Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»








télécharger 1.15 Mb.
titreRecherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»
page6/21
date de publication17.05.2017
taille1.15 Mb.
typeRecherche
b.21-bal.com > économie > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21

3.3 Les profils environnementaux



Nous présentons dans cette section une première analyse des résultats de l’enquête sur les variables concernant ce que l’on appelle le profil environnemental du ménage. Encore une fois, le but est d’essayer d’identifier une première typologie de notre échantillon. Comme nous l’avons expliqué dans la première partie, nous différencions, dans le profil environnemental, les actions des intentions- perceptions. Dans un premier temps, nous avons essayé de traiter les variables dans leur ensemble, mais les résultats se sont avérés peu concluants, nous avons donc traité les données séparément et nous présentons successivement les résultats pour les actions et les résultats pour les intentions-perceptions.

Les variables liées aux actions


Nous présentons des résultats sans la variable Q83 (Transport domicile-travail) car elle n'est renseignée que pour les individus travaillant qui ne représentent qu'environ la moitié de l'échantillon. Les résultats obtenus en l'intégrant confirment sur un nombre d'individus plus réduit les résultats présentés. L'aspect transport est pour autant pris en compte avec l'intégration de la variable Q52 (mode de transport pour les courses) qui est très corrélée avec la variable Q83.

La première analyse porte sur les actions qui traduisent un comportement environnemental au quotidien pour mesurer l’importance d’actions dont la mise en œuvre nécessite un degré d’implication « modéré » ( tri du verre ou des piles, éteindre les appareils électriques pour éviter qu’ils ne restent en veille) ou plus élaboré (consommation de fruits et légumes locaux et ou de saison et moyen de transport utilisé pour effectuer les achats alimentaires). Afin d’accorder le même poids à ces quatre catégories d’actions (tri, consommation fruit et légumes, mise en veille et transports), nous avons créé une variable synthétisant respectivement les pratiques de tri du verre et des piles (variable TRI), puis la consommation de fruits et légumes de saison et locaux (variable ConsoLocalSaison) pour réaliser l’étude des actions « simplifiées ».

Graphique 7 : Les variables utilisées et tris à plat
Q52 Pour vos courses alimentaires, quel est le mode de transport ?

Q78 Triez-vous le verre pour le recycler?

Q79 Ramenez-vous les piles usagées dans les lieux de collecte ?







Q80 Eteignez-vous vos appareils électriques pour éviter qu’ils ne restent en veille ?

Q81 Avez-vous installé dans votre foyer des équipements à énergie renouvelable ?







Q82S1 Consommez-vous des F&L de saison et Q82S2 Consommez-vous des F&Locaux





Les résultats liés aux actions

Sur la base de ces premiers tris à plat, il apparaît que 82% de notre échantillon utilise sa voiture pour les courses alimentaires, 88,46% trient toujours ou régulièrement le verre, 79,1% trient toujours ou régulièrement les piles, 70,1% déclarent éteindre régulièrement ou systémiquement les appareils électriques afin qu’ils ne restent pas en veille, 87,2% déclarent consommer toujours ou régulièrement des fruits et légumes de saison et 70,8% des produits locaux. Seule la question sur les équipements à énergie renouvelable présente des chiffres beaucoup plus faibles, puisque seulement 18,9% des ménages déclarent avoir installé ce type d’équipement.


Dans l’ensemble, notre échantillon présente donc une proportion extrêmement élevée de ménages déclarant réaliser régulièrement des actions favorables à l’environnement en termes de tri et de consommation de fruits et légumes. Ces résultats peuvent également être liés au caractère déclaratif des réponses qui peut entraîner une certaine surestimation des résultats.
Tris croisés entre ces variables et les autres variables de l'enquête

Les tris-croisés nous permettent de voir dans quelle mesure ces variables sont corrélées aux autres variables de l’enquête, par exemple la zone géographique ou le type d’habitation.

Il apparaît par exemple que la livraison à domicile des courses s’observe essentiellement en région parisienne, et que les pratiques de tri sont au fortement liées aux zones et types d’habitation. Ce type de relation doit être testé et validé plus précisément par les analyses économétriques conduites dans la partie suivante.

En revanche il convient de souligner que certaines variables demeurent indépendantes:

  • la variable Q52 (transport courses) est indépendante des variables Q80 (Eteindre), Q92 (Actions Fondation de France) et Q93S2 (second choix d'action pour env.).

  • La variable Q78 (tri verre) est indépendante de la variable Q93S2

  • La variable Q79 (tri piles) est indépendante de la variable Q92

  • La variable Q80 (éteindre) avec les variables Q52, Q83 (transport travail), Q92 et Q93S1

  • La variable Q81 (installation) avec Q93S1 et Q93S2

  • Q82S1 et Q82S2 avec la variable Q83

Il est également intéressant de noter que la variable Q83 (transport domicile-travail) est indépendante de plusieurs autres variables d’actions ou d’intentions dans le domaine environnemental (Q80, Q82 S1 (conso F&Lsaison) et S2 (F&Locaux), Q86 (prise en compte de l'env.), Q93S1 et S2 (définition de la protection de l’environnement). Ce résultat est conforme aux autres résultats sur le reste du questionnaire qui tendent à montrer que le choix du mode de transport est avant tout un choix contraint (ou imposé) et donc relativement indépendant des variables caractérisant le profil environnemental.

Les ACM : une vue synthétique de ces liaisons.

La plus grande partie de l'hétérogénéité des comportements individuels est due aux comportements concernant le tri et la prise en compte de critères environnementaux dans la consommation de fruits et légumes (saison, proximité).Les transports ne semblent pas jouer un rôle déterminant, ils n'apparaissent que sur l'axe 5 avec un faible pourcentage d'inertie corrigée.

A partir de la classification hiérarchique, nous obtenons 5 groupes :

  • Le groupe à durabilité forte (représente 28,9% de l’échantillon) : Il s’agit des individus qui ont des pratiques environnementales pérennes ou permanentes puisqu’à minima ils sont plus de 70% à déclarer consommer toujours des produits locaux et 95% à déclarer toujours trier le verre. De plus, ils sont nombreux à avoir installé des équipements à énergie renouvelable (ce groupe représente 39% des ménages de notre échantillon possédant ce type d’équipement). Au niveau du profil socio-économique, il est à noter que l’on retrouve dans ce groupe des individus plutôt âgés (plus de 55 ans), propriétaires et vivant dans une maison individuelle. Ils déclarent à 71% vivre en couple et dans une même proportion ne pas avoir d’enfants de moins de 18 ans au sein leur ménage. Les communes rurales, les individus du Sud-ouest ou la région méditerranéenne et les femmes sont légèrement sur représentés dans ce groupe. Ce groupe se caractérise également par 25% d’individus qui déclarent prendre toujours en compte les effets de leur consommation sur l’environnement (ce groupe représente 57% des ménages de notre échantillon déclarant prendre toujours en compte les effets sur l’environnement) et dont environ un tiers pensent que la protection de l’environnement consiste en premier lieu à consommer localement. 42% considèrent également qu’ils peuvent en effet contribuer individuellement à la protection de l’environnement. En résumé nous pouvons dire que ce groupe est également caractérisé par une perception et une conscience environnementale significative.

Figure  : Groupe à durabilité forte

Caractéristiques:

Effets de la conso sur l’environnement: régulièrementtouj ours

Contribution individuelle: oui beaucoup

Définition protection envi : conso local(1er et 2nd)

Féminin, 55-65 ans et +, retraité, maison individuelle, propriétaire, sans enfant en couple, communes rurales ,Sud Ouest Méditerranée, [ <1200 - 2000 €], aucun diplôme,


  • Le groupe à « durabilité contrainte » (35% de l’échantillon) : Les ménages de ce groupe sont caractérisés par des pratiques fortes au niveau du tri (78%des individus du groupe trient toujours les piles et 89% le verre) et une part importante d’installation d’équipements à énergie renouvelable (42% du total des ménages équipés en ENR appartiennent à ce groupe), mais aussi par une utilisation quasi systématique de la voiture pour les courses alimentaires. Ce dernier point peut paraître contradictoire avec le fait que ce groupe déclare prendre régulièrement en compte les effets de leur consommation sur l’environnement (43% du groupe) et penser pouvoir beaucoup contribuer individuellement à la protection de l’environnement. En résumé ce groupe présente des actions en termes de tri et d’énergie favorable à l’environnement, associées à une conception environnementale significative, tout en affichant une forte dépendance à la voiture. C’est ce qui nous a conduit à qualifier ce groupe de « contraint » eu égard à l’usage intensif de la voiture qui s’explique certainement par la localisation et le type d’habitation des ménages de ce groupe. En effet, nous observons qu’il s'agit généralement de propriétaires (70%), en maison individuelle (72%) ou vivant en couple (70%), présentant un niveau de diplôme élevé (51%). Par rapport aux autres groupes, les PCS supérieures, les revenus élevés et les individus pensant pouvoir agir fortement sur l'environnement sont sur représentés.

Figure  : Groupe à durabilité contrainte

Caractéristiques:

Effets de la conso sur l’environnement: rarement, régulièrement

Contribution individuelle: oui beaucoup

35-54 ans, cadre prof intellectuelle, maison individuelle, propriétaire, en couple, 3 enfants,[<20 000 hbt-100 000hbts] , Ouest,[ 4000 - 6000 €], diplôme supérieur court ou long.


  • Le groupe à durabilité moyenne (12,18%): Par rapport à l'échantillon, il y a dans ce groupe une surreprésentation des pratiques environnementales régulières ou rares. En outre, les individus qui composent ce groupe ont majoritairement des pratiques environnementales régulières pour le tri des piles (58%), la consommation de fruits et légumes de saison (85%) et locaux (2/3 des individus du groupe), et ils sont 55% à déclarer éteindre leurs appareils électriques, mais ne possèdent pas pour autant des équipements utilisant des ENR (85%). Ce groupe présente donc un profil environnemental contrasté dans lequel coexistent par exemple des individus aux pratiques de tri régulières et des individus triant rarement. Si nous analysons les caractéristiques des individus qui composent ce groupe (variables supplémentaires), la principale caractéristique du groupe réside dans les intentions et perceptions : 2/3 des individus pensent que leur comportement individuel n’influence que faiblement l’environnement et 45% déclarent ne prendre en compte que rarement l’impact de leur consommation sur l’environnement. Ce groupe est donc caractérisé par une perception et une conscience environnementale plutôt faible. Nous observons que dans ce groupe les personnes jeunes (moins 34 ans), employés et habitant en appartement sont également sur représentés.

Figure  : Groupe à durabilitémoyenne

Caractéristiques:

Effets de la conso sur l’environnement: Jamais

Contribution individuelle: oui un peu

18-34 ans, employé, appartement


  • Le groupe à durabilité faible (16,34%): les pratiques sont au mieux occasionnelles (rarement ou jamais) et concernent majoritairement la consommation de fruits et légumes locaux (66% des individus n’en consomment jamais ou rarement). Une écrasante proportion (92%) d’individus de ce groupe n’est pas équipéeen ENR. Les éléments qui caractérisent le groupe sont plutôt les locataires (50%), une légère surreprésentation de Paris et de la région parisienne (50%), des individus peu diplômés (les détenteurs du brevet ou du baccalauréat sont près de 50%), une plus grande proportion d'individus aux revenus faibles ,ils privilégient le soutien à des actions orientées santé (64%), pensent qu’ils n’ont personnellement qu’une faible incidence sur l’environnement (62%) et ne prennent (73%) que rarement ou jamais en compte l’environnement lors de leurs achats quotidiens. En revanche, il y a une surreprésentation par rapport à l'échantillon d'individus qui utilisent les transports en commun.


Figure  : Groupe à durabilité faible

Caractéristiques:

Effets de la conso sur l’environnement:jamais, rarement

Contribution individuelle: non pas du tout, oui un peu

Definition protection envi: acheter produit label envi

Don: santé

Transport domicile travail: transports en commun

18-44 ans, ouvrier inactifs, appartement, locataire, célibataire, 3 enfants, uu paris, région parisienne, <1200 € à 2000 €, Brevet ou baccalauréat.


  • Le groupe non-durable (7,9%): Dans ce groupe, certes minoritaire, les individus déclarent n’avoir aucune pratique environnementale, ils sont 73% à ne jamais trier les piles et 60% pour le verre, et la moitié des individus de ce groupe déclarent ne jamais consommer de F&L produits localement, ils ne possèdent pas non plus d’équipements utilisant des ENR (93%).

Les individus composant ce groupe sont le plus souvent des locataires (60%), en appartement (62%), situés à Paris ou en région parisienne (62%), ce qui peut expliquer cette non pratique du tri (manque de place dans le logement) On trouve dans ce groupe des individus plutôt jeune (moins 34 ans), de PCS basses (inactifs, employés ou ouvriers dans près de 60% des cas). En comparaison à l'échantillon, il y a également une plus grande part d'individus à faible revenu. En outre, plus de la moitié des individus du groupe déclarent ne jamais prendre en en compte les effets sur l’environnement des produits qu’ils achètent.

Figure  : Groupe non durable

Caractéristiques:

Effets de la conso sur l’environnement:jamais

Contribution individuelle: non pas du tout

Définition protection envi : rien de tout celà (1er) non réponse ( 2nd)

18-34 ans, ouvrier, employé, inactif, appartement, locataire, célibataire, uu de paris , Région parisienne, [ <1200 - 2000 €], aucun diplôme, transport domicile travail: transports en commun



Les variables liées aux perceptions et aux intentions



Avec cette catégorie de variables il s’agit de caractériser la perception de la problématique environnementale et, dans une certaine mesure, la conscience environnementale des individus.

Graphique 8 : Les variables utilisées

Q86 En faisant vos courses, prenez-vous en compte les effets sur l’environnement des produits que vous achetez

Q92 Don à la Fondation de France : action santé, environnement ou social

Q93S1 Définition de la protection de l’environnement (premier choix) et Q93S2 : second choix

Q88 D'une manière générale, pensez-vous que vous pouvez contribuer individuellement à la protection de l’environnement

Dans l’ensemble ces résultats montrent que 52% de notre échantillon déclarent ne prendre en compte que rarement ou jamais les effets sur l’environnement des produits qu’ils achètent. Mais 46% de l’échantillon déclarent prendre en compte ces mêmes effets soit régulièrement soit toujours. Sur ce point, les résultats sont donc contrastés.

Sur la question de la contribution individuelle à la protection de l’environnement, 1/3 de l’échantillon pensent pouvoir contribuer un peu et 58% beaucoup. De ce point de vue, il semble que l’idée d’une contribution individuelle, en particulier par nos actes de consommation, à la protection de l’environnement soit majoritairement diffusée et acquise.

Le choix du programme pour le don à la Fondation de France met en exergue un résultat récurrent dans ce type d’études, à savoir la priorité accordé à la problématique santé. Finalement, seul 13% de l’échantillon choisit de faire ce don pour les actions dans le domaine de l’environnement, et ce malgré la thématique de l’enquête qui aurait pu favoriser le choix de cette modalité.

Enfin la perception et la définition de la protection de l’environnement par les individus montrent clairement la priorité accordée à la baisse des consommations d’essence et d’énergie ainsi qu’à la réduction des déchets. La consommation de produits locaux arrive en 3ième position, alors que le choix de produits avec un label environnemental n’est que peu cité. Sur ce point, il semble que le rôle des labels environnementaux n’est pas mis en avant et donc rarement considéré comme un moyen de protéger l’environnement et donc d’aller vers une consommation plus durable.

Les tris croisés:

Forte dépendance entre les variables.

Et Indépendance entre :

Q86 (effet consommation sur l’environnement) et Q83 (transport domicile- travail)

Q88 (contribution individuelle)et Q93S2 (définition protection envi)

Q92 (Don) et Q52 (transports courses), Q79 (tri piles),Q80 (éteindre la veille) Q93S1 (définition protection environnement)et Q80, Q81(équipements énergies renouvelables), Q83

Q93S2 et Q52, Q78 (Tri verre), Q81, Q83, Q88, Q92

ACM et classification hiérarchique:

Lorsqu’on analyse les intentions et les perceptions, les individus sont groupés en 5 classes :

  • Le premier groupe comprend les individus à forte conscience environnementale(23,8%) qui pensent que leur comportement individuel a des conséquences significatives sur l’environnement, qui prennent régulièrement ou toujours en compte les effets de leur consommation sur l’environnement, et pour qui la protection de l’environnement implique aussi de consommer moins. En effet, 1/3 du groupe considère que consommer moins est ce qui contribue prioritairement à la protection de l’environnement (le groupe représente 50% des individus ayant choisi cette modalité en premier). Ces individus sont donc caractérisés par une perception ou une définition assez radicale de la consommation durable associée au « consommer moins ».

La forte conscience environnementale de ce groupe se retrouve également dans le choix du domaine de l’environnement pour le don à la Fondation de France (22,9% du groupe soit 41,73% des individus de l’échantillon faisant ce choix pour le don).

Nous observons un effet genre puisque les membres de ce groupe à forte conscience environnementale sont plutôt féminins. De même nous observons un effet âge et un effet diplôme puisque les individus de plus de 55 ans, les diplômes supérieurs et les agglomérations inférieures à 100 000 habitants sont sur représentés. Leurs intentions sont dans l’ensemble en adéquation avec leurs actions quotidiennes en faveur de l’environnement puisqu’ils déclarent dans leur grande majorité (de 50 à 83%) toujours trier le verre et les piles, toujours consommer des fruits et légumes de saison et au moins régulièrement locaux, et éteignent systématiquement leurs appareils électriques.

Figure  : Groupe à forte conscience environnementale

Forte Conscience Environnementale

Contribution individuelle

Oui beaucoup

Protection de l’environnement (en 1er)

consommer moins,consommer local,réduire ses déchets

Protection de l’environnement (en 2nd)

baisser sa consommation d’énergie et d’essence, acheter des produits avec un label environnemental

Effets de la consommation sur l’environnement

Régulièrement, toujours

Don

Environnement


Caractéristiques:

Tri Verre et Piles: Toujours,

F&L Locaux: Régulièrement / Toujours

F&L Saison: Toujours

Couper Veille: Toujours

Féminin, Retraité, 55-64 ans, 65 ans et +, uu de 20 000 à 100 000 hbts, Région Centre Est , Diplôme supérieur long,



  • Le deuxième groupe fait également apparaître des individus ayant une forteconscienceenvironnementale avec une priorité énergétique(20%) et estimant que leurs actions individuelles ont beaucoup d’influence sur l’environnement et déclarant prendre régulièrement (ou toujours) en compte l’environnement lors de leurs actes de consommation. En revanche ce qui les différencie du groupe à forte sensibilité environnementale est leur perception et leur définition de la protection de l’environnement. Pour ce groupe, la protection de l’environnement passe avant tout par une réduction de la consommation d’énergie et d’essence (1ère modalité pour 70%), une consommation locale (1ère modalité pour 34%) et, dans un second temps, par une réduction des déchets (2ième modalité pour 70%). On retrouve dans ce groupe des propriétaires (70%). Ils pratiquent toujours le tri et consomment au moins régulièrement des fruits et légumes locaux et toujours de saison. Les PCS supérieures, les revenus et les diplômes élevés sont sur représentés par rapport à l'échantillon.



  • Figure 7 : Groupe à forte conscience environnementale, priorité énergie

    Forte Sensibilité Environnementale

    Contribution individuelle

    Oui beaucoup

    Protection de l’environnement (en 1er)

    acheter des produits avec un label environnemental, consommer local, baisser sa consommation d’énergie et d’essence

    Protection de l’environnement (en 2nd)

    réduire ses déchets

    Effets de la consommation sur l’environnement

    Régulièrement, toujours

    Don

    Environnement




Caractéristiques:

Tri Verre et Piles: Toujours,

F&L Locaux, : Régulièrement , Toujours

F&L Saison: Toujours

Propriétaire, équipé ENR, Cadre ou prof intellectuelle supérieure, 35-44 ans, de 4000€ à plus de6000 € , Diplôme supérieur long







  • Le troisième groupe exhibe plutôt une faible conscience environnementale (27,2%).Pour ces individus, la protection de l’environnement consiste avant tout à réduire ses déchets, puis à diminuer sa consommation d’essence et d’énergie. Les conséquences environnementales de leurs actes de consommation ne sont que très rarement prises en considération et, selon les membres de ce groupe, le comportement individuel a une faible incidence sur l’environnement. Ces individus sont majoritairement enclins au financement d’un programme de soutien à la santé Il s’agit plutôt de femmes, d’individus à revenus moyens (2000 à 4000 €), utilisant leur voiture pour leur déplacements domicile travail. Leurs pratiques environnementales sont rares ou inexistantes (ce groupe recense environ 1/3 du total des personnes qui déclarent ne jamais ou rarement trier et ne jamais ou rarement consommer des produits locaux et rarement de saison).


Figure 8 : Groupe à faible conscience environnementale



Faible Conscience Environnementale

Contribution individuelle

Oui un peu, Non pas du tout

Protection de l’environnement (en 1er)

réduire ses déchets

Protection de l’environnement (en 2nd)

baisser sa consommation d’énergie et d’essence, consommer local

Effets de la consommation sur l’environnement

Rarement, Jamais

Don

Santé


Caractéristiques:

Tri Verre Piles: Jamais, Rarement

F&L Locaux: Jamais Rarement

F&L Saison: Rarement

Couper Veille: Jamais

Féminin, Ouvrier,[2000 -4000 €], 25-34 ans, uu< 20 000 hbts, Brevet CAP BEP, voiture



  • Le quatrième groupe (26,6%) présente de nombreuses similarités avec le précédent (don santé, incidence des actes d’achats sur l’environnement, comportement individuel sur l’environnement), les dissemblances relèvent de leurs définitions de la protection de l’environnement, qui se traduit avant tout par une volonté de réduire la consommation d’énergie et d’essence, puis de réduire ses déchets. Nous qualifions donc ce groupe de groupe à faible conscience environnemental avec une priorité énergétique. Les hommes, les ménages non équipés en ENR sont majoritaires. Il apparaît également une surreprésentation des modalités Paris, Jeunes, Transports en commun, seul et appartement.



Figure 9 : Groupe à faible conscience environnementale, priorité énergie


Faible Conscience Environnementale Energie

Contribution individuelle

Oui un peu, Non pas du tout

Protection de l’environnement ( en 1er)

baisser sa consommation d’énergie et d’essence

Protection de l’environnement ( en 2nd)

réduire ses déchets, consommer moins

Effets de la consommation sur l’environnement

Rarement, Jamais

Don

Santé



Caractéristiques:

Tri Verre et Piles: Toujours,

F&L Locaux, : Régulièrement , Toujours

F&L Saison: Toujours

Propriétaire, équipé ENR, Cadre ou prof intellectuelle supérieure, 35-44 ans, de 4000€ à plus de6000 € , Diplôme supérieur long



  • Le dernier groupe recense les «indifférents » à l’environnement qui ne se retrouvent dans aucun des items de définition de la protection de l’environnement. Les individus de ce groupe sont majoritairement des retraités et des ménages n’ayant pas d’enfant de moins de 18 ans. Dans ce groupe, il y a également relativement plus de personnes âgées (+ 65 ans) ou peu diplômées (certificat) que dans l'échantillon.


Figure  : Groupe des indifférents

Indifférents

Contribution individuelle

Non pas du tout

Protection de l’environnement (en 1er)

Rien de tout cela

Protection de l’environnement (en 2nd)

non réponse

Effets de la consommation sur l’environnement

Jamais

Don

nsp


Caractéristiques:

Tri Verre Piles: Jamais

F&L Locaux,Saison: Jamais

Couper Veille: Jamais

Retraité,revenu: refus, 65 ans et +, pas d’enfant,aucun diplôme, vélo ou màp, logement: autre


1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21

similaire:

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconF iche pédagogique réalisée dans le cadre de l’Université d’été de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconTravail de recherche effectué dans le cadre de

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconU n I v e r s I t é d e c o r s e p a s c a L p a o L i Fiche de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconCurriculum Vitae
«Sensibilisation au travail de groupe» dans le cadre du programme Carrefour canadien international

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconPublications réalisées par les chercheurs maliens dans le cadre de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRecherche contrat d’apprentissage d’une durée de 12 mois dans le cadre d’une 2

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» icon1975-10-04 Conférence à Genève sur le symptôme
«Le symptôme» fut prononcée au Centre R. de Saussure à Genève, le 4 Octobre 75, dans le cadre d’un week-end de travail organisé par...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconSommaire general
«Science, recherche et société» au Collège de France. On y apprend également que 93 d’entre eux estiment important de connaître ces...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRecherche-du-programme-genetique10. pdf >a-la-recherche-du-programme-genetique10
«Roslin Institute» à Edinburg annonçaient la naissance du premier mammifère cloné à partir de cellules adultes

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconKelly scientifique, société de conseil en recrutement de profils...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com