. Ce n'est que bien plus tard que l'homme fabriquera des matières, avec la poterie au néolithique.

 La production matérielle est le reflet même d’une culture, souvent définie pour une région et
une période données. Pour parler de ces témoignages culturels, il faut les nommer : le plus
souvent c'est le lieu de la découverte qui donne son nom à la culture, à l'objet, au rite…
Par exemple, la culture solutréenne a été découverte sur le site de la Roche de Solutrée (Bourgogne)
et la culture acheuléenne à Saint-Acheul (Normandie). Ces lieux sont appelés "sites éponymes".



La datation

On connaît actuellement en Paléoanthropologie de gros problèmes liés au choix d’une datation précise, car les différents systèmes de datation présentent une imprécision d'autant plus grande que l'on remontent en des temps de plus en plus anciens.

Les dates proposées sont toujours des temps estimés, qui font référence à des datations relatives (fait antérieur à un autre), majoritairement utilisées dans l’étude du Paléolithique, avec la stratigraphie.

Mais l’étude du Néolithique nécessite des références de datation plus précise, en raison des échelle de temps différentes et bien plus rapprochées, les chercheurs font alors appel aux systèmes de datation absolue, qui donnent des données précises.
 Datation relative :
La stratigraphie : c'est la superposition des couches géologiques : les plus superficielles sont les
plus récentes, chaque couche a une nature et une couleur particulière. Les objets sont datés les uns
par rapport aux autres (par la position de la trouvaille ou par association à d’autres objets

semblables trouvés sur d'autres sites (par référence) : c'est le cross dating.
 Datation absolue : Il existes de nombreuses méthodes mises au point principalement par des
chimistes et physiciens : un corps physique se dégrade pour se transformer en une autre.
Méthodes :

L’archéomagnétisme : le magnétisme terrestre évolue. Au moment de la cuisson d'une poterie, les particules de métal présentes dans l’argile se fixent selon le pôle de l’époque. Cette méthode n'est cependant pas très précise.

La thermoluminescence
La dendrochronologie : les arbres croissent avec un cerne par an mais en fait il y en a deux par an avec une alternance de cernes foncés et claires. L’épaisseur des cernes est importante car les largeurs sont variables en fonction de l’année précise où elle se forme. La largeur varie selon le climat. Un arbre donné va avoir une fiche signalétique par le climat et son implantation de son vivant. On sait caractériser une année précise jusqu’à -7000 ans en Europe, on sait quand le bois a été coupé et quand il a utilisé dans une architecture.
La datation au carbone 14 : le carbone le plus répandu est le carbone 12. Il y a du carbone dans tous
les organismes vivants, donc dans le corps humain. 18% de la masse est du carbone et dans ce
carbone, 98,9 % est du carbone 12. Le carbone 14 perd la moitié de sa masse tous les 5730 ans. Il y
a une marge d’incertitude. On a fixé le présent universel en 1950, c’est un peu vieux. Tout ça est
basé sur l’idée que les années radiocarbones sont des années réelles (ou solaires, calendaires) mais
c’est faux parce que la radioactivité terrestre n’a pas été constante durant l’histoire à cause du
rayonnement solaire, des éruptions volcaniques et des essais nucléaires (bombes atomiques). Il y a
des variations entre le temps radiocarbone et le temps réel. On s’en est sorti en retournant à la
dendrochronologie. On a daté les cernes par carbone 14 et on a remis en place la courbe du temps
radiocarbone. Il y a aussi des micros variations donc on a des incertitudes pour certaines périodes.




Repères chronologiques :
Miocène : de - 23 à 5,3 Ma

Miocène supérieur : de 7,2 à 5,3 Ma
Pliocène : de - 5,3 à 1,8 Ma

Pléistocène : de -1,8 millions d'années à environ 11 800 BP
Pléistocène supérieur : de 126 000 à 11 700

Paléolithique : de -2,5 Ma à 11 800 BP


Paléolithique archaïque : de -2.6Ma à 1.6Ma

Paléolithique inférieur : de 1.6Ma à - 200 000ans

Paléolithique moyen : - 200 000 à - 35 000 ans

Paléolithique supérieur : de - 35 000 à 11500 BP

Épipaléolithique : de
Holocène : de 11 500BP à nos jours

Mésolithique : de

Néolithique : de

Néolithique ancien de

Néolithique moyen de

Néolithique final de
Les glaciations :

Würm,

Riss,

Mindel,

Gunz.
culture de l'Epipaléolithique : Azilien, Valorguien, Montadien

7 millions d’années et 1,7

1,7 million d’années et 500 000
500 000 et 40 000 ans environ :




Le Paléolithique
Les étapes du paléolithique




 Le Paléolithique archaïque (-7 Ma à - 1.5Ma)
Cette époque est celle de l’émergence du genre humain, après les australopithèques. Les
populations étudiées sont toutes en Afrique. Cette période est la plus médiatisée.
Les premières espèces du genre homo à apparaître sont celles des Homo habilis et des Homo
Rudolfensis, qui fabriquèrent les premiers outils (notamment avec la culture des « galets

aménagés » ou Pebble culture)

 Le Paléolithique inférieur (-1.5 m à -250 000)
C’est dans cette période que l’humanité va sortir d’Afrique et peupler tout l’ancien monde (Europe et Asie) dans de grandes migrations. Les espèces qui prédominent alors sont les Homo ergaster et les Homo erectus. C’est aussi la période de la domestication du feu. La culture principale est l'acheuléen.
 Le Paléolithique moyen (-250 000 à -35 000)
C'est la période d’Homo neanderthalensis et de l’apparition des premières sépultures et rites funéraires.
 Le Paléolithique supérieur (-35 000 à -11 500)
C’est l’arrivée de l’Homme de Cro-Magnon en Europe, migrant du Moyen-Orient. Cette période sera suivie de l'épipaléolithique, ou mésolithique vers - 11 500 BP. La culture principale est le moustérien.

Les cultures principales sont le chatelperronien (38000/32000 BP). l'aurignacien (premiers artistes)
(40000/27000 BP), le Périgordien ou Gravettien (27000/22000 BP), le solutréen (maîtres de la
pierre taillée) (20000/16000 BP) et le magdalénien (Apogée de l'art pariétal et mobilier)

(17000/11000 BP)



Partie 1 : Le paléolithique archaïque et les origines de l'humanité
Introduction
Les recherches sur l'origine de l'Homme sont récentes et l'origine animale de l'Homme est envisagée seulement depuis la seconde moitié de XIXème avec la théorie de Charles Darwin sur L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle (18) et la naissance de l'évolutionnisme biologique, mais il ne parle pas de l'Homme. Avec La filiation de l'Homme (1871), il évoque pour la première fois la possibilité que l’être humain ait été l’objet d’une sélection naturelle, comme les autres espèces animales et végétales. Ce livre a beaucoup choqué à l'époque : les origines de l’homme avaient été expliquées jusqu’alors par des mythes ou des hypothèses religieuses comme le fixisme de la Bible : les espèces seraient les mêmes depuis la création divine.
On constate pourtant qu’avant Darwin, en 1758, un naturaliste et créationniste suédois, Karl
Von Linné, avait entreprit le projet monumental de faire une classification manuscrite du monde
vivant. Dans la dixième édition de Systema naturae l'homme apparaît dans le même ordre que
d'autres espèces anatomiquement proches : l'ordre des primates avec les singes anthropoïdes tels
que le gibon (Asie), l’orang-outan (Asie), le gorille, le chimpanzé et le chimpanzé bonobo.

Primate est par son suffixe associé à premier ou encore primitif. Ainsi l’homme et le singe sont placés au premier rang de la création divine.
L’ordre que Linné défini pour classer les primates s’organise autours de plusieurs grandes familles, elles même réunies dans la superfamille des Hominoïdes (qui présentent des caractères anatomiques similaires) : - Les Hominidés (Homme, chimpanzé, gorille),

- Les Pongidés (Orang-outan), Asie

- Les Hylobatidés (Gibbons, siamang)
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Anthropologie préhistorique iconU s1 Psychologie, sociologie, anthropologie

Anthropologie préhistorique iconSociete d'anthropologie de paris

Anthropologie préhistorique iconBibliographie : Dictionnaire de l’anthropologie

Anthropologie préhistorique iconThèse de doctorat, nouveau régime en anthropologie

Anthropologie préhistorique iconUne anthropologie du corps dans le monde contemporain

Anthropologie préhistorique iconProgramme : Genèse de l'Anthropologie en France et querelles qu'elle à suscité

Anthropologie préhistorique iconEléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique
«Eléments d’anthropologie des sciences humaines et sociales en univers technologique»

Anthropologie préhistorique iconLe travail de Marx et Engels le plus global mené sur les sociétés...
«préhistorique» en Angleterre. Mon travail ne peut suppléer que faiblement à ce qu'il n'a pas été donné à mon ami disparu d'accomplir....

Anthropologie préhistorique iconÉ dition – Diffusion
«humaines» (histoire, géographie, linguistique, littérature, anthropologie, politique…) ou non (mathématiques, biologie, droit…),...

Anthropologie préhistorique iconHsp3u anthropologie écoles de pensée et méthodes de recherche Anthropologues 1
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com