La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde








télécharger 28.86 Kb.
titreLa faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde
date de publication04.03.2017
taille28.86 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > économie > Documentos
Situations où nos sens et notre raison nous induisent en erreur
La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde.

-Alexandra David Néel
Gérer nos émotions qui empoisonnent notre rationalité est quelque chose que l’être humain à du trouble avec depuis le début des temps.
Le refoulement des émotions est un mécanisme défensif qui, comme tous mécanismes défensifs, est utilisé inconsciemment pour ne pas souffrir.  Lorsque nous ressentons une douleur intérieure, soit une blessure qui est réveillée (abandon, rejet, humiliation, trahison, injustice), une peur, de la culpabilité, de la colère, de la honte, de l’impuissance, de l’infériorité, etc., nous pouvons refouler cette ou ces émotions pour ne pas en ressentir la souffrance.  Cela nous amène à tomber dans un personnage et fait en sorte que nous n’agissons pas de la façon dont notre véritable moi souhaiterait agir.  À ce moment-là, ce sont les émotions qui mènent nos choix et nos décisions sans que nous en ayons conscience.  Le pouvoir des émotions refoulées est extrêmement puissant.1
Les situations où nos sens et notre raison nous induisent en erreur sont les situations ou nos émotions vient en jeu et prennent le contrôle de nous. Les émotions peuvent impacter la façon qu’on va agir sur nos besoins et nos limites; ce que nos sens et notre raison sont supposés d’avoir un contrôle dessus. Tout sort de la fenêtre lorsque nos émotions deviennent trop fortes pour qu’on ne puisse plus garder le contrôle de nous même
Les situations où le sentimentalisme vient en jeu sont les situations où nos sens et notre raison nous induisent en erreur. Le sentimentalisme nous cause à perdre le contrôle qu’on a sur nos actions et sur notre comportement.

Le rôle de l’épistémologie et de la philosophie des sciences
Dans d’autres disciplines

  • L’épistémologie

La connaissance est toujours un butin

-Maxime Gorki

L’épistémologie joue un rôle dans les disciplines qui entourent les sujet touché par elle puis sa sœur qui l’entraide souvent; la philosophie des sciences.  
La philosophie des sciences est la branche de la philosophie qui étudie les fondements philosophiques, les systèmes et les implications de la science, qu'il s'agisse de sciences naturelles(physique, biologie, etc.) ou de sciences sociales (psychologie, économie, etc.). La philosophie des sciences est à rapprocher de l'épistémologie...domaines auxquels elle emprunte beaucoup et auxquels elle pose de nouveaux questionnements.2
Bien sûr, l’épistémologie ne parle pas exactement des mathématiques et des sciences pures mais ils partagent des notions et des courants très similaires et parfois pareille. La connaissance est aussi quelque chose que les deux branches tiennent à cœur.
L’épistémologie a pour sujet plusieurs chose que la philosophie des sciences amplifie, les deux branches s'aident à s’approfondir chacune; comme sœur elle se garde différente mais ont une apparence très similaires. L’épistémologie influence la philosophie des sciences avec comment elle recherche des informations et puisse dans sa connaissance pour répondre au question.


  • La philosophie des sciences


Notre pouvoir scientifique a dépassé notre pouvoir spirituel. Nous savons guider des missiles mais détournons l’homme de sa voie.

-Martin Luther King
Les autres branches de la philosophie que la philosophie des sciences exerce la plus grande influence dessus sont les diverses branches des sciences spécialisées.

Elles sont:

-Philosophie de la logique

-Philosophie des mathématiques

-Philosophie de la physique

-Philosophie de la biologie

-Philosophie de la médecine

-Philosophie des sciences sociales

-Philosophie de l'économie

-Philosophie des sciences cognitives

-Philosophie de la linguistique

La philosophie des sciences joue un rôle très important pour ces branches; ces branches font partie des disciplines très importante qui nous donne les réponses pure à nos problèmes. C'est grâce à elle qu’on peut faire des calculs, qu’on connaît comment faire des réactions chimique, etc.
La logique, l'épistémologie et la philosophie des sciences constituent un domaine qui couvre une vaste gamme de sujets et de questions, notamment la métaphysique, la méthode scientifique, les sciences et les valeurs, et même l'histoire des sciences, puisque le développement de nouvelles idées soulève inévitablement beaucoup de questions philosophiques et conceptuelles. Les sciences dont il est ici question vont des mathématiques aux sciences naturelles (biologie, chimie et physique), en passant par les sciences sociales (anthropologie, économie et sociologie) et différents aspects de la médecine. La philosophie de la psychologie, un domaine qui appartient souvent à la philosophie de l'esprit ou aux sciences cognitives, soulève également les mêmes enjeux; elle est ici intégrée à la philosophie des sciences3

Dans la vie quotidienne

Il y a des différentes types de connaissances et grâce à l'épistémologie et la philosophie des sciences, je peux juger si cette connaissances est la celle à utiliser pour avoir une bonne réponse. Comme anti-fondationnalisme, je crois que la connaissance est inné mais pour les autres qui disent que toute connaissance se repose sur un fondement de connaissance; ils sont des fonctionnalistes. Alors je cherche dans mon inné pour retrouver mes connaissances acquise.
L'aspect de ma vie que l’épistémologie et la philosophie des sciences ont le plus d’influence est comment je puise dans mes connaissances pour répondre aux autres.
Il y a des instants dans ma vie quotidienne où la connaissance directe et la connaissance indirecte viennent en jeu, mais ce n’est pas la seule connaissance que je puisse dedans; il y a aussi la connaissance par fréquentation et la connaissance par description puis la connaissance de compétence et la connaissance propositionnelle. Chaqu’une d’elle ont des défauts alors il faut faire sûr que je choisi la bonne connaissance à puiser dedans lorsque je réponds, signaler, explique etc.

L’influencent de l’épistémologie et la philosophie des sciences

Le mode de connaissance de l’épistémologie qui joue plus grand rôle dans les autres disciplines

Il y a plusieurs modes de connaissance propre à l’épistémologie, mais, le mode de connaissance propre à l’épistémologie qui joue le plus grand rôle dans les autres disciplines: le langage, la raison, les émotions ou les perceptions sensorielles est le mode de la connaissance de compétence et la connaissance propositionnelle.
<> et <> sont les expressions suggérés pour décrire ce mode. Par exemple, tu peux savoir comment patiner mais s’il faut démontrer cette connaissance à un autre pour qu’il puisse acquérir la même compétence tu n’as pas nécessairement le <> qu’il te faut pour apprendre à l’autre comment patiner ; tu as le savoir-faire de patiner, ce qui est la connaissance de compétence (ou <>). Ce type de connaissance s’agit d’un type de connaissance qui s’acquiert plus facile en voyant une démonstration qu’en écoutant un discours à ce sujet.
La connaissance de compétence applique bien dans les autres disciplines car l’aspect de <> et <> son des aspects qui seront très bénéfiques de suivent dans ces disciplines/domaines. Être capable de non seulement savoir comment la disciplines fonctionne et tous les petites choses qui l'entoure puis être capable de faire apprendre aux autres tes connaissances et comment faire est quelque chose que plusieurs vont vouloir comme qualité.
De plus, il y a la connaissance propositionnelle; cette connaissance s’exprime de façon  où ils impliquent qu’on possède certaines informations que le langage peut transmettre. Les épistémologues vont employer les mots <<énoncé>> et <
>, mais non comme synonymes, ils distinguent les sens de les deux mots. Avec la connaissance propositionnelle, on juge si les énoncés ont ou n’ont pas la valeur de vérité.

Et, il faut quand même penser à le fait que la connaissance propositionnelle n’est pas aussi bénéfique que la connaissance de compétence mais elle peut elle aussi être un atout pour les disciplines; les concepts de valeur puis de vérité peut assurer la sécurité des énoncés forts qui ont de la bonne forme
Le principe de la philosophie des sciences qui s’applique le mieux à d’autres domaines

Le rationalisme est le principe de la philosophie des sciences qui est la plus bénéfique pour disciplines comme la méthode scientifique, la formulation d’hypothèses ou l’expérimentation est le rationalisme. La raison est ce qu’il est optimale pour retrouver les réponses que ces domaines cherche car l'instinct qu’on a comme humain va nous faire poursuivre des pistes qu’on a jamais poursuit avant.
Le rationalisme est un mode de pensée philosophique (chez Platon, Aristote, Épicure, Descartes, Leibniz, Kant, etc.) selon lequel la raison est la seule source de connaissance. Tout ce qui existe à sa raison d'être et, de ce fait, peut être intelligible. Le rationalisme rejette toute explication métaphysique et s'oppose au mysticisme, au spiritualisme...Par extension, le rationalisme est un mode de pensée selon lequel tout ce qui existe a une explication rationnelle et peut être décrit par la raison humaine. Il prône donc l'usage de la raison dans toutes les activités de connaissance… Le rationalisme est aussi une attitude de l'esprit qui n'accorde de valeur ou de confiance qu'au raisonnement.4
Prenons par exemple Isaac Newton, le philosophe anglais mena une réflexion plus profonde de la méthode scientifique que celle du philosophe Francis Bacon. Newton a aussi créé une nouvelle forme de mathématique abstraites qui prouve que les lois de la physique étaient universelles. Pour créer cette nouvelle forme, Newton s’est appuyé sur la raison pour soutenir ses théories; la raison permet de connaître des choses inaccessibles aux sens, mais encore qu’il s’agit de la source première de la connaissance.
Le principe de la philosophie des sciences qui s’applique le mieux à d’autres disciplines comme la méthode scientifique, la formulation d’hypothèses ou l’expérimentation est le rationalisme.




BIBLIOGRAPHIE

Brissette, Josée, Les émotions refoulées et ses impacts, (en ligne), http://www.joseebrissette.com/mes-articles2/mes-articles-2012-2013/les-emotions-refoulees-et-leur-impact/, Consulté le 16 Novembre 2016.
Jean-Baptiste, Maintenant vous pouvez gérer les émotions qui vous hantent sans tomber dans la déprime, (en ligne), https://www.reussitepersonnelle.com/gerer-ses-emotions/, Consulté le 16 Novembre 2016.
Le Parisien, Citation Connaissance Butin, (en ligne), http://citation-celebre.leparisien.fr/citations/30288, Consulté le 16 Novembre 2016.
(s.a.), Citations Scientifiques, (en ligne)

https://fr.pinterest.com/explore/citations-scientifiques-896327137139/, Consulté le 16 Novembre 2016.


2 https://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_des_sciences

3 http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/philosophie-logique-epistemologie-philosophie-des-sciences/

4 http://www.toupie.org/Dictionnaire/Rationalisme.htm

similaire:

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconC’est avec beaucoup de plaisir que nous avons retrouvé nos chers...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconRapport de la 42
«nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, mais nous l’empruntons à nos enfants»

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconCe Rapport d’activités 2015 apporte, en première partie, une vision globale de
«aller vers» et notre démarche que nous qualifions d’«horizontalisée», tant envers nos publics, au travers du parcours de santé,...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconObjet du texte : Durkheim rappelle ici les deux caractéristiques...
«institutions» au sens de Durkheim : IL s’agit aussi bien de manières de sentir (de percevoir le monde), que de manières de penser...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconPour les amoureux et les combattants
«bon sens» de la monogamie comme nous résistons déjà au «bon sens» dont nous avons hérité culturellement à propos des races, des...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconVotre nom Adresse1
«savoir-faire» qui a fait sa réputation dans le médicament, pour prendre ou faire prendre toutes les décisions officielles ou privées...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconNous, biologistes médicaux et dirigeants de laboratoires de biologie...
«en cas de détention de plus de 25 des parts sociales et des droits de vote par des non biologistes, ces derniers pourraient avoir...

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconRésumé. Après un rappel des effets biologiques bénéfiques reconnus...
«subtils» qui peuvent apparaître pour des densités de puissance bien inférieures à celles relatives aux effets “thermiques”

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconL’individu est considéré comme une partie de ce «nous» collectif
«nous» collectif, IL a peu d’existence en dehors de sa relation avec la société

La faiblesse de nos sens ne permet à chacun de nous que de prendre conscience d’une partie bien minime du monde iconL’unité du savoir doit-elle être comprise comme l’achèvement d’une...
«aussi bien chez l’homme sain que chez le malade», et qu’elle est corroborée par «notre expérience la plus quotidienne L’universel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com