Rapporteurs








télécharger 2.43 Mb.
titreRapporteurs
page1/60
date de publication20.11.2017
taille2.43 Mb.
typeRapport
b.21-bal.com > économie > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60
Université De Nice Sophia Antipolis

Ecole Doctorale Marchés et Organisations

THESE

de Doctorat en Sciences de Gestion

Conception d’une solution TIC pour favoriser l’émergence de projets innovants : une approche usage

- L’expérience KMP-
Présentée et soutenue publiquement par
Amandine PASCAL

Le 12 décembre 2006
Directeur de recherche :
Mme Catherine THOMAS

Professeur à l’Université de Metz

JURY

Rapporteurs :

M. Pierre-Jean BENGHOZI – Directeur de Recherche CNRS à l'Ecole Polytechnique

M. Serge PROULX Professeur à l’Université du Québec à Montréal

M. Franck TANNERY – Professeur à l’Université Lumière Lyon II

Suffragants :

M. Alain CHIAVELLI – Professeur à l’Université de Nice Sophia Antipolis

M. Bruno DELÉPINE – Directeur adjoint du pôle Solutions Communicantes Sécurisées, Vice Président de l’association Telecom Valley –responsable projet KMP-, Directeur CRM de la Société Philips Semiconductors

L’Université n’entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.

Remerciements

J’ai songé tout au long de mon travail de thèse au moment où, la rédaction aboutie, je rédigerai enfin mes remerciements. Je n’imaginais alors pas à quel point il serait difficile d’exprimer, avec la maladresse qui me caractérise et si peu de lignes, ma reconnaissance à toutes les personnes qui ont su me soutenir pendant ces longues années.

Je pense bien évidemment en premier lieu à mon directeur de thèse, Mme Catherine Thomas, qui a su me donner goût à la recherche et avec laquelle j’ai pu entretenir des débats qui ont nourri et stimulé ma réflexion. Merci également d’avoir été là jusqu’aux dernières heures de la rédaction.

Je tiens également à remercier les membres de l’équipe DCC et tout particulièrement Mr Alain Chiavelli et Mme Evelyne Rouby pour m’avoir encouragé et permis de finir ce travail dans les meilleures conditions.

Mes sincères remerciements vont également aux membres de mon jury, Messieurs Pierre-Jean Benghozi, Franck Tannery et Serge Proulx pour m’avoir fait l’honneur d’être rapporteurs.

Je souhaite également exprimer ma gratitude à tous les membres du laboratoire de recherche GREDEG pour le soutien affectif, intellectuel et matériel qu’ils m’ont délivré durant ces années de recherche. Merci également à Mme Yvonne Giordano, directrice de l’équipe Rodige, de m’avoir permis de présenter régulièrement mes travaux lors de conférences.

J’ai eu la chance d’avoir participé pendant cette recherche à un projet passionant et enrichissant et je souhaite vivement remercier l’ensemble des personnes avec qui j’ai partagé cette aventure. Merci tout particulièrement aux « KMP girls » qui se reconnaitront ici et à Bruno Delépine qui me fait l’honneur de participer au jury de la thèse.

Enfin, je pense bien évidemment à ma famille et mes amis pour leur soutien, leur compréhension et leur affection. Ce travail est un peu le leur et je les en remercie.

Sommaire

Introduction Générale 1

La création de connaissances : un enjeu actuel 1

La création de connaissances dans les économies modernes 2

Création de connaissances : un besoin de variété et d’interactions 2

TIC et création de connaissances 4

Problématique et question de recherche 5

L’analyse des usages 6

De l’analyse de l’usage au problème de la pratique 6

La prise en compte de l’usage dès la conception 7

À propos de la méthode 7

Présentation globale du processus de recherche 9

Introduction 15

1.1. Apports de la sociologie des usages 18

1.1.1. L’approche de la diffusion 18

1.1.2. L’approche de l’appropriation 21

1.1.3. L’approche de l’innovation 27

1.3.2.1. Les réseaux d’innovation 28

1.3.2.2. Le modèle de la traduction  33

Les principes de base 33

Les quatre étapes de la traduction 37

1.3.2.3. Usages et traduction : les apports des travaux de Madeleine Akrich 43

1.2. Sciences cognitives et usages 49

1.2.1. Les enseignements de la théorie de la cognition distribuée 50

1.2.1.1. Postulat de base : une analyse du système fonctionnel 50

1.2.1.2. Les versants écologique et social de la cognition distribuée 53

Le versant écologique de la cognition distribuée 54

Le versant social de la cognition distribuée 58

1.2.2. Une conception particulière de l’interaction outil/utilisateur et de l’usage de l’outil 60

1.2.2.1. Une conception originale des outils et de leurs propriétés intrinsèques. 61

1.2.2.2. Une conception particulière de l’usage de l’outil 62

1.3. Les apports de la théorie de la structuration à l’appropriation des TIC 65

1.3.3.1. Les origines de la théorie de la structuration 66

1. Le modèle de stratification de l’action 66

2. La dualité du structurel 69

1.3.3.2. L’apport des travaux de Barley [1986] 74

1.3.3.3. La théorie de la structuration adaptative 77

1. Une conceptualisation originale de la technologie : entre caractéristiques structurelles et esprit de la technologie 78

2. L’appropriation de la technologie 81

3. Le modèle de la théorie de la structuration adaptative 84

1.3.3.4. Orlikowski et le modèle structurationnel 88

1. Orlikowski et la dualité de la technologie 89

2. Orlikowski [2000] : l’accent mis sur la pratique 93

1.3.3.5. La prise en compte d’usages « encastrés dans un structurel » 96

Pour une articulation des approches … 99

Introduction 103

2.1. La création de connaissances : une pratique collective 105

2.1.1. Clarification conceptuelle 105

2.1.1.1. Données, information, connaissance 105

Les données 106

L’information 106

La connaissance 108

2.1.1.2. Les formes de connaissances 110

Connaissances individuelles et connaissances collectives 110

Connaissance explicite et connaissance tacite 111

Le knowing 113

Vers une synthèse : la matrice des formes classiques de connaissances 115

2.1.2. Les modèles de création de connaissances organisationnelles 117

2.1.2.1. Le modèle SECI de Nonaka et Takeuchi 117

2.1.2.2. Les enjeux de la codification 122

2.1.2.3. Le modèle social de création de connaissances organisationnelles 126

La combinaison 127

L’échange 129

2.1.2.4. L’approche communautaire 136

Communautés de pratique et création de connaissances organisationnelles 136

Communautés épistémiques et création de connaissances 140

2.2. Les problèmes spécifiques des partenariats de recherche publique / privée dans le contexte des télécoms 144

2.2.1. Le système de recherche et d’innovation français 145

2.2.1.1. Le système de recherche et d’innovation français jusqu’en 1980 145

Le fonctionnement de la recherche publique 146

Le soutien à la recherche privée 148

2.2.1.2. Les mutations : vers un système incitatif 149

Une diversification des pratiques de recherche et d’innovation des entreprises françaises 149

Les transformations du système public de recherche et d’enseignement supérieur 152

L’introduction de nouveaux acteurs dans le système de recherche français 152

2.2.2. Le secteur des télécommunications français 154

2.2.2.1. Les évolutions technologiques et institutionnelles 155

2.2.2.2. Le système français de soutien à l’innovation dans ce secteur 157

2.2.3. Les partenariats de recherche publique / privée : modalités et freins 160

2.2.3.1. Sphère publique et sphère privée : deux communautés différentes 160

Des acteurs aux systèmes de valeurs différents 161

Les motivations à coopérer 162

Les freins 165

2.2.3.2. L’incidence des modalités contractuelles 166

Evolution des modalités 166

Typologie des laboratoires et logiques relationnelles 168

Impact des modes de coopération sur le transfert de connaissances 171

2.2.3.3. Les déterminants du choix des partenaires 173

2.2.3.4. L’importance des proximités 175

Conclusion 181

Introduction 185

3.1. L’intégration des usagers dans la démarche de co-conception 187

3.1.1. Les situations de conception, caractéristiques générales 187

3.1.1.1. Les démarches traditionnelles 187

3.1.1.2. L’intégration des utilisateurs : vers la co-conception 189

Les méthodes centrés utilisateurs : les scénarios d’usage 190

Les démarches de conception participative 192

3.1.2. La co-conception : apports de la théorie de la traduction 195

3.1.2.1. Le modèle tourbillonnaire : entre art de l’intéressement et choix des bons porte-paroles 195

3.1.2.2. Des supports à la médiation : rôle et nature des objets intermédiaires et des objets frontières 200

Les objets intermédiaires de conception (OIC) 200

Les objets frontières 204

3.1.3. Pour une articulation des théories de la structuration et de la traduction 206

3.1.3.1. Les apports de la théorie de la structuration à la démarche de co-conception 206

3.1.3.2. Le monde des usagers : trajectoire des activités signifiantes 210

3.2. Méthodologie de la recherche 217

3.2.1. La recherche intervention comme architecture de recherche 218

3.2.1.1. Le choix d’une recherche intervention 218

3.2.1.2. Le déroulement d’une recherche intervention 221

3.2.2. La question de la posture épistémologique 222

3.2.2.1. La conception comme finalité 222

3.2.2.2. Le design research comme posture épistémologique 226

3.2.3. La « boîte à outils » du chercheur-intervenant 234

3.2.3.1. Les principes et règles méthodologiques de la recherche intervention 234

3.2.3.2. Le design des recherches interventions 237

3.2.3.3. Plaidoyer en faveur d’une démarche « scientifique » de recherche intervention 240

3.3. Le contexte de l’intervention : le projet KMP 245

3.3.1. Présentation du projet 245

3.3.1.1. Le contexte 246

La technopole de Sophia Antipolis 246

L’association Telecom Valley 247

Origines du projet 248

3.3.1.2. Les objectifs 248

3.3.1.3. L’équipe de conception 250

Le comité de pilotage 250

L’équipe projet 250

3.3.1.4. L’organisation du projet 251

Sous-Projet 0 : Coordination et management de projet (responsable RODIGE) 252

Sous-Projet 1 : Ontologie pour la représentation des compétences (responsable INRIA-Acacia) 252

Sous-Projet 2 : Cartographie des compétences (responsable RODIGE) 253

Sous-Projet 3 : Réalisation informatique d’un service web de compétences (responsable INRIA-Acacia) 254

Sous-Projet 4 : Evaluation du service web sur la dynamique communautaire (responsable GET) 255

Sous-Projet 5 : Evaluation de l'outil sur la création de valeur et la dynamique des connaissances au sein d’une communauté (responsable Latapses) 255

Nos actions au sein du projet KMP 258

3.3.1.5. Les principaux résultats opérationnels 260

3.3.2. Démarche méthodologique 263

3.3.2.1. Le dispositif d’interaction 263

3.3.2.2. La démarche de connaissance au sein des boucles de co-conception 265

Expérimentation 267

Implémentation des prototypes P0 et P1 269

Démonstration et implémentation du prototype P2 272

Démonstration et implémentation du prototype P3 274

3.3.3. La question de la validité des résultats de la recherche 276

3.3.3.1. Validité du construit ou fiabilité de la recherche 276

3.3.3.2. Validité interne et validité externe 281

Conclusion 284

Introduction 288

4.1. Identification des acteurs sophipolitains, de leur base de connaissances et de leurs interactions 290

4.1.1. Sophia Antipolis : une reconnaissance significative dans le domaine de l’info-com. 290

4.1.1.1. D’une plateforme satellitaire à une véritable technopole : l’émergence d’interactions. 291

4.1.1.2. La convergence microélectronique, télécom et informatique : des opportunités nouvelles de combinaison 293

4.1.2. La technopole sophipolitaine : des complémentarités potentielles entre recherche publique et recherche privée 295

La recherche publique 296

La recherche privée 298

Les clubs et associations 300

4.2. Les étapes : analyse chronologique de la démarche de co-conception 303

4.2.1. Analyse de la boucle 2001-2002 304

Étape 1 : la perception du problème : naissance de l’idée 304

Étape 2 : le cheminement de l’idée : transformation des perceptions en concepts et données 306

Étape et matérialisation de l’outil : le projet RNRT 310

Étape 5 : phase expérimentale et évaluation 311

Étape 6 : processus de changement 311

4.2.2. Analyse de la boucle 2003 312

Étape 1 : Perception du problème 313

Étape 2 : transformation des perceptions en concepts et données 314

Étape 3 : les scénarios d’usage 316

Étape 4 : matérialisation de l’outil 320

Étape 5 : phase expérimentale et évaluation 320

Étape 6 : processus de changement 321

4.2.3. Analyse de la boucle 2004 324

Étape 1 : perception du problème 324

Étape 2 : transformation des perceptions en concepts et données 324

Étape 3 : les scénarios d’usage 326

Étape 4 : matérialisation de l’outil 327

Étape 5 : phase expérimentale et évaluation 328

Étape 6 : processus de changement 328

4.2.4. Analyse de la boucle 2005-2006 331

Étape 1 : perception du problème 331

Étape 2 : transformation des perceptions en concepts et données 332

Étape 3 : les scénarios d’usage 334

Étape 4 : matérialisation de l’outil 334

Étape 5 : phase expérimentale / évaluation 334

Étape 6 : processus de changement 334

4.3. Les boucles de co-conception : le rôle des objets intermédiaires de conception 340

4.3.1. Les scénarios d’usage 340

4.3.1.1. Apports de la théorie de la cognition distribuée aux scénarios d’usage : la vision des informaticiens 341

4.3.1.2. Apports de la théorie de la structuration au modèle des scénarios : la vision des gestionnaires 343

4.3.1.3. La combinaison des approches 346

4.3.1.4. Apports de la méthode des scénarios à l’expérimentation KMP 346

Au-delà de l’analyse des besoins : l’identification de logiques d’action. 347

Des logiques d’action au contexte pertinent 349

Des processus à l’analyse des tâches et à l’identification des spécificités fonctionnelles 351

4.3.2. Les ontologies 352

4.4. Les trajectoires d’usage : le rôle des objets frontières 358

4.4.1. Le rôle des objets frontières dans les processus d’intéressement 358

4.4.1.1. Le concept de cartographie 358

4.4.1.2. Représentation de l’espace commun : chaîne de valeur, représentation du cluster télécoms, représentation du pôle SCS 360

4.4.1.3. Le modèle des compétences 366

4.4.1.4. Similarité et complémentarité 369

4.4.1.5. Prototypes P1, P2 372

4.4.1.6. Fiche descriptive des entreprises et organismes de recherche 373

4.4.2. Objets frontières et convergence des trajectoires d’usage et des boucles de co-conception 374

4.4.2.1. Co-conception et trajectoires d'usage de la communauté industrielle : une co-évolution positive 375

4.4.2.2. Co-conception et trajectoires d'usage de la communauté de la recherche publique : une co-évolution en pointillés 378

4.5. Retour sur les principes de construction 384

4.5.1. Sur le rôle des TIC dans les partenariats recherche publique – recherche privée 384

4.5.2. Sur la démarche de co-conception orientée usage d’une solution TIC 392

4.5.2.1. Co-évolution de la conception et des usages 393

Les boucles de co-conception : la définition de l’esprit de la technologie 394

Les trajectoires d’usage : la construction / stabilisation du réseau sociotechnique 395

4.5.2.2. Le rôle des objets frontières : intéressement des usagers et convergence des trajectoires d’usage et des boucles de co-conception 396

Les objets frontières : proposition de caractérisation 397

Le cas de la représentation de l’espace commun 399

4.5.2.3. Trajectoires d’usage et rôle des porte-paroles 406

Les porte-paroles « clés » 408

Les porte-paroles « ponctuels » 410

Les porte-paroles « restreints » 411

Les porte-paroles « émergents »  412

4.5.2.4. Vers une synthèse de la démarche de co-conception orientée usage 413

Vers une articulation des différentes approches théoriques 413

Conclusion générale 416

Références bibliographiques 421

Annexes 439

Annexe 1 : les grilles d’entretiens utilisées dans le projet KMP 439

Annexe 1.1. : Questionnaire pour entretiens exploratoires 439

Annexe 1.2. : Questionnaire pour entretiens semi-directifs : les acteurs industriels et institutionnels 441

Présentation de l’interviewé : 441

Annexe 1.3. : Questionnaire pour entretiens semi-directifs : les acteurs de la recherche publique 445

Présentation de l’interviewé : 445

I. Les acteurs du scénario 445

I. 2. Les services impliqués dans le montage de partenariats 446

I.3. l’utilisateur ou l’individu qui sera susceptible d’utiliser le service web des compétences. 446

II. Les ressources mobilisées 447

III. Les modalités de déroulement du scénario 447

I.V. Contenu des informations recherchées et fournies lors de la mise en œuvre d’un partenariat 448

V. Les exceptions, les problèmes rencontrés et les contre-exemples 449

VI. Les attentes 449

Annexe 2 : Historique du projet 450

Annexe 2.1. : Année 2001-2002 450

Annexe 2.2. : Année 2003 453

Annexe 2.3. : Année 2004 458

Annexe 2.4. : Année 2005-2006 464

Annexe 3 : Exemple de scénario d’usage 466

III. LE PROCESSUS 466

Annexe 4 : L’ontologie des télécommunications 469

Annexe 5 : Exemples d’interfaces du prototype KMP 472

Liste des figures 478

Liste des tableaux 480

Liste des encadrés 481

Table des matières 482

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60

similaire:

Rapporteurs iconRapporteurs

Rapporteurs iconRapporteurs

Rapporteurs iconRapporteurs

Rapporteurs iconRapporteurs

Rapporteurs iconRapporteurs : Pr Lysiane Richert

Rapporteurs iconRapporteurs : Madame Emmanuelle reynaud

Rapporteurs iconRapporteurs : Professeur Bruno levy (Nancy)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com