Le magazine d’information de la métropole








télécharger 232.96 Kb.
titreLe magazine d’information de la métropole
page4/8
date de publication19.11.2017
taille232.96 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

atah.com - Tél. 06 02 16 89 98

PIGNAN

Les food trucks vous régalent ! 
La ville de Pignan accueille la 2e édition du festival week-end truck dimanche 12 mars dans le parc du château. Ce festival montpelliérain mettra à l’honneur les trucks locaux. 25 food trucks proposeront leurs spécialités, pour faire découvrir un savoir-faire qui leur est propre. Pour accompagner cette journée, un programme d’animations complet est prévu avec notamment des activités sportives, un manège, des balades en poney et un concert en début de soirée... 

pignan.fr

______________________________
 

CASTELNAU-LE-LEZ

L’art de créer à la Maison de la gravure
Unique dans la région, la Maison de la gravure Méditerranée, 105 chemin des Mendrous, fait vivre cet art séculaire prisé par les artistes contemporains. Tout à la fois salle de cours et de stages, atelier d’artistes et galerie d’art, cet espace castelnauvien est ouvert à tous et aux échanges conviviaux.
« La gravure fait référence aux empreintes laissées par les hommes préhistoriques. De tout temps, l’humain a eu le désir de laisser une trace », explique Vincent Dezeuze, directeur artistique de cette institution créée il y a dix ans à Castelnau-le-Lez. Ce travail artisanal basé sur l’encrage, l’essuyage et le passage sous presse a traversé les âges. Souvent porteuses d’idéologies et d’informations, sublimées par des artistes comme Dürer, Rembrandt ou Goya, les estampes prennent aujourd’hui des couleurs contemporaines sous de nouvelles formes. « Il n’est plus question de reproduction en grand nombre, mais de création à part entière », précise l’artiste.

Voir l’image apparaître

La Maison de la gravure met à la disposition de tous un vaste atelier chargé de presses et de matériaux divers ouvrant le large champ des possibles en matière de gravure. Des ateliers en semaine et des stages les week-ends permettent de s’initier ou de se perfectionner. Sous la houlette de Walter Barrientos, artiste peintre et professeur d’origine péruvienne, les « élèves » laissent libre cours à leur imagination. Madeleine, retraitée, est une fidèle du lieu. « Je ne sais pas très bien dessiner. La gravure et ses nombreuses techniques me permettent de créer en jouant sur les matières.» Sur la table voisine, Pascal Mahaud, artiste montpelliérain, peaufine sa plaque de zinc pour donner vie à une œuvre sur l’oppression de l’être humain. « Je fais appel régulièrement à la gravure dans mes installations. Ce mode d’expression enrichit mes œuvres. Il m’a permis dans ma dernière exposition intitulée Huellas de faire apparaître les empreintes de pas de danseurs de flamenco. »

Matériaux recyclés

Tôle de cheminée, carton d’emballage de fruits, boîte de conserve, bouteilles Tetra pak… La plaque de cuivre traditionnelle enduite d’encre est souvent remplacée par des matériaux recyclés. « La gravure est un combat entre la matière, le papier et la presse. Le passage sous presse, c’est 2 tonnes de pression au cm2, soit le poids d’une voiture sur le petit doigt ! », image Walter Barrientos. 

Un petit tour à la Maison de la gravure s’impose pour mieux connaître le vaste monde des estampes et admirer le travail de Marc Itier, Virginie Pey et Caroline Lequeux Clarimon, qui exposent jusqu’au 31 mars. L’entrée est libre. Vous pourrez même repartir avec un petit souvenir unique. Un vaste choix d’estampes et de livres d’artistes réalisés sur place sont à la vente. 
+ d’infos

maisondelagravure.eu
Depuis la rentrée, l’artiste toulousain Walter Barrientos assure les ateliers à la Maison de la gravure.
 

______________________________

Grand angle
Au fil du Lez
Trait d’union entre la métropole des garrigues et celle des étangs, le Lez prend sa source sur la commune de Saint-Clément-de-Rivière et se jette dans la mer à Palavas-les-Flots après avoir traversé les communes des Matelles, Prades-le-Lez, Montferrier-sur-Lez, Clapiers, Montpellier, Castelnau-le-Lez et Lattes. Lieu de promenade, de pratiques sportives ou artistiques, il est un élément phare de notre patrimoine que la Métropole comme les communes ont à cœur de préserver. 
1- Un immense réservoir d’eau potable

La source du Lez   est la résurgence d’un vaste ensemble de cours d’eau souterrain sous-jacent aux garrigues nord montpelliéraines. Exploitée depuis 1854, elle fournit aujourd’hui 33 millions de mètres cubes d’eau potable aux habitants de la Métropole, soit environ 80 % de l’eau consommée. Exploitante de la source, la Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole prélève 1 050 litres d’eau par seconde, d’une très bonne qualité à l’état naturel. La source du Lez, unique au monde, fonctionne comme un immense réservoir d’eau, niché dans un réseau de cavités souterraines appelé aquifère. À chaque saison des pluies, l’aquifère se remplit par infiltration de l’eau dans la roche calcaire fissurée (le karst). En été, le niveau baisse et il faut aller pomper l’eau plus profondément, et parfois, recourir à l’eau du Bas-Rhône en appoint. 
2- Des espaces protégés

Le Lez est classé en zone Natura 2000 d’intérêt communautaire sur 14 kilomètres, depuis le pont de la Concorde entre Montpellier et Castelnau-le-Lez jusqu’à sa source. Ce classement permet de protéger plusieurs espèces remarquables et en premier lieu le chabot du Lez , présent uniquement sur ce site. La cistude d’Europe, une petite tortue d’eau douce, et la cordulie splendide, une libellule, y sont aussi protégées en raison de leur rareté. De nombreux oiseaux nichent sur les berges, y compris dans la partie montpelliéraine entre le port Juvénal et le parc Rimbaud, où la Ligue de protection des oiseaux a répertorié près de 40 espèces. Des herbiers, les seuils et les cascades sont aussi sous surveillance du Syndicat du Bassin du Lez (SYBLE), en charge de l’animation de cette zone Natura 2000, pour préserver ou restaurer les milieux aquatiques, les zones humides et leurs écosystèmes. 
3/4- Jeux aquatiques d’hier à aujourd’hui

Au XIXe siècle et au début du XXe, on pratiquait encore les joutes à Montpellier  . C’était le temps des guinguettes et des bals populaires. Aujourd’hui, le fleuve est toujours le terrain de jeux aquatiques mais dans une version plus moderne. Sur la base nautique de La Valette, le MUC canoë-kayak s’entraîne tous les jours, été comme hiver, au slalom ou au kayak polo . Et en mai, lors du festival international des sports extrêmes (FISE),
on se presse pour assister aux compétitions de wake board
au pied de l’hôtel de région. 
5- À l’abri des crues 

Sur la partie aval, entre Montpellier et Lattes, le Lez est canalisé depuis l’époque de Louis XIV, qui avait fait relier le port de Lattes à celui de Juvénal, afin de commercer avec les autres villes de Méditerranée. Jusqu’en 2006, cette canalisation n’a pas empêché le fleuve de déverser ses crues d’automne  dans les plaines du littoral, causant d’importants dégâts humains et matériels. Pour y remédier, la Métropole, alors Agglomération, a réalisé d’importants aménagements hydrauliques : renforcement des digues à Lattes et dérivation des crues dans le chenal de la Lironde, non urbanisé. 18 000 habitants ont ainsi été mis à l’abri. 
6- Une coulée verte et bleue 

La balade le long des berges du Lez est très prisée des Montpelliérains, notamment sur la piste cyclable continue aménagée depuis le quartier Richter jusqu’à Palavas-les-Flots. Elle peut aussi se faire plus au nord, au niveau du parc Méric  et les connaisseurs ont leurs coins à pique-nique plus en amont, vers le domaine de Restinclières notamment. En été, le MUC canoë-kayak propose également des descentes en kayak. Dans tous les cas, n’oubliez pas de respecter l’environnement de ce patrimoine naturel exceptionnel. 


JEAN-PIERRE GRAND

Sénateur - maire de Castelnau-le-Lez
Conseiller métropolitain 
En quoi le Lez est-il un élément du patrimoine
de votre commune ?

Le Lez et le vieux village sont liés depuis des millénaires. Le fleuve a attiré les hommes qui s’y sont installés. Le centre historique avec son église romane du XIIe siècle est assez près des rives pour bénéficier de cette source de vie et assez loin pour ne pas en subir les caprices. Cette merveilleuse coulée verte imprègne de son charme notre commune.

Comment le préserver ?

Depuis plusieurs décennies, avec les communes situées en amont, nous avons engagé des actions pour tarir les rejets d’eaux usées et les pollutions. Aujourd’hui, la diversité de la faune aquatique prouve la qualité des eaux. Gamin, comme la plupart des enfants de Castelnau, c’est dans le Lez, entre le rocher de Substantion et « la pissière » de Monplaisir que j’ai appris à nager. À cette époque les piscines étaient rares et la mer trop éloignée pour s’y rendre chaque jour de vacances. Je souhaite que l’on retrouve une eau de qualité baignade dans cette partie amont. Ainsi le beau fleuve rendra à nouveau possible pour toutes les générations de renouer avec les joies de la baignade dans un cadre naturel d’exception.
+ d’infos

castelnau-le-lez.fr 


 ______________________________
 
INTERNATIONAL

Des liens plus forts avec la Russie
Une délégation de la Métropole, menée par Philippe Saurel, président, et Chantal Marion, vice-présidente déléguée au développement économique, à l’enseignement supérieur, à la recherche, à l’innovation et à l’international, est partie en Russie du 29 janvier au 3 février. Une mission d’affaires dont l’objectif principal a été économique. La délégation a notamment fait étape dans la région de Kalouga, au sud-ouest de Moscou. Explications.
« La Russie est un pays en plein développement avec qui la France doit travailler, assure Philippe Saurel. À Montpellier, nos échanges ont débuté il y a plusieurs dizaines d’années avec Georges Frêche. J’ai demandé à Chantal Marion de raviver les accords existants pour mettre en place des coopérations ambitieuses. » À l’occasion de cette mission, la délégation métropolitaine a pris la direction d’Obninsk et de Kalouga, deux villes de la région de Kalouga. La collectivité a renouvelé un accord de coopération avec la ville d’Obninsk et l’Agence régionale de développement par l’innovation de la région de Kalouga (photo). Une collaboration initiée pour la première fois en 2011, facilitant l’implantation sur nos territoires respectifs d’entreprises locales (voir page suivante). « Il est indispensable de préserver cet accord grâce auquel nos entrepreneurs ont accès à des marchés stratégiques en Russie, explique Chantal Marion. Ce que nous recherchons dans cette coopération, c’est la mise en réseau et des relations efficaces entre nos entreprises pour booster leur développement. » 

Une terre d’innovation

La région de Kalouga est un des territoires les plus dynamiques de Russie et le premier en termes d’investissements étrangers. De grands groupes internationaux, comme Peugeot-Citroën, Renault, Lafarge, L’Oréal, Samsung, Nestlé, Volvo, Volkswagen et Mitsubishi, sont installés sur place. Obninsk est l’une des plus importantes villes scientifiques de Russie avec près de 11 000 emplois dans la recherche. Une terre historique d’innovation avec laquelle la Métropole va renforcer ses liens. Suite à la rencontre entre Anatoly Dmitrievitch Artamonov, gouverneur de la région de Kalouga et Philippe Saurel, de futures coopérations sont d’ores et déjà envisagées dans de nombreux domaines : la santé, le sport avec l’implantation du FISE World en Russie, l’agroécologie, la French Tech et l’exportation de vin.

En octobre prochain, une délégation russe composée d’acteurs politiques et économiques d’Obninsk, de Kalouga et de Volgograd se rendra à Montpellier. Au programme : la présentation du fonctionnement de la Métropole et de son réseau de transports, ainsi que la signature d’un accord de coopération élargi avec la région de Kalouga.
« Un pays avec qui la France doit travailler » 

Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole.

 ______________________________

En action

Ils investissent à Kalouga
En décembre dernier, une première mission d’affaires a été organisée dans la région de Kalouga, composée de quatre entreprises de la métropole.Ces dernières ont noué des contacts avec plusieurs partenaires et même initié de premiers projets. « Le marché russe possède un véritable potentiel en matière de recherche et développement dans le domaine pharmaceutique, assure Célia Belline, CEO de CILcare (R&D dans le domaine de l’audition). Ce premier déplacement nous a déjà permis d’envisager des collaborations à venir, avec par exemple le cluster en biotechnologies d’Obninsk. »
Un constat partagé par les autres acteurs présents. « La Russie est en plein développement et la région de Kalouga présente de nombreux débouchés pour y commercialiser notre technologie qui est, en quelque sorte, unique au monde. Nous ciblons plusieurs types de clients, notamment les grands groupes industriels et les laboratoires », explique Nicolas Merle, co-fondateur et directeur de la technologie chez Chain Orchestra (technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente et sécurisée). Depuis 2011, plusieurs entreprises locales ont tenté l’aventure en Russie. Parmi elles, Intrasense (imagerie médicale) qui a développé un marché représentant 50 % de son chiffre d’affaires à l’export.
« Un véritable potentiel »
Philippe Saurel, accompagné par Vladislav Shapsha, maire d’Obninsk, Chantal Marion, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole et Anatoly Sotnikov, directeur de l’Agence régionale de développement par l’innovation de Kalouga, en présence d’Anatoly Dmitrievitch Artamonov, gouverneur de la région de Kalouga.

Un territoire attractif au sud-ouest de Moscou
Berceau de l’exploration spatiale, Kalouga accueille le musée d’État de l’histoire de l’astronautique Constantin Edouardovitch Tsiolkovski.
Région de Kalouga 

• 1 million d’habitants

• Parc industriel Vorsino : 1 145 ha alloués aux investisseurs

• 1 cluster spécialisé dans les biotechnologies

• Présence de grands groupes français (L’Oréal, Peugeot-Citroën, Renault…)

• 108 établissements médicaux
Ville d’Obninsk

• Points forts : recherche, industrie, éducation et médecine

• 110 000 habitants dont 11 000 travaillant dans la recherche

• 12 instituts de recherche scientifique

• 2 300 PME 

• 180 ha dédiés aux parcs industriels

 ______________________________
En action
CULTURE

Les patients du CHU en visite au musée Fabre
Primé en 2014 par le trophée culture et hôpital de la Fédération hospitalière, le projet « Au fil des œuvres, au fil du temps » emmène des patients atteints de maladies dégénératives au musée Fabre, pour des visites adaptées. Le CHU et le musée collaborent par ailleurs pour offrir des séances à des enfants autistes et des adultes suivis en centre médico-psychologique.
Depuis 2012, chaque année, le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole renouvelle une convention avec le Centre hospitalier universitaire (CHU) pour des interventions auprès des patients atteints de maladies neurodégénératives suivis au centre de gérontologie Antonin Balmès. L’an passé, douze patients ont participé à cinq sorties au musée, chaque mois de janvier à juin, préparées en amont à l’hôpital. Quatre thérapeutes et soignants du CHU, deux guides, un intervenant plasticien et un chef de projet du musée Fabre sont mobilisés. « Le travail porte sur les émotions suscitées par les œuvres, à travers une médiation orale mais aussi sensorielle, car ces patients ont les sens altérés par la maladie », explique Charlotte Gausseran, responsable de la culture et du mécénat au CHU. « La Métropole prend en charge ces séances, pour un montant d’environ 4 000 euros par an », indique Bernard Travier,  vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole délégué à la culture. « Un petit budget pour une action bénéfique pour ces patients et leurs familles ». 
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Le magazine d’information de la métropole iconIi les mutations de la métropole : de nouveaux aménagements

Le magazine d’information de la métropole icon04. 10. 2015 : 399. Tests de cosmétiques
«Peut-on se laver, se raser, se maquiller sans risques ?» Le magazine 60 millions de consommateurs de l'Institut national français...

Le magazine d’information de la métropole iconL’enseignement des Sciences de la Vie et de la Terre
Les systèmes dynamiques complexes renferment une certaine information et sont capables de moduler cette information en fonction de...

Le magazine d’information de la métropole iconLa galerie Fabienne Rhein est située au centre ville de la métropole...

Le magazine d’information de la métropole iconVive Montpellier Méditerranée Métropole !
«Six ans à Montpellier, entre cafés et concerts en terrasses, expos folles et espaces calmes, des gens, croisés au hasard de ruelles...

Le magazine d’information de la métropole iconInterview publiée dans Aéroport de Paris Magazine Nº49 de septembre...
«système Starck». Dialogue avec un créateur sans complexes, aussi passionné qu’engagé

Le magazine d’information de la métropole iconMétropole bac s 09/2013 Correction ©
«les aires balayées par le vecteur Terre-Satellite pendant des durées égales sont égales». Puisque sa trajectoire est circulaire,...

Le magazine d’information de la métropole iconSupplementary information

Le magazine d’information de la métropole iconSupplementary Information

Le magazine d’information de la métropole iconRapport d’information








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com