Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers








télécharger 19.97 Kb.
titreLe but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers
date de publication18.05.2017
taille19.97 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > finances > Documentos
LA REFORME DE LA BIOLOGIE

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à  livrer cette profession aux financiers.

Pour y arriver le gouvernement a utilisé :


  • un prétexte

  • deux cours de massue

  • Le tout rédigé puis présenté au législateur dans la confidentialité.


Le prétexte: la qualité

Thème indiscutable, ne pouvant que faire l’unanimité, surtout quand il s’agit de santé.

Qualité certes, mais qualité vue uniquement sous un angle industriel, le plus rentable pour les financiers.

Par contre le patient, et son besoin de proximité sont ignorés car trop coûteux, et pourtant ils constituent la qualité première d’un laboratoire.

La forme de qualité qui est mise en avant par les autorités est celle de grands plateaux industriels remplis de machines avec des techniciens sérieux et affairés autour.

Madame la Ministre Roselyne BACHELOT s’est largement servie de cette image séductrice et faussement rassurante pour promouvoir cette réforme auprès des médias.

Avec cela, la profession était selon elle, sortie de l’obscurantisme et des « petits labos qui rendaient n’importe quoi » à coup sûr…


Le premier coup de massue : l’accréditation

Au nom justement de ce type de qualité, la réforme à rend obligatoire un cahier des charges délirant et paranoïaque, inspiré de normes industrielles, appelé « l’accréditation».

En réalité pour les initiateurs de la réforme, le biologiste est un nanti qui appuie sur des boutons et fournit un travail médiocre.

Toute cette réforme transpire cette vision suspicieuse et dénigrante.
Alors que la biologie est une spécialité médicale qui demande au mois 10 ans d’études, pourquoi la caporaliser et la racketter de la sorte sans lui faire confiance comme aux autres ?
Car de surcroit, en plus d’être rendue obligatoire, cette accréditation est lourdement facturée par un organisme privé dénommé le COFRAC complètement inconnu dans le médical.
Pour quelle raison ?
Tout simplement parce que les facultés de Médecine et Pharmacie assuraient ce que faisait le COFRAC, mais gratuitement ou presque!
Le parachutage du COFRAC dans ce secteur semble le fruit du même favoritisme et de la même « porosité décisionnelle » que dans l’affaire du MEDIATOR.  

Il constitue un fardeau inutile, dévoreur de temps et d’argent, dont le but caché consiste, sous le fameux prétexte de cette qualité industrielle, à rendre la vie impossible aux petites structures pour les obliger à lâcher prise et se faire racheter.
Le second coup de massue: un laboratoire peut être « multi site »

En clair : un local, vide de machines et de personnel technique avec un matériel minimum, assure les prélèvements qui ensuite sont transmis par livreur à une usine à analyses plus ou moins éloignée…
Et on a le droit d’appeler cela un laboratoire, or c’est tout, sauf un laboratoire
Imaginez la qualité du résultat quand le prélèvement sera resté des heures dans les embouteillages, dans le froid ou la canicule.

Imaginez le patient avec des analyses à réaliser en urgence qui sera arrivé au « site »après le départ du livreur, et devra perdre un temps précieux pour aller aux urgences de l’hôpital.

Qui aimerait subir ce sort le jour où il faudrait effectuer des analyses en urgence pour sa propre famille ?
LA CONFIDENTIALITÉ
La réforme de la biologie a été préparée dans des commissions où il était demandé aux participants (syndicats) de ne pas communiquer. Ensuite, cette réforme a été publiée sous forme d’ordonnance, donc sans débat parlementaire, alors que l’importance du sujet aurait largement mérité une loi.

Afin de ne pas alerter les députés, le débat de présentation qui très souvent a lieu même s’il n’est obligatoire, sur le sujet d’une ordonnance, n’a pas été programmé.

Evidemment…

Les bonnes affaires pouvaient commencer encore plus vite…
IL EST BEAU LE RÉSULTAT

Les financiers étaient ravis : ils avaient déclassé une profession pour la transformer en débits d’analyses et les biologistes comme mécaniciens de la santé, la forme la plus rentable pour eux.

Cette « réduction du corps et d’âme » de cette profession se retrouvait symboliquement dans le texte même de la réforme où le terme de « directeur de laboratoire » laissait la place à celui « biologiste responsable »…

La biologie était complètement stupéfaite et démoralisée, prête à jeter l’éponge.

Il suffisait plus aux financiers que de lancer une nuée de commerciaux sur elle pour la faire céder et la racheter…

Ils pouvaient même se l’offrir totalement en contournant la limitation d’acquisition aux non- professionnels à 25% du capital ,grâce leur armada de juristes, qui leurs permettaient de constituer différentes sociétés-écrans, chacune rachetant une partie du laboratoire.

De plus, le nombre de fonctionnaires ayant pour fonction de contrôler ces structures étant sans cesse en diminution, ils étaient à l’abri de toute mauvaise surprise…

Tout le savoir, les emplois, la proximité, les urgences, la recherche médicale que cette profession assurait étaient sacrifiés pour que gens riches, le soient d’avantage.

La santé du patient pouvait être gravement mise en danger par leur réorganisation, mais cela ne les touchait absolument pas.

Quant aux jeunes biologistes, plus aucun espoir de s’installer à cause de ces contraintes.
Ils ne voudront plus s’engager dans une filière où ils pratiquement impossible de s’installer, dont les tarifs subissent des baisses continuelles, où les contraintes délirantes les éloigneront du patient.
Enfin quand ils verront que dans cette spécialité on peut voir une personne fortunée, n’ayant aucun diplôme, posséder un laboratoire, pendant qu’un diplômé ne peut s’installer, leur choix sera vite fait…

Ils préfèreront se tourner vers des spécialités où il leur sera facile de s’installer, habituées au dépassement d’honoraires, très rarement contrôlées, et respectées par les autorités de tutelle.
Ce déficit de diplômés sera un argument en or pour les financiers qui demanderont l’ouverture de cette spécialité à des non-médicaux.
Et il faudrait accepter cela…

La coordination des biologistes en colère s’insurge devant la catastrophe sanitaire et humaine provoquée par la vénalité portée par la réforme de la biologie.

Elle demande la réécriture de cette réforme en pleine lumière avec deux points très importants :



  1. L’accréditation doit être facultative.


Les facultés de médecine et pharmacies suffisent largement pour assurer l’enseignement post universitaire, et cela pratiquement gratuitement, sans faire appel à un organisme payant qui n’a rien à faire dans ce secteur.

Parce que beaucoup de biologistes croient en cette façon d'améliorer la qualité, Biologistes en colère a développé un réseau d’assurance qualité gratuit et solidaire qui se dénomme «  qualifree ».

2. Maintien des les contrats de collaboration.

Ces contrats permettaient aux laboratoires de se regrouper partiellement avec d’autres confrères pour effectuer les analyses moins fréquentes ou nécessitant un matériel plus important.

Parallèlement ces laboratoires continuaient à effectuer sur place certaines analyses, ce qui permettait de maintenir et développer le savoir, les emplois, la proximité, les urgences, la recherche.


similaire:

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconRéforme de la biologie médicale : menace sur le maintien des laboratoires...
«la biologie médicale», dans son rapport en réponse du 2 juillet 2013, recommande notamment à l’État, d’ «assurer un pilotage national...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconRéforme de la formation et du recrutement des enseignants de Sciences de la Vie et de la Terre
«Enseignement svt» réunis en collectif national dénoncent les conditions de mise en place de la réforme de la formation des maîtres...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers icon«La pétition initiée par «les biologistes en colère» contre cette...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconRéforme de la biologie médicale : présence obligatoire d’un biologiste médical sur chaque site

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconRésumé : Application des articles 2 et 3 du décret n° 93-34 du 15...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconLa reforme de la biologie
«l’accréditation», sorte de cahier des charges, constitué de normes inadaptées et coûteuses d’inspiration industrielle, contrôlées...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconLa recherche sur le commerce des services sexuels au Québec
«criminalité» des femmes Trop souvent, d'ailleurs, le silence de la criminologie traditionnelle sur la question des femmes n'a été...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconFédération des personnels des services publics et des services de...
«réforme» initié par les lois et ordonnances précédentes «portant réforme hospitalière» depuis 1991

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconCalendrier de la réforme
«Sport» et l’option «Arts visuels» qui viennent s’ajouter aux deux options principales acquises depuis la création de l’ecg, soit...

Le but unique de la réforme de la biologie consiste à livrer cette profession aux financiers iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com