Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess)








télécharger 140.98 Kb.
titreSous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess)
page1/3
date de publication17.01.2018
taille140.98 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
COMMISSION GENERALE DES PECHES EN MEDITERRANEE

COMITE CONSULTATIF SCIENTIFIQUE

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (SCESS)
Groupe de travail sur l’utilisation des indicateurs socio-économique

dans la gestion des pêches

Tajoura (Tripoli) 3 -5 juillet 2007

OUVERTURE ET DETAILS POUR LA REUNION


  1. Le groupe de travail sur l’utilisation des indicateurs socio-économiques dans la gestion des pêches s’est tenu au Centre de Recherche de Biologie Marine (MBRC) de Tajoura (Libye) du 3 au 5 juillet 2007. 14 participants de 8 Etats Membres du CGPM ont assisté à la réunion composant 8 Etats Membres du CGPM ainsi qu’un représentant de la Confédération Internationale de Pêche Sportive (CIPS). La liste des participants est fournie en Annexe 2.




  1. M. Nourredine Essarbout, Directeur Général du MBRC et M. Sâad El Madani, représentant de la FAO, dirigeaient le groupe de travail et ont accueilli les participants. Ils ont insisté en particulier le rôle important joué par le CGPM dans la contribution des activités de recherche et dans la gestion des pêches méditerranéenne. M. Essarbout a souligné l’intérêt particulier de la Libye de continuer activement à contribuer aux activités du CGPM.




  1. M. Alain Bonzon, secrétaire exécutif du CGPM a remercié le MBRC pour l’accueil qu’il fait à cette réunion ainsi que la FAO et ses projets régionaux pour son soutien dans les activités du CGPM. Le secrétaire exécutif ouvre la séance et donne la parole à M. Malouli Idrissi, coordinateur du sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (SCESS).




  1. M. Malouli Idrissi rappelle le contexte et les objectifs principaux du groupe de travail en tant que continuation de l’effort développé depuis 1999. M. Malouli présente les questions principales devant être discutées pendant la réunion et les détails de l’ordre du jour. Il est souligné que les présentations devront être concentrées sur une approche méthodologique de sélections des indicateurs socio-économiques et leur intérêt dans le soutien des procédés de gestion des pêches.




  1. M. Ramon Franquesa a été désigné comme Président et M. Malouli Idrissi comme Auxiliaire. Messieurs Paolo Accadia, Scander Bensalem et Malouli Idrissi agiront en tant que rapporteurs.




  1. L’ordre du jour de la réunion est adopté (annexe 1) et 2 groupes de discussions sont constituées au sujet, respectivement, de l’utilisation des indicateurs socio-économiques et des pêches récréatives.




  1. Des inquiétudes ont été exprimées par rapport au retard nécessaire pour adopter le conseil du SCESS, particulièrement ce qui concerne la segmentation de la flotte proposée en 2003 et officiellement adoptée par le CGPM par une résolution (tâche 1), seulement en 2007. Le groupe de travail a exprimé le besoin d’une résolution du CGPM pour demander la collecte et la synthétisation des données économiques de tous les pays membres.




  1. Il a été cependant souligné qu’une description technique complète des données devant être collectée par le segment flotte, indiquant les structures temporelles et les sources, est toujours nécessaire pour être finalisée afin d’apporter la question au SAC.




  1. M. Malouli se réfère aux inquiétudes exprimées par quelques chercheurs pendant le groupe de travail sur la Tâche 1 qui s’est tenu à Casablanca plus tôt cette année en rapport avec les classifications différentes des engins de pêche, des segmentations flotte, utilisées par les systèmes de collecte de données du CGPM (Par exemple avec 1 engin spécifique) et de l’UE (par exemple avec 1 engin dominant).




  1. M. Accadia a insisté sur l’importance de débuter la collecte des données économiques dès que possible, et a déclaré que c’est seulement en appliquant la segmentation de la flotte et en rassemblant les données qu’il serait possible de vérifier la validité des indicateurs.


EXAMEN DU TRAVAIL ACCOMPLI PAR LES INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES EN MEDITERRANEE


  1. M. Malouli fait un résumé des résultats et des recommandations du SCESS pendant les 6 dernières années en rapport avec les indicateurs socio-économiques. M. Malouli souligne le besoin de considérer toutes ces recommandations, plus particulièrement le besoin pour une collecte des données économiques systématiques pour la plupart des pays Méditerranéens, et la collecte de données sociales. Un sommaire de ce résumé historique est fourni en Annexe 3.


Travail effectué dans le cadre des projets régionaux de la FAO.


  • « Indicateurs socio-économiques en Mer du Nord et en Mer Adriatique Centrale » par Paolo Accadia


M. Accadia présente une analyse socio-économique de pêche démersale et pélagique dans la Mer du Nord et la Mer Adriatique Centrale (GSA 17) développée comme des contributions respectivement pour le groupe de travail AdriaMed sur des indicateurs biologiques et économiques pour les pêches démersales de la Mer Adriatique, effectuées au Laboratoire de Biologie Marine et des Pêche à Fano, Italie (Mai 2005)et pour le groupe de travail AdriaMed sur les Ressources de petites pêches pélagiques, effectuées par l’ISMAR-CNR à Ancone, Italie (Mai 2006).

L'analyse a été exécutée en utilisant un ensemble de 24 indicateurs socio-économiques. Les indicateurs économiques ont inclus 6 indicateurs sur la performance économique, 8 sur la productivité, 4 sur des coûts et des prix, et un indicateur général récapitulant la viabilité économique. Du point de vue social, 4 indicateurs plus un indicateur général récapitulant la viabilité sociale ont été définis.

Les tendances de ces indicateurs ont été analysées en utilisant le prétendu système du « feu de circulation ». Les valeurs de référence ont été placées selon leur valeur centile des séries suivantes: > 66ème centile, 66ème-33ème, et < 33ème centile. Basées sur chaque indicateur spécifique, les trois couleurs standard, vert, jaune et rouge, ont été assignées aux trois secteurs définis par les valeurs de référence aux 33ème et 66ème centiles.

La viabilité économique de récapitulation d'indicateur a été obtenue en comparant la rentabilité des investissements dans la pêche (par le retour sur capital investi (ROI) au taux moyen des valeurs Italiennes du Trésor avec une maturité à long terme (Buoni del tesoro Pluriennali (BTP)). Les taux de BTP italien ont été employés comme point de référence de limite.

La viabilité économique de récapitulation d'indicateur a été obtenue en tant que différence entre le salaire moyen par homme employé et le salaire minimum a été stipulé par les lois italiennes (Contratto Collettivo Nazionale di Lavoro (CCNL)). Ce niveau de salaire a été considéré comme point de référence de limite d'un point de vue social.

L'analyse a été réalisée en employant des données fournies par le système de surveillance de l'IREPA, le long du littoral italien. L’étude a couvert une période allant de 1996 à 2004.

M. Accadia a souligné que cette analyse a été rendue possible par la disponibilité des données économiques, et a précisé le besoin d'une définition homogène des sous-unités de flotte de tenir compte de ce genre d'analyse.


  • «Application des indicateurs socio-économiques sélectionnés : étude de cas de la Croatie » par Maja Fredotovic


La présentation a souligné les difficultés liées à l'obtention et à la compilation des indicateurs socio-économiques viables en Croatie. La présentation a inclus un examen des indicateurs macro-économiques suivis des données générales sur la flotte. L'emphase a été mise sur des données liées aux matériels de pêche, à l'activité de pêche, aux prises/production, au marché de poissons, à la mariculture et à l'industrie de transformation de poissons.

Le ramassage des indicateurs sociaux a fait face à des problèmes dû au manque de statistiques et de données qui peuvent seulement être obtenus par les enquêtes et les études "sur place" lesquelles sont des ressources exigeantes. Quelques projets et études faits récemment montrent qu’environ 500.000 personnes, seulement dans le secteur côtier, dépendent de la pêche.

Les indicateurs économiques liés à l'efficacité économique dans la pêche n'étaient pas disponibles (par exemple, des données sur l'efficacité d'investissement dans la pêche ou des données sur l'efficacité de navire). L'analyse basée sur les unités opérationnelles n'était pas possible (selon des données disponibles). L'analyse de valeur ajoutée a été également limitée. Les indicateurs sur le commerce de poissons n'étaient pas disponibles (ou n’étaient pas sûrs selon les données existantes).

L'étude a conclu que, si n'importe quel indicateur fiable doit être produit, elle peut être faite soit en changeant le système de collecte de données existant (le processus a commencé et devrait être terminé d'ici 2010), soit par recherche de champ et par la surveillance de champ (sur site).



  • «Application Adriatique sur les données socio-économiques des pêches »Croatie » par Paolo Accadia


M. Accadia a présenté une base de données pour des données sociales développées dans le cadre du projet de la FAO AdriaMed. Elle a été conçue et développée pour stocker, archiver et fournir les outils de base d'analyse des données rassemblées pendant l'enquête sociale d'AdriaMed, effectuée en 2003 en Albanie.

Il a souligné l'utilité de cet outil en particulier pour sa flexibilité et sa capacité de s'adapter à chaque contexte : ajouter, modifier et supprimer des indicateurs ou des groupes d'indicateurs permettant de produire des questionnaires appropriés à n'importe quelle réalité sociale en mer Méditerranée.
Études entreprises au niveau national.


  • Rapport National sur quelques indicateurs des pêches libyennes” par Abdulbasset Abuissa


Le littoral libyen s’étend sur environ 2000 kms. Les fonds de pêche libyens sont divisés en trois régions sur la base de la topographie et de l’escarpement du plateau continental. 1)- La région occidentale, de la frontière Libyenne-Tunisienne au Musrata, est caractérisée par un plateau continental large et un fond sableux facilement chalutable. 2) - La région médiale, de Musrata à Benghazi, est caractérisée par une région inférieure rocheuse avec une pente continentale escarpée et pointue. 3) - La région orientale, de Benghazi à la frontière Libyenne-Égyptienne, est caractérisée par un plateau continental rocheux de substratum et très d'étroit.

La production de poissons est principalement basée sur la région occidentale, le secteur le plus chalutable. Une activité légère de pêche pour le petit pélagique est principalement menée dans la région occidentale également. La flottille de pêche et les données de la pêche ont été enregistrées par segment. Les zones de débarquement sont distribués le long de la côte : 50 % dans la région occidentale ; 17.4 % dans la région médiale et 32.6% dans la région orientale. Selon l'étude socio-économique des indicateurs, entreprise par le MBRC entre 2004-2006 (suivant le schéma des segments et de la méthodologie de la flotte CGPM) a montré un bon potentiel pour le bénéfice net basé sur la productivité, quoique l'efficacité de flotte soit généralement très basse (20-55 %) pour la plupart des segments. Les indicateurs sociaux ont rapporté 10040 pêcheurs travaillants, dont 60 % sont basés dans la région occidentale.


  • Indicateurs Socio-économiques des pêches Marocaines méditerranéennes”, par Malouli Mohammed


Dans les eaux méditerranéennes marocaines, l’activité de pêche présente plusieurs atouts, principalement : un poids social important, ressources avec la valeur marchande élevée et proximité des marchés européens. Les ressources marines sont exploitées avec environ 660 navires et approximativement 2500 bateaux artisanaux (< 6m). Les prises annuelles représentent environ 44 000 tonnes, dont 30 000 tonnes de petites espèces pélagiques et 11 000 tonnes d'espèces démersales. Deux genres d'indicateurs sont employés, les indicateurs sociaux sont liés au travail, le niveau de l'éducation et la formation maritime et les indicateurs économiques liés à l'évolution du chiffre d'affaires de ventes, le capital investi, les coûts de production et les bénéfices.

Le secteur tient compte approximativement 20 000 emplois. Le travail global est dans le marasme pour plusieurs raisons : les bateaux sont de plus en plus industrialisés ; les conditions sociales ne s'améliorent pas ; le système de part donne plus d'avantages aux armateurs. Quant à l'éducation, le niveau de l'analphabétisme demeure très haut comparé à d'autres secteurs économiques, avec une moyenne d’environ 80%, en dépit de l'effort des programmes nationaux du Ministère. Comme l'éducation est devenue obligatoire, on s'attend à ce que la prochaine génération de pêcheurs ne soit pas illettrée. La formation maritime est également obligatoire pour obtenir une carte de pêche, mais les programmes enseignés sont considérés insatisfaisants. Généralement, les femmes ne participent pas aux diverses activités de pêche, mais elles contribuent intensivement dans le traitement de la chaîne de production. Le capital investi dans le secteur de la pêche tourne autour de 150 millions d'Euros, représentant une augmentation substantielle par rapport à l'année précédente. Le chiffre d'affaires de ventes est estimé à environ 66 M Euros. Il y a eu une tendance d'augmentation pendant les 4 dernières années. Les bénéfices bruts sont positifs pour tous les segments de flotte, et les valeurs supplémentaires sont très importantes également.


  • Indicateurs Socio-économiques et performance économique dans la petite pêche en Turquie : une étude comparative”, par Vahdet Ünal


L'étude évalue l'état de pêcheurs de petite échelle, des opérations de pêche, en termes d'indicateurs socio-économiques et performance économique pendant la période 2002-2003 de pêche dans six parages choisis en Turquie. Les travaux ont été menés à bien avec la collaboration étroite des pêcheurs et du conseil d'administration de chaque coopérative. Pendant l'étude sur le terrain, 127 pêcheurs, tous ceux étaient propriétaires de bateaux et membres coopératifs, ont été interviewés dans six zones différentes de pêche. Les objectifs généraux de l'étude étaient d'évaluer la viabilité économique de l'activité de pêche par l'évaluation des certains indicateurs socio-économiques et performance économique. Les analyses ont prouvé que 53 % de bateaux de pêche de petite taille ont un bénéfice net positif et récupèrent entièrement leurs coûts, sans pertes. Cependant, compte tenu qu’un ratio de performance économique de plus de 10 % est accepté comme bon, seulement 41 % des bateaux de pêche de petite taille ont montré des résultats favorables. D'ailleurs, 25 % des pêcheurs ont désiré stopper la profession. Ils continuent de pêcher dû au manque d'autres offres d'emploi. De façon générale, des vies et la viabilité sont généralement menacés par les niveaux de revenu irréguliers et relativement bas (les prises moyennes sont habituellement de 2.0 à 7.2 kilogrammes par jour et par bateau en jour de productivité allant de 10.3 à 36.8 $) dans la pêche de petite taille.

La situation économique dans les communautés de pêche de petite taille exige que tous ceux qui sont concernés prennent le temps d’un regard plus neuf sur le problème, avec plus d'attention concernant les questions de la gestion de la pêche.
Autres études


  • Relation Prix-quantité pour les petits pélagiques en Méditerranée marocaine”, par Zahri Yassine


Actuellement, la petite pêche pélagique en mer Méditerranéenne marocaine fait face à une situation de surexploitation de quelques espèces visées, en particulier la sardine (Sardina Pilchardus). L'étude a établi un modèle des prix pour les petits pélagiques par rapport à leurs captures, afin d'évaluer les conséquences économiques d'une réduction certaine de l'effort de pêche.

Le modèle de demande opposée « Système de demande presque idéale » (AIDS) qui s'est avéré empiriquement conforme, a été employé pour évaluer l'effet de la variation des captures sur les prix. Des variables factices mensuelles ont été incorporées au modèle afin d'évaluer l'effet de caractère saisonnier. Des données ont été rassemblées pour les trois ports méditerranéens marocains principaux sur une base mensuelle pendant une période de 23 ans.

Les résultats principaux ont prouvé que les prix du petit pélagique en mer Méditerranéenne marocaine sont non flexibles par rapport à l’ancien niveau de la flotte.

Leur propre flexibilité est plus élevée que la flexibilité transversale ; une réduction de 10 pour cent des captures de sardine induit une augmentation des prix de cette espèce de 3.8 % à 4.3 %. L'analyse des flexibilités croisées a indiqué que la capture de la sardine et des maquereaux dans l'Atlantique nord marocain affecte les prix du petit pélagique méditerranéen. Les variables factices ont montré une diminution significative du prix de la sardine pendant la période d'été, avec les niveaux qui peuvent atteindre 53 % ; cette diminution est principalement due à l'augmentation de la température pendant cette période, et des inconvénients des conditions de manipulation et de transport des poissons.


  • Application des indicateurs socio-économiques en Mer Méditerranée française », par Zahri Yassine


Pendant l'atelier, des participants ont reçus de la part d’IFREMER (France) une version électronique d'une étude sur l'application des indicateurs socio-économiques en Mer Méditerrané française, qui a été reconnue avec satisfaction bien que, due aux contraintes de temps, l'étude ne pourraient pas être correctement contrôlée. L'atelier a noté cependant que les indicateurs SCESS et la segmentation de la flotte de SCESS ont été seulement partiellement mis en application.
EXAMEN D'INFORMATION DISPONIBLE SUR LA PÊCHE RÉCRÉATIONNELLE ET SPORTIVE COMPRENANT L'ANALYSE DE SA STRUCTURE LÉGALE


  • Les pêches récréatives dans les pays Méditerranéens : un examen des structures légales existantes”, par Charline Gaudin et Cassandra De Young


Cette étude passe en revue les lois et les règlements existants au sujet de la pêche récréationnelle adoptée par les pays Méditerranéen. Elle commence par une vue d'ensemble des initiatives internationales appropriées concernant la gestion récréationnelle de la pêche et une description de la pêche récréationnelle marine dans le bassin méditerranéen. La question de la définition de la pêche récréationnelle, des politiques de la pêche récréationnelles et du rôle des parties prenantes est répertoriée et une liste ciblée d'espèce dans la pêche récréationnelle méditerranéenne est identifiée.

Le noyau de l'étude analyse les mesures principales de gestion adoptées par les Etats comprenant : (i) régimes d'accès aux ressources de pêche ; (ii) mesures de conservation ; (iii) règlements récréationnels spéciaux de pêche ; et (iv) surveillance, contrôle et surveillance de la pêche récréationnelle.

Le but de cette étude était de fournir un instantané des cadres juridiques de pêche récréationnelle en Méditerranée en vue de favoriser la discussion et l'expérience pour favoriser une gestion récréationnelle homogène et complète de la pêche en Méditerranée.


  • Quelques remarques préléminaires sur les pêches récréationnelles en Mer Adriatique”, par Oldin Bojic


L'étude a souligné la nécessité de définir mieux la pêche récréationnelle (sportive), puisque c'est une activité répandue et croissante en Croatie. Des dispositions de base sont soulignées afin de faciliter la compréhension d'une activité si importante d'un point de vue social et économique. Elle contribue à l'économie d'état, à travers le développement du tourisme, les concours, la pêche Big Game….etc. La pêche récréationnelle a habituellement un grand nombre de participants individuels et cela présente différents défis socio-économiques pour le pays. Régimes d’accès, espèces ciblées, durée, frais et organismes délivrant des licences ont été identifiés et sont aussi très importants. Une attention particulière a été donnée aux mesures de conservation et de contrôle de la pêche récréationnelle.

Une future meilleure gestion de la pêche récréationnelle est fournie. Les vrais problèmes sont mis à jour quand cela survient à l'application des dispositions de normalisation. Le système de normalisation doit être franc et facile à comprendre, et ne doit pas être changé sur une base annuelle. Des experts plus astucieux devraient être impliqués dans le développement et l'évaluation de nouveaux arrangements de normalisation.

La question qui émerge, en observant des règlements de la pêche récréationnelle, est si ces activités sont bien contrôlées. L’objectif clair des règlements en vigueur, particulièrement en ce qui concerne les matériels, les vitesses, le type et la quantité d'effort de pêche semble être à peine respecté. Le problème principal semble être l'augmentation forte du nombre de pêcheurs récréationnels et sportifs.


  • Structure légale de la pêche marine récréationnelle en Turquie : Statuts et règlements actuels, par Vahdet Ünal


La pêche récréationnelle, qui peut être définie en tant que récolte de poissons pour usage personnel, le loisir et le défi, est une activité qui devient de jour en jour plus populaire en Turquie en raison du bien-être croissant des personnes. Le vaste littoral existant du pays offre aux gens une variété de grandes activités de pêche. Le Ministère de l'Agriculture et les Affaires Rurales (MARA) est l'Administration d'Etat principale responsable du règlement commercial et récréationnel de la pêche, de l'administration, de la promotion et de l'assistance technique par quatre directions générales. Selon la loi (1380), MARA édite et fait connaître des circulaires de pêche chaque année afin de régler la pêche récréationnelle. La circulaire couvre des définitions appropriées, l'information exigée (section des questions fréquemment demandées), des restrictions et des interdictions pour des espèces, des matériels de pêche et des zones.

Selon les circulaires turques de pêche, la pêche récréationnelle couvre la pêche amateur et sportive mais cette activité est vue habituellement sous forme de pêche amateur parce qu'il n'y a aucun club de pêche ou de fédérations en Turquie. La compétition de pêche au harpon, qui est organisée par la fédération sous-marine de sports, est la seule activité de pêche sportive. De toute façon, aucune des activités n'inclut la vente, l’échange ou le commerce de l'ensemble ou d’une partie des prises. La forme la plus commune de pêche récréationnelle est faite pour la consommation personnelle de plaisir (plutôt que la compétition) en pêchant à la ligne, à la traîne et au pistolet harpon. L’utilisation de filet « lancer » a été interdite par la dernière circulaire de pêche (2007). Cette activité de plus en plus importante est contrôlée par des méthodes traditionnelles telles que le sac et les limites de taille.

Il n'y a pas encore un système des licences obligatoires. C’est un accès public (libre pour tous) mais un document est donné aux pêcheurs qui veulent certifier leurs activités, bien que celui-ci ne donne aucun privilège aux utilisateurs. Bien que le cadre législatif de la pêche récréationnelle soit bien préparé, tout à fait détaillé et semble couvrir presque tous les aspects fondamentaux de la pêche récréationnelle, il y a des lacunes et des défauts dans la pratique et dans l'application. En outre, la capacité de pêche récréationnelle, le nombre de personnes impliquées dans cette activité (leur âge, genre, niveau d'éducation. etc..) et leur contribution à l’économie nationale, les effets sur l’écosystème de cette activité ne sont pas connus. Le manque de données, de surveillance, de contrôle et dl'application semblent être les lacunes les plus importantes de l'activité. L'étude a conclu qu'il y a un besoin pressant de recherche multidisciplinaire et la collecte de données fiables dans le but d’aider la gestion des pêches sur une base scientifique dans la pêche marine récréationnelle en Turquie.


  • Définition de la gestion de la pêche en mer amateur proposée par la CIPS, Conclusions présentées par Louis Morvan


La CIPS est prête à collaborer avec tous les organismes fonctionnant pour l'environnement et la protection de l'espèce. Les pêcheurs sportifs peuvent fournir des informations se référant à la bonne gestion de nos mers. Ils sont des personnes responsables ayant une bonne connaissance de la pêche. Ils se rendent compte des effets du changement climatique, de la pollution, du braconnage et parfois de l'effort excessif de pêche sur quelques espèces.

Les prises de la pêche sportive sont minimes mais celle-ci représente un poids socio-économique significatif. La pêche de loisirs n'est pas suffisamment présente ou représentée dans les organismes nationaux ou internationaux. Il y a une grande volonté d'être présent à l'heure des décisions concernant la gestion de cette activité.

Le rapport de la FAO (Gaudin, De Young, 2007) sur le cadre juridique de la pêche récréationnelle montre le besoin de davantage de collaboration entre les pays méditerranéens sur le règlement de la pêche de loisirs, et devrait être employé comme base pour une harmonisation de celui-ci, en particulier sur des sujets tels que les tailles minimales, les bateaux charters et la restriction des prises, etc…

Une définition de la pêche de loisirs en mer et des recommandations concernant leur gestion proposée par la CIPS sont récapitulées dans l'annexe 5.
STRUCTURE GÉNÉRALE POUR L'ÉLABORATION DES DIRECTIVES SUR L'UTILISATION DES INDICATEURS Socio-économiques DANS LA GESTION de la PÊCHE INCLUANT LA PÊCHE RÉCRÉATIONNELLE ET SPORTIVE
12. Ce document de référence a été présenté par Ramon Franquesa. Le document a fourni un sommaire de la situation actuelle dans l'élaboration de la méthodologie pour la production des indicateurs. L'utilité des indicateurs économiques a été expliquée dans différents champs : ils sont l'information synthétique qui peut fournir une image adéquate au sujet de l'importance relative de chaque segment de flotte dans leur contexte économique, pour des directeurs et des dépositaires. Ils tiennent compte de l'évaluation des gains et des pertes potentiels de mesures potentielles et aident à surveiller les décisions des administrateurs et à évaluer leur efficacité et concordance. Ils tiennent compte de la comparaison des segments de flotte à travers des pays, la simulation des impacts des différentes mesures à l'avenir et peuvent être employés en commun avec les modèles bioéconomiques. Ils peuvent montrer l'évolution dynamique de la pêche quant aux points de référence établis. Deux manières sont observées pour aider les Etats membres pour le traitement, l'élaboration et l'interprétation de l'utilisation des indicateurs socio-économiques. D'abord, par la préparation d'un manuel pour rassembler et traiter les données pour produire les indicateurs économiques, avec une directive pour l'interprétation des résultats ; en second lieu par le développement d'un logiciel pour faciliter le processus. Le sommaire des directives proposées est présenté dans l'annexe 4.
DÉFINITION D'une LISTE MINIMALE D'INDICATEURS SOCIOLOGIQUES De CONSIDÉRATION dans la MATRICE De la TÂCHE 1 du GFCM
13. La liste prioritaire suggérée sur les indicateurs sociaux inclut les indicateurs suivants par segment de flotte. Ils devraient être calculés comme moyenne à propos des échantillons de chaque strate :

- l’âge du pêcheur

- le nombre d’années d'expérience d'activité de pêche

- la part des revenus de la pêche à propos du revenu total personnel annuel
TOUT AUTRE SUJET
14. Il n'y avait aucun autre sujet.
CONCLUSIONS GÉNÉRALES DE L’ATELIER
Tâche 1.3 - Variables des composants économiques
15. L'atelier a discuté de la tâche 1.3 du GFCM et a suggéré les arrangements suivants pour faciliter la compréhension et la collecte de données économiques. L'atelier a recommandé que les Administrations des Etats membres procèdent instamment dans la collecte des données en suivant le tableau de la tâche 1.3.

Données

Description

Sources

Tonnage brut

Tonnage brut total des navires de pêche appartenant au segment donné de flotte.

Recensement

Puissance Moteur

Puissance totale moteur (kilowatt) des bateaux de pêche appartenant au segment donné de flotte.

Recensement

Emploi

Nombre total des personnes employées sur des bateaux de pêche appartenant au segment donné de flotte. Le nombre de membres d'équipage peut être estimé à plein temps sur une base (FTE) équivalente.

Enquêtes

Part en % De Salaire

Pourcentage des revenus après avoir déduit les coûts commerciaux, les coûts quotidiens et les coûts de carburant qui concernent l'équipage. Il sera distribué parmi l'équipage comme salaire.

Enquêtes

Poids au débarquement

Débarquements totaux en poids.

Enchères – Enquêtes

valeur au débarquement

Le volume de poissons débarqués évalués contre des prix du marché réel. Cela équivaut aux quantités débarquées multipliées par le prix moyen de débarquement.

Enchères – Enquêtes


Valeur de la flotte totale

Ceci est défini comme la valeur actuelle de tout le capital investi - valeur de coque, de moteur, de vitesse et d'équipement. La méthode de remplacement-valeur peut être employée pour estimer ce paramètre.

Enquêtes

Jours de travail/année par navire

Nombre de jours de travail par année (moyenne).

Enquêtes

Heures de travail/jour par navire

Nombre d'heures de travail par jour (moyenne) y compris la période du travail dans le port préparant le voyage et la commercialisation.

Enquêtes

Coût de la pêche/jour par navire

Ceux-ci incluent des dépenses quotidiennes encourues dans l'activité de pêche, telle que le carburant, des lubrifiants, etc… Ce sont des coûts variables qui dépendent du temps passé dans la pêche.

Enquêtes

Coûts fixes annuels par navire

Ceux-ci comportent des coûts qui ne sont pas directement liés à l'activité opérationnelle, telle que l'entretien de non-routine, l'assurance de navire, les impôts et les droits, etc…

Les coûts fixes sont tous les coûts qui sont inévitables pour payer annuellement, indépendamment du temps passé pour pêcher.

Enquêtes
  1   2   3

similaire:

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconDe l’À peu prèS À la calomnie : dix ans de contre-vérités sur l’enseignement...
«entreprise» qui sont les «entrepreneurs» ? C’est à la présentation d’un véritable travail de lobbying que nous vous invitons en...

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) icon«Sociologie et sciences sociales.» Un document produit en version...
«Sociologie et sciences sociales» — De la méthode dans les sciences, Paris: Félix Alcan, 1909, pp. 259-285

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconFrançoise Verschaeve Hiver 2017
«représentations sociales» dans le domaine de la santé ? Que sont, d’abord, les représentations sociales ? Donnez quelques exemples...

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconQuestionnaire a remplir comite :   I structure  club  Comité...

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconThèse Pour le Doctorat de Sciences Economiques

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconLe rôle des sciences sociales dans les relations Est-Ouest

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconEtat rudimentaire de la méthodologie dans les sciences sociales
«Jusqu’à présent, les sociologues se sont peu préoccupés de caractériser et de définir la méthode qu’ils appliquent à l’étude des...

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) icon1, sciences humaines, sociales, gestion et droit

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconChapitre 1 : L’émergence des politiques sociales
«la question sociale» = rapport entre les classes et les catégories sociales, + ce qui touche aux conditions de vie ouvrières et...

Sous-comité sur les Sciences économiques et sociales (scess) iconThèse pour le Doctorat en Sciences Economiques (arrêté du 30 Mars 1992)
«Informatique et télécommunications» implanté au Groupe des Formations Inter-consulaires de la Manche depuis octobre 1994 83








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com