Synthèse générale








télécharger 0.96 Mb.
titreSynthèse générale
page1/24
date de publication19.11.2017
taille0.96 Mb.
typeThèse
b.21-bal.com > économie > Thèse
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24
Etats Généraux de l’Outre-Mer dans l’Hexagone
Synthèse générale

Avant-Propos


Texte de Patrick KARAM

Un mot des rapporteurs coordonnateurs

SOMMAIRE
1 - Insertion des DOM dans leur environnement régional …………………………… page 6

2 – Identité, Culture, Mémoire………………………………………………………………page 14

3 – Production locale et conditions d’un développement endogène …… …………… page 24

4 – Rénovation du dialogue social et formation professionnelle ………………………page 38

5 – Egalité des chances, promotion de la diversité et insertion des jeunes ………… page 43

6 – Grands projets structurants et conditions de développement durable ………… page 53

7 – Formation des prix, circuits de distribution et pouvoir d’achat ………………… page 67

8 – Gouvernance (évolutions institutionnelles locales ……………………………… page 83

et adaptation des administrations centrales)

9 – Identité, Culture, Mémoire dans l’Hexagone …………………………………… page 92

10 – Egalité des chances, lutte contre les discriminations

et citoyenneté dans l’Hexagone …………………………………………………… page 135

11 – Sport dans l’Hexagone ……………………………………………………………… page 189

12 – Problématiques liées à l’éloignement (internet, téléphone, poste…) ……… page 204

L’insertion des DOM dans leur environnement régional
(groupe de travail n° 1)

Rapporteurs :

Robby JUDES (Administrateur civil – MAEE)

Jean-Jacques SEYMOUR (Journaliste- Ecrivain Tropiques FM)
Membres :

Jean-Claude BEAUJOUR

Patricia BEAUSSET-BOISSEVAL

Sitti BINTI MOUSSA

Henriette DORION-SEBELOUE

Georges FOUSSE

Hyasine JEAN-MICHEL

Steve PELISSIER
Thierry VERGE-DEPRE

Remerciements :

M. Jean-Michel BLANQUER (Recteur de l’Académie de Créteil)

M. Jean-Paul DUMONT (Ambassadeur délégué à la coopération régionale dans la zone des Caraïbes)

M. Philippe LEYSSENE (Ambassadeur délégué à la coopération régionale dans la zone de l’Océan indien)

Avant-propos


L’insertion des DOM dans leur environnement régional implique que soient posées plusieurs questions fondamentales d’ordre institutionnel, géopolitique, économique…

Toute insertion des DOM dans leur environnement régional doit prendre en compte la volonté des acteurs nationaux et locaux pour mener à bien ce projet avec succès. Il s’agit de bien comprendre que cette insertion est une chance pour ces territoires et pour la France dans son ensemble, ainsi que pour l’Europe. Si on analyse la situation actuelle, après les troubles sociaux de ces derniers mois, force est de constater que les DOM, coupés de leur environnement naturel, n’ont pas atteint un niveau de développement mature et sont considérés comme un poids –et en tout cas un gouffre financier pour Paris.

Au moment où une crise économique sans précédent frappe le monde, les atouts des régions ultramarines françaises ne peuvent plus être ignorés. Avec ces territoires, la France possède le plus grand espace maritime mondial (11 millions de km²) après les France. La France, de par ses positions ultramarines, est aussi une puissance américaine, africaine, océanienne ouverte sur trois océans. Elle est aussi la seule puissance européenne à avoir une frontière terrestre avec le Brésil, principale économie émergente des Amériques. En investissant dans ces territoires, la France saura s’implanter durablement dans des régions qui, à l’instar du Brésil, lui apporteront la croissance qui lui fait défaut aujourd’hui. Encore faudrait-il que notre pays croie en sa langue, en sa recherche, en sa technologie ; autant de champs que nos DOM pourraient relayer à la satisfaction des pays qui les entourent, à condition que soit acquise la conviction que la proximité notamment géographique est un avantage comparatif inestimable.

Les membres du groupe de travail remercient le Président de la République de l’initiative des Etats-généraux de l’outre-mer et expriment leur gratitude à Monsieur Patrick KARAM, Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer pour la confiance qu’il leur a faite tout au long des travaux qui ont abouti à l’élaboration de ce rapport.

Au terme de cette mission, les signataires de cet opuscule sont intimement convaincus que les investissements d’aujourd’hui dans les régions ultramarines françaises à des fins de coopération régionale constituent à coup sûr la croissance de demain pour la France dans son ensemble et d’innombrables emplois pour l’outre-mer et l’hexagone.

I- L’insertion des DOM dans leur environnement naturel se heurte à des obstacles de natures institutionnelle et historique
1- Les DOM sont exclusivement tournés vers la France et l’Union Européenne

- La départementalisation de 1946 accroît la dépendance –L’appartenance à l’Union européenne pose le problème des visas avec les pays.

Des conditions nécessaires à l’insertion dans ces régions : la fin du pont à sens unique

La libre circulation des hommes est un préalable nécessaire à une ouverture sur ces régions respectives. La question des visas doit être clairement posée. La mise en place d’une véritable coopération régionale n’est possible qu’avec une « circulation des personnes » plus souple. Les ambassades de France doivent être des vecteurs d’intégration dans les Caraïbes et l’Océan Indien et non pas des obstacles.

La politique des visas menée dans ces zones est trop prohibitive

Par exemple dans les Antilles, cette politique inadaptée a des conséquences néfastes dans des pays qui vivent essentiellement du tourisme à la fois international et aussi régional. Nos voisins et partenaires caribéens ressentent cette politique comme un véritable ostracisme à leur égard, ce qui ternit indéniablement l’idée même de coopération régionale. Les ressortissants de la zone sont l’objet d’une suspicion permanente. Les visites spontanées, les échanges commerciaux, universitaires, sportifs et culturels sont entravés.
Donner du sens à cette coopération : une piste à explorer

Il ne paraît pas inconcevable d’imaginer la mise en place, à titre expérimental avec les pays des zones concernées, une entrée sans visa. Ce dispositif pourrait être ouvert aux personnes ayant un passeport valide et une assurance. La durée de séjour serait de quinze jours maximum avec possibilité de voyages multiples dans l’année. Cette mesure ferait l’objet de procédures habituelles de contrôle et de suivi par les autorités compétentes, auxquelles il conviendrait d’associer les exécutifs locaux. Le cas des étudiants et des hommes d’affaires constitue une priorité ; l’assouplissement des conditions d’obtention du visa et l’établissement de règles de réciprocité en la matière doivent être rapidement étudiés.

Cette réforme viserait précisément à adapter le dispositif actuel afin de favoriser la circulation des personnes dans la région. Cette circulation est capitale pour une meilleure diffusion des idées et le renforcement d’un véritable vivre ensemble régional.

La création d’une structure de coopération régionale en matière de délivrance et de suivi de visas serait la solution pour limiter l’immigration clandestine et au-delà les trafics illicites.
2- La perception des DOM comme espaces privilégiés éloigne ces régions de leur environnement naturel
La méfiance et les désintérêts proviennent de perceptions mutuellement faussées, renforcées par la méconnaissance des voisins pourtant si proches. Pourdépasser ces incompréhensions, il conviendrait de mettre en place dans un premier temps une société multiculturelle de l’information ; il pourrait par exemple être envisagé de contribuer à la création dans la Caraïbe et l’Océan indien d’une chaîne de télévision associant divers pays de ces zones géographiques.

Nos départements et leur environnement ont besoin d’une télévision qui les rassemble, une télévision qui ouvre de nouveaux horizons.

Une télévision métissée, passerelle entre toutes les composantes des populations, un véritable lieu d’échanges qui met en relation les acteurs et les habitants

C’est un média complet avec une identité propre à chaque pays et chaque département, se distinguant par ses personnages, ses traditions, ses paysages, ses couleurs, qu’on retrouve dans les images diffusées chaque jour. Une télévision en quête d’authenticité permanente.

Les émissions sont issues de la culture, de la vie et de la création locale sous tous ses aspects : art, musique, sport, gastronomie, actualité, vie quotidienne, économie, politique.

C’est la mise en place d’une passerelle, câble, satellite, internet, entre les pays de la caraïbe et de l’océan indien et l’Europe.

Une télévision d’ouverture qui nous ressemble et nous rassemble.
La circulation des hommes et des images pourrait contribuer au développement des liaisons aériennes qui restent limitées dans les espaces de la Caraïbe et de l’Océan indien. L’amélioration des conditions d’attribution des visas et l’attractivité réciproque des pays de la région vont naturellement imposer la création de nouvelles routes aériennes rendues rentables par l’accroissement des flux de voyageurs. L’intensification des communications et des transports briserait l’insularité et créerait des économies d’échelle propices à la coopération régionale.

Pour vaincre les réticences des pays méfiants à établir des coopérations qu’ils jugeraient asymétriques –compte tenu des différences de développement existant entre les DOM et les pays de la région-, il convient de présenter les DOM comme point d’entrée dans l’Union européenne. En tant qu’entités européennes, les DOM ont une facilité à accéder aux marchés européens, ce qui pourrait servir à faciliter l’insertion régionale. Cet atout doit être mis en exergue auprès des partenaires régionaux en matière de transfert de technologies, d’accès aux nouvelles technologies et de recherche et développement.

La triple appartenance à la France, à l’UE et à l’ensemble régional est un point fort indéniable. Pour optimiser et consolider cet avantage, il conviendait d’une part de resserrer les liens entre les DOM eux-mêmes et établir d’autre part des coopération sur un plan d’égalité avec les pays de la région. Renforcer l’insertion entre les DOM reviendrait à mutualiser les services de représentation notamment en matière de tourisme et de culture. Mener des coopérations d’égal à égal pourrait se traduire par l’ouverture à l’Union européenne pour les pays de la Caraïbe et par un meilleur accès au marché américain pour les économies des DOM ; ce marché étant mieux connu de certains pays de la caraïbe anglophone.

II- Pour inverser cette logique préjudiciable à tous, il convient que la France ait la volonté de penser un développement à long terme de ces territoires et les utilise pleinement pour affermir sa présence dans le monde.


  1. Tout comme la France au sortir de l’occupation, les régions ultramarines nécessitent la mise en place d’un plan de développement à moyen et à long terme.


Le constat est unanime : les DOM vivent une situation de sous-développement économique renforcée par des pratiques de dépendance absurde envers la métropole héritées de l’ère coloniale. Cette situation a débouché sur une crise sans précédent qui n’est qu’un épisode d’un processus de décomposition annoncé. Pour mettre un terme à cette orientation, il nous paraît indispensable que la France mette en œuvre à moyen et à long terme un plan de développement ambitieux de ces régions en plaçant l’insertion dans l’environnement régional au cœur de ces problématiques.

Pour mener à bien un tel projet, plusieurs phases sont nécessaires :
- 1.1- Dans un premier temps, il est impératif de définir au niveau gouvernemental, mais en très étroite collaboration avec les relais locaux, une politique de coopération régionale forte, réaliste et pragmatique pour les Antilles-Guyane d’une part et la Réunion-Mayotte d’autre part.

Pour l’heure, un ambassadeur en charge de la coopération régionale pour les Caraïbes et un ambassadeur responsable de la coopération régionale pour l’Océan indien, les deux en poste à Paris au secrétariatde l’Outre-mer, ont mission de mettre en œuvre sans grands moyens et sans grande lisibilité une politique de coopération. Devant l’ampleur des enjeux, ne faudrait-il pas envisager la mise en place d’un comité de pilotage chargé de la politique de coopération régionale composé d’élus locaux, de hauts fonctionnaires et de personnalités de la société civile ayant connaissance des réalités du terrain. Ce comité pourrait apporter des réponses rapides afin de lever les obstacles à l’établissement d’une réelle insertion de l’outre-mer français dans son environnement régional : Comment mettre un terme aux rigidités internes, au cloisonnement entre SEOM et MAEE, entre collectivités décentralisées ? Comment mener une action concertée entre ces collectivités, l’Etat et l’UE ? Quelle représentation de la France dans les (nombreuses) instances régionales ?


  • 1.2- Dans un deuxième temps, il conviendrait de mettre en œuvre des projets où la France dispose d’un fort avantage comparatif et qui à coup sûr seraient très attractifs pour l’environnement géographique :




  • En matière universitaire et de recherche, l’université des Antilles et de la Guyane

et l’université de la Réunion doivent être transformées en pôles universitaires capables d’accueillir des étudiants étrangers sur des campus dignes des universités internationales. Une réflexion est à mener afin de doter ces deux universités de véritables directions internationales dignes des enjeux de coopération régionale. A cet égard, il est impératif d’unifier l’Université des Antilles et de la Guyane, condition sine qua non pour qu’elle atteigne une taille critique et espérer ainsi se placer parmi les meilleures universités de la région.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

Synthèse générale iconSynthèse et propositions
«valorisation» en synthèse de ses travaux, plus susceptible de se transformer en propositions, pouvant nourrir la réflexion concernant...

Synthèse générale iconDe la linguistique générale à la linguistique cognitive
«cognitive» (par différence avec la linguistique générale), et d’illustrer les collaborations interdisciplinaires dans lesquelles...

Synthèse générale iconPrologue Savants et policiers
«substances explosives». – Alexis Pharmaque. – Les paroles s’envolent, les écrits se volent. – La piste. – Encore Monsieur Synthèse....

Synthèse générale iconRapport final oecd org/pdf/M00025000/M00025632. pdf Juillet 2001...
«Synthèse des questions liées à la façon dont les adultes apprennent pédagogie et motivations»

Synthèse générale icon1Introduction générale

Synthèse générale iconPresentation generale

Synthèse générale iconGÉologie generale

Synthèse générale iconRecherche generale 16

Synthèse générale iconLocalisation générale

Synthèse générale iconPrésentation générale








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com