Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»








télécharger 1.15 Mb.
titreRecherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société»
page16/21
date de publication17.05.2017
taille1.15 Mb.
typeRecherche
b.21-bal.com > économie > Recherche
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21

Tableau 12: Statistiques descriptive pour les variables explicatives

Variables

Description

Moyenne (Ecart type)

Min

Max

Obs

Données socio-économiques

Homme

Genre (=1 si l’individu est un homme)

.475

0

1

3006

Age

Age du répondant

48.45 (17.84)

18

92

3006

Age (variable catégorielle)
















Age1

[18-24]:

.094

0

1

3006

Age2

[25-34]:

.175

0

1

Age3

[35-44]:

.180

0

1

Age4

[45-54]:

.175

0

1

Age5

[55-64]:

.145

0

1

Age6

[>64]:

.227

0

1

Taille du ménage

Taille du ménage

2.68 (1.402)

1

10

3006

Niveaud’études

Aucun diplôme, certificat d’études primaires

.093

0

1

3006

Brevet des colleges, CAP, BEP

.233

0

1

Bac à Bac+2

.204

0

1

Bac + 3/4

.153

0

1

Bac + 5 ouDoctorat

.301

0

1

Autre/Ne sais pas

.013

0

1

Etudes Supérieures

Etudes Post Bac

.660

0

1

3006

Revenu1

< 1200 par mois

.123

0

1

2775

Revenu2

[1200-2000[

.215

0

1

Revenu3

[2000-4000[

.467

0

1

Revenu4

[4000-6000[

.147

0

1

Revenu5

> 6000 par mois

.046

0

1

Travailleur

Le répondanttravaille

.521

0

1

3006

Agriculteur

Le répondant est un agriculteur













Propriétaire

Le répondant est propriétaire d’une maison ou d’un appartement

.632

0

1

3006

Appartement

Le répondant vie en appartement

.341

0

1

2986

Localisation du répondant : Zone1

Paris et region parisienne

.354

0

1

3006

Zone2

Nord, Nord Est, Nord-Ouest

.295

0

1

Zone3

Sud, Sud Est, Sud-Ouest

.349

0

1

Comportements

Dépensesalimentaires

Dépensesalimentairesmensuelles

440.33 (289)

4

6000

2863

Recyclageverre

Le répondant recycle le verre

.884

0

1

3005

Recyclage piles

Le répondant recycle les piles

.791

0

1

3005

Energies vertes

Le répondant utilise les énergies vertes

.189

0

1

3005

Lavage écologique

Le répondant utilise de la lessive écologique ou des balles de lavage

.303

0

1

3005

Eteint la veille

Le répondant éteint les appareils électriques pour éviter qu’ils restent en veille

.701

0

1

3005

Don environnement

Le répondant souhaite que l’on fasse un don dans le domaine de l’environnement

.130

0

1

3005

Don santé

Le répondant souhaite que l’on fasse un don dans le domaine de la santé

.592

0

1

3005

Interactions sociales

Dans votre entourage (famille, amis), avez-vous des personnes qui prennent en compte les effets sur l’environnement des produits qu’elles achètent ? : Entourage1

Aucune personne

.131

0

1

3005

Entourage2

Une minorité dans mon entourage

.400

0

1

Entourage3

Environ la moitié de mon entourage

.207

0

1

Entourage4

La plus grande partie de mon entourage

.127

0

1




NSP

.135

0

1

Conclusions et recommandations

En partant des résultats de l’OCDE, nous avons voulu tester la dimension de la consommation durable (CD) sur un ensemble de pratiques allant des déchets, de l’alimentation, au transport et en incluant les pratiques énergétiques (au sens strict et pour l’usage du lave-linge). Le profil écologique a donc été testé dans un premier temps,pour chaque pratique. Nous avons dans un second temps, sommé plusieurs pratiques pour obtenir un score global et un profil environnemental global. De ce score global, il ressort plusieurs groupes allant des pratiques plus durables vers les pratiques moins durables. Deux groupes sont particulièrement intéressants à identifier pour comprendre les ressorts de la CD.



Un groupe  « d’Age mûr » (45-65 ans) considéré comme durable au sens largemais contraint (identifié p.70)constitue un groupe de levier potentiel etreprésente 39 % de l’échantillon. Il peut être ungroupe de référence pour les autres groupeset un levier potentiel pour les autres consommateurs. Néanmoinslesattributs spécifiques de ce groupe sont liés à sa localisation géographique. Les communes rurales, les individus du Sud-ouest, del’Ouestet du Nord et les femmes sont légèrement sur représentés dans ce groupe. Les caractéristiques de ce groupe font que ces individus ne peuvent pas toujours servir de groupe de référence pour l’ensemble de la France.
A l’inverse avec la même typologie, on observe un groupe non-durable (11,8 %)essentiellement composé de jeunes de 18 à 34 ans et plus spécifiquement de locataires vivant en appartement situés à Paris, en région parisienne ou en Méditerranée.Ce sont des individus plutôt jeunes et qui ont des faibles revenus. Ce groupe pourrait donc être sensibilisé et mobilisé par le groupe qualifié de plus « durable ». On pourrait avoir un transfert de bonnes pratiques. Néanmoins la distance géographique et sociale pourrait constituer le principal frein pour le transfert de telles pratiques.
Un premier constat qui s’impose est le suivant :suffit-il d’avoir des revenus élevés et d’être localisé dans la bonne région pour appartenir au groupe « durable ». Notre questionnaire teste les pratiques mais ne mesure pas tous les enjeux de ces dernières. En effet, certains groupes à hauts revenus présentent certainement des caractéristiques durables (cf. le débat sur la consommation dite ostentatoire et le fait que l’on constate avec l’augmentation des revenus avec une hausse significative de la consommation énergétique notamment).
Ce qui est mesuré ici, au-delà des actions, c’est donc bien la sensibilité environnementale, les actions récurrentes en matière de tri et de déchets, les valeurs environnementales et le fait d’obtenir un bon score « environnemental». Avec l’ensemble de ces réserves, on obtient donc ces scores signicatifs qui tentent donc de localiser les pratiques de CD en fonction de la propension à mettre en pratique ses intentions environnementales. Ainsi le fait d’être propriétaire agitfavorablement car il peut donner plus de liberté sur la nature des investissements à réaliser, notamment en matière énergétique( à travers la possibilité de réaliser des choix en matière d’investissement énergétique et la capacité donc de choisir son mode de chauffage et l’utilisation éventuelle d’énergie renouvelable).
Pour résumer, les caractéristiques de notre groupe durable qui jouent positivementsont les suivantes (caractéristiques obtenues à partir des tests les plus significatifs :


  • Etre localisé dans le Nord, le Sud-Ouest ou l’Ouest et dans une moindre mesure dans la région Centre Est ;

  • Le fait d’avoir dans son entourage immédiat des personnes qui réalisent des bonnes pratiques environnementales (test le plus significatif à cet égard),

  • Le fait de donner en priorité pour un programme environnementalpar rapport à d’autres programmes (santé ou social).



A l’inverse certaines variables jouent négativementdans cette dynamique et sont les suivantes :


  • Le fait d’être inactif,

  • Le fait d’être un homme,

  • Le fait d’habiter dans une commune de plus de 200 000 habitants,

  • Le fait d’être célibataire.


La variable revenu apparait modérément significative. La variable diplôme, quant à elle, est à nuancer. Elle a un impact négatif lorsque que le consommateur n’est pas diplômé.
Il ressort donc de ce score environnemental, que la consommation durable ne se décrète pas mais s’apprend via un effet d’imitation des bonnes pratiques. En effet, le fait d’avoir dans son entourage des bonnes pratiques en matière environnementale influence nos propres pratiques. Certaines régions ont un impact positif sur ce score et permettent d’enclencher un cercle vertueux vers la consommation durable.

Ceci n’est pas neutre en terme de politique publique, car l’effet d’apprentissage est différentselonla nature des pratiques (énergie versusalimentation)et les motivations aussi (effet qualité des produits pour l’alimentation et effet santé et effet économie et restrictionbudgétaire pour les habitudes énergétiques). Pour les habitudes alimentaires, les derniers tests réalisés(pp. 80-89) montrent que ces pratiques sont présentes dans le Sud et que ces bonnes pratiques sont aussi liées au centre d’approvisionnement. Néanmoins,l’effet d’apprentissage estle même, c'est-à-dire que même si on isole unepratique comme celle-ci, on obtient un effet entourage social qui reste et demeure robuste. Il apparaît que l’effet entourage social se démarquetant par sonampleur que par sonoriginalité puisqu’assez peu présent dans la littérature et peu renseigné dans les études empiriques. L’effet réseau ou effet entourage est toujours très significatif (à 1%) dans tous les modèles testés, ainsi qu’une évidente sensibilité à l’environnement dont l’effet est significatif (à 5% et 1%). Pour mesurer cette sensibilité à l’environnement, les répondants avaient le choix d’apporter une contribution financière à un programme à vocation sociale, environnementale ou orienté santé. On résume l’effet entourage social et l’effet don dans le tableau ci-dessous.

Tableau 13 : Importance de la dynamique sociale et du don dans les différentes pratiques




Tri

Alimentation

Lave-linge

Energie

Global

effet entourage

+++

+++

+++

+++

+++

don environnement

pas d’effet

+++

++

+++

+++
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21

similaire:

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconF iche pédagogique réalisée dans le cadre de l’Université d’été de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconTravail de recherche effectué dans le cadre de

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconU n I v e r s I t é d e c o r s e p a s c a L p a o L i Fiche de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconCurriculum Vitae
«Sensibilisation au travail de groupe» dans le cadre du programme Carrefour canadien international

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconPublications réalisées par les chercheurs maliens dans le cadre de...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRecherche contrat d’apprentissage d’une durée de 12 mois dans le cadre d’une 2

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» icon1975-10-04 Conférence à Genève sur le symptôme
«Le symptôme» fut prononcée au Centre R. de Saussure à Genève, le 4 Octobre 75, dans le cadre d’un week-end de travail organisé par...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconSommaire general
«Science, recherche et société» au Collège de France. On y apprend également que 93 d’entre eux estiment important de connaître ces...

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconRecherche-du-programme-genetique10. pdf >a-la-recherche-du-programme-genetique10
«Roslin Institute» à Edinburg annonçaient la naissance du premier mammifère cloné à partir de cellules adultes

Recherche réalisée dans le cadre du programme «Déchets et Société» iconKelly scientifique, société de conseil en recrutement de profils...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com