Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles








télécharger 424.67 Kb.
titreNotice sur les livres de Denis Duclos disponibles
page17/17
date de publication31.03.2017
taille424.67 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   17
(Op.cit p. 25). Ce qui contredit passablement son affirmation selon laquelle l’inhumanité appartient à l’homme comme effet d’un libre choix (voir plus haut). Cette contradiction indique bien à quel point est difficile cette question, même pour un philosophe de formation khâgneuse. Quant à Primo Levi, rescapé d’Auschwitz, il pouvait observer qu’il se sentait « coupable d’être un homme parce que les hommes avaient construit Auschwitz » (Si c‘est un homme, Julliard, 1987) (Se questo e un uomo, 1945-1947). On a ainsi, semble-t-il, face à l’horreur, deux positions possibles : récupérer l’inhumanisation des victimes et/ou des Bourreaux dans l’humanité commune ; permettre aux victimes d’appartenir à une autre espèce que celle des Bourreaux. Laquelle, alors, choisir ? Celle des Anges humanistes ?


10Jusqu’à la découverte de signes fortement probables de croisements génétiques avec Homo Sapiens : selon Svante Paabo et alii, (« A Draft Sequence of the Neandertal Genome », Science 7 May 2010, Vol. 328. no. 5979, pp. 710 - 722), « les Néandertaliens partagent plus de variantes génétiques avec les êtres humains contemporains en Eurasie qu’avec les êtres humains contemporains en Afrique sub-saharienne, ce qui suggère que le flux génétique allant des Néandertaliens aux ancêtres des non-Africains a eu lieu avant la divergence des groupes eurasiens entre eux. » Ce qui signifie en clair qu’il y a eu effectivement croisement entre ce qui pourrait apparaître seulement comme deux « races » de la même espèce.

11
C’est une différence du même genre qui est posée entre filiation de reconnaissance et filiation génétique, la première l’emportant sur la seconde quant aux concepts civils de la parenté. Le fait que le Gouvernement de Nicolas Sarkozy ait proposé – pour les Etrangers désirant le regroupement familial – d’abolir la filiation de reconnaissance pour ne tenir compte que de la filiation génétique montre le glissement en cours dans un pays tenu de « haute culture » comme la France vers la cession à la technoscience du pouvoir de définir les êtres humains. Si ce type de loi scélérate passe, c’est significatif d’un renoncement à la souveraineté de la politique, c’est-à-dire de la reconnaissance réciproque, et d’un abandon progressif à un nouveau dogme transcendant.

12
Pour Kant lui-même, dans « L’idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique » (1784), les dispositions naturelles de l’homme doué de raison se développent dans l’espèce, mais seulement en tant qu’elle s’oppose à l’individu (proposition 2), et comme du fait d’un plan caché de la raison dans la nature (proposition 8). Mais en même temps, c’est bien par l’antagonisme que ces dispositions se développent, visant en fin de compte « un ordre conforme à la loi ». (Proposition 4), une « union civile parfaite » (proposition 9). Nous ne sommes pas loin de la dialectique hégélienne.

13
Caractère problématique reconnu par les scientifiques eux-mêmes comme en témoigne le questionnement soutenu de Pascal Picq qui conclut que l’humanité de notre espèce « n’est pas de fait » et se constitue surtout par notre regard sur nous-mêmes. (Michel Serres, Pascal Picq, Jean-Didier Vincent Qu’est-ce que l’Humain ?, Le Pommier et le Collège de la Cité des sciences, Paris, 2003. Yves Coppens et Pascal Picq (dir.) Aux origines de l’humanité, 2 vol., Fayard, Paris, 2001.)

14
Adoptée par acclamation le 27 novembre 1978 à la vingtième session de la conférence générale de l'Unesco (Organisation des Nations-Unies pour l'Education, la Science et la Culture) à Paris ; alinéa 5.

15
Alinéa 10 du préambule de la Convention pour la protection des Droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine: Convention sur les Droits de l'homme et la biomédecine élaborée au sein du Conseil de l'Europe, convention dite d’Oviedo du 4 avril 1997.

16
La loi du 29 juillet 1994 relative au corps humain a introduit, dans le droit français, la disposition selon laquelle : « Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine » (article 16-4 1er alinéa du Code civil français).

17
Loi du 7 Août 2004, Livre II du Code pénal, Titre I.

18
Préface au Plan B de Lester Brown, UNESCO, 2007.

19
Il faut défendre la société, Cours au Collège de France, 1975-76, Hautes études, Gallimard/Seuil, Paris, 1990. Voir aussi : Giorgio Agamben, Homo sacer, Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Seuil, 1997

20
Un indice amusant de ce fait plutôt grave : dans la définition évolutive de la culture humaine dans Wikipédia (encyclopédie ouverte, écrite sans contrainte par les internautes), on assiste à une bataille titanesque entre les auteurs qui veulent, coûte que coûte, ramener l’Histoire des cultures à l’analogie avec l’évolution des espèces, et ceux qui s’en tiennent à une définition spécifique dans le domaine humain.

21
 Nous étudions cet autre aspect dans notre livre : Culture Humaine et Société-Monde, Translatador, 2015

22
 Une très importante alerte de cette tendance « vertueuse » nous est proposée par Daniel Soulez-Larivière : La transparence et la vertu, Albin Michel, 2014. Nous le rejoignons ici dans bien de ses constats, en cherchant à les expliquer par une théorie générale du « totalisme ».


23

Et particulièrement dans son roman assez peu connu : Le message de Frolix Huit , Paris, Opta 1972 (1970).

24

Perspective qui, dès 1974, poussait Jean François Lyotard (dans L’économie libidinale) à considérer que, de Feuerbach à Marx, de Mauss à Baudrillard, on pouvait sentir encore à l’œuvre l’idéal moraliste judéo-chrétien et son nihilisme propre : celui de la pacification des intensités passionnelles au niveau zéro du sujet vide et unifié.

25

Ce terme combine « technique » (art des moyens) et chrématistique (art du profit comptable considéré en lui-même et critiqué par Aristote comme une folie). La démence en sera aggravée précisément par la technique -dont le calcul ; ouvert sur l’infini par la numération indienne et le zéro de position, est le cœur, désormais dynamisé par la machine physique portée à la vitesse de la lumière-.

26

Notamment au vu de notre dentition de frugivores, et de la relativement faible différenciation anatomique des sexes.

27

Il est difficile de résister ici, bien que nous n’en traiterons pas directement, à souligner que la « querelle des Universaux », cette véritable obsession de l’intellectualité occidentale depuis l’antiquité, est un symptôme significatif de cette approche, notamment dans la rencontre d’apories et de paradoxes insurmontables, mais traités comme des antagonismes.

28

Voire à un état de « post-capitalisme » communaliste entièrement branché, selon les vœux, passablement hystérisants, de l’utopiste Jeremy Rifkin.

29

Masse und Macht (Masse et Puissance)

30

Un tel propos serait sans doute apte à faire se retourner Jean François Lyotard dans sa tombe, lui qui pensait être contemporain d’un vaste mouvement d’idées enfin capable de se débarrasser du « sujet ». Or le sujet revient : certes pas comme une entité coextensive à un corps «organique », ou pire au corps « inorganique » du collectif marxiste, mais comme la condition même de l’indétermination propice à la liberté des interlocuteurs. Le pauvre Lyotard, si opposé au communisme dogmatique (mais aussi, finalement à toute intellectualité qui ferait de l’ombre à son grand récit de l’abolition des grands récits), se retournerait encore en apprenant que, de mon point de vue, il partageait avec Althusser l’idée -fausse- que le sujet n’est qu’un artefact entièrement construit par les appareils idéologiques d’Etat, et notamment par « le procureur », surnom dont il affublait Marx et que nous verrions plutôt hanter encore les cinémas « d’art et d’essai repassant inlassablement « le Procès » de Kafka interprété par le génial et terrorisant Orson Welles.

Contrairement à ce qu’affirmait Lyotard, le Sujet en tant que place laissée indéterminée au lieu du corps parlant de l’autre est simplement l’effet de tout collectif de parole, s’appuyant sur l’hallucination selon laquelle la libre adhésion d’autrui (et donc de moi) est nécessaire à son constitution et son maintien. L’Etat ne fait qu’interpréter et manipuler cette perception élémentaire. Il ne la domine jamais complètement sous peine de se heurter violemment au paradoxe. Je ne dis pas que la parole est sacrée ou qu’elle est un cadeau de Dieu : je dis seulement que le régime de la parole, coextensif à l’espèce humaine, contient quelque chose qui est à la fois mortel et notre seule chance d’échapper à l’extinction comme humains : ce que recèle autrui et soi-même, pour nos cerveaux malades, comme ce qui, fondamentalement… échappe. Ce qui ne nous empêche pas de tout faire et de tout dire pour capturer cet échappé, et, aux dernières nouvelles propagées par d’ingénieux gamins, de transformer le sujet en objet construit, couche pat couche, par une imprimante 3 D ! Gamins morbides dont je botterais bien le cul si j’en avais l’occasion, avec ou sans couche, mais qui démontrent bien que le grand récit matriciel n’a jamais cessé, et probablement ne cessera jamais.

31

En ce sens, l’économie fondamentale de la relation intersubjective serait discontinue en cela qu’elle ne serait pas découpable en « grains de valeur » de grandeurs infinitésimales discernables par une loi de continuité, mais connaîtrait seulement deux états : vrai ou faux. On pourrait lui substituer une situation à trois états : vrai, faux, « moindre mal » (ouvrant la voie à n’importe quelle subdivision) à condition de transférer à la valeur d’objets représentant celle de leurs attributaires la sécabilité et la divisibilité supposée de cette dernière. Mais pour cela, on doit opérer une révolution dans la perception mutuelle des sujets : ils doivent se considérer à leur tour comme des objets sécables et divisibles, ce qui, eu égard à l’économie intersubjective fondamentale, est une pure négation de celle-ci. La fiction, alors, de se considérer comme de plus grande ou de moindre valeur qu’autrui rencontrerait constamment sa propre révocation inconsciente, l’ensemble constituant un paradoxe insupportable. En effet, tout « parlant » implicite en parlant qu’il est absolument libre de le faire (ce qui institue pragmatiquement sa valeur entière et non sécable de sujet-de-parole), ce qui est nié par le « dire » d’une parole affirmant : « je suis plus ou moins sujet que toi ». Ce dernier énoncé est un performatif austinien qui s’affirme contre ses propres conditions de félicité : par exemple quelqu’un qui dirait « je divorce » en passant la bague au doigt, ou « je promets » en trahissant immédiatement sa promesse.

32

L’autre articulation -celle des systèmes de signifiants, comme les phonèmes ou les syntagmes- permet la première, mais elle la « leste », la « plombe de l’impression tentante qu’elle est elle-même un « réel », le réel du symbolisme, alors qu’elle n’est aussi que jeu conventionnel, et produit aussi son imaginaire : celui d’une traduction possible du réel dans le symbolisme. Le problème est que cet imaginaire là tend à être prégnant et de masse. L’un des résultats, mis à jour au cas par cas par la psychanalyse, est que nous sommes tous dupes du monde imaginaire cristallisé par un symbolisme, et que nous éprouvons toutes les peines du monde à « changer de logiciel »…L’une des alternatives à cette crispation est la poésie, en tant qu’elle ouvre la possibilité de faire « vibrer » une langue différemment. Mais au fond, beaucoup de pratiques -y compris celles de la méditation et de la philosophie, peuvent remettre en cause la résonance du réel fossilisé dans le langage.

33
 Le moment hallucinatoire précédant toute métaphore importante consiste à « rêver » la réalisation d’un but commun, et à convoquer le collectif qui la soutient pour se mobiliser dans la réalisation de cet « idéal ».

34

Cette phrase peut être entendue à la fois comme un constat dans le champ philosophique où « principe » s’oppose à « médiation » comme à son moyen, et comme une description factuelle d’un monde où le « média » prend effectivement en charge l’apparence des libertés.

35

Nous devons à Michalis Lianos la compréhension de ce que le Panopticon benthamien s’est transformé au stade de la mondialité avancée en contrôle de chacun par tous : le Periopticon.

36

Notons que cette perspective « éperonne » littéralement le discours « hype » d’un Jeremy Rifkin, lequel, tel un richissime pasteur télévangéliste enthousiaste, appelle chacun à se livrer corps et âmes au Big Data, afin de permettre enfin l’accouchement du capitalisme en un commun collaboratif mondial, fondé sur la gratuité et l’énergie libre… Que ne voit-il l’horreur à laquelle il nous convoque en réitérant Marx, ce « visionnaire de bonne volonté » !

37
 Une catachrèse (dont l’origine renvoie à un détournement de sens) est une métonymie « lexicalisée » (de lexis : mot) qui réussit à effacer totalement le souvenir de son référent originel. Par exemple, on a oublié que « démarrer », c’est défaire les amarres, que « renard » est le nom propre d’un goupil, que Poubelle était un préfet ou que saupoudrer ne saurait se faire avec du sucre, « sau » signifiant « sel ». On ne sait plus non plus que « Buzz » évoque « Bazar » qui signifie « amène-nous » en Persan, et quand on dit « collège », on ne relie pas l’école secondaire et l’idée d’une réunion de participants, pas plus qu’on ne pense à ses pieds quand on enfonce une cheville dans une poutre, ou à battre le rappel quand on change une garniture de frein (autour de son tambour). Il est donc très possible qu’un jour assez proche, « société » ne puisse plus être employé pour un petit groupe… (à l’instar de la « portion congrue » qui ne désigne plus que la « plus petite part » au lieu de celle « qui convient »), ni même pour une Nation, mais soit réservé à la totalité humaine.

38

Lexis (parole), s’oppose parfois à Praxis (action, exécution), dont le vrai contraire est Pathos (expérience, ce qui « se passe »).

39
 Anthropos, Paris, 2002

40

Le présent ouvrage reprend et réagence quelques éléments contenus dans notre travail de base : Eloge de la pluralité, dont on peut trouver une version actualisée à l’adresse suivante : http://www.geo-anthropology.com/Eloge-de-la-Pluralite-Conversation-entre-cultures-et-continuation-de-l-humanite_a48.html

41

Pour une analyse centrée davantage sur les causes et les effets de la technoscience à partir de prémisses très proches de notre travail, nous conseillons au lecteur de s’en remettre aux travaux de Michel-Tibon Cornillot.

1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   17

similaire:

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconLa prise de décision et l’apprenance
«Group Planning Coordinator». J’avais un budget de quelques millions de livres et j’avais disponibles 50 des cerveaux les plus développées...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconNotice sur le «Timée» Argument

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconChapitre premier
«Boogie Chickens». À en croire la notice au-dessous, moyennant un dollar on pouvait voir quatre poules Brahma danser sur les tubes...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconLes arbres de Madagascar pour le reboisement (à Madagascar)
«Pour promouvoir les plantations des arbres», Fiches techniques, Blaise Cook, Christian Burren, Michel J. Rakotoniaina, usaid, Madagascar,...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconRaymond Robert Tremblay Professeur au cégep du Vieux-Montréal (1990)
«Savoir Plus», maquette de la mise en page : Denis Hunter Sur la couverture : Figures contrariées (1957) de Paul-Émile Borduas. Huile...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconDes eaux et des forêts dossier de Motivation / Notice
«dossier de motivation», d’émettre un quelconque jugement de valeur sur les candidats

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconRemarque : la prof a dit qu’à priori elle ne posera pas de question...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconAdresse bibl. London; New York : Routledge, 1998. UdeM acces-www...

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconNotice relative au recrutement d’un (e )

Notice sur les livres de Denis Duclos disponibles iconNotice explicative dossier acces sélectif Master 2ème année








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com