Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n'est que la privation d'estre mal»








télécharger 223.1 Kb.
titreBibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n'est que la privation d'estre mal»
page1/3
date de publication21.05.2017
taille223.1 Kb.
typeBibliographie
b.21-bal.com > économie > Bibliographie
  1   2   3

Numéro de candidat : 1026263
MEMOIRE
Pour le Diplôme Européen d’Etudes Supérieures : Marketing
Par Daphné Tavoularis

Comment le bien-être est-il devenu un marché ?
Remis le 05 Mai 2009
SESSION 2009
Remerciements

Je tiens à remercier tous les instituts de formation sur le bien-être, pour avoir su me guider, m’orienter dans mes démarches professionnelles; et aussi pour la confiance qu’ils ont su m’accorder, en me donnant les moyens d’y arriver dans ce mémoire, et ce, durant toutes les étapes.

J’en profite aussi pour remercier Monsieur Philippe Thiberge, professeur de Marketing qui m’a aidé à avancer de manière efficace dans ce projet et qui m’a fait voir le monde professionnel de manière percutante.

Et même si cela n’est pas d’usage, je tiens à remercier l’équipe enseignante de l’Institut de Formation Charlemagne Pollès de Paris, pour les savoirs et compétences théoriques qu’ils ont su m’enseigner, et pour leur dévouement, et leurs qualités humaines.

Daphné Tavoularis

SOMMAIRE

Introduction

I Notions de base

A Bien-être et mal-être professionnels

B Stress, Burn out et harcèlement moral
II Les principales théories de la motivation

A De Taylor à Vroom

B Les nouvelles théories du développement

C Les raisons contextuelles liées à l’économie
III Le mix

A Les produits

B Le prix

C La commercialisation

D La communication
IV L’analyse

A Les cibles

B La position concurrentielle
Conclusion

Bibliographie

Annexes
INTRODUCTION

« Nostre bien estre, ce n'est que la privation d'estre mal » Montaigne.

Connaissez-vous l’expérience de la Bethlehem steel selon Taylor? Dans cette série d’expérience, notre théoricien a testé son concept d’organisation scientifique du travail.

- Le rapport du personnel au travail. A la Midvale, Taylor, ouvrier qualifié, s’est vu confier la conduite d'un tour dans un atelier de machines-outils. Comme il produisait davantage, il a rapidement été nommé chef d’équipe et en conséquence va chercher une meilleure productivité de son équipe.

Mais, à sa grande surprise, il fait face à une opposition farouche : certains membres de son groupe vont jusqu'à briser leurs machines pour faire croire qu'elles cassaient à cause d'une surcharge excessive due aux exigences de Taylor !! Pourquoi cette attitude ? Parce que les employés sont rémunérés d’ouvriers sur la base d’un certain volume de production à l’heure. Si ce volume est dépassé, les pièces supplémentaires produites ne sont pas payées plus chères mais moins chères que le salaire normal !! En clair, quand le volume est atteint les ouvriers freinent la production pour ne pas baisser leur salaire. Cette attitude Taylor en parlera comme de la « flânerie systématique ».Lui même n’ayant pas réussi à convaincre son équipe pendant trois ans il en conclura que l’homme est égoïste et ne peut être motivé que par l’argent.

Par la suite, et cela se vérifie notamment en cas de crise, la tendance a été de modifier la vision de l’employé qui n’est plus perçu comme une force de travail mais comme un individu. Il a sa propre perception et sa sensibilité à la qualité des tâches qui lui sont confiées. Cependant depuis plusieurs années, on s’aperçoit que le contenu des tâches n’est plus la seule cause de motivation. Des phénomènes tels que le Burn out provoqué par la pression constante d’un environnement ultra concurrentiel génère de vraies attentes en terme de bien-être au travail qui est devenu une nécessité pour l’entreprise comme l’illustre le visuel suivant.



Pour un employé le bien-être au travail est facteur de motivation. Pour les DRH, c’est un outil destiné à réduire l’absentéisme mais aussi à augmenter la compétitivité. Sur cette niche devenue véritable créneau des prestataires se sont placés afin de proposer des produits/services en B to B. Quelles sont les prestations proposées, en quoi répondent-elles aux attentes des divers acteurs? Comment commercialise-t-on le bien-être ?

C’est ce que nous verrons tout au long de ce dossier. Nous découvrirons ainsi que l’employee relationship management devient un vrai terrain d’application du marketing à la théorie de Vroom.


  1. NOTIONS DE BASE


Avant de construire notre raisonnement, il convient d’en jeter les bases.
A- BIEN ETRE ET MAL ETRE PROFESSIONNELS
- Le bien-être professionnel doit être recherché par des mesures qui ont trait à :

  • La sécurité du travail

  • La protection de la santé du travailleur au travail

  • La charge psychosociale occasionnée par le travail

  • L’ergonomie

  • L'hygiène du travail

  • L'embellissement des lieux de travail

  • Les mesures prises par l'entreprise en matière d'environnement

  • La protection des travailleurs contre la violence et le harcèlement moral ou sexuel au travail.

La recherche du bien-être est partout. C’est devenu le mot magique. Des secteurs traditionnels de la cosmétique et de la beauté à ceux de l’alimentation en passant par les assurances ou l’ameublement, partout, il en est question. On a d’ailleurs créé un nouvel observatoire international des Bien-être.

- Le mal-être professionnel est un :

  • Un état dans lequel on se sent en mauvaise disposition, où l'on a quelque souffrance sourde

  • Un état de celui qui n'est pas heureux

  • Une gêne de fortune



B- STRESS, BURN OUT et HARCELEMENT MORAL
- Le stress

Dans le monde du travail, le stress est depuis quelque temps désigné comme l’ennemi numéro 1 de la santé et de l’équilibre des employés comme des cadres et employeurs. 44% de la population active ressent une forte tension au travail. Le fait de subir un stress professionnel peut entraîner un comportement inhabituel et contre – productif au travail et contribuer à une dégradation physique et mentale de l’individu. Dans les cas les plus graves, une exposition prolongée au stress (sur plus de 10 ans) entraîne des complications psychiatriques graves qui éloignent durablement l’individu du monde du travail.






Différents éléments nous stressent



Enfin, le stress passe par plusieurs étapes



La phase 3 est brève et « radicale », elle conduit à un arrêt du travail plus ou moins prolongé selon la gravité du désastre. Il convient donc de gérer le stress dès les premiers symptômes ce qui préalablement conduit à identifier les causes du stress.

- Le burn out ou l'épuisement professionnel? C'est l'aboutissement d'un stress persistant au travail. Les conséquences sont les suivantes :

  • L'épuisement émotionnel

  • La dépersonnalisation

  • L'échec de l'accomplissement personnel


Le burn out est différent selon les professions, les différents âges de la vie professionnelle.

Il faut prévenir le burn out.

- Le harcèlement moral au travail est quelque chose qu'il faut reconnaître.

Il se caractérise par :

  • Des agressions répétées

  • Un questionnaire d'évaluation

  • La spirale infernale d'évaluation

  • Un processus de destruction psychologique



  1. LES PRINCIPALES THEORIES DE LA MOTIVATION


A- DE TAYLOR A VROOM
Nous avons vu que Taylor a défini les bases de la motivation en réfléchissant aux raisons pour lesquelles il était difficile de faire progresser la productivité dans les usines. Avec le boom industriel des années 1880, de plus en plus d’ingénieurs s’intéressaient à l’organisation de la production, mais les progrès étaient mitigés. Son idée était de déterminer par des études la meilleure façon de faire un travail :

  • En décomposant les phases successives de ce travail ;

  • En cherchant les gestes les plus efficaces ;

  • En adaptant les outils.

Plus tard Vroom cette théorie cognitiviste, appelée aussi « la théorie du résultat escompté » repose sur trois concepts :

  1. La « valence » (V) : C'est la valeur, positive ou négative, que l'on attribue au résultat de ses actions ou de sa performance. C'est répondre à la question : ce que j'obtiens en retour pour ma performance accomplie, c'est important ou pas pour moi ? Dans le cadre du travail, par exemple, l'important pour certains peut être le niveau du salaire, pour d'autres d'avoir du temps libre. Ces préférences sont mesurables sur une échelle de -10 à +10 ;

  2. L'« instrumentalité » (I) : Est-ce que la performance corrèle avec le résultat ? C'est la probabilité perçue du lien entre la performance à atteindre et ce que j'escompte en retour. C'est répondre à la question, si je fais cela, alors est-ce que j'obtiendrai cela en retour ? Mesurable sur une échelle de 0 à 1 ;

  3. L'« attente » (E) : Est-ce que l'effort aboutit à une performance ? c'est répondre à la question, si je me mobilise pour faire cela, est-ce que j'arriverai à cette performance ? Mesurable sur une échelle de 0 à 1.

L'intérêt de ce modèle est que des recherches quantitatives ont pu montrer un lien entre la motivation, ainsi mesurée, et les efforts déployés dans un travail ou un apprentissage.

B- LES NOUVELLES THEORIES DU DEVELOPPEMENT


  • L’école des relations humaines


Par rapport aux problèmes liés avec l’école classique, des psychologues et sociologues ont cherché à comprendre d’où venaient ces dysfonctionnements. Ils ont basé leur réflexion préalable sur les travaux de Robert Owen qui affirme que l’argent consacré à l’amélioration des conditions de travail représente l’un des meilleurs investissements qu’un responsable d’entreprise peut réaliser. Pour lui l’amélioration du bien-être des employés peut se révéler extrêmement profitable pour l’entreprise tout en améliorant leur situation.
L'école des relations humaines s'est développée en réaction aux excès du taylorisme qui dans sa recherche de la productivité a engendré des comportements contraires à ses objectifs initiaux. La vision stratégique implicite de cette école reste identique à celle de l'école classique s'attachant à proposer un cadre d'analyse unique et universel. Mais l'approche de l'organisation évolue en intégrant une nouvelle dimension : l'Homme en tant qu'individu et membre d'un groupe.




Qui ne connait pas la pyramide de Maslow, Et bien c’est cette théorie qui a précisé la nature des besoins des employés à satisfaire.


  • Les autres écoles


Le management est, on le voit une science qui évolue régulièrement.

Les écoles contemporaines se sont concentrées sur la construction sociale dans une entreprise. La sociologie de l’entreprise étudie l’entreprise comme un objet sociologique et défini, tel que la famille. Ainsi l’entreprise a des effets internes (socialisateurs, culturels et identitaires) et des effets externes réciproques en rapport avec son environnement.
C- LES RAISONS CONTEXTUELLES LIEES A L’ECONOMIE
L'économie du bien-être se limite au bien-être individuel, par opposition aux groupes, communautés ou sociétés, qui relèvent plus du bien-être social. Elle part de la supposition que les individus sont les mieux placés pour juger leur propre bien-être (rationalité), qu'ils cherchent à l'améliorer (utilité), et que celui-ci peut être mesuré soit directement en termes monétaires (utilité cardinale). Pour un individu, à travail fourni égal, le bien-être augmente lorsqu'il y a augmentation de la consommation, ou hausse du temps de loisir.

Aujourd’hui, les notions de bien-être ou de mal-être des salariés, les deux faces de la santé au travail, sont perçues par les entreprises comme étant un enjeu d’importance.

Les récentes séries de suicides survenus chez Renault ou à EDF, ont porté au grand jour le thème de la souffrance au travail, conséquence de l’exacerbation des rythmes et des contraintes. Deux des trois suicides survenus au Techno Centre Renault de Guyancourt ont été classés comme accidents du travail par la Caisse d’assurance maladie. Cette intensification du travail, « les DRH s’accordent à la reconnaître ».

Le besoin de reconnaissance, sous-estimé par les RH




L'absentéisme est le premier signe révélateur d'un trouble psychologique selon les ressources humaines, ce symptôme étant cité par 67 % des DRH de grandes entreprises. Les difficultés relationnelles sont également un signe qui ne trompe pas, pour 60 % des DRH. L'augmentation des conflits avec la hiérarchie n'arrive qu'en troisième position, avec 50 % des directeurs des ressources humaines qui le mentionnent comme signal alertant. Les salariés sont, eux, 60 % à penser que les conflits avec la hiérarchie sont le signe de troubles psychologiques. Plus étonnant, ils sont 64 % à mentionner la baisse de qualité, soit 29 points de plus que les DRH. Les démissions sont également plus largement vues par les salariés comme une manifestation de troubles psychologiques que par les professionnels des RH. 



Le bien-être psychologique au travail est un enjeu important pour l'entreprise selon 92 % des salariés de PME (de 50 à 249 salariés) et 86 % des salariés de grandes entreprises (250 salariés et plus). En moyenne, les professionnels des ressources humaines répondent par la positive à 98 %.

Parmi les DRH qui déclarent que ce sera un thème majeur de préoccupation dans les années à venir, 66 % d'entre eux, parmi les PME, citent la nécessité d'améliorer les relations internes. Pour les grandes entreprises en revanche, la première raison pour promouvoir le bien être au travail est le besoin d'attirer et de retenir les talents. Cette raison est citée par 65 % des DRH.

L'augmentation de la compétitivité et la réduction de l'absentéisme sont les deux autres facteurs majeurs, cités à la fois par les DRH de PME et de grandes entreprises. Les risques judiciaires n'inquiètent "que" 19,5 % des DRH en moyenne.  




  1. LE MIX


On peut établir un mix dans ce nouveau marché que nous allons présenter à présent.
A- LES PRODUITS
D’après l’INSEE, le secteur du bien-être regrouperait les activités de coiffure, de thermalisme et de thalassothérapie, les soins de beauté, les autres soins corporels et les activités sportives. Faisons ensemble un tour d’horizon :
La montée en puissance des marques de cosmétiques

Dans beaucoup de domaines du bien-être (épilation, bronzage, beauté), la franchise s’est faite une place. D’abord sur des marchés de niche, puis en se diversifiant, en proposant de nouveaux services et de nouveaux produits.

Auparavant, des marques ont pu structurer des réseaux d’instituts de beauté, désormais ce sont des enseignes qui développent leurs propres gammes de produits, adaptés à leur réseau et à leur clientèle.
La gamme de produits peut être définie en fonction de sa taille. Il y a 6 DAS qui sont :


  • Thalasso SPA

  • Massage

  • Produits et crèmes

  • Diffuseur

  • Services par les sens

  • Centre de formation



Thalasso spa

  • Accor Thalassa Quiberon

  • Castel Clara Thalasso

  • Thalasso Carnac


Soin d’eau de mer, massages par thème, beauté, algothérapie, formule de bien-être

Massage

  • Amassar fauteuils de massage

  • Amiach Confort

  • Massage paris.com


Fauteuils de massage, chaise longue de massage, massage à domicile, huile de massage, ambiance

Produits et crèmes

  • Balnea-nature.com

  • Charme d’orient

  • Nivea


Sel et boue de la Mer Morte, huile de massage, huile d’argan, oreillers en sarrasin, livres de bien-être

Diffuseur

  • Bi Opus

  • Diffusion traditionnelle

  • Essences et légendes.org


Purificateur d’air, fontaines, diffuseur de parfum, parfum d’intérieur

Services par les sens

  • Apta

  • Aura-Soma

  • Elixirs et huiles de cristaux


Méthode pour une meilleure fiabilité de nos sensations et perceptions, soins par la couleur, cd de relaxation

Centre de formation

  • Action-Reflexo Formation

  • André Pitra dialogue coaching relationnel

  • Cabinet KL du bien-être à la réussite


Art thérapie, musicothérapie,

coaching, conseils, méthode d’épanouissement personnel



1-Thalasso SPA
Face à la concurrence croissante de la Tunisie, du Maroc et maintenant du phénomène spa, la thalassothérapie en France conserve encore une image de professionnalisme et de qualité qui fait sa renommée. Car la France demeure le leader mondial du marché de la thalasso avec ses 50 centres pour un total de 104 dans le monde entier.
Sauna, massage : premières sources de bien-être.

Les activités liées au bien-être sont en pleine croissance :

- En 2004, plus d’une entreprise sur trois dans le secteur avait été créée ou reprise sur plus de 3 500 entreprises, dont 71 % avaient moins de cinq ans.

- Les soins de beauté sont la seconde activité la plus dynamique, avec une entreprise sur deux âgée de moins de cinq  ans, sur les 14 000 instituts et centres proposant soins du visage, manucure ou épilation.
Nouveaux services, nouveaux produits et surtout un effet de marque qui joue sur la clientèle. L’effet combiné de l’implantation très visible du réseau et de sa communication importante, fait de la marque à forte notoriété une référence en matière d’amincissement, de coiffure ou de fitness. Mais ces réseaux restent des enseignes à vocation locale et dont la clientèle et donc les investissements par boutique ne sont pas extensibles à l’infini.
En revanche, spas et balnéo représentent un investissement qui n’est à la portée que d’un groupe financièrement solide, tandis que le thermalisme reste lié en France au secteur médical.

2-Massage
À partir des années 70 et surtout après Mai 68, avec la reconnaissance du droit au plaisir et l'évolution des statuts du corps humain, la pratique du massage va enfin être utilisée pour le simple plaisir de chacun. Cette notion de plaisir encore trop sulfureuse pour l'époque, a néanmoins du mal à s'imposer.
C'est le concept de "bien-être" qui, propulsé par la mouvance New Age des années 80, va permettre au massage-plaisir et à la massorelaxation de prendre leur place dans nos usages.

Depuis 2002, le marché du massage a en effet connu une croissance fulgurante : le nombre d’établissements a été multiplié par 2,5.
En 2007, les revenus ont totalisé plus de 13 milliards de bahts, soit 2,5 % du chiffre d’affaires global généré par l’industrie touristique.
Cet engouement reste relativement récent : ce n’est que dans les années 90 que l’industrie du massage a entamé son décollage.
Depuis, le marché s’est autorégulé tant bien que mal. L’apparition de centaines de nouveaux salons au début des années 2000 n’a pas tout de suite fait réagir les autorités et il n’existe toujours pas d’organisme reconnu pour imposer des standards de qualité.

3-Produits et crèmes
Avec 35% du marché des soins, les grandes marques de produits de beauté consacrent une part importante de leur budget.

On trouve en France pas moins de 72 marques différentes mais le marché est dominé par quelques grands groupes : L’Oréal, LVMH (Dior, Guerlain), Henkel (Diadermine) et Beiersdof (Nivéa, La Prairie).

Ces crèmes n’ont ni les mêmes prix, ni les mêmes cibles. Certaines sont conçues pour les premières rides, pour les peaux matures, d’autres pour les yeux, le corps…

Les différentes gammes et fourchettes de prix permettent une richesse de diversité qui explique les 320 000 crèmes vendus chaque jour en France.
En 2005, les soins pour la peau (24,9% des ventes), les produits d’hygiène (24,1% des ventes) et les soins pour cheveux (24,2% des ventes) dominent le marché de l’hygiène et de la beauté. Les ventes en France ont atteint 6,508 milliards d’euros.
En 2005, la France occupait le premier rang des pays producteurs avec un chiffre d’affaires de 14,56 milliards d’euros soit plus d’un sixième de la production mondiale. Elle exportait ses produits dans environ 200 pays.

Les français restent ainsi les principaux consommateurs de cosmétique : 205€ par habitant ce qui représente environ 27 produits achetés pour les soins d’une seule personne.



4-Diffuseur
Le marché des diffuseurs d’huile essentielle connaît un essor formidable.

Face à l'évolution des marchés, à l'intensité concurrentielle et aux nouvelles attentes des consommateurs, le marketing « traditionnel », de par ses procédés rationnels, ne suffisait plus pour appréhender ces tendances récentes.

Les professionnels du marketing ont ainsi entrepris de détecter des nouvelles techniques, permettant de répondre à ces tendances.
Le consommateur recherche désormais un sentiment réconfortant de réalité, de sensation unique, d'expérience réelle et s'intéresse à tout ce qui éveille ses sens naturels. Il n'achète plus seulement un produit pour ses qualités fonctionnelles. Ainsi, l'acte d'achat et de consommation ne peut plus être considéré comme un acte purement rationnel, ce qui a donné naissance au consommateur dit «post-moderne». La consommation est aujourd'hui plus affective et le consommateur est devenu « poly-sensoriel ».
5-Services par les sens
Le Marketing sensoriel stipule qu’un consommateur est enclin à passer plus de temps dans un lieu où il se sent bien, stimulé par une musique, une odeur, ou une ambiance générale agréable et il est naturellement attiré par un produit qui lui procure la même sensation.

Le marketing sensoriel tente d'optimiser le bien-être et le confort du consommateur en travaillant la mise en ambiance des produits et l'atmosphère des points de vente. Un client qui se sent bien dans l'ambiance efficace tant sonore qu’olfactive, le rôle des couleurs et des lumières dans un point de vente.

6-Centre de formation

Le coaching entre dans sa phase de maturité.

Aujourd'hui, le coaching correspond à une technique largement répandue puisque seulement 8 % des DRH interrogés ne le pratiquent pas encore. 85 % d'entre eux disent en avoir une bonne connaissance et la totalité des répondants en ont déjà entendu parler. La connaissance très précise du coaching est passée de 17 à 27 %.

Pour 39 % le coaching représente un "renforcement des capacités managériales dans les situations à fort enjeu", ou encore pour 30 % "un outil efficace pour le développement professionnel," soit une majorité d'opinions favorables ; à comparer au 1 % pour qui le coaching apparaît comme étant "un phénomène de mode passagère".

Dedans / Dehors ? Trouver le bon coach. En interne ou en externe ?

Dans 55 % des cas la préférence est donnée à un coach externe seul et dans 43 % des cas à un coach externe combiné à un coach interne, qui devra être un spécialiste habilité en tant que tel.

Le coaching répond aux enjeux actuels.

96 % des clients sont satisfaits, voire pour 72 % d'entre eux prêts à opérer des "piqûres de rappel". Ce large plébiscite trouve sa corroboration dans les situations dans lesquelles le coaching est recommandé, puisque 81 % des répondants souhaitent faire appel au coaching pour améliorer le leadership d'un manager, son style de management et élargir ses responsabilités.

B- PRIX

Thalasso SPA
Stratégie : écrémage

Les entreprises ont un rapport qualité/ prix élevé avec des services haut de gamme.

Les centres cherchent à se différencier à tout prix, et que le cadre joue pour beaucoup dans l’impulsion d’achat du client.
Massage

Stratégie :

Produits et crèmes

Stratégie : écrémage

Le marketing des marques de soin a choisi de mettre l'accent sur le plaisir, levier numéro un de l'achat d'un produit de luxe.

Le haut de gamme fonctionne très bien. Il est porté par le vieillissement de la population, et par une clientèle qui a de l'argent et cherche le côté bien-être du produit qu'on a plaisir à appliquer
Diffuseur

Stratégie :
Services par les sens

Stratégie :
Centre de formation

Stratégie :

C- COMMERCIALISATION

  • Thalasso SPA


ClassPremium le spécialiste des séjours thalasso spa haut de gamme lance son tout nouveau site internet.
Plus convivial et mieux organisé, le site offre aux internautes la possibilité de réserver en toute simplicité leur séjour thalasso spa
Le large choix des destinations qu’offre ClassPremium permet de partir en thalasso Spa aux quatre coins du monde :
- En Europe avec la thalasso en Bretagne, à Hendaye, à Biarritz ou avec les séjours Spa en Italie, en Espagne…
- En Afrique avec des séjours thalasso au Maroc, des Thalassos en Tunisie, en Égypte avec des Séjours au Movenpick el Gouna.
- En Asie avec les séjours Spa en Jordanie, ou les séjours Spa à Bali.
- Les destinations îles du monde pour un séjour relaxation ou un séjour réconfort à l’île Maurice, un Séjour détente à la Pointe Batterie (Guadeloupe).
Les séjours bien-être sont regroupés en trois grandes familles :
- les séjours en thalasso pour profiter des bienfaits de l’eau de mer et de ses minéraux.
- Les séjours en Balnéo et les vertus d’une cure thermale.
- les séjours Spa pour des soins plus hédonistes.

ClassPremium  propose différentes formules dans le temps :
- Journée et 1/2 journée (Thalasso, Spa ou Balnéo)
- Court Séjour et week-end Thalasso Spa
- Séjour à la semaine
- Longs séjours et vacances.

ClassPremium propose tous les jours de nouvelles promotions voyage.


  • Massage

  • Produits et crèmes

La grande distribution ayant pris des parts de marché très importantes, les nouvelles consommatrices expriment le besoin de se différencier. La demande est en augmentation partout dans le monde

  • Diffuseur

  • Services par les sens

  • Centre de formation

D- COMMUNICATION

  • Thalasso SPA

Stratégie : Média

- Sites Internet

- Campings et hôtels

- Clubs de plage

- CE d’entreprise

- Animation hypermarchés

- Animations hôtels

- Animations diverses


  • Massage

  • Produits et crèmes


Les marques ont compris que conserver une belle apparence lorsque l'on n'a plus vingt ans est une motivation essentielle des femmes. Il s'agit aujourd'hui d'exprimer une philosophie, celle affichée par les égéries de la maturité épanouie. Après Sharon Stone, la star étincelante de la ligne anti-âge Capture totale de Dior, Demi Moore est l'ambassadrice du « Live brilliantly », le concept d'Helena Rubinstein qui exhorte les femmes à « relever le défi de l'âge avec audace et détermination ».

  • Diffuseur

  • Services par les sens

  • Centre de formation



  1. L’ANALYSE


A- LES CIBLES
Il existe trois profils types auxquels correspondent trois marchés du bien-être :


-Cible Polysensoriel
Le premier repose sur le marketing de la polysensorialité. Il répond aux attentes des bobo-biomaniaques qui recourent à “mère nature” pour calmer leurs angoisses. Pour eux, le bien-être passe par un retour aux sources, à la matière, à la texture via les spas, les vêtements 100 % coton, les produits issus de l’agriculture naturelle.

Le marketing sensoriel fait partie intégrante du marketing depuis longtemps. Le principe est basé sur la valorisation d’un ou plusieurs des 5 sens qui permettraient aux entreprises de favoriser l’achat tout en respectant les attentes du consommateur. L’objectif étant, comme dans toute stratégie marketing, de renforcer l’identité du produit, augmenter sa notoriété et finalement sa perception en magasin. De nombreux secteurs d’activité comme le textile, l’automobile, les cosmétiques cherchent à satisfaire leurs cibles par des mises en situation offrant des parfums subtils, des touchers agréables.

Le rôle des perceptions sensorielles dans la décision d’achat est multiple :

-Un son, une odeur ou un toucher particulier, renseignent les consommateurs sur la fonctionnalité et la qualité du produit. Leurs expériences et l’ambiance générale du point de vente vont peu à peu travailler l’image de marque.

-Face à la mondialisation des échanges, le consommateur recherche plutôt des produits porteurs de sens et miroirs de ses aspirations.

-Le profil développement durable
Le deuxième profil se rassure avec le bien-être raisonné. Il croit au développement durable et fait encore confiance à la nature. Il achète du vin bio, des produits cosmétiques issus de plantes médicinales cultivées de manière biodynamique et des voitures “propres”.

C’est le marché le plus porteur à court terme, parce que nous sommes là dans des solutions alternatives. On ne revient pas à la grotte archaïque comme pour les premiers consommateurs cités, et nous ne sommes pas non plus dans les solutions 100 % artificielles et radicales adoptées par le troisième profil.

Face aux crises de tous ordres – économique, social et écologique – qui dénotent la fin d'une époque, le développement durable peut-il apporter une réponse cohérente et systémique ?

Le modèle de développement des pays industrialisés n'est pas généralisable, car il n'y aura pas assez de matières premières pour tout le monde. Le problème n'est pas technique, il s'agit de mettre en oeuvre un projet de civilisation équitable, puisque les ressources de la planète sont limitées.

On peut aujourd'hui vivre selon un mode de vie comparable au nôtre avec 40 à 50% d'énergie en moins.

Au lieu de cela, on gaspille, alors qu'il faut découpler notre croissance d'avec nos consommations de matières premières. La contrainte prix va nous inciter à lancer des politiques d'économies d'énergie et de lutte contre le gaspillage.

-Profil Bien être par les NTIC
Pour lui, le bien-être ne passe que par des solutions 100 % artificielles. C’est un consommateur de bien-être qui n’attend plus rien de la nature. Il passe par la technologie pour créer artificiellement un bien-être qui ne se trouve plus à l'état naturel, laissant entrevoir une interaction entre l'homme et la machine toujours plus forte, la luminothérapie, la musicothérapie... seront très vite les produits phares de ce marché.
On doit donc s’attendre, à l’avenir, à une part croissante de biotique dans les produits liés au bien-être ?

Nous assistons aujourd’hui aux Etats-Unis ou au Japon, aux prémisses de cette nouvelle révolution technologique née du mariage de la biologie et de l’informatique.
Toutes les recherches menées actuellement sur les exosquelettes confirment par exemple cette tendance qui devrait nous offrir dans un futur très proche toujours plus de services et de solutions technologique à notre quête de bien-être.


B- POSITION CONCURRENTIELLE

Où se situent chacun de ces DAS ? La position concurrentielle peut être définie selon la matrice Doo Litlle.


Position concurrentielle

Degré de maturité du segment

Démarrage

Croissance

Maturité

Vieillissement

Dominante




Thalasso spa






Forte











Favorable

Difuseurs









Défendable




Massage

Crèmes et soins




Marginale

Centre de formation




Service par les sens





Les familles ont un général des gammes larges et profondes car le marché est en plein développement.

Une autre analyse est celle qui correspond à la matrice Porter. Le modèle des cinq forces de Porter a été élaboré par le professeur de stratégie Michael Porter en 1979. Il synthétise les facteurs influant sur la performance d'une entreprise par cinq forces : le pouvoir de négociation des clients, la menace d'entrants potentiels,le pouvoir de négociation des fournisseurs ,la menace des produits de substitution ,L’intensité de la concurrence.



Enfin, d’après la matrice BCG, l’analyse



Star
Diffuseur

Dilemme

Thalasso spa

Massage

Services par les sens

Vaches à lait

Produits et crèmes

Poids mort

Centre de formation


CONCLUSION
Comment le bien-être est-il devenu un marché?
Voici la problématique que nous avons traitée tout au long de ce mémoire. En vue, des différentes analyses effectuées, les entreprises ont conclu sur la vente de produits et services vers les professionnels.
En effet, l’univers du bien-être possède d’importants avantages :

- Des marques qui jouissent d’une forte notoriété

- Un marché en pleine expansion
Les stratégies d’extension et de modernisation sont des armes qui permettront de conquérir des parts de marché.
J’ai pu lors de ce mémoire allier deux aspects importants à savoir :

  • l’apprentissage du marketing qui m’était dispensé au centre de formation.

  • La réalité du monde de l’entreprise avec son bien-être et son mal-être


J’ai également pu constater d’autres phénomènes venant interférer au bon développement de l’entreprise : l’aspect humain.

En effet, la gestion des ressources humaines est un facteur clé à la vie de l’entreprise.
Cette expérience a suscité en moi l’envie d’aller plus loin dans mon cursus scolaire afin d’analyser ces aspects. L’apprentissage du management et de la stratégie sera des deux éléments qui me permettront d’acquérir une vision plus globale problématiques des entreprises.

BIBLIOGRAPHIE
Internet :
http://www.wikipedia.org

http://www.psychologies.com/bien-etre.cfm

http://www.lesitedubienetre.com/

http://www.placedubienetre.com

http://www.salon-medecinedouce.com

http://www.annuaire-bien-etre.info
Ouvrages :
« Soins du corps » Patrick Légeron

« Stress et burn out au travail » Elisabeth Grébot

« Vaincre l’épuisement professionnel » Suzanne Peters et Dr. Patrick Mesters

« Chapitre 1 : Introduction au management » Philippe Thiberge

« Marketing Management » Philip Kotler et Bernard Dubois
Salon :
Salon du bien-être médecine douce et thalasso : 5-9 Février 2009

ANNEXES
Articles de presse :
  1   2   3

similaire:

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie Dans un premier temps je vais vous décrire un peu ce...
«La crise», nous avons d’abord le mot crise même qui selon le dictionnaire dans sa le cadre médical est défini comme «moment d’une...

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\5/ bibliographie 6/ annexes

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie introduction s'interroger sur la mort c'est s'interroger...

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie Introduction

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie Introduction

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie Introduction

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie introduction

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Bibliographie 44 Table des matières 47 introduction la biomécanique...

Bibliographie Annexes introduction «Nostre bien estre, ce n\Résumé Abstract Resumen Introduction Cadre théorique de référence...
«Les concepts ne se distinguent pas des autres notions, conventionnelles ou annexes, à l'intérieur d'une discipline»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com