Master en sciences et gestion de l’environnement








télécharger 289.96 Kb.
titreMaster en sciences et gestion de l’environnement
page3/14
date de publication17.01.2018
taille289.96 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

I-INTRODUCTION

1.1-Mise en contexte


L’utilisation du bois de feu remonte de la nuit des temps, soit avec la découverte du feu par les hommes préhistoriques. Avec la sédentarisation, l’homme devint de plus en plus dépendant de cette énergie, utilisée pour la cuisson des aliments, pour chauffer leur habitation et pour la force motrice. Les anciennes civilisations purent voir le jour grâce à la recherche et la maitrise de l’énergie. Ainsi, l’évolution des civilisations, passait-elle par la découverte et l’utilisation de nombreuses sources d’énergies comme le bois, le charbon de bois, le pétrole, pour ne citer que celles là. La vie de l’homme étant dépendante de l’énergie, il se met à la recherche et la consommation continue de cette dernière. Toutefois, l’utilisation de l’énergie par l’homme, même des sources dites renouvelables, n’est pas sans conséquences sur l’environnement.

1.2-Problématique


Beaucoup de pays en développement, dont Haïti, font face à une dégradation environnementale sans précédent, qui met en péril leur écosystème et la vie sociale de ses habitants. Cette dégradation de l’environnement passe principalement par une diminution considérable des ressources ligneuses, qui semble être le résultat d’une inadéquation de l’utilisation de ces ressources à des fins énergétiques.

Haïti, qui du temps de la colonisation Française fut appelé « la perle des Antilles » à cause de sa prospérité économique et sa couverture végétale, est actuellement le pays ayant le moins de couverture forestière dans les Caraïbes. Les forêts se dégradent à un rythme accéléré en passant de 20 % de couverture forestière en 1956 à environ 2 % de la superficie totale du pays de nos jours (Alter presse Haïti, 2004). La dégradation des forêts est tellement grave, que Magny (1991) finit par affirmer « qu’il s’agit d’une détresse écologique » tandis que d’autres parlent tout bonnement de désastre. Les prélèvements des ressources ligneuses se fait à un taux de 3 à 4 % supérieur à la productivité des formations forestières classent Haïti parmi les pays où a eu lieu la plus grande conversion de la couverture forestière (FAO, 1999). Cet état de fait rend la situation environnementale du pays très déplorable.

Les ménages Haïtiens tirent actuellement plus de 71 % de leur énergie domestique dans des sources renouvelables : bois et charbon de bois (bureau des mines et de l’énergie Haïti, 1999). Ces formes de consommations basées principalement sur les combustibles ligneux font accroitre la pression sur les forêts qui finissent par disparaitre et laissent de coté d’autres sources de biomasse végétale qui pourraient être valorisées, mais qui constituent parfois des déchets.

Dans le contexte actuel de dégradation critique de l’environnement et de prélèvement annuel dépassant la productivité des peuplements forestiers, qui conduit à leur disparition, différents secteurs du pays (gouvernement, privé et parapublic) assistés de plusieurs institutions internationales, régionales ou bilatérales, se sont concertés, ces récentes décennies, pour trouver des alternatives durables pouvant réduire l’utilisation massive du bois et charbon de bois. Les alternatives envisagées sont basées surtout sur le remplacement des réchauds traditionnels à charbon de bois par d’autres à gaz (butane, GPL, méthane) (YOUNG et ALTIDOR,  ANGUELIER, BME/EDH/MTPTC, 1997, 2005,2008).

Compte tenu du poids de l’importation des combustibles fossiles, vu la situation socio-économique du pays et le problème crucial que pose la gestion des déchets dans le pays, de nombreuses questions se posent sur la possibilité de réduire la consommation de la biomasse ligneuse en utilisant d’autres procédés de valorisation de la biomasse en complément de l’approvisionnement en énergie fossile.

1.3-Objectif du mémoire


Objectif principal

L’objectif principal de cette étude est d’analyser les différentes formes de valorisation énergétique de la biomasse végétale en Haïti et leurs impacts sur l’environnement, et de proposer des alternatives pour une meilleure valorisation des ressources disponibles.

Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques de cette étude sont :

Etudier la performance des différents procédés d’utilisation de la biomasse en Haïti ;

Faire ressortir les différents secteurs de la population impliqués dans la transformation et la commercialisation des produits forestiers à fin énergétique en Haïti ;

Analyser la législation sur la biomasse en Haïti ;

Faire des recommandations pour la valorisation des ressources de biomasse disponibles en Haïti.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Master en sciences et gestion de l’environnement iconUniversité d’Evry Val-d’Essonne Appel à candidature : Bourses d’Excellence...
«UniverSud Paris». L’université propose des cours dans le domaine des sciences, de la technologie, en droit, en économie, en gestion...

Master en sciences et gestion de l’environnement iconThèse en cotutelle
«Gestion d’Espaces ruraux et Environnement à Madagascar» (gerem-fianarantsoa) de l’ird, en partenariat avec le cnre (Centre National...

Master en sciences et gestion de l’environnement iconX avier Moreau Docteur en Sciences
«Sciences de la Vie» et «Sciences de l’Univers & de l’Environnement» : Panorama du Monde Vivant (systématique)

Master en sciences et gestion de l’environnement iconLe Master Biodiversité-Ecologie-Environnement

Master en sciences et gestion de l’environnement iconCarolina Galvis, étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement,...

Master en sciences et gestion de l’environnement iconL aetitia De Jong-Moreau
«Sciences de la Vie» et «Sciences de l’Univers & de l’Environnement» : Panorama du Monde Vivant (systématique)

Master en sciences et gestion de l’environnement iconUn tournant géopolitique vers le nouvel ordre mondial et la gestion de l’environnement ?

Master en sciences et gestion de l’environnement iconMaster spécialisé en Sciences Agroalimentaires

Master en sciences et gestion de l’environnement iconMaster «Sciences, Santé et Applications»

Master en sciences et gestion de l’environnement icon1, sciences humaines, sociales, gestion et droit








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com