Le magazine d’information de la métropole








télécharger 232.96 Kb.
titreLe magazine d’information de la métropole
page5/8
date de publication19.11.2017
taille232.96 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

En effet, les proches des patients sont aussi invités à venir au musée et c’est une occasion pour eux de renouer des liens hors des relations de dépendance. Pour les professionnels, c’est une façon de faire évoluer leurs pratiques. « Il leur faut quitter leurs postures habituelles pour tenir compte de la perte d’autonomie », indique Jean- Noël Roques, chef de projet au musée Fabre.

Art et émotions

Au CHU aussi, l’expérience permet aux soignants de renouveler leurs méthodes : ils ont ainsi rédigé un livret inspiré de la méthode par l’expérience de Montessori, qui a vocation à être réutilisé en maison de retraite. « L’art et la médiation culturelle favorisent l’expression des patients, pour améliorer leur bien-être au quotidien », estime Thomas Le Ludec, directeur du CHU.

Le musée Fabre reçoit également des enfants autistes suivis à la villa Saint-Georges cinq à six fois par an et des adultes suivis au centre médico-psychologique « Le point de repère » en accueil de jour. Cinq à six séances, co-construites par les guides avec les thérapeutes, leur sont proposées au tarif préférentiel de 60 euros. « Pour tous ces visiteurs, la sortie au musée Fabre est un temps important », conclut Jean-Noël Roques.
Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont des capacités sensorielles altérées, que la plasticienne va tenter de réveiller à travers différents dispositifs.
« Une action bénéfique pour ces patients et leurs familles » 

Bernard Travier, vice-président délégué à la culture

 ______________________________

En chantier

Un site, deux équipements publics à Odysseum :
l’aquarium Mare Nostrum et le planétarium Galilée.

AQUARIUM – PLANÉTARIUM

Premiers travaux
Dans le cadre de la mutualisation de l’aquarium Mare Nostrum et du planétarium Galilée, un chantier d’amélioration des espaces de présentation au public débute. Premiers résultats révélés dès le 3 avril.
Depuis le 2 janvier, le groupe Aspro Parks, leader européen des parcs de loisirs, par le biais de sa filiale Planetoceanworld, gère en délégation de service public l’aquarium Mare Nostrum et le planétarium Galilée de Montpellier Méditerranée Métropole. « Leur rapprochement permet de proposer un site unique en Europe : deux équipements de loisir culturel sur un seul lieu avec deux thématiques, l’océan et l’espace », explique Jean-François Audrin, vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole délégué à la biodiversité, la culture scientifique et technique. Une billetterie commune, située du côté de l’aquarium Mare Nostrum, propose désormais des visites combinées ou dans chacun de ces équipements. « Le mur mitoyen aux deux structures va être percé afin de créer un cheminement à l’intérieur des établissements », détaille Annick Alazard, directrice du site. Quatre nouveaux bassins seront créés d’ici cet été par Planetoceanworld. Dès avril, des raies d’eau douce seront accueillies dans le bassin cascade en partie basse de la forêt où seront fusionnés, agrandis et surélevés deux bassins existants. Du côté du planétarium Galilée, des films en 3D seront projetés grâce à deux vidéoprojecteurs équipés d’une toute nouvelle technologie laser LED à phosphore, financés par la Métropole. À tester dès les vacances d’avril avec Le Petit Prince.
« Un site unique en Europe » 

Jean-François Audrin, vice-président délégué à la biodiversité, la culture scientifique et technique
+d’infos

aquariummarenostrum.fr 

planetarium-galilee.fr


50 millions d’euros
C’est le budget consacré au projet de rénovation du Polygone qui accueille chaque année près de 11 millions de visiteurs. Cet investissement, réalisé par les co-propriétaires du Polygone (dont 2 millions d’euros financés par la Ville de Montpellier) permettra d’embellir et de rénover les 45 000 m2 du centre commercial et de requalifier le circuit entre le triangle et les Échelles de la Ville. Le projet est conçu par l’architecte Jean-Paul Viguier. Les travaux se dérouleront de fin 2017 à l’automne 2019.

montpellier.fr

MURVIEL-LÈS-MONTELLIER

Une esplanade plus ouverte
Dans le cadre du schéma de déplacement de la commune, l’esplanade des droits de l’homme, espace récréatif de rencontres inauguré en 1992, situé entre le groupe scolaire et la maison de retraite, est en cours de réhabilitation. Suite à trois réunions publiques, ce chantier d’un montant de 285 000 euros, financé par la Métropole et la commune, permettra de créer un cheminement doux rendant cette esplanade plus ouverte, éclairée et accessible à tous. Des plantations d’essences méditerranéennes et de nouvelles aires de jeux (mât de corsaires, agrès, pelouse synthétique, toboggan…) seront créées. Fin du chantier prévue en mai.

murviel.fr

 ______________________________

Dossier 

Au service des communes
Ensemble, on est plus fort. C’est le maître-mot du schéma de mutualisation initié par la Métropole. Celui-ci a été voté par le Conseil métropolitain en décembre 2015, avec l’accord préalable de l’ensemble des maires du territoire. Un terme technique pour désigner la construction d’une véritable coopérative de services de proximité pour les communes avec le lancement de coopérations nouvelles, l’harmonisation et parfois même la mutualisation de certains services publics entre les municipalités et la Métropole. Il s’agit de mettre en commun ce que nous avons de meilleur et de s’enrichir de nos différences. L’objectif final ? Améliorer l’offre actuelle de services publics en fédérant les forces en présence. Découverte de cette coopérative de services qui fonctionne à plein régime !

« Une coopération souple et consentie »   

Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole, maire de la Ville de Montpellier
Montpellier est l’une des deux seules métropoles en France – avec Brest – à s’être construite de manière démocratique. Son fonctionnement est basé sur un pacte de confiance conclu avec tous les maires du territoire. Il prévoit qu’aucune décision ne soit prise sans l’aval de la majorité des 31 maires. Un mode de gouvernance privilégiant le dialogue et la coopération. « J’ai souhaité reproduire cette démarche avec le schéma de mutualisation et profiter de la montée en puissance de l’intercommunalité pour faire de la Métropole une coopérative de services aux communes », explique Philippe Saurel. Il s’agit de promouvoir une coopération souple et consentie qui bénéficie à tous, et ce, quelle que soit l’échelle (entre communes, entre la Métropole et les communes ou entre la Métropole et les territoires voisins). Cette volonté forte constitue le socle du schéma de mutualisation adopté, il y a plus d’un an, par la Métropole.

Un atout pour le territoire

La mise en place d’un tel schéma est une obligation légale pour toutes les intercommunalités et, chaque commune peut apporter sa pierre à l’édifice. « Cet outil, rendu obligatoire par la loi, est un atout pour le territoire, assure Pierre Bonnal, vice-président délégué aux ressources humaines. Il permet de préserver les équilibres financiers des parties prenantes en inventant de nouvelles coopérations à moindre frais. Cette logique de coopérative de services, portée par la Métropole, va dans le sens d’une plus grande proximité, d’une égalité des territoires et peut générer à plus long terme des économies d’échelle non négligeables. »

Plus de services publics

Depuis le 1er janvier 2016, la Métropole et les municipalités locales œuvrent pour mettre en place ensemble de nouveaux projets et renforcer les collaborations existantes dans de multiples domaines : services à la population, interventions techniques, aménagement et développement durable du territoire... L’an dernier, près d’une trentaine d’actions et de projets ont ainsi été déployés sur le territoire (voir p.30-31). En parallèle, les guichets uniques, créés début 2016, sont une des réalisations phares à laquelle les habitants ont régulièrement recours. « Ces différentes coopérations contribuent à créer de nouveaux services dans les communes qui n’en bénéficiaient pas jusqu’à maintenant et à une meilleure coordination des projets, et cela dans une logique d’une meilleure efficacité de l’action publique », détaille Pierre Bonnal. La même dynamique va se poursuivre en 2017. Cette démarche collaborative sera ajustée et enrichie par de nouvelles actions (voir p.32-33). En parallèle, d’importants efforts de gestion sont réalisés en interne par la collectivité. En termes de dépenses de fonctionnement, mais également grâce à la mutualisation de plusieurs directions entre la Métropole et la Ville de Montpellier.
« Une meilleure efficacité de l’action publique » 

Pierre Bonnal, vice-président délégué aux ressources humaines, maire du Crès
27

C’est le nombre d’actions de coopération composant le schéma de mutualisation de la Métropole et de ses 31 communes. Chacune d’entre elles est pilotée par un élu et une commune de référence et déclinée sur le terrain par les municipalités volontaires.

  

Au service des communes

Des partenaires privilégiés
Les 31 communes de la métropole sont les premiers artisans de cette coopérative de services, mise en place au travers du schéma de mutualisation. Leur participation et leur implication sont essentielles à la réussite de cette démarche. Témoignages.
« Impossible de faire cela tout seul »  

Isabelle Touzard, maire de Murviel-lès-Montpellier
« Pour une petite commune comme la nôtre, c’est une aide précieuse. Nous profitons des compétences des services de la Métropole, dont nous ne disposons pas en interne, en matière d’aménagement foncier par exemple, mais aussi des groupements de commandes pour acquérir du matériel informatique de qualité. Il aurait été impossible de faire cela tout seul. Il y a beaucoup de projets à mener ensemble, comme la valorisation des produits locaux. La mise en place de pôles territoriaux, rassemblant les équipes techniques municipales et les moyens disponibles pour l’entretien des routes, de la voirie et des espaces publics, a été un vrai plus. La qualité de service s’est améliorée. »

______________________________

Au service des communes
« La mutualisation est précieuse »  

Gilbert Pastor, maire de Castries
La mise en commun de services pour générer des économies, c’est le rôle premier de la Métropole. Si nous avions dû mettre en place ces projets à notre échelle, cela aurait pris plus de temps et aurait été plus coûteux. Nous bénéficions par exemple d’une plateforme e-administration mutualisée avec les autres communes. Celle-ci nous permet de générer 3 000 à 4 000 euros d’économies par an. Même chose pour l’informatique et les marchés publics où la mutualisation est précieuse. Les guichets uniques dans les mairies sont un service essentiel rendu à la population. Les usagers se rendent désormais dans un seul lieu pour s’informer sur leur commune et la Métropole. C’est une collaboration réussie et exemplaire.

« Se regrouper pour être plus efficaces »  

Isabelle Guiraud, maire de Saint Jean de Védas
« C’est un projet politique qui reflète l’essence même de la Métropole : se regrouper pour être plus efficaces. Il faut saluer cette volonté. Elle nous permet d’avancer plus vite ou d’aller plus loin que si nous étions restés seuls. L’exemple le plus révélateur est la mutualisation de l’enseignement musical entre le Conservatoire et les écoles de musique municipales. Grâce à ce projet, nous partagerons nos ressources tout en ayant la possibilité de mener des projets communs, avec des communes voisines, comme la création de l’orchestre Arc Ouest. À l’échelle d’une ville, cela permet aussi, à dépenses constantes, de faire évoluer certains services. Pour l’informatique et les archives, fonctions techniques difficiles à structurer au plan municipal, je suis favorable à la création d’un service commun. Je souhaiterais également la création d’un observatoire fiscal. Il pourrait être un outil de justice fiscale entre contribuables et de gestion au service des communes et de la Métropole. »

« Générer des économies » 

Jean-Marc Lussert, maire de Prades-le-Lez
« Je suis très favorable à l’idée de coopérative de services. Nous n’en sommes qu’aux prémices mais l’élan impulsé a permis de construire de nouvelles choses, très précieuses pour nos communes.
À Prades-le-Lez, notre participation à des groupements d’achats pour les vêtements de la police municipale, des produits d’hygiène et du matériel informatique génère des économies. Car, dès que plusieurs communes s’allient et négocient ensemble un seul marché, il y a des retombées positives pour chacun d’entre nous. La construction d’un réseau entre les écoles de musique municipales et le Conservatoire de Montpellier est aussi un projet prometteur. »

______________________________
Au service des communes
Une collaboration fructueuse, des réalisations concrètes
Après une première année de travail, de nombreux projets ont été lancés. D’autres ont vu leur fonctionnement amélioré ou leur périmètre d’action s’élargir à plusieurs communes. Avec, en toile de fond toujours, l’idée que c’est en se rassemblant qu’il est possible de construire des projets de territoire. Tour d’horizon de ces premières réalisations utiles au quotidien des habitants, grâce à une collaboration fructueuse entre la Métropole et les communes.
Accès à des services en ligne dématérialisés, développement de l’offre culturelle, participation à des groupements d’achats, mise en réseau d’établissements, accès à des formations mutualisées pour les agents communaux, apport d’ingénierie sur des sujets complexes… la collaboration intercommunale est en marche dans de multiples domaines. Une manière d’agir et de construire reposant sur la base du volontariat et des niveaux de participation différents. En matière de gestion des ressources informatiques, par exemple, cette collaboration peut se limiter, pour les communes souhaitant conserver leur propre fonctionnement, à des opérations ponctuelles avec la Métropole (création de plateformes numériques, achat groupé de logiciels…) ou, pour les municipalités désireuses d’aller plus loin, prendre la forme d’un service commun de maintenance.

Des projets en commun

Depuis un an, les services aux citoyens se sont largement étoffés, notamment grâce à la plateforme e-services accessible depuis compte-usager.montpellier3m.fr. Une série de prestations, assurées par la Métropole et les communes, y sont dématérialisées. À noter que les services municipaux disponibles peuvent être différents d’une commune à l’autre. Concernant les compétences propres à la Métropole, chaque usager peut signaler en temps réel une anomalie de collecte des déchets, un problème sur les réseaux d’eau potable ou sur une route. Les habitants ont la possibilité de s’abonner à la téléalarme, réserver des entrées pour le musée Fabre et l’aquarium Mare Nostrum ou s’inscrire à l’écolothèque.

La culture est l’autre domaine où de nombreuses initiatives ont germé. Même si les communes restent souveraines dans le choix de leur politique culturelle, les coopérations en la matière se développent fortement. Une des premières réalisations : le rapprochement des salles de spectacles de Castelnau-le-Lez et du Crès, le Kiasma et l’Agora. Un projet artistique commun a été construit à l’initiative des deux municipalités voisines pour la première saison et un directeur artistique mutualisé a été recruté par la Métropole. Une réflexion est en cours pour étendre ce dispositif à sept autres communes disposant également d’une salle de spectacle. De son côté, le Conservatoire à Rayonnement Régional de la Métropole et les écoles de musique municipales associées construisent un réseau d’enseignement musical (voir page suivante). Sept autres communes de l’arc ouest(1) ont mis en commun leurs évènements culturels autour de la littérature pour créer un évènement unique, Les automnales du livre.
(1) Saussan, Lavérune, Murviel-lès-Montpellier, Juvignac, Grabels, Fabrègues et Pignan.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Le magazine d’information de la métropole iconIi les mutations de la métropole : de nouveaux aménagements

Le magazine d’information de la métropole icon04. 10. 2015 : 399. Tests de cosmétiques
«Peut-on se laver, se raser, se maquiller sans risques ?» Le magazine 60 millions de consommateurs de l'Institut national français...

Le magazine d’information de la métropole iconL’enseignement des Sciences de la Vie et de la Terre
Les systèmes dynamiques complexes renferment une certaine information et sont capables de moduler cette information en fonction de...

Le magazine d’information de la métropole iconLa galerie Fabienne Rhein est située au centre ville de la métropole...

Le magazine d’information de la métropole iconVive Montpellier Méditerranée Métropole !
«Six ans à Montpellier, entre cafés et concerts en terrasses, expos folles et espaces calmes, des gens, croisés au hasard de ruelles...

Le magazine d’information de la métropole iconInterview publiée dans Aéroport de Paris Magazine Nº49 de septembre...
«système Starck». Dialogue avec un créateur sans complexes, aussi passionné qu’engagé

Le magazine d’information de la métropole iconMétropole bac s 09/2013 Correction ©
«les aires balayées par le vecteur Terre-Satellite pendant des durées égales sont égales». Puisque sa trajectoire est circulaire,...

Le magazine d’information de la métropole iconSupplementary information

Le magazine d’information de la métropole iconSupplementary Information

Le magazine d’information de la métropole iconRapport d’information








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com